Le Portail de l'Initiation
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar

Aller en bas

Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar Empty Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar

Message par obsidienne le Dim 22 Nov - 14:10

Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar

360° GEO REPORTAGE
YOGA, médecine traditionnelle de l’Inde
52’
De Andrea Oster
ARTE GEIE, Medienkontor 2015

Dates de diffusion :
Samedi, le 21 novembre 2015 à 20h
Rediff. Le 22 novembre 2015 à 13h48 et sur replay pendant 7 jours sur www.arte.tv sur Arte+7


Le yoga dit-on serait pratiqué en Inde depuis plus de 5000 ans. Mais cette ancienne science a presque disparu ou est restée confinée dans les cercles fermés des Brahmanes durant le Raj, la colonisation britannique. Dans les années 1930, le grand maître de yoga B.K.S. Iyengar a développé à partir de l’ ancienne tradition du Hatha Yoga de nouvelles techniques. 360° Geo Reportage nous dévoile cette science thérapeutique du Yoga Iyengar qui a connu une diffusion très importante dans le monde entier. Il est reconnu aujourd’hui pour être l’une des écoles de yoga les plus sérieuses qui est également appliqué à des malades du cancer.

En Août 2014 la communauté mondiale du yoga a perdu l’un de ses maîtres les plus prestigieux, le très respecté B.K.S. Iyengar. Il est décédé en Inde à l’âge de 95 ans. Son enseignement qui s’était propagé en Europe et aux Etats-Unis dans les années 50 a contribué à diffuser la connaissance du Yoga à un niveau international jusqu’à aujourd’hui. Son institut, le Ramamani Memorial Yoga Institute (RIMY) dans la ville indienne de Pune est la destination de nombreux malades et élèves de Yoga du monde
Entier. Car le Yoga n’est pas en Inde une affaire de tendance, mais bien une thérapie tout à fait respectée.

Le corps est le reflet de l’esprit selon ses enseignements. Ainsi des millions d’Indiens suivent le chemin du Yoga, qui purifie leur corps et leur esprit. Les asanas sont des postures qui amènent la guérison comme le souhaite Sunil Shirodakar, un indien de 62 ans, qui souffre de leucémie. Il y a quatre ans sa maladie a été diagnostiquée lors d’une analyse de routine chez son employeur et son traitement allopathique anticancéreux a commencé aussitôt. Mais en complément à la médecine, Sunil pratique le Yoga Iyengar pour stimuler et renforcer ses forces immunitaires. Chaque séquence d’asanas a été pensé rigoureusement par le maître BKS Iyengar et mis à l’épreuve de son propre corps. Ainsi est née une science thérapeutique éprouvée et vérifiée empiriquement. BKS Iyengar s’est servi de son corps afin la maladie de ses patients et de proposer des pratiques appropriées pour mobiliser les forces de guérison. Sunil suivra donc une série de postures appropriées, dans l’espoir que ce programme de yoga l’aident.
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar Empty Re: Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar

Message par obsidienne le Dim 22 Nov - 14:14

La méthode Iyengar

L’enseignement du yoga selon BKS Iyengar est basé sur la pratique approfondie des asanas (les postures de yoga) et du pranayama (la respiration yogique).


L’enseignement du yoga Iyengar, précis et rigoureux, se caractérise par :

L’attention portée sur l’alignement des différentes parties du corps dans l’espace
L’organisation des postures en séquences
L’emploi de supports (sangles, briques, couvertures, chaises, cordes…)
Une pratique spécifique des postures inversées


La méthode IYENGAR met particulièrement l’accent sur le développement de la force, de l’endurance et de l’alignement correct du corps, en addition à la souplesse et à la relaxation.
Les postures debout sont très importantes dans ce système de yoga. Elles rendent les jambes puissantes, augmentent la vitalité générale, améliorent la circulation sanguine, la coordination et l’équilibre.

Le Yoga selon IYENGAR, c’est la méditation dans l’action.

Quand les élèves pratiquent les postures de yoga (ou asanas), le mental est concentré sur l’action de la posture et les mouvements de la respiration. A mesure que le mental s’unit au corps et au souffle, les pratiquants atteignent un état méditatif. L’exploration de soi intervient à travers la découverte et le relâchement des tensions physiques et des résistances psychologiques. A l’aide d’une pratique régulière, la capacité des élèves à se concentrer et à se relaxer augmente et la conscience intérieure s’améliore.


Les personnes qui ne savent pas pratiquer proprement les exercices physiques, ont tendance à étirer leurs zones les plus souples et flexibles, et comptent sur leur masse musculaire pour forcer au cours de l’exercice. Les personnes qui pratiquent correctement, encouragent le dynamisme des segments faibles en réveillant et ré-alignant le corps entier. Lorsque le corps progresse dans son alignement, moins d’effort musculaire est requis et la relaxation s’améliore naturellement.



Exécuté correctement, le yoga IYENGAR ne cause pas de dommages et peut souvent améliorer la condition physique. Bien que les professeurs de yoga IYENGAR ne soient pas des thérapeutes, beaucoup d’élèves remarquent que leurs difficultés physiques décroissent avec l’amélioration de leurs alignements. Si vous avez une maladie ou un problème physique, vous devez en parler à votre professeur au début du cours, il pourra modifier et ajuster les postures pour mieux répondre à votre condition.


Beaucoup de personnes croient qu’elles ne peuvent suivre un cours de yoga. En fait, le yoga est ouvert aux personnes de tout âge et de toute condition physique. Ne renoncez pas à essayer un cours de yoga parce que vous pensez que vous êtes trop vieux, trop raide, trop gros, trop maigre, trop fatigué... Le yoga est une activité physique et mentale susceptible d’offrir quelque chose à chacun.


http://www.sfbiria.com/fr/la-methode-iyengar_43.html
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar Empty Re: Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar

Message par obsidienne le Dim 22 Nov - 14:16

"Nul n'a peut-être fait autant que M. Iyengar pour convertir l' Occident au yoga."

http://yogaiyengar.net/fr/b-k-s-iyengar
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar Empty Re: Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar

Message par obsidienne le Dim 22 Nov - 14:19

Comment utiliser des cordes pour le Yoga ?

http://www.studio-yoga-republique.fr/philosophie-yoga/videos/suspension-cordes/

Le travail avec les cordes de yoga, est une très ancienne technique appelée Yoga Kurunta (marionnette). Elle permet de préparer le corps à la réalisation des postures d'ouverture de la face avant du buste (postures arrières), tout en étirant et en détendant le dos en douceur.

Les cordes de yoga sont solidement fixées sur le mur, à différentes hauteurs selon les exercices à réaliser. Le pratiquant utilise ces cordes ou sangles de yoga, pour se suspendre soit par les mains, soit par la taille ou par les hanches, rarement par les pieds (élèves et professeurs très expérimentés).

Ces exercices avec les cordes de yoga sont absolument sans risque s'ils sont pratiqués dans de bonnes conditions comme c'est le cas au Studio Yoga République. Cela nécessite la surveillance de professeurs expérimentés et formés à la bonne utilisation de ces accessoires de suspension pour le yoga.
cordes de yoga iyengar
©Studio Yoga République - Exercice dans les cordes

Le professeur ne proposera pas ce type d'exercice de yoga, s'il juge que certains élèves n'ont pas les capacités requises pour en tirer tous les bénéfices.

Lorsqu'on est installé dans les cordes ou les sangles de yoga, le sang et l'énergie circulent en sens inverse du flux habituel. Ils passent plus aisément entre les vertèbres, et ont de puissants effets réparateurs sur le dos et les douleurs dorsales bénignes. Ces exercices sont utilisés en préparation aux postures de yoga inversées telles que Sirsasana (posture sur la tête) "le Roi des asanas" ou Salamba Sarvangasana (posture sur les épaules) "la Reine des asanas" selon B.K.S. Iyengar.

Les exercices réalisés avec les cordes de yoga apportent une tonicité et un bien-être incomparables dans l'ensemble du corps. Ils facilitent l'apprentissage des postures arrières et inversées, et contribuent à l'ouverture des centres vitaux régénérateurs.

Ces exercices ne sont proposés qu'aux élèves remplissant certaines conditions physiques. Ils sont toujours réalisés en présence d'un professeur formé à l'utilisation des cordes de yoga ou des sangles de yoga. Aucun professeur ne forcera un élève à se suspendre dans les cordes contre son gré.

Écoutons Geeta Iyengar (fille de BKS Iyengar) à propos du Yoga Kunrunta, dans la vidéo suivante :



Geeta Iyengar décrit aussi quelques exercices dans les cordes de yoga, dans son très beau livre : "Yoga, joyau de la femme".





La technique traditionnelle du Yoga Kurunta s'est aujourd'hui améliorée par l'utilisation des sangles "Pelvic swings", telles que celles installées au Studio Yoga République (7 postes de sangles de yoga, en plus des 15 postes "cordes de yoga" traditionnels)







Voir d'autres vidéos :



Vidéos sur le yoga



Vidéos sur BKS Iyengar



Vidéos sur l'enseignement de Dr. Geeta S. Iyengar



Vidéos sur le travail avec les suspensions murales

obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar Empty Re: Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar

Message par obsidienne le Dim 22 Nov - 14:23

Le yoga thérapeutique



http://www.physiotech.ca/cgi-bin/affpage.pl?page=art&artcomm=102&type=art



LE YOGA EST UNE TRADITION MILLÉNAIRE NÉE DANS LA VALLÉE DE L’INDUS AU TEMPS DES VÉDAS. EN EFFET, DES TRACES LAISSÉES PAR LES CIVILISATIONS ARYENNES LAISSENT CROIRE QUE LE YOGA SE PRATIQUE DEPUIS PLUS DE 3000 ANS. LES PLUS ANCIENNES ÉCRITURES À SON SUJET DATENT DU DEUXIÈME SIÈCLE AV. J-C.



Au-delà de l’activité physique qu’il représente, le yoga est une philosophie, un mode de vie. Il comprend un en ensemble de postures physique passives et/ou actives (asana), des exercices respiratoires et une prise de conscience du souffle (pranayama), une période de relaxation (samadhi) et une période de méditation (dhyana). De façon plus globale, le yoga comprend et vise l’ascèse morale pouvant s’exprimer à des degrés divers par des exercices spirituels, par l’abstention de plaisirs purement hédonistes, par un mode de vie austère1.



Le yoga est une pratique qui s’adapte aux caractéristiques des pratiquants et à leurs besoins. Il fait partie des 10 modalités thérapeutiques complémentaires les plus utilisées par les Américains et cette utilisation ne cesse de croître2. Il peut être doux et reposant ou très exigeant. Dans tous les cas, la condition physique du yogi s’améliore en termes de souplesse, de force et d’équilibre, sa capacité de concentration est également décuplée. Le yoga permet d’inculquer au pratiquant une discipline, une rigueur. Il lui apprend le lâcher-prise tout en lui permettant d’exercer un contrôle sur sa propre existence. Il est aussi question d’impermanence dans le yoga. En effet, l’inconfort ressenti lors de certaines postures ne dure pas. Il s’estompe quelques secondes après avoir relâché la pose laissant place à une sensation plaisante de chaleur.



L’engouement pour le yoga, de même que l’intérêt général pour les traditions orientales, connait une croissance importante. Certes, cette ouverture s’explique par les échanges grandissants entre l’Orient et l’Occident. Toutefois, au-delà d’une exposition plus grande, cet état de fait résulte d’un besoin qui, de toute évidence, n’a pu être comblé à l’ère de la modernité. Ce besoin est intimement lié à la quête de sens.





Effets du yoga sur certaines maladies chroniques

La section suivante tend à démontrer que les effets du yoga s’appuient sur des données probantes, confirmant l’intuition des grands maîtres qui utilisent ces approches complémentaires depuis des millénaires. Les études présentées ne sont que quelques exemples parmi une liste beaucoup plus longue de bienfaits potentiels.









Hypertension artérielle

Plusieurs études s’intéressent à l’effet du yoga sur la maîtrise de la tension artérielle. Déjà en 1975, The Lancet publie une étude randomisée et contrôlée soumettant des patients hypertendus à un programme de yoga de six semaines. Les diminutions des pressions artérielles systolique et diastolique de l’ordre de 20 mm Hg sont jugées hautement significatives. De telles valeurs sont d’ailleurs comparables aux résultats obtenus par les approches pharmacologiques3.

Plus tard, en 2002, une étude indienne s’intéresse à l’effet du yoga sur la physiologie, le bien-être psychologique et la modification des paramètres impliqués dans le calcul du risque cardiovasculaire d’un groupe de patients hypertendus. Les résultats montrent une diminution de la tension artérielle, du taux de glycémie, du taux de cholestérol et des triglycérides sanguins. Les auteurs suggèrent qu’une diminution de l’activité sympathique puisse être en cause, étant donné la diminution des taux de catécholamines mesurés4.



Asthme

De nombreuses publications portent sur l’impact que peut avoir le yoga dans la maîtrise de l’asthme. L’une d’elles, publiée en 2009 dans la BMC Pulmonary medicine, rapporte les résultats forts encourageants d’une étude randomisée et contrôlée effectuée sur une population d’adultes souffrant d’asthme léger à modéré, au terme d’un programme de yoga d’une durée de huit semaines, on parvient à démontrer une amélioration significative de la fonction pulmonaire, une réduction de l’activité bronchospastique liée à l’exercice physique, une diminution de l’usage de bronchodilatateurs d’urgence, de même qu’une amélioration de la qualité. De vie en regard de l’échelle AQOL, échelle reconnue parmi cette population. Les mécanismes physiologiques susceptibles d’expliquer ces résultats demeurent encore imprécis5.



Lombalgie

Quelques études s’attardent aux bienfaits du yoga dans le traitement des lombalgies. Une étude randomisée et contrôlée comparant un programme de 12 semaines de yoga avec un programme d’exercices physiques s’appuyant sur un document remis aux participants à été réalisée. La première intervention s’est avérée supérieure à la seconde en ce qui concerne les limitations fonctionnelles et le niveau de douleur. Le bénéfice semble persister dans le temps6.

Un programme de yoga de type Iyengar s’échelonnant sur 16 semaines montre des résultats similaires. Une diminution significative des limitations fonctionnelles, de l’intensité de la douleur, de l’utilisation de médicaments, est observée dans le groupe de l’étude par rapport au groupe témoin. Cet effet maintient encore après trois mois7.



Dépression

En 2007, une étude cherche à évaluer l’effet du yoga sur une population de patients atteints de dépression majeure qui, malgré la prise d’un antidépresseur, souffrent de symptômes dépressifs résiduels. L’intervention étudiée comprend 20 séances de yoga s’échelonnant sur une période de 8 semaines. Parmi les 37 sujets recrutés, 17 ont complété toutes les étapes du protocole. En plus de l’amélioration de l’humeur après chaque séance, on observe, au terme de l’intervention, une diminution significative des symptômes dépressifs, des symptômes anxieux et du sentiment de colère. Onze des 17 sujets sont connu une rémission complète de l’épisode dépressif. Les auteurs demeurent toutefois prudents quant à l’interprétation de cette dernière trouvaille en l’absence de groupe témoin. De plus, le groupe ayant connu une rémission complète diffère de non-répondeurs en regard de certains traits psychologiques initiaux, laissant présager une meilleure capacité à la régulation émotionnelle8.



En conclusion, le yoga thérapeutique est certainement une avenue intéressante en complément aux traitements en vigueur dans plusieurs pathologies chroniques. Son rapport coût-bénéfice est avantageux et ses effets secondaires sont, en pratique, inexistants. C’est dans la valorisation d’une approche multidisciplinaire intégrant des disciplines complémentaires et alternatives que se trouve la clé d’une meilleure médecine, une médecine qui place au cœur de ses préoccupations le patient et son bien-être, dans ses composantes tant physique, psychologique, sociale que spirituelle.

______________________________



1. Iyengar, BKS. Light on Yoga : The Bible of Modern Yoga. Schocken Books. New York. 1966. 544 pages.

2. Cassileth B. « Evaluating Complementary and Alternative Therapies for Cancer Patients ». CS Cancer Journal Clinical 1999; 49 : 362-175.

3. Patel C, North WR. « Randomised controlled trial of yoga and bio-feedback in management of hypertension ». The Lancet 1975; 2 (7925) : 93-95.

4. Damodaran A, Malathi A, Patil N et coll. « Therapeutic potential of yoga practices in modifying cardiovascular risk profile in middle aged men and women ». J Assoc Physicians India 2002; 50(5) : 633-640.

5. Vempati R, Lal Bijlani R, Deepak KK. « The Efficacy of a Comprehensive Lifestyle Modification Programme Based on Yoga in the Management of Bronchial Asthma; A Randomized Controlled Trial ». BMC Pulmonary Medicine 2009; 9 :37.

6. Sherman K, Cherkin D, Erro J et coll. « Comparing Yoga, Exercise and a Self-Care Book for Chronic Low Back Pain : a Randomized Control Trial ». Annals of Internal Medicine 2005; 143 (12) : 849-856.

7. Willians KA, Petronis J, Smith D et coll. « Effect of Tyengar yoga therapy for chronic low back pain » Pain 2005; 115 (1-2) : 107-117.

8. Shapiro D, Cook IA, Davydov Dm. « Yoga as a complementary treatment of depression : effects of traits and moods on treatment outcome ». Complementary and Alternative Medicine, 207 ; 4 (4) : 493-502.
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar Empty Re: Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar

Message par obsidienne le Dim 22 Nov - 14:38


L’étude d’une flexion, Paschimottanasana.

PASCHIMOTTANASANA

http://www.centrejaya.org/spip.php?article650
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar Empty Re: Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar

Message par obsidienne le Dim 22 Nov - 14:38



Yoga Pranayama : exercices de respiration alternée

Delphine Bourdet, sophrologue et professeur de yoga à Paris, vous initie au Pranayama, des techniques de respiration issues du yoga. En sanskrit, Prana veut dire : souffle, énergie vitale et yama : contrôle. Le pranayama c'est retrouver l'énergie par la respiration.  Les techniques de pranayama sont très intéressantes pour harmoniser le corps et vous apaiser.

http://www.ecole-du-souffle.com/pranayama/

Pranayama
Prânâyama est à décomposer en: prâna + â-yama (â-yama= « rétention », donc « rétention du souffle »).
L’étymologie indo-européenne donne donc pour la racine *an le sens de « souffle, vent, âme », autrement dit « souffle matériel ou immatériel ». Ce double sens de « souffle matériel et immatériel » existe aussi dans le sanskrit prâna: souffle matériel (que l’on inspire et expire) et « principe vital immatériel » , un peu comme quand on dit en français: « il a du souffle », ce qui ne veut pas seulement dire « il respire, il vit biologiquement », mais « il a un élan intérieur, une énergie intérieure ».
A noter que ce double sens est également présent dans le français « inspiration » :
inhalation de l’air lors de l’inspir, inspiration dans le sens où l’on dit qu’ on est inspiré, qu’on a de l’esprit, qu’on est le lieu d’une énergie créatrice qu’on éprouve comme venue d’ailleurs.
Le prânayama consistera donc à contrôler le prâna dans sa double dimension, extérieure et intérieure, biologique et subtile.
Le Prana
La première description du Prana se trouve dans les Upanishads. Prana est impliquée dans toute forme vivante mais n’est pas elle-même l’Atma ou l’âme individuelle. L’énergie « subtile » du prana n’est pas éloignée dans sa conception du Qi (spiritualité), ki ou Chi taoïste, que l’acupuncture cherche à réguler.
Selon la philosophie du Yoga le souffle, ou l’air, est simplement un investissement du prana dans le corps. On peut remarquer que cette proximité du prana et du souffle est présente aussi dans les langues occidentales avec le terme d’esprit, « spiritus » (= souffle, souffle vital, âme).
Les Nadis
Le prana circulerait dans l’organisme par un réseau de canaux subtils, les nadis (assez semblables aux méridiens chinois. Les trois nadis principaux sont : ida, pingala, et sushumna. On dit que les canaux ida et pingala se corrèlent avec la respiration propre à la narine gauche ou droite. Pour la science, cependant, il n’y a pas réellement de respiration gauche ou droite, les deux narines n’étant séparées que par une mince cloison qui disparaît à quelques centimètres de l’entrée. Quand le Prana concerne une période d’activité intensifiée, la tradition du Yoga parle de « Pranotthana ».
Les Techniques de pranayama
Dans le yoga, les techniques de pranayama sont employées pour commander le mouvement des énergies subtiles dans le corps, ce qui produirait une augmentation de vitalité chez l’adepte. Cependant, la pratique de ces techniques n’est pas insignifiante et dans certaines circonstances les techniques de pranayama peuvent perturber l’équilibre de la vie d’une personne. La possibilité d’effets nuisibles résultant de ces techniques ne doit donc pas être sous-estimée.
Parmi les exercices les plus courants du pranayama, on peut citer :
1/ la simple prise de conscience de la respiration,
2/ la respiration complète, qui met en jeu successivement le bas de l’abdomen, la région de l’estomac, le thorax et les clavicules ceci à l’expiration comme à l’inspiration),
3/ la respiration alternée, inspiration narine droite, expiration narine gauche, puis l’inverse ; on ferme la narine non utilisée en appuyant avec un doigt mais on peut apprendre à s’en passer avec de l’entraînement,
4/ la respiration glottique, que l’on obtient en s’imaginant inspirer et expirer au moyen d’un orifice situé au niveau du larynx ; on doit sentir le flux d’air à ce niveau et entendre un souffle doux.
En tout état de cause, il s’agit d’une respiration lente (3 à 4 cycles par minute), très régulière, y compris pendant les postures. (Cela n’empêche pas l’utilisation d’une respiration rapide dans certains exercices.)
La concentration de l’attention sur les muqueuses respiratoires entraîne un ralentissement cardiaque qui, chez des yogins entraînés pourrait aller jusqu’à une suspension momentanée du rythme cardiaque.
Ce n’est qu’une fois les asanas (postures) et les exercices sur le prana réalisés que la méditation pourrait être abordée efficacement.
Les Respirations
LA BASE : La Respiration complète
Dans la respiration yogique complète, les respirations abdominale, médiane et supérieure sont associées suivant un certain rythme et un certain ordre. Elle peut se pratiquer dans toutes les positions aussi bien assis, debout ou couché. Durant la marche par exemple, ce sera un excellent exercice.
Nous commençons l’inspiration par la partie inférieure en dilatant l’abdomen. Continuons par la phase médiane, et enfin terminons par la partie supérieure. L’expiration suivra immédiatement et s’effectuera en vidant d’abord l’abdomen, puis la partie médiane, et en terminant par la partie supérieure.
Les poumons seront alors complètement vides. Recommencer toujours par le même mouvement ondulatoire, allant de bas en haut, de façon harmonieuse, sans coups, mais le plus régulièrement possible.
Il est intéressant de commencer à pratiquer en position allongée pour bien sentir le mouvement de vague, puis de s’ asseoir. Dès que vous serez familiarisé avec ce mode respiratoire, vous vous entraînerez à régulariser votre respiration avec le rythme de votre cœur.
Nous allons d’abord étudier séparément chacun des temps de cette forme de respiration et voir les différents effets se rapportant aux différentes parties. Nous passerons ensuite à la forme finale de la respiration yogique.
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar Empty Re: Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar

Message par obsidienne le Dim 22 Nov - 14:46

http://www.yoga-iyengar.asso.fr/

Yoga Iyengar : un yoga moderne

Le yoga Iyengar fut mis au point par Bellur Krishnamachar Sundararaja Iyengar, encore connu comme B.K.S. Iyengar.

B.K.S. Iyengar a travaillé toutes les techniques du yoga et étudié jusqu'à 200 postures (asanas) classiques et 14 types de respiration yogique (Pranayama) avant d'ouvrir sa propre école. BKS Iyengar vit aujourd'hui dans le Sud de l'Inde.

Contrairement à d'autres techniques, le yoga Iyengar est une technique moderne.
Un yoga qui repose sur l'utilisation d'accessoires

Les caractéristiques du yoga iyengar sont :

une pratique régulière de postures,
l'utilisation incontournable de la respiration.

La nouveauté est le rôle des accessoires. Chaises, cordes et autres accessoires sont là pour permettre de rendre certaines postures plus faciles et ainsi rendre ce type de yoga accessible à toute personne.

http://yoga.comprendrechoisir.com/comprendre/yoga-iyengar
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar Empty Re: Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar

Message par Archange le Mer 25 Nov - 18:58

« Celui qui est maître dans l’art du prânâyâma évite toute sorte de maladie. Celui qui ne l’est pas attire toute sorte de maladies »






Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar Souffle-de-vie
 
I. - Quel est le but du Pranayama ?
 Voici ce qui est dit dans les deux textes principaux du yoga : 
 Les yoga-sutras de Patanjali (2è siècle après J.C.A) et la Hatha-Yoga Pradipika (1500 après J.C.)


     •    la stabilité du mental :
          « L’expir et la suspension de la respiration produisent la stabilité du mental. » 
            Yoga-sutras de Patanjali, Aphorisme I, 34
         « Lorsque le souffle est agité, l’esprit est agité. Lorsque le souffle est immobile, l’esprit est 
            immobile ; le yogin atteint la fixité. C’est pourquoi l’on doit arrêter le souffle et pratiquer le 
            pranayama. » 
           Hatha-Yoga Pradipika,  II, 2
 
    •    Faire circuler les énergies subtiles :
         « C’est pourquoi, il faut pratiquer le pranayama chaque jour dans un état d’esprit sattvique, 
          jusqu’à ce que la susumma nâdi soit nettoyée des impuretés qui l’obstruent. »
          Hatha-Yoga Pradipika,  II, 6
 
II. – Quels sont les effets du pranayama ?
    •    la concentration :
          "Celui qui a maîtrisé le souffle, a du même coup maîtrisé l’esprit. Et celui qui a maîtrisé
           l’esprit, a du même coup maîtrisé le souffle. » 
           Hatha Yoga Pradipika, IV,21
         « Et l’esprit devient capable des diverses formes de concentration. » 
           Yoga-sutras II ,53
 
   •     Guérir les maladies :
         « Le pranayama correctement exécuté détruit toutes les maladies……. » HY II, 16
         ...…..Pour cela, le pranayama va brûler les toxines :


                   Le corps est considéré comme une chaudière :
                   -  le haut (poumon) : destiné à l'air, c’est le tirage de la respiration,
                   -  le centre : c’est là que brûle le feu de la transformation , de la digestion, du métabolisme.
                   -  Le bas (intestin) : c’est là que se dépose les déchets, les scories.
                L’action de la respiration se subdivise en 2 zones :
                 -  le haut réservé à l’INSPIR : Prana permet à l’énergie de rentrer.
                     L'Inspir favorise la combustion. Elle accentue la flamme.
                 -  le bas destiné à l’EXPIR : apana, c’est le souffle qui va éliminer et évacuer.
                    L’expir va favoriser l’élimination des toxines en les brûlant.
                Les toxines étant brûlées, les énergies subtiles vont mieux circuler, telle la kundalini,
                ce qui va permettre l’éveil de la conscience….......but ultime du pranayama.
 
    •   effet plus subtil du pranayama : l’éveil de la conscience :
        « Avec justesse, on doit chaque fois rejeter l’air, avec justesse l’inspirer, avec justesse le retenir, 
         ainsi obtient-on l’accomplissement parfait. » 
          Hatha-Yoga Pradipika, II, 18
       « alors ce qui cache la lumière se dissipe ». 
         Yoga-sutras de Patanjali, II, 52
       « ……assis en padmasana, on doit maintes fois pousser vers le haut l’apana vayu et pousser vers 
          le bas le prana inspiré. Celui qui accomplit ceci atteint par la puissance de la sakti à un éveil 
          incomparable. » 
         Hatha Yoga Pradipika, I,48
 
Effets physiologiques de la respiration :
Nous venons de voir ce qui est dit dans les textes de l’Inde classique, mais nous retrouvons les 
mêmes effets physiologiques au niveau de la science occidentale .


Mettre en place une respiration consciente, lente, ample et régulière aura les effets suivants :
   •   provoquer un massage physiologique : 
       les intestins et le foie en sont les principaux bénéficiaires : Le foie est décongestionné et le tube 
       digestif (ainsi que la rate, l’estomac et le pancréas) sont massés et tonifiés.
   •  Désencrasser l’organisme :
       La respiration apporte l’oxygène : les poumons et le cœur font office de pompe, ce qui fait circuler
       le sang qui apporte ainsi de l’oxygène pur à nos cellules (qui ont besoin de cela pour vivre).
       Et en retour les cellules déversent leurs déchets (gaz carbonique).
       Ce sont dans les poumons que ces déchets de l’organisme sont brûlés. Ceci évite que des germes se 
       développent comme le bacille de KOCH (tuberculose).
  •   Vivifier les anticorps : 
       et donc renforcer la résistance de l’organisme aux maladies, à la fatigue, à la nervosité ou à 
       l’irritabilité.
       La respiration fait circuler également la lymphe (=liquide riche en lymphocytes ou anticorps 
       qui sont stockés dans les ganglions).
 
Effets psychologiques du pranayama
Ainsi une mauvaise respiration induit-elle une mauvaise santé….physique …..mais également  
psychique :
En effet, lorsqu’on est déprimé : on se referme sur soi….et  le corps se replit également sur lui-même
…..souvent le thorax est fermé (repli sur soi)
La respiration ample va libérer le thorax , masser le plexus et donc en libérant le souffle, libérer les 
tensions psychiques et corporelles, les émotions, les anxiétés.
Ce massage physiologique permet de dénouer les nœuds émotionnels du corps : l'anxiété, le stress
agit sur les intestins, la digestion, le foie, l'estomac entre autres. La mise en place d'une respiration
consciente, ample, et lente va faire office de massage pour décongestionner tous ces organes.


 
But final du pranayama
Nous avons vu qu'il y a deux façons d'aborder le yoga : à l'occidental ou d'une façon plus traditionelle.
Il en est de même pour le pranayama : Sa pratique  a un intérêt pour chercher à repousser les capacités 
respiratoires et techniques du yogin, dans cet allongement à l'infini.
Mais dans une approche traditionnelle indienne, et selon les textes de l'Inde classique, le pranayama
cherche à favoriser un état de méditation pour éveiller la conscience.


Nous avons dit que la pratique première du pranayama est de mettre en application les 
Kumbhakas  (ou suspension de souffle).


La Hatha Yoga Pradipika considère ainsi qu’il y a deux sortes de Kumbhaka : II,71
       « On considère qu’il y a deux sortes de Kumbhaka : sahita Kumbhaka (accompagné de recaka
           et de pûraka) et Kevala Kumbhaka (seul, sans recaka ni pûruka). »
Pour Kevala, il s'agit d'une suspension de souffle, où il n’y a plus d’inspir, ni d’expir ;
 
Ce que les Yoga-sutras vont nommer la 4è modalité de la respiration : (Aphorisme II,51)
      « Une quatrième modalité de la respiration dépasse le plan de conscience où l’on distingue inspir 
         et expir. »
……………….le souffle est  ainsi suspendu dans une communion avec le subtil
Il s’agit d’une non respiration prolongée, dégagée de la notion du temps, la conscience d’être étant 
pleinement éveillée.
Apparaît alors, un ravissement intérieur.
 
La difficulté réside dans le non assujettissement du pranayama au contrôle mental, qui est
l’opposé de cette réalisation.
Il convient de lâcher prise totalement, de réaliser une attitude contemplative à partir du cœur, 
Anahata chakra.
 
Toutes les pratiques précédentes doivent permettre de réaliser avec aisance Kevala 
Kumbhaka, afin d’atteindre l’éveil de la Kundalini et le niveau du Raja Yoga (qui est
l'éveil de la conscience et l'unité avec l'Absolu).

       « Ce Kumbhaka pur, isolé, c’est lui le véritable pranayama. Lorsque le yogin arrive à réaliser 
          le kevala-kumbhaka sans l’accompagner de recaka ni de puruka ……. » H.Y., II, 73
       « ……il n’existe plus rien dans les trois mondes qui lui soit difficile à atteindre. Celui qui est 
          capable de maintenir à volonté l’air enfermé grâce à ce kevala-kumbhaka, ……. » H.Y., II,74
       « ……a atteint le niveau du Raja-Yoga, cela ne fait nul doute. C’est par le kumbhaka qu’a lieu 
          l’éveil de la kundalini, et lorsque kundalini est évéillée…… . » H.Y., II, 75
       « ……susumna n’est plus obstruée, et le succès en hatha s’ensuit. Sans hatha, il n’y a pas de Raja
          yoga et sans raja-yoga, hatha n’aboutit à aucun résultat. C’est pourquoi l’on doit pratiquer l’un 
          et l’autre jusqu’à leur aboutissement final. » H.Y., II, 76
      « A la fin de l’arrêt du souffle au moyen de kumbhaka, l’esprit doit cesser d’avoir aucun support. 
          En s’exerçant de cette manière, on parvient au niveau du Raja-Yoga. » H.Y., II,77
 
 
……………….c’est alors l’état de Samadhi.













_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar Empty Re: Diffusion sur ARTE le 21 novembre 2015 d’un documentaire sur Le Yoga Iyengar

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum