Le Portail de l'Initiation
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -23%
Apple AirPods Pro
Voir le deal
214 €

« L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne.

Aller en bas

« L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne.  Empty « L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne.

Message par obsidienne le Sam 2 Fév - 23:42

« L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne. Rudolf Steiner.

Conférence du 26 février 1906.

La dernière fois, j’ai parlé des douze premiers chapitres de l’Evangile selon Jean. Nous avons vu que le miracle de Lazare représentait l’initiation ouvrant à un être humain l’accès au monde spirituel. On comprendra l’Evangile selon jean si l’on saisit que chaque phrase parle du monde supérieur. Si nous rendons cela vivant en nous, nous découvrons l’initiation chrétienne. Celui qui connait d’autres façons d’être un disciple au sens initiatique, celui qui sait qu’il existe d’autres voies d’initiation de ce genre sait également que celui qui veut aujourd’hui devenir disciple peut être conduit vers le haut par d’autres méthodes, d’ailleurs connues de la plupart d’entre vous. Ceux qui ont déjà approché la vie spirituelle de plus près savent que nos aspirations selon la science de l’esprit comportent également un côté ésotérique.

L’initiation chrétienne possède des analogies avec d’autres voies initiatiques, mais aujourd’hui, cette voie ne peut pas être suivie. Celui qui veut l’emprunter doit le faire guidé par un maître compétent, mais étant donné nos conditions de vie normales aujourd’hui, on peut se demander si suivre cette voie est encore possible. Permettez-nous de faire revivre dans nos mémoires le miracle de Lazare, sous le seul aspect de l’initiation chrétienne.
Parlons de l’état de sommeil habituel. Qu’advient-il de l’être humain quand il dort ? – Il se compose du corps physique, du corps éthérique, du corps astral et du moi. Et maintenant que se passe-t-il au sens occulte quand l’être humain dort ? – Le corps physique et le corps éthérique restent dans le lit et le corps astral s’élève avec le moi et flotte au-dessus du dormeur, dans le cas d’un être humain imparfait, sous la forme d’un anneau, plus tard avec la même forme que le corps physique. Quand l’être humain est éveillé, l’astral imprègne le corps physique. Une fois qu’il est sorti, il travaille sur le corps physique, il prend soin de lui. Le corps astral se comporte à l’égard du corps physique comme l’ouvrier à l’égard de la machine, avec cependant cette différence que, ici, l’ouvrier est à l’intérieur de la machine, imprègne d’âme les différentes parties qu’il met en mouvement. Cette comparaison avec l’ouvrier à l’œuvre avec sa machine est cependant plus pertinente quand l’être humain dort, étendu : le corps astral agit alors de l’extérieur. Et que fait-il ? Il compense par son travail sur le corps physique les dommages subis par celui-ci durant la journée. On comprend par cela les inconvénients d’un mauvais sommeil. Le corps astral lui-même subit l’influence d’entités qui appartiennent au troisième règne élémentaire*. Des entités du deuxième règne élémentaire s’attaquent au corps éthérique humain et des entités du premier règne se procurent un accès au corps physique pour le détruire. C’est seulement quand le corps astral travaille sur le corps physique durant le sommeil que ces processus de destruction sont compensés.

La simple connaissance physique ne joue ici aucun rôle. Mais si l’être humain commence à travailler spirituellement sur lui-même. Il doit aussi créer les conditions préalables nécessaires au travail de l’astral sur le physique. La méditation exerce une influence sur le travail accompli par le corps astral pendant la nuit sur le corps physique et le corps éthérique. Il n’est permis qu’à de bonnes entités d’avoir accès à l’être humain. Celui qui cherche l’initiation doit établir le plus grand calme possible. Cela implique qu’il s’abstient de tout excitant, en particulier d’alcool. Le contrôle des pensées, une vie moralement irréprochable et, précisément, l’aspiration à ne pas se laisser aller à chaque mouvement du sentiment, pas davantage la douleur que la joie, font partie des conditions préalables à toute aspiration à l’élévation spirituelle ; il faut conserver l’équilibre de l’âme. Cela permet aussi que de bonnes entités soient actives pendant que le corps astral travaille durant le sommeil sur le corps physique et le corps éthérique.

Lors de l’initiation telle qu’elle est décrire dans l’Evangile selon Jean, le corps astral sort du corps physique avec le corps éthérique. Le corps physique reste en arrière, comme mort. C’est de cela qu’il est question quand il est décrit que Lazare est resté trois jours dans le tombeau. Le miracle de Lazare est donc l’image d’une initiation. Il s’agit de reconduire le corps astral et le corps éthérique dans le corps physique. C’est le maître qui l’accomplit. L’être humain est alors un « réveillé » qui peut se rappeler les expériences vécues dans les mondes supérieurs. C’est possible pour toute personne. Mais ce qui était autrefois un processus de trois jours et demi s’accompli aujourd’hui différemment. Le résultat est le même, mais il est atteint avec d’autres méthodes.

Le disciple de la voie chrétienne d’initiation avait à traverser sept épreuves. Il ne s’agissait pas seulement d’expériences physiques, mais aussi d’expériences spirituelles. Celui qui les avait traversées savait que des expériences réelles sont possibles hors du corps. Au premier degré, le disciple apprend comment l’être humain est devenu ce qu’il est aujourd’hui. Cela se produisait grâce à la parabole suivante : la plante doit avoir un sol minéral. Le minéral est certes inférieur à la plante, mais la plante doit s’incliner et dire : c’est à toi, pierre, qui est certes inférieure à moi, que je dois mon existence, ma vie. – Au dessus de la plante se tient l’animal. Il inspire de l’oxygène et expire du gaz carbonique, faute de quoi il ne peut pas vivre. La plante expire l’oxygène. L’animal doit dire à la plante : je m’incline humblement vers toi ô plante, car sans toi je ne pourrais pas être. – Et l’être humain, qui se tient plus haut, se comporte de cette manière à l’égard de ce qui lui est inférieur. Lui aussi doit dire : sans ta présence, je n’existe pas. – Il faut se pénétrer totalement de ce sentiment et s’incliner avec humilité. A partir de son expérience la plus profonde, l’être humain doit pouvoir s’incliner devant ce qui lui est inférieur. C’est le lavement des pieds, le premier degré de l’initiation chrétienne : le Christ s’incline devant les disciples et leur lave les pieds. Ce qui est vécu là représente un symbole du monde supérieur. Celui qui peut vivre spirituellement dans ce monde supérieur, celui qui a développé le sentiment décrit pour Lazare, fait l’expérience du lavement des pieds dans le monde supérieur. Celui qui se voit rabaissé dans le monde physique vit dans un monde supérieur le lavement des pieds. Ce vécu lui montre qu’il atteint le premier degré sur la voie de l’initiation. Cela se manifeste aussi sur le plan corporel : il a l’impression que tous ses muscles ont reçu une force nouvelle. Tremper les muscles comme on trempe l’acier après le sentiment d’être rabaissé correspond au premier degré.

Le deuxième degré de l’initiation chrétienne est représenté par la flagellation et les soufflets. L’être humain doit apprendre à supporter calmement ce qui auparavant lui faisait mal, à prendre sur lui les douleurs du monde. Cela s’exprime également dans le monde supérieur : cette force d’âme est symbolisée par la flagellation et comme des coups réels. Ensuite, le disciple ressent un beau jour des sortes de piqûres sur tout le corps, signe qu’il réussi. C’est un vécu réel que traverse celui qui suit la voie à partir de sa propre expérience. Les grands mystiques l’ont vécu. Quand on le ressent, on a atteint le deuxième degré.

Le troisième degré est le couronnement d’épines. Il est lié au fait que l’on ne supporte plus seulement de la part des autres êtres humains des douleurs, mais du mépris. Il faut conquérir la fermeté permettant de supporter la dissolution qui résulte de l’absence de toute personne susceptible de donner du courage et de la force, de ne se voir plus attribuer aucune valeur sans perdre pour autant sa rectitude intérieure. C’est cette expérience là qu’il faut faire. Cela se vit dans le monde spirituel comme le couronnement d’épines. L’être humain se voit couronné d’épines. On ressent des douleurs à la tête dans le corps physique. Le cerveau subit des transformations, un processus qui se remarque aussi plus tard à l’état de veille.

Le quatrième degré est la crucifixion. Il est vécu par le fait que l’être humain apprend à ressentir son propre corps comme un objet étranger, un morceau de bois par exemple. Il ne relie plus son moi à son corps. Dans le monde spirituel, il se voit avec la croix sur le dos. Le quatrième degré est alors atteint. Cela se manifeste dans le physique par la stigmatisation : les stigmates apparaissent. Chez certains sains, ce n’est pas une légende ; cela montre qu’ils ont atteint ce quatrième degré. De tels saints sont des porteurs de croix.

Lorsque l’être humain est à ce stade d’avancement, il parvient au cinquième degré. Il s’agit de la mort mystique. Le disciple a l’impression que l’univers tout entier est comme recouvert d’un voile, autour de lui, tout a perdu sa valeur ancienne. Pendant qu’il se sent ainsi dans les ténèbres, le rideau se déchire tout à coup et l’être humain commence à voir les buts spirituels originels. Il porte le regard dans un monde tout nouveau. En même temps, il apprend à comprendre ce qui réside à la base de l’âme humaine. Il devient un second être à côté de lui-même et regarde d’en haut son moi inférieur qu’il voit séparé de lui. Son corps, ce sont les mères qu’il voit tenir au-dessous de lui, et le moi inférieur transformé, c’est le disciple qui porte témoignage du fait que le Christ vit. Maintenant, le moi supérieur peut dire au moi inférieur : « Vois, c’est ta mère ! ».

Quand l’être humain a traversé cette cinquième station, il peut avancer jusqu’à la sixième, la mise au tombeau et la résurrection. Tout ce qui appartient à la planète devient le corps du mystique chrétien. Il a l’impression à ce degré que la Terre entière lui appartient. L’être humain a cessé d’être un être distinct, il ne fait qu’un avec toute la vie de la Terre. Il lui est lié intérieurement par la mise au tombeau. Le tombeau devient pour lui la source de sa connaissance vécue : l’homme et l’animal, la plante et la pierre autour de lui deviennent transparents. Il a perdu son existence distincte, mais il a pris en lui la vie de la Terre tout entière, sa vie supérieure.

On appelle Ascension le septième degré. Il signifie que l’on est totalement introduit dans le monde spirituel.

L’Evangile selon Jean est une discipline de cette voie chrétienne d’initiation. Celui qui le considère comme une relation extérieure ne le comprend pas. On peut le comprendre quand on le vit intérieurement du tout au tout.

C’est le sens des paroles d’Angelus Silesius :

« Si tu t’élèves au-dessus de toi-même et laisses Dieu régner, l’Ascension aura lieu dans ton esprit. »

De même que nul être ne peut voir la lumière extérieure du soleil si ses yeux ne sont pas ouvert, personne ne peut comprendre le secret du Golgotha s’il ne le vit pas intérieurement. C’est seulement quand il parvient à une telle expérience intérieure que l’être humain peut comprendre pourquoi la mesure du temps se décompose en deux parties, avant le Christ et après lui.

Pour que le christianisme acquière sa véritable signification, il faut qu’il soit vécu comme un chemin intérieur. L’Evangile selon Jean est un écrit à vivre phrase après phrase. Et celui qui l’a vécu intérieurement sait que la critique extérieure n’a pas la moindre signification. Toute critique disparaît, tout doute se dissout dès que l’être humain sait : tu dois éprouver dans tous les détails ce qui est écrit. Chaque ligne peut être vécue intérieurement. L’esprit christique doit être éprouvé dans les profondeurs. Celui qui a vu lui-même comment les choses se sont passées sait qu’il dit la vérité. Il s’agit de Lazare « réveillé ».

Extrait du livre de Rudolf Steiner : Les conférences sur l’intérieur de la Terre.
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

« L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne.  Empty Re: « L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne.

Message par obsidienne le Sam 2 Fév - 23:54

* Au sujet des êtres élémentaires et des règnes élémentaires, voir "L'intervention des forces spirituelles, en l'homme" (GA 102).
http://www.eurythmiste.com/index.php/homepage-2/histoire-et-evolution/intervention-l-des-forces-spirituelles-en-l-homme-detail
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

« L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne.  Empty Re: « L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne.

Message par Novice le Lun 4 Fév - 17:16

Vraiment très intéressant, je te remercie d'avoir pris de ton temps pour recopier cet extrait, je ferai de plus ample recherche grâce à ce livre.
En tout cas, merci du partage!
Novice
Novice

Messages : 18
Date d'inscription : 13/12/2018
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

« L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne.  Empty Re: « L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne.

Message par obsidienne le Mar 5 Fév - 22:00

« L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne.  2289982784
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

« L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne.  Empty Re: « L’Evangile selon Jean » une initiation chrétienne.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum