La méditation et ses effets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La méditation et ses effets

Message par obsidienne le Dim 18 Mai - 0:13

La méditation modifie durablement le fonctionnement du cerveau


Selon une étude américaine, la pratique régulière de la méditation modifie l’activité de l’amygdale (en rouge ci-dessus), cette zone du cerveau notamment impliquée dans la peur, le stress et d’anxiété. Crédits : Life Science Databases(LSDB)
Une étude américaine montre que la pratique régulière de la méditation modifie de façon durable le fonctionnement du cerveau.

S’engager dans une pratique régulière de la méditation modifie durablement le fonctionnement du cerveau, selon une étude menée par par des chercheurs de l’Hôpital Général du Massachusets (Boston, Etats-Unis), et publiée le 1er novembre 2012 dans la revue Frontiers in Human Neuroscience.

Si les neurologues savaient depuis longtemps que le cerveau d’une personne en train de méditer a un fonctionnement différent de celui habituel, cette étude vient aujourd’hui montrer que la méditation peut aussi engendrer des modifications neuronales durables, c’est-à-dire subsistant après l’activité de méditation proprement dite.

Plus encore, ces modifications durables semblent pouvoir apparaître assez rapidement. En effet, l’étude menée par les chercheurs de l’Hôpital Général du Massachusets a porté sur des individus initialement novices en matière de pratique méditative, et qui ont suivi des cours de méditation sur une durée de 8 semaines seulement.
Le fonctionnement de l‘amygdale modifié


Plus précisément, qu’ont découvert les chercheurs ? Ils ont constaté une modification dans le fonctionnement de l’amygdale, une zone du cerveau associée au traitement des émotions, et plus particulièrement impliquée dans les émotions telles que la peur, l’aversion et l’anxiété.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont formé deux groupes de volontaires, lesquels ont tous deux suivi des cours de méditation pendant huit semaines. Mais alors que les cours suivis par le premier groupe étaient consacrés à une méditation orientée vers le développement de la conscience de soi (appelée « méditation de pleine conscience », cette technique consiste à se concentrer sur un phénomène physiologique propre, comme sa respiration, en ramenant à chaque fois ses pensées vers la conscience de ce phénomène), les cours suivis par le deuxième groupe étaient plutôt orientés vers l’aptitude à faire émerger le sentiment de compassion pour autrui.

Au terme de ces huit semaines, 12 volontaires au sein de chacun de ces deux groupes ont été exposés à une série de 216 photographies, dont certaines véhiculaient des émotions positives (joie, sérénité, etc.), d’autres des émotions neutres, et d’autres enfin des émotions négatives (souffrance, peur, dégoût, etc.). Pendant le défilement des photographies, l’activité cérébrale des volontaires était analysée via imagerie à résonance magnétique fonctionnelle, une technologie qui permet de cartographier les variations d’activité du cerveau au cours du temps.
Une moindre sensibilité émotionnelle aux stimulations extérieures


Résultat ? Chez les volontaires qui avaient suivi des cours de méditation orientée vers le développement de la conscience de soi (la méditation dite de « pleine conscience »), l’activité de l’amygdale était sensiblement diminuée pour tous les types de photographies, traduisant donc un abaissement de la réponse émotionnelle aux photographies visionnées. D’une certaine manière, les volontaires de ce groupe étaient devenus émotionnellement « moins sensibles » aux stimulations de leur environnement.

Quant aux volontaires qui avaient pratiqué une méditation orientée vers le sentiment de compassion, le résultat a été là aussi un abaissement de l’activité de l’amygdale, mais uniquement pour les photos à contenu émotionnel positif et neutre. En revanche, pour les photos à contenu émotionnel négatif, comme par exemple le visage d’une personne en train de souffrir, les chercheurs ont observé une augmentation de l’activité de l’amygdale. Selon les chercheurs, ce phénomène est la conséquence directe du développement du sentiment de compassion induit par le type spécifique de méditation auquel ils avaient participé.

Si la pérennité des changements cérébraux induits par la méditation, pointés par cette étude, constitue à l’évidence un résultat important, il faut toutefois noter qu’une étude précédente avait déjà trouvé des résultats allant dans cette direction. Cette étude, publiée en janvier 2011 dans la revue Psychiatry Research Neuroimaging, avait déjà montré que la pratique régulière de la méditation avait pour effet de diminuer la quantité de matière grise présente dans l’amygdale (la matière grise est constituée de neurones, en opposition à la matière blanche qui est constituée de fibres nerveuses).

Ces travaux, publiés sous le titre « Mindfulness practice leads to increases in regional brain gray matter density », avaient également pointé une augmentation de la production de matière grise dans la partie gauche de l’hippocampe, une zone du cerveau connu pour son implication dans les mécanismes de la mémoire, mais aussi dans le développement de la conscience de soi, le sentiment de compassion, et l’introspection.


Source : http://www.cielterrefc.fr/tag/meditation/
avatar
obsidienne

Messages : 3362
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La méditation et ses effets

Message par obsidienne le Dim 18 Mai - 0:21

La méditation et le cerveau.

Souce : http://www.news-medical.net/news/20140515/6990/French.aspx

La Méditation est plus que juste une voie de calmer nos pensées et niveaux de stress plus bas : notre cerveau traite plus de pensées et de sensations pendant la méditation que quand vous détendez simplement, une coalition des chercheurs de Norvège et l'Australie a trouvé.

Mindfulness. Zen. Acem. Mise en tambour de Méditation. Chakra. Méditation Bouddhiste et transcendantale. Il y a des voies innombrables de méditer, mais le but derrière eux tous les restes fondamentalement les mêmes : plus de paix, moins de stress, meilleure concentration, conscience de soi plus grand et un meilleur traitement des pensées et des sensations.

Mais que de ces techniques un pauvre pauvre diable stressé devrait-il choisir ? Que la recherche fait-elle disent-elles ? Très peu - au moins jusqu'ici.

Une équipe de recherche à l'Université Polytechnique Norvégienne (NTNU), à l'Université d'Oslo et à l'Université de Sydney travaille maintenant pour déterminer comment les travaux de cerveau pendant différents genres de méditation. Leurs résultats plus récents ont été publiés au tourillon « Frontières en Neurologie Humaine ».

Différentes techniques de méditation peuvent être divisées réellement en deux Groupes principaux. Un type est méditation de concentration, où l'attention méditante de foyers de personne sur sa respiration ou sur des pensées particulières, et ce faisant, supprime d'autres pensées.

L'autre type peut être méditation nondirective appelée, où la personne qui médite sans effort se concentre sur sa respiration ou sur un son de méditation, mais au delà de celui on permet à l'l'esprit d'errer pendant qu'il satisfait. Quelques méthodes modernes de méditation sont de ce genre nondirective.

« Personne ne sait les travaux de cerveau quand vous méditez. C'est pourquoi Je voudrais l'étudier, » dit Jian Xu, qui est un médecin à l'Hôpital de St Olavs à Trondheim, en Norvège et un chercheur au Service de la Circulation et à l'Imagerie Médicale à NTNU.

Quatorze personnes qui ont eu une vaste expérience avec la méditation Norvégienne d'Acem de technique ont été examinées dans une machine d'IRM. En plus de poser simple, ils ont entrepris deux activités mentales différentes de méditation, méditation nondirective et une tâche plus de concentration de méditation.

L'équipe de recherche a voulu examiner les gens qui ont été utilisés à la méditation parce qu'elle a signifié moins malentendus au sujet de ce que les sujets devraient réellement faire tandis qu'ils s'étendent dans la machine d'IRM.

La méditation de Nondirective a mené à plus de forte activité que pendant le reste dans la partie du cerveau consacré à traiter des pensées et des sensations liées auto. Quand les sujets d'expérience ont exécuté la méditation de concentration, l'activité dans la présente partie du cerveau était presque identique que quand ils posaient juste.

« J'ai été étonné que l'activité du cerveau était la plus grande quand les pensées de la personne ont erré librement toutes seules, plutôt que quand le cerveau a fonctionné pour être orienté plus fortement, » a dit Xu. « Quand les sujets arrêtés faisant une tâche particulière et ne faisaient réellement rien spécial, il y avait une augmentation d'activité dans la région du cerveau où nous traitons des pensées et des sensations. Elle est décrite comme genre de réseau posant. Et c'était cette zone qui était la plus en activité pendant la méditation nondirective. »

« L'étude indique que la méditation nondirective tient compte pour que plus de chambre traite des souvenirs et des émotions que pendant la méditation concentrée, » dit Svend Davanger, un neurologiste à l'Université d'Oslo, et co-auteur de l'étude.

« Cette région du cerveau a son plus de forte activité quand nous posons. Elle représente un genre de système d'exploitation de base, un réseau posant qui succède quand les tâches externes n'exigent pas notre attention. Il est remarquable qu'une tâche mentale aiment des résultats nondirective de méditation dans encore plus de forte activité dans ce réseau que le reste régulier, » dit Davanger.

La Majeure Partie de l'équipe de recherche derrière l'étude ne pratique pas la méditation, bien que trois fassent : Les Professeurs Sont Holen et Øyvind Ellingsen de NTNU et Professeur Svend Davanger de l'Université d'Oslo.

La méditation d'Acem est une technique cette des chutes sous la catégorie de la méditation nondirective. Davanger croit que la bonne recherche dépend de avoir une équipe qui peut combiner l'expérience personnelle avec la méditation avec une attitude critique envers des résultats.

La « Méditation est une activité qui est pratiquée par des millions de gens. Il est important que nous découvrions comment ceci fonctionne réellement. Ces dernières années il y a eu une hausse forte de recherche internationale sur la méditation. Plusieurs universités prestigieuses aux USA dépensent beaucoup d'argent pour rechercher dans le domaine. Ainsi Je pense qu'il est important que nous soyons également en activité, » dit Davanger.
avatar
obsidienne

Messages : 3362
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La méditation et ses effets

Message par Archange le Lun 19 Mai - 19:40

Même mon médecin me parle de méditation lol

Méditer devrait être appris dès le plus jeune âge, une mesure d'hygiène quotidienne élémentaire pour l'esprit!

Le monde serait tellement différent si chacun savait se relaxer profondément et méditer...

Dans le silence on se régénère, alors que la continuité de l'esprit routinier et mécanique conduit au dépérissement...

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2694
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La méditation et ses effets

Message par obsidienne le Lun 19 Mai - 21:11

Le matérialisme est un monde de compétition et c'est bien pour ça qu'il finira par la lutte de tous contre tous....  les égos contre les égos !

Ceux qui veulent apprendre l'esprit parce que déjà ils reconnaissent que l'esprit précède la matière déjà apprenne à mieux se connaitre et la 1ère chose qu'on fait c'est de rentrer en soi de se retirer du monde extérieur pour découvrir son monde intérieur .....

l'anthroposophie est l'étude de l'être humain et avant Steiner personne n'avait tenté de commencer par ça. Probablement que Steiner avait cette mission en ce début de matérialisme ! 
La médecine que nous connaissons l'occidentale est séparative de l'humain.  Cela en faisant de la médecine une diversité de professions pour chaque partie du corps humain.  Il serait bon de revenir au temps ancien et de voir l'humain comme un !  Déjà pour celui qui entreprend de se considérer comme un tout il est difficile de le concevoir ....  de prendre conscience des 4 corps cités par steiner et d'apprendre à les connaitre ...  en effet c'est une exercice qui prend des années et Steiner n'a pas donner le mode d'emploi puisque c'est chacun qui doit découvrir son individualité et découvrir ses limites humaines comme on peut se découvrir des dons qui nous diffèrent les uns des autres.

Quand Steiner disait qu'il fallait ouvrir une voix au karma par l'échange de karma je pense qu'il voulait dire qu'il s'agissait d'entraide d'humain à humain mais je reconnais que le niveau d'échange est d'un haut degré d'amour et que sur terre c'est difficile à appliquer quand bien même il est bénéfique de s'y lancer pour en récolter les fruits.  D'acquérir une certaine sérénité face à la vie.

Et la méditation dans tout ça me parait bien égoiste mais toutefois une thérapie une petite étape vers le laché prise du monde matérialiste   Une ouverture de conscience vers la liberté de la pensée !  Sachant que la pensée est la seule chose qui ouvre sur la liberté !  
avatar
obsidienne

Messages : 3362
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La méditation et ses effets

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum