Le Portail de l'Initiation
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie

Aller en bas

Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie Empty Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie

Message par obsidienne le Dim 15 Mai - 22:56

Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie

https://footnotes2plato.com/2010/05/10/teilhard-and-steiner-cosmogenesis-in-light-of-anthroposophy/

Introduction:

L'être humain est un être spirituel d'une importance universelle. Si mon lecteur n'a pas le courage nécessaire pour une telle affirmation, ils ont besoin de lire pas plus loin, parce que si l'on peut avoir des oreilles pour entendre et des yeux pour voir, sans un cœur ouvert ces organes sensoriels restent sourds et aveugles à la sagesse je souhaite partager .

Je le répète, l'être humain est un être spirituel d'une importance universelle. Histoire laisse record de quelques individus particuliers qui ont réalisé la signification de cette vérité essentielle, mais leurs enseignements ont souvent été obscur et enveloppé dans le secret. Dans ce qui suit, je partage ma compréhension encore limitée des idées de deux de ces êtres illuminés avec vous parce que je sens que le temps est venu pour les mystères à être ouverts et accessibles à tous. Pour ces deux hommes, Rudolf Steiner et Pierre Teilhard de Chardin, la conscience humaine et le processus de l'évolution cosmique sont des phénomènes qui ne peuvent être comprises dans l'isolement correspondants.
La connaissance de cette correspondance entre microcosme et macrocosme est pas nouvelle. Au contraire, il est peut-être la plus ancienne doctrine secrète au cœur de toute la science ésotérique subséquente, apparaissant d'abord dans la Tablette d'Emeraude de «trois fois grand" Hermes: "Comme il est au-dessus, il est donc ci-dessous; et comme il est ci-dessous, de sorte qu'il est au-dessus ".

Il est cette doctrine de la correspondance qui rend possible une synthèse entre la science naturelle et spirituelle, entre la cosmologie et la théosophie. Pour Steiner, cette synthèse a pris la forme de l'anthroposophie, «un chemin de connaissance guidant le spirituel dans l'être humain au spirituel dans l'univers." [1] anthroposophie tente de situer l'humain au sein de l'interpénétration complexe et en évolution des ressources minérales, éthérique , plans astral et spirituels constituant notre être total. Il est une réponse directe à la vision du monde à une dimension du matérialisme scientifique, dans lequel l'esprit humain est réduit à une anomalie dans un monde par ailleurs disjoint de la matière sans objet en mouvement.

La science moderne a sans doute fait beaucoup de découvertes étonnantes sur l'univers au cours des derniers siècles. Le cosmos médiéval enchanté, avec ses sphères célestes cristallines et des hiérarchies statiques, représentés, à bien des égards, une image simpliste et immature de l'univers. À partir des 16e et 17e siècles, Copernic, Kepler et Galilée terre et l'humanité re-situé dans un univers beaucoup plus vaste et plus mystérieux, brisant les sphères et remettre en cause la grande chaîne de la soi-disant ordre de la poussière à la divinité. Il ne fallut pas longtemps avant que Newton, inspirée par la doctrine Hermétique d'une correspondance entre le ciel et la terre, unifiée loi terrestre et astrophysiques.

Ce serait une erreur de croire que le déplacement héliocentrique de terre ou de la loi de la gravitation universelle contredisent en quelque sorte la vérité profonde de signification universelle de l'humanité. Ni ne les découvertes les plus récentes de la thermodynamique et de l'évolution biologique de quelque manière que supprimer le phénomène humain du cœur du cosmos. Au contraire, la cosmologie 20e siècle a re-confirmé un autre ancien principe Hermétique, que la nôtre est un univers infini dont la circonférence est nulle part et donc dont le centre est partout. Comme Teilhard nous permet de voir, l'espace et le temps, la matière et l'énergie, peut désormais être comprise comme fils entrelacés de même une matrice vivante qui est irréversible en croissance vers l'augmentation de la complexité et de la conscience. «L'humain est pas le centre statique du monde, comme on le pensait depuis si longtemps", écrit Teilhard, "mais l'axe et de la flèche de l'évolution, qui est beaucoup plus beau." [2]
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie Empty Re: Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie

Message par obsidienne le Dim 15 Mai - 22:57

Néanmoins, l'ancienne conception du macrocosme, selon Steiner, est décédé de suite, et pour une bonne raison. Les êtres humains utilisés pour être comme des enfants, recevoir passivement les leçons de sagesse cosmique du macrocosme primitif. Il était comme si la lumière et de la musique des sphères célestes pensé pour une âme humaine toujours inconscient.

 "Le vieux macrocosme devait mourir," dit Steiner, «afin que [l'humanité] pourrait rompre [se] d'elle avec pleine conscience de soi." [3] La Terre est pas un simple grain de poussière dans l'infini étendue vide de physique l'espace, cependant, mais-avec la participation de conscience- humaine "dans son unité d'un embryon de la graine d'un macrocosme nouvellement croissante dans la vie.» [4]

 Une image similaire se trouve dans la Table d'Emeraude, dans lequel l'un qui a fait toutes choses ouvre une économie entre la terre et le ciel, ce qui est ci-dessous et ce qui est au-dessus, afin de transformer, à travers une série d'étapes, la grossièreté de la matière terrestre en la substance subtile du feu. L'histoire est archétypal et traverse toute l'ésotérisme occidental: la matière est une forme déchue de l'Esprit, le One devient beaucoup; mais dans la chute, Esprit, quoique peut-être parfait dans sa transcendance, trahit un manque d'exhaustivité. Esprit, déjà tous, voulu prendre sur terre chair à devenir humain, afin d'aimer et de se connaître en tout.

 Dans ce qui reste de ce court essai, plutôt que d'argumenter explicitement en faveur de la réunification de la science et de la mystique, je vais supposer que, en fait, les deux ne se sont jamais quittés société. Je ne crois pas qu'il y ait jamais eu un génie scientifique dont les idées ont été obtenues uniquement à partir de la mesure de la matière en mouvement. Si la conscience humaine a été non renseignée par les sens les plus élevés de l'imagination, l'inspiration et l'intuition, la révolution scientifique n'a jamais pu avoir lieu. Au lieu de cela, dans ce qui suit, je vise seulement à rappeler à mon lecteur de l'évolution spirituelle, ils ont toujours été participent en explorant, à la fois avec Steiner et Teilhard que mes guides, la correspondance naissante entre la conscience et le cosmos qui, avec l'aide de le Christ cosmique, se déroule sur la terre. Cette exploration impliquera à la fois l'anamnèse et de la métamorphose, nécessitant à la fois un plongeon méditative dans les profondeurs de la mémoire cosmique et un saut fidèle à la hauteur de l'imagination divine.

Terre Evolution et l'esprit humain
 «Il y a longtemps», écrit Teilhard, «les précurseurs de nos chimistes ont travaillé avec acharnement pour trouver la pierre des lazuli philosophorum-philosophes. Aujourd'hui, notre ambition a grandi. "[5] Il ne suffit plus de transformer le plomb en or, bien que le symbolisme qui sous-tend une telle procédure est pas du tout au large de la marque. Terre peut au premier abord sembler être faite uniquement en métaux et minéraux, mais cela a été, mais l'enveloppe extérieure d'une graine qui germe encore dans le processus de transmutation élémentaire.

 Teilhard décrit la terre juvénile comme déjà bordée par un potentiel spirituel intérieur pour la vie, ajoutant que

"En rythme avec les forces de l'éveil de la synthèse inclus dans la matière, ses activités, dormants jusque-là, ont été mis en mouvement ... [comme] sur toute la périphérie du globe nouvellement formé, la tension des libertés internes ont commencé à augmenter." [6 ]

 La terre a depuis ses débuts développent à partir du règne minéral en royaumes progressivement plus complexes et plus conscients de la nature: d'abord dans le corps éthérique aqueux des plantes, puis le corps astral air comme des animaux, devenant finalement un navire pour le " feu essentiel "[7] de l'esprit humain. Ceci est bien sûr une façon symbolique et alchimique de représenter le mouvement du bas vers des royaumes plus élevés, mais il ne se contredit pas compte paléontologique plus détaillée de Teilhard de l'arbre de vie. Il raconte minutieusement toute l'histoire de la vie sur terre, à partir des premiers polymères pré-vivants, à des cellules simples, à métazoaires, sur les poissons, les amphibiens, les reptiles, les mammifères, les primates, et enfin, les êtres humains réfléchissants. Je dis «enfin» parce que pour Teilhard, contrairement à de nombreux chercheurs en sciences naturelles, l'évolution de "la« galaxie »des formes de vie" sur la terre "présente un vaste mouvement 'orthogénique' de enveloppante," [8] ce qui signifie que ses processus sont dirigés vers une extrémité spécifique. L'état actuel de l'évolution de la terre est, en ce sens, l'aboutissement d'une anthropocosmogenèse.
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie Empty Re: Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie

Message par obsidienne le Dim 15 Mai - 23:00

Après avoir atteint ce point, le travail de la terre est, à proprement parler, terminé. Sa volonté cosmique a convergé et a été hominisée. [9] Le temps pour l'humanité de participer consciemment à la pleine floraison de la semence spirituelle qui est notre planète est arrivé. Comme Teilhard décrit, la terre attend maintenant la «avance d'un cercle de feu autour de l'étincelle faite par la première conscience réfléchie." [10] Pour Teilhard, comme pour Steiner, cela exige non seulement la réalisation de l'être humain est «inévitablement la centre de perspective, "mais aussi" le centre de la construction de l'univers. "[11] À notre âge de l'âme spirituelle, [12] les forces spirituelles du cosmos ne sont plus penser à la conscience humaine. Ce cordon ombilical spirituel a été rompu. Au contraire, sur la liberté active de notre conscience de l'esprit-voyant, [13] l'univers qui produit une fois l'humanité est maintenant refaite en nous.

L'évolution des relations entre le microcosme humain et le macrocosme est le résultat de l'évolution de la conscience. La plupart des historiens croient à tort que les êtres humains ont toujours eux-mêmes et le monde de la même manière que nous faisons aujourd'hui l'expérience. Les êtres mythiques et les forces magiques qui étaient si importants pour les âges antérieurs sont expliqués comme des projections ou des fantasmes d'une intelligence plus primitive. [14] En vérité, l'humanité primordiale était encore plongé dans une conscience onirique directement inspiré d'en haut par le contenu de le monde spirituel. Comme Steiner le dit, cette humanité plus tôt se connu "comme une goutte de la mer de la spiritualité cosmique, une goutte qui a lui-même séparé pour le temps de cette vie terrestre, pour se réunir à nouveau lorsque la vie terrestre est terminée." [15]

Aujourd'hui, l'humanité traverse une période temporaire de séparation du monde spirituel comme résultat d'une vision matérialiste de sens lié de plus en plus. Nous rappelons plus ce qui est venu avant notre naissance, nous ne sommes pas sûr de ce qui nous attend après la mort. Au lieu de pensées cosmiques en continu par le haut, les principaux contenus de l'expérience sont devenus perceptions sensorielles des surfaces des objets. Idées exigent maintenant l'effort de notre propre âme-activité; notre tâche est de devenir de plus en plus conscience de notre esprit intérieur, notre capacité à penser librement indépendant du monde extérieur. "Ce qui est venu des hauteurs," Steiner écrit, "doit être retrouvé dans les profondeurs.» [16]

Steiner est pris soin de souligner que ce qui est le plus significatif de l'âge du spirituel, ou de la conscience âme (commence autour de 1500 CE) ne sont pas les idées développées par la science moderne sur le monde naturel, mais plutôt l'effet de ces idées ont eu sur la évolution de la connaissance de soi de l'humanité. [17] le macrocosme spirituel est mort à seulement reparaître dans le microcosme comme matière spiritualisée de la terre, qui est-à-dire que la conscience humaine.

En dépit de l'éloignement de la nature extérieure et de l'esprit que ce processus de mort-renaissance a temporairement nécessaire, il reste à la conscience une initiation cruciale et nécessaire dans une forme plus élevée d'être et de savoir. Le processus est semblable à l'errance dans le désert afin de purifier l'âme en vue de la réalisation d'une future mission autrement inimaginable. Steiner enseigne que nous devons avoir confiance dans le monde et le courage de persiste dans notre désir de vérité spirituelle si cette mission est de devenir plus clair pour nous. [18] La prochaine étape de l'évolution cosmique exige la libre participation de notre conscience. En d'autres termes, le plein épanouissement de la terre dépend de l'humanité de la prise de conscience de la volonté cosmique qui a inconsciemment lutté à travers des milliards d'années d'évolution pour donner naissance à nous.

Teilhard décrit cette renaissance du cosmos dans la conscience que

"L'entrée de la conscience, pour toujours, dans un cadre de nouvelles dimensions; et par conséquent, la naissance d'un univers entièrement rénové, tout simplement par la transformation de sa substance la plus intime, sans changement de ligne ou de plier. »[19]
La conscience, ou ce qui pourrait aussi convenablement appeler l'esprit humain, est à la fois Teilhard et Steiner un «soleil intérieur» qui non seulement éclaire notre expérience sensorielle du monde, mais confère à l'univers lui-même une «forme d'unité, il aurait jamais eu si elle n'a pas été pensé "[20] Comme le dit Steiner,« les êtres humains ne se contentent pas de comprendre ce que la nature a produit. ils portent la nature plus loin. »[21] Notre pensée est non seulement une activité mentale intérieure miroir ou représentant un certain état de choses dans un monde extérieur. La pensée est un pliage plus grande dimension de l'espace-temps sur lui-même, ce qui veut dire que la conscience est à la fois unique et continue avec le développement continu de l'univers. Je ne représente pas un monde qui reste en dehors de moi-même quand je pense; plutôt, le processus de monde vient à se connaître dans ma pensée.

"Par conséquent," écrit Steiner, «la pensée ne doit jamais être considérée comme une activité purement subjective. La pensée est au-delà de l'objet et de l'objet. "[22] Dans la pensée, je fais plus que de recevoir des impressions d'un fini monde-je participe activement à cosmogénèse. Sur la terre, cela signifie contribuer à l'émergence d'une toute nouvelle enveloppe entourant la biosphère: la noosphère.
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie Empty Re: Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie

Message par obsidienne le Dim 15 Mai - 23:03

Le rôle du Christ dans Noogénèse

Comme Teilhard voit, les consciences individuelles sont contraints de faire converger sur eux-mêmes dans une «masse presque solide de substance hominisée" [23] en raison de la forme sphérique de la terre. Dans quelle direction nous nous dirigeons, nous trouvons non plus de terres, mais plus de gens. Cette compression psychique a été en cours au moins depuis la révolution néolithique, quand l'agriculture a augmenté notre population et le commerce conduisent à des villes, dont certaines sont devenues particulièrement riche et développé en empires avides de butin de guerre. Noogénèse n'a pas été un processus pacifique, mais même dans la plus violente des tentatives de conquêtes, la nature interpermeable de la psyché entraîné la endomorphosis du conquérant conquis et: les deux ont été laissés à jamais changé, devenant moins définie par des cultures particulières et plus par leur humanité . [24]

La fonction assimilatrice desservie par les guerres du passé est une maigre consolation pour notre situation contemporaine: ce ne sont plus les lances et des flèches alimentés par la main humaine, mais les missiles atomiques tirés depuis des satellites en orbite qui menacent notre bien-être terrestre. Le destin futur de toute vie sur terre repose encore en mains, mais l'homme les mains qui, avec la poussée d'un bouton, pourrait éradiquer à jamais des milliards d'années d'innovation évolutive accumulée. Les maux de la guerre, peut-être depuis plusieurs siècles, ont cessé de servir Noogénèse. Aujourd'hui, une guerre (menée par une société humaine sur un autre, ou par l'industrie humaine sur la terre) représente un vestige de notre passé moins humain. La pression augmente, la température continue à augmenter, et il devient de plus en plus évident que "portée à son stade de la réflexion, la vie ne peut pas continuer sans avoir besoin d'augmenter structurellement encore plus élevé.» [25]

Les deux Steiner et Teilhard estiment que seul l'amour cosmique de l'impulsion Christ peut transporter l'humanité en toute sécurité grâce à cette transformation difficile. Christ, pour Teilhard, est une «Présence universelle ..., une expansion Center, qui tente de se trouver une sphère», alors que l'humanité terrestre représente "une sphère qui étend de plus en plus profond, et a besoin d'un centre». [26] La coïncidence est suffisant pour convaincre Teilhard que notre mission terrestre a été ensemencé d'en haut, que nous ne sommes en aucun danger d'étouffement à la suite de l'augmentation de compression sur la terre. Il reconnaît que notre mouvement violent et apparemment chaotique vers "un flux planétaire de co-réflexion» [27] est prise en charge de l'intérieur par un axe divine incarnant.

«Ce qui nous vient de ces hauteurs», écrit Teilhard,

"Est non seulement l'air pour nos poumons; il est le rayonnement d'un amour. Le Monde, par conséquent, ne sont pas simplement un endroit où une vie peut respirer parce que son pouvoir de se pencher sur l'avenir a été soulevé; nous pouvons voir son sommet évolutif et ainsi sentir son attraction magnétique absorbant. "[28]
Amour, alors, est le moteur de l'évolution qui est consommait la noosphère. Comme l'univers devient de plus en plus christifié à la suite de la Noogénèse de la terre, la psyché humaine se voit opérant dans une nouvelle charte, dont les détails sont le résultat de ce que Teilhard appelle «le Milieu Divin.» Comme ce milieu continue à se manifester sur la terre, la différence entre l'universel et le personnel sera décomposé. L'ego individuel, tout en restant unique, va commencer à participer à l'être universel du Christ. [29]

"Et donc," écrit Teilhard,

"La possibilité est divulguée pour, ouvre pour, l'humanité, non seulement de croire et d'espérer, mais (ce qui est beaucoup plus inattendu et beaucoup plus précieux) d'aimer, co-extensive et co-origine avec tout le passé, le présent et le l'avenir d'un univers qui est en processus de concentration sur elle-même. »[30]

Selon Steiner, ce processus de concentration a atteint son paroxysme au cours de notre âge de l'âme de la conscience. À la suite de télescopes nous donnant un meilleur regard sur les étoiles et les effets de désenchantement des sciences naturelles en général, l'être humain intérieur »devait embrasser l'esprit d'un monde-un sensorielle qui remplit l'univers spatial partout de la même façon. »[31]

Notre perception élargie du plomb extérieur de l'espace à une perception contractée correspondante de l'esprit intérieur. Pour beaucoup, l'univers semble maintenant être un lieu mort et vide. Comme on l'a vu plus haut, cette période de l'aliénation est nécessaire pour le développement de la liberté humaine. Le rôle du Christ, comme Steiner voit, est de fournir une garantie de cette liberté, si seulement nous «tournons vers le Christ consciemment dans le cadre spirituel de l'esprit qui [nous] avait inconsciemment pendant la descente de suprasensible esprit-existence à l'utilisation de l'intelligence. »[32] Cette descente de notre participation initiale dans la musique des sphères cosmiques à la façon morte de penser régnant à l'heure actuelle ne peut être renversée par un mouvement d'ouverture d'amour envers le monde, un acte de volonté qui pourrait aussi être appelée «foi». Noogénèse dépend à la fois sur la force de notre lien collectif et le courage de notre volonté individuelle.
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie Empty Re: Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie

Message par obsidienne le Dim 15 Mai - 23:06

Christogénèse et éthérique Vision

Teilhard et Steiner sont des penseurs Christ-centrée, mais dans notre planète de plus en plus interconnecté, il y a des chemins plus spirituels disponibles que jamais auparavant. Ils ont tous deux estiment qu'il ya quelque chose d'unique l'impulsion spirituelle chrétienne, qu'il répond aux besoins de notre moment mieux que tout autre. Teilhard est tout à fait conscient, toutefois, que l'imposition d'une «Divinité ready-made de l'extérieur» à ceux d'une persuasion non-chrétienne est pas mieux que "prêcher dans le désert." [33] Steiner prend soin de souligner qu'il existe un base expérimentale pour la révélation chrétienne, et que plus de gens commencent à connaître le Christ l'événement comme «fait mystique,« notre tâche sera de développer "une compréhension de la possibilité d'entrer dans le monde de l'esprit libre de toute confession religieuse, va tout simplement à travers le puissance de bonne volonté ». [34]

Dans cette section, je vais essayer d'articuler ce qui rend le christianisme unique et pourquoi il est que Teilhard et Steiner trouvent si important pour l'évolution de la conscience humaine sur la terre.

Teilhard énumère trois attributs que toute divinité capable de parler à l'humanité moderne doit encore posséder. Ce Dieu doit être: 1) vaste et mystérieux que le Cosmos, 2) immédiate et embrasse tout comme la vie, et 3) lié à nos efforts humains sur la terre [35].

La première exigence est le résultat de l'expérience propre de Teilhard en tant que scientifique apprendre sur l'immensité et la perplexité de l'univers. Comme sa connaissance de la nature a augmenté, son ancienne foi a commencé à sembler enfantin. Cette tension entre les faits scientifiques et la révélation religieuse lui a permis, tout au long de sa vie, de partager les angoisses ressenties par tant de non-croyants. Mais comme beaucoup de philosophes naturels chrétiens devant lui (comme Thomas d'Aquin et Hegel, pour donner deux exemples), il a pu réunir la Bible et le livre de la nature. Pour Teilhard, il est «un message explicatif secret de toute la Création ... ce qui nous permet de sentir Dieu dans tout ce que nous faisons et dans tout ce qui est fait pour nous»: l'univers est Christ incarné [36] Il est ce secret qui,. quand révélé au sein de son coeur (car il ne peut pas être vu vers l'extérieur), démontre la conjonction des attractions célestes et terrestres de l'humanité à la fois. La vaste Cosmos devient le corps mystérieux de Dieu.

La deuxième exigence découle du plaidoyer de Teilhard pour la classe sacerdotale d'engager plus pleinement avec le monde, plutôt que de rester simplement «les gens qui vous enterrent.» [37] Il trouve qu'il est impératif que le religieux doit non seulement étudier au sein de la religion pour défendre, mais appliquer leur religiosité passionnée à d'autres domaines, en particulier à la science, où les hypothèses métaphysiques Désenchantement du matérialisme sont si souvent pris pour acquis. Le monde naturel, étudié religieusement comme Corps du Christ, peut devenir, comme William Law dit, «un volume d'enseignement sacré qui nous conduit dans tous les mystères et les secrets de l'éternité». [38] Comme le remarque Owen Barfield dans un même esprit, "il y aura une renaissance du christianisme quand il devient impossible d'écrire un manuel populaire de la science sans se référer à l'incarnation de la Parole." [39]

Mis à part la science engager pleinement, le christianisme doit surmonter le sentiment contemporain que la religion doit rester une affaire privée. La morale ne peut plus être strictement individualiste, mais doit mettre l'accent sur notre responsabilité de «droits politiques, droits sociaux, droits internationaux, et les devoirs cosmiques». [40] De nombreux humanistes laïques croient que la religion ne doit pas interférer avec la politique et le gouvernement. Steiner serait d'accord, mais rappelle également qu'une société maladroitement divisée entre les sphères publique et privée est vouée à se désintégrer. Au lieu de cela, il recommande un ordre social triple plus équilibré, composé de sphères politiques, économiques et culturels. [41] La spiritualité (qui comprend une éducation intégrale) guidera la sphère culturelle, alors que la politique serait d'assurer les droits des individus et le développement économique assurerait que nos besoins collectifs et les désirs sont satisfaits. Chaque sphère informe mutuellement les autres, mais nos valeurs fondamentales serait, pour la plupart, sortir de la sphère culturelle.

Pour répondre à la deuxième exigence, Teilhard appelle également à une nouvelle appréciation de la puissance de l'amour qui l'éthique basée service ont tendance à minimiser l'importance. Il n'y a pas force plus puissante que l'amour dans la vie des êtres humains, et une religion qui n'embrasse pas son potentiel de transformation n'a pas d'avenir.

La troisième exigence est liée à la seconde, mais vise spécifiquement les tendances potentielles d'un autre monde du christianisme, plus concernés avec le salut de l'âme que de l'évolution de la terre. La vie terrestre ne peut être comprise comme un simple passage dans l'autre monde. Il n'y a pas de doctrine plus important dans le canon chrétien que celui de l'incarnation, la présence du divin dans ce monde.

Afin de se sentir à la maison sur la terre, et de prendre la responsabilité de son épanouissement, il est également important de se rappeler que ce qui est en bas est comme ce qui est ci-dessus, que le temps est pas autre que l'éternité, et que la matière est esprit secret. Terre et l'humanité peuvent être au milieu de l'évolution, mais Omega est déjà et toujours toujours présent. La Terre est le site de notre action la plus sainte, mais dans l'éternité et dans le Christ, le Grand Œuvre a déjà été accompli.

Comme Angelus Silesius écrit,

"Amis, lorsque vous laissez votre élévation de l'esprit au-dessus de lieu et de temps, vous pouvez être dans l'éternité à chaque instant ... La rose que votre oeil externe voit ici a fleuri comme cela en Dieu dans l'éternité ... Asseyez-vous dans le centre, et vous verrez tout au une fois, ce qui se passe maintenant et puis, à la fois ici et dans le ciel ". [42]
Silesius ne se réfère pas à vous, mais le Christ en vous, quand il parle de votre esprit élevant au-dessus lieu et le temps.

Le Christ en vous est la présence de la fin, l'anticipation d'Omega dans votre cœur. Christ est l'amour à l'œuvre dans le monde. Il y a une sagesse ne dépasse dans la nature que dans le cœur humain, déplacé "comme une roue tournante de manière uniforme par l'Amour qui meut le soleil et les autres étoiles». [43] Pour sauver la terre, nous devons trouver le Sauveur dans nos coeurs .

Selon Steiner, le mystère du Golgotha ​​ne peut être compris d'une manière purement historique ou matérialiste; comprendre sa signification exige la perspicacité spirituelle dans l'évolution terrestre, [44] de sorte que le Christ l'événement est reconnu comme "un acte cosmique ... jaillissant de l'amour universel, intelligible que par l'amour dans l'humanité.» [45] La seconde venue du Christ ne sera pas être le retour de Dieu dans la forme physique. Au lieu de cela, l'évolution continue de l'âme de la conscience progressivement (au cours des 2500 prochaines années) permettent aux êtres humains de commencer à percevoir la présence du Christ dans l'enveloppe éthérique de la terre. L'âme de conscience doit se développer au-delà de sens lié intellectualité dans le cœur-pensée d'imagination avant cela sera possible. [46]

Steiner souligne spécifiquement à la décennie entre 1930 et 1940 comme le moment où des signes de nouvelles facultés de l'âme commenceraient à manifester chez certaines personnes. [47]

Teilhard est sans aucun doute l'un de ces individus. Dans des lettres adressées à des amis de la Chine écrit en 1939 tout comme l'Allemagne envahit la France,
"Il nous a dit que lui-même a donné à l'écriture du phénomène humain que sa part dans le combat guerre étant sublimées en une œuvre pour former de nouveaux yeux, pour permettre au monde de voir et de devenir plus." [48]

Steiner compare vision éthérique à la capacité de lire l'enregistrement akashique. Cet enregistrement est une forme de mémoire cosmique travaillant juste sous la surface du monde des sens physiques à façonner et à former ses caractéristiques de vie. La tentative de Teilhard pour former de nouveaux yeux pour percevoir le sein des choses est un exemple du genre de coeur-pensée que notre époque est appelée à se développer.

La vision de Steiner du Christ Cosmique souligne l'importance de l'évolution terrestre. Développer la perception imaginative nécessaire à l'expérience de la présence du Christ dans l'éthérique est possible que tout incarnaient dans un corps physique sur la terre (et de multiples réincarnations peuvent être nécessaires pour son plein épanouissement). L'humanité des époques antérieures dans l'évolution de la conscience a pu voir dans le royaume éthérique bordant le monde physique des sens, mais cette clairvoyance de rêve obscurci la réalité matérielle de la terre. Notre tâche dans l'âge actuel de l'âme de la conscience, après son arrivée à l'expérience la nature entièrement vidé de l'esprit, est de développer la perception imaginative dans un état individué pleinement éveillé. Alors seulement la présence du Christ sur la terre deviendront évidents pour nous.

"Nous approchons de l'âge où les gens se sentent ils sont entourés non seulement par un monde sensoriel physique», écrit Steiner, "mais aussi, en fonction de leur compréhension par un royaume spirituel.» [49] Ce royaume spirituel est ce que Teilhard appelé le Milieu Divin, dans laquelle il "a vu l'univers devenir amorized et personnalisé dans le dynamisme même de sa propre évolution." [50]
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie Empty Re: Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie

Message par obsidienne le Dim 15 Mai - 23:08

Conclusion

 "Nous avons en nous des images miroir des grands cosmos», dit Steiner, "et les membres de notre constitution matérielle, l'éther, astral, et je-être-sont vraiment royaumes des êtres divins." [51]

L'être humain a venir au cours des 500 dernières années à se sentir de plus en plus désorienté et aliénée de la dimension numineux de l'univers. Nous avons beaucoup de mal à reconnaître notre réflexion dans les étoiles au-dessus, et pour la plupart, la constitution humaine a été réduite à mais un membre réel:. Le corps physique [52] Mais, si Steiner est correcte, une graine a déjà été planté dans notre âmes avec le potentiel de restaurer notre vision du monde spirituel bordant celle des sens physiques. La vision de Teilhard de cosmogénèse unifié par l'amour du Christ est un exemple du genre de perception éthérique que Steiner prédit deviendra plus répandue dans les années à venir.

 "Poussé par les forces de l'amour», écrit Teilhard, «les fragments du monde cherchent les uns les autres pour que le monde peut venir à l'être." [53]

Sans amour, le monde lui-même aurait depuis longtemps tombé en morceaux. L'être humain est aujourd'hui précaire à une bifurcation de la route: soit nous allons continuer à sentir la traction d'inertie du matérialisme et de dégrader davantage dans une merveille monde techno-industriel déshumanisé, ou nous allons répondre à l'appel cosmique à la naissance en nous-mêmes un organe éthérique de la perception capable de nous accorder un accès conscient aux esprits de la forme (y compris le Christ) à l'œuvre derrière les apparences sensorielles. Seulement avec l'imagination du cœur nécessaire à cette perception que nous surmonter notre transe matérialiste. Avec la perception du Christ dans l'éthérique vient aussi une libération de l'anxiété associée à la mort, comme il devient évident que l'esprit vivant en nous est immortel. Si les anthropologues culturels comme Ernest Becker [54] ont raison, et l'angoisse de mort est l'une des principales raisons pour lesquelles la plupart des violences et de l'intolérance sur notre planète, l'imagination morale accordant une expérience immédiate de l'aspect non-physique de leur propre et celle des autres être ne peut se développer assez vite.

L'humanité se bat pour devenir l'Esprit de la Terre, mais comme dit Teilhard, cet Esprit
"Ne peut naître que d'un amour-amour humain universel qui est armé avec la force que nous ne prêtons toujours à la violence." [55] Nous sommes des êtres de signification universelle, mais ce statut ne peut plus être pris pour acquis. Il est maintenant à nous de prendre les rênes de l'évolution et le guider vers Omega par la puissance de amorisation conscient. Je prie pour que l'humanité peut faire face à l'avenir avec un coeur ouvert; si le désir dans mon âme ne se trompe, un visage divin, il nous attend.

Bibliographie
v Barfield, Owen.
Ø La Redécouverte de Sens. Le Barfield Press: 1977.
Ø Saving les apparences. Wesleyan University Press: 1988.
v Steiner, Rudolf.
Ø Thoughts Leading anthroposophiques. Rudolf Steiner Press: 1973.
Pensée intuitive Ø comme un chemin spirituel. Anthroposophic Press: 1995.
Ø Mystics Après modernisme. Anthroposophic Press: 2000.
Ø Plan de Science Esotérique. Anthroposophic Press: 1997.
Ø La Réapparition du Christ dans l'éthérique. Anthroposophic Press: 2003.
v Teilhard de Chardin, Pierre.
Ø Le Phénomène humain. Sussex Academic Press: 1999.
Ø Le coeur de la matière. Harcourt: 1978.
[1] Pensées Leading anthroposophes, p. 13
[2] Le phénomène humain, p. 7
[3] Pensées Leading anthroposophes, p. 169-170
[4] Pensées Leading anthroposophes, p. 170
[5] Le phénomène humain, p. 176-177
[6] Le phénomène humain, p. 37
[7] Comme Teilhard décrit l'élément humain p. 177
[8] Le phénomène humain, p. 90
[9] Le phénomène humain, p. 7
[10] Le phénomène humain, p. 123
[11] Le phénomène humain, p. 3-4
[12] Pensées Leading anthroposophes, p. 167
[13] Pensées Leading anthroposophes, p. 168
[14] Pensées Leading anthroposophes, p. 62
[15] Pensées Leading anthroposophes, p. 56
[16] Pensées Leading anthroposophes, p. 57
[17] Pensées Leading anthroposophes, p. 69
[18] Mystics Après le modernisme, p. 88
[19] Le phénomène humain, p. 152
[20] Le phénomène humain, p. 176
[21] Mystics Après le modernisme, p. 58
[22] La pensée intuitive comme un chemin spirituel, p. 52
[23] Le phénomène humain, p. 169
[24] Le phénomène humain, p. 144
[25] Le phénomène humain, p. 163
[26] Le coeur de la matière, p. 90
[27] Le coeur de la matière, p. 91
[28] Le coeur de la matière, p. 92
[29] Le coeur de la matière, p. 95
[30] Le coeur de la matière, p. 99
[31] Mystics après le modernisme, p. 116
[32] Pensées Leading anthroposophes, p. 73
[33] Le coeur de la matière, p. 211
[34] La Réapparition du Christ dans l'éthérique, p. 104
[35] Le coeur de la matière, p. 212
[36] Le coeur de la matière, p. 216
[37] Le coeur de la matière, p. 217
[38] Les travaux de la William Law Reverend, p. 117
[39] Sauver les apparences, p. 164
[40] Le coeur de la matière, p. 220
[41] Voir Vers le renouveau social: Repenser la base de la société
[42] De Cherubinic Wanderer, cité dans Mystics Après le modernisme, p. 122
[43] Divine Comédie: Paradiso par Dante, chant XXXIII: 143-145
[44] La Réapparition du Christ dans l'éthérique, p. 224
[45] Pensées Leading anthroposophes, p. 149
[46] "Mere perception-perception sans imagination est le coup d'épée entre l'esprit et la matière" -Owen Barfield (La Redécouverte de Sens, p. 170)
[47] La ​​Réapparition du Christ dans l'éthérique, p. 16
[48] ​​Le phénomène humain, p. xxiv
[49] La Réapparition du Christ dans l'éthérique, p. 104
[50] Le coeur de la matière, p. 83
[51] La Réapparition du Christ dans l'éthérique, p. 142
[52] Bien que le I-être est nécessairement implicite dans toute la connaissance du monde physique, la plupart ne reconnaissent pas leur propre pensée comme une activité spirituelle.
[53] Le phénomène humain, p. 188
[54] Voir le déni de la mort (1973)
[55] Le phénomène humain, p. 266, note 15

Traduction google

https://footnotes2plato.com/2010/05/10/teilhard-and-steiner-cosmogenesis-in-light-of-anthroposophy/
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie Empty Re: Teilhard et Steiner: Cosmogenèse à la lumière de l'anthroposophie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum