Confrontation finale avec sa propre Bête astrale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Confrontation finale avec sa propre Bête astrale

Message par Archange le Lun 10 Mar - 21:59

L'auteur indique dans ce livre qu'il a réveillé certaines forces suite à des expériences de théurgie, des forces très difficiles à contrôler. Les risques sont donc très réels comme l'évoque ce passage, car ces pratiques agissent comme accélérateurs de la précipitation karmique; il faut pouvoir en supporter les chocs...



Extrait "Voyage dans l’inconnu" (Claude Deplace)

p.152-153



« Je ne tardais pas à sentir qu’une Force d’une puissance énorme entrait en moi (…) qui souleva le fondement même de mon existence, m’amenant devant l’étendue d’une souffrance incroyable : celle du Monde. C’était trop. Cela disparut très vite. La peur revient très forte. (…) la Force me força à me lever (…) ma souffrance était en moi vivante et j’étais devenu une toute petite chose sans aucun moyen de défense ! Dans un état d’extrême tension, je sortis et marchai sans savoir où j’allais. Quelque chose d’invisible guidait mes pas vers un endroit. Arrivé, je m’asseyais et attendis. Je sus que la Chose était là. Bien qu’invisible, elle m’observait du plan de l’astral où elle se déployait ! Elle semblait très bien me connaître et malgré moi je me suis surpris à me dévêtit sans pouvoir m’arrêter. Elle vint alors renifler et humer ma nudité. Complètement désemparé et désespéré, tout en éprouvant une jouissance à la fois inhumaine et surhumaine, je me mis à prier avec une intensité rarement atteinte. En moi, mes profondeurs me conseillaient d’échapper à ce calvaire des âges, qui faisait souffrir l’âme, y déversant des poisons subtils. Ce calvaire altérait la sensibilité,  la déviant vers un océan de jouissances effrayantes.


Je ne priais pas dans les habitudes un espoir insaisissable. Non. Je priais mon Etre profond. Le combat fut long, très douloureux, pénible. Mes fibres secrètes tendues dans un suprême effort continu pouvaient se rompre, se briser à tout instant. Je sus qu’à un moment donné, une Force intérieure surgit de mes profondeurs. Sans elle, je n’aurais pas été le plus fort et je ne sais trop ce qu’il me serait arrivé. Alors la Chose, vaincue, repartit dans sa dimension en émettant des souffles rauques devenus audibles sur le plan physique. Je compris que ces forces astrales engendrées par les pensées, les actes et les comportements des humains cherchaient à se nourrir de la vie sexuelle de ces derniers. Ces forces astrales se nourrissent avidement des énergies sexuelles et vitales des humains pour survivre à leur vie artificielle. Ces forces ont besoin d’un amour vrai pour redevenir énergies purifiées.


Dans un éclair de compréhension, je rappelais la Bête, la convoquant magiquement. Obligée d’obéir à cette force, elle revint, peureuse et soumise. Je l’aimais. J’ose l’avouer dans ces lignes. J’ai étreint la Bête, lui donnant un peu de ce pauvre amour dont j’étais porteur. Notre étreinte s’est accomplie selon les Rites Ancestraux et ma propre Bête s’est transformée ! Un énorme papillon de nuit, à cet instant-là, s’est posé sur mon bras. Au petit matin, je suis revenu à la maison, rempli d’une énergie fantastique et avec une orientation nouvelle.


Les jours qui suivirent, je fus habité d’une grande paix intérieure. (…) Je sentais cette grande paix ronde en moi tourner lentement telle une sphère toujours égale à elle-même. (…) Une émotion permanente difficilement soutenable m’habitait pas instant. Je subissais une mutation spirituelle dont je voyais la beauté, sachant qu’elle était là pour tous ceux qui pouvaient la recevoir et l’accepter en eux. »

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2694
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confrontation finale avec sa propre Bête astrale

Message par obsidienne le Mer 12 Mar - 1:35

Il parle de forces sexuelles et cela peut être kundalini qui bien utilisé devient énergie purifiée, renouvelée.

S'il en parle comme une bête c'est qu'il a un peu trop regardé tout en bas.
Je pense qu'il faut pas s'y attarder à ce genre d'expérience et plutot avoir toujours des intentions positives. Penser le mal attire le mal et des mauvaises expériences.

J'ai vu que des occultistes dans le passé ont fait des expériences vers le mal par curiosité ; aujourd'hui il est préférable de positiver et plutot de chasser le mal qui est partout à rôder. L'auteur ici parle d'expérience intérieure mais c'est pas si difficile pour le malin de traverser, posséder l'humain de sa "robe astrale" ...... Twisted Evil 

Il suffit d'avoir des mauvaises pensée pour qu'il accoure vers nous  Evil or Very Mad 
avatar
obsidienne

Messages : 3402
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confrontation finale avec sa propre Bête astrale

Message par Archange le Mer 12 Mar - 19:48

Ce qui est intéressant dans cette expérience c'est de voir que cette chose à laquelle l'auteur fut confronté est reconnu par lui-même comme étant générée par lui-même; cela démontre bien l'importance de la purification, de la pureté des pensées, car cela génère en parallèle ces entités qui n'ont pas fini ensuite de se nourrir de ces mauvais penchants... et le fait d'avoir vaincu, transmuté cette chose a permis un regain d'énergie vitale important, ce qui donne une idée aussi de la manière de cumuler de l'énergie, de ne pas dilapider l'énergie.

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2694
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confrontation finale avec sa propre Bête astrale

Message par obsidienne le Jeu 13 Mar - 23:21

Archange a écrit:Ce qui est intéressant dans cette expérience c'est de voir que cette chose à laquelle l'auteur fut confronté est reconnu par lui-même comme étant générée par lui-même; cela démontre bien l'importance de la purification, de la pureté des pensées, car cela génère en parallèle ces entités qui n'ont pas fini ensuite de se nourrir de ces mauvais penchants... et le fait d'avoir vaincu, transmuté cette chose a permis un regain d'énergie vitale important, ce qui donne une idée aussi de la manière de cumuler de l'énergie, de ne pas dilapider l'énergie.

Il faut résister en permanence donc transmuter régulièrement ; nos pensée de morale ne doivent pas avoir de faille car de meme que les êtres élémentaires (gentils) posent un regard sur notre monde de temps en temps et bien les entités du mal, elles sont présentes en permanence autour de nous.  Rolling Eyes  Notre mode de vie est très propice à ces êtres malins  Evil or Very Mad 
avatar
obsidienne

Messages : 3402
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confrontation finale avec sa propre Bête astrale

Message par Archange le Sam 15 Mar - 18:48

obsidienne a écrit:
Il faut résister en permanence donc transmuter régulièrement ; nos pensée de morale ne doivent pas avoir de faille car de meme que les êtres élémentaires (gentils) posent un regard sur notre monde de temps en temps et bien les entités du mal, elles sont présentes en permanence autour de nous.  Rolling Eyes  Notre mode de vie est très propice à ces êtres malins  Evil or Very Mad 

Maître DK disait que le mal était la ligne de moindre résistance à notre stade d'évolution; il faut donc en effet résister et transmuter en permanence, être vigilant, Bouddha disait la même chose:

"Hâtez-vous de faire des actions bénéfiques, empêchez votre coeur de faire le mal ; car le mental de celui qui est lent à faire des actions méritoires se réjouit dans le mal." Bouddha, Dhammapada

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2694
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confrontation finale avec sa propre Bête astrale

Message par obsidienne le Dim 16 Mar - 18:17

Fragments choisis du LIVRE DES PRÉCEPTES D'OR

Traduits et annotés par H.P.Blavatsky
pour l'usage journalier des Lanous (Disciples)
Fragments choisis du LIVRE DES PRÉCEPTES D'OR
Traduits et annotés par H.P.Blavatsky
pour l'usage journalier des Lanous (Disciples)
DÉDIÉ AU PETIT NOMBRE


PRÉFACE

Les pages suivantes sont extraites du - Livre des Préceptes d'Or -, un des ouvrages que l'on met, en Orient, entre les mains des étudiants du mysticisme. Leur connaissance est obligatoire dans l'école dont les doctrines sont acceptées par nombre de théosophes. Sachant par coeur beaucoup de ces préceptes, il m'a été assez facile de les traduire.

C'est un fait bien connu, qu'aux Indes, les méthodes de développement psychique diffèrent selon les Gourous (professeurs ou maîtres), non seulement parce qu'ils appartiennent à différentes écoles de philosophie, lesquelles sont aux nombre de six, mais aussi parce que chaque Gourou a son système à lui, qu'en général il tient très secret. Au delà de l'Himalaya, cependant, la méthode des Écoles ésotériques ne varie pas, à moins que le Gourou soit un simple Lama, n'en sachant guère plus que ceux qu'il instruit.

L'ouvrage d'après lequel je traduis fait partie de la série où ont été prises aussi les Stances du - Livre de Dzyan - qui servent de base à la Doctrine Secrète. Le " Livre des Préceptes d'or" se réclame de la même origine que le grand ouvrage mystique appelé Paramârtha; celui-ci d'après la légende de Nagardjuna, fut donné au grand Arhat par les Nâgas ou Serpents (ancien titre des Initiés). cependant, ses maximes et ses idées, si nobles et si originales, se retrouvent souvent sous diverses formes dans les ouvrage sanscrits; par exemple, dans le Jnâneshwari, ce superbe traité mystique où, sous d'étincelantes couleurs, Krishna décrit à Ardjuna, l'état d'un Yogi pleinement illuminé; ou encore dans certaines Oupanishads. Ceci est tout naturel, puisque presque tous, sinon tous, les plus grand Arhats, les premiers disciples de Gautama Bouddha, et spécialement ceux qui émigrèrent au Tibet, étaient des Hindous et des Aryens, et non des Mongols. Les ouvrages laissés par Aryasangâ seul sont très nombreux.

Les originaux des Préceptes sont gravés sur des lames rectangulaires, minces et oblongues, et leur copies, très souvent, sur des disques. On conserve généralement ces disques ou plaques sur les autels des temples attachés aux centres où sont établies les écoles dites " Contemplatives" ou Mahâyâna (Yogatchârya). Ils sont écrits de différentes manières, souvent en tibétain, mais surtout en signes idéographiques. La langue sacerdotale (le Senzar), outre son alphabet propre, peut se rendre par divers modes d'écritures cryptographique, dont les caractères sont plutôt idéographiques que syllabiques. Une autre méthode (Lug, en tibétain), consiste à employer des nombres et des couleurs, dont chacun correspond à une lettre de l'alphabet tibétain (30 lettres simples et 74 composées), et dont l'ensemble forme tout un alphabet cryptographique. Quand on emploie les signes idéographiques, il y a une manière définie de lire le texte; en effet dans ce cas, les symboles et signes employés en astrologie - à savoir les douze animaux du zodiaque et les sept couleurs primitives, chacune étant une triade de nuances, la claire, la primitive et la foncée, s'emploient pour les 33 lettres de l'alphabet simple, pour les mots et les phrases. Car dans cette méthode, les 12 animaux cinq fois répétés et accouplés aux cinq éléments et aux sept couleurs, fournissent un alphabet complet composé de soixante lettres sacrées et douze signes. Un signe placé au commencement du texte indique si le lecteur doit l'épeler d'après le mode hindou, où chaque mot est simplement une adaptation sanscrite, ou d'après le principe chinois de lecture des signes idéographiques. La manière la plus facile, cependant, est celle qui permet au lecteur de n'employer aucun langage et d'employer celui qui lui plaît; parce que les signes et les symboles étaient, comme les nombres ou chiffres arabes, propriété commune et internationale parmi les mystiques initiés et leurs disciples. La même particularité caractérise l'un des modes d'écriture chinoise, qui peut être lu avec égale facilité par quiconque connaît ses caractères; par exemple, un Japonais peut le lire dans son langage aussi facilement qu'un Chinois dans le sien.

Le livre des Préceptes d'or - dont quelques-uns sont pré-bouddhiques, tandis que d'autres appartiennent à une date postérieure, - contient 90 petits traités distincts. J'en ai appris 39 par coeur, il y a des années. Pour traduire le reste, il me faudrait recourir à des notes trop éparpillées, parmi un grand nombre de papiers et de mémoires réunis dans les vingt dernières années et jamais mis en ordre, pour que la tâche fût facile. Encore ne pourraient-ils pas tous être traduits, ni donnés à un monde trop égoïste et trop attaché aux objets des sens pour être aucunement préparé à recevoir dans le bon esprit une éthique aussi élevée. Car, à moins qu'un homme ne persévère sérieusement dans la poursuite de la soi-connaissance, il ne prêtera jamais une oreille bienveillante à des conseils de cette nature.

Et cependant, ce genre d'éthique remplit volume sur volume de la littérature orientale, spécialement dans les Oupanishads. "Tue tout désir de la vie", dit Krishna à Ardjuna. Ce désir est inhérent seulement au corps, véhicule du SOI incarné, et non au SOI qui est "éternel", indestructible, qui ne tue ni n'est tué" (Katha Oupanishad). "Tue la sensation" , enseigne le Sutta Nipâta ; "Regarde comme égaux le plaisir et la peine, le gain et la perte, la victoire et la défaite". Et encore: "Cherche abri dans l'éternel seul" (Ibid). "Détruis le sens de séparativité", - répète Krishna sous toutes les formes. "Le mental (Manas) qui suit les sens errants, rend l'âme désemparée comme le bateau que le vent ballotte sur les ondes" (Bhagavad-Gitâ, II, 70) .

Aussi avons-nous cru bien faire en opérant un choix judicieux seulement parmi les traités qui conviendront le mieux aux quelques vrais mystiques de la Société Théosophique, et qui sont sûrs de répondre à leurs besoins. C'est ceux-là seulement qui apprécierons ces paroles de Krishna-Christos, le 'Soi supérieur': Les sages ne s'affligent pas pour les vivants ni pour les morts. Jamais je n'ai été sans existence,ni vous, ni ces législateurs des hommes, et aucun de nous ne cessera d'être dans l'avenir'. (Bhagavad-Gîtâ, II, 27).

Dans cette traduction, j'ai fait de mon mieux pour conserver la beauté poétique du langage et le style imagé qui caractérise l'original. C'est au lecteur de juger jusqu'à quel point cet effort a réussi.

'H.P.B.'

La suite : http://www.jacquesfortier.com/zweb/metaphysique/theosophie/BlavatskyHelenaPetrovna/VoixduSilence.htm
avatar
obsidienne

Messages : 3402
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Confrontation finale avec sa propre Bête astrale

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum