Le Portail de l'Initiation
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

La géo-ingénierie sauvera-t-elle le climat ?

Aller en bas

La géo-ingénierie sauvera-t-elle le climat ? Empty La géo-ingénierie sauvera-t-elle le climat ?

Message par obsidienne le Sam 28 Fév - 20:08

La géo-ingénierie sauvera-t-elle le climat ?
19 février 2015
Les méthodes pour modifier artificiellement le climat reviennent sur le devant de la scène. Mais la priorité n'est pas de vaporiser de l'acide sulfurique dans les nuages pour rafraîchir l'atmosphère, rappellent la majorité des chercheurs.


http://www.courrierinternational.com/article/2015/02/19/la-geo-ingenierie-sauvera-t-elle-le-climat

Ah, les sirènes de la géo-ingénierie... Elles reviennent régulièrement chanter à l'oreille des scientifiques et des politiques. La perspective de contrôler le climat à l'envi, en utilisant la physique et la chimie, est si séduisante. Et, sauf quand la CIA s'en mêle (voir encadré ci-dessous), les buts affichés sont toujours nobles : reverdir le Sahara, assurer les récoltes mondiales... Le dernier en date : contrer le changement climatique.

C'était l'un des thèmes abordés la semaine dernière au Congrès annuel de l'Association américaine pour l'avancement des sciences (AAAS), l'une des plus importantes fédérations de scientifiques du monde.

"Irrationnel et irresponsable"

On y a beaucoup commenté le dernier rapport du conseil national de la recherche des Etats-Unis, consacré aux moyens à mettre en œuvre pour lutter contre le changement climatique. Un rapport dont les conclusions sont sans appel : "Nous ne disposons pas d'informations suffisantes sur les conséquences probables des interventions sur le climat pour justifier leur utilisation [...]. Il serait irrationnel et irresponsable de mettre en œuvre des modifications de l'albédo [la capacité de la planète à refléter la lumière et renvoyer de l'énergie] sans poursuivre [la baisse] des émissions."

"La géo-ingénierie est souvent vue comme un plan B, qui pourrait être mis en œuvre si le plan A – réduire les émissions de gaz à effet de serre – échoue", rappelle la BBC. "Une sorte de réparation, de dernier recours technique".
Comment cela pourrait-il marcher ? En reproduisant des phénomènes observés dans la nature, explique le site du réseau britannique. Ainsi, l'éruption du volcan Pinatubo, dans les Philippines, en 1991, a provoqué une baisse globale des températures pendant plusieurs jours. Tout simplement à cause des quantités énormes d'acide sulfurique relarguées dans l'atmosphère lors de l'éruption : 20 millions de tonnes d'acide soufré, qui, combinées aux gouttelettes formant les nuages, réfléchissent les rayonnements solaires, les empêchant d'atteindre la surface de la Terre.

Megasécheresses annoncées

Le phénomène est bien connu et peut paraître séduisant. Surtout à l'heure où la Californie et le Brésil sont assoiffés et où les modèles de la Nasa et de la Columbia University annoncent que les Etats-Unis seront sans doute frappés dans le siècle à venir par des mégasécheresses, rapporte Popular Science.

C'est pourtant davantage un plan Z, avançait lors du congrès de l'AAAS Stephen Gardiner, professeur de philosophie, spécialisé dans l'éthique de l'environnement à l'université de Washington.

Il faut plus de recherches et de données, réclament les chercheurs. Mais poursuivre les expérimentations "n'est pas forcément une idée si géniale", répond le chroniqueur David Roberts, sur le site Grist. Il rappelle que sous le terme géo-ingénierie, on trouve plusieurs formes d'interventions pour réguler le climat. Depuis la reforestation et l'amélioration des pratiques agricoles jusqu'à l'"ensemencement" des mers avec du fer, pour favoriser la croissance du plancton... Et bien sûr, la modification de l'albédo, la part de rayonnement solaire réfléchie par les nuages et autres surfaces brillantes.

Un non-sens

Il cite le géophysicien français Raymond T. Pierrehumbert, de l'université de Chicago, qui a récemment déclaré dans Slate : "L'idée de réparer le climat en 'piratant' l'albédo est radicalement, foncièrement, franchement dépourvue de sens." Notamment parce qu'il faudrait maintenir les modifications de l'albédo pendant des millénaires pour renverser le mécanisme du réchauffement.

Les éditorialistes de USA Today le résument parfaitement : "La géo-ingénierie ne résoudra pas le problème du changement climatique. Ce n'est pas une alternative aux réductions d'émissions de gaz à effet de serre".

Le grand complot climatique

"Des agences d'espionnage pourraient financer les recherches en géo-ingénierie afin de faire du climat une arme." Ce titre, c'est celui d'un article de The Independent. Le quotidien britannique, jamais à la traîne pour relater les informations les plus accrocheuses, reprend les propos du professeur Alan Robock, qui affirmait il y a trois ans que la CIA finançait les recherches sur la modification du climat. Cette théorie revient régulièrement dans les médias, à chaque fois qu'une inondation survient. Elle est alimentée par les expériences menées sur une base militaire de l'Alaska (la Haarp), qui travaillait sur le contrôle des hautes fréquences atmosphériques, et sur les élucubrations de l'ex-gouverneur Jesse Ventura.

Et si ce ne sont pas les ondes qui provoquent les tempêtes, ce sont peut-être les chemtrails, ces trainées blanches laissées par les avions, que d'aucun supposent être des produits chimiques destinés à ensemencer les nuages et qui seraient répandus, bien sûr, dans le plus grand secret.

Dans ces deux cas, les perturbations climatiques n'auraient donc plus rien à voir avec notre consommation effrénée de combustibles fossiles, mais seraient le fruit de complots machiavéliques. Rassurant, d'une certaine façon.
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

La géo-ingénierie sauvera-t-elle le climat ? Empty Re: La géo-ingénierie sauvera-t-elle le climat ?

Message par obsidienne le Mer 4 Mar - 0:04

Voici un autre article :

la géo-ingénierie atmosphérique

https://stefouxxx.wordpress.com/2011/04/13/chemtrails-la-geo-ingenierie-atmospherique/

Les traînées chimiques (chemtrails) dévoilées

Beaucoup de soupçons ont été suscités au cours des dix dernières années par les formations nuageuses inhabituelles et les sillages anormaux de jet dans la haute atmosphère [*]. J’ai personnellement été témoin de centaines de jours d’ingénierie de traînées et de nuages par des jets, à la fois au Royaume-Uni et en Pologne. Cependant, il s’est avéré être extrêmement difficile d’avoir des informations de source officielle sur le phénomène. Sur interrogation, la réponse normale est : « il ne se passe rien d’anormal. »

[* Ndt : La nature anomale de ce phénomène ressort du fait que c’est en gros seulement depuis la fin des années 90 que l’on peut voir le ciel défiguré par des chemtrails persistants, sans que la densité d’avion n’ait changé notablement.]

Il s’avère que c’est très loin de la réalité. Bien que la plus grande partie de cet article se focalise sur une seule affaire récente de recherche professionnelle sur ce sujet, des centaines de documents à la fois officiels et officieux explorent et exposent les agissements loufdingues de l’aviation civile et militaire, chargées quotidiennement depuis quasiment dix ans de pulvériser couche après couche des substances toxiques sous forme de traînées d’aérosols chimiques dans le ciel au-dessus de nos têtes.

Les épisodes d’épandage ne sont pas signalés par les médias et les gouvernements gardent le silence. Cette collusion, qu’elle soit intentionnelle ou non, nous maintient dans l’obscurité au sujet d’une grande expérience de géo-ingénierie qui a pour effet de desservir notre santé et de perturber gravement l’environnement naturel. Et, sans Internet, nous n’aurions rien su.

Le Groupe Belge basé à Belfort a rassemblé plus de sept ans de recherche et d’enquête sur les faits et les activités qui sont devenues largement connus sous le nom « chemtrails. » Le 29 mai 2010, lors d’un symposium international à l’université de technologie Delft à Gand, le Groupe de Belfort a demandé au Dr Coen Vermeeren, ingénieur principal en aéronautique, de prendre la parole sur la question. Vermeeren a établi sa présentation sur un rapport scientifique de 300 pages intitulé [1] « Case Orange: Contrail Science, Its Impact on Climate and Weather Manipulation Programs Conducted by the United States and Its Allies » (Affaire Orange : Sciences des traînées de condensation, impact sur le climat et la météo des programmes de manipulation conduits par la Zunie et ses alliés). Selon Vermeeren, les auteurs du rapport sont « un groupe de scientifiques ou d’initiés qui ont choisi de rester anonymes. »

Dans son exposé, le Dr Vemeeren reconnaît franchement l’existence des traînées persistantes. » Il dit :

« Nous savons aussi que les chemtrails existent parce que nous faisons des pulvérisations, pour les cultures, par exemple, et nous savons qu’ils sont faits à des fins militaires. Les chemtrails ne sont donc pas nouveaux. Nous le savons. »

De la manipulation météo à la géo-ingénierie

Le rapport Case Orange révèle l’existence de documents disponibles au public, indiquant que diverses formes de géo-ingénierie sont en cours depuis « au moins 60 ans. » Les premiers exemples incluent « les opérations du Royaume-Uni d’ensemencement des nuages au-dessus de l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale et les tentatives de la Zunie pour débusquer les Vietnamiens du Nord pendant la guerre du Vietnam. C’est toutefois pâle comparé à l’ampleur des activités actuelles.

La controverse sur les effets potentiellement nuisibles sur l’environnement et la santé humaine de ce genre d’agissement a conduit à l’interdiction des armes de modification environnementale (En Mod), sous les auspices de « La Convention des Nations Unies sur l’interdiction des techniques de modification de l’environnement à des buts militaires ou à toute autre fin hostile » en 1987. Il n’est pas clair si cette interdiction a été encore pleinement appliquée. Pourtant, l’intérêt envers l’En Mod a rapidement pris de l’importance lorsque l’alarme du réchauffement mondial et des questions environnementales associées insistantes ont attiré l’intérêt scientifique mondial [2].

Le rapport Case Orange cite un certain nombre de brevets zuniens concernant l’invention d’un « dispositif spécifique de génération de traînée, destiné à produire une traînée de poudre dotée d’une capacité de diffusion de rayonnement maximale pour un poids donné de matière. Afin de produire une traînée stable ayant une période de latence pouvant atteindre une à deux semaines, » la substance dispersée se compose de 85 pour cent de particules métalliques et 15 pour cent de silice colloïdale et de gel de silice.

Puis, en 2009, la publication d’un rapport intitulé « Modification des cirrus pour réduire le réchauffement mondial, » a complété l’affaire de stratégies de géo-ingénierie [3]. Tout cela a été déclaré dans l’intention de créer une couche de nuages réfléchissants, capables de renvoyer les rayons du Soleil pour empêcher le réchauffement indésirable du climat terrestre. Le rapport indique que les conclusions du GIEC appuient la proposition décrite dans le brevet Hughes Aircraft 1991 relatif à l’ensemencement stratosphérique pour réduire le réchauffement mondial. Ce brevet a ensuite été acheté par Raytheon, l’entrepreneur privé de la défense du gouvernement zunien. C’est la même compagnie qui a obtenu le contrat de construction de HAARP (High Frequency Active Auroral Research Program) à Gakona, en Alaska.

Le complexe militaro-industriel pour le contrôle complet de la météo contre le réchauffement climatique

HAARP est un grand réseau de 180 antennes qui projette de puissantes impulsions électromagnétiques dans le but de réchauffer un point particulier de l’ionosphère terrestre. Cela a pour effet de créer des fréquences électromagnétiques qui peuvent être réfléchies en des endroits désirés de la Terre, en provoquant de graves perturbations de la météo et des milieux géophysiques, même profondément sous terre [4, 5]. HAARP peut fournir jusqu’à 3,6 milliards de watts, élever la température de l’ionosphère à plus de 50.000 degrés et « soulever une zone de 30 kilomètres carrés de l’ionosphère, et altérer de cette façon les systèmes de pression localisés ou même modifier le trajet du jet-stream. »

[Ndt : Cela pourrait-il expliquer le blocage du jet-stream à l’origine des étranges conditions météo en Russie et au Pakistan cet été ?]

Le rapport Case Orange cite la preuve que Raytheon pourrait développer une capacité à « exercer une forme de contrôle complet de la météo, » une situation ayant une ressemblance marquée avec les ambitions déclarées de Monsanto à « contrôler la chaîne alimentaire. » Il convient de noter qu’il existe actuellement plus de 500 brevets de plantes génétiquement modifiés « climate ready » (adaptées au climat) en attente d’approbation de licence à Washington et à Bruxelles. Selon leurs créateurs, les semences et les plantes génétiquement modifiées « climate ready » promettent d’être capables de produire une récolte à la fois dans des conditions d’inondation et de sécheresse.

Le « Groupe ETC, » des droits de l’homme et de la surveillance de l’environnement, décrit ainsi l’évolution de la géo-ingénierie atmosphérique : « Le déploiement du « Plan B » (une référence au recours à la géo-ingénierie, si les autres mesures visant à réduire les émissions devaient être jugées inefficaces) est habilement exécuté : des comités éminents parrainés par des groupes de prestige, une avalanche d’articles évalués par les pairs dans les revues scientifiques et, dans les pays nordiques, des hommes politiques alignés pris de panique, hochant nerveusement la tête pour acquiescer tandis que les scientifiques attestent du « besoin de rechercher le Plan B. »

Rady Ananda déclare à la fin de son document [6] : « Avec des détails tels que les pulvérisations horaires du gouvernement, les commandes de produits chimiques, la nomenclature exacte utilisée dans les manuels d’exploitation des services aériens et les appels des économistes en faveur de la géo-ingénierie, Case Orange concorde au rapport publié en 1996 par le personnel militaire supérieur de Zunie, intitulé « La météo comme force multiplicatrice : Maîtriser la météo en 2025, » [7] à l’appui de sa notion de « forte implication des gouvernements au plus haut niveau dans des projets de contrôle du climat. » Ananda continue [6] : « Maîtriser la météo en 2025 fournit un calendrier précis du recours aux techniques En Mod en coopération avec l’Association de Modification Météorologique, un groupe en affaire avec le gouvernement qui promeut les effets bénéfiques du recours aux modifications de l’environnement [8] :

2000-2025, usage de produits chimiques dans l’ensemencement atmosphérique fait par l’aviation civile (et militaire)

2004, grâce à la nanotechnologie, création de nuages intelligents ayant un accroissement exponentiel, à partir de 2010

2005, introduction de poussière noire de carbone. »

L’ONU engagé dans le combat de géo-ingénierie contre le climat

En 2007, l’Organisation météorologique mondiale (de l’ONU) a publié une déclaration incluant des « Directives de planification des activités de modification de la météo. » Ce document implique clairement les Nations Unies dans le projet de conduite des activités de pulvérisation d’aérosols à grande échelle.

Dans une partie du rapport Case Orange portant sur « le strict nécessaire de la géo-ingénierie grâce à la création de nuages pour la survie de la planète, » les auteurs déclarent : « Notre équipe d’enquête arrive à la conclusion que les programmes de maîtrise du climat, contrôlés par les militaires, mais approuvés par les gouvernements, sont discrètement mis en œuvre afin d’éviter le pire cas de figure qu’ils veulent éviter. Les deux instruments de base sont la maîtrise de la température, grâce à la création de nuages artificiels, et la manipulation de l’ionosphère, grâce à des dispositifs de chauffage.

« Tous deux restent essentiellement des systèmes militaires de combat avec l’option de lancer l’offensive si nécessaire. Toutefois, étant donné que plusieurs systèmes de chauffage ionosphérique sont installés en divers endroits du globe, on peut supposer qu’il existe une large coopération entre gouvernements afin d’atteindre l’objectif climatique d’ici à 2025 : le contrôle de la météo et de la planète. »

Les systèmes de pulvérisation semblent organisés en combinaison logique pour que l’ensemble de l’Europe soit couverte en une période de trois jours. Des cartes colorées de l’Europe indiquent à quel moment doit s’effectuer chaque opération.

Dans la section intitulée « Recommandations » du rapport, les auteurs déclarent : « Les chemtrails persistants ont un impact dévastateur sur les écosystèmes de la planète et la qualité de vie en général. » Les auteurs appellent à la divulgation complète au public des activités actuelles du En Mod, ainsi qu’au respect de tout règlement de l’aviation civile.

Moratoire sur les activités de géo-ingénierie

Donnée encourageante, en réponse à l’intérêt politique envers la géo-ingénierie comme moyen de contrôle du climat, le sous-comité de la Convention des Nations Unies sur la biodiversité a proposé en mai 2010 un moratoire sur les activités de géo-ingénierie [9]. Cette proposition sera entendue à la dixième Conférence des Parties en faveur de la Convention des Nations Unies pour la diversité biologique à Nagoya, au Japon, en octobre de cette année (2010).

Le rapport Case Orange indique en outre que la Zunie permet de tester en plein air des armes chimiques et biologiques. Cela annule le droit civil mentionné plus haut dans cet article. Les auteurs paraphrasent ainsi la loi permissive : « Le ministre de la Défense peut effectuer des essais et des expériences impliquant l’utilisation d’agents chimiques et biologiques sur les populations civiles. » Il semble que des soucis de « sécurité nationale » peuvent servir au président pour rejeter les considérations environnementales et de santé publique. Est-ce la même chose en Europe ?

J’ai fourni une vue d’ensemble du témoignage principal découlant du rapport Case Orange. Elle apporte une contribution importante pour ouvrir les ordres du jour secrets qui n’ont sans cela pas leur place dans une démocratie auto-déclarée. Parmi d’autres rapports conséquents, il y a un document important du Dr Ilya Perlingieri, intitulé « Conséquences des aérosols de métaux et produits chimiques sur la santé humaine » [10]. Mme Perlingieri déclare : « Ces dix dernières années, des tests indépendants sur des chemtrails dans tout le pays ont montré un dangereux brouet très toxiques contenant du baryum, des particules nanométriques d’aluminium recouvertes de fibre de verre (connues sous le nom de CHAFF), du thorium radioactif, du cadmium, du chrome, du nickel, du sang desséché, des spores de moisissure, des mycotoxines de champignons jaunes, du dibromure d’éthylène et des fibres de polymère. Par sa toxicité le baryum peut être comparé à l’arsenic [11], et il est connu pour affecter le cœur. L’aluminium a la réputation d’endommager la fonction cérébrale. » Je n’ai pas besoin d’ajouter que le dibromure d’éthylène est un pesticide agricole hautement toxique.

Maintenant que nous partageons cette information, nous devons agir en conséquence. Il est vital de soutenir le moratoire qui sera présenté en octobre au Japon. Écrivez à votre député pour lui dire que ces activités mondiales ne sont pas des balivernes de « théories du complot, » et qu’elles se déroulent sans consultation du public et sans aucun effort de mise en garde de leurs répercussions éventuelles.

Références :

1. Discours du Dr Coen Vermeeren au symposium de l’université de technologie Delft, le 29 mai 2010,
www.ustream.tv/recorded/7299427

2. « L’organisme scientifique supérieur demande le ‘’plan B’’ de géo-ingénierie, » Catherine Brahic : New Scientist, 1/9/2009,
www.newscientist.com/article/mg20327243.500-top-science-bodywww.newscientis…

3. Mitchell DL et Finnegan W. « Modification des cirrus pour réduire le réchauffement climatique. » Lettres de la Recherche Environnementale, 30 octobre 2009,
iopscience.iop.org/1748-9326/4/4/045102

4. « À propos de HAARP dans un article de Belitsos, » Radical Wisdom, 14 juillet 2010,
radwisdom.com/2010/07/14/chemtrails-aerosol-madness-above-the-earth/

5. Pour en savoir plus sur HAARP, voir : « Maîtriser la météo mondiale, » du professeur Michel Chossudovsky, Global Research,
www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=319

6. « La géo-ingénierie atmosphérique : manipulation météo, traînées de condensation et chemtrails, » de Rady Ananda, 30 juillet 2010,
www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=20369

7. Colonel Tamzy J.House, et autres, « La météo comme force multiplicatrice : Maîtriser la météo en 2025, » ministère de la Défense, Air Force zunienne, 17/06/1996. Publié publiquement en août 1996. Reproduit à la Fédération des scientifiques zuniens :
www.fas.org/spp/military/docops/usaf/2025/v3c15/v3c15-1.htm

8. Site Internet de Weather Modification :
www.weathermodification.org/

9. Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et technologiques, « Examen approfondi des travaux sur la biodiversité et les changements climatiques, » projet de recommandations, Convention sur la diversité biologique, Programme environnemental des Nations Unies, UNEP/CBD/SBTTA/l.9, 15/05/2010.
www.cbd.int/doc/meetings/sbstta/sbstta-14/in-session/sbstta-14-L-09-en.pdf

10. « Conséquences des métaux et des aérosols de produits chimiques toxiques sur la santé humaine, » Ilya Perlingieri, 12 mai 2010,
www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=19047

11. Voir Pesticide Action Network North America (PANNA)
www.pesticideinfo.org/Detail_Chemical.jsp?Rec_Id=PC41174

Original: www.i-sis.org.uk/atmosphericGeoengineering.php
Traduction copyleft de Pétrus Lombard
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

La géo-ingénierie sauvera-t-elle le climat ? Empty Re: La géo-ingénierie sauvera-t-elle le climat ?

Message par obsidienne le Mar 23 Juin - 11:50

OMM -Modification artificielle du temps

http://www.chemtrails-france.com/manipulation_du_climat/omm_modification_artificielle_du_temps/index.htm

Introduction
L'homme cherche depuis des millénaires à modifier le temps et le climat pour accroître les ressources en eau et contrer des conditions météorologiques défavorables. L’origine des techniques modernes de modification artificielle du temps remonte à la fin des années 40, lorsqu’on a découvert qu'il était possible de transformer en cristaux de glace les gouttelettes d’eau surfondue contenues dans les nuages en introduisant dans ces derniers un agent de refroidissement comme la glace carbonique ou bien des noyaux glacigènes, tels que des cristaux d’iodure d’argent. Les recherches poursuivies en conséquence depuis plus d'un demi-siècle ont grandement enrichi nos connaissances sur la microphysique, la dynamique et les processus de précipitations (pluie, grêle et neige) des nuages naturels et les effets de l’intervention humaine sur ces processus.
A l’heure actuelle, il existe plus de 100 projets de modification artificielle du temps mis en oeuvre par des dizaines de pays, en particulier dans les régions arides et semi-arides où il est difficile de répondre à la demande d’énergie, de fibres et de denrées alimentaires à cause du manque d’eau. Aussi le présent document se propose-t-il de faire le point sur l’état d’avancement des techniques de modification artificielle du temps.
Les systèmes météorologiques font intervenir des quantités d’énergie si prodigieuses qu’il est impossible de créer artificiellement des tempêtes de pluie ou bien de modifier la configuration des vents de manière à amener de la vapeur d’eau dans une région. L’approche la plus réaliste consiste à tirer parti de la sensibilité des paramètres microphysiques: en effet, l'homme peut, en perturbant légèrement le système, infléchir sensiblement l’évolution naturelle des processus atmosphériques.
Qu'il soit possible d'agir sur les microstructures des nuages a été démontré en laboratoire, confirmé par des simulations numériques et vérifié par l'exécution de mesures physiques dans des systèmes naturels comme des brouillards, des nuages en nappe et des cumulus. Il n'existe toutefois que peu d'indices physiques prouvant directement qu'on peut exercer une action prononcée sur les précipitations, la grêle, la foudre ou les vents, par des moyens artificiels. En outre, la complexité et la variabilité des nuages sont telles qu’il est très difficile de définir, voire de détecter les effets des tentatives destinées à les modifier artificiellement. Les progrès accomplis dans leur connaissance physique et dans l'application du savoir ainsi acquis ont entraîné l'élaboration de nouveaux critères pour l'évaluation des expériences d'ensemencement. La mise au point de nouveaux équipements - systèmes aéroportés de mesure de paramètres microphysiques et du déplacement de l’air, radars (y compris les radars Doppler et à onde polarisée), satellites, radiomètres à hyperfréquences, profileurs de vent, pluviomètres automatiques, etc. - a considérablement élargi les capacités d'observation. Tout aussi importants sont les progrès de l’informatique dans la mesure où les ordinateurs d’aujourd’hui peuvent traiter d'énormes quantités de données. La constitution de nouveaux jeux de données et leur exploitation avec des modèles numériques de plus en plus perfectionnés, facilitent la vérification des hypothèses se rapportant à la modification artificielle du temps. L’emploi de traceurs chimiques et de copeaux métalliques réfléchissant les signaux radar facilite la détection des flux d’air vers l’intérieur et vers l’extérieur des nuages et permet de mieux déterminer la mesure dans laquelle la nucléation de la glace ou la nucléation hygroscopique peut être attribuée à l’agent d’ensemencement. Grâce aux nouveaux moyens disponibles, il est possible d’affiner la climatologie des nuages et des précipitations de manière à pouvoir tester les hypothèses d’ensemencement avant de se lancer dans des projets de modification artificielle du temps.
Il serait aisé de déceler les effets produits par l'ensemencement artificiel d'un système nuageux si l’on était capable de prévoir exactement les précipitations que ce système devrait normalement fournir. Or, les effets de l’ensemencement se situent presque toujours dans les limites de la variabilité naturelle (faible rapport signal/bruit) et notre capacité à prévoir le comportement naturel des systèmes nuageux est encore limitée.
Le procédé consistant à comparer les précipitations mesurées pendant les périodes d’ensemencement à celles observées durant des périodes antérieures soulève des problèmes en raison des changements, climatiques notamment, qui interviennent d’une période à l’autre, et n’est donc pas fiable. La situation est rendue encore plus compliquée par le fait que les changements climatiques pourraient entraîner une modification des quantités totales de précipitations et de la répartition géographique de celles-ci, comme de plus en plus d’éléments nous poussent à le croire.
Les méthodes par tirage au sort (zones cibles et témoins, zones se chevauchant ou zone unique) sont considérées comme étant les plus fiables des pratiques d’évaluation actuellement jugées acceptables pour déceler les effets d’un ensemencement. Aux fins de telles expériences par tirage au sort, il faut prédéfinir le nombre de cas nécessaires à l’évaluation statistique en se basant sur la variabilité naturelle des précipitations et l’ampleur de l’effet attendu. Lorsque le rapport signal/bruit est très faible, la période sur laquelle l’expérience doit s’étendre peut aller de cinq à plus de dix ans. Chaque fois qu’une évaluation statistique est requise pour établir qu’un exercice d’ensemencement a entraîné un changement notable, elle doit s’accompagner d’une évaluation physique de façon à:
a) confirmer que le changement observé d’un point de vue statistique est probablement lié à l’activité d’ensemencement;
b) déterminer la mesure dans laquelle la méthode d’ensemencement peut produire les effets souhaités dans diverses conditions.
Il est possible de réduire l’incidence de la variabilité naturelle des précipitations pendant la durée nécessaire à l’expérience en recourant à des prédicteurs physiques dont l’efficacité est directement proportionnelle à la connaissance que l’on a du phénomène considéré. L’obtention de tels prédicteurs, qui peuvent être des paramètres météorologiques (stabilité, direction du vent, gradients de pression, etc.) ou des grandeurs caractéristiques des nuages (teneur en eau à l’état liquide, vitesse des courants ascendants, concentration de grosses gouttes, concentration des cristaux de glace ou réflectivité radar) occupe donc un rang de priorité élevé dans les recherches sur la modification artificielle du temps.
Pour l’expérimentation des méthodes de modification artificielle du temps, la préférence doit revenir aux mesures objectives des quantités de précipitations, c'est à dire aux mesures directes au sol (pluviomètres et coussins à grêlons, par exemple) et à la télédétection (par radar, satellite, etc.). Les données accessoires, comme celles collectées à l’intention des assureurs (dont on s’est servi par le passé afin de mettre en évidence l’évolution de l’intensité des chutes de grêle) sont dans la plupart des cas insatisfaisantes, du moins prises isolément.
Dans la conduite des programmes opérationnels, il faudrait tenir dûment compte des risques inhérents à l’emploi d’une technique encore balbutiante. Il ne faudrait par exemple pas négliger le fait que, dans certaines conditions, l’ensemencement peut accroître les chutes de grêle ou réduire les précipitations. Un projet opérationnel bien conçu et bien mené devrait viser à déceler et à limiter autant que possible ces effets malencontreux. Il faudrait donc confier à des experts indépendants le soin d’effectuer des évaluations parallèles reposant sur des principes scientifiquement acceptés.
Le lecteur trouvera dans les sections suivantes de brefs exposés sur l’état actuel de la modification artificielle du temps, exposés dont on a volontairement restreint le champ aux procédés qui semblent fondés sur des principes physiques solides et qui ont été testés sur le terrain.

Dissipation du brouillard
Diverses techniques sont utilisées pour dissiper les brouillards chauds (dont la température dépasse 0°C) et les brouillards froids. La fréquence relative des uns et des autres dépend du lieu et de la saison.
La méthode thermique, qui consiste à provoquer l'évaporation du brouillard en réchauffant directement l'air au moyen de sources de chaleur intense (comme les moteurs à réaction) s’est avérée efficace sur de courtes périodes et pour certains types de brouillards chauds, mais l’installation et l’exploitation des équipements nécessaires coûtent cher. Une autre technique déjà employée consiste à entraîner de l’air sec vers l’intérieur du brouillard au moyen d’hélicoptères en vol stationnaire ou d’appareils basés au sol. C’est là aussi une technique qui revient cher dans le cas d’une utilisation régulière.
On a aussi tenté de dissiper les brouillards chauds en les ensemençant avec des produits hygroscopiques. Une amélioration de la visibilité est parfois obtenue mais la réussite de l’entreprise dépend du mode et du lieu d’ensemencement et de la distribution dimensionnelle des substances utilisées, facteurs qui revêtent une importance critique mais qui sont difficiles à préciser dans chaque cas particulier. Dans la pratique, cette technique est rarement aussi efficace que le laissent croire les modèles. Enfin, seuls devraient être employés les agents hygroscopiques qui ne posent pas de problème pour l’environnement ou la santé.
Il est possible de dissiper le brouillard froid (surfondu) en agissant sur la croissance et la sédimentation des cristaux de glace. On peut déclencher ce processus de manière très fiable en ensemençant le brouillard avec des noyaux glacigènes artificiels à partir de dispositifs installés au sol ou aéroportés. Cette technique est appliquée en exploitation sur plusieurs routes et aéroports où la présence de brouillards surfondus est assez fréquente. Les moyens à mettre en oeuvre dépendent du vent, de la température et d’autres facteurs. La glace carbonique a été l'agent d'ensemencement le plus couramment employé avec les dispositifs aéroportés. On a aussi tiré parti de la détente brutale d’un gaz comprimé afin de refroidir l’air suffisamment pour que se forment des cristaux de glace. Par exemple, quelques routes et aéroports sont équipés de dispositifs au sol fonctionnant avec de l’azote liquide ou du dioxyde de carbone. Une nouvelle technique, qui a été testée dans le cadre d’expériences à portée limitée, consiste à projeter de la glace carbonique pour créer des cristaux de glace destinés à se mélanger rapidement avec le brouillard. Comme les effets de ce type d’ensemencement sont faciles à mesurer et que les résultats sont très prévisibles, il a été jugé généralement inutile de procéder à des vérifications statistiques aléatoires.

Augmentation des précipitations (pluie et neige)
Cette section porte sur les techniques d’augmentation des précipitations qui reposent sur une base scientifique et qui ont fait l’objet de recherches. Les procédés non scientifiques et dont l’efficacité n’a pas été prouvée, dont il est fait état de temps à autre, doivent être considérés avec la plus grande circonspection.

Systèmes nuageux orographiques en phase mixte
En l’état actuel de nos connaissances, on estime que l’ensemencement glaçogène des nuages dont l’écoulement de l’air au-dessus des montagnes provoque la formation offre les meilleures perspectives d’augmentation économiquement viable des précipitations. Ces nuages suscitent un vif intérêt parce que l’eau que l’on en extrairait serait facilement exploitable, du fait qu’elle pourrait être stockée à une altitude élevée dans des réservoirs ou à l’intérieur du manteau neigeux. Il est statistiquement prouvé que, dans certaines conditions, il est possible d’augmenter, avec les techniques actuelles, les précipitations engendrées par les nuages orographiques surfondus. Des analyses statistiques portant sur des relevés de précipitations en surface établis dans le cadre de certains projets à long terme indiquent qu’on aurait réussi à augmenter les précipitations saisonnières.
Des études physiques effectuées avec les nouveaux moyens d’observation et corroborées par des simulations numériques ont démontré qu’il existe des quantités d’eau surfondue suffisantes pour donner les précipitations souhaitées et que l’on pourrait exploiter cette ressource à condition de recourir à des techniques d’ensemencement adaptées. Les processus aboutissant à une augmentation des précipitations ont d’ailleurs été directement observés durant des expériences d’ensemencement limitées dans le temps et l’espace. Ces observations viennent certes étayer les résultats des analyses statistiques mais leur portée reste encore limitée. Les relations de cause à effet n’ont pas encore été pleinement mises en évidence et il n’est pas possible, par conséquent, de déterminer l’impact économique de l’augmentation des précipitations.
Le problème n’est donc pas résolu et il reste encore beaucoup de travail à faire pour corroborer les résultats et démontrer, par des éléments de preuve statistiques et physiques plus tangibles, que les augmentations se sont produites sur la zone considérée durant une longue période, ainsi que pour mettre en évidence d’éventuels effets "hors cible". Il faudrait améliorer les méthodes actuelles afin de déterminer les conditions favorables à un ensemencement et les circonstances où celui-ci est contre-indiqué, de façon à optimiser la technique et à quantifier les résultats.
Il faudrait aussi admettre qu’une expérience ou un exercice de modification artificielle du temps constitue une entreprise complexe qui exige un personnel scientifique et opérationnel très qualifié. Il est difficile et coûteux de faire voler sans risques excessifs un aéronef dans les zones surfondues des nuages et il n’est pas facile non plus de faire parvenir l’agent d’ensemencement à l’endroit voulu en le propulsant depuis le sol ou en le répandant massivement depuis un aéronef au vent d’un système nuageux orographique.

Nuages stratiformes
L’ensemencement de nuages stratiformes froids a ouvert l’ère moderne de la modification artificielle du temps. Il est possible, dans certaines conditions, de provoquer la précipitation de nuages stratiformes peu épais, ce qui dégage souvent le ciel dans la région ensemencée. Quant aux systèmes nuageux stratiformes épais (mais où la température du sommet des nuages demeure inférieure à –20°C) qui sont associés aux cyclones et aux fronts, ils produisent naturellement des quantités importantes de précipitations. Un certain nombre d’expériences sur le terrain et de simulations numériques ont révélé la présence d’eau surfondue dans certaines parties de ces nuages et il semblerait que l’on puisse accroître la pluviosité de tels systèmes.

Nuages cumuliformes
Les nuages cumuliformes sont les principaux fournisseurs de précipitations en de nombreuses parties du globe. Les cumulus (depuis les petits nuages de beau temps jusqu’aux gigantesques nuées d’orage) se caractérisent par des vitesses verticales et des taux de condensation élevés. A ce jour, les expériences d’ensemencement de nuages de convection à une ou plusieurs cellules orageuses ont donné des résultats variables qu’on ne sait pas encore bien expliquer.
Pour augmenter les précipitations, on fait appel aux techniques d’ensemencement glaçogène pour agir sur les processus en phase solide tandis que les techniques d’ensemencement hygroscopiques sont utilisées pour infléchir les processus des pluies chaudes. Pour évaluer ces techniques, on procède soit à des mesures directes des précipitations en surface soit à des estimations indirectes par radar. Les deux méthodes ont chacune leurs avantages et leurs inconvénients.
Au cours des dix dernières années, les expériences d’ensemencement glaçogène ont été passées au crible. Les résultats obtenus à ces occasions dépendaient apparemment des caractéristiques des nuages ensemencés et, parfois, ne correspondaient pas à l’hypothèse de départ.
Les expériences d’ensemencement de nuages de convection à base chaude (10°C ou plus) faisant intervenir de grosses quantités de substances glaçogènes ont donné des résultats mitigés. Elles visaient à stimuler les courants d’air ascendants par dégagement de chaleur latente additionnelle censé provoquer un accroissement des précipitations. Il semblerait que ces expériences aient eu parfois des effets positifs sur certaines cellules de convection mais il reste à prouver que ce type d’ensemencement peut induire un accroissement des précipitations à partir de formations orageuses multicellulaires. En effet, de nombreux maillons de la chaîne événementielle supposée n’ont pas été suffisamment mis en évidence par des observations ou confirmés par des simulations numériques.
Ces dernières années, les méthodes d’ensemencement des nuages de convection chauds et froids à l’aide de substances hygroscopiques censées renforcer les processus afférents aux pluies chaudes (coalescence-collison et désagrégation) ont reçu un regain d’attention en raison des simulations numériques et des expériences sur le terrain qui ont été menées à bien. Deux méthodes de stimulation des processus afférents aux pluies chaudes ont été examinées: la première consiste à injecter dans le nuage de petites particules (des noyaux de condensation artificiels dont le diamètre moyen oscille entre 0,5 et 1 micromètre) pour accélérer l’enclenchement des précipitations en stimulant les processus de condensation coalescence via la modification, dans le sens souhaité, du spectre initial des gouttelettes situées à la base des nuages; la deuxième consiste à injecter des particules hygroscopiques plus grosses (embryons de précipitation artificiels d’environ 30 micromètres de diamètres) afin d’accélérer l’enclenchement des précipitations en stimulant les processus de collision-coalescence. Des augmentations de précipitations estimées par radar ont été statistiquement établies lors d’une récente expérience faisant appel à la dernière technique susmentionnée. Toutefois, pour des raisons obscures, les effets ont été observés plus tard que prévu (une à quatre heures après
l’ensemencement).
De même, des augmentations de précipitations estimées par radar ont été statistiquement établies lors de récentes expériences d’ensemencement aléatoire réalisées à l’aide de bombes pyrotechniques libérant de petites particules hygroscopiques dans les ascendances des nuages de convection continentaux en phase mixte. Les expériences ont été conduites dans différentes régions du monde et il est intéressant de constater que l’on retrouve à chaque fois les mêmes résultats statistiques. En outre, des mesures physiques ont été exécutées qui donnent à penser que l’ensemencement a élargi le spectre des gouttelettes près de la base des nuages, entraînant ainsi la formation de grosses gouttes au début de la durée de vie du nuage. Ces mesures ont été étayées par des simulations numériques.
Aussi encourageants et surprenants que soient les effets des expériences d’ensemencement hygroscopique, on ne parvient pas à expliquer leur durée et certaines questions fondamentales demeurent. Il reste à mesurer certains éléments essentiels de la chaîne événementielle que fait intervenir l’ensemencement hygroscopique afin de confirmer la validité des modèles théoriques et le degré d’efficacité des techniques d’augmentation des précipitations engendrées par les nuages de convection chauds et à phase mixte.
Bien qu’il soit statistiquement établi que les techniques d’ensemencement glaçogène et hygroscopique ont entraîné une modification des précipitations - estimées par radar - dans des systèmes nuageux isolés, il n’est pas prouvé que leur emploi peut entraîner une augmentation économiquement viable des précipitations sur de larges zones. Enfin, aucun effet "hors cible" n’a été constaté.

Suppression de la grêle
La grêle, par les dégâts qu’elle cause aux cultures et aux biens, entraîne d’importantes pertes économiques. De nombreuses hypothèses ont été avancées quant à la façon de la supprimer et de nombreux pays ont lancé des programmes opérationnels d’ensemencement de nuages à cette fin. Parmi les méthodes "physiques", on citera celle de la "compétition favorable" (dont le principe consiste à créer de nombreux embryons supplémentaires qui se disputent l’eau surfondue), l’abaissement de trajectoire (pour réduire la taille des grêlons) et le balayage prématuré par la pluie. Ces méthodes d’ensemencement sont appliquées essentiellement dans les régions situées à la périphérie de vastes systèmes orageux et non dans le courant ascendant principal.
Nous n’en savons pas encore assez sur les orages pour prévoir de manière suffisamment fiable les effets de l’ensemencement sur la grêle. Les possibilités d’accroître ou de réduire la grêle et la pluie dans certaines conditions ont déjà été évoquées dans la littérature scientifique. Il a été reconnu que les foyers orageux à cellules convectives géantes posaient un problème particulier. Les simulations numériques de nuages ont certes permis d’entrevoir certains aspects des mécanismes gréligènes, fort complexes, mais elles ne sont pas encore assez précises pour donner des résultats probants. Les scientifiques qui travaillent à des programmes d’exploitation ou de recherche ont entrepris de définir les moments, les lieux et les quantités de substances les plus propices au succès des opérations d'ensemencement.
Quelques essais aléatoires de suppression de la grêle ont été réalisés, dans le cadre desquels ont été mesurés des paramètres comme la masse de la grêle, l’énergie cinétique, le nombre de grêlons et la zone d’impact de la grêle. Il n’empêche que la plupart des tentatives d’évaluation ont été liées à des programmes opérationnels non aléatoires. On a souvent fait appel, dans ce dernier cas, aux données relatives à l’évolution historique des dommages causés aux cultures par la grêle, parfois avec des zones cibles et des zones de contrôle au vent de celles-ci, mais ces méthodes ne sont pas toujours fiables. De fortes réductions de la grêle ont été annoncées par de nombreux groupes, mais à ce jour, les preuves scientifiques ne sont pas concluantes et l’on ne peut ni confirmer ni infirmer l’efficacité des activités de suppression de la grêle, ce qui devrait inciter ceux qui dirigent des programmes dans ce domaine à renforcer les mesures physiques et les activités d’évaluation.
On a vu resurgir ces dernières années les canons antigrêle à forte intensité sonore, mais ce procédé ne repose sur aucune base scientifique et sur aucune hypothèse crédible.
Les techniques ont beaucoup progressé ces dix dernières années et de nouvelles possibilités s'offrent à nous en ce qui concerne l’étude et la mise en évidence des mécanismes qui interviennent dans l’évolution des grands foyers orageux et des précipitations qui leur sont associées, y compris la formation de la grêle. De nouvelles expériences devraient être entreprises dans ce domaine.

Atténuation d’autres phénomènes météorologiques violents
Les cyclones tropicaux apportent à de nombreuses régions une grande partie de leurs hauteurs de pluies annuelles, mais occasionnent aussi des dégâts considérables et de nombreuses pertes en vies humaines. Toute tentative de modification devrait par conséquent tendre à réduire les dommages causés par le vent, les marées de tempête et la pluie, mais pas obligatoirement la quantité totale de pluie. Des expériences de modification des ouragans ont été réalisées durant les années 60 et 70 mais il n’existe aucun modèle conceptuel universellement reconnu qui donne à penser que l’homme peut agir sur les ouragans.
Certes, pour des raisons économiques et de sécurité, il serait souhaitable de pouvoir influer sur les tornades et autres vents dévastateurs, mais aucune hypothèse physique valable n’a été avancée à ce jour qui laisserait supposer que cet objectif est réalisable.
La suppression des éclairs a suscité un certain intérêt, lié en particulier au souci de réduire le nombre des incendies de forêts allumés par la foudre et le risque que celle ci constitue lors du lancement des engins spatiaux. Il est généralement proposé de réduire les champs électriques au sein des orages afin qu’ils ne deviennent pas assez puissants pour que les décharges puissent se produire. A cette fin, on disperse dans les foyers orageux des paillettes (fibres de plastique métallisé) ou de l’iodure d’argent. Les paillettes sont censées constituer des points de décharge par effet couronne et, de ce fait, maintenir les valeurs du champ électrique en dessous du seuil de déclenchement des éclairs, tandis que l’augmentation de la concentration en cristaux de glace est censée modifier le rythme d’accumulation et la répartition des charges électriques dans les nuages. Ces notions ont servi de base à des expériences sur le terrain dont les résultats, corroborés par ceux de quelques expérimentations numériques, sont néanmoins dépourvus de signification statistique.

Modification accidentelle des conditions météorologiques
Il est largement prouvé que la combustion de la biomasse et les activités agricoles et industrielles influent sur les conditions météorologiques à l’échelle locale voire régionale, tout comme les changements d'affectation des terres (urbanisation et déboisement par exemple). Les grandes agglomérations ont également un impact sur la qualité et la transparence de l’air, le vent en surface et à faible altitude, l’humidité et la température, les processus nuageux et les mécanismes de précipitations. Au fur et à mesure que se perfectionnent les moyens de surveillance de l’environnement et les capacités de modélisation de l’atmosphère, il devient de plus en plus évident que les activités humaines ont une grande incidence sur les paramètres météorologiques et les mécanismes climatiques qui influent sur la santé, la productivité et l’infrastructure sociétale. Tous ces effets non intentionnels (tels que l'évolution de la distribution des aérosols atmosphériques de fond qui influe sur la structure des nuages et peut modifier les mécanismes de précipitations) doivent être pris en compte au moment de concevoir des expériences et des programmes de modification artificielle du temps et lors de l’analyse des résultats.

Aspects économiques, sociaux et environnementaux de la modification artificielle du temps
Les pays envisagent parfois de recourir à la modification artificielle du temps lorsqu’il est nécessaire de stimuler économiquement un secteur d’activité donné (par exemple en augmentant l’approvisionnement en eau pour l’agriculture ou la production d’énergie) ou de réduire les risques liés à des phénomènes dangereux comme le gel, le brouillard, la grêle, la foudre, etc. A cet égard, il faut prendre en compte non seulement les incertitudes afférentes aux moyens mis en oeuvre pour atteindre ces objectifs, mais aussi l'impact potentiel sur d’autres activités ou groupes humains. Les aspects économiques, sociaux, écologiques et juridiques ne doivent pas non plus être négligés. Il est par conséquent indispensable d’examiner, lors de la conception d’une opération de modification artificielle du temps, toutes les répercussions qu’elle pourrait avoir.
L’aspect juridique peut revêtir une importance particulière lorsque des activités de modification artificielle du temps sont menées à bien dans des régions frontalières. Il n’empêche que toute législation visant à promouvoir ou à réglementer ce type d’activité doit tenir compte des incertitudes scientifiques qui subsistent dans ce domaine.
Avant d’entreprendre une opération de modification artificielle du temps à long terme, il faut se livrer à des études d’impact afin d’en évaluer les répercussions sur les écosystèmes; ces études pourraient révéler que l'intervention risque de provoquer des changements indésirables qu’il conviendra alors de prévenir. Pendant l’opération proprement dite, il faudrait mettre en place un système de surveillance pour déceler d’éventuels effets sur l’environnement et les comparer à ceux qui avaient été prévus.

Résumé et recommandations
La science et la technique de la modification artificielle du temps ont fait quelques progrès durant les dix années écoulées, et de nombreux programmes portant sur la dissipation du brouillard, l’augmentation des précipitations (pluie et neige) et la suppression de la grêle sont en cours d’exécution dans de nombreuses régions du monde. Quelques pays apportent leur appui à plusieurs projets expérimentaux, projets qui englobent des évaluations statistiques aléatoires. Avec l’amélioration des moyens d’observation, le renforcement des capacités informatiques, le perfectionnement des modèles numériques et l’approfondissement des connaissances, les processus nuageux et les mécanismes de précipitations sont plus que jamais passés à la loupe et des progrès substantiels sont donc à portée de main. De nouvelles techniques et méthodes commencent à être appliquées qui contribueront à leur tour à l’essor de la modification artificielle du temps.
Compte tenu de ce qui précède, les recommandations ci-après sont adressées aux pays Membres intéressés:
a) Il conviendrait d’établir dans tous les pays une climatologie des nuages, du brouillard et des précipitations car cela fournirait des éléments d’information essentiels pour les études et les travaux d’exploitation relatifs à la modification artificielle du temps et aux ressources en eau.
b) Il faudrait renforcer les programmes d’ensemencement de nuages en prévoyant une évaluation indépendante des résultats. Ces programmes devraient englober la mesure de paramètres caractérisant la réaction physique à l’ensemencement et une composante d’évaluation statistique aléatoire.
c) L’enseignement et la formation professionnelle dans les domaines de la physique et de la chimie des nuages et dans les disciplines scientifiques connexes devraient faire partie intégrante des projets de modification artificielle du temps. Les capacités de formation d’autres pays Membres devraient être mises à profit lorsqu’elles n’existent pas sur place.
d) Il est essentiel que toute expérience de modification artificielle du temps soit étayée, avant et pendant son déroulement, par des mesures fondamentales qui permettent d’évaluer l'agent d’ensemencement et l’hypothèse sur laquelle repose l’opération.
e) Les responsables de programmes de modification artificielle du temps sont invités à tirer parti des nouveaux outils d’observation et des nouvelles capacités de modélisation numérique au moment de concevoir et d'organiser des projets sur le terrain et lors de l’évaluation des résultats. Les pays qui n’auraient pas accès à ces techniques ou qui n’auraient pas les moyens de les mettre en oeuvre sont encouragés à collaborer avec d’autres pays, par exemple dans le cadre de projets multinationaux, de programmes de formation, d’évaluations menées par des experts indépendants, etc.


Rapport final abrégé de la cinquante-troisième session du conseil exécutif
ANNEXE IV
Annexe du paragraphe 5.6 du résumé général
Directives à suivre en cas de demande d’avis ou d’assistance pour la planification d’activités de modification artificielle du temps

1. Les directives s’adressent aux Membres qui formulent une demande de conseils ou d’aide en matière de modification artificielle du temps. Elles comprennent des recommandations fondées sur les connaissances actuelles acquises au cours d’études théoriques ainsi que d’expérimentations en laboratoire et sur le terrain menées dans le monde entier. La "Déclaration de l’OMM sur l’état actuel de la modification artificielle du temps" offre une synthèse des principes fondamentaux et des principaux résultats obtenus dans le cadre des programmes de modification artificielle du temps. Cette déclaration a été révisée au cours de la vingtième session du Groupe d’experts du Conseil exécutif/Groupe de travail de la CSA pour la recherche sur la physique et la chimie des nuages et sur la modification artificielle du temps et a été adoptée par le Conseil exécutif lors de sa cinquante-troisième session en juin 2001.
2. Un Membre qui souhaiterait entreprendre des activités de modification artificielle du temps ne doit pas ignorer que les travaux de recherche et d’exploitation dans ce domaine sont encore peu développés. Il ne faudrait pas négliger le fait que, dans certaines conditions, l’ensemencement peut manquer d’efficacité ou même favoriser des effets indésirables (accroître les chutes de grêle, réduire les pluies). Un projet bien conçu et bien mené devrait viser à déceler et à limiter le plus possible ces conséquences malencontreuses. Il est reconnu que l’évaluation scientifique peut s’avérer difficile, mais il s’agit actuellement du seul moyen connu pour éviter les résultats négatifs, quantifier les effets économiques positifs et engranger de nouvelles connaissances qui permettront d’améliorer la méthode appliquée. Dans sa Déclaration révisée sur l’état actuel de la modification artificielle du temps, dont il est question au paragraphe 1, l’OMM établit une distinction entre les divers types de modification artificielle du temps et indique avec quel degré de confiance on peut obtenir l’effet désiré par l’ensemencement des nuages. Ce degré de confiance est très élevé dans le cas de la dissipation du brouillard surfondu, modéré dans celui de l’augmentation des chutes de neige à partir de nuages orographiques et faible dans celui de la suppression de la grêle.
3. L’OMM recommande que les projets opérationnels d’ensemencement de nuages visant à modifier les précipitations soient conçus pour permettre l’évaluation des résultats de l’ensemencement par des mesures physiques et des contrôles statistiques associés à une répartition aléatoire des ensemencements. Il est important de caractériser la substance d’ensemencement dans le cadre des mesures physiques. L’opération d’ensemencement doit être réalisée par des personnes suffisamment qualifiées et l’évaluation objective par des experts indépendants. Il convient de prévoir des projets de longue durée, car la variabilité des précipitations est habituellement bien supérieure aux variations positives ou négatives qui seraient attribuées à la modification artificielle du temps.
Il est possible que le recours à des modèles numériques appropriés contribue à diminuer la période nécessaire à l’évaluation du projet.
4. L’OMM recommande d’étudier minutieusement le site retenu afin de déterminer s’il convient à un ensemencement des nuages, selon une méthode analogue à celle qui a été utilisée dans le cadre du Projet d’augmentation des précipitations. Il est possible de se procurer les rapports établis par l’OMM sur ce sujet. Afin d’améliorer les chances de succès dans une situation particulière, il convient de vérifier par des études préliminaires que:
a) la climatologie des nuages et des précipitations à l’emplacement prévu indique que les conditions sont probablement favorables à la modification artificielle du temps;
b) les conditions sont favorables à l’emploi des techniques de modification disponibles;
c) les hypothèses de modification artificielle du temps proposées reposent sur des études de modélisation;
d) pour la fréquence de l’occurrence de conditions favorables, les changements qui découlent de l’application de la technique de modification peuvent être décelés à un niveau de signification statistique acceptable;
e) il est possible de mener à bien une activité opérationnelle dont les frais sont, dans une mesure acceptable, compensés par les avantages socio-économiques susceptibles d’en découler.
Toutes les études prospectives nécessitent l’avis d’un expert et les résultats dépendront normalement du site retenu et de la saison.
5. Il n’existe aucun critère quantitatif relatif à la validation des résultats d’une expérience de modification artificielle du temps. La validation dépendra du degré d’objectivité scientifique ainsi que du degré de cohérence attribué au déroulement de l’expérience et de la mesure dans laquelle cela peut être démontré. D’autres facteurs importants entrent aussi en jeu: il s’agit de la plausibilité de l’expérience du point de vue physique, de la mesure dans laquelle le biais est exclu du déroulement et de l’analyse de l’expérience, et du degré de signification statistique atteint. Compte tenu de ces critères généraux, rares sont les expériences de modification artificielle du temps ayant satisfait aux exigences des milieux scientifiques. Les outils de recherche d’aujourd’hui - la dernière génération de radars et d’instruments aéroportés, les puissants modèles numériques, etc. - offrent toutefois des perspectives très prometteuses, et notre connaissance des divers aspects de la modification artificielle du temps devrait nettement progresser.
6. La modification artificielle du temps devrait être considérée comme faisant partie d’une stratégie globale de gestion des ressources en eau. Il est difficile d’atténuer la sécheresse instantanément. D’ailleurs, sans nuages, il n’est pas possible de déclencher artificiellement des précipitations; il est probable que les chances d’augmenter les précipitations soient plus grandes lorsque la pluviosité est supérieure ou égale à la normale que pendant les périodes sèches.
7. Les Membres devraient être conscients que l’importance de l’entreprise que constituent la conception, l’exécution ou l’évaluation d’un programme de modification artificielle du temps empêche le Secrétariat de l’OMM de donner un avis détaillé. Toutefois, le Secrétaire général peut, sur demande, aider un Membre (en obtenant l’avis de spécialistes travaillant à d’autres projets de modification artificielle du temps ou disposant de compétences particulières), étant bien entendu:
a) que les frais sont pris en charge par le pays demandeur;
b) que l’Organisation n’assume aucune responsabilité quant aux conséquences qui peuvent résulter de l’avis donné par un scientifique ou expert invité;
c) que l’Organisation n’accepte aucune responsabilité juridique dans les différends qui peuvent surgir.
obsidienne
obsidienne

Messages : 3981
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Revenir en haut Aller en bas

La géo-ingénierie sauvera-t-elle le climat ? Empty Re: La géo-ingénierie sauvera-t-elle le climat ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum