Le Portail de l'Initiation
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Nourrir 9,5 milliards de personnes en 2050 : les solutions du ministère de l’Agriculture (OGM)…

Aller en bas

Nourrir 9,5 milliards de personnes en 2050 : les solutions du ministère de l’Agriculture (OGM)…  Empty Nourrir 9,5 milliards de personnes en 2050 : les solutions du ministère de l’Agriculture (OGM)…

Message par Archange le Lun 23 Fév - 20:03




Nourrir 9,5 milliards de personnes en 2050 : les solutions du ministère de l’Agriculture…


Nourrir 9,5 milliards de personnes en 2050 : les solutions du ministère de l’Agriculture (OGM)…  Nature11



Oui, il sera possible de nourrir 9,5 milliards de personnes en 2050, estime le ministère de l’Agriculture dans un rapport. Mais pour y parvenir, il faudra notamment mieux gérer les terres et l’eau et probablement recourir aux OGM.

« Nous ne pourrons pas nourrir 9,5 milliards de personnes en 2050. » Telle la première des cinq idées reçues sur l’agriculture, l’alimentation et les forêts que le ministère de l’Agriculture entend « [passer] au crible des connaissances actuelles pour présenter un point de vue documenté ». Lerapport de 25 pages, daté de février 2014 et rédigé par le Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER), conclut que « nous disposons des techniques et des ressources naturelles nécessaires pour nourrir 9,5 milliards de personnes en 2050″.

Il est « inexact » de dire qu’il sera impossible de nourrir 9,5 milliards de personnes en 2050, estime le ministère de l’Agriculture……..[….]

…/…

Décalage entre lieux de production et de consommation

Se basant notamment sur les travaux de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le CGAAER estime que « le monde produit suffisamment de nourriture pour alimenter douze milliards de personnes ». Néanmoins, compte tenu du gaspillage et des pertes de nourriture de la fourche à la fourchette, « il faudra produire plus » pour satisfaire les besoins alimentaires futurs. Plus précisément, « il faudra produire de façon plus régulière dans le temps, mieux répartie dans l’espace. Il faudra aussi consommer moins de ressources en s’attachant en particulier à gaspiller moins de nourriture »…….

.[…]

…/… Quant aux migrations, qualifiées de « voie d’adaptation de la demande de ceux qui ont faim dans les pays en développement à une offre pléthorique dans les pays développés », elle a constitué « de tous temps (…) le moyen le plus spontané de gérer ces difficultés »…..


Terres et eau en abondance.

Par ailleurs, il est aussi « inexact » de dire que nous allons manquer de terre. « Depuis 50 ans, la production agricole a été multipliée par un facteur compris entre 2,5 et 3″, explique le CGAAER, précisant que « l’augmentation des rendements et l’intensité culturale y ont contribué pour 85%, l’accroissement des surfaces agricoles pour 15% »…………

[…]
Les biotechnologies peuvent être utiles

Quant à savoir si les OGM sont nécessaire pour nourrir le monde de 2050, le ministère fait une réponse étrange : « qui sait ? ». En réalité, le rapport passe en revue les arguments des opposants et déploie un argumentaire favorable aux OGM. Les OGM présentent un risque pour la santé ? « Aujourd’hui, aucune étude scientifique sérieuse ne confirme ces craintes »……

[…]

…/…Les OGM sont néfastes pour la biodiversité ? C’est plutôt « l’utilisation efficace des herbicides mis en œuvre sans être liée directement aux OGM eux-mêmes » qui est en cause. Sans compter que « [la] diversité génétique [du riz cultivé au Népal] a augmenté grâce aux variétés nouvelles ayant incorporé des gènes différents inexistants dans les espèces locales ». Mieux encore, « le principal atout des OGM, (…) serait d’assurer un meilleur respect de l’environnement par une diminution de l’utilisation des pesticides », explique le CGAAER qui admet que l’idée est contestée mais passe sous silence les arguments de la contestation.

La dissémination de gènes par le pollen constitue un risque ? « En respectant quelques conditions (…) la coexistence des cultures non OGM avec des cultures OGM est possible », explique le rapport qui cite l’avis du Haut conseil des biotechnologies…….


[…]
Les agrocarburants ne concurrencent pas l’alimentation……
[…]
Lire l’article en totalité

Article de Serge Collet pour Actu-Environnement


Voir aussi:
Le climat, au coeur du Salon de l’Agriculture
De quelle manière l’agriculture contribue à la réduction de ces émissions ? L’agriculture doit également s’adapter aux évolutions du climat : accroissement des phénomènes climatiques extrêmes, stress hydrique…
Le secteur agricole au cœur des négociations climatiques
Climat : l’Académie des technologies alerte sur les enjeux des émissions de méthane
Politique climat : transport et agriculture pointés par la Cour des comptes
Tous les articles publiés sur le climat
Trente-cinq propositions pour sanctionner les crimes contre l’environnement
Lire notre article Les dangers de TAFTA, la preuve avec Bayer

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
Archange
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum