Le Portail de l'Initiation
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par Archange le Dim 29 Déc - 14:23






Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist


La Science Spirituelle nous enseigne que la tâche du Mal est de promouvoir l’élévation de l’homme. Le Mal, nous dit-on, réside à la fois en nous et dans le monde extérieur et est une force nécessaire à la perfection et la libération de l’être humain qui doit surmonter les entraves et la tentation.

Cela peut sembler un peu étrange au départ, mais de la même manière que nous savons que quelque chose est sucré parce que ça n’est pas amer, et froid parce que l’on connaît le chaud, la liberté de déployer de nouvelles forces et des capacités supérieures n’aurait pas pu être possible si l’humanité était restée sujette à des pouvoirs spirituels supérieurs qui ne peuvent connaître que le bien.

L’expérience du Mal a donné à l’humanité un regard sur les deux côtés et dans cette expérience repose le secret de la liberté et l’indépendance. C’est-à-dire qu’en détournant son regard des mondes de l’esprit vers le monde de la matière physique l’humanité arriverait un jour à discerner par elle-même librement la différence entre le Bien et le Mal.

Alors on peut poser la question : que fait-on lorsque l’on découvre la différence? Est-ce qu’on éradique tout le mal – comme nous sommes appelés à le faire par plusieurs personnalités de la politique actuelle? Croire qu’on devrait éradiquer le mal est à peu près la même chose que dire que nous devrions supprimer la gravité et n’avoir que la lévité. Cette manière de penser est basée uniquement sur le dualisme et crée plus de mal encore. Mais pouvons-nous l’ignorer? Quelle est la réponse? Rudolf Steiner nous dit que la réponse réside dans l’Équilibre, étant donné que des forces d’opposition sont nécessaires pour notre évolution, car sans elles, comme on l’a vu plus haut, nous n’aurions pas été en mesure de progresser.


Comment alors trouver un équilibre ?

Rudolf Steiner nous dit que l’équilibre existe dans l’Être du Christ et que c’est par Lui, et en suivant la voie du milieu que nous pouvons commencer à racheter le mal.

Dans le passé l’homme a été guidé à connaître le mal par des sources externes, c’est-à-dire, par l’église, les prêtres et la loi, mais dans notre Époque de l’Âme Conscience, nous sommes appelés à acquérir une connaissance et une conviction libre, intérieure, concernant principalement le mal, dans la mesure où nous pouvons nous préparer pour la sixième Époque à venir.
Ce soir nous allons explorer les mystères du Mal tels qu’ils étaient connus des écoles de mystères des temps anciens, révélés de façon appropriée à l’humanité d’aujourd’hui par Rudolf Steiner. Nous allons explorer le mal à un niveau macrocosmique et microcosmique, c’est-à-dire, nous allons investiguer les origines cosmiques et l’existence des

1.    êtres Lucifériens – Lucifer – Diable
2.    êtres Ahrimaniens – Ahriman – Satan
3.    êtres Asuriques – Asuras
Aussi, nous allons apprendre comment ils se manifestent au sein du microcosme de l’homme en portant une attention particulière à leur influence sur le développement de la Peur, la Haine et le Doute, en préparation pour l’incarnation d’Ahriman dans notreère Post-Atlantéenne actuelle. Cette incarnation va paver la voie pour un autre être,

4.    l’Antéchrist – Sorath – La Bête

qui va tenter de remplacer l’événement suprasensible le plus important de notre époque – la manifestation du Christ – par sa propre manifestation sur terre. La semaine prochaine nous allons regarder comment nous devons nous occuper de racheter le mal par l’impulsion du Christ agissant à travers l’être AnthropoSophia et sa manifestation physique sur terre, la société Anthroposophique.


Qu’est-ce que le Mal?

Rudolf Steiner nous dit que le mal vient du fait que des forces apparaissent au mauvais endroit et/ou au mauvais moment. Qu’est-ce que ça signifie? Afin de répondre à cette question une étude de l’évolution cosmique de la Terre selon Rudolf Steiner est nécessaire.

Rudolf Steiner appelle le premier éon terrestre rudimentaire ‘Ancien Saturne’, dans lequel le corps Physique des êtres humains fût élaboré pour la première fois. Le second éon est appelé ‘Ancien Soleil’, où le corps Éthérique humain fût élaboré. Dans le troisième éon, ‘Ancienne Lune’, le corps l’humain acquit son corps Astral. Sur Terre l’humanité a reçu son ‘Ego’ individuel et est devenu ‘Humain’.


Êtres Humains:

Ancien Saturne – Corps Physique (de nature semblable au Minéral)
Ancien Soleil – Corps Étherique (semblable à la Plante)
Ancienne Lune – Corps Astral –  (semblable à l’Animal)
Terre – Ego – Esprit

Alors que l’humanité passait par les conditions des minéraux, plantes et animaux d’autres êtres suivaient leur propre évolution et leur propre stade ‘humain’. Sur ‘l’Ancien Saturne’ des êtres trois degrés supérieurs à l’homme – les Archai – passaient par leur stade ‘humain’. Sur ‘l’Ancien Soleil’ des êtres deux degrés supérieurs à l’homme, du rang des êtres connus comme Archanges étaient dans leur stade humain, et sur ‘l’Ancienne Lune’, Rudolf Steiner nous dit que les Anges, seulement un degré supérieur à l’homme, étaient à leur stade humain.

Ancien Saturne – Archai – stade Humain
Ancien Soleil – Archanges – stade Humain
Ancienne Lune – Anges – stade Humain
Terre – Homme – stade Humain

Cette évolution ne fut toutefois effective que pour ces êtres qui furent capable d’atteindre les buts placés devant eux. Ceux qui n’ont pas répondu à l’attente ou ne pouvaient pas se montrer à la hauteur de leur tâche furent laissés derrière et ont dû compenser pour ce qu’ils n’ont pas pu accomplir ‘normalement’ dans leur propre temps, lors d’un éon futur. Ces êtres souffrent beaucoup lorsqu’ils essayent de continuer leur évolution à un moment où les conditions ne sont pas adéquates pour eux car cela signifie qu’ils doivent travailler à l’intérieur de restrictions incroyables. La seule manière pour ces êtres de soulager leur souffrance est de sortir de leurs limites, d’outrepasser les limites créées par leur retard. Ce ‘débordement’ peut être vu comme une entrave à l’être humain car cela se produit dans le monde terrestre où les humains sont maintenant en train de développer leur Ego, sur Terre. Cette entrave est ce à quoi Rudolf Steiner réfère comme étant le ‘mal’.

Nous allons mettre de côté pour le moment le fait que ces êtres se sont sacrifiés de cette manière afin que les êtres humains puissent se développer en surmontant les entraves qu’ils causent, car cela nous mènerait trop loin de notre sujet actuel. Nous allons continuer cependant, en disant qu’il y a trois genres d’Esprits d’Opposition qui ont déchu et ceux-ci sont nommés d’après leurs leaders respectifs :

Êtres Asuriques – déchus sur Saturne – Esprits Déchus de la Forme agissants en tant qu’Archais
Êtres Ahrimaniens – déchus sur le Soleil – Archais déchus agissant en tant qu’Archanges
Êtres Lucifériens – déchus sur la Lune – Archanges déchus agissant en tant qu’Anges


Les êtres Asuriques s’efforcent particulièrement de pénétrer le corps physique de l’homme étant donné que cette sphère se rapporte à la sphère qui fût élaborée sur l’Ancien Saturne, où ces êtres ont déchu alors qu’ils étaient en train de développer leur ‘stade humain’.

Les êtres Ahrimaniens desirent agir dans le corps Éthérique des êtres humains car c’est dans cette sphère qui fût élaborée sur l’Ancien Soleil, où ces êtres développaient leur ‘stade humain’.

Les êtres Lucifériens se sentent le plus chez eux dans le corps Astral des êtres humains car il se rapporte à ce qui était élaboré sur l’Ancienne Lune, où ces êtres ont déchu.

Dans ces corps respectifs ces esprits trouvent une opportunité pour leur propre développement.

Dans l’âme des êtres humains ces ‘tentateurs’ ou esprits d’entrave peuvent être trouvés :

Dans les trois parties du corps :
1.    corps Astral – Lucifer – Lémurie
2.    corps Éthérique – Ahriman – Atlantide
3.    corps Physique – Asuras – Époque Post-Atlantéenne actuelle
Dans les parties de l’Âme :
1.    âme Sentante – Lucifer – Égypte
2.    âme Intellectuelle – Ahriman – Gréco-Romaine
3.    âme Conscience   – Asuras – Anglo-Germanique
Dans l’Ego:
1.    Sorat – dans les temps futur.

Lucifer commença à approcher le corps Astral humain dans l’Époque d’évolution de la Terre Lémurienne  à travers les nerfs et les sens et se glissa dans l’élaboration inconsciente de l’Ego sur le corps Astral, qui produisit l’Âme Sentante.

Ahriman fit son incursion dans l’être humain durant l’Époque d’évolution de la Terre Atlantéenne et trouva une influence convenable sur le corps Éthérique à travers l’âme Intellectuelle qui est l’élaboration inconsciente par l’Ego sur le corps Éthérique.

Les Asuras ont commencé à approcher l’humanité seulement depuis notre Époque dans la faculté de l’âme qui résulte de notre élaboration inconsciente du corps physique, l’âme Conscience.

Mais il y a un autre être. Cet être, ‘la bête de l’Abysse’ comme l’Apocalypse l’appelle, a déchu lors d’une époque antérieure à l’Ancien Saturne et n’appartient pas à l’évolution Terrestre. Néanmoins il habite le soleil et est connu des Grecs comme le Démon Solaire Sorat. Il agit contrairement à l’ « Intelligence » du Soleil en tant qu’Élohim déchu et ainsi agit contrairement au Soleil étant la divinité du Christ. Son nombre est 666 (six étant le nombre qui dénote l’imperfection) et n’entrera directement dans l’évolution humaine que par les trois catégories d’êtres, ce qui donne trois fois six.  

La Science Spirituelle reconnaît la tâche de cet être Sorat dans notre 5e Époque Post-Atlantéenne comme celle de coordonner les trois courants du mal contre le développement sain de l’humanité, en préparation pour l’incarnation d’Ahriman qui va tenter de distordre la deuxième venue du Christ dans le monde Astral revêtu d’Éthérique. Cette deuxième venue commença au milieu du siècle dernier et va continuer jusqu’à la 6e Époque. Il est impératif qu’une conscience claire et éveillée concernant les agissements du mal dans le monde soit développée. C’est la première et principale tâche de l’Anthroposophie aujourd’hui de guider l’humanité dans cette tâche au cours de la 5e Époque en préparation du futur.  


L’attaque de Sorat sur l’Humanité:

Sorat peut être vu agissant dans l’évolution humaine depuis le septième siècle. La première attaque sur l’humanité se produisit en 666 AC, trois cent trente trois ans après le milieu de l’époque Gréco-Romaine (333) par l’établissement de l’Académie de Gondhishapur. Créée grâce à la coopération d’esprits Lucifériens et Ahrimaniens, cette Académie chercha à amener une impulsion de l’âme conscience avant le temps dans le but d’Ahrimaniser l’âme Conscience – une partie de l’âme que nous développons seulement dans notre époque actuelle. Cela aurait empêché le juste développement de l’Esprit Soi et cela aurait affecté par voie de conséquence le développement des deux autres parties supérieures : Esprit-Vie (Buddhi) et Homme-Esprit (Atma). Jésus est né 333 ans avant le milieu de l’époque Gréco-Romaine – son sacrifice en tant que Christ Jésus en 33 AC contrebalança ce qui devait se produire en 666.

Une autre attaque vint sous la forme de la destruction complète et absolue de l’ordre Templier. Les Cathares, dont la connaissance Manichéenne concernant le bien et le mal se tenait en opposition aux buts de Sorat furent aussi pourchassés, torturés et brûlés. Leurs cousins spirituels les Templiers, dont la tâche d’inaugurer un ordre social ‘Christianisé’ en préparation pour la 6e Époque furent incarcérés, torturés, forcés à confesser des crimes ignobles et assassinés. L’Ordre fût abolit avec la coopération du Pape Clément (possédé par un Esprit Luciférien) et Philippe Lebel roi de France (possédé par un Esprit Ahrimanien). De nos jours, les attaques susnommées, soient l’établissement de l’Académie de Gondishapur et la destruction des ordres Cathares et Templiers, ont été fortement renforcies par l’entrée d’un nouvel être au service du Démon Solaire, les Asuras qui souhaitent détruire la connexion de l’humanité avec l’Ego à travers l’âme Conscience ou Spirituelle.   C’est l’action de toutes ces trois catégories d’êtres: Lucifériens, Ahrimaniens et Asuriques au service de Sorat dans les deux attaques susnommées qui se refléta au vingtième siècle sous la forme du Bolshévisme (Gondishapur) et du Nazisme (Destruction de l’ordre Templier)  – le National Socialisme. Le développement de loges secrètes dévoyant le pur Rosicrucianisme ou s’y opposant ainsi que la montée du Jésuitisme en opposition à l’impulsion du Graal ont été d’autres incursions des forces du mal dans le développement de l’esprit humain.

Une troisième manifestation de Sorat à travers les trois courants du mal a déjà commencé (1998) et va trouver son point culminant dans le futur proche, cherchant à matérialiser l’ego humain. Il est important aujourd’hui au XXIe siècle de savoir comment ces trois courants du mal, guidés par un quatrième, se présentent dans l’être humain, le monde extérieur et le cosmos.


Les Trois Courants du Mal dans l’Être Humain.

L’être humain n’est pas aussi isolé qu’on l’imagine. Dans chaque respiration, dans chaque perception, dans chaque absorption de nourriture, dans chaque sensation, pensée et acte de volonté les êtres humains sont accompagnés par des êtres de nature spirituelle.  Nous avons vu comment des êtres Lucifériens et des êtres Ahrimaniens sont entrés dans l’âme humaine durant l’évolution, et c’est un fait qu’ils vivent côte à côte avec des êtres élémentaires (détachements d’être supérieurs) et des êtres supérieurs qui régulent nos corps Physique, Éthérique et Astral.


Les Trois Courants du Mal et du Bien et comment ils apparaissent dans l’homme:



Physique            Volonté   ------     Archées   ------      Asuras

Éthérique           Âme     Sentiment  ----     Archanges   ---      Ahriman
   
Astral                        Pensée    ------    Anges    -------    Lucifer

3e hiérarchie : Archées, Archanges, Anges

2e hiérarchie : Kyriotètes (Esprits de Sagesse), Dynamis (Esprits du Mouvement), Exusiai (Esprits de la Forme)

1ère hiérarchie : Séraphins (Esprits de l’Amour), Chérubins (Esprits de l’Harmonie), Thrônes (Esprits de la Volonté)

Anges comme Représentants

Archanges comme Représentants

Archées comme Représentants

Les pouvoirs divins de la première hiérarchie sont connectés à nos corps physiques et aux forces de volonté dans nos âmes; la hiérarchie solaire ou la 2e hiérarchie a plus à voir avec nos corps Éthériques et nos forces de sentiment dans l’âme; et la troisième hiérarchie est plus connectée au corps Astral et aux forces de pensée dans l’âme. Ainsi, les Anges en tant que représentants de la troisième hiérarchie dans l’âme ont à voir avec la pensée. Les Archanges en tant que représentants de la 2e hiérarchie dans l’âme ont à voir avec le sentiment. Les Archées en tant que représentants de la première hiérarchie dans l’âme ont plus à voir avec la volonté.

À part des êtres spirituels supérieurs et inférieurs qui ont accès au corps humain et à l’âme il y a aussi la progéniture de hiérarchies supérieures (détachements), ce sont les êtres élémentaux qui se faufilent au-dedans et au-dehors de nos corps physiques, dans tous nos processus physiques et d’âme. Nous n’allons pas entrer là-dedans trop à fond, il est suffisant de dire que la disposition morale d’un être humain est de la plus grande importance pour les êtres susnommés, vu que leur propre évolution est dépendante de celle-ci. Un individu qui vit de façon véritablement morale peut libérer ces êtres afin qu’ils puissent progresser vers des stades supérieurs d’existence. Si un être humain n’est pas moral alors il piège de bons élémentaux dans ses différents corps (Physique, Éthérique, Astral) et ces êtres deviennent la proie (parce qu’ils n’ont pas d’Ego) d’êtres d’opposition. Sous le joug d’êtres d’opposition ces esprits élémentaux deviennent Ahrimaniens, Lucifériens ou Asuriques selon leurs dispositions et où ils ont leur lieu d’action,  et deviennent détachés de l’être humain en tant que démons, fantômes et spectres.

Rudolf Steiner nous dit que nous créons trois êtres  qui deviennent une partie de nous tout au long de notre vie. Les éléments Lucifériens, qui ont la possibilité de prendre racine dans le penser dans la mesure où celui-ci est connecté au corps Astral  et le monde Astral des anges, créent une bête ou double de ‘Doute’. Le doute vis-à-vis des choses spirituelles empêche l’humanité de travailler de façon créatrice dans la connaissance  et mène à la fantaisie et l’illusion.

L’élément Ahrimanien, qui a la possibilité de prendre racine dans le sentiment dans la mesure où celui-ci est connecté au corps Éthérique et au monde Dévachanique inférieur des Archanges, crée une ‘bête’ ou double de Haine, qui empêche les êtres humains de travailler dans l’amour vers des fins spirituelles, cela laisse l’âme creuse.

L’élément Asurique dans notre volonté, dans la mesure où celle-ci est connectée au corps physique et donc au monde Dévachanique Supérieur des Archées, mène à la création d’une bête ou double de Peur ou lâcheté en ce qui a concerne ‘l’être’ spirituel créatif, ce qui laisse les êtres humains vulnérables à des attaques de forces terrestres.


Les Éthers Terrestres et le Double

L’effet de ces êtres d’opposition sur les corps Astral, Éthérique et physique les affaiblit, laissant l’être humain vulnérable aux forces terrestres négatives.

De la même manière que des êtres retardés influencent la création de forces d’âme retardées, des énergies Éthériques négatives qui existent dans le monde influencent la création de forces Éthériques retardées dans l’être humain.

Une combinaison de forces retardées créées par l’influence d’êtres retardés dans les corps Physique, Éthérique et Astral et les énergies Éthériques retardées ou dégénérées qui créent des forces Éthériques retardées dans l’être humain, on peut dire que ces différents doubles ou forces de l’ombre forment collectivement un être que la Science Spirituelle appelle le ‘double’ personnel ou doppelganger. Il forme, selon Rudolf Steiner, une part du ‘Petit Gardien du Seuil’ dont l’existence en nous de la naissance jusqu’à la mort bloque notre progrès spirituel :

‘…Là s’élève le phénomène connu en tant que Gardien du Seuil – l’apparition du double inférieur de l’homme. L’être spirituel de l’homme, composé de ses impulsions de volonté, ses désirs et ses pensées, apparaissent à l’Initié en une forme visible. C’est une forme qui est parfois répugnante et terrible, car c’est la progéniture de ses bons et mauvais désirs et de son karma – c’est leur personnification dans le monde astral…’  

Dit autrement, on peut dire que l’influence d’Ahriman, de Lucifer et des Asuras sur l’être deacuse l’apparition des êtres de doute, de haine et de peur du spirituel dans le corps Astral, le corps Éthérique et le corps Physique, et que cela attire des forces qui aident à créer et soutenir un double à la fois personnel et collectif, identique à cet être que Rudolf Steiner appelle le Petit Gardien du Seuil, qui devient apparent pour nous dès que nous entrons dans le monde spirituel, comme une entité séparée qui est à la fois composée des trois bêtes de notre création et séparée de celles-ci. Voir l’image ci-dessus, appelée "Le Doppelganger", qui provient d’un dessin de Rudolf Steiner pour un vitrail du Goethéanum. Celui-ci dépeint la nature serpentine du double montrant les 7 chakras. Il vient d’une fissure dans la terre, mettant en relief son lien avec les forces terrestres dégénérées.  L’être humain assis ‘au sommet de la montagne de l’objectivité’ doit envoyer des forces spirituelles bénéfiques pour guérir et transformer le double.

Rudolf Steiner décrit comment ces bêtes ou doubles apparaissent à la conscience imaginative:

Le double ou bête du doute est rouge et a des yeux vitreux.
Le double ou bête de la haine a des taches jaunes et montre les dents.
Le double ou bête de la peur est bleu et a un esprit osseux, ossifié.

C’est ce troisième être qui repose dans notre volonté et donc nos corps physiques, ce qui nous rend particulièrement vulnérable aux forces terrestres et permettent leur entrée dans l’être humain.


Les Trois Courants du Mal dans le Monde Macrocosmique

Rudolf Steiner nous dit que ce qui forme une part de l’homme intérieur durant la vie devient le monde extérieur après la mort. Nous pouvons appeler ça une ‘loi d’inversion’:

“Tout d’abord, l’homme a au-dedans de lui ce qu’il voit ensuite autour de lui…Tout ce qui vit aujourd’hui dans l’être intérieur de l’homme, ses pensées, ses sentiments, trouvera son expression dans le monde extérieur et deviendra son milieu extérieur. Le futur repose au-dedans de l’homme.”  

Nous pouvons donc dire que les êtres humains sont instrumentaux dans la création du monde extérieur ou cosmos, tant par le travail intérieur effectif que par le manque ou l’absence de travail intérieur.

En gardant ceci à l’esprit, nous allons procéder dans notre exploration du lien qui existe entre le double de l’homme et les éthers déchus.


Que sont les éthers déchus?

Après la ‘chute’ lorsque Adam mangea du fruit de l’Arbre de la Connaissance et devint un être conscient, par l’entrée de Lucifer dans son corps Astral, il fût jugé que l’humanité ne devrait conserver uniquement que les Éthers de Chaleur et de Lumière; les deux autres, Éthers Sonores et de Vie, furent protégés et gardés dans des mondes spirituels (Arbre de Vie) sans quoi ils deviendraient la proie de forces retardées. Rudolf Steiner nous dit que nous avons le monde Physique, le monde Astral, le Spirituel (Devachan) Inférieur et le Spirituel (Devachan) Supérieur. Il y a aussi ce que Rudolf Steiner appelle le monde sous-physique;

Dévachan Supérieur – Domaine des Archais
Dévachan Inférieur – Domaine des Archanges
Monde Astral – Domaine des Anges
Supra Terrestre
Terrestre/Monde Physique – Domaine de l’Homme
Infra Terrestre
Le monde Astral inférieur – domaine de Lucifer
Le Devachan Inférieur mauvais – domaine d’Ahriman
Le Devachan Supérieur mauvais – domaine des Asuras

Lorsque l’Éther de lumière se décompose et est repoussé dans le monde sous-matériel, un étage plus bas que le monde matériel — l’électricité apparaît.. La lumière trouve donc son reflet dans le substrat de la terre dans l’Électricité. Dans l’homme cela a sa contrepartie dans le Penser.

Lorsque l’Éther Chimique se décompose et est rabattu en-deçà du plan physique dans le monde Devachanique mauvais — le magnétisme naît. Le son trouve son reflet dans le substrat de la terre en tant que magnétisme. Dans l’homme ceci a sa contrepartie dans le Sentiment.

Si ce qui vit dans le Devachan supérieur en tant qu’Éther de Vie se décompose et est repoussé encore plus bas dans le domaine des Asuras, ce qui naît de la sorte est caractérisé par Rudolf Steiner comme étant ‘une force encore plus terrible — qu’il ne sera pas possible de garder cachée encore longtemps’ : le monde de l’Atome. Il continue en disant :
‘On ne peut qu’espérer que lorsque cette force en vienne à être connue — une force que nous devons concevoir comme étant beaucoup, beaucoup plus forte que la décharge électrique la plus violente — on ne peut qu’espérer qu’avant que quelque découvreur mette cette force entre les mains du genre humain, l’homme n’aura plus rien d’immoral en lui.’  
L’Éther de Vie a sa contrepartie, son reflet, dans le substrat de la terre, dans un genre de radioactivité. Dans l’homme, cela a sa contrepartie dans la volonté humaine.

Éther Chaleur – monde Physique – monde Élemental
Éther Lumière – Foi/Pensées Spirituelles – Astral
Éther Chimique ou Sonore – Amour – Dévachan Inférieur
Éther Vie – Espoir/Volonté de faire le bien/ Karma – Dévachan Supérieur

Éther Vie déchu – Dévachan Supérieur sous-physique – énergie Atomique
Éther Chimique déchu – Dévachan Inférieur sous-physique – magnétisme
Éther Lumière déchu – monde Astral sous-physique – électricité


Pensées déchues et matérialisées – doute en l’esprit
Sentiments déchus matérialisés – haine de l’esprit
Volonté déchue matérialisée – peur de l’esprit

Les pensées, sentiments et volonté déchus ci-dessus utilisent et intensifient les éthers déchus de la même manière que les pensées, sentiments et volonté spiritualisés utilisent et ajoutent aux ‘éthers supérieurs’.

Donc nous pouvons dire que les forces déchues dans l’homme (le double) sont particulièrement renforcies en venant en contact avec leurs contreparties dans le monde extérieur, et que les forces Éthériques dégénérées dans le monde sont grandement renforcies en venant en contact avec leur contreparties dans l’homme.


Pourquoi cette dégénération s’est-elle produite ?

Comme nous l’avons vu, ce qui était à un moment dans le cosmos peut à un autre moment être trouvé dans le microcosme et vice versa. Cela se rapporte directement à ce que nous trouvons sur terre comme vestige de ce qui était présent dans l’entourage de la terre durant les différents stades évolutionnaires de la Terre.

Ce qui reste des forces de l’Ancien Saturne – Éther Vie – est maintenant trouvé dans le noyau de la Terre dans une forme dégénérée en tant que pouvoir de l’Atome (plus puissant que la force nucléaire).

Ce qui reste des forces de l’Ancien Soleil – Éther Sonore ou Chimique – est trouvé à un autre niveau interne de la Terre dans une forme dégénérée en tant que pouvoir du magnétisme.

Ce qui reste des forces de l’Ancienne Lune – Éther Lumière – est trouvé à un niveau encore plus haut et est le plus près de la surface de la Terre dans une forme dégénérée en tant que pouvoir de l’électricité.

Rudolf Steiner nous dit que touteère de la Terre présente deux phases de développement physique, la générative et la dégénérative. Dans la première moitié d’évolution Terrestre ¬– époques Polaire, Hyperboréenne, et Lémurienne – les substances physiques de la Terre étaient dans une phase générative ou un processus de génération très similaire à l’être humain jusqu’à sa trente-cinquième année. Après ça dans notre présente époque Post-Atlantéenne et les deux époques suivantes commence une dégénération. Dans les temps Atlantéens il y avait un équilibre de forces génératives et dégénératives, durant les temps Lémuriens les forces qui allaient devenir l’électricité  et étaient présentes dans la terre à partir des temps de l’Ancienne Lune passaient par une phase générative, dans les temps Hyperboréens les forces de magnétisme de l’Ancien Soleil subissaient une génération, et dans les temps Polaires les forces Saturniennes qui un jour feraient surface en tant que pouvoir de l’Atome étaient dans leur phase générative. Durant la présente Époque Post-Atlantéenne (un reflet des temps Lémuriens) l’électricité a émergé comme une forme en décomposition des forces lunaires de Lumière et dans des temps futurs, quoique déjà commencés en nos temps ; c’est-à-dire : l’Époque Hyperboréenne est reflétée dans la 6e Époque Post-Atlantéenne et ainsi les anciennes forces Solaires des Éthers Chimiques ou Sonores en décomposition vont émerger de plus en plus en tant que pouvoir du Magnétisme ; dans l’Époque Polaire la dégénération ou décomposition de l’Éther Vie va émerger plus intensément que jamais en tant que pouvoir de l’Atome (tout ce qui cause une séparation, une destruction du ‘tout’) qui dans la 7e Époque Post-Atlantéenne va finalement détruire la Terre.  

Quoi qu’il en soit, comme cet aspect physique est en génération et en dégénération, ainsi les aspects spirituels descendent et montent. Tellement que dans les cinquième, sixième et septième Époques les forces opposées à ces éthers déchus devront être cultivées afin d’élever l’humanité collectivement, et ce à partir de sa 35e année, dans une montée vers l’esprit.

À quel point l’humanité aura réalisé ou pas cette tâche, cela déterminera les conditions qui seront rendues possibles pour, d’un côté, la manifestation physique de l’Antéchrist et, de l’autre, l’incarnation spirituelle de l’être du Christ.


Comment est-ce que cela est lié au double Ahrimanien Sous-Suprahumain ?

Dans notre propre 5e Époque Culturelle Post-Atlantéenne, on observe une courbe similaire à un niveau microcosmique. Au début de cette Époque Post-Atlantéenne, dans l’Époque Indienne, il y avait un reflet de la génération physique des forces d’éther, et ce jusqu’à l’Époque Gréco-Romaine – le mystère du Golgotha. Si ce n’eut été du mystère du Golgotha le genre humain n’aurait pas été capable de s’élever vers l’esprit dû à une influence grandissante sur l’homme des forces dégénératives de l’électricité, du magnétisme et du pouvoir de l’Atome. Ceux-ci auraient gagné haut la main. Le Christ cependant, descendit dans les profondeurs Plutoniennes (Hadès) le Samedi de Pâques c’est-à-dire, dans la sous-nature de la terre et y enchaîna Ahriman et les Asuras pour un moment (un aspect Européen de ceci est le Rite ancien du Roi Sacrificiel tel que pratiqué dans les cultures des Celtes) et donc, par conséquent, Sorat. Cela a rendu possible à l’homme de vaincre les forces de mort physique avec la vie spirituelle. Car si Ahriman n’avait pas été lié, alors le matérialisme ne serait pas juste une attitude de vie mais une grave maladie.  À partir du moment du Mystère du Golgotha, un choix fût donné à l’homme par lequel il peut commencer à se préparer pour sa future tâche qui consiste à ennoblir les forces dégénératives mauvaises de mort et de décomposition en travaillant avec les forces des Éthers de lumière (Foi), chimiques ou sonores (Amour), et de vie (Espoir). Il peut au contraire librement rejeter cette possibilité et sombrer au fond de l’abysse.

Si l’homme rejette cette possibilité (prenant en compte que chaque individu humain crée pour lui-même le double comme un agrégat des pensées, sentiments et actes de volonté matérialistes qui attirent et ajoutent aux forces Éthériques négatives dans son être), il se pose à la raison que la création et l’éducation/ennoblissement de ce double n’aura pas simplement un effet sur l’être humain individuel mais aussi sur le monde autour de lui – dans l’Éther environnant – dans la création d’un double super ou sous-suprahumain – le grand double qui va fournir un véhicule adéquat pour l’incarnation d’Ahriman.


Comment cela va-t-il servir à l’incarnation d’Ahriman, l’émissaire du Démon Solaire ?

-Les Pensées matérialistes mortes qui deviennent des cadavres dans le cerveau humain nourrissent l’Éther Lumière dégénéré – électricité ou noirceur – dans le monde Astral Mauvais ou sous-physique, à partir duquel le corps Astral sera créé dans lequel l’Ego démoniaque d’Ahriman peut émerger.

-La Haine de l’esprit et le manque de d’amour pour le spirituel, incluant le travail des autres, creuse, vide et tue l’âme humaine, intensifiant l’Éther Sonore ou Chimique – Magnétisme – dans le Dévachan Inférieur Mauvais ou sous-physique, avec lequel les forces opposantes vont tisser le corps Éthérique d’Ahriman.

-La Peur paralyse la volonté morale humaine et cela va intensifier d’avantage le pouvoir d’Éther Vie dégénéré – pouvoir de l’Atome – dans le Dévachan Supérieur Mauvais ou sous-physique. De là proviendra la connaissance nécessaire pour créer le corps physique d’Ahriman.

Les trois corps d’Ahriman seront formés par: les cadavres Astraux de pensées humaines, les vibrations issues des cœurs et des larynx d’êtres humains remplis de haine et de sentiments immoraux, et la dissociation des êtres humains des actes moraux, des hiérarchies supérieures et de leur Karma par la peur.

Ahriman est destiné à s’incarner environ trois mille ans après la naissance du Christ dans un corps physique, en tant que contrepoids à l’incarnation de Lucifer qui advint trois mille ans avant l’incarnation du Christ  en Chine. Sa naissance est en préparation depuis l’année 1998. Il ne sera pas un homme ordinaire, il sera un super ou un sous-suprahumain. Cela veut dire qu’il n’aura pas seulement un corps physique, mais aussi un corps sous-supraphysique, un corps d’élémentaux et d’êtres Lucifériens, Ahrimaniens et Asuriques à sa disposition qui possèdent des membres supérieurs (Esprit Soi, Esprit Vie et Homme Esprit) . Si cette incarnation suit ces lois qui guident l’incarnation d’êtres supérieurs (Bodhisattva), alors Ahriman va s’incorporer dans les trois corps créés pour lui par un véhicule humain. Cette fois cependant, le véhicule humain n’aura pas d’Ego . Cet ‘être’ physique va permettre à l’Ego d’Ahriman d’y entrer autour de sa vingt-neuvième ou trentième année et Ahriman va commencer le travail d’élaboration de ces trois corps dans une forme Ahrimanisée retardée d’Esprit Soi, Esprit Vie et Homme Esprit microcosmique.  À travers lui vont agir les intentions de l’être de Sorat, la Bête de l’Apocalypse. Sorat, un être qui est déchu et retardé depuis avant l’Ancien Saturne, n’appartient pas à notre évolution terrestre et va entrer dans l’évolution Terrestre seulement dans le futur Apocalyptique. Il aura besoin de tous les hôtes de Lucifer, Ahriman et des Asuras et les éthers infra-terrestres qui ont été intensifiés par le double Ahrimanien sous-suprahumain et les êtres humains individuels qui ont pris ses impulsions dans leurs différentes corps. Ceux-ci seront ses membres, ses organes des sens, ses organes internes, et ils vont amener ses pensées et intentions, sa haine et sa volonté inébranlable à s’incarner.

Cela pourrait très bien arriver plus tôt que prévu, dépendamment de la force du double Ahrimanien. Car il peut être possible pour Sorat d’entrer dans l’Ahriman incarné physiquement même dans notre propre époque et l’inspirer dans ses corps – une pseudo-incarnation pour Sorat.  

La totalité des êtres travaillant pour Sorat/Ahriman en opposition à l’impulsion du Christ est ce que Jean décrit comme l’ « Antéchrist » . Cependant il doit être remarqué que la force d’une telle attaque sur l’impulsion du Christ va dépendre de si l’humanité est capable ou non de s’élever vers l’esprit.
De quoi Ahriman aura-t-il l’air ?
-Il sera extrêmement intelligent. Possédé par un grand et puissant génie et un intellect froid qui va assurer la foi des dupes. Il mettra sur pied une grande école d’Occultisme (Loges) où la magie noire sera enseignée. Ceux qui le suivent vont prendre le ‘matérialisme’ qui existe dans la pensée (corps Astral) et le faire descendre jusque dans leurs corps Éthériques et vont les durcir afin que ces corps Éthériques restent intacts après la mort (immortalité Ahrimanienne). Ces corps Éthériques durcis vont distordre l’image du Christ Éthérique dans le monde Astral entourant et avoisinant la Terre.
-Il va dégager un puissant magnétisme qui va attirer les êtres humains avec son pouvoir – sa ‘voix’ va avoir la capacité d’hypnotiser ceux qui écoutent sans discrimination et fera ‘paraître’ honorable, juste et bon ce qui est immoral (Le Saruman du Seigneur des Anneaux de JRR Tolkien nous vient à l’esprit). La Haine guidera chacune de ses actions, mais de lui viendra les enseignements concernant la nature des passions inférieures et leur connexion avec la clairvoyance – le Kundalini Tantra qui mène à des rites sexuels cérémoniels accédant les forces Éthériques inférieures en est un exemple. Aussi, des meurtres rituels consentants et du cannibalisme, qui est d’une nature sexuelle, est une autre étape encore. Il sera responsable de promouvoir seulement la version biblique de la vie du Christ en tant que récit littéral, matériel de la vie d’un homme, rejetant Sa divinité et résurrection (notez le film ‘La Passion du Christ’ et son obsession avec la mort et la faillite de poursuivre vers une compréhension de la résurrection et du devenir). Ahriman sera plus charismatique que le Jésus humain impuissant qui sera dépeint partout.
-Sa volonté ne sera pas restreinte et il récoltera le pouvoir des membres (suprahumains) de son être avec une force violente et concentrée qui va encourager ceux qui sont faibles d’esprits à le suivre. Ceux qui ne le suivront pas souffriront d’une persécution incroyable. Cela sera rendu possible premièrement en détruisant la volonté, en entravant la volonté et donc l’élaboration de l’âme conscience, ce qui mène enfin soit à une fusion de l’Ego avec le corps physique, soit à l’expulsion pure et simple de l’Ego. Un pâle exemple de cette destruction de la ‘volonté’ d’un peuple se produisit en Europe de l’Est durant le règne des Bolcheviques lorsque soixante millions de gens furent assassinés et plusieurs autres furent envoyés dans des camps de travaille en Sibérie. Aujourd’hui nous voyons une forme très subliminale de ceci dans les nouvelles lois contre le terrorisme qui donnent à l’État des pouvoirs sans précédents sur les suspects. La détention sans procès de suspects à l’institut militaire de Guantanamo Bay est un exemple, à une échelle réduite, des débuts de l’attaque sur les droits et libertés civiles humaines, qui va s’étendre à travers le monde comme un feu de paille par la Peur. De là, il n’y a qu’un pas à l’entière domination de la volonté humaine et sa subjugation subséquente aux pouvoirs qui souhaitent détruire l’Ego.
 
En 1780 Galvani commença des expériences menant à la découverte de l’électricité. En 1845 Faraday conclu que toute matière doit contenir du magnétisme et en 1932 la division artificielle du noyau du lithium par bombardement de neutrons mena à la découverte de l’énergie atomique. La dégénération des éthers avait commencé dans notre Époque Post-Atlantéenne et aura son point culminant dans la septième Ère de l’Évolution de la Terre.

Aujourd’hui nous voyons les signes de la préparation pour l’arrivée d’Ahriman. Nous voyons les signes de sa venue. Le matérialisme a atteint son zénith au milieu du siècle dernier. Les pensées , les sentiments et la volonté matérialistes des êtres humains entrant dans le monde entre la mort et la renaissance répandent ensuite un épais brouillard de ténèbres sur le monde spirituel, créant un obscurcissement dans le monde de la Première hiérarchie, menant à une certaine intensification des éthers déchus dans le monde Sous-physique, ce qui résultat en une manifestation du pouvoir de la Bête dans le Nazisme, le Bolshévisme et la découverte du pouvoir de l’Atome. Ceci causa un sacrifice de la conscience du Christ dans le monde Astral.

Dans les mystères Rosicruciens les initiés ont toujours su concernant la croix sur laquelle le Christ est et va continuer à être sacrifié dans le monde Spirituel.

Si les êtres humains n’ouvrent pas leurs yeux et n’acquièrent pas une connaissance occulte concrète comme contrepoids (contre-force) au mal, alors l’humanité sera démunie et impuissante en face de la future incarnation d’Ahriman et la manifestation physique à travers Ahriman de son maître Sorat.

Déjà, dans notre 5e Époque Culturelle nous observons l’incarnation d’Ahriman, une toile mondiale de courants électromagnétiques sillonne la surface de la terre. Des tours à micro-ondes et des gratte-ciels vibrant d’impulsions électriques remplacent les anciennes pyramides et obélisques sur l’horizon des cités humaines. Des satellites ont pris la place de l’adoration divine de Étoiles qui ont guidé nos ancêtres dans leurs périples. Nous cherchons à explorer les planètes (cadavres du passé) plutôt que d’apprendre d’une manière méditative à entrer en communion avec les contreparties spirituelles vivantes de ces cadavres. Des générateurs d’ondes vibratoires, des lasers et la médecine nucléaire ont pris la place de la guérison avec les mains et le cœur. Des processeurs digitaux pompent des formules numériques qui noient l’harmonie des sphères. La destruction prématurée de l’enveloppe physique par la dépendance à la drogue, l’édification de la nature animale par les sports, les suppléments de vitamines et minéraux, l’usage de stéroïdes et par les rituels sexuels, la musique heavy metal, la télévision, etc. La destruction des enveloppes physique de la Terre par la pollution de l’air et du sol, la coupe des forêts humides, les pratiques agricoles non-durables, le pillage des mers et des minéraux de la terre.

Tout ceci peut être vu sans que l’œil ne soit focalisé sur le spirituel. Partout l’être humain et entouré d’éthers déchus qui ont pu déborder de leurs domaines respectifs. Partout les êtres élémentaux pénètrent dans les humains à partir du royaume des esprits de la nature pour être enchantés et libérés selon la disposition morale de leur hôte. Partout le chercheur spirituel peut voir les fantômes (Asuras), fantômes/spectres (Ahriman) et les démons (Lucifer) créés qui se sont détachés des êtres humains comme résultat des préjudices (les forces de Peur dans la vie de Volonté), de l’absence d’amour (forces de Haine dans la vie du Sentiment), du mensonge et l’hypocrisie (forces du Doute dans la vie de la Pensée).

Tout ce qui est mentionné ci-dessus a sa place dans l’évolution humaine car la terre est destinée à mourir et devenir un cadavre,  cependant les êtres humains ne sont pas destinés à suivre la Terre dans l’abysse, ils sont destinés à s’élever en conscience et spirituellement, prenant avec eux ce qu’ils peuvent racheter (en tant que graine) des éléments Lucifériens, Ahrimaniens et Asuriques vers un futur stade évolutionnaire quand la Terre sera renée à nouveau.


Comment accomplir cette tâche ?


La réponse à cette question repose en ce que nous pouvons faire en tant qu’individus qui se rassemblent au nom de l’Anthroposophie par le travail des quatre courants de mystères renouvelés par Rudolf Steiner à la Conférence de Noël en 1924. Apprendre à reconnaître et vaincre le Doute, la Peur et la Haine de l’esprit dans nos propres âmes, en les remplaçant par la Foi, l’Amour et l’Espoir doit devenir notre standard et doit commencer à notre époque si nous espérons affaiblir le pouvoir d’Ahriman et subséquemment l’Antéchrist dans les temps futurs. Sinon nous allons nous incarner dans la Sixième Époque Culturelle et réaliser que nous sommes comme le fermier qui n’a pas semé de graines et se plaint de ne rien récolter. Nous n’aurons pas empêché les grandes calamités qui vont venir, et l’inévitable souffrance humaine en résultant.

La meilleure contre-force est de travailler dans la connaissance. La connaissance (l’intelligence Michaélique), est la première étape pour reconnaître et racheter ces forces. Ahriman lui-même nous dit dans le Faust de Goethe,

« Je te congratule avant qu’on ne se quitte Et vois que tu connais le diable maintenant. »
(“I will not grudge my praise before thou goest, For well I see that thou the Devil knowest.”  )

La semaine prochaine nous allons discuter du courant de mystère renouvelé qui agit par l’être de l’Anthroposophie à mener le genre humain aux quatre voies de la connaissance :

1.    Éveiller la spiritualité dans les êtres humains – Courant Rosicrucien
2.    Annoncer le Christ Cosmique – Courant du Graal
3.    Démasquer et racheter le mal – Courant Manichéen  
4.    Créer les conditions pour le futur – Courant Templier

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par tchektuf le Mar 31 Déc - 3:03

ce texte doit etre assimilé et médité pour en parler,
car il procede de l'ésoterisme que l'on connait et qui n'a rien a voir avec les autres enseignements.
Fort étrange le contraste entre les differents enseignements notamment de ceux qui parlent de vivre sans tête ou de ceux qui se mettent au service d'une puissance superieure. la notion d'individualité est vue de bien des maniéres et on voit mal parfois les compatibilités. a chacun de trouver sa voie tout en n'ignorant pas ou ne miniisant pas les autres les autres et ça c'est pas courant, j'en ai fait l'experience
tchektuf
tchektuf

Messages : 448
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par Archange le Jeu 2 Jan - 18:11

tchektuf a écrit:  Fort étrange le contraste entre les differents enseignements notamment de ceux qui parlent de vivre sans tête ou de ceux qui se mettent au service d'une puissance superieure. la notion d'individualité est vue de bien des maniéres et on voit mal parfois les compatibilités. a chacun de trouver sa voie tout en n'ignorant pas ou ne miniisant pas les autres les autres et ça c'est pas courant, j'en ai fait l'experience

En effet, au vu de la diversité des enseignements ésotériques, spirituels, il y en a pour toutes les natures, idiosyncrasies, pour tous les développements, pour tous les goûts en somme, même si la Vérité elle-même ne saurait s'adapter à nos prédilections personnelles, sinon ce serait ramener à notre dimension quelque chose qui est censé la transcender, ce serait relativiser l'absolu; mais j'ignore totalement si l'absolu est une réalité, ou s'il n'y a que de multiples vérités propres au mode de perception de tout un chacun et à son parcours personnel.

En prenant connaissance de plusieurs enseignements ésotériques, spirituels, ce qui me parut le plus libérateur fut le bouddhisme, très proche de l'enseignement de Krishnamurti: qu'en somme l'individualité n'est pas réelle, et que le Réel n'est que lorsque le "moi" n'est plus, c'est-à-dire la cessation de la pensée, des projections mentales. C'est donc radical et sans compromis. C'est pour cela qu'à une période j'en étais même arrivé à penser (parano que je suis) que les enseignements de Bailey ou de Steiner n'étaient faits que pour égarer (tout le tintsouin sur le Lucifer Trust, ou sur le fait que Steiner écrivit, dans sa jeunesse dans une revue dont je ne me souviens plus le titre exact mais qui contenait également l'illustre ange déchu) mais en approfondissant la lecture je n'ai pu que constater l'excellence et la pertinence de ces ouvrages: en somme il y a deux approches différentes du développement spirituel, la graduelle et l'instantanée, et en somme l'approche juste doit être, comme d'habitude, au milieu: on ne va pas s'éveiller complètement en un claquement de doigts, tout comme on ne peut s'éveiller dans le temps puisque l'éveil est par essence hors du temps. Ce qui prend du temps, c'est la purification de l'esprit, et pour cela il y a les méthodes, les enseignements divers et variés, et tous visent à la libération, à la transcendance de sa condition humaine.

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par tchektuf le Jeu 2 Jan - 22:42

salut Archange  et tout ce qu'il faut sur ton chemin pour avancer comme tu le pourras découvrir en 2014.

il n'y a que le developpemnt de ses qualtés qui peuvent nous permettre d'avancer sur un chemin
Aprés nous avons des réponses selon nos exigences  et notre patience. utiliser le silecieux de nos imperfections permet de faire moins de bruit, qui sert souvent à sentir que l'on existe,malgré tout.
formule rapide pour réorienter le fait que ce sont nos
imperfections qui se font valoir de façon bruyante dans l'habit qui leur est opposé. au fil du temps on peut le découvrir.
comme je te l'avais proposé voici l'index du livre où se trouve oue conference choc qui peut éclairer 
le théme central de l'individualité et du mal:
le Moi  son origine spirituelle. son évolution


les conferences 10,12,15,16 ouvrent de grandes pespectives
Première confé rence, Berlin 19 octobre 1908
Le monde astral Le monde astral. Les courants reliant l'homme aux différentes entités du monde astral. Maîtrise de ces différents courants par le Je. La folie, conséquence de la perte de maîtrise de ces courants. Aliénation mentale de Nietzsche. Liens entre les différentes entités astrales. Particularités du monde astral : interpénétration de la matière et fécondité des idées comme expression de leur véracité. Les deux mondes astrals : celui du bien et celui du mal. Le monde du Dévachan. Le Kamaloca.
Deuxième conférence, 21 octobre 1908
Quelques caractéristiques du monde astral La répétition, principe le plus élémentaire du corps éthérique. Corps astral et éthérique chez la plante et l'animal. Particularités du monde astral : relation entre ce qui est séparé dans l'espace (ex. : parallélisme chez les jumeaux). Confluence de courants astrals (ex. : les siphonophores), développement du physique par retournement des organes (ex. : organes du poisson et de l'homme).
Troisième conférence, 23 octobre 1908
Histoire du plan physique et histoire occulte L'histoire sur le plan physique et l'histoire occulte dans le monde spirituel. Histoire de la décadence de l'au-delà et de l'essor de l'ici-bas. Signification historique des initiés et du mystère du Golgotha pour l'au-delà et l'ici-bas (Descente du Christ aux enfers).
Quatrième conférence, 26 octobre 1908
Le renoncement : loi du plan astrral, et le sacrifice : loi du plan du Dévachan Pensée, sentiment et vouloir objectifs acquis par l'entraînement occulte. Sentiment, vision astrale et imagination. Volonté, audition occulte (harmonie des sphères) et inspiration. La privation dans le monde astral (Kamaloca). Rôle préparatoire du renoncement. Différences entre monde astral et Dévachan. Rôle préparatoire du sacrifice.
Cinquième conférence, 27 octobre 1908
Nature de la souffrance, de la joie et de la félicité Articulation de l'éthérique et de l'astral. Effet des lésions physiques : privation et refoulement d'activité du corps éthérique au sein du corps physique, douleur pour le corps astral. Effet de l'ascèse : excès de forces du corps éthérique et félicité pour le corps astral. Savonarole, un exemple des forces acquises par la mortification du corps physique. Souffrance dans le Kamaloca et félicité dans le Dévachan. L'endurance à la douleur physique en tant que chemin de connaissance. Le couronnement d'épines, un des degrés de l'initiation chrétienne, en est un exemple.
Sixième conférence, 29 octobre 1908
Les quatre âmes-groupe de l'homme : Lion, Taureau, Aigle et Homme Ames-groupe et Je de groupe aux ères atlantéenne et lémurienne. Caractère des quatre âmes-groùpe : Aigle, Lion, Taureau et Homme. Le sexe du corps éthérique opposé à celui du corps physique. Nature du Lion et corps féminin, nature du Taureau et corps masculin.
Septième conférence, 2 novembre 1908
L'oubli Mémoire et oubli. La mémoire en relation avec le corps éthérique. La répétition, principe du corps éthérique. La loi globale du corps éthérique végétal. La part du corps éthérique restée disponible, non utilisée pour l'éducation. Relation de cette part libre avec la santé et la maladie. La part libre du corps éthérique, condition de l'évolution humaine. Action des représentations oubliées sur l'élément libre du corps éthérique. Rôle perturbateur des représentations non oubliées et action stimulatrice des représentations oubliées sur le développement. L'oubli, un grand bienfait pour la vie quotidienne et la vie morale. Apprentissage de l'oubli du monde physique dans le Kamaloca (traversée du Léthé). Valeur de l'oubli pour le salut de l'humanité.
Huitième conférence, 10 novembre 1908
Nature de la maladie Le lien interne entre ces conférences. Maladie et guérison. Médecine matérialiste et spiritualiste. Le sang expression du Je. Cinq formes de maladies et leur thérapie : 1. Maladies chroniques en relation avec le sang et le Je. 2. Maladies aiguës en relation avec le corps astral et les nerfs. 3. Affections glandulaires en relation avec le caractère ethnique et le corps éthérique. Au sujet du Tabès. Relation des organes entre eux et avec les planètes. La méthode thérapeutique. Maladies infectieuses en relation avec le corps physique. 5. Maladies et karma. Polémique de Paracelse.
Neuvième conférence, 16 novembre 1908
Nature et signification du décalogue Comment doit être traduit et compris le décalogue. Jahvé : « Je suis le Je suis » et le Je du peuple juif. Nature de Jahvé : une sorte d'être de transition. Le déversement progressif de la connaissance du Je au sein du peuple juif. Retentissement du décalogue sur la santé des corps astral, éthérique et physique. L'action évolutive des divinités inférieures sur les corps physique, éthérique et astral de l'homme. Vénération des images de ces divinités chez les autres peuples. Le travail de Jahvé sur le Je de l'homme et sa vénération non figurative chez le peuple juif. Développement moins poussé de la soi-conscience chez les sages et les prêtres des autres peuples. Sous l'influence du décalogue, le peuple juif devient un peuple de prêtres. L'impulsion du Je dans le décalogue et dans le mystère du Golgotha.
Dixième conférence, 8 décembre 1908
Nature du péché originel La séparation des sexes à l'ère lémurienne et la bisexualité à l'époque précédente. Relation de l'homme avec son environnement dans le passé. Effacement croissant des perceptions spirituelles. Attraction mutuelle des sexes et apparition des passions au milieu de l'ère atlantéenne. L'amour platonique des époques antérieures. Transmission de facteurs héréditaires au cours des générations : le péché originel. Séparation des sexes, individualisation de l'homme et maladie. Nature divine du corps éthérique et non divine du corps astral. Le corps physique, temple de Dieu. Les remèdes minéraux, créateurs d'un fantôme (double) du corps physique. Effets bénéfiques de ces remèdes : autonomie du corps physique en regard des influences des corps astral et éthérique. Effets néfastes : affaiblissement des influences bénéfiques des corps éthérique et astral sur le corps physique.
Onzième conférence, 21 décembre 1908
Le rythme des corps humains Les quatre éléments constitutifs de l'homme dans la veille et le sommeil. Je de jour et Je universel. Rythme circadien du Je en relation avec la rotation terrestre. Le corps astral et l'astral universel. Le rythme hebdomadaire du corps astral en relation avec l'ancienne Lune et les phases lunaires. Variations du corps éthérique en quatre fois sept jours et en relation avec le cycle lunaire. Rythme de dix fois vingt-huit jours chez la femme et de douze fois vingt-huit jours chez l'homme ; leur relation avec l'ancien Saturne et avec l'orbite terrestre. Articulation des éléments constitutifs et sa relation avec les maladies. La fièvre; l'exemple de la pneumonie. Rythme des éléments constitutifs et liberté humaine. Émancipation progressive des rythmes. Caractère abstrait de la science depuis le xve siècle. Expérimentation médicale de la phénacétine.
Douzième conférence, 1 er janvier 1909
Méphistophélès et les tremblements de terre Méphistophélès et les tremblements de terre. Méphistophélès et la descente vers les Mères dans le Faust. Le prologue dans le ciel (Faust) et le livre de Job (Ancien Testament). Qui est Méphistophélès ? Influence de Lucifer et de ses cohortes sur l'homme. Zoroastre et la civilisation de l'ancienne Perse. Influence d'Ahriman et de ses cohortes sur l'homme. Pouvoir sur le feu et sur les forces terrestres : magie noire. L'apparition du Christ dans l'au-delà après l'événement du Golgotha (descente aux enfers). Enchaînement d'Ahriman par le Christ. Les Asuras. Relation permanente de l'ensemble du karma humain avec celui d'Ahriman. Karma individuel et karma général de l'humanité. Les couches de la Terre. La sixième couche (de feu), centre de l'activité d'Ahriman. Tremblements de terre et éruptions volcaniques en tant que réminiscences des catastrophes de l'ère lémurienne et atlantéenne. Possibilité, difficulté et justification de prédiction occulte des tremblements de terre.
Treizième conférence, 12 janvier 1909
Les rythmes de la nature humaine Rythmes du Je, du corps astral, du corps éthérique et du corps physique et leurs rapports : 1, 7, 4 x 7, 10 x 4 x 7. La fièvre : processus de défense de l'organisme. Au sujet du poumon. Relation entre les différents rythmes du corps éthérique et du corps astral. Mouvement des corps célestes et rythmes des éléments constitutifs humains. Le rythme du corps physique (10 x 28 jours = 10 mois sidéraux) et durée de la vie fcetale. Différences entre rythmes humains et rythmes des Anges, des Archanges et des Archées. Émancipation de l'homme des rythmes extérieurs et élaboration d'un nouveau rythme intérieur. Le rapport de 4 : 7 entre les éléments constitutifs et les incarnations.
Quatorzième conférence, 26 janvier 1909
Maladie et karma Maladie et mort. Le temps du Kamaloca. Surmonter obstacles et entraves fortifie l'homme. Compensation dans les existences suivantes des souffrances et des torts causés. L'incompatibilité entre le courant héréditaire et les besoins de l'âme est une source de disharmonie. Origine karmique des maladies. La maladie en tant que préparation impossible ü réaliser dans l'immédiat, mais réalisable dans le futur. Santé et maladie avant et pendant l'ère lémurienne. Le culte d'Esculape dans la mythologie grecque.
Quinzième conférence, 15 février 1909
Évolution du christianisme dans l'humanité actuelle. Individualités-guides et êtres-avatars. Évolution humaine à travers les différentes incarnations, en comparaison de l'évolution des entités-avatars. Le Christ: l'entité-avatar la plus élevée. Action des entités-avatars sur la terre. Union d'une entitéavatar au corps éthérique de Sem, le patriarche des Sémites. Reproduction en nombre innombrable du corps éthérique de Sem dans ses descendants. Mise en réserve du propre corps éthérique de Sem dans le monde spirituel, en vue de la mission particulière de Melchisedech au sein du peuple hébreu. L'impulsion donnée par Melchisedech à Abraham. La reproduction du corps éthérique et du corps astral de Jésus de Nazareth, du fait de sa pénétration par l'entité-avatar du Christ. La conservation de ces reproductions éthériques et astrales dans le monde spirituel, en vue de leur insertion dans des hommes ayant acquis la maturité nécessaire. Histoire intime de l'évolution du christianisme s'y rapportant : du ler au ve siècle, importance du souvenir physique de l'action du Christ et des disciples. Exemples : Irénée, Papias, Augustin. Du ive au XIIe siècle: révélation clairvoyante des événements de Palestine au travers d'hommes auxquels ont été données des reproductions du corps éthérique de Jésus de Nazareth. Exemples : l'auteur du poème « Héliand ». Du XIe au XVe siècle : ardeur religieuse et conviction intime des porteurs de reproductions du corps astral de Jésus de Nazareth. Exemples : François d'Assise, Elisabeth de Thuringe ; pour l'âme d'entendement : les scolastiques ; pour l'âme de conscience : les mystiques, Johannes Tauler, Maître Eckhart. Aux XVe et XVIe siècles : naissance de la science moderne à partir de la science chrétienne du Moyen-Age. Du XVIe au XXe siècle : la science de l'esprit prépare le Je à devenir un organe d'accueil du Christ.
Seizième conférence, 22 mars 1909
Le fait christique et les esprits retardataires Lucifer, Ahriman, Asuras. Les esprits faisant progresser l'évolution et les esprits hostiles qui l'entravent. Influence des esprits lucifériens à l'ère lémurienne : le désir. Les contremesures des esprits du progrès : maladie, souffrance, douleur et mort. Influence des esprits ahrimaniens à l'ère atlantéenne : erreur et péché. Les contre-mesures : la force du karma, une possibilité de corriger l'erreur et le péché. Influence actuelle de Lucifer et d'Ahriman : Lucifer agit sur l'âme de sensation et Ahriman sur l'âme d'entendement de l'homme. La force à venir des Asuras, force du mal beaucoup plus intense, s'attaquant à l'âme de conscience et au Je. Difficulté de parer à cette influence. Le Christ, Maitre du karma. Perte de la perception directe du monde spirituel sous l'influence de Lucifer et d'Ahriman. Rédemption des êtres lucifériens par la connaissance que l'homme a du Christ. L'Esprit Saint en tant qu'Esprit luciférien épuré. La signification de l'Esprit Saint dans la loge des Maîtres de la Sagesse et de l'Harmonie des sensations, et dans la connaissance que l'humanité a du Christ. La force réelle de la science de l'esprit. Contradiction apparente entre occultisme oriental et occidental.
Dix-septième conférence, 27 avril 1909
Rire et pleurer. La physionomie du divin dans l'homme L'homme rit et pleure, l'animal grimace et hurle. Pleurer expression d'une certaine disharmonie avec le monde extérieur, resserrement du corps astral par lePotentialité évolutive du Je humain d'incarnation en incarnation par l'éducation. Exemple d'un fait évolutif : la graine et la fleur achevée, involution et évolution. Évolution et involution chez l'homme, entre naissance et mort et entre mort et naissance. Différence avec la plante : possibilité de création à partir du néant, d'expériences non liées au karma. La néocréation de l'entité humaine à partir du néant en vue de l'évolution vénusienne. Le Je de l'homme s'élève :1. par la pensée logique, 2. par le jugement esthétique,3. par le jugement et l'accomplissement du devoir
moral. Au sujet de la participation des Esprits dela Personnalité (Esprits du Temps) à l'évolution humaine.
Création du vrai, du beau et du bien à partir du néant, en tant que création en l'Esprit-Saint. L'apparition du Christ, fondement de notre évolution.L'incarnation du Christ dans un corps humain : un
acte libre de création à partir du néant.
Notes 362
.
.
tchektuf
tchektuf

Messages : 448
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par tchektuf le Ven 3 Jan - 1:24

voila la conference  centrale qu peut te servir d'impulsion englobante pour structurer les differences données pas toujours compatibles; tu peux aussi  consulter. les autres conferences que je t'ai indiquées, installe des perspectives connexes
l'insertion de texte semble problematique quand il ne viennes pas  pages web déjà formatées.
pour les lires il serait peferable que tus les mette ent foramts texte a partir es pdf
dont je joins l'adresse
http://www.histoireebook.com/index.php?category/S/Steiner-Rudolf
http://www.histoireebook.com/index.php?post/Steiner-Rudolf-Le-Moi-Son-origine-spirituelle-Son-%C3%A9volution-Son-environnement
SEIZIÈME CONFÉRENCE
Berlin, 22 Mars 1909
Nous essayerons aujourd'hui de voir ce que peut
apporter à l'homme actuel la science de l'esprit, telle
que nous la concevons, et nous répondrons à cette
question en nous fondant sur les diverses notions
abordées au cours de l'hiver dernier. A première vue,
il pourrait sembler que la science de l'esprit est une
conception du monde comme les autres. On pourrait
croire que nous sommes en présence des énigmes de
l'existence, et que l'on cherche à les résoudre par
tous les moyens, religieux, scientifiques, dont on dispose
ou de satisfaire ainsi la soif de connaissance des
hommes. On pourrait alors placer la science de l'esprit
sur le même plan que les autres conceptions du
monde, qu'elles se nomment matérialisme, monisme,
spiritualisme, idéalisme, réalisme etc. A l'égal des
autres conceptions du monde actuelles, on pourrait la
considérer uniquement comme un moyen de satisfaire
la simple curiosité. Mais il ne doit pas en être
ainsi, au contraire, grâce à la science de l'esprit, on
dispose d'une richesse vitale ne contribuant pas à la
seule satisfaction intellectuelle, à la soif de connaître
des hommes, mais constituant un facteur vital de leur
existence même. Pour le comprendre, il nous faut
quelque peu remonter aux sources. Il nous faut examiner
le cours de l'évolution humaine à un point de
vue précis. Nous l'avons déjà fait souvent. Aujourd'hui,
c'est d'un autre point de vue que nous partirons.
Nous sommes souvent remontés aux époques
276
ayant précédé le grand déluge atlantéen, aux époques
où nos ancêtres, autrement dit nos propres âmes dans
les corps de nos ancêtres, ont vécu sur l'ancien continent
atlantéen, entre l'Europe, l'Afrique et l'Amérique.
Nous sommes même remontés aux époques plus
lointaines que nous nommons lémuriennes, époques
au cours desquelles les âmes actuellement incarnées,
se trouvaient à un niveau d'existence bien inférieur à
l'actuel. C'est à cette période que nous remonterons
aujourd'hui. Disons pour commencer que l'homme a
acquis le degré actuel de développement de sa vie
affective, de sa vie volontaire, de son intelligence et
sa forme actuelle, grâce à la contribution, dans son
existence terrestre, d'entités occupant dans l'univers
un rang plus élevé que lui. Nous avons souvent expliqué
de quelles entités spirituelles il s'agit. Nous
avons parlé de ces esprits que l'on nomme les Trônes,
des esprits de la Sagesse, des esprits du Mouvement,
des esprits de la Personnalité etc.
Ce sont les grands maîtres d'oeuvre de l'existence,
ce sont les entités qui, pas à pas, ont fait progresser
le genre humain jusqu'à son stade actuel d'existence.
Il faut voir bien clairement que d'autres entités que
celles qui font progresser l'évolution humaine, ont
aussi exercé leur emprise. Des entités hostiles à celles
du progrès sont encore intervenues. Et pour chacune
de ces ères, aussi bien pour la lémurienne que pour
l'atlantéenne et même pour notre ère postatlantéenne,
nous pouvons indiquer quelles sont ces entités ayant,
pour ainsi dire, suscité des obstacles, fait preuve
d'hostilité à l'égard des entités voulant faire progresser
l'homme.
A l'ère lémurienne, la première dont nous nous
occuperons aujourd'hui, ce sont les entités lucifé-
277
riennes qui sont intervenues dans l'évolution humaine
terrestre. Elles sont, sous un certain rapport,
les antagonistes des entités de progression. A l'ère
atlantéenne, les entités adverses sont les esprits ahrimaniens,
méphistophéliques. Ce sont ceux que le
Moyen-Age désignait sous le nom de Satan et qu'il
ne faut pas confondre avec Lucifer.
A notre époque, d'autres esprits retardataires se
mettront progressivement en travers de notre route,
nous en parlerons ultérieurement. Voyons tout d'abord
ce qu'ont provoqué les esprits lucifériens à l'ère
lémurienne.
Aujourd'hui, nous considérerons tout cela d'un
point de vue bien précis. Où sont, en somme, intervenus
les esprits lucifériens à l'ère lémurienne ? Vous
comprendrez ce qui s'est passé en vous remémorant
la façon dont l'homme s'est développé.
Vous savez que sur l'ancien Saturne, l'homme
s'est développé du fait que les Trônes ont déversé
leur propre substance, créant ainsi la première
ébauche du corps humain physique. Ce sont ensuite
les Esprits de la Sagesse qui, sur l'ancien Soleil, ont
donné à l'homme le corps éthérique, et les Esprits du
Mouvement qui, sur l'ancienne Lune, lui ont donné
son corps astral. Ensuite, sur la Terre, c'est au tour
des Esprits de la Forme de donner le Je à l'homme,
afin qu'il se distingue de son environnement et
puisse, d'une certaine manière, devenir un être autonome'.
Mais, si grâce aux Esprits de la Forme,
l'homme était devenu un être autonome face au
monde extérieur, il ne serait jamais devenu, grâce à
ces Esprits de la Forme, un être autonome vis-à-vis
de ces Esprits eux-mêmes ; il serait resté dépendant
d'eux, comme tenu par un fil et guidé par eux. Que
278
ceci ne se soit pas produit, résulte, en un certain sens,
du fait qu'à l'ère lémurienne, les entités lucifériennes
se sont opposées aux Esprits de la Forme, exerçant
même une influence bénéfique. Les entités lucifériennes
ont ouvert à l'homme la perspective de la
liberté. Mais, en même temps, elles lui ont donné la
possibilité du mal, la possibilité de céder aux passions,
aux désirs. Sur quel élément ces esprits lucifériens
ont-ils exercé leur emprise ? Ils l'ont exercée
sur ce qui existait, sur ce qui a été donné à l'homme
en dernier, sur son corps astral qui était alors, sous un
certain rapport, son constituant le plus intérieur.
C'est dans cet élément qu'ils se sont installés, ils en
ont pris possession. Si les entités lucifériennes n'étaient
pas intervenues, les Esprits de la Forme auraient
alors pris possession de ce corps astral. Ils
auraient imprimé à ce corps astral les forces modelant
le visage humain, formant l'homme à l'image des
dieux, des Esprits de la Forme. Voilà ce que l'homme
serait devenu, mais il serait resté dépendant des Esprits
de la Forme tout au long de son existence, pour
l'éternité.
Ainsi, les entités lucifériennes se sont, pour ainsi
dire, glissées dans le corps astral où agissent maintenant
deux sortes d'entités : celles qui veulent faire
progresser l'homme et celles qui entravent cette libre
progression mais, en contre-partie, assurent son autonomie
intérieure. Si les entités lucifériennes n'étaient
pas intervenues, l'homme aurait conservé, dans son
corps astral, l'état d'innocence et de pureté. Il n'aurait
été sujet à aucune passion lui faisant désirer ce
qu'il ne peut trouver que sur la terre. Les entités
lucifériennes ont, en quelque sorte, rendu les passions,
les pulsions et les désirs plus denses, plus
279
terrestres. En l'absence des entités lucifériennes,
l'homme aurait constamment éprouvé la nostalgie de
sa patrie, des royaumes spirituels dont il était descendu.
Il n'aurait pas pris plaisir à son environnement
terrestre, il aurait été dans l'impossibilité de s'intéresser
aux impressions terrestres. Cet intérêt, ce désir
d'impressions terrestres, il les doit aux entités lucifériennes.
Elles l'ont enfoncé dans la sphère terrestre
en pénétrant son corps astral. Comment se fait-il qu'à
cette époque, l'homme ne se soit pas entièrement
détaché des Esprits de la Forme ou, plus généralement,
de tous les règnes spirituels supérieurs ?
Comment se fait-il que l'homme ne soit pas entièrement
devenu l'esclave des intérêts et des désirs du
monde des sens ?
Cela vient du fait que les esprits qui veulent faire
avancer les hommes, ont pris des contre-mesures,
consistant à introduire dans l'homme ce qui, autrement,
ne s'y trouverait pas, à y introduire la maladie,
la misère et la souffrance. C'était le contrepoids nécessaire
à l'action des esprits lucifériens'.
Les esprits lucifériens ont suscité en l'homme le
désir des sens, la concupiscence ; les esprits supérieurs
ont eu recours aux palliatifs visant à empêcher
l'homme de devenir inéluctablement l'esclave de ce
monde des sens, en faisant succéder la maladie et la
souffrance à l'attrait, à l'intérêt pour les sens. Il y a,
de ce fait, dans le monde, juste autant de souffrance
et de douleur que d'intérêt pour le seul monde physique,
pour le seul monde des sens. Les deux sont en
parfait équilibre, aucun des deux n'excède l'autre, il
y a autant de passion, de désirs sensoriels que de
maladie et de souffrance. Telle fut l'action réciproque
des esprits lucifériens et des Esprits de la Forme
280
à l'ère lémurienne. Sans l'intervention des esprits
lucifériens, l'homme ne serait pas descendu si tôt
dans la sphère terrestre. Ce sont ses passions, son
attirance pour le monde des sens qui lui ont ouvert les
yeux prématurément, lui laissant voir tout son environnement
sensoriel. Si l'homme avait régulièrement
suivi les esprits du progrès, il n'aurait commencé à
voir son environnement qu'à partir du milieu de l'ère
atlantéenne. Mais il l'aurait alors partout perçu de
manière spirituelle, non comme actuellement, il l'aurait
perçu comme la manifestation d'êtres spirituels.
Comme l'homme a été prématurément précipité dans
la sphère terrestre, du fait de ses intérêts et de ses
désirs, les choses se sont déroulées autrement
qu'elles ne l'auraient dû, au milieu de l'ère atlantéenne.
A cause de cela, les esprits ahrimaniens, que l'on
peut aussi appeler méphistophéliques, se sont mêlés
à ce que l'homme pouvait voir et comprendre. De ce
fait, l'homme devint la proie de l'erreur, devint la
proie de ce que l'on peut nommer le péché conscient.
Ainsi, à partir du milieu de l'ère atlantéenne, la cohorte
des esprits ahrimaniens s'attaque à l'homme.
Où cette cohorte des esprits ahrimaniens a-t-elle entraîné
l'homme ? Elle l'a amené à considérer tout ce
qui l'entoure comme matériel, à ne pas percevoir au
travers ce cette substantialité, le spirituel qui la soustend.
Si l'homme voyait le spirituel dans chaque
pierre, dans chaque plante, dans chaque animal, il ne
serait jamais sujet à l'erreur, et de ce fait au mal ; au
contraire, si seuls les esprits du progrès avaient agi
sur lui, il eut été préservé de ces illusions auxquelles
il est contraint de succomber, lorsqu'il ne tient
compte que du monde des sens.
281
Qu'ont alors entrepris les entités spirituelles du
progrès, qu'ont-elles fait contre cette tentation,
contre l'erreur et l'illusion des sens ? Pour s'opposer
à cela elles ont, avec raison, mis l'homme en état de
surmonter l'erreur, le péché, le mal, à partir du
monde des sens, ceci d'une manière longue et progressive,
avec les forces adéquates. Elles ont donné à
l'homme la possibilité de porter, d'accomplir son
karma. Si, d'une part, les entités auxquelles il incombait
de compenser la tentation luciférienne, ont
introduit dans le monde la souffrance et la douleur et,
en relation avec elles, la mort, d'autre part, les entités
qui avaient à compenser l'erreur qui contamine le
monde, ont donné à l'homme la possibilité, par son
karma, d'écarter l'erreur, d'effacer le mal provoqué
dans le monde. Que se serait-il donc produit, si
l'homme n'avait été que la proie de l'erreur et du
mal ? L'homme se serait alors, peu à peu, indissolublement
lié à l'erreur et n'aurait pu progresser ; car
avec chaque erreur, avec chaque mensonge, chaque
illusion, nous entravons le progrès. Si nous n'étions
pas en mesure de les corriger, chaque erreur, chaque
péché nous ferait régresser, l'homme ne pourrait
alors atteindre son but. Ce but serait inaccessible en
l'absence des forces antagonistes du karma.
Imaginez que dans une vie vous ayez commis une
injustice. Si les choses en restaient là, vous seriez
privés du pas en avant que vous auriez fait en ne
commettant pas cette injustice. A chaque injustice,
un pas serait perdu, vous régresseriez à chaque pas.
Si la possibilité d'en venir à bout ne vous était donnée,
vous sombreriez dans l'erreur. Alors, le bienfait
du karma est apparu ; que signifie-t-il pour l'homme ?
Le karma est-il quelque chose que l'homme doit
282
craindre, quelque chose d'effrayant ? Mais non ! Le
karma est une puissance dont l'homme devrait en
somme être reconnaissant aux plans divins. Car le
karma nous dit : « On ne brave pas Dieu impunément
! Si tu as commis une erreur, il faut récolter ce
que tu as semé. Cette erreur peut être réparée, ainsi,
elle sera extirpée de ton karma et tu feras un pas en
avant. »".
Sans le karma, nous ne pourrions progresser au
cours de l'existence. Le karma se révèle être un bienfait
permettant de corriger toute erreur, d'annihiler
toute régression. Ainsi, le karma fait suite à l'action
d' Ahriman.
Poursuivons. Actuellement, nous allons vers une
époque où d'autres entités s'attaqueront à l'homme,
vers un avenir où des entités exerceront une emprise
toujours plus forte sur l'évolution humaine. Tout
comme les esprits lucifériens sont intervenus à l'ère
lémurienne et les esprits ahrimaniens à l'ère atlantéenne,
des entités interviendront de plus en plus à
notre époque. Voyons de quelles entités il s'agit.
On peut dire des entités ayant exercé leur emprise
à l'ère lémurienne, qu'elles se sont installées dans le
corps astral de l'homme, éveillant son intérêt, son
attrait pour la sphère terrestre. Où, plus exactement,
se sont fixées ces entités lucifériennes ?
Pour le comprendre, référez-vous à l'articulation
des éléments qui est décrite dans mon livre « Théosophie
». L'homme y est tout d'abord présenté comme
constitué d'un corps physique, d'un corps éthérique
et d'un corps astral, aussi nommé corps de sensation
ou corps animique.
Considérons ces trois éléments, ce sont précisément
ceux que possédait l'homme avant sa carrière
283
terrestre. Ce que l'on nomme corps physique, a été
ébauché sur l'ancien Saturne, ce que l'on appelle
corps éthérique sur le Soleil et ce qui est appelé corps
animique ou corps de sensation sur l'ancienne Lune.
A présent, sur la Terre, s'y adjoignent peu à peu
l'âme de sensation, une transformation inconsciente
du corps de sensation, dans laquelle s'est glissé et
siège Lucifer ; puis l'âme d'entendement, une transformation
inconsciente du corps éthérique — vous
trouverez plus de détails à son sujet dans « L'éducation
de l'enfant ». Dans ce deuxième élément de
l'âme humaine, dans cette transformation d'une partie
du corps éthérique qu'est l'âme d'entendement,
s'est installé Ahriman. C'est à partir de là qu'il suscite
en l'homme des jugements erronés, qu'il l'égare
vers l'erreur, le péché et le mensonge, vers tout ce qui
émane de l'âme d'entendement. Partout où, par
exemple, l'homme s'adonne à l'illusion que seule la
matière est réelle, il faut voir les insinuations d'Ahriman,
de Méphistophélès. En troisième lieu apparaît
l'âme de conscience, une transformation inconsciente
du corps physique. Peut-être vous souvenez-
vous de la manière dont se produisit cette
transformation. Vers la fin de l'ère atlantéenne, le
corps éthérique de la tête s'inséra complètement dans
le corps physique et le transforma progressivement
pour en faire une entité consciente de soi. L'homme
travaille encore, en principe, actuellement à cette
transformation inconsciente du corps physique, à
cette âme de conscience. Et dans les temps à venir,
les entités nommées Asuras s'insinueront dans cette
âme de conscience, donc dans ce qu'on nomme le Je,
car le Je se déploie dans l'âme de conscience. Les
Asuras développeront beaucoup plus intensément le
284
mal que ne l'ont fait les forces sataniques d'Ahriman
ou les esprits lucifériens à l'ère lémurienne.
Le mal apporté par les esprits lucifériens, conjointement
au bienfait de la liberté, sera entièrement éliminé
au cours de l'étape terrestre. Le mal apporté par
les esprits ahrimaniens peut être entièrement éliminé
par le processus karmique. Mais le mal apporté par
les puissances asuriques ne peut être expié ainsi. Si
les bons esprits ont donné aux hommes la douleur, la
souffrance, la maladie et la mort, pour leur permettre
de progresser malgré l'existence du mal, si les bons
esprits ont apporté la possibilité du karma à l'encontre
des puissances ahrimaniennes pour compenser
l'erreur, les choses ne seront pas aussi faciles en ce
qui concerne les puissances asuriques au cours de
l'existence de la terre. Car les Asuras s'attaquent à ce
que l'homme a de plus profond, à son âme de
conscience avec le Je, suscitant l'union du Je au sensualisme
de la terre. Le Je sera arraché morceau par
morceau et dans la mesure où les Asuras se seront
fixés dans l'âme de conscience, l'homme laissera sur
la terre des morceaux de son existence. Ce qui sera
tombé au pouvoir des Asuras sera irrémédiablement
perdu. Point n'est nécessaire que l'homme tout entier
devienne leur proie, mais des morceaux de l'esprit
humain seront découpés par les puissances asuriques.
A notre époque, les Asuras s'annoncent par l'état
d'esprit qui sévit, état d'esprit s'attachant à la seule
vie des sens, oubliant les véritables entités et les
mondes spirituels. Dire actuellement que les Asuras
induisent l'homme en tentation est quelque peu théorique.
Pour le moment, ils font miroiter l'image trompeuse
que le Je n'est qu'un produit du monde
physique, ils lui font miroiter une sorte de matéria-
285
lisme théorique. Mais ultérieurement, ils obscurciront
la vue des hommes au sujet des êtres et des
puissances spirituels ; ceci se manifestera de plus en
plus par une débauche croissante, par une sensualité
effrénée envahissant la terre. L'homme ne saura plus
rien et ne voudra plus rien savoir d'un monde spirituel.
Il enseignera toujours plus que les idées morales
les plus élevées ne sont qu'une accomodation des
pulsions animales. Il ne se contentera pas d'enseigner
que la pensée humaine n'est qu'une modification
d'une faculté animale, d'enseigner que l'homme, tant
par sa constitution que par tout son être, descend de
l'animal, mais prendra ces considérations au sérieux
et vivra conformément à elles.
Actuellement, personne ne vit encore en accord
avec l'idée que l'homme, par essence, descend de
l'animal, mais une telle conception règnera absolument,
amenant les humains à vivre comme les bêtes,
à s'enfoncer dans les pulsions et les passions animales.
Et bien des choses qu'il n'est pas nécessaire
de caractériser ici, qui se déroulent déjà dans les
grandes villes sous forme d'abominables orgies de
sensualitée dépravée, nous font déjà entrevoir l'infernale
lueur grotresque de ces esprits que nous appelons
Asuras.
Revenons en arrière. Nous avons dit que ce sont
les esprits qui veulent faire progresser l'homme qui
lui ont envoyé la souffrance, la douleur et la mort. La
Bible l'annonce clairement : « Tu enfanteras dans la
douleur ! »" La mort est entrée dans le monde. C'est
ce qu'ont infligé à l'homme les puissances adverses
des puissances lucifériennes. Qui a donné le karma,
la possibilité du karma à l'homme ? Vous le
comprendrez, à condition de ne pas considérer de
286
manière pédante le concept terrestre du temps. En
vertu de ce concept, l'homme croit que ce qui se
produit de-ci ou de-là, ne peut avoir d'effet que dans
la suite. Mais dans le monde spirituel, il en va autrement
: les effets précèdent ce qui les cause. D'où
provient le bienfait du karma ? D'où provient-il en
somme ? Dans toute l'évolution, il n'émane que du
Christ.
Même s'il est apparu ultérieurement, le Christ a
toujours existé dans la sphère terrestre. Dans les anciens
oracles atlantéens, les prêtres parlaient déjà de
l'esprit solaire, du Christ. Les saints Rishis de la
civilisation de l'ancienne Inde, parlaient de Vishva
Karman ; en Perse, Zoroastre parlait d' Ahura Mazdao.
Hermès a parlé d'Osiris. Et il a été parlé de cette
force qui, parce qu'éternelle, est la compensation de
tout phénomène naturel, de cette force vivant dans
« Ehjeh asher ehjeh » 59 par Moïse, l'annonciateur du
Christ. Tous ont parlé du Christ ; mais où pouvait-on
alors le trouver, si ce n'est là où pénètre le regard
spirituel, dans le monde spirituel. Il était toujours
présent dans le monde spirituel d'où il exerçait son
influence. Il est celui qui a envoyé à l'homme la
possibité du karma, bien avant de descendre sur la
terre. Il est alors venu sur la terre et nous savons ce
qu'il est devenu pour l'homme, du fait de son apparition
terrestre. Nous avons révélé la signification de
l'événement du Golgotha. Nous avons décrit l'influence
qu'il a exercée sur ceux qui n'étaient pas
incarnés au moment du Golgotha. Vous le savez, sur
le Golgotha lors de l'effusion du sang hors des plaies,
l'esprit du Christ est apparu aux enfers et le monde
spirituel tout entier s'est illuminé. Oui, nous l'avons
dit, l'apparition du Christ sur la terre est l'événement
287
le plus important, même pour le monde que traverse
l'homme entre la mort et une nouvelle naissance.
C'est une influence réelle qui émane du Christ.
Que se serait-il donc produit si le Christ n'était apparu
? C'est en vous représentant une terre sans Christ
que vous pouvez mesurer toute la signification de
l'apparition du Christ. Supposons que le Christ ne
soit pas apparu, que l'événement du Golgotha n'ait
pas eu lieu à ce moment.
Avant l'apparition du Christ, les âmes des hommes
les plus avancés, ayant éprouvé un profond intérêt
pour la vie terrestre, ressentaient, dans le monde spirituel,
ce qu'exprime parfaitement la parole d'un
Grec : « Plutôt être un mendiant sur terre qu'un roi au
pays des ombres. »10. Jusqu'au Golgotha, le monde
spirituel n'était pour les âmes que solitude et ténèbres.
Pour ceux qui y pénétraient après la mort, le
monde spirituel n'avait pas alors cette transparence
lumimeuse. Chacun se sentait seul, repoussé comme
par un mur le séparant des autres. Et ceci n'aurait fait
que s'accroître. Les hommes se seraient durcis dans
leur Je, auraient été entièrement ramenés à euxmêmes,
aucun n'aurait trouvé le pont vers les autres.
Revenus sur terre, ils auraient fait preuve d'un grand
égoïsme, encore accru à chaque incarnation.
Toute existence terrestre eut fait des hommes, de
monstrueux égoïstes. Aucun espoir de fraternité,
d'harmonie des âmes sur terre n'eut existé, car chaque
passage par le monde spirituel eut effectué un
renforcement de l'ego. C'est ce qui se serait produit
sur une Terre sans Christ. Que l'homme puisse progressivement
retrouver le contact d'âme à âme, qu'il
trouve la possibilité de déverser la grande force de la
fraternité sur l'humanité tout entière, c'est à l'appari-
288
tion du Christ, à l'événement du Golgotha que nous
le devons. Ainsi, le Christ se révèle être la grande
puissance grâce à laquelle l'homme peut utiliser son
existence en conséquence, l'organiser conformément
au karma. Car il faut que le karma s'accomplisse sur
terre. C'est à la présence du Christ sur terre, à son
influence, que l'homme est redevable de la force de
corriger son karma au cours de l'existence terrestre,
de la possibilité de poursuivre son évolution.
Ainsi, nous voyons agir de concert sur l'évolution
humaine, les différentes forces et entités. Si le Christ
n'était venu, vous le voyez clairement d'après ce qui
précède, l'homme, en raison d'un durcissement
croissant, aurait sombré dans l'erreur, devenant une
sorte de sphère refermée sur elle-même, ne sachant
rien des autres êtres. C'est à cela que l'erreur et le
péché auraient conduit l'homme.
tchektuf
tchektuf

Messages : 448
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par tchektuf le Ven 3 Jan - 1:30

suite et fin de da la conference
C'est à cela que l'erreur et lepéché auraient conduit l'homme.
Le Christ est ainsi l'éclaireur qui guide l'homme
hors de l'erreur et du péché, lui faisant retrouver la
voie ascendante. Demandons-nous alors ce qu'a perdu
l'homme en descendant du monde spirituel, en
s'empêtrant dans les désirs et les passions sous l'influence
de Lucifer, puis, sous l'influence d'Ahriman,
dans l'erreur, l'illusion et le mensonge à l'égard du
monde terrestre. Il a perdu la vision directe du monde
spirituel et sa compréhension.
Que doit alors regagner l'homme ? Il lui faut retrouver
la parfaite compréhension du monde spirituel.
Et l'homme, en tant qu'être conscient de soi, ne
peut saisir la portée du fait christique que s'il
comprend parfaitement la signification du Christ.
Certes, la force du Christ existe, mais ce n'est pas
l'homme qui l'a apportée, c'est par le Christ luimême
qu'elle est venue sur la Terre, avec tout ce
289
qu'implique le karma. En tant qu'être conscient, il
faut que l'homme sache comment le Christ se rattache
au monde tout entier. En tant que Je, c'est ainsi
que l'homme doit agir. A présent, le Christ étant
venu, si au lieu de se satisfaire d'une influence inconsciente
du Christ, si, au lieu de dire : « Je suis
content que le Christ soit venu, Il me rachètera, Il
assurera ma progression, » l'homme dit au contraire :
« Je veux connaître la nature du Christ, je veux savoir
comment Il est descendu sur terre, je veux, en esprit,
prendre part à ce qu'Il accomplit ». Qu'en résulte-til
?
Rappelez-vous que les esprits lucifériens s'étant
insinués dans son corps astral, l'homme a dû descendre
dans le monde des sens, être à la merci du mal,
par contre, il aura acquis la possibilité d'accéder
consciemment à la liberté. Lucifer est présent dans la
nature humaine, il a, disons, fait descendre l'homme
sur la terre ; il l'a assujetti à l'existence terrestre en
dirigeant vers la terre les passions et les appétits du
corps astral, ouvrant ainsi la voie à l'influence d'Ahriman
sur le corps éthérique, sur l'âme d'entendement.
Or, le Christ est apparu, et avec lui la force de
reconduire l'homme vers le monde spirituel. L'homme
peut alors reconnaître le Christ, recueillir la sagesse
nécessaire à cela. Que fait-il ainsi ? Quelque chose de
grandiose ! Lorsque l'homme reconnaît le Christ,
lorsqu'il cultive réellement la sagesse pour percevoir
ce qu'est le Christ, il libère alors les entités lucifériennes,
ainsi que lui-même par la connaissance du
Christ. S'il se contentait de dire : « Que le Christ soit
venu me satisfait, je Lui laisse le soin de me racheter
», tout en restant inconscient, alors l'homme ne
contribuerait aucunement au rachat des entités lucifé-
290
riennes. En faisant don de la liberté à l'homme, ces
entités lui ont aussi offert la possibilité de l'utiliser
librement en vue de comprendre la nature du Christ.
Les esprits lucifériens seront alors épurés au feu du
christianisme et le mal causé à la terre, la conséquence
de leurs péchés, sera mué en un bienfait. La
liberté acquise sera emportée dans la sphère spirituelle
comme un bienfait. Que l'homme puisse accomplir
cela, qu'il soit capable de reconnaître le
Christ, que Lucifer puisse renaître sous une autre
forme et s'unir au Christ dans la personne du Saint-
Esprit, le Christ lui-même l'a annoncé en disant à ses
disciples : « Vous serez éclairés par le nouvel esprit,
par l'Esprit-Saint e. C'est grâce à lui que l'on
comprendra ce qu'a réellement accompli le Christ.
Car le Christ voulait non seulement agir, mais aussi
être compris. C'est pourquoi le christianisme veut
que l'esprit inspire les hommes, que le Saint-Esprit
leur soit envoyé.
Au sens spirituel, la Pentecôte fait partie de Pâques
et ne peut en être disjointe. Ce Saint-Esprit n'est nul
autre que l'esprit luciférien ressuscité et à présent
manifesté sous une forme épurée, glorieuse, l'esprit
de la connaissance autonome, riche de sagesse. Cet
esprit, le Christ lui-même l'avait annoncé aux
hommes, disant qu'il viendrait après lui et agirait
dans le même sens que lui. Quelle est alors cette
action ? C'est le courant mondial de la science de
l'esprit, à condition qu'elle soit comprise. Et en quoi
consiste ce courant mondial de science de l'esprit ? Il
consiste en cette sagesse de l'esprit, cette sagesse qui
doit être élevée à la pleine conscience, qui autrement
resterait dans l'inconscient du christianisme.
291
Précédant le Christ, Lucifer ressuscité porte le
flambeau, un Lucifer converti au bien. Il porte le
Christ lui-même, il est le porteur de la Lumière, le
Christ est la Lumière. Comme son nom l'indique,
Lucifer est le porteur de la Lumière. C'est ce que doit
être le mouvement de science de l'esprit. Et ceux qui
ont compris que le progrès de l'humanité dépend de
la compréhension de l'événement sublime du Golgotha,
sont ceux qui sont unis en tant que Maîtres de la
Sagesse et de l'Harmonie des sensations dans la
grande loge directrice de l'humanité. Jadis, le symbole
universel vivant des langues de feu est descendu
sur la communauté ; de même, ce que le Christ a
lui-même envoyé, l'Esprit Saint, règne sur la loge des
douze. Le treizième est leur guide. Le Saint-Esprit est
le grand instructeur de ceux que nous nommons les
Maîtres de la Sagesse et de l'Harmonie des sensations.
Ils sont ceux par lesquels sa voix et sa sagesse
affluent vers la terre et les hommes. Les trésors de
sagesse accumulés par le mouvement de science de
l'esprit, en vue de comprendre le monde et les esprits
qu'il recèle, émanent de l'Esprit Saint dans la loge
des douze et constituent finalement ce qui conduira
peu à peu l'humanité vers une compréhension libre et
consciente de l'événement du Golgotha. Cultiver la
science de l'esprit, c'est comprendre que le Christ a
envoyé l'Esprit dans le monde, aussi incombe-t-il au
véritable christianisme de s'adonner à la science de
l'esprit. Les hommes le comprendront toujours
mieux. Ils se rendront compte alors que la science de
l'esprit leur apporte un élément vital. Les hommes
doivent à la science de l'esprit, une prise de
conscience progressive du Christ en tant qu'Esprit
illuminant le monde. Sur tout le globe, dans le monde
292
physique, un progrès moral, un progrès de la volonté
et de l'intellect en résultera. A travers la vie physique,
le monde se spiritualisera toujours plus. Les
hommes deviendront meilleurs, plus forts et plus
sages, puisant toujours plus aux sources profondes de
l'existence. Ils rapporteront les fruits récoltés ici-bas,
dans la vie suprasensible, et les remporteront vers
une nouvelle incarnation.
Ainsi, la terre sera toujours davantage l'expression
de son Esprit, de l'Esprit du Christ. Progressivement,
la science de l'esprit sera comprise à partir des fondements
du monde. On comprendra qu'elle est une
puissance positive réelle. Actuellement, l'humanité
est sur le point de perdre complètement l'esprit. Récemment,
dans une conférence publique, il a été dit
que les gens souffraient d'une peur de l'hérédité. La
peur des tares héréditaires est un attribut typique de
notre époque matérialiste. Mais suffit-il que l'on s'adonne
à l'illusion que cette crainte est inutile ? Aucunement.
Celui qui ne se soucie pas du monde
spirituel, qui ne nourrit pas son âme de l'apport de la
science de l'esprit, est exposé aux vicissitudes de
l'hérédité. Seul, celui qui s'imprègne de ce que lui
apporte le courant de la science de l'esprit, peut maîtriser
ce qui émane du courant héréditaire. Pour lui,
la signification de l'hérédité s'atténue et il triomphe
de ce que le monde extérieur lui oppose. Ce n'est pas
par des raisonnements philosophiques, par des discussions,
en disant : « L'esprit existe », que l'homme
parviendra à la maîtrise du sensoriel, mais en se pénétrant
de cet esprit, en l'assimilant, en ayant la volonté
de l'étudier dans tous les détails. Alors, la
science de l'esprit rendra les hommes physiquement
sains. Car la science de l'esprit deviendra elle-même
293
le remède qui rendra les hommes beaux et sains dans
le monde physique.
La force réelle de la science de l'esprit se révèlera
à nous, lorsque nous examinerons ce qui se produit
quand l'homme franchit la porte de la mort. C'est
quelque chose que l'homme a du mal à saisir. Il se
dit : « A quoi bon me soucier de ce qui se produit
dans le monde spirituel ? A la mort, j'irai de toute
manière dans le monde spirituel, je verrai et j'entendrai
bien ce qui s'y trouve ». Vous entendrez cette
façon commode d'envisager les choses, dans toutes
les variantes imaginables : « Allons donc, pourquoi
m'occuperais-je du spirituel avant ma mort, il sera
bien temps quand j'y serai ; que je m'en occupe ou
non, cela ne changera rien ! » Mais tel n'est pas le cas.
Celui qui pense ainsi, fera connaissance d'un monde
lugubre et ténébreux. Il éprouvera ce que ressentirait
celui qui serait incapable de comprendre, tant soit
peu, ce que je dis des mondes spirituels dans mon
livre « Théosophie ». Car pour voir clair dans le
monde spirituel, il faut se préparer ici, il faut relier
son âme au monde spirituel alors qu'on est encore
dans le monde physique. Si vous ne développez pas
ici, sur terre, les forces nécessaires, vous serez aveugles
dans le monde spirituel. Ainsi, la science de
l'esprit est la puissance vous permettant d'accéder
consciemment au monde spirituel. Si le Christ n'était
apparu sur la terre, l'homme s'enfoncerait dans le
monde physique et ne pourrait entrer dans le monde
spirituel. Encore faut-il qu'il sache se lier à celui que
le Christ a envoyé, à l'Esprit, sinon il reste inconscient.
L'homme doit acquérir son immortalité,
car une immortalité inconsciente n'est pas une immortalité.
Comme le disait Maître Eckhart à ce sujet :
294
« A quoi servirait à l'homme d'être un roi s'il l'ignorait
! » 61. Il voulait dire par là : « Que serait pour
l'homme tout monde spirituel, s'il ne savait pas ce
que sont les mondes spirituels. » On ne peut acquérir
la faculté de voir le monde spirituel que dans le
monde physique. Devraient en tenir compte ceux qui
demandent : pourquoi en somme, l'homme descendt-
il sur la terre ? L'homme est venu sur la Terre pour
apprendre à voir le monde spirituel. Il resterait aveugle
au monde spirituel, s'il ne descendait pas sur terre
pour y acquérir cette conscience de soi, qu'il emmène
en remontant dans un monde spirituel qui apparaît
alors lumineuxà son âme.
Ainsi, la science de l'esprit n'est pas une simple
conception du monde, mais un savoir sans lequel
l'homme, dans ce qu'il a d'immortel, ne saurait rien
connaître des mondes éternels. La science de l'esprit
est une force réelle, un fait réel qui pénètre l'âme.
Pendant qu'ici vous cultivez la science de l'esprit,
vous ne faites pas que vous instruire, vous vous transformez
intérieurement, ce qui ne se produirait pas
autrement. Telle est la différence entre la science de
l'esprit et d'autres conceptions du monde. Toutes les
autres conceptions ont trait au savoir, l'Anthroposophie
concerne la manière d'être de l'homme.
Lorsque l'on regroupe correctement ces notions,
on est amené à se dire : c'est précisément sous cet
éclairage que le Christ, l'Esprit et toute la science de
l'esprit, apparaîssent dans leur relation interne essentielle.
Face à une telle relation, tout ce que l'on dit
actuellement de manière superficielle disparaîtra, notamment
qu'une tendance occidentale adverse
combat une tendance orientale de l'occultisme. Il n'y
a pas d'opposition entre la science de l'esprit occi-
295
dentale et orientale. Il n'existe qu'une vérité. Et lorsque
l'on nous demande s'il n'y a pas de différence
entre occultisme oriental et occidental, et pourquoi
l'occultisme oriental ne reconnaît pas le Christ ? Que
peut-on répondre à cela ? On peut dire qu'il ne nous
appartient pas d'y répondre, car nous reconnaissons
pleinement l'occultisme oriental. Si l'on nous demande
: « Reconnaissez-vous ce que dit l'occultisme
oriental de Brahmâ, du Bouddha ? » Nous répondrons
: « Oui, nous le reconnaissons. » Lorsque l'on
nous dit comment le Bouddha est parvenu à son état,
nous le comprenons, nous ne nions aucune des vérités
orientales. En principe, nous reconnaissons les
vérités orientales dans la mesure où elles sont positives.
Devons-nous, pour autant, renoncer à reconnaître
ce qui dépasse ces connaissances ? Aucunement.
Nous reconnaissons ce que dit l'occultisme oriental,
cela ne nous empêche pas d'y ajouter et de reconnaître
les vérités occidentales.
Si l'on nous dit que la conception des orientalistes
a un caractère vulgaire, lorsqu'ils racontent que le
Bouddha est mort d'avoir mangé trop de viande de
porc" — comme le disent les pédants — nous répondrons,
en connaissance de cause, que ce fait recèle
une signification profonde : que le Bouddha avait
communiqué trop de connaissances ésotériques à son
entourage, que cette surabondance suscita une sorte
de karma et nous dirons : « Ce que vous affirmez,
occultistes orientaux, recèle de toute évidence des
vérités ésotériques profondes. » Si l'on nous rétorque
alors qu'il est incompréhensible qu'à Patmos, l'Apocalypse
ait été révélée à Jean sous les éclairs et le
tonnerre62, nous répondrons que tous ceux qui en
connaissent la signification, savent que cela est vrai.
296
Nous ne nions pas ce qui est dit d'une part, mais si,
d'autre part, on prétend nier la vérité, nous ne suivons
plus. Il ne nous viendrait pas à l'idée de nier le fait
que le corps astral du Bouddha ait été mis en réserve
pour être incorporé plus tard à Shankaracharya".
Mais que cela ne nous empêche pas de dire que le
corps astral de Jésus de Nazareth a été conservé pour
réapparaître, reproduit en de nombreux exemplaires,
pour être ensuite confié à ceux qui ont oeuvré dans le
sens du christianisme, comme François d'Assise ou
Élisabeth de Thuringe. Nous ne nions aucune des vérités
de l'ésotérisme oriental. Mais nous contestons ce
qu'il nie de l'ésotérisme occidental. Si l'on demande la
raison de cet antagonisme, ce n'est pas à nous de répondre.
L'antagonisme ne provient pas de nous, seul celui
qui nie a le devoir de répondre, et non celui qui est
d'accord. C'est évident. Partant de là, nous examinerons
dans les semaines à venir, la relation entre la
science de l'esprit et l'événement du Golgotha. Nous
porterons à un degré supérieur, la mission du mouvement
universel de science de l'esprit, du fait qu'elle est
l'accomplissement de cette inspiration, de cette puissance
que le Christ a qualifiée d'Esprit.
Nous voyons ainsi coopérer les puissances du
monde, comment ce qui semble entraver le progrès
de l'humanité, se révèle être un bienfait. Nous
voyons aussi comment, après l'apparition du Christ,
d'époque en époque, l'esprit libérateur de l'homme
réapparaîtra sous une autre forme, comment Lucifer,
guide porteur de lumière, sera racheté. Car tout ce
que comporte le plan divin est bon et le mal n'a sa
raison d'être que pendant un certain temps. Seul croit
à l'éternité du mal celui qui confond le temporel avec
297
l'éternel. Aussi, celui qui ne sait s'élever du temporel
à l'éternel ne peut comprendre le mal.
298
tchektuf
tchektuf

Messages : 448
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par tchektuf le Ven 3 Jan - 12:22

archange tu vantes les charmes du fofo
What is this ?
tchektuf
tchektuf

Messages : 448
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par tchektuf le Ven 3 Jan - 12:45

pour dezipper les archives du site
http://www.histoireebook.com
il faut utiliser le mot de passe :www.histoireebook.com
tchektuf
tchektuf

Messages : 448
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par Archange le Lun 6 Jan - 19:43

tchektuf a écrit:  archange tu vantes les charmes du fofo

Où ça tchektuf?  Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist 3809193145 
Ceci dit oui ce fofo me semble plutôt pas mal!

tchektuf a écrit: What is this ?  

Je te renvoie la question what is this? Moi j'ai jamais eu de bugs en postant sur le forum, je te contacte en mp.

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par obsidienne le Mer 8 Jan - 22:12

Merci Tchektuf pour tous ces textes. J'ai déjà lu le 1er et je regarderais les autres. Je connais déjà tout ça et je sais bien que ce sont des sujets dont il faut parler pour bien se rappeler tout ce qu'il faut éviter et ne pas faire. C'est bien d'informer car l'être humain est en de mauvaises mains justement parce que certains cachent la vérité ....

PS : Moi aussi j'ai eu un problème de bug en postant mais je pense que cela ne se reproduira plus y'a moins de pub  Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist 3137858649 
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par obsidienne le Mer 8 Jan - 23:05

Un schéma utile à comprendre les textes précédents, que j'ai reconstituer moi-même, des régions par Rudolf Steiner :

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Zone111

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Zone210

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Zone310
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par Admin le Mer 8 Jan - 23:07

Bonsoir Obsidienne, quel type de bug as-tu rencontrés en postant? C'est arrivé une fois, plusieurs fois  Question 

Moi non plus je n'ai jamais rencontré de bugs même concernant la mise en forme d'un message, mais au cas où ça arrive à nouveau, je créerais une section dans la catégorie "fonctionnement du forum" pour que chacun puisse signaler les éventuels problèmes rencontrés.

********

Cette conférence de Steiner est très intéressante et frappante c'est clair, je l'ai relue encore intégralement aujourd'hui... On y entrevoit l'importance de la tâche qui est proposée à l'humanité, de la délivrance de laquelle dépend aussi celle des entités lucifériennes  Exclamation 

On comprend mieux le rôle de Lucifer dans l'évolution humaine, et la place qu'occupe le mal, temporaire, dans l'apprentissage, et la juste direction de l'Humanité vers la voie ascendante. C'est toujours impressionnant de lire Steiner et la vision globale et profonde qu'il a de l'évolution de l'Humanité... 

_________________
Plus tu sauras te vider de toi, te répandre, plus Dieu t’inondera de sa Divinité.

Maître Eckhart
Admin
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 31/03/2012
Localisation : Ici et là :)

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par Admin le Mer 8 Jan - 23:17

Merci Obsidienne de partager ces schémas  Wink c'est toujours très utile de résumer et schématiser un peu les choses, sinon dur dur parfois de s'y retrouver dans toute cette complexité.

Au fait qu'est-ce-que l'âme nathanéenne? Je n'ai encore jamais rencontré ce terme dans l'œuvre de Steiner Exclamation    

_________________
Plus tu sauras te vider de toi, te répandre, plus Dieu t’inondera de sa Divinité.

Maître Eckhart
Admin
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 31/03/2012
Localisation : Ici et là :)

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par obsidienne le Mer 8 Jan - 23:48

Pas grave le bug !  Juste que j'ai perdu ce que j'écrivais car j'ai trop tardé et une pub s'est mise dans le post. J'ai du recommencer.  On dirait qu'il y a moins de pub maintenant sur le fofo j'ai vu  Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist 404404663 

J'ai vu que tu as anticipé et déjà tu a posté un article sur la Saint Jean (le solstice d'été) mais avant il aurait fallut fêter l'âme Nathanéenne car c'est déjà commencé depuis décembre 2013.  Il faut partager l'année en 2 fois six mois et lire Prokofief.

http://users.skynet.be/guy.lorge/Douze_nuits_saintes_et_les_Hierarchies_spirituelles.pdf

les archanges durant l'année
http://www.bio-dynamie.org/wp-content/uploads/2013/07/Les-4-imaginations-cosmiques-Scheffler.pdf

autre :

http://www.virgo-maria.org/D-Gnose-et-Contre-Eglise/Jean_Vaquie/Oeuvres/Vaquie-Cahier_07_Rudolf_Steiner.pdf
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par Admin le Jeu 9 Jan - 0:22

Ok Obsidienne, pour les pubs je verrai dans le panneau d'admin ce que je peux faire. Il y en a moins tu dis, tant mieux car c'est particulièrement rageant de perdre ainsi son texte  Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist 404404663 

Merci pour les liens! J'avais vu en effet le livre de Prokofieff sur le site des éditions Mirandole que je ne tarderai pas à acheter  Exclamation 

_________________
Plus tu sauras te vider de toi, te répandre, plus Dieu t’inondera de sa Divinité.

Maître Eckhart
Admin
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 31/03/2012
Localisation : Ici et là :)

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par Archange le Jeu 9 Jan - 0:32

Merci pour les schémas obsidienne  Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist 2289982784 

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par obsidienne le Jeu 9 Jan - 0:39

prokofieff il y a plusieurs livres attention à bien choisir !
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par obsidienne le Jeu 9 Jan - 3:46

j'ai remis en forme les textes précédent sur la 16ème conférence que voici :

SEIZIÈME CONFÉRENCE

Berlin, 22 Mars 1909

Nous essayerons aujourd'hui de voir ce que peut apporter à l'homme actuel la science de l'esprit, telle que nous la concevons, et nous répondrons à cette question en nous fondant sur les diverses notions abordées au cours de l'hiver dernier. A première vue, il pourrait sembler que la science de l'esprit est une conception du monde comme les autres. On pourrait croire que nous sommes en présence des énigmes de l'existence, et que l'on cherche à les résoudre par tous les moyens, religieux, scientifiques, dont on dispose ou de satisfaire ainsi la soif de connaissance des hommes.

On pourrait alors placer la science de l'esprit sur le même plan que les autres conceptions du monde, qu'elles se nomment matérialisme, monisme, spiritualisme, idéalisme, réalisme etc.
A l'égal des autres conceptions du monde actuelles, on pourrait la considérer uniquement comme un moyen de satisfaire la simple curiosité. Mais il ne doit pas en être ainsi, au contraire, grâce à la science de l'esprit, on dispose d'une richesse vitale ne contribuant pas à la seule satisfaction intellectuelle, à la soif de connaître des hommes, mais constituant un facteur vital de leur existence même. Pour le comprendre, il nous faut quelque peu remonter aux sources. Il nous faut examiner le cours de l'évolution humaine à un point de vue précis. Nous l'avons déjà fait souvent. Aujourd'hui, c'est d'un autre point de vue que nous partirons. Nous sommes souvent remontés aux époques

Ayant précédé le grand déluge atlantéen, aux époques où nos ancêtres, autrement dit nos propres âmes dans les corps de nos ancêtres, ont vécu sur l'ancien continent atlantéen, entre l'Europe, l'Afrique et l'Amérique. Nous sommes même remontés aux époques plus lointaines que nous nommons lémuriennes, époques au cours desquelles les âmes actuellement incarnées, se trouvaient à un niveau d'existence bien inférieur à l'actuel.

C'est à cette période que nous remonterons aujourd'hui. Disons pour commencer que l'homme a acquis le degré actuel de développement de sa vie affective, de sa vie volontaire, de son intelligence et sa forme actuelle, grâce à la contribution, dans son existence terrestre, d'entités occupant dans l'univers un rang plus élevé que lui.

Nous avons souvent expliqué de quelles entités spirituelles il s'agit. Nous avons parlé de ces esprits que l'on nomme les Trônes, des esprits de la Sagesse, des esprits du Mouvement, des esprits de la Personnalité etc.

Ce sont les grands maîtres d'oeuvre de l'existence, ce sont les entités qui, pas à pas, ont fait progresser le genre humain jusqu'à son stade actuel d'existence. Il faut voir bien clairement que d'autres entités que celles qui font progresser l'évolution humaine, ont aussi exercé leur emprise. Des entités hostiles à celles du progrès sont encore intervenues. Et pour chacune de ces ères, aussi bien pour la lémurienne que pour l'atlantéenne et même pour notre ère post atlantéenne, nous pouvons indiquer quelles sont ces entités ayant, pour ainsi dire, suscité des obstacles, fait preuve d'hostilité à l'égard des entités voulant faire progresser l'homme.

A l'ère lémurienne, la première dont nous nous occuperons aujourd'hui, ce sont les entités lucifériennes qui sont intervenues dans l'évolution humaine terrestre. Elles sont, sous un certain rapport, les antagonistes des entités de progression. A l'ère atlantéenne, les entités adverses sont les esprits ahrimaniens, méphistophéliques. Ce sont ceux que le Moyen-Age désignait sous le nom de Satan et qu'il ne faut pas confondre avec Lucifer.

A notre époque, d'autres esprits retardataires se mettront progressivement en travers de notre route, nous en parlerons ultérieurement. Voyons tout d'abord ce qu'ont provoqué les esprits lucifériens à l'ère lémurienne.

Aujourd'hui, nous considérerons tout cela d'un point de vue bien précis. Où sont, en somme, intervenus les esprits lucifériens à l'ère lémurienne ? Vous comprendrez ce qui s'est passé en vous remémorant la façon dont l'homme s'est développé.

Vous savez que sur l'ancien Saturne, l'homme s'est développé du fait que les Trônes ont déversé leur propre substance, créant ainsi la première ébauche du corps humain physique. Ce sont ensuite les Esprits de la Sagesse qui, sur l'ancien Soleil, ont donné à l'homme le corps éthérique, et les Esprits du Mouvement qui, sur l'ancienne Lune, lui ont donné son corps astral. Ensuite, sur la Terre, c'est au tour des Esprits de la Forme de donner le Je à l'homme, afin qu'il se distingue de son environnement et puisse, d'une certaine manière, devenir un être autonome.

Mais, si grâce aux Esprits de la Forme, l'homme était devenu un être autonome face au monde extérieur, il ne serait jamais devenu, grâce à ces Esprits de la Forme, un être autonome vis-à-vis de ces Esprits eux-mêmes ; il serait resté dépendant d'eux, comme tenu par un fil et guidé par eux. Que ceci ne se soit pas produit, résulte, en un certain sens, du fait qu'à l'ère lémurienne, les entités lucifériennes se sont opposées aux Esprits de la Forme, exerçant même une influence bénéfique. Les entités lucifériennes ont ouvert à l'homme la perspective de la
liberté. Mais, en même temps, elles lui ont donné la possibilité du mal, la possibilité de céder aux passions, aux désirs.

Sur quel élément ces esprits lucifériens ont-ils exercé leur emprise ?
Ils l'ont exercée sur ce qui existait, sur ce qui a été donné à l'homme en dernier, sur son corps astral qui était alors, sous un certain rapport, son constituant le plus intérieur.

C'est dans cet élément qu'ils se sont installés, ils en ont pris possession. Si les entités lucifériennes n'étaient pas intervenues, les Esprits de la Forme auraient alors pris possession de ce corps astral. Ils auraient imprimé à ce corps astral les forces modelant le visage humain, formant l'homme à l'image des dieux, des Esprits de la Forme.

Voilà ce que l'homme serait devenu, mais il serait resté dépendant des Esprits de la Forme tout au long de son existence, pour l'éternité. Ainsi, les entités lucifériennes se sont, pour ainsi dire, glissées dans le corps astral où agissent maintenant deux sortes d'entités : celles qui veulent faire progresser l'homme et celles qui entravent cette libre progression mais, en contre partie, assurent son autonomie intérieure. Si les entités lucifériennes n'étaient pas intervenues, l'homme aurait conservé, dans son corps astral, l'état d'innocence et de pureté. Il n'aurait été sujet à aucune passion lui faisant désirer ce qu'il ne peut trouver que sur la terre.

Les entités lucifériennes ont, en quelque sorte, rendu les passions, les pulsions et les désirs plus denses, plus terrestres. En l'absence des entités lucifériennes, l'homme aurait
constamment éprouvé la nostalgie de sa patrie, des royaumes spirituels dont il était descendu. Il n'aurait pas pris plaisir à son environnement terrestre, il aurait été dans l'impossibilité de s'intéresser aux impressions terrestres. Cet intérêt, ce désir d'impressions terrestres, il les doit aux entités lucifériennes.

Elles l'ont enfoncé dans la sphère terrestre en pénétrant son corps astral.
Comment se fait-il qu'à cette époque, l'homme ne se soit pas entièrement détaché des Esprits de la Forme ou, plus généralement, de tous les règnes spirituels supérieurs ?
Comment se fait-il que l'homme ne soit pas entièrement devenu l'esclave des intérêts et des désirs du monde des sens ?
Cela vient du fait que les esprits qui veulent faire avancer les hommes, ont pris des contre-mesures, consistant à introduire dans l'homme ce qui, autrement, ne s'y trouverait pas, à y introduire la maladie, la misère et la souffrance. C'était le contrepoids nécessaire à l'action des esprits lucifériens. Les esprits lucifériens ont suscité en l'homme le désir des sens, la concupiscence ; les esprits supérieurs ont eu recours aux palliatifs visant à empêcher l'homme de devenir inéluctablement l'esclave de ce monde des sens, en faisant succéder la maladie et la
souffrance à l'attrait, à l'intérêt pour les sens. Il y a, de ce fait, dans le monde, juste autant de souffrance et de douleur que d'intérêt pour le seul monde physique, pour le seul monde des sens. Les deux sont en parfait équilibre, aucun des deux n'excède l'autre, il y a autant de passion, de désirs sensoriels que de maladie et de souffrance. Telle fut l'action réciproque
des esprits lucifériens et des Esprits de la Forme à l'ère lémurienne.

Sans l'intervention des esprits lucifériens, l'homme ne serait pas descendu si tôt dans la sphère terrestre. Ce sont ses passions, son attirance pour le monde des sens qui lui ont ouvert les yeux prématurément, lui laissant voir tout son environnement sensoriel. Si l'homme avait régulièrement suivi les esprits du progrès, il n'aurait commencé à voir son environnement qu'à partir du milieu de l'ère atlantéenne. Mais il l'aurait alors partout perçu de manière spirituelle, non comme actuellement, il l'aurait perçu comme la manifestation d'êtres spirituels.

Comme l'homme a été prématurément précipité dans la sphère terrestre, du fait de ses intérêts et de ses désirs, les choses se sont déroulées autrement qu'elles ne l'auraient dû, au milieu de l'ère atlantéenne.
A cause de cela, les esprits ahrimaniens, que l'on peut aussi appeler méphistophéliques, se sont mêlés à ce que l'homme pouvait voir et comprendre. De ce fait, l'homme devint la proie de l'erreur, devint la proie de ce que l'on peut nommer le péché conscient.

Ainsi, à partir du milieu de l'ère atlantéenne, la cohorte des esprits ahrimaniens s'attaque à l'homme. Où cette cohorte des esprits ahrimaniens a-t-elle entraîné l'homme ? Elle l'a amené à considérer tout ce qui l'entoure comme matériel, à ne pas percevoir au travers ce cette substantialité, le spirituel qui la sous tend.

Si l'homme voyait le spirituel dans chaque pierre, dans chaque plante, dans chaque animal, il ne serait jamais sujet à l'erreur, et de ce fait au mal ; au contraire, si seuls les esprits du progrès avaient agi sur lui, il eut été préservé de ces illusions auxquelles il est contraint de succomber, lorsqu'il ne tient compte que du monde des sens.

Qu'ont alors entrepris les entités spirituelles du progrès, qu'ont-elles fait contre cette tentation,
contre l'erreur et l'illusion des sens ? Pour s'opposer à cela elles ont, avec raison, mis l'homme en état de surmonter l'erreur, le péché, le mal, à partir du monde des sens, ceci d'une manière longue et progressive, avec les forces adéquates. Elles ont donné à l'homme la possibilité de porter, d'accomplir son karma. Si, d'une part, les entités auxquelles il incombait de compenser la tentation luciférienne, ont introduit dans le monde la souffrance et la douleur et, en relation avec elles, la mort, d'autre part, les entités qui avaient à compenser l'erreur qui contamine le monde, ont donné à l'homme la possibilité, par son karma, d'écarter l'erreur, d'effacer le mal provoqué dans le monde.

Que se serait-il donc produit, si l'homme n'avait été que la proie de l'erreur et du mal ? L'homme se serait alors, peu à peu, indissolublement lié à l'erreur et n'aurait pu progresser ; car avec chaque erreur, avec chaque mensonge, chaque illusion, nous entravons le progrès. Si nous n'étions pas en mesure de les corriger, chaque erreur, chaque péché nous ferait régresser, l'homme ne pourrait alors atteindre son but. Ce but serait inaccessible en l'absence des forces antagonistes du karma.

Imaginez que dans une vie vous ayez commis une injustice. Si les choses en restaient là, vous seriez privés du pas en avant que vous auriez fait en ne commettant pas cette injustice. A chaque injustice, un pas serait perdu, vous régresseriez à chaque pas. Si la possibilité d'en venir à bout ne vous était donnée, vous sombreriez dans l'erreur.

Alors, le bienfait du karma est apparu ; que signifie-t-il pour l'homme ? Le karma est-il quelque chose que l'homme doit craindre, quelque chose d'effrayant ?
Mais non ! Le karma est une puissance dont l'homme devrait en somme être reconnaissant aux plans divins. Car le karma nous dit : « On ne brave pas Dieu impunément! Si tu as commis une erreur, il faut récolter ce que tu as semé. Cette erreur peut être réparée, ainsi, elle sera extirpée de ton karma et tu feras un pas en avant. ».

Sans le karma, nous ne pourrions progresser au cours de l'existence. Le karma se révèle être un bienfait permettant de corriger toute erreur, d'annihiler toute régression. Ainsi, le karma fait suite à l'action d' Ahriman.

Poursuivons. Actuellement, nous allons vers une époque où d'autres entités s'attaqueront à l'homme, vers un avenir où des entités exerceront une emprise toujours plus forte sur l'évolution humaine. Tout comme les esprits lucifériens sont intervenus à l'ère lémurienne et les esprits ahrimaniens à l'ère atlantéenne, des entités interviendront de plus en plus à notre époque. Voyons de quelles entités il s'agit.

On peut dire des entités ayant exercé leur emprise à l'ère lémurienne, qu'elles se sont installées dans le corps astral de l'homme, éveillant son intérêt, son attrait pour la sphère terrestre.
Où, plus exactement, se sont fixées ces entités lucifériennes ?

Pour le comprendre, référez-vous à l'articulation des éléments qui est décrite dans mon livre « Théosophie». L'homme y est tout d'abord présenté comme constitué d'un corps physique, d'un corps éthérique et d'un corps astral, aussi nommé corps de sensation ou corps animique.
Considérons ces trois éléments, ce sont précisément ceux que possédait l'homme avant sa carrière terrestre. Ce que l'on nomme corps physique, a été ébauché sur l'ancien Saturne, ce que l'on appelle corps éthérique sur le Soleil et ce qui est appelé corps animique ou corps de sensation sur l'ancienne Lune.

A présent, sur la Terre, s'y adjoignent peu à peu l'âme de sensation, une transformation inconsciente du corps de sensation, dans laquelle s'est glissé et siège Lucifer ; puis l'âme d'entendement, une transformation inconsciente du corps éthérique — vous trouverez plus de détails à son sujet dans « L'éducation de l'enfant ».

Dans ce deuxième élément de l'âme humaine, dans cette transformation d'une partie du corps éthérique qu'est l'âme d'entendement, s'est installé Ahriman. C'est à partir de là qu'il suscite en l'homme des jugements erronés, qu'il l'égare vers l'erreur, le péché et le mensonge, vers tout ce qui émane de l'âme d'entendement. Partout où, par exemple, l'homme s'adonne à l'illusion que seule la matière est réelle, il faut voir les insinuations d'Ahriman, de Méphistophélès. En troisième lieu apparaît l'âme de conscience, une transformation inconsciente du corps physique.

Peut-être vous souvenez-vous de la manière dont se produisit cette transformation. Vers la fin de l'ère atlantéenne, le corps éthérique de la tête s'inséra complètement dans le corps physique et le transforma progressivement pour en faire une entité consciente de soi.

L'homme travaille encore, en principe, actuellement à cette transformation inconsciente du corps physique, à cette âme de conscience. Et dans les temps à venir, les entités nommées Asuras s'insinueront dans cette âme de conscience, donc dans ce qu'on nomme le Je, car le Je se déploie dans l'âme de conscience. Les Asuras développeront beaucoup plus intensément le mal que ne l'ont fait les forces sataniques d'Ahriman ou les esprits lucifériens à l'ère lémurienne.


obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par obsidienne le Jeu 9 Jan - 3:47

Le mal apporté par les esprits lucifériens, conjointement au bienfait de la liberté, sera entièrement éliminé au cours de l'étape terrestre. Le mal apporté par les esprits ahrimaniens peut être entièrement éliminé par le processus karmique. Mais le mal apporté par les puissances asuriques ne peut être expié ainsi. Si les bons esprits ont donné aux hommes la douleur, la souffrance, la maladie et la mort, pour leur permettre de progresser malgré l'existence du mal, si les bons esprits ont apporté la possibilité du karma à l'encontre des puissances ahrimaniennes pour compenser l'erreur, les choses ne seront pas aussi faciles en ce
qui concerne les puissances asuriques au cours de l'existence de la terre. Car les Asuras s'attaquent à ce que l'homme a de plus profond, à son âme de conscience avec le Je, suscitant l'union du Je au sensualisme de la terre.

Le « Je » sera arraché morceau par morceau et dans la mesure où les Asuras se seront fixés dans l'âme de conscience, l'homme laissera sur la terre des morceaux de son existence. Ce qui sera tombé au pouvoir des Asuras sera irrémédiablement perdu. Point n'est nécessaire que l'homme tout entier devienne leur proie, mais des morceaux de l'esprit humain seront découpés par les puissances asuriques.

A notre époque, les Asuras s'annoncent par l'état d'esprit qui sévit, état d'esprit s'attachant à la seule vie des sens, oubliant les véritables entités et les mondes spirituels. Dire actuellement que les Asuras induisent l'homme en tentation est quelque peu théorique. Pour le moment, ils font miroiter l'image trompeuse que le « Je » n'est qu'un produit du monde physique, ils lui font miroiter une sorte de matérialisme théorique. Mais ultérieurement, ils obscurciront la vue des hommes au sujet des êtres et des puissances spirituels ; ceci se manifestera de plus en plus par une débauche croissante, par une sensualité effrénée envahissant la terre. L'homme ne saura plus rien et ne voudra plus rien savoir d'un monde spirituel.

Il enseignera toujours plus que les idées morales les plus élevées ne sont qu'une accomodation des pulsions animales. Il ne se contentera pas d'enseigner que la pensée humaine n'est qu'une modification d'une faculté animale, d'enseigner que l'homme, tant par sa constitution que par tout son être, descend de l'animal, mais prendra ces considérations au sérieux et vivra conformément à elles.

Actuellement, personne ne vit encore en accord avec l'idée que l'homme, par essence, descend de l'animal, mais une telle conception règnera absolument, amenant les humains à vivre comme les bêtes, à s'enfoncer dans les pulsions et les passions animales.

Et bien des choses qu'il n'est pas nécessaire de caractériser ici, qui se déroulent déjà dans les grandes villes sous forme d'abominables orgies de sensualité dépravée, nous font déjà entrevoir l'infernale lueur grotesque de ces esprits que nous appelons Assuras.

Revenons en arrière. Nous avons dit que ce sont les esprits qui veulent faire progresser l'homme qui lui ont envoyé la souffrance, la douleur et la mort.
La Bible l'annonce clairement : « Tu enfanteras dans la douleur ! »

La mort est entrée dans le monde. C'est ce qu'ont infligé à l'homme les puissances adverses des puissances lucifériennes. Qui a donné le karma, la possibilité du karma à l'homme ? Vous le comprendrez, à condition de ne pas considérer de manière pédante le concept terrestre du temps. En vertu de ce concept, l'homme croit que ce qui se produit de-ci ou de-là, ne peut avoir d'effet que dans la suite. Mais dans le monde spirituel, il en va autrement : les effets précèdent ce qui les cause.

D'où provient le bienfait du karma ? D'où provient-il en somme ? Dans toute l'évolution, il n'émane que du Christ.

Même s'il est apparu ultérieurement, le Christ a toujours existé dans la sphère terrestre. Dans les anciens oracles atlantéens, les prêtres parlaient déjà de l'esprit solaire, du Christ. Les saints Rishis de la civilisation de l'ancienne Inde, parlaient de Vishva Karman ; en Perse, Zoroastre parlait d' Ahura Mazdao. Hermès a parlé d'Osiris. Et il a été parlé de cette force qui, parce qu'éternelle, est la compensation de tout phénomène naturel, de cette force vivant dans « Ehjeh asher ehjeh » 59 par Moïse, l'annonciateur du Christ. Tous ont parlé du Christ ; mais où pouvait-on alors le trouver, si ce n'est là où pénètre le regard spirituel, dans le monde spirituel.

Il était toujours présent dans le monde spirituel d'où il exerçait son influence. Il est celui qui a envoyé à l'homme la possibité du karma, bien avant de descendre sur la terre. Il est alors venu sur la terre et nous savons ce qu'il est devenu pour l'homme, du fait de son apparition terrestre. Nous avons révélé la signification de l'événement du Golgotha. Nous avons décrit l'influence qu'il a exercée sur ceux qui n'étaient pas incarnés au moment du Golgotha. Vous le savez, sur
le Golgotha lors de l'effusion du sang hors des plaies, l'esprit du Christ est apparu aux enfers et le monde spirituel tout entier s'est illuminé. Oui, nous l'avons dit, l'apparition du Christ sur la terre est l'événement le plus important, même pour le monde que traverse l'homme entre la mort et une nouvelle naissance. C'est une influence réelle qui émane du Christ.

Que se serait-il donc produit si le Christ n'était apparu?
C'est en vous représentant une terre sans Christ que vous pouvez mesurer toute la signification de l'apparition du Christ. Supposons que le Christ ne soit pas apparu, que l'événement du Golgotha n'ait pas eu lieu à ce moment. Avant l'apparition du Christ, les âmes des hommes les plus avancés, ayant éprouvé un profond intérêt pour la vie terrestre, ressentaient, dans le monde spirituel, ce qu'exprime parfaitement la parole d'un Grec : « Plutôt être un mendiant sur terre qu'un roi au pays des ombres. »10. Jusqu'au Golgotha, le monde spirituel n'était pour les âmes que solitude et ténèbres.

Pour ceux qui y pénétraient après la mort, le monde spirituel n'avait pas alors cette transparence lumimeuse. Chacun se sentait seul, repoussé comme par un mur le séparant des autres. Et ceci n'aurait fait que s'accroître. Les hommes se seraient durcis dans leur Je, auraient été entièrement ramenés à eux mêmes, aucun n'aurait trouvé le pont vers les autres.
Revenus sur terre, ils auraient fait preuve d'un grand égoïsme, encore accru à chaque incarnation. Toute existence terrestre eut fait des hommes, de monstrueux égoïstes. Aucun espoir de fraternité, d'harmonie des âmes sur terre n'eut existé, car chaque passage par le monde spirituel eut effectué un renforcement de l'ego. C'est ce qui se serait produit sur une Terre sans Christ.

Que l'homme puisse progressivement retrouver le contact d'âme à âme, qu'il trouve la possibilité de déverser la grande force de la fraternité sur l'humanité tout entière, c'est à l'apparition du Christ, à l'événement du Golgotha que nous le devons.

Ainsi, le Christ se révèle être la grande puissance grâce à laquelle l'homme peut utiliser son existence en conséquence, l'organiser conformément au karma. Car il faut que le karma s'accomplisse sur terre. C'est à la présence du Christ sur terre, à son influence, que l'homme est redevable de la force de corriger son karma au cours de l'existence terrestre, de la possibilité de poursuivre son évolution. Ainsi, nous voyons agir de concert sur l'évolution humaine, les différentes forces et entités. Si le Christ n'était venu, vous le voyez clairement d'après ce qui précède, l'homme, en raison d'un durcissement croissant, aurait sombré dans l'erreur, devenant une sorte de sphère refermée sur elle-même, ne sachant rien des autres êtres. C'est à cela que l'erreur et le péché auraient conduit l'homme.

C'est à cela que l'erreur et le péché auraient conduit l'homme. Le Christ est ainsi l'éclaireur qui guide l'homme hors de l'erreur et du péché, lui faisant retrouver la voie ascendante. Demandons-nous alors ce qu'a perdu l'homme en descendant du monde spirituel, en s'empêtrant dans les désirs et les passions sous l'influence de Lucifer, puis, sous l'influence d'Ahriman, dans l'erreur, l'illusion et le mensonge à l'égard du monde terrestre. Il a perdu la vision directe du monde spirituel et sa compréhension.

Que doit alors regagner l'homme ?
Il lui faut retrouver la parfaite compréhension du monde spirituel. Et l'homme, en tant qu'être conscient de soi, ne peut saisir la portée du fait christique que s'il comprend parfaitement la signification du Christ. Certes, la force du Christ existe, mais ce n'est pas l'homme qui l'a apportée, c'est par le Christ lui-même qu'elle est venue sur la Terre, avec tout ce qu'implique le karma. En tant qu'être conscient, il faut que l'homme sache comment le Christ se rattache au monde tout entier. En tant que Je, c'est ainsi que l'homme doit agir.

A présent, le Christ étant venu, si au lieu de se satisfaire d'une influence inconsciente du Christ, si, au lieu de dire : « Je suis content que le Christ soit venu, Il me rachètera, Il assurera ma progression, » l'homme dit au contraire : « Je veux connaître la nature du Christ, je veux savoir comment Il est descendu sur terre, je veux, en esprit, prendre part à ce qu'Il accomplit ».

Qu'en résulte-t-il?
Rappelez-vous que les esprits lucifériens s'étant insinués dans son corps astral, l'homme a dû descendre dans le monde des sens, être à la merci du mal, par contre, il aura acquis la possibilité d'accéder consciemment à la liberté. Lucifer est présent dans la nature humaine, il a, disons, fait descendre l'homme sur la terre ; il l'a assujetti à l'existence terrestre en dirigeant vers la terre les passions et les appétits du corps astral, ouvrant ainsi la voie à l'influence d'Ahriman sur le corps éthérique, sur l'âme d'entendement.

Or, le Christ est apparu, et avec lui la force de reconduire l'homme vers le monde spirituel. L'homme peut alors reconnaître le Christ, recueillir la sagesse nécessaire à cela. Que fait-il ainsi ? Quelque chose de grandiose ! Lorsque l'homme reconnaît le Christ, lorsqu'il cultive réellement la sagesse pour percevoir ce qu'est le Christ, il libère alors les entités lucifériennes,
ainsi que lui-même par la connaissance du Christ.

S'il se contentait de dire : « Que le Christ soit venu me satisfait, je Lui laisse le soin de me racheter», tout en restant inconscient, alors l'homme ne contribuerait aucunement au rachat des entités lucifériennes. En faisant don de la liberté à l'homme, ces entités lui ont aussi offert la possibilité de l'utiliser librement en vue de comprendre la nature du Christ. Les esprits lucifériens seront alors épurés au feu du christianisme et le mal causé à la terre, la conséquence de leurs péchés, sera mué en un bienfait.

La liberté acquise sera emportée dans la sphère spirituelle comme un bienfait. Que l'homme puisse accomplir cela, qu'il soit capable de reconnaître le Christ, que Lucifer puisse renaître sous une autre forme et s'unir au Christ dans la personne du Saint-Esprit, le Christ lui-même l'a annoncé en disant à ses disciples : « Vous serez éclairés par le nouvel esprit, par l'Esprit-Saint . C'est grâce à lui que l'on comprendra ce qu'a réellement accompli le Christ.
Car le Christ voulait non seulement agir, mais aussi être compris. C'est pourquoi le christianisme veut que l'esprit inspire les hommes, que le Saint-Esprit leur soit envoyé.
Au sens spirituel, la Pentecôte fait partie de Pâques et ne peut en être disjointe.

Ce Saint-Esprit n'est nul autre que l'esprit luciférien ressuscité et à présent manifesté sous une forme épurée, glorieuse, l'esprit de la connaissance autonome, riche de sagesse. Cet esprit, le Christ lui-même l'avait annoncé aux hommes, disant qu'il viendrait après lui et agirait dans le même sens que lui.

Quelle est alors cette action ?
C'est le courant mondial de la science de l'esprit, à condition qu'elle soit comprise. Et en quoi consiste ce courant mondial de science de l'esprit ? Il consiste en cette sagesse de l'esprit, cette sagesse qui doit être élevée à la pleine conscience, qui autrement resterait dans l'inconscient du christianisme.

Précédant le Christ, Lucifer ressuscité porte le flambeau, un Lucifer converti au bien. Il porte le Christ lui-même, il est le porteur de la Lumière, le Christ est la Lumière. Comme son nom l'indique, Lucifer est le porteur de la Lumière. C'est ce que doit être le mouvement de science de l'esprit.

Et ceux qui ont compris que le progrès de l'humanité dépend de la compréhension de l'événement sublime du Golgotha, sont ceux qui sont unis en tant que Maîtres de la Sagesse et de l'Harmonie des sensations dans la grande loge directrice de l'humanité. Jadis, le symbole universel vivant des langues de feu est descendu sur la communauté ; de même, ce que le Christ a lui-même envoyé, l'Esprit Saint, règne sur la loge des douze. Le treizième est leur guide.

Le Saint-Esprit est le grand instructeur de ceux que nous nommons les Maîtres de la Sagesse et de l'Harmonie des sensations. Ils sont ceux par lesquels sa voix et sa sagesse affluent vers la terre et les hommes. Les trésors de sagesse accumulés par le mouvement de science de l'esprit, en vue de comprendre le monde et les esprits qu'il recèle, émanent de l'Esprit Saint dans la loge des douze et constituent finalement ce qui conduira peu à peu l'humanité vers une compréhension libre et consciente de l'événement du Golgotha.

Cultiver la science de l'esprit, c'est comprendre que le Christ a envoyé l'Esprit dans le monde, aussi incombe-t-il au véritable christianisme de s'adonner à la science de l'esprit. Les hommes le comprendront toujours mieux. Ils se rendront compte alors que la science de l'esprit leur apporte un élément vital. Les hommes doivent à la science de l'esprit, une prise de conscience progressive du Christ en tant qu'Esprit illuminant le monde. Sur tout le globe, dans le monde
physique, un progrès moral, un progrès de la volonté et de l'intellect en résultera. A travers la vie physique, le monde se spiritualisera toujours plus. Les hommes deviendront meilleurs, plus forts et plus sages, puisant toujours plus aux sources profondes de l'existence. Ils rapporteront les fruits récoltés ici-bas, dans la vie suprasensible, et les remporteront vers une nouvelle incarnation. Ainsi, la terre sera toujours davantage l'expression de son Esprit, de l'Esprit du Christ. Progressivement, la science de l'esprit sera comprise à partir des fondements du monde. On comprendra qu'elle est une puissance positive réelle.

Actuellement, l'humanité est sur le point de perdre complètement l'esprit. Récemment, dans une conférence publique, il a été dit que les gens souffraient d'une peur de l'hérédité. La peur des tares héréditaires est un attribut typique de notre époque matérialiste.

Mais suffit-il que l'on s'adonne à l'illusion que cette crainte est inutile ?
Aucunement.
Celui qui ne se soucie pas du monde spirituel, qui ne nourrit pas son âme de l'apport de la science de l'esprit, est exposé aux vicissitudes de l'hérédité. Seul, celui qui s'imprègne de ce que lui apporte le courant de la science de l'esprit, peut maîtriser ce qui émane du courant héréditaire. Pour lui, la signification de l'hérédité s'atténue et il triomphe de ce que le monde extérieur lui oppose.

Ce n'est pas par des raisonnements philosophiques, par des discussions,
en disant : « L'esprit existe », que l'homme parviendra à la maîtrise du sensoriel, mais en se pénétrant de cet esprit, en l'assimilant, en ayant la volonté de l'étudier dans tous les détails. Alors, la science de l'esprit rendra les hommes physiquement sains. Car la science de l'esprit deviendra elle-même le remède qui rendra les hommes beaux et sains dans le monde physique. La force réelle de la science de l'esprit se révèlera à nous, lorsque nous examinerons ce qui se produit quand l'homme franchit la porte de la mort. C'est quelque chose que l'homme a du mal à saisir.

Il se dit : « A quoi bon me soucier de ce qui se produit dans le monde spirituel ?
A la mort, j'irai de toute manière dans le monde spirituel, je verrai et j'entendrai bien ce qui s'y trouve ». Vous entendrez cette façon commode d'envisager les choses, dans toutes les variantes imaginables : « Allons donc, pourquoi m'occuperais-je du spirituel avant ma mort, il sera bien temps quand j'y serai ; que je m'en occupe ou non, cela ne changera rien ! » Mais tel n'est pas le cas. Celui qui pense ainsi, fera connaissance d'un monde lugubre et ténébreux. Il éprouvera ce que ressentirait celui qui serait incapable de comprendre, tant soit
peu, ce que je dis des mondes spirituels dans mon livre « Théosophie ». Car pour voir clair dans le monde spirituel, il faut se préparer ici, il faut relier son âme au monde spirituel alors qu'on est encore dans le monde physique.

Si vous ne développez pas ici, sur terre, les forces nécessaires, vous serez aveugles dans le monde spirituel. Ainsi, la science de l'esprit est la puissance vous permettant d'accéder consciemment au monde spirituel. Si le Christ n'était apparu sur la terre, l'homme s'enfoncerait dans le monde physique et ne pourrait entrer dans le monde spirituel. Encore faut-il qu'il sache se lier à celui que le Christ a envoyé, à l'Esprit, sinon il reste inconscient.

L'homme doit acquérir son immortalité, car une immortalité inconsciente n'est pas une immortalité.

Comme le disait Maître Eckhart à ce sujet :

« A quoi servirait à l'homme d'être un roi s'il l'ignorait! » 61.
Il voulait dire par là : « Que serait pour l'homme tout monde spirituel, s'il ne savait pas ce que sont les mondes spirituels. » On ne peut acquérir la faculté de voir le monde spirituel que dans le monde physique.


Dernière édition par obsidienne le Jeu 9 Jan - 20:52, édité 1 fois
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par obsidienne le Jeu 9 Jan - 3:48

Devraient en tenir compte ceux qui demandent : pourquoi en somme, l'homme descend t-il sur la terre ? L'homme est venu sur la Terre pour apprendre à voir le monde spirituel. Il resterait aveugle au monde spirituel, s'il ne descendait pas sur terre pour y acquérir cette conscience de soi, qu'il emmène en remontant dans un monde spirituel qui apparaît alors lumineux à son âme.
Ainsi, la science de l'esprit n'est pas une simple conception du monde, mais un savoir sans lequel l'homme, dans ce qu'il a d'immortel, ne saurait rien connaître des mondes éternels. La science de l'esprit est une force réelle, un fait réel qui pénètre l'âme.

Pendant qu'ici vous cultivez la science de l'esprit, vous ne faites pas que vous instruire, vous vous transformez intérieurement, ce qui ne se produirait pas autrement. Telle est la différence entre la science de l'esprit et d'autres conceptions du monde. Toutes les autres conceptions ont trait au savoir, l'Anthroposophie concerne la manière d'être de l'homme.

Lorsque l'on regroupe correctement ces notions, on est amené à se dire : c'est précisément sous cet éclairage que le Christ, l'Esprit et toute la science de l'esprit, apparaissent dans leur relation interne essentielle.

Face à une telle relation, tout ce que l'on dit actuellement de manière superficielle disparaîtra, notamment qu'une tendance occidentale adverse combat une tendance orientale de l'occultisme. Il n'y a pas d'opposition entre la science de l'esprit occidentale et orientale. Il n'existe qu'une vérité.

Et lorsque l'on nous demande s'il n'y a pas de différence entre occultisme oriental et occidental, et pourquoi l'occultisme oriental ne reconnaît pas le Christ ? Que peut-on répondre à cela ? On peut dire qu'il ne nous appartient pas d'y répondre, car nous reconnaissons pleinement l'occultisme oriental.

Si l'on nous demande: « Reconnaissez-vous ce que dit l'occultisme oriental de Brahmâ, du Bouddha ? » Nous répondrons : « Oui, nous le reconnaissons. » Lorsque l'on nous dit comment le Bouddha est parvenu à son état, nous le comprenons, nous ne nions aucune des vérités orientales. En principe, nous reconnaissons les vérités orientales dans la mesure où elles sont positives.

Devons-nous, pour autant, renoncer à reconnaître ce qui dépasse ces connaissances ? Aucunement.
Nous reconnaissons ce que dit l'occultisme oriental, cela ne nous empêche pas d'y ajouter et de reconnaître les vérités occidentales.

Si l'on nous dit que la conception des orientalistes a un caractère vulgaire, lorsqu'ils racontent que le Bouddha est mort d'avoir mangé trop de viande de porc" — comme le disent les pédants — nous répondrons, en connaissance de cause, que ce fait recèle une signification profonde : que le Bouddha avait communiqué trop de connaissances ésotériques à son entourage, que cette surabondance suscita une sorte de karma et nous dirons : « Ce que vous affirmez, occultistes orientaux, recèle de toute évidence des vérités ésotériques profondes. » Si l'on nous rétorque alors qu'il est incompréhensible qu'à Patmos, l'Apocalypse ait été révélée à Jean sous les éclairs et le tonnerre62, nous répondrons que tous ceux qui en connaissent la signification, savent que cela est vrai.

Nous ne nions pas ce qui est dit d'une part, mais si, d'autre part, on prétend nier la vérité, nous ne suivons plus. Il ne nous viendrait pas à l'idée de nier le fait que le corps astral du Bouddha ait été mis en réserve pour être incorporé plus tard à Shankaracharya".
Mais que cela ne nous empêche pas de dire que le corps astral de Jésus de Nazareth a été conservé pour réapparaître, reproduit en de nombreux exemplaires, pour être ensuite confié à ceux qui ont oeuvré dans le sens du christianisme, comme François d'Assise ou Élisabeth de Thuringe. Nous ne nions aucune des vérités de l'ésotérisme oriental. Mais nous contestons ce
qu'il nie de l'ésotérisme occidental. Si l'on demande la raison de cet antagonisme, ce n'est pas à nous de répondre.

L'antagonisme ne provient pas de nous, seul celui qui nie a le devoir de répondre, et non celui qui est d'accord. C'est évident. Partant de là, nous examinerons dans les semaines à venir, la relation entre la science de l'esprit et l'événement du Golgotha. Nous porterons à un degré supérieur, la mission du mouvement universel de science de l'esprit, du fait qu'elle est
l'accomplissement de cette inspiration, de cette puissance que le Christ a qualifiée d'Esprit.
Nous voyons ainsi coopérer les puissances du monde, comment ce qui semble entraver le progrès de l'humanité, se révèle être un bienfait.

Nous voyons aussi comment, après l'apparition du Christ, d'époque en époque, l'esprit libérateur de l'homme réapparaîtra sous une autre forme, comment Lucifer, guide porteur de lumière, sera racheté. Car tout ce que comporte le plan divin est bon et le mal n'a sa raison d'être que pendant un certain temps. Seul croit à l'éternité du mal celui qui confond le temporel avec l'éternel. Aussi, celui qui ne sait s'élever du temporel à l'éternel ne peut comprendre le mal.

Fin  Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist 4103375246 
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par Archange le Jeu 9 Jan - 18:05

Aaah merci obsidienne pour ce bon boulot lol   Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist 404404663  Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist 2289982784

Ce qui me semble très important dans cette très intéressante conférence c'est quand Steiner explique qu'il faut sortir de l'illusion qu'il n'y a pas à se bouger, que de toute manière on ira dans les mondes spirituels après la mort: qu'on est au contraire JUSTEMENT SUR TERRE pour développer les forces de percevoir le spirituel... voilà la raison de notre incarnation et le but à atteindre ici "bas", car c'est ici qu'on doit se conquérir et acquérir les capacités pour pénétrer consciemment dans le suprasensible!

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par obsidienne le Jeu 9 Jan - 20:40

Cette conférence dit beaucoup de choses en fait...

Il souligne  la fete de la pentecôte avec la présence du saint esprit...

ça explique aussi à voir tout ce qui nous éloigne de l'esprit et ça c'est évident comme l'humain est tenté de démontrer que même les manifestations de l'esprit sont scientifiquement démontrables....

Je pense que suivre le chemin de l'esprit c'est évoluer intérieurement et ça ne peut pas se voir ni s'analyser mais seulement se percevoir ! Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist 4103375246
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par obsidienne le Jeu 9 Jan - 20:50

Y'a un truc qui me chiffonne  scratch  Je comprend pas trop les Assuras qui veulent capturer le moi ? comme si ça suffisait pas de lucifer et ahriman .... (?)

J'ai pas trouvé grand chose sur les assuras dans les livres de Steiner. Si Tchektuf repasse par la j'aimerais qu'il m'indique un peu plus sur le sujet. Qui sont -ils ?
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par Archange le Jeu 9 Jan - 23:07

En effet j'ai pas vu grand chose non plus sur les asuras dans les livres de Steiner. Donc on a à l'époque lémurienne lucifer qui infiltre le corps astral humain, induisant le désir, l'attrait pour le monde des sens, puis à l'époque atlantéenne, ahriman qui infiltre le corps éthérique, induisant l'erreur dans la perception, faisant voir que l'aspect matériel, voilant le spirituel. Puis Steiner parlait aussi (voir l'article sur la trinité du mal) de Sorat, le démon solaire, les asuras doivent donc représenter les hordes de Sorat dans ce cas, comme on parle des hordes de lucifer et de ahriman, et donc les asuras vont s'attaquer, à notre époque, donc la post-atlantéenne, au noyau intime de notre être, au Je, et nous faire croire réellement que nous ne sommes que des animaux, sans lien aucun avec le spirituel...  nous conduire de plus en plus comme des bêtes, nous vautrant dans une débauche putride, un mal plus intense, une coupure plus radicale encore avec le spirituel, un enfoncement plus radical dans la matière... je ne sais pas ce que peut bien signifier que des morceaux du Je, de l'esprit humain, soient irrémédiablement perdus... je croyais que tout finissait par s'équilibrer dans l'univers, équilibrer le mal occasionné par l'influence d'Ahriman, par le karma, équilibrer le mal occasionné par l'influence luciférienne, de l'attrait des sens, par la souffrance; alors que signifie donc que le mal engendré par l'action des asuras soit irrémédiable??  Shocked  scratch

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par Archange le Jeu 9 Jan - 23:15

obsidienne a écrit: comme si ça suffisait pas de lucifer et ahriman .... (?)?

Exactement, on dirait que depuis l'infiltration luciférienne à l'époque lémurienne, à chaque époque qui suit, ya un mal nouveau qui nous talonne, à chaque étape de notre évolution...  Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist 292959374 bon après, jamais 2 sans 3 comme on dit, fallait bien compléter le truc hein...
quand on y pense c'est un peu comme si, d'un côté il y avait la beauté incommensurable de la Création, qui se déploie, mais qui devait être en permanence, talonnée par un faciès horrible et grimaçant, un reflet grotesque et monstrueux de la Création divine...

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist Empty Re: Le Mystère du Mal : Doute, Haine et Peur. Le Double et le Superdouble et l’incarnation de l’Antéchrist

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum