Le Portail de l'Initiation
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Jeu 26 Fév - 21:36




Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Engren10






"Le temps est l'ennemi de l'homme."


"La pensée, c'est le temps"



"La mort de la pensée, c'est la Vie Eternelle"



"Le temps est un espace dont le mot est le centre. Toute pensée est un processus de mise en mots : c'est en mots que nous pensons. L'esprit peut-il se libérer du mot ?"




"La méditation, c’est toujours le présent ; or la pensée appartient toujours au passé. La conscience, dans sa totalité, est pensée, et ses limites étroites excluent l’état de méditation. La méditation consciente, c’est l’appréhension de plus en plus précise de ces limites, et la destruction de toute liberté ; tant que demeurent les frontières de l’esprit, il n’est point de liberté. Et ce n’est que dans la liberté qu’est la méditation.

Sans la méditation, vous serez à jamais esclaves du temps et de son ombre portée — la souffrance. Le temps, c’est la souffrance.


Le silence et l’amour sont indissociables. Pour comprendre, soyez silencieux.

Méditer, c’est être vulnérable, d’une vulnérabilité qui n’a ni passé ni futur, ni hier ni lendemain. N’est vulnérable que ce qui est neuf."





Krishnamurti




"Le temps est notre supplice. L'homme ne cherche qu'à y échapper, c'est-à-dire échapper au passé et à l'avenir en s'enfonçant dans le présent, ou se fabriquer un passé ou un avenir à sa guise."



"Toutes les tragédies que l’on peut imaginer reviennent à une seule et unique tragédie : l’écoulement du temps."




Simone Weil




Dernière édition par Archange le Lun 10 Oct - 12:31, édité 2 fois

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Jeu 26 Fév - 21:42




Le temps, c’est la mémoire. L’extase est hors du temps. La félicité de la méditation ne s’inscrit pas dans la durée. La joie devient plaisir dès qu’elle a une continuité. A l’aune du temps des horloges, la félicité de la méditation n’est rien qu’une seconde, mais dans cette seconde s’inscrit le mouvement global de la vie hors le temps, mouvement qui n’a ni commencement ni fin. Dans la méditation, une seconde, c’est l’infini.


La méditation est à la fois un mouvement de l’inconnu et dans l’inconnu. Ce n’est pas vous qui êtes là, mais rien que le mouvement. Vous êtes trop insignifiant, ou trop grand pour ce mouvement que rien précède ni ne suit. Il est cette énergie avec laquelle la pensée-matière ne peut entrer en contact.


La pensée est perversion car elle est le produit du passé ; elle est prisonnière des vicissitudes de tous les siècles passés, d’où son caractère confus et incertain. Quoi que vous fassiez, le connu ne pourra jamais accéder à l’inconnu. La méditation, c’est mourir au connu.




KRISHNAMURTI

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Jeu 26 Fév - 21:56




Il faut puiser aux sources du silence pour regarder et écouter. Le silence, ce n’est pas la cessation du bruit ; le silence, ce n’est pas l’arrêt du vacarme incessant de l’esprit et du cÏur ; ce n’est pas le produit ni le résultat du désir, pas plus qu’un effet de la volonté. La conscience, dans sa globalité, est un mouvement incessant et bruyant, évoluant dans des limites qu’elle s’impose elle-même. Dans ce cadre-là, tout silence ou immobilité est la cessation momentanée du bavardage, mais c’est un silence touché par le temps.


Le temps, c’est la mémoire, et pour elle, le silence est de plus ou moins longue durée ; le temps et la mémoire peuvent le mesurer, lui offrir un espace, lui donner une continuité — il devient alors un jouet de plus. Mais le silence, ce n’est pas cela. Tout ce qui est élaboré par la pensée reste du domaine du bruit, et la pensée ne peut absolument pas faire silence. Elle peut se forger une image du silence et s’y conformer, la vénérer, comme elle fait pour tant d’autres images de sa fabrication. Ayant fait du silence une formule, elle le nie par là-même ; les symboles qu’elle élabore sont la négation même de la réalité. Pour que soit le silence, la pensée elle-même doit être immobile et silencieuse.


Le silence, à l’opposé de la pensée, est toujours neuf. La pensée, étant toujours vieille, ne peut en aucun cas pénétrer le silence, qui est toujours neuf. Ce qui est neuf devient vieux dès que la pensée le touche. C’est en puisant aux sources de ce silence qu’il faut regarder et parler. L’anonymat véritable est issu du silence ; nulle autre humilité n’existe. Les vaniteux seront toujours des vaniteux, même s’ils se drapent dans l’humilité, ce qui fait d’eux des êtres durs et cassants. Jailli de ce silence, le mot amour prend un tout autre sens. Ce silence n’est pas là-bas quelque part : il est là où n’est point le bruit que fait l’observateur absolu.


Seule l’innocence peut être passionnée. Les innocents ignorent la douleur, la souffrance, même s’ils ont vécu des milliers d’expériences. Ce ne sont pas les expériences qui corrompent l’esprit, mais les traces qu’elles laissent, les résidus, les cicatrices, les souvenirs. Ils s’accumulent, s’entassent les uns sur les autres, c’est alors que commence la souffrance
.Cette souffrance, c’est le temps.  Le temps ne peut cohabiter avec l’innocence. La passion ne naît pas de la souffrance. La souffrance, c’est l’expérience, l’expérience de la vie quotidienne, cette vie de tortures, de plaisirs éphémères, de peurs et de certitudes. Nul ne peut échapper à ces expériences, mais rien n’oblige à les laisser s’enraciner dans le terreau de notre esprit. Ce sont ces racines qui suscitent les problèmes, les conflits et les luttes incessantes. La seule issue, c’est de mourir chaque jour au jour précédent. Seul un esprit clair peut être passionné. Sans passion, on ne voit ni la brise qui joue dans le feuillage, ni l’eau éclaboussée par le soleil. Sans passion, point d’amour.




Krishnamurti

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Mar 3 Mar - 20:06




Vision de Sainte Hildegarde de Bingen:



"SA parure était (...) différente de l'apparition précédente: son visage resplendissait comme le soleil, ses habits avaient la splendeur de la pourpre, et elle portait un collier d'or orné de pierres précieuses; ses sandales avaient l'éclat de l'éclair. A la hauteur du visage, elle tenait une tablette qui brillait comme du cristal. Cette tablette portait l'inscription suivante: "Je me manifesterai dans la beauté, tel l'argent, car la divinité, qui ignore le commencement, possède une grande clarté. Mais tout ce qui a un commencement connaît des contradictions angoissées, et ne peut saisir les secrets de Dieu en pleine connaissance."



Hildegarde de Bingen, Corps et âme en Dieu (Audrey Fella)

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Mer 4 Mar - 20:29




Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Red10





"Etre débarassé de l'angoisse, c'est être libéré du temps"




Une attitude délivrée du temps - se libérer de l'ombre projetée par l'observateur donc du passé - ouvrir les vannes au mouvement fluide de la Vie hors du temps...




"Comprenez-vous la beauté de cette attitude? Vous voyez, le fait de voir la beauté d'une palme se balançant dans un ciel clair, non en observateur encombré de ses connaissances et de son impuissance, mais en la regardant sans être l'observateur, en admirant le mouvement de cette feuille, c'est déjà apprendre. Et là se trouve en plénitude le mouvement de la Vie où il n'y a plus de fragmentation; une vie de grande harmonie, et qui dit harmonie dit amour."




"L'attention est un mouvement vers l'Eternité"



Krishnamurti




Celui qui veut s’approcher de la perfection divine ne se préoccupe pas du temps : il travaille avec des éléments qui appartiennent à une autre dimension. Il se dit : « Même si cela doit m’occuper pour l’éternité, je ne m’arrêterai pas. Même si je n’y arrive pas, je continuerai. Tant que je marche, je suis vivant. » Leur vie professionnelle, leur vie sociale, leur vie individuelle obligent les humains à tenir compte du temps, et pour certains cela devient une obsession : il y a les rendez-vous auxquels il faut arriver à l’heure, les horaires de travail, ceux des trains, des avions, ceux de l’ouverture et de la fermeture des magasins ou des administrations, etc. Sans parler du temps qu’il faut chercher à économiser puisque, comme on le dit, « le temps, c’est de l’argent. » Le temps règne sur les humains. Mais, dans la vie spirituelle, le temps ne doit pas compter. L’essentiel, c’est le but. Et même si le but à atteindre reste inaccessible, peu importe, il faut continuer à avancer sans se préoccuper du temps.


Ce que vous désirez vraiment, vous finirez par l’obtenir un jour. Quand ? Cela ne doit pas vous préoccuper. Armez-vous seulement de patience et d’amour. Dans la vie spirituelle on ne doit jamais fixer soi-même un terme à son travail et à ses efforts. Combien de temps cela vous prendra pour devenir parfait ? Ne vous en occupez pas, ce n’est pas votre affaire. Et si vous êtes malade, ne dites pas : « Demain, je veux être guéri » mais : « Ô mon Dieu, le temps ne compte pas pour moi, j’accepte ta volonté, je suis à ta disposition. La seule chose que je Te demande, c’est d’apprendre à Te connaître, à T’aimer, le reste attendra autant qu’il Te plaira. » C’est ainsi que vous triompherez du temps. Travaillez et ne donnez jamais d’ordres au Seigneur en Lui fixant la date des accomplissements.




Rien n'échappe à la loi de l'effort, c'est-à-dire la loi du temps. Ce travail sur nous-mêmes que nous avons à réaliser est une affaire de siècles, de millénaires, et tant que nous prendrons comme mesure le temps d'une vie humaine, nous ferons de mauvais calculs. C'est toujours le temps en définitive qui se prononce, qui nous dit si nous marchons ou non sur la bonne voie, mais il ne faut pas être pressé. Celui qui est pressé rencontre fatalement des échecs qui le découragent, il abandonne son travail. Or, la pire chose qui puisse arriver à un être humain, c'est de perdre le goût pour ce travail qu'il doit faire chaque jour, patiemment, sur lui-même. Il révèle ainsi qu'il ignore la valeur des richesses qu'il possède; toutes ces pierres précieuses que Dieu a déposées en lui sous forme de qualités et de vertus, il les laisse stagner dans leur gangue. Jamais, sous aucun prétexte, il ne faut abandonner ce travail. Il faut continuer sans se préoccuper d'en voir rapidement les résultats.



Omraam Mikhaël Aïvanhov




Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Paj10



http://www.philosophie-spiritualite.com/textes_2/krishna_69.htm





Méditer : retenir la marche précipitée du temps - Quand ils ne peuvent plus supporter leur présent




Quand ils ne peuvent plus supporter leur présent, les humains ont tendance à se projeter dans l’avenir. Mais ils n’y gagnent rien, car un jour ou l’autre ils sont obligés de se rendre à l’évidence : cet avenir dans lequel ils croyaient pouvoir se réfugier n’a aucun fondement solide, et alors c’est le vide qu’ils découvrent, et l’angoisse. Plutôt que de rêver au futur, qu’ils commencent par bien vivre aujourd’hui où ils ont tellement de choses à goûter, à voir, à apprécier, à penser ! Mais pour bien vivre aujourd’hui, ils doivent apprendre à ne plus se laisser emporter par la succession des événements et des états intérieurs que créent ces événements. Qu’ils fassent une pause ! Vous direz que la vie est un flux ininterrompu qu’il est impossible d’arrêter. C’est vrai, mais dans ce flux du temps vous pouvez, vous, trouver le moyen de vous arrêter pour mettre un peu d’ordre en vous-même, pour vous accorder à des rythmes plus harmonieux. Et c’est là qu’on découvre combien la méditation est une pratique nécessaire. Méditer, c’est retenir la marche précipitée du temps afin d’introduire en soi un rythme, une paix, une lumière qui longtemps encore laisseront leur empreinte.



Temps et éternité - le plan physique et le plan spirituel



De celui qu’on embauche dans une entreprise, on attend qu’il obtienne rapidement des résultats. Oui, quand il s’agit de gagner de l’argent, il faut se dépêcher ; c’est pourquoi tant de boutiques proposent aux gens des produits, des objets qui satisfont leurs besoins matériels, et même leurs besoins inférieurs, ce qui peut être très vite fait. Si elles leur proposaient de quoi nourrir leur âme et leur esprit, elles feraient faillite, car obtenir des résultats dans le plan spirituel nécessite beaucoup de temps. La sagesse demande que nous tenions compte à la fois du temps pour le plan physique et de l’éternité pour l’âme et pour l’esprit. La précipitation dans laquelle vivent les humains les prive de cet élément de durée, d’infini, qui donne un sens, un goût à la vie. Quand ils ne trouvent pas rapidement ce qu’ils cherchent, ils abandonnent tout de suite et vont chercher ailleurs. Eh non, pour obtenir quelque chose dans le plan spirituel, il faut être extrêmement patient.



Omraam Mikhaël Aïvanhov





Angra Mainyu (nom avestique), ou Ahriman (en moyen-persan) est l'esprit démoniaque opposé au dieu Ahura Mazda dans le zoroastrisme. Son nom signifie « la pensée angoissée » ou « la mauvaise pensée ».

Dans l'anthroposophie de Rudolf Steiner, Ahriman est l'une des deux entités, avec Lucifer, qui s'opposent à l'évolution de l'humanité, mais qui la rendent aussi possible. Steiner identifie Ahriman à Satan, lequel est bien distinct de Lucifer. Il est l'être qui fait de l'homme un être terrestre assujetti à la matière, alors que Lucifer et les forces lucifériennes tendent à l'en détacher. Ahriman agirait tout spécialement depuis et dans le corps éthérique. Il conférerait aux humains une intelligence froide et abstraite dénuée de sentiments, il les rendrait prosaïques et philistins, et amoraux. Steiner le considère aussi comme l'esprit du mensonge, de l'erreur, et de la corruption. Il s'incarnerait au début du IIIe millénaire en Occident.


Wikipedia

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Mer 4 Mar - 21:04




Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Eterni10




Aux Portes de l'Eternel


Vers un Mouvement sans commencement ni fin





Tout esprit qui est en quête d'expérience, quelle qu'en soit la nature, reste inscrit dans le champ du temps, dans le champ du connu, dans le champ de ses propres désirs tels qu'ils se projettent. Comme je l'ai dit au début de cette causerie, toute méditation délibérée ne mène qu'à l'illusion. Et pourtant la méditation est une nécessité.


Méditer de propos délibéré ne vous mène qu'à diverses formes d'auto-hypnose, ou d'expériences qui sont une projection de vos propres désirs, de votre conditionnement ; et ces désirs, ces conditionnements, modèlent votre esprit, contrôlent votre pensée.


Voilà pourquoi celui qui veut vraiment comprendre la signification profonde de la méditation doit comprendre la signification de l'expérience ; son esprit doit être aussi libre de toute quête. C'est très difficile. Je vais approfondir tout cela dans un instant.


Ayant ainsi posé comme base fondamentale cette attitude, adoptée naturellement, aisément, spontanément, nous devons ensuite découvrir ce que signifie contrôler la pensée. Parce que c'est cela que vous cherchez : mieux vous savez contrôler la pensée, plus vous vous croyez être avancés dans le domaine de la méditation. Pour moi toute forme de contrôle, d'ordre physique, intellectuel, ou émotionnel est néfaste. Ecoutez très attentivement. Ne dites pas : "Dans ce cas, je peux faire ce qui me plaît". Car je ne dis pas cela. Contrôler implique d'assujettir, d'étouffer, d'adapter, de façonner la pensée en fonction d'un modèle particulier -ce qui sous-entend que le modèle a plus d'importance que la découverte de la vérité.


Avoir pleinement conscience des choses est un état d'esprit extraordinaire -avoir conscience de son environnement, des arbres, de l'oiseau qui chante, du soleil couchant, là derrière vous ; être attentif aux visages, aux sourires, à la boue qui couvre la route ; percevoir la beauté de ce pays, d'un palmier se détachant sur la rougeur du couchant, du friselis de l'eau-, avoir de toute chose une conscience sans choix.


C'est ce que je vous invite à faire en chemin. Ecoutez ces oiseaux ; ne cherchez pas à les nommer, à identifier l'espèce, écoutez simplement leurs bruits.


Ecoutez le mouvement de vos pensées ; ne les contrôlez pas, ne les façonnez pas, ne dites pas : "Celle-ci est bonne, celle-là est mauvaise." Mais accompagnez-en le mouvement. C'est cela la conscience dénué de tout choix, de toute condamnation, comparaison ou interprétation, et qui n'est qu' observation. Voilà qui rend l'esprit hautement sensitif. Mais dès que vous nommez, vous régresser, votre esprit s'émousse, parce que vous êtes retombés dans l'habitude.


Dans cet état de vigilance, il y a attention- mais point de contrôle ni de concentration. Rien que l'attention. Autrement dit, vous êtes dans un même temps en train d'écouter les oiseaux, de voir le soleil se coucher, d'entendre passer les voitures, d'écouter l'orateur, de prêter attention au sens des mots, d'être attentifs à vos pensées et à vos sentiments, et au mouvement dont est animée cette attention. Votre attention est globale, sans limites, et couvre non seulement le conscient, mais aussi l'inconscient. l'inconscient est le plus important ; il faut donc que vous l'exploriez.


Je n'emploie pas le terme d'inconscient au sens d'une technique, ou dans une acceptation technique. Je ne l'utilise pas au sens où l'entendent les psychologues, mais pour désigner tout ce dont on n'a pas conscience. Car nous vivons, dans la plupart des cas, en n'effleurant que la surface de l'esprit : nous allons au bureau, nous acquérons des connaissances ou une technique, nous nous querellons, et ainsi de suite. Jamais nous ne prêtons attention aux couches profondes de notre être, qui sont le résultat de l'influence de notre communauté, de l'influence résiduelle de la race, et de tout le passé- non seulement votre passé en tant qu'être humain, mais aussi celui de l'humanité, lourd de toutes les angoisses de l'humanité.


Or cette attention requiert une énergie énorme, et qui n'est pas celle que l'on accumule par une pratique, ni par le célibat et autres choses du même ordre -car cette énergie là relève de l'avidité. Je parle de l'énergie liée à la connaissance de soi. Parce que vous avez établi les fondements adéquats, il en découle l'énergie qui permet d'être attentif, sans mettre en jeu le moindre élément de concentration.


La concentration, c'est l'exclusion -vous voulez écouter cette musique [qui monte d'une rue voisine] et vous voulez entendre ce que dit l'orateur, vous résister donc à cette musique pour écouter l'orateur : votre attention est de ce fait divisée.


Une part de votre énergie vous sert à résister à la musique, et une autre à essayer d'écouter : votre écoute n'est donc pas totale, vous n'êtes donc pas attentifs. Donc, vous vous concentrez, vous ne faites rien d'autre que résister, exclure.


Alors qu'un esprit attentif peut se concentrer sans être exclusif.


Cette attention a donc pour effet de calmer le cerveau. Les cellules du cerveau elles-mêmes sont calmes-sans que ce calme soit induit par une discipline, une contrainte, un conditionnement brutal.


Mais puisque toute cette attention est née spontanément, naturellement, sans effort, facilement, les cellules cérébrales ne sont pas perverties, ni endurcies, ni dépouillées de leur finesse, ni brutalisées.


J'espère que vous suivez tout cela. Les cellules même du cerveau doivent être dotées d'une sensibilité, d'une vivacité, d'une vigueur extrêmes, et non endurcies, rebattues, surmenées, ni spécialisées dans un domaine spécifique du savoir, car sans cette extraordinaire sensitivité, il leur est impossible d'être calmes. Il faut donc que le cerveau soit calme, tranquille, tout en restant sensible à la moindre réaction, attentif à la moindre musique, aux bruits, aux oiseaux, il doit être à l'écoute de ces paroles, tout en contemplant le soleil- sans aucune pression, sans aucune contrainte, sans aucune influence. Le cerveau doit être très calme et silencieux car, sans cette tranquillité- qui n'est induite par rien d'artificiel-, il ne peut y avoir de lucidité, de clarté.


Et la clarté ne peut advenir que si il y a de l'espace. Il s'ouvre un espace dès que le cerveau est parfaitement calme tout en étant extrèmement sensible, et non émoussé. Voilà pourquoi ce que vous faites tout au long de la journée est très important. Tout concourt à l'abrutissement du cerveau : les circonstances, le contexte social, l'emploi que l'on occupe, la spécialisation, trente ou quarante ans de vie de bureau, la routine brutale qui use jusqu'à l'épuisement- tout cela concourt à la destruction de l'extraordinaire sensibilité du cerveau. Or le cerveau doit être calme.


A partir de là, l'esprit tout entier, dans lequel est inclus le cerveau, est capable d'être parfaitement immobile, tranquille.


Cet esprit immobile ne recherche plus rien, n'est plus en attente d'une expérience ; aucune expérience ne le concerne plus.


Ainsi, l'esprit devient alors parfaitement tranquille, sans aucune espèce d'influence, de contrainte. Cette tranquillité n'émane pas de la pensée, car la pensée a cessé, tout le mécanisme de la pensée est parvenu à son terme.


La pensée doit impérativement cesser, sinon elle produira d'autres images, d'autres idées, d'autres illusions- toujours et encore.


Il faut donc comprendre tout ce mécanisme de la pensée- et non vouloir une recette pour cesser de penser. Si vous comprenez l'ensemble du mécanisme de la pensée, qui est une réponse du souvenir, un processus d'association et de reconnaissance, lié au fait de nommer, comparer et juger- si vous le comprenez, ce processus prend fin naturellement.


Lorsque l'esprit est totalement tranquille, alors de cette tranquillité et au sein de cette tranquillité surgit un tout autre mouvement.


Ce mouvement n'est pas un mouvement issu de la pensée, de la société, des lectures que vous avez faites ou non. Ce mouvement ne procède pas du temps ni de l'expérience, car il est étranger à l'expérience. Pour l'esprit tranquille, il n'est plus aucune expérience. Une lumière éclatante, qui brille fort, ne demande rien d'autre, elle se suffit à elle-même. Ce mouvement n'est orienté dans aucune direction, car toute orientation implique le temps...


Ce mouvement n'a pas de cause, car tout ce qui a une cause produit un effet, qui a son tour devient une cause, et ainsi de suite - c'est l'interminable succession des causes et des effets. Il n'y a donc ni effet, ni cause, ni motif, ni expérience vécue. Parce que l'esprit est tout à fait tranquille, de manière naturelle, et parce que vous avez établi des bases stables, l'esprit est en prise directe avec la vie, il n'est plus coupé de la vie quotidienne.


Si l'esprit parvient jusque-là, ce mouvement se fait création. Il n'y a alors plus d'angoisse à exprimer, car un esprit qui est en état de création peut indifféremment s'exprimer ou non.


L'état d'esprit qui est là, dans ce silence total, va s'animer, bouger ; il a son propre mouvement qui pénètre au coeur de l'inconnu, au coeur de cela même que l'on ne peut nommer.


La méditation que vous pratiquez n'a donc rien à voir avec celle dont nous parlons ici.



Cette méditation-là part de l'éternel et rejoint l'éternel, car le fondement sur lequel on s'appuie n'est plus le temps, mais la réalité.



La connaissance de soi : le fait de connaître chacune de nos pensées, de nos paroles, de nos états d'âmes, de nos sentiments, chacune des activités de notre esprit. Mais ne pas interpréter, observer simplement les mouvements de l'esprit. Ne pas essayer d'accumuler un quelconque savoir quant à cette observation, juste voir.



La vertu qui découle de la connaissance de soi :
[...] la vertu qui vient naturellement, spontanément, facilement, sans conflit, sans résistance, dès lors qu'on se connait soi-même." "la vertu n'est pas une chose à cultiver jour après jour"


S'observer soi en lien avec le monde


"Chacun d'entre nous est une portion du monde, chacun d'entre nous est le mouvement qui anime le monde, chacun est la manifestation extérieure du mouvement qui continue à l'intérieur- c'est comme le flux et le reflux de la marée.


Si vous vous contentez de vous concentrez sur vous-même, de n'observez que vous, indépendamment du monde, cela vous mène à l'isolement et à toutes formes de singularités, à la névrose, aux peurs qui isolent, et ainsi de suite.


Mais si vous observez le monde et en suivez le mouvement, en vous laissant porter par lui lorsqu'il s'intériorise, alors la division entre vous et le monde n'existe plus ; alors vous n'êtes plus un individu opposé à une entité collective."


Observer : prendre conscience en même temps que l'on écoute


Etre neuf, être libre d'hier, être libre de but, d'objectif, de quête, d'attente



"jamais on ne dit : "maintenant je sais". Il n'y a pas d'échelle. Si vous y grimpez, il faut absolument redescendre tout de suite, de sorte que votre esprit soit formidablement sensible pour pouvoir observer, être à l'affût, à l'écoute."


Solidement ancrés sur ces bases, vous pouvez désormais renoncer aux prières, aux mots marmonnés à voix basse, aux postures imposées. Et vous pouvez alors commencer à explorer la nature de l'expérience.



Etre conscient sans attente


Comme lorsqu'on laisse la fenêtre ouverte et que l'air entre à sa guise, la méditation c'est tout ce que l'air apporte, c'est tout ce qu'est le vent. Mais si vous êtes aux aguets, si vous attendez que le vent s'engouffre par la fenêtre parce que vous l'avez ouverte, jamais le vent ne viendra. Il faut qu'elle soit ouverte par amour, par affection, en toute liberté, et pas dans l'attente de quelque chose. Et voilà ce qu'est cet état de beauté, cet état de l'esprit qui voit mais ne demande rien.




http://maison-ema.over-blog.fr/pages/Krishnamurti_La_meditation_selon_K-1298040.html

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Sam 7 Mar - 17:28





Le Serpent du zodiaque





Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Zodiaq10




Tous ceux qui pénètrent dans l'enceinte du zodiaque sont soumis aux impératifs du temps (périodes, cycles) et de l'espace (localisation à l'intérieur de l'enceinte). Seuls les purs esprits sont libres, ils ne sont pas enchaînés par le temps et par l'espace. Mais dès qu'ils s'incarnent, ils entrent dans l'enceinte du zodiaque et ils sont pris dans le cercle magique de l'implacable destinée qui enchaîne même les êtres les plus lumineux, les grands Fils de Dieu.


D'ailleurs, avec son corps physique l'être humain représente lui-même le cercle du zodiaque à l'intérieur duquel son esprit est maintenu captif. A chaque signe correspond une partie du corps: au Bélier, la tête, au Taureau, le cou, aux Gémeaux, les bras, les poumons, au Cancer: l'estomac, au Lion: le coeur, à la Vierge: les intestins et le plexus solaire, à la Balance: les reins, au Scorpion: les organes génitaux, au Sagittaire: les cuisses, au Capricorne: les genoux, au Verseau: les mollets, aux Poissons: les pieds.


Pour échapper à ce Serpent qui l'enserre de ses anneaux, l'homme doit sortir du cycle des réincarnations.


C'est au moment de la naissance que le corps éthérique de l'enfant qui est encore une cire molle et vierge, reçoit l'empreinte des influences astrales. Par la suite, la cire refroidie ne peut plus être modifiée.


Lorsque l'enfant pousse son premier cri, le ciel appose son sceau sur son corps éthérique et fixe son horoscope dans lequel s'inscrit son destin.


Le seul moyen pour l'homme de se libérer des limitations que lui imposent les astres est de travailler à rétablir consciemment le lien avec Dieu, c'est ainsi qu'il échappe à la loi de nécessité pour entrer sous la loi de la grâce
.

Mais cette liberté à laquelle nous aspirons tous est la dernière chose que nous obtiendrons. C'est pourquoi la liberté est considérée comme la couronne de la spiritualité; cette couronne que l'Initié porte au-dessus de la tête pour montrer qu'il est sorti du cercle des limitations terrestres.




Omraam Mickhaël Aïvanhof, Le zodiaque, clé de l'homme et de l'univers


_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Sam 7 Mar - 18:00




Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Temps-10





La liberté : à la fin ou dès le premier pas ?




Un individu est un nom, une forme et la culture superficielle qu’il assimile de la tradition et de son environnement. La nature unique de l’homme ne réside pas dans cet aspect superficiel, mais dans une liberté totale à l’égard du contenu de sa conscience, laquelle est commune à tous les êtres humains. Il n’est donc pas un individu.



La liberté n’est pas une réaction; la liberté n’est pas un choix. C’est la prétention de l’homme de se croire libre parce qu’il a le choix. La liberté est pure observation, non dirigée, sans crainte de punition, sans désir de récompense. La liberté n’a pas de motif;
la liberté n’est pas au bout de l’évolution de l’homme, mais se tient dans le premier pas de son existence

.

Par l’observation, on commence à découvrir le manque de liberté. La liberté se révèle dans l’attention vigilante et sans choix que l’on porte à son existence quotidienne et à ses activités.



La pensée est temps. La pensée est née de l’expérience et du savoir, qui sont inséparables du temps et du passé. Le temps est l’ennemi psychologique de l’homme. Notre action s’appuyant sur le savoir, et donc sur le temps, l’homme est en permanence l’esclave du passé. La pensée étant toujours limitée, nous vivons constamment dans l’effort et le conflit.
Il n’y a pas d’évolution psychologique.



Si l’homme perçoit le mouvement de ses propres pensées, il verra la scission entre le penseur et la pensée, l’observateur et l’observé, l’expérimentateur et l’expérience. Il découvrira que cette scission est une illusion.



Alors ne demeure que la pure observation qui est vision directe, sans aucune ombre de passé ou de temps.
Cette vision pénétrante et intemporelle produit une transformation radicale et profonde dans l’esprit.



La négation totale est l’essence du réel. Quand il y a négation de toutes les choses que la pensée a produites psychologiquement, alors seulement est l’amour, qui est compassion et intelligence.





Krishnamurti

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Dim 8 Mar - 15:56




Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Images13





L'illusion de l'évolution psychologique




Faut-il connaître l'ivresse pour connaître la sobriété? Faut-il passer par la haine pour savoir ce qu'est la compassion? Faut-il subir des guerres, se détruire et détruire autrui, pour savoir ce qu'est la paix? Ce mode de raisonnement est à l'évidence totalement faux. Vous partez du principe qu'il y a une évolution, un développement, un mouvement du mal vers le bien, et ensuite vous figez votre pensées dans ce schéma. Bien sûr, le développement physique existe - la petite plante devenant un grand arbre - et aussi le progrès technique, qui voit au fil des siècles l'évolution de la roue jusqu'à l'avion à réaction. Mais existe-t-il un progrès, une évolution sur le plan psychologique? C'est cela, l'objet de notre discussion - savoir s'il y a une progression, une évolution du "moi", commençant par le mal pour finir par le bien. Le "moi", qui est le centre du mal, peut-il jamais devenir noble et bon, grâce à un processus d'évolution, grâce au temps? Non, c'est évident. Ce qui est mauvais, le "moi" psychologique, restera toujours mauvais. Mais nous refusons d'admettre ce fait. Nous croyons que, grâce à un processus temporel de progrès et de changement, le "je" finira par devenir parfait, avec le temps. Tel est notre espoir, tel est notre plus cher désir - qu'avec le temps, le "je" atteigne la perfection. Mais qu'est-ce-que ce "je", ce "moi"? C'est un nom, une forme, un paquet de souvenirs, d'espoirs, de frustrations, de désirs, de souffrances, de joies éphémères. Nous voulons que ce "moi" se perpétue jusqu'à devenir parfait, et nous disons donc qu'au-delà du "moi" existe un "super-moi", un être supérieur, une entité spirituelle qui est éternelle - mais puisque c'est notre pensée qui a conçu cette entité, elle demeure dans le champ du temps, n'Est-ce-pas? Si notre pensée peut concevoir cette entité, c'est évidemment qu'elle est enclose dans les limites de notre champ de raisonnement.





La solution n'est pas du côté du temps



Toutes les religions affirment depuis toujours que le temps est nécessaire - le temps psychologique dont nous parlons ici. Le paradis est loin, très loin, et l'on ne peut y accéder que par un processus graduel d'évolution, qui passe par la répression, ou par l'accomplissement, ou par l'identification à un objet, à une entité d'ordre supérieur. Or nous voulons savoir s'il est ou non possible de se libérer de la peur de façon immédiate. Dans le cas contraire, la peur engendre le désordre, le temps psychologique suscite inévitablement en nous le désordre.


Je conteste toute cette notion d'évolution - non pas celle de l'être physique, mais celle de la pensée, qui 'est identifiée à une forme particulière d'existence liée au temps. Le cerveau, de toute évidence, a évolué pour parvenir à son stade actuel, et il est toujours susceptible d'évoluer, de se développer encore. Mais en tant qu'être humain, je vis depuis quarante ou cinquante ans au sein d'un univers tissé de théories, de conflits et de concepts en tous genres, et au sein d'une société dans laquelle la rapacité, l'envie et la compétition ont engendré tant de guerres. Je fais partie intégrante de tout cela. Pour celui qui souffre, chercher la solution du côté du temps, compter sur la lente évolution de notre espèce dans les deux millions d'années à venir, voilà qui n'a aucun sens. Pouvons-nous, tout en étant constitués comme nous le sommes, nous libérer de la peur et du temps psychologique? Le temps physique doit exister: nul ne peut y échapper. Mais la question est de savoir si le temps psychologique est en mesure d'apporter l'ordre non seulement à l'individu, mais aussi à la société. Nous faisons partie de la société, nous n'en sommes pas isolés. Que l'ordre règne au-dedans, au sein d'un être humain, et il règnera forcément au-dehors, dans la société.




Le temps est un poison



Vous avez dans votre salle de bain un flacon étiqueté "poison", et vous savez que c'est du poison; vous faites très attention à ce flacon, même dans le noir. Vous vous en méfiez. Vous ne dites pas: "Comment vais-je faire pour éviter tout contact avec ce flacon, pour faire attention?" Vous savez que c'est un poison, vous êtes donc extrêmement vigilant. Le temps est un poison; il suscite le désordre. Si ce fait est bien réel pour vous, alors vous allez comprendre de mieux en mieux comment vous délivrer de la peur. Mais si vous considérez toujours le temps comme un moyen de vous libérer, alors aucune communication entre vous et moi n'est possible. Mais ce n'est pas tout: il se peut, en fait, qu'il y ait une tout autre espèce de temps. Nous ne connaissons que deux types de temps: le temps physique et le temps psychologique, et nous sommes piégés dans le temps. Le temps physique joue un rôle important dans le psychisme, qui à son tour a une influence sur tout ce qui est physique. Nous nous trouvons pris dans cette bataille, soumis à cette influence. Il faut accepter le temps physique, si l'on veut pouvoir attraper un bus ou un train, mais si l'on rejette complètement le temps psychologique, alors on accède à un temps tout à fait autre, sans aucun rapport avec les deux autres formes de temps. J'aimerais tellement que vous puissiez pénétrer avec moi dans ce temps ! Alors le temps n'est plus le désordre mais l'ordre le plus formidable qui soit.




Flash de compréhension - la perception est hors du temps



La vérité ou la compréhension surgit comme un éclair, et ce flash n'a pas de continuité; il n'est pas dans le champ du temps. Il vous suffit de le constater vous-mêmes. Comprendre est quelque chose de frais, d'instantané; ce n'est pas le prolongement du passé. Le passé ne vous permettra jamais de comprendre. Tant qu'on est à la recherche d'une continuité - qu'on a soif de permanence, en amour, et dans ses relations, ou qu'on recherche la vie éternelle, et tout ce qui s'ensuit - on est à la poursuite de quelque chose qui est dans le périmètre du temps et qui, par conséquent, n'appartient pas à ce qui est hors du temps.


Tant que nous penserons en terme de temps, la peur et la mort seront là, inévitablement.


Il vous faut un esprit neuf, un esprit libéré du temps, un esprit qui ne pense plus en termes de distance ou d'espace, un esprit sans aucun horizon pour limites, un esprit sans ancrage ni havre sûrs. Il vous faut un esprit tel que celui-là pour affronter non seulement l'éternel, mais aussi les problèmes de l'existence.


L'effet doit être immédiat: la transformation doit avoir lieu maintenant, au sens où elle est par essence hors du temps.





Krishnamurti

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Mar 17 Mar - 23:08





Commencement, durée, fin; naissance et mort: illusions de l'esprit mortel

Concepts erronés de la naissance de la durée de la cessation





Ne perdez pas le non-né - Bankei Yôtaku



Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Japanese_art




Ne perdez pas le non-né !




Un laïc demanda à Bankei : 
"Si vous devenez un Bouddha, où allez-vous ?" 
Le Maître répondit : Si vous devenez un Bouddha, il n’y a aucun endroit où aller. Vous remplissez le vaste univers dans ses limites. C’est quand vous devenez tout autre type d’être qu’il y a des endroits différents à parcourir.



Il est de mon désir de témoigner de votre satori (éveil). Avancez et laissez-moi savoir si vous avez eu une prise de conscience, et ceux d’entre vous qui n’ont pas eu cette expérience, qu’ils soient à l’écoute de mes paroles. 
Il est en chacun de vous de tout faire pour changer votre vie. 

Le "sans naissance" de Bouddha tranche à la racine de chaque nœud. Vous voyez que les bouddhas du passé, présent et futur, et tous les patriarches successifs peuvent n’être considérés que comme de simples désignations : à savoir, ils ne sont seulement que des personnes ou des personnages historiques dans le monde des phénomènes. Du point de vue de l’Éveil, c’est de peu d’importance pour vivre dans l’état de "non-naissance" et atteindre la bouddhéité. 
A partir du moment vous avez commencé à réaliser ce fait, vous êtes un Bouddha vivant, inutile de faire des efforts supplémentaires sur votre tatami... 

Ne hais pas l’apparition de pensées ou le désir d’arrêter les pensées qui surgissent ; simplement se rendre compte que ton esprit d’origine, dès le début, est au-delà de la pensée... 

Vos pensées sont posées temporairement à la suite de ce que vous voyez et entendez, elles n’ont pas d’existence réelle ; elles sont semblable à des objets vus et entendus. Vous devez savoir que l’esprit d’origine réalisé et ce qui est l’origine de l’esprit ne sont pas différents.

≈≈≈≈≈≈≈



Réveillez l’enfant à naître au milieu de la vie quotidienne. 
Habituez-vous à rester dans l’état de "non-naissance". 
Essayez-le pendant trente jours, et vous serez incapable de vous en éloigner, vous vivrez dans l’Esprit du Bouddha pour le reste de votre vie...
Écoutez-moi, et oubliez les ordures de tous vos préjugés. 
Voilà ma parole d’exhortation, et vous pourrez obtenir le satori.

La seule chose que je dis, c’est restez dans l’Esprit du Bouddha. 
Pour cela il n’existe aucune réglementation, aucune discipline formelle. 
Néanmoins, faites zazen tous les jours le temps de deux bâtons d’encens. 
Tenez-vous droits et laisser faire. 
Mais comprenez que l’Esprit sans naissance de Bouddha n’a absolument rien à voir avec la méditation assise devant un bâton d’encens qui brûle face à vous.

Si vous restez dans l’Esprit du Bouddha sans vous égarer, il n’y a pas de satori à rechercher. Que ce soit endormi ou éveillé, vous êtes un Bouddha vivant. 
Zazen ne signifie qu’une posture assise tranquillement dans l’Esprit du Bouddha. 
Mais vraiment, vous le savez, la vie quotidienne dans son intégralité doit être considéré comme zazen.

≈≈≈≈≈≈≈≈≈



Allez en arrière au moment où vous êtes né : 
vous ne pouvez pas en trouver le souvenir, il n’y a rien du tout ! 
Gardez votre esprit tel qu’il était lorsque vous êtes entré dans le monde, et aussitôt même : un être vivant, ce qui arrive, un Tathâgata ou Bouddha .... 
Attachement, soif, etc, je ne les ai pas dans mon esprit. C’est pourquoi aujourd’hui je peux dire tout ce monde est vraiment le mien ! 
En repensant au cours de ces dernières années, vous ne trouverez que le rêve d’une nuit. Sachez-le et vous verrez que tout ce qui vous semble juste, n’est qu’un mensonge .... 
Depuis et cependant, ce monde flottant est irréel, au lieu de tenir sur les choses dans votre esprit, rendez-vous et chantez ! 
Quand vous êtes sans attachement aux choses, le monde flottant cessera d’être en tant que distinct, mais seulement apparence objective. Rien n’est laissé, rien du tout. Ce ne sont que les moyens du Tathagata vie. 
Quand tu fais le mal, ton esprit est le démon, il n’y a pas d’enfer à l’extérieur. 
Détestant cordialement l’enfer, ton désir pour le ciel te fais souffrir dans un monde joyeux. 
Mystères et miracles, il n’y a pas de telles choses ! 
Mais quand vous ne comprenez pas, le monde est plein d’événements étranges. 
C’est le fantôme du Moi qui trompe l’esprit, qui vous fait prendre le monde illusoire pour être vrai. 
Lorsque votre étude du bouddhisme va de travers, vous trouvez que vous n’obtenez rien de nouveau. 
Lumières et illusions sont sans existence dès l’origine. Ce sont les idées que vous avez ramassé, des choses que vos parents n’ont jamais enseigné. 
Si vous pensez que l’esprit qui atteint l’illumination va combattre vos pensées. 
Ces jours-ci, je ne suis pas à me soucier de l’illumination, et le résultat c’est que je me réveille le matin en me sentant parfaitement bien ! 
De vivre le jour et la nuit sans dormir. 
Une fois que vous avez fait cela, alors vous pouvez tenir le monde dans votre main ! 
Je suis désolé pour les bouddhas, avec tous ces ornements qu’ils portent, ils doivent être éblouis par l’éclat ! 
L’esprit qui n’est pas conditionnée à naître est à l’origine, ce qui est conditionné n’existe pas, c’est-pourquoi il n’y a aucune illusion. 
Bien que les années à venir puissent se glisser, l’esprit lui-même ne connaît pas son âge. 
Cet esprit qui est toujours la même chose. 
Merveilleux ! Merveilleux ! 
Lorsque vous avez cherché et trouvé enfin celui qui sera à jamais libre de la vieillesse : lui seul est ! 
La Terre Pure où l’on communie à la paix est ici et maintenant, ce n’est pas à distance des millions et des millions de lieues.


Lorsque Bankei annonça à ses disciples que sa mort était proche, ils lui ont demandé un poème d’adieu. 
Il répondit qu’il fallait écouter les sons de la vie quotidienne...


Extraits choisis tirés d'une page de Buddhachannel
Consulter également cette page, ainsi que celle-ci

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE BANKEI-ENSO.pt_



Quelqu'un demanda à Bankei :
« J'essaie de pratiquer le mieux possible, mais parfois, au lieu d'une progression, je sens une régression, que faire pour ne pas régresser ?


- Soyez dans l'esprit de non-naissance du Bouddha. Si vous y demeurez, il ne vous arrivera ni progression, ni regression. Au point de vue de la « non-naissance », vouloir progresser est déjà une régression vis-à-vis de la « non-naissance ».





_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Mar 17 Mar - 23:16

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE La-rou10

La Roue de la Vie entre les griffes de Mâra (le Satan/Ahriman des bouddhistes)






Au-delà de la prison des concepts.....


Innatalité... un mot qui court-circuite les vues d'Ahriman....



« Il faudrait que nous admettions peu à peu, dans nos langues modernes, un mot qui n'y figure pas encore. Tout le monde parle d'immortalité, mais il faudrait apprendre à parler d'innatalité. (...) Au moment où notre pensée se transforme en un "mot", même si ce mot n'est que pensé, et non dit, il se grave dans l'éther du monde. (...) Que le mot "immortalité" soit gravé dans l'éther du monde, les entités ahrimaniennes le supportent très bien, car ce mot se relie à la nouvelle Création qu'elles veulent inaugurer pour l'avenir. (...) Mais elles éprouvent une terrible frayeur lorsqu'elles trouvent inscrit dans l'éther du monde un mot tel que "préexistence" ou "innatalité". Ce mot les plonge dans les ténèbres; elles ne peuvent plus se déplacer. »




Rudolf Steiner





*********




Juste comme on verrait une bulle, juste comme on verrait un mirage, si une personne considère ainsi le monde, le Roi de la mort ne la verra pas.



Bouddha

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Mar 17 Mar - 23:46

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Matrix10





La prison des concepts

Prison de l'Espace-Temps





Écoute la profondeur de ma sagesse, ô homme, moi qui te parle d'un savoir caché aux hommes. J'ai voyagé très loin à travers l'ESPACE-TEMPS, jusqu'à la limite de l'espace de cette époque où j'ai trouvé une grande barrière qui empêche l'homme de quitter cette époque.

J'ai vu les Cerbères qui gardent cette barrière et qui attendent ceux qui veulent passer. Dans cette dimension où le temps n'existe pas, j'ai ressenti ces gardiens de notre époque.

Sache, ô homme, que l'Âme qui ose passer la Barrière peut être retenue par les Cerbères qui se cachent au delà du temps jusqu'au moment où les temps seront accomplis. Lorsque la conscience s'en ira il restera en arrière

Ces gardiens se déplacent toujours selon des lignes et des angles. Ils ne sont pas capables de se mouvoir dans des dimensions courbes.

Ils sont étranges et terribles ces gardiens de la Barrière. Ils peuvent traquer la conscience jusqu'aux limites de l'espace.

Ils peuvent te suivre jusque dans ton corps et poursuivre ton âme grâce à des angles et des droites.
C'est pourquoi seul le cercle te donnera la protection et te sauvera des griffes des GARDIENS DES ANGLES.
Il y a longtemps je me suis approché de la grande Barrière et sur des rivages où le temps n'existe pas, j'ai vu la forme sans forme des Cerbères de la Barrière.

Dissimulés dans le brouillard au delà de temps ils m'ont immédiatement sentis et se sont mis à ma poursuite afin d'engloutir mon âme en lançant leurs cris semblables à une cloche qui peut être entendue d'une dimension à l'autre.

Je me suis alors enfui pour revenir de la fin des temps mais ils m'ont poursuivi en se déplaçant selon des angles étranges et inconnus des hommes. J'ai volé en cercle pour revenir dans mon corps suivi de près par les dévoreurs qui se déplaçaient sur des lignes droites et des angles pour prendre mon âme.

Je suis revenu dans mon corps en faisant des cercles sans aucun angle. J'ai constitué une forme parfaite et ferme comme une sphère où j’ai protégé mon corps pendant que mes poursuivants se perdaient dans les cercles du temps.

C'est pourquoi, même lorsque je me déplace en dehors de mon corps, je fais toujours attention à ne pas me déplacer selon des angles, sinon mon âme pourrait ne jamais être libre.

Rappelle-toi que les Cerbères de la Barrière se déplacent toujours à l’angle et jamais dans les courbes de l'espace. En te déplaçant dans des mouvements circulaires tu pourras leur échapper puisqu'ils te poursuivront dans des angles.

Seul celui qui détient la grande LUMIÈRE peut espérer traverser la Grande Barrière et échapper aux Cerbères.

Seul l'illuminé peut se déplacer selon des courbes étranges et selon des angles qui vont dans des directions inconnus des hommes.

Écoute-moi bien, ô homme, avant de passer la Barrière et échapper aux gardiens il faut tout d'abord que tu intensifies ta lumière et que tu te rendes capable de traverser l'épreuve.

Il y a très longtemps je fus projeté hors de mon corps et j'ai voyagé librement dans l'immensité de l'éther pour encercler les angles qui maintiennent l'homme dans sa prison. Oui, ce sont ses croyances, ses petits dogmes, ses rigidités qui sont autant d'angles et de point de vue qui le maintiennent prisonnier alors que moi je circule librement en tournant librement autour des idées et des concepts.


À l'intérieur de toi se trouve L'ESPACE et LE TEMPS. Libère toi des entraves de l'obscurité. De la nuit, libère ton CORPS DE LUMIÈRE.


(...)


“Dis moi maître, qu'est-ce que le temps?”

Le maître me répondit:

“Sache, Ô Thoth, qu'au commencement il y avait le VIDE et le NÉANT. Un néant sans espace-temps. C'est alors qu'une PENSÉE SURGIT DE CE NÉANT, une pensée décisive et envahissante qui remplit ce VIDE.
Il n'y avait alors aucune matière; seulement une force, un mouvement, un vortex, une vibration provenant de cette pensée décisive qui remplissait le VIDE.”

J'ai alors demandé au maître:

“Cette pensée est-elle éternelle ?”

Le Gardien me répondit.

“Au commencement il y avait une pensée éternelle. Pour qu'une pensée soit éternelle le temps doit exister. C'est pourquoi LA LOI DU TEMPS se mit à grandir DÈS LE COMMENCEMENT, DANS CETTE PENSÉE DÉCISIVE.

Oui, le temps existe à travers l'espace. Il flotte dans un mouvement rythmique tranquille, dans un état immuable éternel. Le temps ne change pas, ce sont les choses qui changent dans le temps.
Le temps est la force qui garde les événements séparés, chacun à sa juste place.

Le temps ne bouge pas, c'est toi qui te déplaces à travers le temps, au fur et à mesure que ta conscience se déplace d’un événement à l'autre.

A travers le temps tu maintiens l'éternelle unité de ton existence.

Sache que même si à un moment dans le temps tu te sens fragmenté tu reste quand même UN à travers tous les temps.”

Comme la voix du Gardien s'estompait, j'ai poursuivis ma méditation sur le temps. Je savais que ses paroles portaient une grande sagesse et me donnaient une piste pour explorer les mystères du temps. J'ai souvent médité sur les paroles du Gardien et j'ai cherché à résoudre le Mystère du temps.

J'ai découvert que le temps se déplaçait en suivant des angles ou des directions étranges. Je savais que seules les courbes pouvaient me fournir la clef que je cherchais pour avoir accès à l'espace-temps.

J'ai découvert que la seule façon de me libérer du temps associé à ces mouvements angulaires était de me déplacer vers le haut et vers la droite dans un mouvement circulaire.





Les XV Tablettes de THOTH





http://bnam.fr/IMG/pdf/thoth.pdf

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Mar 17 Mar - 23:49






MATRIX : de l'autre côté de la Matrice...





Tu peux passer de l'autre côté de la matrice.
Là, il n'y a plus de temps.
Il n'y a plus d'espace.
Tout est paisible et tout est bienvenu.
Tout resplendit de la même lumière, de la même incandescence.
Tout est vu dans sa nature, dans sa réalité la plus fondamentale.
Tout baigne dans le même Silence.
Le grand silence du Témoin magnifique.
Et le silence en deçà du Témoin lui-même.
Un Silence qui Aime et conjure toute peur.
Tout baigne dans la même Joie, la pure joie d'Etre.
Juste là, immédiatement, tu peux passer de l'autre côté de la matrice...

En vérité, tu y es déjà.



*


Le Silence est le Grand Refuge, le Royaume.
Tu es l'espace entre les choses,
tu es le silence en deçà de tout,
la lumière libre de la personne.

Le Royaume du Silence est le Royaume du Réel,

des choses telles qu'elles sont, avant et malgré nos histoires.




*


Ne fais pas du Royaume un concept, il précède tout concept, toute brique de la matrice.
Ne fais pas du Royaume un nouvel objet de désir, de distraction et de lassitude.
Le Royaume est avant et malgré toute idée, toute pensée, toute brique de la matrice.
Voilà pourquoi le silence est le plus court chemin vers lui.
Et l'amour qui surgit du silence, aussi sûrement que le vrai du faux et la lumière de l'obscurité.



*


Depuis le Royaume, la souffrance est vue pour ce qu'elle est : pure illusion d'optique née de la matrice.
En somme, elle n'est d'aucun effet, est impossible et le fruit chimérique du jeu que tu as choisi.
Quand tu formules un doute quant à la matrice, tu formules un doute quant à la réalité de la peur, de la souffrance, quant à ta propre identité et celle des autres, quant à la réalité de ce monde.
Non que rien n'existe seulement, mais rien n'existe autrement qu'en imagination dans ce monde, soufflé par le rêve d'un Royaume que tu es entièrement.
Encore que ce Royaume n'est pas un objet,
mais le Sujet pur, mais un seul Verbe :

Être. Aimer.



*


Il n'y a plus d'autre, car il n'y a pas d'entité au-delà de la personne, au-delà de la matrice.
Mais tu te reconnais dans chaque élément de la matrice, chacun est toi sans distinction.
Le corps qui exprime la matrice n'est pas moins toi que celui de ton prochain, même s'il te semble voir et goûter la matrice par ses sens.
C'est une porte qui donne d'un côté sur la matrice et de l'autre au-delà d'elle, sur le Royaume.
Mais la matrice vue depuis le Royaume est encore le Royaume, son rêve fait de Lui, et tu n'as jamais quitté le Royaume qu'en illusion, qu'en apparence.
La peur fondamentale née de la croyance en la matrice, regarde-la bien en face avec les yeux du cœur, les yeux du Royaume, et tu verras que la mort est le spectre de la Vie, la Vie éternelle :

tu verras que la peur n'est que le fantôme de l'Amour.





Rodolphe Massé




http://dialogueaunevoix.blogspot.fr/2012/12/matrix-de-lautre-cote-de-la-matrice.html

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Jeu 26 Mar - 20:12




Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Douce-10




Vivre hors du temps...



Un jour, sur la route qui mène à la mer, un groupe d'enfants chantait, marchant sous les palmiers et les épais pithécolobiums, le regard attiré par un millier de choses. Ils paraissaient tellement heureux, remplis d'innocence et d'ignorance de ce monde. Une petite fille nous reconnut, s'avança en souriant et nous fîmes un bout de chemin ensemble, main dans la main. Aucun de nous ne dit un mot et, arrivés devant sa maison, elle salua et disparut à l'intérieur. Le monde et la famille la briseront, elle aura des enfants à son tour, pleurera sans doute sur leur compte et, dans ce monde de duplicité, ils seront détruits eux aussi. Ce jour-là, cependant, elle était heureuse et eût envie de partager son bonheur en donnant la main à quelqu'un.

Lorsque les pluies eurent cessé, retournant sur cette même route au moment où le couchant embrasait le ciel, nous avons dépassé un jeune homme portant un pot de terre où brûlait une flamme. Il était nu à l'exception d'un pagne fort propre qui lui serrait les reins et, derrière lui, deux hommes transportaient un cadavre. Tous trois étaient des brahmanes, lavés de frais et se tenant parfaitement droit. Je jeune homme portant le feu devait être le fils du défunt. Ils marchaient tous d'un bon pas. Le cadavre allait être incinéré sur quelque banc de sable retiré. Tout cela était d'une telle simplicité, au contraire des corbillards luxueux, noyés sous les gerbes de fleurs, suivis d'une longue file de voitures rutilantes ou de personnes endeuillées accompagnant le cercueil : que ce spectacle est donc empreint d'une sinistre noirceur. Il arrive aussi que l'on croise un cadavre, jeté à l'arrière d'une bicyclette et couvert comme le veut la décence, que l'on conduit jusqu'au fleuve sacré pour y être brûlé.

La mort est partout et nous ne savons pas vivre avec elle. Nous la tenons pour une chose ténébreuse et effrayante qu'il convient d'écarter, dont il ne faut pas parler. Qu'elle reste surtout bien loin, derrière la porte fermée. Mais elle est toujours présente. C'est dans la mort que réside la beauté de l'amour, mais nous ignorons et l'un et l'autre. La mort est douleur, l'amour est plaisir, et tous deux nous semblent inconciliables : on s'accroche à cette division, qui est génératrice de souffrance et d'angoisse. Cette division et cet inévitable conflit existent de toute éternité. La mort sera toujours présente chez ceux qui ne comprennent pas que l'observateur est l'observé, qu'expérimentateur et expérimenté ne font qu'un. C'est comme un vaste fleuve dans lequel l'homme se débat, avec tous ses biens matériels, sa vanité, ses douleurs et son savoir. A moins qu'il ne laisse au fond du fleuve tout ce qu'il a accumulé et nage jusqu'à la berge, la mort sera toujours devant sa porte, à l'attendre et le surveiller. Lorsqu'il quitte le fleuve, il n'y a pas de berge, la rive est le mot, l'observateur. Il a tout quitté, le fleuve comme la berge. Car le fleuve c'est le temps et les berges les pensées d'ordre temporel : le fleuve symbolise le mouvement du temps et la pensée participe de ce mouvement. Lorsque l'observateur laisse derrière lui tout ce qui le constitue, il n'y a plus d'observateur. Cela n'est pas la mort : c'est l'intemporalité. C'est un état inconnu, car la connaissance participe du temps. On ne peut en faire l'expérience : la récognition est d'ordre temporel. Se libérer du connu, c'est se libérer du temps. L'immortalité n'est pas le mot, le livre, l'image que l'on a associés. L'âme, le "moi", l'atman est le fruit de la pensée, elle-même produit du temps. Lorsque le temps est aboli, la mort l'est aussi. Ne demeure que l'amour.

Le ciel du couchant s'assombrissait uniformément et, juste au-dessus de l'horizon, la nouvelle lune se levait, fragile, émouvante et douce. Sur la route, tout semblait fugace : le mariage, la mort, le rire des enfants et les sanglots de l'adulte. Une étoile isolée scintillait près de la lune.





Krishnamurti, Journal





Qui est comme s’il n’avait et n’eût jamais été,  O seul délice, est purement devenu Dieu.



Maître Eckhart

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Jeu 23 Avr - 12:56




Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Lignes10





À la différence de l’espace, le temps est une dimension incontrôlable




Qu’on le veuille ou non, la flèche du temps semble dirigée invariablement vers le futur.

« Nous ne nous baignons jamais deux fois dans le même fleuve », précisait Héraclite.

Plus de deux millénaires se sont cependant écoulés depuis cette affirmation du philosophe grec. Aujourd’hui, à l’heure de la science atomique et de la conquête spatiale, notre regard sur le cosmos s’est radicalement transformé. Le temps, un fleuve imperturbable qui s’écoulerait uniformément du passé vers l’avenir ?
Non, répondent en choeur les adeptes de la mécanique quantique et de la relativité générale ; d’après les scientifiques, il s’agirait plutôt d’un torrent impétueux au débit variable qui tomberait par endroits en cascade et se transformerait sous d’autres latitudes en une rivière tranquille avant de reprendre une course effrénée dans une direction opposée !


En termes concrets, son irréversibilité ne serait qu’un leurre, un énième abus de nos sens.


On qualifie aujourd’hui le temps de quatrième dimension.


Lié aux trois dimensions de l’espace, « l’insaisissable » serait malléable, élastique et pourrait être distordu et même ralenti au voisinage des astres de forte gravité. D’aucuns parlent même d’une inversion de son cours ; le fleuve pourrait faire marche arrière !


Le passé ne serait pas mort et le futur existerait déjà (L’irréversibilité du temps serait une illusion de la nature) l’écoulement du temps serait le fruit d’une illusion.
Au niveau des particules et à l’échelle de l’Univers, le passé existerait encore et le futur serait déjà présent, ils coexisteraient dans un ailleurs indéterminé.


En d’autres termes, passé et futur seraient aussi réels que notre présent ; à la fois mariés et divorcés, ils camperaient dans une réalité encore inobservable.
L’image de l’océan bordé par deux rives continentales est ici assez parlante. Imaginez un paquebot reliant l’Amérique à l’Europe. Le navire en question représente alors le temps présent et les deux continents le passé et l’avenir. Ce n’est pas parce que notre bateau a quitté l’Amérique que celle-ci n’existe plus ; de la même façon, nous ne pouvons prétendreque l’Europe n’existe pas encore. Le « Vieux Continent » appartient à l’avenir pour les seuls passagers du paquebot. Un défi à la raison aux yeux de tout un chacun.


« En fait si vous avez un plan avec le passé comme point A et le futur comme point B, pour aller du point B vers le point A, sur ce plan, il faut courber le plan et ainsi passé et futur ne font plus qu’un.


Courbé, le temps se fait au travers d’un trou de ver ou vortex
je pense que passé et futur sont en fait coexistant et interfèrent en temps réel. Comme un fleuve, le passé serait un point le long de ce fleuve qui va dans un sens, mais rien n’empêche de remonter ce fleuve donc de retourner au point de départ …il est donc théoriquement en tous cas pas impossible de voyager de l’un vers l’autre. Cela expliquerait les artefacts retrouvé comme l’empreinte de chaussure fossilisée au temps des dinosaures et cette balle retrouvée dans le crane d’un mammouth.


Certains prétendent que le ovnis serait des voyageurs d’autres plans… Possible… En tous les cas une tentative de téléportation a réussi à Philadelphie et ce n’est pas un homme qui a été téléporté mais un navire de guerre avec tout son équipage et il y’a 60 ans de çà…! Autant dire que le film Stargate doit bien s’inspirer d’une réalité cachée, tellement c’est surprenant que les réalisateurs du films vous parlent de téléportation comme un fait acquis. Le cinéma est souvent précurseur des technologies que nous aurons dans les 20 ans à venir, cela ne sort pas de leur imagination, je n’y croit pas, depuis quand les réalisateurs sont plus visionnaire que les scientifiques … » Rusty James






Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source:


http://www.elishean.fr/

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Jeu 23 Avr - 13:09






L’ÉTERNITÉ A-T-ELLE UNE FIN ?




L’éternité a-t-elle une fin ?, est un documentaire (0h44) de la série Voyage dans l’espace-temps, qui s’interroge à savoir si le temps s’arrêtera un jour, si l’éternité durera toujours, si le futur peut refaçonner notre présent, et si le temps est une projection holographique. Les scientifiques diffèrent sur la question de la pérennité de l’Univers et du temps.






Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Eternite



L’éternité est un état censé être indépendant du temps et n’avoir donc ni début, ni fin. Par extension de sens, le mot est utilisé dans le langage courant pour désigner une quantité de temps infinie et généralement future. Dans un langage familier, on l’emploie pour exagérer quelque chose qui paraît interminable.


Eternité, durée éternelle, sans commencement, ni fin. Immortalité, qualité de ce qui est immortel, non sujet à la mort. Durée, période mesurable pendant laquelle se déroule une action, un phénomène. On peut douter que l’éternité soit une période mesurable, à moins de pousser la mesure jusqu’à l’infini, mais ces définitions ne font pas apparaître clairement la différence essentielle parce qu’elles ne connaissent pas la fin, et c’est surtout la fin qui intéresse les êtres humains lorsqu’ils les utilisent.


Passé, présent, futur, ces notions de temps et d’éternité sont d’immenses questions que les hommes se posent depuis la nuit des temps.


Le temps est relatif aux choses qui passent, comme celui des horloges qui est un temps astronomique, dépendant du déplacement de la Terre. C’est alors le temps de notre Système solaire. Le temps est donc relatif, car si l’on vivait par exemple sur Jupiter qui a une période de révolution sidérale de presque douze ans, nos montres ne seraient pas valables. Le temps est indépendant des phénomènes physiques. Avec nos montres, nous ne mesurons pas le temps, mais une durée.


Mais l’éternité, au sens où la prennent la plupart des philosophes, c’est tout autre chose. Ce n’est pas un temps infini, car alors il ne serait composé que de passé et d’avenir. C’est un présent qui reste présent, comme un perpétuel aujourd’hui, disait saint Augustin, et c’est le présent même, c’est en quoi, en effet, elle est éternelle. Il n’y a que l’éternité du il y a. Dans cette philosophie, Parménide et Héraclite, même combat.


L’éternité peut se penser de deux façons, qu’on peut formuler par commodité, selon les deux attributs de Spinoza, l’étendue et la pensée. Dans l’étendue, l’éternité ne fait qu’un avec le devenir, c’est le toujours présent du réel, être, c’est être maintenant. Dans la pensée, elle ne fait qu’un avec la vérité, c’est le toujours présent du vrai, car une vérité n’est jamais future ou passée, ce qui était vrai l’est encore, ce qui le sera l’est déjà. C’est là où le réel et le vrai, pour la pensée, se séparent. Ce qui était réel ne l’est plus, ce qui était vrai l’est toujours. Par exemple, la promenade que je fis hier, ce n’est plus réel, c’est toujours vrai. Ou celle que je ferai demain, ce n’est pas encore réel, c’est déjà vrai. On évitera pourtant d’absolutiser cette différence. Le réel et le vrai ne coïncident qu’au présent, toujours, pour tout réel donné, et nécessairement.


Ainsi, ces deux éternités n’en font qu’une. Le présent est le lieu de leur conjonction, le point de tangence du réel et du vrai. Le réel commande, le présent commande, puisqu’il n’y a rien d’autre, et c’est en quoi les deux attributs, au présent, ne font qu’un. Pluralité des attributs, dirait Spinoza, unicité de la substance ou de la nature. L’éternité n’est pas un autre monde, c’est la vérité de celui-ci.


La grande faiblesse de la théorie du Big Bang est de faire surgir toute la matière/rayonnement en un temps T, sans qu’on puisse déterminer, ni son lieu, ni son état antérieur. Tout se passe comme si la totalité de la matière universelle était issue du néant. Et avant ? Personnellement, je pense que c’est juste un évennement cosmique qui a donné notre Univers environnant, visible, et non L’Univers tout entier. Cette incohérence est dissimulée sous des artifices mathématiques par lesquels on parvient à contracter infiniment le temps, l’espace et la matière. La genèse universelle se présente sous la forme d’une singularité mathématique dont la critique ne peut s’effectuer qu’en lui opposant un autre modèle sans qu’on puisse débattre des hypothèses fondatrices, qui nécessairement, ne relèvent pas du champ des mathématiques.


Consécutivement, s’il apparaît logiquement impossible d’extraire quoique se soit d’un néant donné comme tel, c’est-à-dire l’absence absolue de l’être même, de l’espace aussi bien qu’un temps qui est celui de la matérialité, nous devons convenir qu’il ne pourait y avoir eu un temps et des procédures de création et que l’Univers a toujours été.


Si l’Univers a toujours été, s’il n’a jamais été créé, on doit le définir comme incréé et éternel. Selon l’argument ontologique traditionnel de Parménide : « Il est nécessaire de dire et de penser que l’être est, le non-être en revanche n’est pas. Tu ne saurais reconnaître ni énoncer le non-être. Il est en effet impossible que ceci soit prouvé de façon contraignante que le non- être est. Le non-être, le néant, peut représenter une catégorie formelle utile, mais elle ne peut recevoir aucun contenu de réalité. Il est donc impossible, logiquement, que du néant puisse s’extraire le moindre atome de matière. »


Chaque étant dispose d’une durée de vie qui est fixée par des lois physiques et physiologiques, et qui constitue son temps de vie. Cette durée peut se découper en périodes, de la jeunesse à la vieillesse, et on peut mesurer cette durée propre au moyen d’un instrument extérieur qui représentera une objectivité à laquelle pourront se rapporter toutes les durées, tous les rythmes. Cette durée, relative à la constitution d’un étant, est totalement indépendante, dans son principe, de la mesure. Le temps peut alors être relatif à telle ou telle conditions variables de la mesure, mais le temps objectif reste un étalon arbitraire et invariable nécessaire pour fonder initialement un point de référence. On ne saurait dès lors imaginer un étalon variant sans cesse.
Tout existant relevant de l’ordre minéral, végétal ou biologique, dispose d’une durée d’être qui est nécessairement limitée. Cela suppose toujours une origine et une fin, une émergence et disparition, une naissance et une mort. En conséquence, seul ce qui est créé entre dans le temps, la condition pour être est de disparaître, temps et être naissent et disparaissent simultanément.


Être et temps sont donc intriqués. Si l’être disparaissait, le temps aussi. Si l’Univers était réduit à la pure étendue de prématière amorphe, le temps n’aurait aucune signification et existence, mais le cycle du temps, lui, est éternel alors même qu’il ne doit s’incarner que dans des individualités temporelles.


Aristote disait : « Le temps est le nombre du mouvement selon l’avant et l’après. » Pour Platon, le temps est une image mobile de l’éternité immobile. Blaise Pascal : « Qui le pourra définir le temps, puisque tous les hommes conçoivent ce qu’on veut dire en parlant de temps, sans qu’on le désigne davantage ? Ces quelques phrases et citations définissent-elles le temps ? Non, elles sont tautologiques.



Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://www.elishean.fr/

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Jeu 23 Avr - 13:16


Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Maitres-du-temps-chapter-one-calibre-side-300x196



Ce que Vous Imaginez sur une Terre Imaginée dans un Espace et un Temps Imaginés.




Dieu a dit :




Pendant une minute quelqu’un est ici avec vous, puis la minute d’après, il est ailleurs. Bien sûr, tout cela n’est qu’une illusion, car ni l’espace ni le temps n’ont d’existence.


Vous êtes toujours, et chacun est toujours. EST. ÊTES. Il n’y a pas de temps passé. Pas de temps futur. Il n’y a pas de modalité temporelle! Ni de tôt, ni de tard, ni de jadis, ni de maintenant. Il y a l’être au présent et au singulier, non au pluriel, car l’être est Un et seulement Un, jamais seul, toujours plein. Pleine Unicité. Abondance. Présence.


Ce n’est pas que vous soyez entre deux lieux dans le temps ou dans l’espace. C’est comme si vous étiez néanmoins suspendu. Il n’y a pas de sol sous vos pieds, cependant vous êtes toujours immergés dans le Ciel. Il n’y a rien que l’Un, ou Nous (le Nous imaginé) pourrions appeler cela une sorte de Totalité suspensive. Il n’y a pas deux endroits. Il n’y pas d’endroit tout court. Il y a nulle part ce qui revient au même que partout. Pas de temps équivaut à Éternité. Pas d’espace équivaut à Infinité. L’espace et le temps sont les mêmes concepts inexistants. Les cinq sens partitionnent l’espace et le temps. Ils sont les émissaires des concepts inexistants nommés “temps” et “espace”. Les sens remplissent – pour ainsi dire – le temps et l’espace, mais le temps et l’espace, c’est du vent.


Il n’y a pas de vide, car il y a seulement de la plénitude. Il n’y a pas d’urgence, parce que le temps n’existe pas.


Vous êtes pris dans un tourbillon et nommez temps et espace ce qui n’est que du mouvement perçu. Le temps et l’espace sont une machination convenue du mental, un peu comme les nouveaux habits de l’Empereur (1).


Si vous deviez échapper au temps et à l’espace, vous présumez que vous passeriez de l’autre côté du miroir. Vous pensez qu’il pourrait y avoir une fin ultime à tout cela. Il n’y a pas de fin car vous êtes éternel. Il n’y a pas d’autre côté du miroir à traverser. Il n’y a pas de vide, et la plénitude peut seulement être la plénitude du néant. Entre temps, vous percevez un monde d’obscurité et de lumière, de soleil et d’ombre. Il n’y a pas de chose.


Ne vous méprenez pas. L’illusion peut être merveilleuse. Elle est merveilleuse. Seulement l’illusion ne dure pas. Basée sur vos suppositions, elle vous déçoit. Elle n’est pas fiable. Vous ne pouvez pas miser tous vos espoirs dessus.


Vous avez une fondation, mes bien-aimés, et Je suis cette fondation. Et Je suis vous. La vie éternelle existe. C’est pour toujours. Je suis Un avec vous, et vous avez Moi. Il n’y a jamais eu de temps où nous n’étions pas. Il n’y a jamais eu de temps. Nous nous sommes enlacés maintenant. Nous sommes ancrés dans un océan sans fin d’émerveillement et d’amour. Nous ne courons pas. Nous ne marchons pas. Nous SOMMES. JE SUIS.


Il vous était facile de ressentir que ce monde n’est pas pour vous. Il est pour vous, mes bien-aimés. C’est un lieu imaginé pour vous, pour que vous puissiez y jouer, y faire des tartes à la boue, pour en faire le tour, pour rouler dessus, sauter dessus, y gambader de long en large, comme s’il existait réellement. Et ainsi êtes-vous là, maintenant, ce vous imaginé sur une Terre imaginée dans un espace et un temps imaginés, comme si c’était toujours ainsi, ce que vous savez être faux, car vous quittez ce lieu imaginé.


Bien sûr, vous avez toujours été avec Moi et le serez toujours. Vous ne pouvez pas manquer d’espace car l’espace n’a jamais été. Vous ne pouvez plus manquer de temps car le temps n’est pas. L’existence est réelle. L’éternité et l’infinité, quelle qu’elles soient pour vous, sont réelles. Les mots qui décrivent ne sont pas réels. Ce sont des tentatives.


Rien n’est arrivé. Rien n’arrive. Votre apparence sur Terre est une fiction, et cependant la fiction sert à vous dépanner sur ce plan imaginaire dans lequel vous croyez vivre.



Traduit par : Jean-Christophe.



 Page originale :
http://www.heavenletters.org/this-imagined-you-on-imagined-earth-in-imag…

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Lun 30 Nov - 19:50





Il est essentiel de se tenir seul, sans engagement dans le mouvement de l’action, de l’expérience, car cela seul libère la conscience des entraves du temps




La plupart des gens refusent certaines choses faciles, superficielles ; certains vont loin dans leur refus, et il y a ceux qui refusent totalement. Le refus de certaines choses est relativement simple, l’église et ses dieux, l’autorité et le pouvoir de ceux qui la détiennent, l’homme politique et ses habitudes etc... On peut aller assez loin dans le refus des choses qui semblent avoir de l’importance telles que les relations mondaines, les absurdités de la société, la conception de la beauté telle qu’elle est établie par les critiques et ceux qui prétendent au savoir. On peut toutes les écarter et demeurer seul, non dans le sens d’isolement, de frustration, mais seul du fait d’une compréhension et, par suite d’un éloignement naturel, sans aucun sentiment de supériorité. Ce sont choses mortes, l’on n’a pas à y revenir.

Mais aller jusqu’au bout du refus est une tout autre affaire ; l’essence du refus est la liberté dans la solitude. Peu s’aventurent aussi loin, écartant tout refuge, toute formule, toute idée, tout symbole, pour être nus, sans brûlure, et lucides.

Mais combien ce refus est nécessaire ; refuser sans rien rechercher, sans l’amertume de l’expérience, ni l’espoir du savoir. Refuser et rester seul, sans lendemain, sans avenir. Le bouleversement du refus est nudité. Il est essentiel de se tenir seul, sans engagement aucun dans le mouvement de l’action, de l’expérience, car cela seul libère la conscience des entraves du temps. Toute forme d’influence est comprise et refusée, ne laissant point la pensée passer dans le temps. Le refus du temps est l’essence de l’intemporalité.



KRISHNAMURTI

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Sam 12 Mar - 12:36

Le temps n’existe pas!



Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Temps-n-existe-pas








Le temps n’existe pas – Il n’a jamais existé et n’existera jamais
  
Le temps continue à s’écouler dans l’avenir, mais s’il n’existait pas réellement? Tout dans l’univers à ce moment précis et le temps n’existe pas, du moins selon la théorie quantique. L’idée que le temps s’écoule est en fait assez absurde.
Bien sûr, nous avons accepté le temps comme une réalité jusqu’à il y a 100 ans quand Einstein a décidé de tout remettre en question avec sa théorie de la relativité. Maintenant, ce concept est remis en question, et pour une bonne raison.


« On constate que le temps disparaît de l’équation Wheeler-DeWitt », explique Carlo Rovelli, physicien à l’Université de la Méditerranée de Marseille. « C’est un problème qui laisse perplexes de nombreux théoriciens. Ils se peut que la meilleure façon de penser à la réalité quantique soit en abandonnant la notion du temps car la description fondamentale de l’univers doit être intemporelle. »


« Si vous essayez de mettre la main sur le temps, il vous file toujours entre les doigts, » dit Julian Barbour. « Les gens sont sûrs que le temps existe, mais ils ne peuvent pas mettre la main dessus. J’ai l’impression qu’ils ne peuvent pas mettre la main dessus parce que celui-ci n’existe pas du tout. »


Barbour a voulu réconcilier la relativité d’Einstein avec la mécanique quantique, ceci en utilisant l’équation de Wheeler-DeWitt (1967) où le paramètre temps n’intervient pas. Qu’a donc imaginé Barbour à partir de ce constat? Voilà ce qu’il nous dit:
« L’univers n’a pas besoin du temps. Les objets sont là d’abord et le temps en est déduit après coup.


L’ensemble du temps existe dans des tranches d’espace. Notre passé est un autre monde ou une autre configuration possible de l’univers. C’est un autre « Maintenant ».


L’instant n’est pas le temps, le temps est dans l’instant.


Il n’y a pas de passé unique en mécanique quantique et si l’on veut réconcilier la relativité d’Einstein avec la mécanique quantique, on s’aperçoit que le paramètre temps n’existe pas.


Au niveau de réalité le plus profond, il n’y a pas de temps, ce qui compte c’est la façon dont les objets interagissent dans des arrêts sur image d’espace.


Ma vision de l’univers, c’est une collection d’instantanés richement structurés. Ils ne sont pas en communication les uns avec les autres. Ce sont des mondes à eux seuls.


Notre cerveau assemble ces arrêts sur image et les repasse dans notre esprit de la même manière que des photographies passées à 24 images par seconde font que vous avez l’impression que les images que vous voyez en ce moment sont en mouvement.


Mais rien ne bouge.


Ce qu’on appelle le temps est une illusion. L’univers quantique est statique. Rien ne change. Tous ces instantanés de l’univers existent simultanément. »


CARLO ROVELLI  : « Il faut oublier le temps »


Entretien Du comportement des particules élémentaires à l’évolution des galaxies, peut-on décrire le monde sans invoquer le temps ? C’est possible, et c’est même une nécessité aux yeux de Carlo Rovelli. Selon ce théoricien, il faut revoir notre conception du temps.


LA RECHERCHE : Dans un article intitulé « Forget time »,vous affirmez que le temps n’existe pas : qu’entendez-vous par là ?


CARLO ROVELLI : Je veux dire qu’au niveau le plus fondamental nous n’avons pas besoin de ce paramètre pour décrire le monde qui nous entoure. Le cadre théorique que je propose permet de ne pas l’utiliser : c’est celui de la gravité quantique à boucles. Cette théorie cherche à concilier la relativité générale qui explique les lois de la physique à très grande échelle et la mécanique quantique qui, elle, explique le comportement de l’infiniment petit. Ce n’est pas la première théorie capable de se passer du temps. Car l’idée, en soi, est ancienne. En effet, on peut tout à fait interpréter le formalisme mathématique de la mécanique classique newtonienne sans jamais considérer le temps comme une variable particulière. En réalité, ce paramètre existe au même titre que d’autres variables, comme la valeur du champ électrique, ou la position de la Lune, par exemple. Et ce sont des relations entre toutes ces variables que donne la théorie classique. On peut ainsi tout formuler sans attribuer au temps un caractère spécial. Cette idée a donc été avancée bien avant la relativité générale.


Qu’apporte sur ce sujet la relativité générale ?


C.R. : Elle change complètement la donne. Ce qui était seulement une possibilité avec la mécanique classique devient une nécessité : en relativité générale, il n’y a pas « un » temps physique, car chaque objet possède son temps propre. C’est-à-dire que chaque objet décrit une trajectoire dans l’espace-temps. Et c’est la géométrie de cet espace qui définit son temps propre. Celui-ci ne s’écoule donc pas de la même façon si l’objet se trouve à l’intérieur de la galaxie ou en dehors. Ce temps n’a plus rien à voir avec le temps de Newton. Ce dernier peut être vu comme une grande horloge extérieure à l’Univers dont les aiguilles indiquent un même temps absolu pour tout le monde. Alors qu’en relativité générale le temps n’est pas externe à la théorie puisqu’il dépend de la géométrie, par conséquent du champ gravitationnel dans lequel on se trouve. Il s’agit là d’un tout autre temps que celui de la physique usuelle.
Et le problème se corse encore quand on cherche à prendre en compte la mécanique quantique.


  
C.R. : En effet ! et cela de façon considérable puisqu’à l’échelle où la mécanique quantique devient importante pour l’espace-temps, au-dessous de la longueur de Planck 10-33 centimètre, les trajectoires n’existent plus ! Les particules élémentaires ne suivent plus des trajectoires mais des superpositions de différentes positions. On ne peut même plus utiliser les temps propres ! Aucune variable n’est une bonne horloge au-dessous de la longueur de Planck. Pour expliquer toutes les échelles, c’est assez contre-intuitif, mais le monde réel doit être une superposition d’états quantiques. Il n’y aurait pas un temps dans lequel les choses passent, mais des superpositions de temps propres différents. Cette fois encore, écrire les équations fondamentales de la physique sans faire référence à la variable temps n’est plus une simple possibilité mais une nécessité.


Alors, peut-on se passer du temps, aujourd’hui ?


C.R. : Plusieurs étapes ont été franchies. On a d’abord montré que formuler la relativité générale dans ce langage sans temps était possible. Aujourd’hui, on cherche à le faire pour la gravité quantique. Le formalisme existe. La gravité quantique à boucles en est un exemple. Elle prédit des relations entre variables physiques qui permettent de décrire l’évolution du monde, sans recourir au temps. Mais nous n’avons pas encore de théorie complète crédible.


Concrètement, comment cette théorie sans temps rend-elle compte des changements ? Comment décrit-elle notamment le mouvement des planètes ?


C.R. : Classiquement, pour décrire le mouvement des planètes du système solaire, j’utilise une horloge. À chaque instant indiqué par mon horloge, la théorie me donne la position de chacune des planètes. Maintenant, je jette l’horloge : la théorie sans temps m’indique pour chaque position du Soleil où se trouve Vénus, où est Mercure, où est Jupiter, etc. Au final, je décris le même mouvement. À un niveau fondamental, cette variable temps au statut si particulier n’existe donc pas.
C’est ce qui vous fait dire que le temps, tel qu’on le conçoit comme variable particulière, est un « truc » inventé par Newton ?


C.R. : Pour expliquer cela, j’aime bien raconter comment Galilée a découvert que le pendule était une bonne horloge. La légende dit que, dans l’église de Pise, observant un grand chandelier suspendu osciller lentement, il a compté le nombre de ses battements cardiaques entre chaque oscillation. Comme c’était toujours la même, il en a conclu que le pendule est une bonne façon de mesurer le temps. Depuis, la plupart des horloges utilisent un pendule : dans une horloge mécanique il y a un petit pendule qui oscille, dans une horloge atomique, c’est un atome qui oscille. Et aujourd’hui, on mesure le pouls grâce à une horloge. En réalité, que mesurait Galilée ? La durée de l’oscillation par rapport à son pouls. Finalement, on ne mesure jamais le temps mais une variable par rapport à une autre ! L’idée de Newton a été d’imaginer une variable temps, que l’on ne mesure pas, mais par rapport à laquelle on décrit toutes les équations. Le mouvement du pendule, etc. Toute la physique utilise ce « truc ». Or, quand on cherche à allier la relativité générale à la mécanique quantique, ce truc ne marche plus, et on ne peut plus prétendre qu’une variable gouverne la danse de toutes les autres.




Soit ! on peut tout repenser sans temps ! Mais comment expliquer notre expérience quotidienne du temps ?


C.R. : On peut comparer ce problème à celui de la couleur. À la Renaissance, on a compris que la couleur n’était pas une propriété fondamentale de la matière. Mais, même si les atomes n’ont pas de couleur, il fallait bien expliquer pourquoi nos yeux la perçoivent. Autrement dit, il fallait retrouver dans la matière qui n’a pas de couleur, ce qui lui donne la couleur. Dans le cas du temps, nous devons comprendre dans quelles conditions il apparaît et ce qui nous donne cette expérience du temps.
Mais redisons-le, ce n’est pas pour autant une propriété fondamentale.
Comment fait-on émerger le temps d’une théorie sans temps ?


C.R. : C’est une question ouverte. Avec le mathématicien français Alain Connes, nous avons proposé l’idée d’un temps thermique. Nous tentions, chacun de notre côté, de comprendre le temps en s’intéressant plutôt à sa nature thermodynamique que mécanique. En thermodynamique, on fait des statistiques. La chaleur correspond à de l’agitation thermique, on ne connaît pas le mouvement individuel des atomes mais on donne une description moyenne. Quand je dis « La tasse de thé est chaude », je parle seulement de la température mais pas du mouvement de chacune des molécules. En appliquant cette approche, nous avons mis en équation une formule précise qui donne un état statistique duquel on peut dériver une variable temporelle. En fait, pour nous, le temps est un effet de notre ignorance du détail. Si nous connaissions précisément chaque variable, la position exacte microscopique de chaque atome par exemple, il n’y aurait pas de statistique, et donc pas de temps.


Si on reprend l’analogie avec les molécules de thé, là que regarde-t-on ?


C.R. : Tout système thermique est décrit avec un état statistique, une distribution de probabilité sur toutes les configurations microscopiques. Cet état permet de calculer une variable temporelle. C’est la variable par rapport à laquelle le système est en équilibre. L’idée est que nous sommes des systèmes thermiques. Et, en tant que tels, nous avons naturellement une idée de temps qui nous est associée. Et, chaque fois qu’il y a un système en équilibre, il y a un temps. Il y a une direction privilégiée par rapport à laquelle on est en équilibre.


Retrouve-t-on ainsi la flèche du temps, le fait qu’il ne s’écoule que dans une direction ?


C.R. : Oui, d’une certaine façon. C’est l’équilibre qui détermine un temps. Nous vivons dans un monde qui est proche d’un état d’équilibre. On peut le penser comme un passage d’un état d’équilibre à l’autre. On peut donc décrire un temps qui possède toutes les propriétés thermodynamiques : son entropie * augmente, et lui confère une direction privilégiée avec les caractéristiques du temps que nous connaissons. On comprend ainsi pourquoi dans notre monde existe cette variable si particulière qu’est le temps. Et une horloge est un objet mécanique correctement synchronisé avec ce temps.


Comment vos idées sont-elles accueillies ?


C.R. : Les réactions sont variées. Mais parmi les théoriciens, beaucoup reconnaissent qu’il faut changer en profondeur notre façon de voir le temps. C’est le cas du physicien américain, Edward Witten, une sommité en théorie des cordes. Et lors d’un colloque récent à Genève, le Prix Nobel David Gross, « cordiste » également, en appelait aussi à une révision de notre conception du temps. Certains adhèrent au fait que le temps n’existe pas au niveau fondamental. D’autres récusent cette idée, à l’instar de mon ami Lee Smolin, avec qui nous avons élaboré la gravité quantique à boucles. De plus, comme il n’existe pas encore de théorie de gravité quantique complète, les avis divergent sur la façon concrète de modifier notre vision du temps. Quant au temps thermique, c’est une idée très particulière que très peu de gens partagent. Rares sont ceux qui y travaillent, et les autres la regardent comme une idée étrange. La difficulté est de parvenir à la faire fructifier, pour les convaincre.


Par Propos recueillis par Hélène Le Meur


Qu’en pensez-vous ? Le temps est-il réel ?
Physique Quantique : L’Esprit Noble De La Perception Humaine [ Documentaire Science ]
 
Vidéo en français:
 



 
Vidéo en anglais
L’espace et le temps ont une connexion secrète
 





Vous pouvez afficher les sous-titres choisir en français. Appuyez sur lecture puis allez dans options sous-titres « oui » , puis traduire automatiquement puis en français

 
http://www.espritsciencemetaphysiques.com

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Dim 4 Sep - 18:06




Le temps est ce qui empêche la lumière de nous atteindre. Il n'existe pas de plus grand obstacle à trouver Dieu que le temps.



Maître Eckhart



_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par debbie le Jeu 6 Oct - 10:45

bonjour archange .


je suis véritablement agréablement stupéfaite de tant et tant de textes issus du temps et de l' éternité , mon domaine privilégié !!!


merci grandement a toi archange pour ces informations se révélant indispensables voire nécessaires , pour qui s' interroge sur la durée et également , sur l' existentialisme .


voici , a ma petite échelle , une pensée , également sur l' éternité .
elle n' est pas de moi , mais extraite de l' encyclopédie imago mundi ( cosmovision ) sur dieu .


" l' éternité est la conséquence de l' immutabilité . le temps est la mesure du changement . il n' y a pas de temps en dieu , parce qu' il n' a pas de succession . il n' y a en lui ni passé , ni avenir , mais un seul présent qui embrasse tout son étre dans sa simplicité immuable ."

je te suis reconnaissante , archange , d' avoir prit soin d' ouvrir un topic tel que celui ci .
je reviendrais avec grande joie ici meme !

excellente continuation archange .
a trés bientot et belle journée .
amitié oursagora .
debbie
debbie

Messages : 1874
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 60
Localisation : avec vous

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Archange le Lun 10 Oct - 12:28

Merci pour cette citation oursagora, oui c'est vraiment le thème central, car "le temps est l'ennemi de l'homme" (Krishnamurti) et le "plus grand obstacle" pour trouver Dieu (maître Eckhart) autrement dit pourquoi l'homme fait toujours fausse route et choisit l'engrenage du temps au lieu de rejoindre la Source ? Quelle est l'origine de ce bug persistant ? L'homme est parasité !

https://portail-initiation.forumgratuit.org/t136-reptiliens-petits-gris-flyers-demons-archontes-et-compagnie-le-sujet-des-sujets-les-forces-noires-qui-entravent-l-humanite

(voir notamment les récits extraits des ouvrages de Castaneda...)


Comme le dit Krishamurti "Etre est plus important que devenir" et la douleur ne cessera tant que résidera la moindre parcelle de devenir, de désir. "La mort de la pensée c'est la vie éternelle"...


J'aime bien lire et relire le petit ouvrage "La voix du silence" d'Helena Blavatsky




"Lutte avec tes pensées impures avant qu'elles ne le dominent. Agis
avec elles comme elles le feraient avec toi, si tu les ménages, qu'elles
prennent racine et poussent, sache-le bien, ces pensées te terrasseront et te
tueront. [11] Prends garde, disciple, ne souffre même pas que leur ombre
t'approche, car, croissant en grandeur et en force, cette chose de ténèbres,
absorbera ton être avant que tu aies bien pu te rendre compte de la sombre
présence du monstre immonde. "



http://miroir.urobore.net/share/hpb/voix_du_silence.pdf

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par debbie le Lun 10 Oct - 13:15

bonjour archange .

je suis d' accord avec le raisonnement de blavatsky .
je découvre poca poca krishnamurti .

merci de t' y référer archange .
tu peux visiter l' encyclopédie gratuite imago mundi ou
cosmovisions .
tu vas sur la page a " rechercher " .

et selon ton inspiration , tu tapes ta recherche .
apparaitra une liste .

excellentes découvertes , donc , archange !!!

a trés bientot .
amitié oursagora .
debbie
debbie

Messages : 1874
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 60
Localisation : avec vous

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Graal le Jeu 13 Oct - 11:44

A mon  avis, il doit être compliqué et difficile pour beaucoup de connaître cet aspect du  temps qu'on nomme Eternité car celui-ci  s'expérimente dans l'Eveil et parmi son Plan Divin et dans sa propre dimension.

Avant de recevoir des Enseignements spirituels avec ce temps d'Eternité, j'ai du recevoir d'autres Enseignements Spirituels par l'Esprit du temps qui est un Être Céleste dont on lui donne pour nom en ésotérisme Métatron.
Par exemple, l'Archée Métatron nous emmène dans le temps pour enseigner le temps. On vit cela dans les Célestes Cieux puis le Seigneur nous transmet des Noms dans le chakra du coeur qui sont en liaison aussi avec ce temps d'Eternité puisqu'il se nomme ainsi traduit dans la traduction la plus précise "Au Commencement, Je Suis, Eternel ou éternité."
Ainsi pour connaître cette Connaissance de l'Eternité, j'ai du suivre des parcours parmi les Plans de l'Esprit en 2009 en décorporation, on le vit avec son êtreté en expansion qui s'étends vers l'infini et parmi l'Incommensurable du Divin Père Céleste,avec amour...
Plus haut encore cette Eternité se connaît parmi le Grand Eveillé ou le Saint-Esprit mais uniquement avec son éveil en expansion et sans un autre corps spirituel...


Dernière édition par Graal le Jeu 13 Oct - 12:10, édité 1 fois

_________________
Quand tu tentes de faire un pas en avant dans la connaissance des vérités occultes, fais en même temps trois pas pour perfectionner ton caractère en vue du bien.Rudolf Steiner.
 Le Passage en Lumière
http://fr.calameo.com/read/003732895aa7f749804fa

Voyages Astraux Mystiques
http://fr.calameo.com/read/003732895fa83e0a6e038
Graal
Graal

Messages : 103
Date d'inscription : 04/05/2013
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par debbie le Jeu 13 Oct - 12:04

cher graal , bonjour .

c' est trés beau ce que tu as écris .
tu m' enseignes de merveilleuses choses spirituelles .
je t' en suis reconnaissante , graal .

puisses tu vivre éternellement , graal................
a trés bientot .
belle journée a toi .

amitié toujours oursagora .
debbie
debbie

Messages : 1874
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 60
Localisation : avec vous

Revenir en haut Aller en bas

Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE Empty Re: Textes et citations sur le TEMPS et l'ETERNITE

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum