Karma et Dharma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Karma et Dharma

Message par Admin le Lun 28 Avr - 13:47





Karma et Dharma



Le karma est une action physique gouvernée par la Loi de Rétribution ou Loi de Cause et d’effet (ou encore causalité éthique). Il correspond aux effets engendrés par à la somme des "bonnes" et "mauvaises" actions réalisées par un être humain au cours de l’incarnation présente et d’incarnations passées. Il est motivé par le désir personnel.


Le Karma peut se définir comme la force engendrée par un centre humain et qui agit sur le monde extérieur : la réaction engendrée par le monde extérieur et agissant sur ce centre humain peut être appelée influence karmique : le résultat visible de cette influence, dans des conditions appropriées, peut être appelé fruit karmique.
Some Thoughts on the Gita p 53.


Le karma est de trois sortes :

1. Sanchita karma

2. Prarabdha karma

3. Agami karma

"Sanchita karma comprend tous les mérites et démérites accumulés dans la précédente et toutes les vies antérieures. La partie de Sanchita karma destinée à influencer la vie humaine dans une incarnation donnée ou la présente, s'appelle Prarabaha. La troisième sorte de karma est le résultat des mérites ou démérites des actes présents. Agami s'étend à toutes vos paroles, vos pensées, vos actes. Ce que vous pensez, ce que vous dites, ce que vous faites, ainsi que les résultats de vos pensées, paroles et actes, sur vous-mêmes, et sur ceux que cela peut affecter, tombe dans la catégorie du karma présent, qui ne manquera pas de faire pencher la balance de votre vie vers le bien ou le mal dans votre futur développement". – The Theosophist. Vol. X p 235.


Le karma peut prendre effet au cours de la même incarnation ou d’une incarnation à la précédente.


Quand un individu commence la descente sur l’arc involutif, c’est-à-dire quand il est en conscience de masse, le karma est faible. Ceci car le mental n’étant pas développé, l’individu est comme un enfant inconscient de ses actes. Il ne possède pas les notions de bien et de mal. Au fur et à mesure qu’il poursuit ses incarnations et qu’il passe par diverses expériences, il construit son corps émotionnel puis son corps mental, accumulant par la même du karma.

Entre deux incarnations, le bilan est dressé puis l’individu revient en incarnation poussé par son karma. Lorsque l’individu devient un aspirant, il commence à épurer son karma, à s'en libérer. Cette libération sera effective au moment de la 4ème initiation. Par l’accomplissement du devoir sous la forme du service, le disciple comprend la nature de la Loi de Cause à effet et cesse donc de se créer du karma.

Toute l’histoire du karma est contenue dans les signes de la Balance et du Capricorne gouvernés par Saturne R3, la planète du karma et de l’intelligence créatrice.


Dans certaines limites, l'homme est véritablement "l'artisan de sa destinée", et peut entreprendre une action qui produira des effets dont il reconnaîtra qu'ils dépendent de son activité dans tel ou tel domaine. Il répète, sur une échelle miniature, ce que fait le Logos sur une échelle plus vaste ; il devient donc ainsi l'arbitre de sa destinée, le producteur de son propre drame, l'architecte de sa propre maison et l'instigateur de ses propres affaires. Bien qu'il soit le point de rencontre de forces sur lesquelles il n'a aucun contrôle, il peut cependant utiliser ces forces, les circonstances et l'environnement et, s'il le désire, les faire servir ses propres fins. Traité sur le Feu Cosmique p 678.

Il existe évidemment un karma personnel, mais aussi un karma national et un kamra planétaire, voire au-delà.

Les différents karmas dans l’évolution de l’homme :

Sur le Sentier, l'homme est englobé dans le karma du groupe qu'il a choisi dans son karma individuel, et dans le karma de ceux avec lesquels il a cherché à s'associer à cause de leur communauté de dessein spirituel. (…)

Plus tard encore, on est confronté avec le karma dans les trois mondes ; on en triomphe et on le dénie. Simultanément, l'individu ajoute au karma qu'il a déjà expérimenté celui qui se rapporte à la mise en branle de causes provenant de ses efforts pour servir le monde. L'homme partage alors la responsabilité karmique de la Hiérarchie elle-même.

Il faut ajouter les stades ci-dessous au Karma de Rétribution bien connu, avec lequel les disciples sont déjà familiers :
 
1. Karma collectif élémentaire de l'homme primitif.

2. Karma individuel de l'homme conscient de sa propre évolution.

3. Karma relié à la vie de disciple.

4. Karma hiérarchique.

Il faudrait encore y ajouter le karma national et racial, ainsi que le karma d'éducation que tous les disciples attirent sur eux lorsqu'ils cherchent à entrer dans un Ashram pour se préparer aux initiations.

Il existe également un Karma de Récompense, s'opposant à celui de Rétribution. On oublie fréquemment ce type de karma, mais on le connaîtra mieux dans le prochain cycle mondial. L'humanité s'est débarrassée de beaucoup de mauvais karma. Quant au karma basé sur des causes dont l'initiative ne sera prise que plus tard, il n'engendrera pas d'effets aussi désastreux que celui du passé. En dépit de ce que pensent les hommes, tout karma n'est pas mauvais. Il est nécessaire qu'une grande partie en soit punitive et attristante en raison de l'ignorance de l'humanité et de son stade inférieur de développement.

Lorsque la rétribution karmique devient sévère et terrible, comme dans le cas de la guerre mondiale, elle dénote que l'humanité en est arrivée à un point où les conséquences peuvent en être réparties dans une large mesure et avec justice.

Le karma ne comporte que très peu de souffrances lorsqu'il est dû à l'ignorance conduisant à l'irresponsabilité et à un manque total de réflexion. Le sens de véritable culpabilité n'est alors guère attaché aux événements. Il peut exister des conditions infortunées et des circonstances affligeantes, mais l'aptitude à y réagir par une souffrance proportionnée fait défaut. Il faudrait se le rappeler.

(…)

Le karma se manifeste dans les courants d'énergie et de substance primordiale qui affluent dans le monde créé, y compris les trois mondes inférieurs où travaillent les Pitris lunaires et les essences élémentales de toutes les formes. Ce karma primordial, si l'on peut ainsi l'appeler, contribue à l'existence des maladies. Dans les livres antiques auxquels les Maîtres ont accès, il est dit que le monde est construit d'une substance déjà souillée par le karma d'un système solaire antérieur.

Il est évident que les courants de force émanant des Seigneurs des Sept Rayons sont colorés, donc "infectés" – si je peux me permettre un tel mot – par les limitations de ces mêmes Grands Etres. De notre point de vue, Ils sont des Dieux, mais en réalité des Dieux en formation, bien qu'ils soient plus proches de la divinité solaire que les êtres humains les plus évolués ne sont proches de la divinité planétaire. Ils sont les "Dieux imparfaits" dont parle La Doctrine Secrète, et sont les Logos planétaires des planètes sacrées et non sacrées. Si les grandes Vies qui animent les planètes à l'intérieur de notre système solaire sont imparfaites, il faut bien que l'effet de cette imperfection se fasse sentir dans Leurs créations planétaires, qui sont Leurs corps de manifestation. Cela y introduit une condition karmique sur laquelle les êtres humains individuels ne possèdent absolument aucun contrôle, mais au sein de laquelle ils se meuvent et à laquelle ils participent.

Guérison Esotérique p 228-230.



Karma et guerre (ou événements mondiaux) :


je voudrais souligner en même temps que l'attitude de nombreux étudiants qui participent [16@444] eux-mêmes inévitablement au déroulement des événements mondiaux, et qui pensent que parce que "telle est la Loi, tel est le Karma des peuples et des nations, et telle est leur destinée prédéterminée", est loin d'être juste. Ils croient – quelquefois sincèrement – que tout ce qu'il faut faire est simplement d'attendre les événements tels qu'ils se produiront et de permettre ainsi au karma et à la destinée de s'accomplir d'eux-mêmes. Alors, et seulement alors, tout sera bien. Mais ils oublient que le karma s'accomplit proportionnellement à la forme sur laquelle il agit et que là où se trouve une condition statique et une attitude d'attente paisible, le processus karmique se déroule lentement ; il s'ensuit que la vie à l'intérieur de la forme se trouve privée de l'expérience de l'éveil forcé qui était nécessaire ; il s'en suit inévitablement une répétition du processus jusqu'à ce que l'heure vienne où une réponse active est évoquée. Ceci conduit à un raidissement contre les apparentes exigences karmiques et provoque la libération. C'est seulement par la résistance au mal (dans cette période mondiale et pendant ce kali-yuga, comme les instructeurs orientaux l'appellent, c'est une attitude fondamentale) que le karma peut être épuisé. La loi de la matière gouverne encore les trois mondes de l'expérience humaine et le "feu par friction" doit brûler ce qui voile le rayonnement croissant du feu solaire. C'est la reconnaissance du "feu solaire" tel qu'il apparaît, au travers d'un idéalisme transcendant et lumineux, à l'idéaliste borné, et son refus simultané de collaborer durant cette période de nécessité karmique qui prolongent la situation difficile et cruelle et qui ont pour effet de le plonger dans un mirage trompeur et épais. La vision simpliste des problèmes mondiaux qui consiste à tout ramener à l'équation matérielle provient de l'acceptation d'un dualisme essentiel à l'arrière-plan du film des événements mondiaux. Je recommande cette pensée à tous les étudiants, en leur suggérant de fonder leur optimisme sur une vision à longue échéance, confirmée par les Cieux et corroborée par l'activité des étoiles, et par-là d'acquérir la certitude de la fin de la tragique situation actuelle.

Traité sur les 7 Rayons Vol. III.



Le KARMA est imposé à l'âme de l'entité par le moyen de la matière ou substance (qui est colorée par lui) et que cette matière ou substance est intelligente, et composée d'essence dévique.

Karma Cosmique – Imposé au Logos solaire à partir de l'espace extra-systémique.

Karma Systémique – La réalisation par le Logos d'effets engendrés dans des Kalpas antérieurs et qui influencent son corps actuel.

Karma Planétaire – Le karma individuel d'un Homme Céleste qui est aussi différent de celui d'un autre Homme Céleste que le karma des différents membres de la famille humaine.

Karma de Globe – La destinée individuelle de l'entité qui est un centre du corps de la Vie animant une chaîne.

Les cinq existences énumérées ci-dessus, qui sont assujetties au karma, sont toutes des Seigneurs solaires de Lumière. Bien des kalpas se sont écoulés depuis qu'ils ont atteint l'intelligence et sont passés par le règne humain.

Karma de Plan – Il est inextricablement mêlé au karma du Logos planétaire et à celui du Seigneur Raja ; il dépend de l'interaction entre ces deux pôles opposés – l'aspect masculin et l'aspect féminin du Divin Hermaphrodite.

Karma de sous-plan – C'est la destinée de certaines entités mineures, se manifestant par ces sous-plans.

Dans ces deux types de karma, nous avons ce que l'on pourrait appeler le "Karma des Hiérarchies" tel qu'il est apparu depuis la manifestation du système solaire. C'est le résultat du passé du système, et pas tellement le résultat d'effets engendrés dans des systèmes solaires antérieurs.

Karma d'une Chaîne – Il est lié à la vie et à l'expérience de l'entité qui est l'âme de la chaîne, et un centre du corps de l'Homme Céleste – de la même manière qu'un Homme Céleste dans son schéma est un centre du corps du Logos solaire.

Karma des règnes de la nature, tels que nous les connaissons sur notre planète :

a. Le règne minéral.

b. Le règne végétal.

c. Le règne animal.

C'est nécessairement le karma des différents Seigneurs lunaires qui sont l'âme de ces règnes, et qui exécutent leurs desseins par leur intermédiaire. Notons que nous avons examiné le karma cosmique, solaire et lunaire. C'est dans ce dernier que réside le mystère de la Lune et de sa place dans le schéma planétaire.

Karma de la Hiérarchie Humaine, dans ses sept groupes, et karma des monades individuelles. Ceci est à lui seul un sujet vaste et complexe, qui peut être divisé, pour le cycle particulier du globe Terre, en :

a. Karma mondial (les sept races-racines).

b. Karma racial, ou destinée et dessein de chaque race-racine.

c. Karma de sous-race, car chaque sous-race doit exécuter sa propre destinée.

e. Karma familial.

f. Karma individuel.

Toutes ces différentes sortes de karma sont mêlées et interdépendantes, de façon inconcevable et inextricable pour l'homme ; même les adeptes ne peuvent démêler ce mystère au-delà des groupes qui leur sont affiliés, tandis que les Chohans des degrés supérieurs travaillent avec le karma de groupes plus importants (qui sont des agrégats de groupes mineurs).

d. Karma national.

Traité sur le Feu Cosmique p 397 à 400.


Karma et réincarnation :

La Loi du Karma, dans la mesure où elle affecte le principe de réincarnation, se présente sous les trois aspects de Dettes Karmiques, de Nécessités Karmiques, et de Transformation Karmique.

1. La Loi des Dettes Karmiques régit la vie dans les trois mondes de l'évolution humaine et prend définitivement fin à la quatrième initiation.

2. La Loi des Nécessités Karmiques régit la vie des disciples évolués et des initiés depuis l'époque de la deuxième initiation jusqu'à une certaine initiation plus élevée que la quatrième. Ces initiations leur permettent d'aborder le Chemin de l'Evolution Supérieure.

3. La Loi de Transformation Karmique est une expression mystérieuse régissant les processus à subir sur le Chemin Supérieur. Ceux-ci rendent l'initié apte à s'évader complètement du plan physique cosmique et à fonctionner sur le plan mental cosmique. Ils concernent la possibilité de rendre des êtres, tels que Sanat Kumara et Ses Associés de la Chambre du Conseil à Shamballa, libres de la contrainte du désir cosmique lequel se manifeste sur notre plan physique cosmique sous l'aspect de volonté spirituelle.

Guérison Esotérique p 318-319.


Le karma (ou action) est de quatre sortes, se présentant à nous comme suit :

1. Le type d'activité qui se rapporte au mal, qui est méchante et dépravée. Celle ci est appelée noire. Ce genre d'action est le produit de la plus profonde ignorance, de la matérialité la plus dense ou d'un choix délibéré. Lorsqu'elle est le résultat de l'ignorance, le développement de la connaissance suscitera graduellement un état de conscience qui ne connaît plus ce type de karma. Dans le cas où la matérialité dense produit ce que nous nommons l'action erronée, le développement graduel de la conscience spirituelle changera les ténèbres en lumière et le karma sera, là aussi, écarté. Cependant, lorsqu'il est le résultat d'un choix délibéré ou d'une préférence pour l'action erronée en dépit de la connaissance et au mépris de la voix de la nature spirituelle, ce type de karma conduit alors à ce que l'occultiste oriental nommait "avitchi", ou la huitième sphère, terme synonyme de l'idée chrétienne se rapportant à l'état consistant à être une âme perdue. Ces cas sont cependant extrêmement rares ; ils concernent le sentier de gauche et la pratique de la magie noire. Bien que cette condition implique une rupture avec le principe supérieur (entre l'esprit pur et ses deux expressions, l'âme et le corps, ou ses six principes inférieurs), la vie cependant demeure et, après la destruction de l'âme en avitchi, un autre cycle de devenir se présente à nouveau.

2. Le type d'une activité qui n'est ni bonne ni mauvaise et qu'on qualifie de noire et blanche. Elle concerne l'activité karmique de l'homme moyen, que dominent les couples de contraires et dont la vie expérimentale est caractérisée par des oscillations d'avant en arrière entre ce qui est bon, inoffensif et résultant de l'amour, et ce qui est dur, malfaisant et résultant de la haine. Vyasa dit :

"Le noir et blanc est le produit de moyens extérieurs car, dans ce cas, le véhicule des actions croît par la souffrance causée à autrui ou de l'action bienveillante à son égard."

Il est donc clair que la croissance de l'unité humaine et l'ensemble de ses accomplissements, dépendent de son attitude à l'égard d'autrui et de l'action qu'elle exerce sur eux. C'est ainsi que se produit le retour à la conscience de groupe et que le karma est ou constitué ou liquidé. C'est ainsi également que les oscillations du pendule entre ces couples de contraires se régularisent graduellement, jusqu'au moment où, le point d'équilibre étant atteint, l'homme agit correctement en vertu de la loi d'amour de l'âme, prend d'en haut les leviers de commande et n'est plus soumis aux oscillations vers la droite ou la gauche, au gré de l'attraction qu'exerce sur lui le bon ou le mauvais désir.

3. Le type d'activité appelée activité blanche ; c'est le type de la pensée et du travail vivants, que pratiquent l'aspirant et le disciple. Elle caractérise le stade qui, sur le Sentier, précède la libération. Vyasa l'explique comme suit :


"Le blanc est le fait de ceux qui recourent aux moyens d'amélioration, d'étude et de méditation. Ceci, dépendant uniquement du mental et non de moyens extérieurs, ne résulte donc pas d'un tort causé à autrui."

Il est maintenant évident que ces trois types de karma se rapportent directement :

a. Au plan de la matérialité Le plan physique.

b. Au plan des couples de contraires Le plan astral.

c. Au plan de la pensée concentrée Le plan mental.

Ceux dont le karma est blanc sont ceux qui, ayant progressé dans la réalisation de l'équilibre des couples de contraires, sont maintenant engagés en un processus conscient et intelligent de leur propre être, pour s'émanciper hors des trois mondes. Ils y arrivent par :

a. L'étude, ou le développement mental, étayé sur leur estimation de la loi d'évolution et la compréhension de la nature de la conscience ainsi que de sa relation avec la matière d'une part et avec l'esprit d'autre part.

b. La méditation ou contrôle du mental, et par là, la création du mécanisme qui restitue à l'âme la maîtrise des véhicules inférieurs et rend possible la révélation du domaine de l'âme.

c. La non-offense. Aucun mot, aucune pensée ou action ne cause du tort à une forme quelconque à travers laquelle s'exprime la vie de Dieu.

d. Le dernier type de karma est décrit comme n'étant ni noir ni blanc. Aucun karma d'aucune sorte n'est engendré ; aucun effet n'est mis en jeu par des causes déclenchées par le yogi et pouvant servir à le retenir du côté forme de la manifestation. Agissant, comme il le fait, du point de vue du non-attachement, ne désirant rien pour lui-même, son karma est nul, et de ses actes, ne résultent pour lui aucun effet.

La Lumière de l’Ame p 323-325.


Karma de l’aspirant :


Celui-ci sait que chaque événement de cette vie est l'effet d'une cause antérieure, engendrée par lui-même en une précédente incarnation. Il sait aussi que chaque acte de la vie actuelle doit produire un effet (qui s'élaborera en une autre vie), à moins que cet acte ne soit accompli de telle sorte que :

1. L'effet soit immédiat et atteigne sa plus grande acuité au cours du laps de temps constitué par la vie présente.

2. L'effet ne comporte pas de karma, l'acte ayant été accompli en vertu d'un motif désintéressé, et mené à bien dans un complet détachement. L'effet désiré est alors produit conformément à la loi, mais n'entraîne pas de conséquences pour le soi personnel.

La Lumière de l’Ame p 241.


Disciple et relations :


Chaque lien qu'on noue sur terre ne signifie pas forcément qu'on reconnaisse un lien de l'âme. Nous établissons de nouveaux liens et nous instaurons de nouvelles lignes de karma et de dharma. Une des premières choses qu'un disciple doit apprendre est d'être capable d'estimer justement l'âge relatif de l'âme de ceux auxquels il s'associe. Il découvre bien vite que cet âge varie. Il apprend à reconnaître ceux dont la sagesse et la connaissance dépassent les siennes, à coopérer avec ceux se trouvant avec lui sur le Sentier et à travailler pour ceux qu'il peut aider mais dont l'état d'évolution n'est pas égal au sien. Le schéma ordonné de sa vie peut alors prendre des formes bien définies et il peut commencer à travailler avec intelligence.

L’Etat de Disciple dans le Nouvel Age Vol. I p 362.


… lorsqu'une relation karmique a été reconnue sur le plan physique et que les mesures nécessaires ont été prises, deux possibilités se présentent selon que le karma impliqué était temporaire ou la relation durable. L'une des possibilités est qu'il se crée une identification spirituelle et que la relation ne puisse jamais être rompue, l'autre, que les liens se dissolvent d'une manière entièrement correcte par la cessation de la relation pour l'éternité. Ces périodes de décision et de rajustement sont des plus difficiles, mais, assez curieusement, quand le disciple a une attitude intérieure correcte (même s'il est dérouté), c'est rarement lui qui prend la décision. La vie, les circonstances, les événements ou les personnes résolvent la situation et – en prenant appui sur son âme – le disciple demeure ferme jusqu'à ce que le problème ou la relation disparaisse.

L’Etat de Disciple dans le Nouvel Age Vol. II p 530.


Dharma signifie littéralement l'accomplissement convenable de nos obligations (ou karma), dans le lieu, l'entourage et le milieu où le sort nous a placés. Certains facteurs déterminants de la conduite doivent être observés et aucune latitude n'est laissée à cet égard, quels que soient la nationalité que l'on a, la localité où l'on se trouve, l'âge que l'on peut avoir, ou les circonstances qui peuvent survenir.

La Lumière de l’Ame p 166.


Pensées-semences sur le dharma, le devoir et la notion de responsabilité :

Prenez dix minutes, deux fois par jour, pour réfléchir profondément à l'un des thèmes ci-dessous, en les envisageant de deux manières : l'interprétation individuelle et l'interprétation concernant l'humanité dans son ensemble. Si vous voulez bien le faire régulièrement vous construirez le pont entre la partie et le tout.

a. Le dharma de l'individu dans son foyer.

b. Le devoir de l'individu dans le groupe.

c. L'obligation de l'individu envers l'humanité.

d. La responsabilité de l'individu envers la vie.

e. La réaction de l'individu face au karma, personnel et humain.

f. La relation de l'individu à la Hiérarchie.

Vous avez là six mois de travail de méditation. Cela impliquera la relation pratique de l'homme avec le karma, de la vie individuelle avec la vie de masse qui le pénètre et aussi avec la vie qui apporte la vie au groupe, qui s'exprime dans les nations et dans l'humanité tout entière.

L’Etat de Disciple dans le Nouvel Age Vol. II p 696.


Karma et autres règnes de la nature :

(…) les animaux ne sont pas tenus pour responsables ; bien qu'ils souffrent sur le plan physique et dans leurs véhicules physiques, sur les plans plus subtils ils sont exempts de karma, car ils n'ont ni mémoire, ni anticipation, il leur manque la faculté de corrélation et comme l'étincelle du mental n'existe pas, ils ne sont pas soumis à la loi de rétribution, excepté dans leur corps physique. La raison de la souffrance du règne animal est cachée dans le mystère du péché des "sans-mental", dans cette terrible période dont parle la Doctrine Secrète, qui produisit tant d'avortements et d'anomalies de toutes sortes. Si cette période n'avait pas existé et si ce type particulier de "déviation du dessein" n'avait pas eu lieu, nous n'aurions pas actuellement la terrible relation karmique existant entre le troisième et le quatrième règne.

L'effet de la vie et de la persistance d'une forme-pensée, s'il est maléfique ou destructeur, se traduit en "mauvais karma" ; s'il est bénéfique, en "bon karma" pour le groupe dont le créateur fait partie. C'est ainsi qu'il faut entendre le fait qu'aucun karma ne s'attache à l'exécution d'une action bonne et altruiste.

Traité sur le Feu Cosmique p 477-478.



_________________
Plus tu sauras te vider de toi, te répandre, plus Dieu t’inondera de sa Divinité.

Maître Eckhart
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 31/03/2012
Localisation : Ici et là :)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karma et Dharma

Message par Archange le Jeu 27 Nov - 20:00

" KARMA"



Sommaire :


1. Définition

2. Loi d'harmonie

3. Karma individuel, collectif, planétaire

4. Divers champs d'action de karma

5. Responsabilité de l'homme et sa destinée

6. La vraie philosophie de karma rend sa dignité à l'homme

7. Comment soulager la souffrance

8. Approche mystique



1-Définition


- physiquement : l'action, - métaphysiquement : La Loi de Rétribution, la loi de cause et d'effet, ou de causalité éthique [...]. Il y a le karma du mérite et le karma du démérite. Karma ne punit ni ne récompense, c'est simplement l'unique LOI Universelle qui guide sans erreur et, pour ainsi dire, d'une façon aveugle, toutes les autres lois qui sont productrices de certains effets en suivant les programmes invariables répondant aux types de causalités auxquelles elles sont adaptées.


Quand le bouddhisme enseigne que "karma est le noyau moral (d'un être quelconque) qui seul survit à la mort et persiste dans la transmigration", ou la réincarnation, il signifie simplement que rien ne demeure de chaque personnalité si ce n'est les causes qu'elle a produites - causes qui ne meurent pas, autrement dit, qui ne peuvent être éliminées de l'Univers avant d'être remplacées par leurs effets légitimes et, pour ainsi dire, effacées par ces effets. Et ces causes, à moins d'être compensées pendant la vie de la personne qui les a produites, par des effets adéquats, suivront l'Ego [l'individualité permanente] dans sa réincarnation et l'atteindront dans ses renaissances successives, jusqu'à ce que soit pleinement rétablie une complète harmonie entre causes et effets. (Glossaire Théosophique)



Nous considérons karma comme la Loi Ultime de l'Univers, la source, l'origine et le fondement de toutes les autres lois qui sont à l'oeuvre partout dans la Nature. Karma est la loi infaillible qui adapte l'effet à la cause, sur les plans physique, mental et spirituel de l'être. [...] Karma est cette loi invisible et inconnue qui ajuste, avec sagesse, intelligence et équité, chaque effet à sa cause, en reliant celle-ci à l'agent qui l'a produite. [...] Karma n'agit pas constamment de telle ou telle façon particulière, mais il agit toujours de manière à rétablir l'Harmonie et à conserver l'Équilibre en vertu desquels l'Univers existe.



2-Loi d'harmonie


Un occultiste, ou un philosophe, ne parle ni de la bonté ni de la cruauté de la Providence, mais, en l'identifiant à karma-Némésis, il enseigne qu'elle garde les hommes de bien et les protège, dans cette vie comme dans les vies futures, de même qu'elle punit le méchant, fût-ce jusqu'à sa septième renaissance - c'est-à-dire aussi longtemps que nécessaire pour qu'il ait réparé l'effet de la perturbation qu'il a causée au moindre atome du monde infini d'harmonie. Car l'unique décret de karma - décret éternel et immuable - est l'harmonie absolue dans le monde de la matière aussi bien que dans celui de l'esprit.


Nous affirmons que la douleur et la souffrance sont les résultats d'un manque d'harmonie, et que l'unique et terrible cause qui perturbe l'harmonie est l'égoïsme sous une forme quelconque. Ainsi, karma fait retomber sur chaque homme les conséquences réelles de ses propres actions, tout à fait indépendamment de leur caractère moral. Mais, puisqu'il reçoit ce qui lui est dû pour tout, il est évident que karma lui fera expier toutes les souffrances qu'il aura causées, de même qu'il moissonnera dans la joie, et la gaieté de coeur, les fruits de tout le bonheur et de toute l'harmonie qu'il aura contribué à faire naître.


C'est l'homme qui produit et crée les causes, et la loi karmique en ajuste les effets, et cet ajustement n'est pas un acte, mais l'harmonie universelle qui tend toujours à retourner vers sa condition originelle, et qui, semblable à une branche courbée avec trop de violence, se redresse avec une force égale. Si elle casse le bras de celui qui essayait de la courber en dehors de sa position naturelle, dirons-nous que c'est la branche qui a cassé ce bras, ou que c'est notre propre folie qui a été cause du malheur ?


Karma n'est pas un être mais une loi, la loi universelle d'harmonie, qui sans jamais se tromper, rétablit l'équilibre après toute perturbation.


3-Karma individuel, collectif, planétaire


Karma ne récompense ni ne punit, c'est nous qui nous récompensons ou nous punissons, suivant que nous travaillons ou non avec la Nature, selon ses voies, et de concert avec elle, en agissant ainsi d'accord avec les lois dont dépend l'harmonie, ou en les violant.


Il n'y a pas un accident de notre vie, pas une mauvaise journée, pas un malheur que nous ne puissions imputer à nos propres actions dans cette vie, ou dans une vie antérieure.


La loi de karma est inextricablement mêlée à celle de la réincarnation... Il n'y a que cette doctrine qui puisse nous expliquer le problème mystérieux du bien et du mal, et réconcilier l'homme avec la terrible injustice apparente de la vie.


L'unité et la causalité universelles, la solidarité humaine, la loi de karma et la réincarnation sont les quatre anneaux de la chaîne d'or qui devrait unir l'humanité en une seule famille, en une seule Fraternité universelle.


En sociologie, comme dans toutes les branches de la vraie science, se vérifie la loi de causalité universelle, qui implique nécessairement, comme une conséquence logique, cette solidarité humaine sur laquelle insiste tant la Théosophie. Si l'action d'un seul réagit sur la vie de tous - et c'est là la véritable idée scientifique - il s'ensuit que l'on n'atteindra cette réelle solidarité, qui est à la base même de l'élévation de la race humaine, que si tous les hommes deviennent frères et toutes les femmes soeurs, et que si tous adoptent dans la pratique de leur vie quotidienne un vrai comportement de frères et soeurs. C'est dans cette action et cette réciprocité, cette conduite authentique qui devrait exister entre des frères et des soeurs, s'efforçant de vivre un pour tous et tous pour un, que se trouve l'un des principes fondamentaux de la Théosophie que chaque théosophe devrait se sentir tenu non seulement d'enseigner, mais de mettre en pratique dans sa vie personnelle.


Opérant sans cesse, karma agit également sur les planètes, les systèmes planétaires, les races, les nations, les familles et les individus. C'est la doctrine jumelle de la réincarnation.


L'individu ne peut pas plus se séparer de la race humaine que celle-ci de l'individu. La loi de karma s'applique également à tous, quoique tous ne soient pas également développés. En contribuant au développement de ses semblables, le théosophe croit non seulement les aider à accomplir leur karma, mais, en même temps, à s'acquitter strictement du sien. Il a toujours en vue le développement de l'humanité, dont lui et les autres font partie intégrante. Et il sait, de plus, que, chaque fois qu'il néglige de répondre aux injonctions de ce qu'il y a de plus élevé en lui, il retarde non seulement la marche de son progrès mais celle de tous les autres. Par ses actions, il a la faculté de rendre plus pénible, ou plus facile, à l'humanité l'accession au plan suivant et plus élevé de l'être.


Il ne faut pas perdre de vue le fait que chaque atome est soumis à la loi générale qui régit le corps entier auquel il appartient : ceci nous amène à une plus large conception de la loi karmique. Ne voyez-vous pas que l'ensemble amalgamé du karma individuel devient le karma de la nation à laquelle appartiennent les individus qui la composent, et qu'en outre la somme totale du karma national forme celui du monde? Les maux [sociaux] ne sont limités ni à l'individu, ni même à la nation, ils sont plus ou moins universels, et c'est en suivant cette large voie de l'interdépendance des hommes que la loi de karma trouve sa conclusion légitime et équitable.


Il est hors de question que karma puisse réajuster l'équilibre des forces dans la vie et le progrès du monde à moins de disposer de voies d'action larges et générales.


L'interdépendance des hommes est la cause de ce qu'on appelle le karma distributif. C'est dans cette loi que se trouve la solution du grand problème de la souffrance collective et du moyen de la soulager. C'est d'ailleurs par l'effet d'une loi occulte que nul homme ne peut s'élever au-dessus de ses imperfections individuelles sans élever en même temps, si peu soit-il, l'ensemble dont il est partie intégrante. De même, nul homme ne peut pécher seul, ni souffrir seul des effets du péché. En réalité, il n'existe rien de tel que la "séparativité", mais ce qui approche le plus cet état égoïste, et que permettent les lois de la vie, se trouve dans l'intention ou le motif.


Quand chaque individu aura contribué pour sa part au bien général, en apportant ce qu'il peut d'argent, de travail, de pensée ennoblissante, alors, et alors seulement, la balance du karma national s'équilibrera. Jusque-là, nous n'aurons aucun droit ni aucune raison de dire qu'il y a plus de vie sur la terre que la Nature n'en peut contenir. Il incombe aux âmes héroïques, aux sauveurs de notre race et de notre nation, de découvrir la cause de cette inégalité de pression du karma rétributif, et d'équilibrer la balance des forces par un effort suprême, en sauvant ainsi les peuples d'un cataclysme moral mille fois plus désastreux, et mauvais par ses effets durables, que ne le serait une catastrophe analogue, sur le plan physique, que vous semblez considérer comme le seul moyen possible de mettre fin à cette misère accumulée.



4-Divers champs d'action du karma individuel et collectif


Il y a trois sortes de karma :


* - celui qui n'a pas encore commencé à produire des effets dans notre vie, d'autres causes karmiques opérant sur nous,

* - le karma que nous sommes maintenant en train de créer ou de mettre en réserve par nos pensées et nos actions,

* - le karma qui a commencé à produire des résultats.


Ces trois classes de karma gouvernent les hommes, les animaux, les mondes et les périodes d'évolution.

Les causes karmiques se divisent [également] en trois classes, elles doivent pouvoir agir dans des domaines différents. Elles opèrent sur l'homme dans sa nature mentale et intellectuelle, dans sa nature psychique, dans son corps et dans les événements.


Karma n'affecte jamais la nature spirituelle de l'homme et n'a aucune prise sur elle.



5-Responsabilité de l'homme et sa destinée


La croyance en karma fournit à l'homme la raison la plus haute d'accepter son sort dans la vie, et elle est pour lui le plus grand encouragement à faire des efforts pour améliorer la renaissance suivante. En effet, cette acceptation et ces efforts n'auraient aucune raison d'être si nous supposions que notre sort n'était pas le résultat de la Loi inéluctable, ou que notre destinée se trouvait en d'autres mains que les nôtres.


Appliquée à la vie morale de l'homme, karma est la loi de causalité éthique, de justice, la cause des naissances et des renaissances, mais également le moyen de se libérer de l'incarnation. Considérée d'un autre point de vue, c'est simplement les effets découlant des causes, action et réaction, l'exact résultat de chaque pensée et de chaque action. C'est l'acte et le résultat de l'acte, car le sens littéral du mot est action.


Nulle part nous ne trouvons de réponse ou de réconfort, sauf dans l'ancienne vérité que chaque homme crée et modèle sa propre destinée, étant le seul qui mette en mouvement les causes de son propre bonheur et de son propre malheur. Dans une vie il sème, dans la suivante il moissonne, et c'est ainsi que la loi de karma le pousse continuellement et éternellement.


Karma n'est pas fatalisme. Tout ce qui a été fait dans un corps antérieur aura des conséquences dont l'Ego [l'homme réel intérieur] jouira ou souffrira dans sa nouvelle incarnation, car ainsi que l'a dit saint Paul : "Mes frères, ne vous abusez point, on ne se joue pas de Dieu, ce que l'homme sème, il le moissonnera". L'effet est dans la cause, et karma en produit la manifestation dans le corps, le cerveau et le mental fournis par la réincarnation.


Aucun acte n'est accompli sans avoir une pensée à sa racine, au moment de son accomplissement, ou comme motif préalable produisant un effet, un résultat dans cette incarnation ou dans la prochaine.



6-La vraie philosophie de karma rend sa dignité à l'homme


Une fois que nous nous serons pénétrés de l'idée que le principe de causalité universelle n'agit pas seulement dans le présent, mais englobe à la fois le passé, le présent et l'avenir, chaque action, sur le plan qui est actuellement le nôtre, trouvera naturellement et aisément sa vraie place et nous apparaîtra dans son véritable rapport avec nous-mêmes et avec les autres. Toute action mesquine et égoïste nous fait rétrograder, au lieu de nous faire avancer, tandis que toute pensée noble et tout acte désintéressé sont autant de degrés franchis dans notre ascension vers les plans plus élevés et plus glorieux de l'être. S'il n'y avait que cette vie, elle serait en vérité pauvre et médiocre sous bien des rapports, mais, considérée comme une préparation en vue de la prochaine sphère d'existence, il nous est loisible d'en faire la porte d'or par où nous pourrons un jour accéder - non pas seuls, en égoïstes, mais en compagnie de nos semblables - aux palais qui se trouvent au delà.


L'essentiel est de détruire la source la plus fertile de tout crime et de toute immoralité : la croyance que les hommes peuvent échapper aux conséquences de leurs propres actions. Qu'ils comprennent une bonne fois la vérité des lois de karma et de réincarnation, les plus grandes d'entre toutes les lois, et ils réaliseront en eux-mêmes la vraie dignité de la nature humaine, et ils se détourneront du mal en l'évitant comme ils fuiraient un danger physique.


"Depuis l'Antiquité la plus reculée le genre humain, pris dans son ensemble, a toujours été convaincu de l'existence d'une entité spirituelle et personnelle dans l'homme physique personnel. Cette entité intérieure était plus ou moins divine suivant son degré de proximité avec la couronne [le pôle divin]. Plus cette union était intime, plus la destinée de l'homme était sereine, et moins les conditions extérieures étaient dangereuses. Une telle croyance n'est ni de la bigoterie ni de la superstition, mais un sentiment instinctif toujours présent de la proximité d'un autre monde spirituel et invisible, qui, bien que subjectif pour les sens de l'homme extérieur, est parfaitement objectif pour l'Ego intérieur. De plus, ces hommes de l'Antiquité croyaient qu'il y avait des conditions extérieures et des conditions intérieures qui pouvaient influencer la détermination de notre volonté sur nos actions. Ils rejetaient le fatalisme, car le fatalisme suppose l'action aveugle de quelque pouvoir plus aveugle encore. Mais ils croyaient à la destinée ou karma que, de sa naissance à sa mort, tout homme tisse fil par fil autour de lui-même, ainsi qu'une araignée sa toile, et, pour eux, cette destinée était guidée par cette présence que certains appellent l'ange gardien, ou au contraire, par l'homme intérieur astral qui nous est plus familier, mais qui n'est que trop souvent le mauvais génie de l'homme de chair, la personnalité. Ces deux réalités mènent l'HOMME, mais l'une d'elles doit nécessairement l'emporter, et dès le commencement même de la lutte invisible, la loi de compensation et de rétribution, sévère et implacable, entre en jeu et accomplit son oeuvre en suivant avec vigilance les péripéties du combat. Quand le dernier fil est tissé, et que l'homme paraît comme enveloppé dans le filet qu'il a lui-même ourdi, il se trouve alors complètement sous l'empire de cette destinée qu'il a lui-même créée. Celle-ci l'immobilise alors comme le coquillage inerte au rocher immuable, ou l'emporte comme une plume, dans un tourbillon que ses propres actions ont soulevé" (Isis Dévoilée). Telle est la destinée de l'HOMME, le véritable Ego - et non de l'Automate, la coque vide que l'on prend pour lui. Et il lui appartient de devenir le vainqueur de la matière.



7-Comment soulager la charge collective de karma ?


En enseignant que la racine de toute la Nature, objective et subjective, et de tout ce qui peut exister d'autre dans l'univers, visible et invisible, est, a été, et sera toujours une essence unique absolue, d'où tout émane et au sein de laquelle tout retourne... c'est le devoir de tous les théosophes de contribuer par tous les moyens pratiques, et dans tous les pays, à répandre une éducation non sectaire.


En faisant comprendre une bonne fois aux hommes qu'aucun d'eux ne possède toute la vérité mais que leurs points de vue se complètent mutuellement, et que l'on ne peut trouver l'entière vérité que dans la combinaison de tous ces points de vue, après en avoir éliminé ce que chacun d'eux avait de faux, alors, la véritable fraternité en matière de religion sera établie. Le même raisonnement s'applique au monde physique.


Le devoir est ce qui est dû à l'humanité - à nos semblables, nos voisins, notre famille - et c'est surtout ce que nous devons à tous ceux qui sont plus pauvres et plus démunis que nous.


La reconnaissance pour tous, sans distinction de race, de couleur, de position sociale ou de naissance, de l'égalité de tous les droits et privilèges... la même justice, la même bonté, la même considération ou la même miséricorde que celle dont on souhaiterait bénéficier soi-même.


Amenons les hommes à sentir et à reconnaître au fond de leur coeur ce qu'est leur devoir véritable et réel envers tous, et tous les vieux abus de pouvoir, toutes les lois iniques en vigueur dans la nation et basées sur l'égoïsme humain, social ou politique, disparaîtront du même coup.



8-Approche mystique


Sache que nul effort, fût-ce le plus minime, dans une bonne ou une mauvaise direction, ne peut s'évanouir du monde des causes. Même la fumée dispersée ne reste pas sans traces.


"Une parole dure proférée dans des vies passées n'est pas détruite, mais elle revient toujours".


Le poivrier ne produit jamais de roses, et l'étoile argentée du jasmin parfumé ne se change pas en épine ou en chardon.


Tu peux créer ce "jour" tes chances pour ton "lendemain".


Dans le "Grand Voyage", les causes semées chaque heure portent chacune sa moisson d'effets, car une Justice rigide gouverne le Monde. D'un mouvement puissant aux effets infailliblement justes, elle dispense aux mortels des vies heureuses ou malheureuses, progéniture karmique de toutes les pensées et actions de jadis.


O toi au coeur patient, prends donc tout ce que le mérite a en réserve pour toi. Ne perds pas courage et contente-toi du destin. Tel est ton karma, le karma du cycle de tes naissances, la destinée de ceux qui, dans leur douleur et leur affliction, sont nés en même temps que toi, se réjouissent et pleurent de vie en vie, enchaînés à tes actions précédentes... (La Voix du Silence)


citations de :


* Glossaire Théosophique (Blavatsky)

* La Clef de la Théosophie (Blavatsky)

* L'Océan de Théosophie (Judge)

* La Voix du Silence (Blavatsky)


http://www.theosophie.fr/4a1-citations-sur-karma.php

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum