Faiseur de pluie, c’est tout un art

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Faiseur de pluie, c’est tout un art

Message par obsidienne le Mer 8 Oct - 21:32

MÉTÉOROLOGIE : Faiseur de pluie, c’est tout un art !

Pratiqué par des organismes publics et privés américains, l’ensemencement de nuages pourrait être une arme efficace et bon marché dans la lutte contre la sécheresse.

Arlen Huggins peut vérifier à n’importe quel moment s’il est capable de faire tomber la neige dans le Colorado.

Dans son vaste bureau ensoleillé à Reno, au Nevada, Huggins affiche quand il veut sur l’écran de son ordinateur des diagrammes montrant l’humidité relative, les températures, la direction et la vitesse du vent dans le domaine skiable de Winter Park, à l’ouest de Denver. Les graphiques indiquent également le débit et la température de flamme pour un générateur d’iodure d’argent installé près du sommet de la station, à 3 600 mètres d’altitude. Depuis son bureau, il peut contrôler le dispositif, qui a vocation à fabriquer de meilleurs nuages.

La modification météorologique est de nos jours l’une des pratiques environnementales les plus méconnues. Ce n’est pas un mythe, mais une méthode plutôt normalisée, utilisée depuis les années 1950. Le Desert Research Institute (DRI), où travaille Huggins et qui fait partie du système d’enseignement supérieur du Nevada, ensemence les nuages depuis les années 1960. Dans le cadre des deux programmes qu’il mène actuellement, l’un au Nevada, l’autre dans la partie californienne de la Sierra Nevada, le DRI compte un millier d’heures d’ensemencement à son actif jusqu’en février 2013, date de ma visite.

Le complexe se trouve au sommet d’une colline broussailleuse, dans les environs de Reno, au Nevada. Financés par l’Etat, par les services de l’eau et de l’irrigation, ainsi que par des organismes fédéraux, les chercheurs y travaillent sur les moyens d’augmenter le stock de neige qui alimente l’approvisionnement en eau du Nevada pour au moins 5 % et peut-être jusqu’à 15 %. Ces chiffres sont loin d’être négligeables, compte tenu des conditions météorologiques dans l’Ouest, qualifiées de “mégasécheresse” et de “catastrophe régionale”.
avatar
obsidienne

Messages : 3302
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faiseur de pluie, c’est tout un art

Message par obsidienne le Mer 8 Oct - 21:33

Produire de la neige

C’est en 1946 qu’un jeune chimiste de chez General Electric (GE), Bernard Vonnegut, a inventé l’ensemencement des nuages avec des aérosols à base d’iodure d’argent. Dans les années 1960, le Bureau of Reclamation, l’organisme fédéral chargé de la gestion des ressources en eau, a tenté de provoquer des précipitations au-dessus des réservoirs d’eau, dans le cadre du projet SkyWater. Durant la guerre du Vietnam, des missions aériennes de l’armée américaine dans le ciel laotien tentaient de rendre impraticable la piste Hô Chi Minh aux véhicules lourds nord-vietnamiens. Ce fut l’opération Popeye, qui a suscité une levée de boucliers dans le monde et a abouti à l’adoption d’un traité des Nations unies interdisant la modification météorologique à grande échelle en temps de guerre.

Aujourd’hui, les opérations d’ensemencement civiles se poursuivent dans de nombreux Etats de l’Ouest américain, financées principalement par les distributeurs d’eau, les producteurs d’hydroélectricité, les entreprises agricoles et les stations de ski. On a compté au moins 66 programmes en 2001, répartis sur 10 Etats. A l’heure actuelle, dans le Wyoming, l’Idaho, le Colorado, la Californie, l’Utah et le Nevada, les faiseurs de pluie sont sollicités pour accroître le stock de neige. Dans le Dakota du Nord, on ensemence les nuages pour obtenir des précipitations avant qu’ils ne donnent de la grêle, destructrice des récoltes. La Californie, le Nevada et l’Arizona contribuent financièrement aux projets d’ensemencement dans le bassin supérieur du fleuve Colorado, dans l’espoir d’améliorer leur approvisionnement en eau.

Jeff Tilley, le directeur de la modification météorologique au DRI, m’a fait visiter le générateur d’iodure d’argent de l’institut, sur la rive occidentale du lac Tahoe. “Cette technique va probablement devenir un outil de plus en plus important pour les gestionnaires de ressources aquatiques, dans un contexte de changement climatique à l’échelle planétaire, estime Tilley. A mesure que les zones touchées par la sécheresse s’étendent et que la population augmente dans les contrées arides, c’est une nouvelle solution très économique.”

Le générateur est installé près du sommet du Ward Peak, une montagne haute de 2 634 mètres qui se dresse entre le lac Tahoe et la piste du Pacific Crest. L’ensemble ressemble à un ventilateur d’extraction de restaurant. Le cube en métal vert, surmonté d’une cheminée noire construite à la va-vite, est flanqué d’un réservoir de propane de la taille d’une bonbonne de gaz domestique. Tom Swafford, le technicien de terrain du projet, sort une clé de sa poche et ouvre une petite porte sur la façade de l’engin. “Entrez”, me dit-il. Nous pénétrons, tête baissée, dans une pièce de la taille d’un lit de caravane. Swafford montre du doigt le panneau de contrôle, la liaison radio, la buse pour solution pressurisée, le compteur électronique. Tilley appelle Arlen Huggins sur son téléphone portable, au siège du DRI. “Nous sommes au générateur. Nous sommes prêts”, indique-t-il.

Quelques clics se font entendre, suivis d’un bruit sourd lorsque le générateur de flammes s’allume. Quelques instants plus tard, une fois le dispositif suffisamment chaud, un vrombissement s’élève et la solution d’iodure d’argent commence à s’écouler dans la boîte, où elle s’enflamme et jaillit dans le ciel. Nous sortons, mais il fait un temps sec et clair, aussi le panache n’est-il pas visible. Même quand il fait humide, précise Swafford, on peut à peine apercevoir les aérosols d’iodure d’argent se dirigeant vers les nuages.
avatar
obsidienne

Messages : 3302
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faiseur de pluie, c’est tout un art

Message par obsidienne le Mer 8 Oct - 21:34

Usines à eau

De temps à autre, le DRI reçoit des appels d’éleveurs courroucés dans l’est du Nevada qui accusent l’ensemencement dans la région du lac Tahoe de leur “voler” leurs pluies. “Ce que fait réellement cette solution, c’est renforcer la capacité d’un système nuageux à produire des précipitations, corrige-t-il. Elle ne favorise pas seulement une meilleure exploitation de l’eau contenue initialement dans le nuage ; elle aide également ce nuage à bien mieux utiliser la vapeur d’eau environnante.” C’est pourquoi les faiseurs de pluie rejettent l’étiquette qu’on leur a collée : ils ne sont pas capables de “faire de la pluie”. Mais ils peuvent améliorer l’efficacité du processus de précipitation.

Pour la plupart d’entre nous, les nuages constituent des réservoirs d’eau dans le ciel. Les physiciens néphologues (ou spécialistes des nuages), eux, les considèrent comme des usines. Ces boules cotonneuses sont les marqueurs visibles du processus par lequel l’atmosphère collecte la vapeur d’eau dans l’air, dans les étendues d’eau et même dans les pores des plantes, avant de la convertir en gouttelettes. Ces petites gouttes sont susceptibles de tomber sur le sol sous forme de pluie ou de neige. Mais la grande majorité d’entre elles se contentent de rester suspendues dans le ciel. Cela notamment parce qu’elles ont pour la plupart besoin de quelque chose à quoi s’accrocher – un noyau – et qui les alourdisse suffisamment pour les faire chuter.

Au-dessus d’une mer chaude, le sel contenu dans l’eau évaporée fait office de noyau, ce qui explique la quantité souvent importante de pluies tombant sur les régions proches du littoral. A l’intérieur des terres, les gouttelettes des nuages s’agrègent à la poussière, à la suie issue des incendies de forêt ou aux particules microscopiques provenant de la terre. Mais toutes les particules ne se valent pas pour la production de précipitations. Par exemple, celles liées à la pollution forment des nuages, mais elles sont généralement trop minuscules pour provoquer des précipitations. Ainsi, les énormes nuages qui flottent au-dessus du sous-continent indien pollué ne génèrent que rarement de la pluie. Une particule d’iodure d’argent représente le noyau idéal, probablement parce que sa structure cristalline ressemble à celle de la glace.



Cependant, d’aucuns craignent que ce composé ne pollue les nappes phréatiques lorsqu’il retombe sur terre avec les pluies. Selon Huggins, en laboratoire, les ions d’argent introduits dans des aquariums à alevins de truite se révèlent capables de s’agglutiner aux branchies des poissons, inhibant ainsi leur respiration. Mais, souligne le scientifique, ce phénomène ne surviendrait jamais avec l’ensemencement car les quantités d’iodure d’argent employées sont infimes. La concentration de fond maximale du métal dans la neige se situe entre 2 et 4 parts environ pour 1 000 milliards. Après ensemencement, elle serait de l’ordre de 20 à 30 parts pour 1 000 milliards. “Si l’on établit une moyenne pour l’ensemble du stock de neige, on arriverait à un niveau à peine supérieur à la concentration de fond.” Mais, même si l’iodure d’argent s’avérait complètement inoffensif et que de nouvelles études prouvent son efficacité, l’idée de modifier le temps fait toujours grincer des dents.

Le monde de la modification météorologique attend avec impatience les résultats d’une étude aléatoire en cours dans le Wyoming. D’une conception rigoureuse, le projet devrait, pense-t-on, conférer une crédibilité nouvelle à la discipline. Selon l’un des chercheurs participant au projet, ses collègues et lui devraient annoncer, avec 95 % de certitude, une augmentation de 10 % des précipitations grâce aux nuages ensemencés.

La météorologie est sans doute le phénomène le plus discuté, mais également le moins compris de la vie quotidienne. Ces deux caractéristiques sont d’ailleurs liées. Si nous parlons autant du temps, c’est parce que nous n’y pouvons rien. Et cela ne changera pas de sitôt.

“Il est faux de dire que nous sommes en mesure de contrôler la météo”, corrige Don Griffith, président de North American Weather Consultants, l’une des plus vieilles sociétés privées dans le secteur. Griffith voit ses affaires prospérer grâce à l’augmentation de la population et à la raréfaction de l’eau. Mais la modification météorologique ne constitue pas la panacée. “Elle ne représente que l’une des multiples solutions envisageables. Mais c’est en général l’une des moins coûteuses.” Ainsi, la construction et l’exploitation d’une usine de dessalement comme celle en cours d’installation dans le comté d’Orange, en Californie, coûte entre 1 000 et 2 000 dollars [entre 740 et 1 480 euros] pour 1 233 mètres cubes d’eau douce produite. Alors qu’un contrat typique d’ensemencement des nuages porte sur un même rendement pour 5 à 15 dollars, indique Griffith.

Nombre de clients de Griffith font appel à ses services lorsqu’ils sont déjà touchés par la sécheresse. C’est, pour reprendre ses termes, faire preuve d’“illogisme hydrologique”. Car, dans une telle situation, il risque de ne plus y avoir de nuages à ensemencer – ou alors ceux-ci peuvent ne pas être du type voulu. L’entrepreneur recommande un ensemencement annuel, les années humides comme les années sèches, pour développer l’approvisionnement.

Malgré son enthousiasme évident, il prend soin de modérer son propos. Par le passé, rappelle-t-il, un battage excessif s’est révélé contre-productif. Nul ne devrait sous-estimer la difficulté qu’il y a à intervenir sur la nature, que ce soit par l’intermédiaire de la modification météorologique, du contrôle des crues ou bien de la construction de barrages. Mais le temps est particulièrement délicat à manier. “L’atmosphère est tellement variable et complexe, reconnaît-il, qu’il nous reste beaucoup de mystères à percer.”

Contre la géo-ingénierie. C’est pourquoi, même si cela peut surprendre, les modificateurs météo ne se passionnent guère pour la géo-ingénierie, ou manipulation du climat terrestre. Aucun de mes interlocuteurs à la WMA ne se réclame de cette discipline. Après deux jours passés à m’informer sur les complexités de la modification météorologique, j’ai compris pourquoi : si de nombreux scientifiques utilisent la radiométrie, les générateurs au sol et les avions pour essayer de générer 10 % de neige supplémentaires, prétendre que l’on peut inverser le climat terrestre avec des aérosols réfléchissants ou des substances huileuses sur l’océan, c’est montrer une ignorance crasse.

J’ai interrogé Jeff Tilley, du Desert Research Institute, à propos de la géo-ingénierie. Il avoue redouter certaines conséquences potentielles de cette discipline. “Certains films de série B sur le sujet exagèrent énormément, commente-t-il, mais ils mettent en évidence la possibilité d’utiliser [la géo-ingénierie] comme une arme. Ça nous fait horriblement peur, à nous qui faisons de la modification météo, parce que nous ne voulons pas mettre en œuvre cette application, ni voir quelqu’un d’autre le faire.” Et de poursuivre : “Je me suis intéressé en premier lieu à la météo et aux applications de modification parce que je voulais aider les gens.”

—Ginger Strand
Publié le 11 septembre
http://www.courrierinternational.com/article/2013/10/18/faiseur-de-pluie-c-est-tout-un-art?page=all
avatar
obsidienne

Messages : 3302
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faiseur de pluie, c’est tout un art

Message par obsidienne le Mer 8 Oct - 21:38

avatar
obsidienne

Messages : 3302
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faiseur de pluie, c’est tout un art

Message par obsidienne le Mer 8 Oct - 21:45

Un article de 2010 : la Russie céde au charme du contrôle météorologique !

L'ensemencement de nuages les jours de fête est devenu une routine.
Se maintenir près d'une trappe ouverte dans un avion militaire russe en vol est délicat.
D'autant plus lorsque votre job est d'ensemencer les nuages, en versant à la pelle des produits chimiques à l'extérieur pour provoquer la pluie.

Ces nuages ensemencés ne sont pas faits pour Moscou, où des millions de gens apprécient les belles vacances ensoleillées. Et où les invités à un mariage peuvent danser sous un ciel bleu.

Certains pourraient penser que le contrôle de la météo ressemble un peu à de la science-fiction.

Mais ce n'est pas l'avis du pilote militaire Alexandre Akimenkov .

Pendant des années, il a ensemencé des nuages au moment des vacances. Il dit que les russes utilisent deux méthodes pour tenter de repousser la pluie au loin .
«Soit il y a une machine spéciale qui projette de l'iodure d'argent, de la glace sèche ou du ciment dans les nuages, soit une trappe s'ouvre et un gars ensemence manuellement les nuages à l'aide d'une pelle » explique-t-il.

«Dès que les produits chimiques atteignent le nuage, un trou apparaît. Il grandit de plus en plus et soit il pleut juste là, sinon, si les nuages ne sont pas très denses, ils se dispersent sans précipitation. »

Dr Nina Zaitseva, académie des sciences russes. « Je ne pense pas qu'il y aura de bons résultats – les substances sèches ne peuvent réagir de manière notable avec des particules de glace. »
avatar
obsidienne

Messages : 3302
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faiseur de pluie, c’est tout un art

Message par obsidienne le Mer 8 Oct - 21:48

Le gouvernement russe utilise des méthodes de prévention de la pluie depuis l'époque des Soviets, ensemençant les nuages pour des célébrations importantes trois fois par an – le jour de la Victoire, la Journée de la Ville et plus récemment le Jour de la Russie.

Il existe également des sociétés privées qui pour 6000$ de l'heure annoncent garantir le soleil le jour de votre mariage ou pour n'importe quelle réunion privée.



Comment fonctionne l'ensemencement des nuages :

1. L'iodure d'argent est projeté dans le nuage par des fusées ou à partir du sol.

2. Les gouttelettes d'eau se fixent alors sur ces particules.

3. Elles tombent comme de la neige si la température est proche du gel ou en gouttes de pluie s'il fait plus chaud.

4. La chaleur libérée quand les gouttelettes gèlent augmente les courants d'air ascendants, qui retiennent plus d'air humide dans le nuage.
avatar
obsidienne

Messages : 3302
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faiseur de pluie, c’est tout un art

Message par obsidienne le Mer 8 Oct - 21:49

En dépit de l'usage de cette technique d'ensemencement des nuages, de nombreux scientifiques restent sceptiques quant à son efficacité.

De nombreux écologistes sont d'accord sur le fait que ces techniques, qui sont également utilisées dans d'autres nombreux pays à des fins d'irrigation, ne présentent pas une sérieuse menace pour l'environnement ou la santé des gens, car le temps d'influence réelle sur les nuages est très court.

Mais quand le maire de Moscou Yuri Luzhkov suggéra que cette technique pouvait éloigner la neige hivernale de la capitale – et donc économiser plus de 10 millions de dollars en frais de déneigement – beaucoup pensèrent que les autorités de la ville allaient un peu trop loin.

Même si l'idée peut paraître séduisante aux conducteurs moscovites, lassés des perpétuels embouteillages - particulièrement désagréables par temps de neige – elle a suscité des inquiétudes parmi les écologistes de la région.

« Les millions de tonnes de neige détournées de Moscou vont créer le chaos dans les régions où on va l'obliger à tomber, menaçant même l'effondrement des ponts et des toitures. » dit Alexei Yablokov, un écologiste de premier plan en Russie, ancien conseiller en écologie de Boris Eltsine.

Par ailleurs une absence de neige à Moscou causerait de nombreux problèmes dans la capitale même, dit-il.

« Pourquoi en avons-nous besoin ? La neige sur le sol aide les racines des arbres à survivre en période de grands froids. Sans neige, de nombreux végétaux, arbres et arbustes mourront. »

« La neige nettoie aussi l'atmosphère de manière très efficace. S'il n'y a rien pour la nettoyer, c'est la mort pour de nombreuses personnes, il y aura des dizaines, voire des centaines de morts supplémentaires » explique-t-il.

Préoccupations sans fondement

Mais Valery Stasenko, du service fédéral d'hydrométéorologie et de surveillance de l'environnement (Roshydromet) considère ces préoccupations comme sans fondement.

« Il est stupide de dire qu'il n'y aura pas de neige à Moscou. S'il y en a 5 centimètres, c'est bien, mais la limite est atteinte dès que tout le trafic s'arrête » dit-il, ajoutant que l'objectif d'ensemencement hivernal des nuages ne serait pas de se débarrasser de la neige, mais de la contrôler afin qu'elle ne dépasse pas cette limite maximale. »

Les avions ne sortiront qu'occasionnellement, dit M. Stasenko, pour éviter les chutes de neige importantes qui tombent en moyenne trois ou quatre fois par mois. Il en coûtera ainsi beaucoup moins que d'utiliser des chasse-neige qui sont sortis presque tous les jours pendant l'hiver.
avatar
obsidienne

Messages : 3302
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faiseur de pluie, c’est tout un art

Message par obsidienne le Mer 8 Oct - 21:50

« En plus l'idée du maire de Moscou n'est pas venue de nulle part, elle est basée sur des faits. Au début des années 80, à l'époque des Soviets, il existait un service spécial pour limiter les chutes de neige sur Moscou. Il a été stoppé pendant la perestroika (réformes de Gorbachev) quand l'argent est devenu rare, » dit M. Stasenko.

« Huit ou dix avions devaient repérer les nuages les plus chargés en précipitations et les bombarder de produits chimiques solides ».
« Toute la vapeur d'eau de l'atmosphère ne se transforme pas en précipitations, et pour que la neige tombe, la vapeur d'eau doit se concentrer d'abord en cristaux de glace. Nous faisions ainsi tomber la neige avant qu'elle ne parvienne à Moscou et cela a réduit la quantité de neige dans la capitale de 20, 30 et parfois 40%. »

Menace écologique

Même si cet hiver est fini et que la neige de Moscou va bientôt disparaître naturellement, les scientifiques de l'Observatoire Central d'Aérologie du Roshydromet ont travaillé pendant des mois à découvrir des techniques pour améliorer l'ensemencement hivernal des nuages.

Ils ont refusé d'expliquer l'essentiel de leur travail. Et ce secret soulève d'importantes préoccupations environnementales, affirme Nina Zaitseva, une spécialiste du climat, appartenant à l'Académie des Sciences russe au département des Sciences de la Terre. Elle estime que même avec un ensemencement des nuages de pluie, la chance et le hasard jouent un grand rôle.

Son scepticisme porte sur la recherche en cours et sur la capacité passée ou présente d'ensemencer efficacement les nuages d'hiver.

« Je ne pense pas qu'il y aura de bons résultats – les substances sèches sont incapables d'avoir une réaction notable sur les particules de glace. Mais s'ils décident d'ensemencer les nuages avec un liquide, ils devraient d'abord et avant tout penser aux conséquences écologiques. » a déclaré le Dr Zaitseva.

Quelle que soit la décision finale des autorités moscovites sur l'ensemencement des nuages de neige, la Russie reste l'un des rares pays où le contrôle du temps se fait avec quelque chose de plus qu'un canon anti-grêle et une lutte contre la sécheresse.

Donc si vous voulez visiter Moscou et que vous n'aimez pas la pluie, allez-y pour vos vacances l'un des trois jours sans précipitations.

Et si vous voulez vous assurer qu'il n'y aura pas de pluie le jour de votre mariage, ça pourrait sûrement être chose possible.

http://actu-chemtrails.over-blog.com/article-la-russie-cede-au-charme-du-controle-meteorologique-55363194.html
avatar
obsidienne

Messages : 3302
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faiseur de pluie, c’est tout un art

Message par obsidienne le Sam 11 Oct - 18:59

avatar
obsidienne

Messages : 3302
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faiseur de pluie, c’est tout un art

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum