Ou va la France

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Ou va la France

Message par tchektuf le Jeu 20 Fév - 21:37

Rappel du premier message :

Depuis l'élection de Sarkozy ,"l'américain", la France s'est intégrée  délibérement,par "l'américain" ,dans l'échiquier géopolitique  des Usa
en lisant l'article ci dessous l'itinéraire de  Sarkozy ,"l'américain" on peut commencer en comprendre certaines raisons. et comprendre du même coup se rapprocher de la vérité ne peut se faire qu'en y consacrant temps et énergie, à l'exclusion des mondanités médiatiques et culturelles.

Pour  comprendre bien des élements constitutifs de ce portrait il faut avoir compulser beaucoup de dossiers qui font sauter  une grande partie des contre_vérités qui assoient traditionnelement le jugement commun usuel sur les affaires du monde. A ce propos le livre de Daniel Ganser  "les armées secrétes de l'Otan" démasque le mensonge médiatique général de la presse sur les événement du monde notamment en Europe depuis la fin de la 2éme guerre mondiale.
A la lecture de ce type de livre ,honte ,colére,tristesse montent rapidement à la conscience ,d'avoir été berné aussi massivement et facilement,parce que resté aussi facilement ignorant.

Il est étrange que vis à vis de cette réalité bien peu de ceux qui se mettent en position d'éveilleurs parlent de ces réalités qui réveilleraient le plus grand nombre !!!
Il est bon de parler de la non séparativité mais il est aussi bon de l'illustrer en n'occultant pas ce qui fâche;car cela c'est de la séparativité.
Parmi eux néanmoins certains ont dénoncé la montée en esclavage qui va grand train aujourd'hui .Entre autres Krishnamurti : pour la psychologie du citoyen collaborateur et R.Steiner pour la fraternité organisatrice de l'ombre planétaire.



Édition spéciale
Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française
par Thierry Meyssan

Nicolas Sarkozy doit être jugé à son action et non pas d’après sa personnalité. Mais lorsque son action surprend jusqu’à ses propres électeurs, il est légitime de se pencher en détail sur sa biographie et de s’interroger sur les alliances qui l’ont conduit au pouvoir.



Thierry Meyssan a décidé d’écrire la vérité sur les origines du président de la République française. Toutes les informations contenues dans cet article sont vérifiables, à l’exception de deux imputations, signalées par l’auteur qui en assume seul la responsabilité.
Réseau Voltaire | Almaty (Kazakhstan) | 19 juillet 2008
.

Les Français, lassés des trop longues présidences de François Mitterrand et de Jacques Chirac, ont élu Nicolas Sarkozy en comptant sur son énergie pour revitaliser leur pays. Ils espéraient une rupture avec des années d’immobilisme et des idéologies surannées. Ils ont eu une rupture avec les principes qui fondent la nation française. Ils ont été stupéfaits par cet « hyper-président », se saisissant chaque jour d’un nouveau dossier, aspirant à lui la droite et la gauche, bousculant tous les repères jusqu’à créer une complète confusion.

Comme des enfants qui viennent de faire une grosse bêtise, les Français sont trop occupés à se trouver des excuses pour admettre l’ampleur des dégâts et leur naïveté. Ils refusent d’autant plus de voir qui est vraiment Nicolas Sarkozy, qu’ils auraient dû s’en rendre compte depuis longtemps.


C’est que l’homme est habile. Comme un illusionniste, il a détourné leur attention en offrant sa vie privée en spectacle et en posant dans les magazines people, jusqu’à leur faire oublier son parcours politique.

Que l’on comprenne bien le sens de cet article : il ne s’agit pas de reprocher à M. Sarkozy ses liens familiaux, amicaux et professionnels, mais de lui reprocher d’avoir caché ses attaches aux Français qui ont cru, à tort, élire un homme libre.



Pour comprendre comment un homme en qui tous s’accordent aujourd’hui à voir l’agent des États-Unis et d’Israël a pu devenir le chef du parti gaulliste, puis le président de la République française, il nous faut revenir en arrière. Très en arrière. Il nous faut emprunter une longue digression au cours de laquelle nous présenterons les protagonistes qui trouvent aujourd’hui leur revanche.


Secrets de famille


À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les services secrets états-uniens s’appuient sur le parrain italo-US Lucky Luciano pour contrôler la sécurité des ports américains et pour préparer le débarquement allié en Sicile. Les contacts de Luciano avec les services US passent notamment par Frank Wisner Sr. puis, lorsque le « parrain » est libéré et s’exile en Italie, par son « ambassadeur » corse, Étienne Léandri.

En 1958, les États-Unis, inquiets d’une possible victoire du FLN en Algérie qui ouvrirait l’Afrique du Nord à l’influence soviétique, décident de susciter un coup d’État militaire en France. L’opération est organisée conjointement par la Direction de la planification de la CIA —théoriquement dirigée par Frank Wisner Sr.— et par l’OTAN. Mais Wisner a déjà sombré dans la démence de sorte que c’est son successeur, Allan Dulles, qui supervise le coup. Depuis Alger, des généraux français créent un Comité de salut public qui exerce une pression sur le pouvoir civil parisien et le contraint à voter les pleins pouvoirs au général De Gaulle sans avoir besoin de recourir la force [1].

Or, Charles De Gaulle n’est pas le pion que les Anglo-Saxons croient pouvoir manipuler. Dans un premier temps, il tente de sortir de la contradiction coloniale en accordant une large autonomie aux territoires d’outre-mer au sein d’une Union française. Mais il est déjà trop tard pour sauver l’Empire français car les peuples colonisés ne croient plus aux promesses de la métropole et exigent leur indépendance. Après avoir conduit victorieusement de féroces campagnes de répression contre les indépendantistes, De Gaulle se rend à l’évidence. Faisant preuve d’une rare sagesse politique, il décide d’accorder à chaque colonie son indépendance.

Cette volte-face est vécue comme une trahison par la plupart de ceux qui l’ont porté au pouvoir. La CIA et l’OTAN soutiennent alors toutes sortes de complots pour l’éliminer, dont un putsch manqué et une quarantaine de tentatives d’assassinat [2]. Toutefois, certains de ses partisans approuvent son évolution politique. Autour de Charles Pasqua, ils créent le SAC, une milice pour le protéger.

JPEG - 10.7 ko

Pasqua est à la fois un truand corse et un ancien résistant. Il a épousé la fille d’un bootlegger canadien qui fit fortune durant la prohibition. Il dirige la société Ricard qui, après avoir commercialisé de l’absinthe, un alcool prohibé, se respectabilise en vendant de l’anisette. Cependant, la société continue à servir de couverture pour toutes sortes de trafics en relation avec la famille italo-new-yorkaise des Genovese, celle de Lucky Luciano. Il n’est donc pas étonnant que Pasqua fasse appel à Étienne Léandri (« l’ambassadeur » de Luciano) pour recruter des gros bras et constituer la milice gaulliste [3]. Un troisième homme joue un grand rôle dans la formation du SAC, l’ancien garde du corps de De Gaulle, Achille Peretti —un Corse lui aussi—.

Ainsi défendu, De Gaulle dessine avec panache une politique d’indépendance nationale. Tout en affirmant son appartenance au camp atlantique, il remet en cause le leadership anglo-saxon. Il s’oppose à l’entrée du Royaume-Uni dans le Marché commun européen (1961 et 1967) ; Il refuse le déploiement des casques de l’ONU au Congo (1961) ; il encourage les États latino-américains à s’affranchir de l’impérialisme US (discours de Mexico, 1964) ; Il expulse l’OTAN de France et se retire du Commandement intégré de l’Alliance atlantique (1966) ; Il dénonce la Guerre du Viêt-nam (discours de Phnon Penh, 1966) ; Il condamne l’expansionnisme israélien lors de la Guerre des Six jours (1967) ; Il soutient l’indépendance du Québec (discours de Montréal 1967) ; etc.

Simultanément, De Gaulle consolide la puissance de la France en la dotant d’un complexe militaro-industriel incluant la force de dissuasion nucléaire, et en garantissant son approvisionnement énergétique. Il éloigne utilement les encombrants Corses de son entourage en leur confiant des missions à étranger. Ainsi Étienne Léandri devient-il le trader du groupe Elf (aujourd’hui Total) [4], tandis que Charles Pasqua devient l’homme de confiance des chefs d’États d’Afrique francophone.

Conscient qu’il ne peut défier les Anglo-Saxons sur tous les terrains à la fois, De Gaulle s’allie à la famille Rothschild. Il choisit comme Premier ministre le fondé de pouvoir de la Banque, Georges Pompidou. Les deux hommes forment un tandem efficace. L’audace politique du premier ne perd jamais de vue le réalisme économique du second.

Lorsque De Gaulle démissionne, en 1969, Georges Pompidou lui succède brièvement à la présidence avant d’être emporté par un cancer. Les gaullistes historiques n’admettent pas son leadership et s’inquiètent de son tropisme anglophile. Ils hurlent à la trahison lorsque Pompidou, secondé par le secrétaire général de l’Élysée Edouard Balladur, fait entrer « la perfide Albion » dans le Marché commun européen.

La fabrication de Nicolas Sarkozy


Ce décor étant planté, revenons-en à notre personnage principal, Nicolas Sarkozy. Né en 1955, il est le fils d’un noble catholique hongrois, Pal Sarkösy de Nagy-Bocsa, réfugié en France après avoir fuit l’Armée rouge, et d’Andrée Mallah, une roturière juive originaire de Thessalonique. Après avoir eu trois enfants (Guillaume, Nicolas et François), le couple divorce. Pal Sarkosy de Nagy-Bocsa se remarie avec une aristocrate, Christine de Ganay, dont il aura deux enfants (Pierre-Olivier et Caroline). Nicolas ne sera pas élevé par ses seuls parents, mais balloté dans cette famille recomposée.

Sa mère est devenue la secrétaire d’Achille Peretti. Après avoir co-fondé le SAC, le garde du corps de De Gaulle avait poursuivi une brillante carrière politique. Il avait été élu député et maire de Neuilly-sur-Seine, la plus riche banlieue résidentielle de la capitale, puis président de l’Assemblée nationale.

Malheureusement, en 1972, Achille Peretti est gravement mis en cause. Aux États-Unis, le magazine Time révèle l’existence d’une organisation criminelle secrète « l’Union corse » qui contrôlerait une grande partie du trafic de stupéfiants entre l’Europe et l’Amérique, la fameuse « French connexion » qu’Hollywwod devait porter à l’écran. S’appuyant sur des auditions parlementaires et sur ses propres investigations, Time cite le nom d’un chef mafieux, Jean Venturi, arrêté quelques années plus tôt au Canada, et qui n’est autre que le délégué commercial de Charles Pasqua pour la société d’alcool Ricard. On évoque le nom de plusieurs familles qui dirigeraient « l’Union corse », dont les Peretti. Achille nie, mais doit renoncer à la présidence de l’Assemblée nationale et échappe même à un « suicide ».

En 1977, Pal Sarkozy se sépare de sa seconde épouse, Christine de Ganay, laquelle se lie alors avec le n°2 de l’administration centrale du département d’État des États-Unis. Elle l’épouse et s’installe avec lui en Amérique. Le monde étant petit, c’est bien connu, son mari n’est autre que Frank Wisner Jr., fils du précédent. Les fonctions de Junior à la CIA ne sont pas connues, mais il clair qu’il y joue un rôle important. Nicolas, qui reste proche de sa belle-mère, de son demi-frère et de sa demi-sœur, commence à se tourner vers les États-Unis où il « bénéficie » des programmes de formation du département d’État.

À la même période, Nicolas Sarkozy adhère au parti gaulliste. Il y fréquente d’autant plus rapidement Charles Pasqua que celui-ci n’est pas seulement un leader national, mais aussi le responsable de la section départementale des Hauts-de-Seine.

En 1982, Nicolas Sarkozy, ayant terminé ses études de droit et s’étant inscrit au barreau, épouse la nièce d’Achille Peretti. Son témoin de mariage est Charles Pasqua. En tant qu’avocat, Me Sarkozy défend les intérêts des amis corses de ses mentors. Il acquiert une propriété sur l’île de beauté, à Vico, et imagine de corsiser son nom en remplaçant le « y » par un « i » : Sarkozi.

L’année suivante, il est élu maire de Neuilly-sur-Seine en remplacement de son bel-oncle, Achille Peretti, terrassé par une crise cardiaque.

Cependant, Nicolas ne tarde pas à trahir sa femme et, dès 1984, il poursuit une liaison cachée avec Cécilia, l’épouse du plus célèbre animateur de télévision français de l’époque, Jacques Martin, dont il a fait la connaissance en célébrant leur mariage en qualité de maire de Neuilly. Cette double vie dure cinq ans, avant que les amants ne quittent leurs conjoints respectifs pour construire un nouveau foyer.

Nicolas est le témoin de mariage, en 1992, de la fille de Jacques Chirac, Claude, avec un éditorialiste du Figaro. Il ne peut s’empêcher de séduire Claude et de mener une brève relation avec elle, tandis qu’il vit officiellement avec Cécilia. Le mari trompé se suicide en absorbant des drogues. La rupture est brutale et sans retour entre les Chirac et Nicolas Sarkozy.

En 1993, la gauche perd les élections législatives. Le président François Mitterrand refuse de démissionner et entre en cohabitation avec un Premier ministre de droite. Jacques Chirac, qui ambitionne la présidence et pense alors former avec Edouard Balladur un tandem comparable à celui de De Gaulle et Pompidou, refuse d’être à nouveau Premier ministre et laisse la place à son « ami de trente ans », Edouard Balladur. Malgré son passé sulfureux, Charles Pasqua devient ministre de l’Intérieur. S’il conserve la haute main sur la marijuana marocaine, il profite de sa situation pour légaliser ses autres activités en prenant le contrôle des casinos, jeux et courses en Afrique francophone. Il tisse aussi des liens en Arabie saoudite et en Israël et devient officier d’honneur du Mossad. Nicolas Sarkozy, quant à lui, est ministre du Budget et porte-parole du gouvernement.

À Washington, Frank Wisner Jr. a pris la succession de Paul Wolfowitz comme responsable de la planification politique au département de la Défense. Personne ne remarque les liens qui l’unissent au porte-parole du gouvernement français.

C’est alors que reprend au sein du parti gaulliste la tension que l’on avait connu trente ans plus tôt entre les gaullistes historiques et la droite financière, incarnée par Balladur. La nouveauté, c’est que Charles Pasqua et avec lui le jeune Nicolas Sarkozy trahissent Jacques Chirac pour se rapprocher du courant Rothschild. Tout dérape. Le conflit atteindra son apogée en 1995 lorsque Édouard Balladur se présentera contre son ex-ami Jacques Chirac à l’élection présidentielle, et sera battu. Surtout, suivant les instructions de Londres et de Washington, le gouvernement Balladur ouvre les négociations d’adhésion à l’Union européenne et à l’OTAN des États d’Europe centrale et orientale, affranchis de la tutelle soviétique.

Rien ne va plus dans le parti gaulliste où les amis d’hier sont près de s’entre-tuer. Pour financer sa campagne électorale, Edouard Balladur tente de faire main basse sur la caisse noire du parti gaulliste, cachée dans la double comptabilité du pétrolier Elf. À peine le vieux Étienne Léandri mort, les juges perquisitionnent la société et ses dirigeants sont incarcérés. Mais Balladur, Pasqua et Sarkozy ne parviendront jamais à récupérer le magot.

La traversée du désert

Tout au long de son premier mandat, Jacques Chirac tient Nicolas Sarkozy à distance. L’homme se fait discret durant cette longue traversée du désert. Discrètement, il continue à nouer des relations dans les cercles financiers.

En 1996, Nicolas Sarkozy ayant enfin réussi à clore une procédure de divorce qui n’en finissait pas se marie avec Cécilia. Ils ont pour témoins les deux milliardaires Martin Bouygues et Bernard Arnaud (l’homme le plus riche du pays).


Dernier acte

Bien avant la crise irakienne, Frank Wisner Jr. et ses collègues de la CIA planifient la destruction du courant gaulliste et la montée en puissance de Nicolas Sarkozy. Ils agissent en trois temps : d’abord l’élimination de la direction du parti gaulliste et la prise de contrôle de cet appareil, puis l’élimination du principal rival de droite et l’investiture du parti gaulliste à l’élection présidentielle, enfin l’élimination de tout challenger sérieux à gauche de manière à être certain d’emporter l’élection présidentielle.

Pendant des années, les médias sont tenus en haleine par les révélations posthumes d’un promoteur immobilier. Avant de décéder d’une grave maladie, il a enregistré pour une raison jamais élucidée une confession en vidéo. Pour une raison encore plus obscure, la « cassette » échoue dans les mains d’un hiérarque du Parti socialiste, Dominique Strauss-Khan, qui la fait parvenir indirectement à la presse.

Si les aveux du promoteur ne débouchent sur aucune sanction judiciaire, ils ouvrent une boîte de Pandore. La principale victime des affaires successives sera le Premier ministre Alain Juppé. Pour protéger Chirac, il assume seul toutes les infractions pénales. La mise à l’écart de Juppé laisse la voie libre à Nicolas Sarkozy pour prendre la direction du parti gaulliste.

Sarkozy exploite alors sa position pour contraindre Jacques Chirac à le reprendre au gouvernement, malgré leur haine réciproque. Il sera en définitive, ministre de l’Intérieur. Erreur ! À ce poste, il contrôle les préfets et le renseignement intérieur qu’il utilise pour noyauter les grandes administrations.

Il s’occupe aussi des affaires corses. Le préfet Claude Érignac a été assassiné. Bien qu’il n’ait pas été revendiqué, le meurtre a immédiatement été interprété comme un défi lancé par les indépendantistes à la République. Après une longue traque, la police parvient à arrêter un suspect en fuite, Yvan Colonna, fils d’un député socialiste. Faisant fi de la présomption d’innocence, Nicolas Sarkozy annonce cette interpellation en accusant le suspect d’être l’assassin. C’est que la nouvelle est trop belle à deux jours du référendum que le ministre de l’Intérieur organise en Corse pour modifier le statut de l’île. Quoi qu’il en soit, les électeurs rejettent le projet Sarkozy qui, selon certains, favorise les intérêts mafieux.
Bien qu’Yvan Colonna ait ultérieurement été reconnu coupable, il a toujours clamé son innocence et aucune preuve matérielle n’a été trouvée contre lui. Étrangement, l’homme s’est muré dans le silence, préférant être condamné que de révéler ce qu’il sait.
Nous révélons ici que le préfet Érignac n’a pas été tué par des nationalistes, mais abattu par un tueur à gage, immédiatement exfiltré vers l’Angola où il a été engagé à la sécurité du groupe Elf Le mobile du crime était précisément lié aux fonctions antérieures d’Érignac, responsable des réseaux africains de Charles Pasqua au ministère de la Coopération. Quand à Yvan Colonna, c’est un ami personnel de Nicolas Sarkozy depuis des décennies et leurs enfants se sont fréquentés..

Une nouvelle affaire éclate : de faux listings circulent qui accusent mensongèrement plusieurs personnalités de cacher des comptes bancaires au Luxembourg, chez Clearstream. Parmi les personnalités diffamées : Nicolas Sarkozy. Il porte plainte et sous-entend que son rival de droite à l’élection présidentielle, le Premier ministre Dominique de Villepin, a organisé cette machination. Il ne cache pas son intention de le faire jeter en prison.
En réalité, les faux listings ont été mis en circulation par des membres de la Fondation franco-américaine [5], dont John Negroponte était président et dont Frank Wisner Jr. est administrateur. Ce que les juges ignorent et que nous révélons ici, c’est que les listings ont été fabriqués à Londres par une officine commune de la CIA et du MI6, Hakluyt & Co, dont Frank Wisner Jr. est également administrateur.
Villepin se défend de ce dont on l’accuse, mais il est mis en examen, assigné à résidence et, de facto, écarté provisoirement de la vie politique. La voie est libre à droite pour Nicolas Sarkozy.

Reste à neutraliser les candidatures d’opposition. Les cotisations d’adhésion au parti socialistes sont réduites à un niveau symbolique pour attirer de nouveaux militants. Soudainement des milliers de jeunes prennent leur carte. Parmi eux, au moins dix mille nouveaux adhérents sont en réalité des militants du Parti trotskiste « lambertiste » (du nom de son fondateur Pierre Lambert). Cette petite formation d’extrême gauche s’est historiquement mise au service de la CIA contre les communistes staliniens durant la Guerre froide (Elle est l’équivalent du SD/USA de Max Shatchman, qui a formé les néoconservateurs aux USA [6]). Ce n’est pas la première fois que les « lambertistes » infiltrent le Parti socialiste. Ils y ont notamment placé deux célèbres agents de la CIA : Lionel Jospin (qui est devenu Premier ministre) et Jean-Christophe Cambadélis, le principal conseiller de Dominique Strauss-Kahn [7].

Des primaires sont organisées au sein du Parti socialiste pour désigner son candidat à l’élection présidentielle. Deux personnalités sont en concurrence : Laurent Fabius et Ségolène Royal. Seul le premier représente un danger pour Sarkozy. Dominique Strauss-Kahn entre dans la course avec pour mission d’éliminer Fabius au dernier moment. Ce qu’il sera en mesure de faire grâce aux votes des militants « lambertistes » infiltrés, qui portent leur suffrages non pas sur son nom, mais sur celui de Royal.
L’opération est possible parce que Strauss-Kahn est depuis longtemps sur le payroll des États-Unis. Les Français ignorent qu’il donne des cours à Stanford, où il a été embauché par le prévot de l’université, Condoleezza Rice [8].

Dès sa prise de fonction, Nicolas Sarkozy et Condoleezza Rice remercieront Strauss-Kahn en le faisant élire à la direction du Fonds monétaire international.
Premiers jours à l’Élysée

Le soir du second tour de l’élection présidentielle, lorsque les instituts de sondages annoncent sa victoire probable, Nicolas Sarkozy prononce un bref discours à la nation depuis son QG de campagne. Puis, contrairement à tous les usages, il ne va pas faire la fête avec les militants de son parti, mais il se rend au Fouquet’s. La célèbre brasserie des Champs-Élysées, qui était jadis le rendez-vous de « l’Union corse » est aujourd’hui la propriété du casinotier Dominique Desseigne. Il a été mis à disposition du président élu pour y recevoir ses amis et les principaux donateurs de sa campagne. Une centaine d’invités s’y bousculent, les hommes les plus riches de France y côtoient les patrons de casinos.

Puis le président élu s’offre quelques jours de repos bien mérités. Conduit en Falcon-900 privé à Malte, il s’y repose sur le Paloma, le yacht de 65 mètres de son ami Vincent Bolloré, un milliardaire formé à la Banque Rothschild.

Enfin, Nicolas Sarkozy est investi président de la République française. Le premier décret qu’il signe n’est pas pour proclamer une amnistie, mais pour autoriser les casinos de ses amis Desseigne et Partouche à multiplier les machines à sous.

Il forme son équipe de travail et son gouvernement. Sans surprise, on y retrouve un bien trouble propriétaire de casinos (le ministre de la Jeunesse et des Sports) et le lobbyiste des casinos de l’ami Desseigne (qui devient porte-parole du parti « gaulliste »).

Nicolas Sarkozy s’appuie avant tout sur quatre hommes :
- Claude Guéant, secrétaire général du palais de l’Élysée. C’est l’ancien bras droit de Charles Pasqua.
- François Pérol, secrétaire général adjoint de l’Élysée. C’est un associé-gérant de la Banque Rothschild.
- Jean-David Lévitte, conseiller diplomatique. Fils de l’ancien directeur de l’Agence juive. Ambassadeur de France à l’ONU, il fut relevé de ses fonctions par Chirac qui le jugeait trop proche de George Bush.
- Alain Bauer, l’homme de l’ombre. Son nom n’apparaît pas dans les annuaires. Il est chargé des services de renseignement. Ancien Grand-Maître du Grand Orient de France (la principale obédience maçonnique française) et ancien n°2 de la National Security Agency états-unienne en Europe [9].

Frank Wisner Jr., qui a été nommé entre temps envoyé spécial du président Bush pour l’indépendance du Kosovo, insiste pour que Bernard Kouchner soit nommé ministre des Affaires étrangères avec une double mission prioritaire : l’indépendance du Kosovo et la liquidation de la politique arabe de la France.

Kouchner a débuté sa carrière en participant à la création d’une ONG humanitaire. Grâce aux financements de la National Endowment for Democracy, il a participé aux opérations de Zbigniew Brzezinski en Afghanistan, aux côtés d’Oussama Ben Laden et des frères Karzaï contre les Soviétiques. On le retrouve dans les années 90 auprès d’Alija Izetbegoviç en Bosnie-Herzégovine. De 1999 à 2001, il a été Haut représentant de l’ONU au Kosovo.

Sous le contrôle de Wali, le frère cadet du président Hamid Karzaï, l’Afghanistan est devenu le premier producteur mondial de pavot. Le suc est transformé sur place en héroïne et transporté par l’US Air Force à Camp Bondsteed (Kosovo). Là, la drogue est prise en charge par les hommes d’Haçim Thaçi qui l’écoulent principalement en Europe et accessoirement aux États-Unis [10]. Les bénéfices sont utilisés pour financer les opérations illégales de la CIA.
Karzaï et Thaçi sont des amis personnels de longue date de Bernard Kouchner, qui certainement ignore leurs activités criminelles malgré les rapports internationaux qui y ont été consacrés.

Pour complèter son gouvernement, Nicolas Sarkozy nomme Christine Lagarde, ministre de l’Économie et des Finances. Elle a fait toute sa carrière aux États-Unis où elle a dirigé le prestigieux cabinet de juristes Baker & McKenzie. Au sein du Center for International & Strategic Studies de Dick Cheney, elle a co-présidé avec Zbigniew Brzezinski un groupe de travail qui a supervisé les privatisations en Pologne. Elle a organisé un intense lobbying pour le compte de Lockheed Martin contre les l’avionneur français Dassault [11].

Nouvelle escapade durant l’été. Nicolas, Cécilia, leur maîtresse commune et leurs enfants se font offrir des vacances états-uniennes à Wolfenboroo, non loin de la propriété du président Bush. La facture, cette fois, est payée par Robert F. Agostinelli, un banquier d’affaires italo-new-yorkais, sioniste et néo-conservateur pur sucre qui s’exprime dans Commentary, la revue de l’American Jewish Committee.

La réussite de Nicolas rejaillit sur son demi-frère Pierre-Olivier. Sous le nom américanisé « d’Oliver », il est nommé par Frank Carlucci (qui fut le n°2 de la CIA après avoir été recruté par Frank Wisner Sr.) [12] directeur d’un nouveau fonds de placement du Carlyle Group (la société commune de gestion de portefeuille des Bush et des Ben Laden) [13]. Sans qualité personnelle particulière, il est devenu le 5e noueur de deals dans le monde et gère les principaux avoirs des fonds souverains du Koweit et de Singapour.

La cote de popularité du président est en chute libre dans les sondages. L’un de ses conseillers en communication, Jacques Séguéla, préconise de détourner l’attention du public avec de nouvelles « people stories ». L’annonce du divorce avec Cécilia est publiée par Libération, le journal de son ami Edouard de Rothschild, pour couvrir les slogans des manifestants un jour de grève générale.

Plus fort encore, le communiquant organise une rencontre avec l’artiste et ex-mannequin, Carla Bruni. Quelques jours plus tard, sa liaison avec le président est officialisée et le battage médiatique couvre à nouveau les critiques politiques. Quelques semaines encore et c’est le troisième mariage de Nicolas. Cette fois, il choisit comme témoins Mathilde Agostinelli (l’épouse de Robert) et Nicolas Bazire, ancien directeur de cabinet d’Edouard Balladur devenu associé-gérant chez Rothschild.

Quand les Français auront-ils des yeux pour voir à qui ils ont affaire ?
Thierry Meyssan
<:ver_imprimer:> <:recommander:recommander:> Facebook Twitter Delicious Seenthis Digg RSS

Profile ; 16 juin 2008Les informations contenues dans cet article ont été présentées par Thierry Meyssan lors de la table ronde de clôture de l’Eurasian Media Forum (Kazakhstan, 25 avril 2008) consacrée à la peopolisation et au glamour en politique.

L’intérêt suscite par ces informations a conduit l’auteur à rédiger le présent article qui a été publié par Profile, le principal news magazine russe actuel (édition du 16 juin 2008), sous le titre « ОПЕРАЦИЯ САРКОЗИ ».

Plusieurs versions et traductions non autorisées de cet article ont été diffusées alors que le site du Réseau Voltaire était hors service. Nous vous prions de considérer le présent article comme le seul valide.

[1] « Quand le stay-behind portait De Gaulle au pouvoir », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 27 août 2001

[2] « Quand le stay-behind voulait remplacer De Gaulle », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 10 septembre 2001

[3] L’Énigme Pasqua, par Thierry Meyssan, Golias ed, 2000.

[4] Les requins. Un réseau au cœur des affaires, par Julien Caumer, Flammarion, 1999.

[5] « Un relais des États-Unis en France : la French American Foundation », par Pierre Hillard, Réseau Voltaire, 19 avril 2007.

[6] « Les New York Intellectuals et l’invention du néo-conservatisme », par Denis Boneau, Réseau Voltaire, 26 novembre 2004.

[7] Le responsable US du renseignement, Irving Brown en personne, a revendiqué avoir lui-même recruté et formé MM. Jospin et Cambadélis pour lutter contre les staliniens alors qu’ils militaient chez les lambertistes pour, cf. Éminences grises, Roger Faligot et Rémi Kauffer, Fayard, 1992 ; « The Origin of CIA Financing of AFL Programs » in Covert Action Quaterly, n° 76, 1999. Il importe d’éviter une interprétation anachronique : leur engagement au service des USA est celui d’atlantistes durant la Guerre froide. Au-delà, il les conduira, par exemple, en 1999, à jouer un rôle central dans l’engagement de Paris au sein de l’OTAN pour bombarder Belgrade, pourtant allié traditionnel de la France. De même, il importe d’éviter les fausses équivalences : la collaboration de Nicolas Sarkozy avec les USA ne s’est pas développée sur une base idéologique, mais relationnelle et carriériste (note modifiée le 27 juillet 2008 en réponse à des lecteurs).

[8] « Dominique Strauss-Kahn, l’homme de « Condi » au FMI », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 octobre 2007.

[9] « Alain Bauer, de la SAIC au GOdF », Note d’information du Réseau Voltaire, 1er octobre 2000.

[10] « Le gouvernement kosovar et le crime organisé », par Jürgen Roth, Horizons et débats, 8 avril 2008.

[11] « Avec Christine Lagarde, l’industrie US entre au gouvernement français », Réseau Voltaire, 22 juin 2005.

[12] « L’honorable Frank Carlucci », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 11 février 2004.

[13] « Les liens financiers occultes des Bush et des Ben Laden » et « Le Carlyle Group, une affaire d’initiés », Réseau Voltaire, 16 octobre 2001 et 9 février 2004.
avatar
tchektuf

Messages : 435
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


essuyer un grain veut il dire en avoir un

Message par tchektuf le Jeu 18 Déc - 0:06

un destin aux petits oignons





ah quand le dessert ?
avatar
tchektuf

Messages : 435
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Ven 19 Déc - 20:23

En la matière Zemmour aussi se veut visionnaire - même s'il ne fait que reprendre les analyses de Soral - en faisant germer dans les esprits la probabilité d'une future guerre civile.

Maître DK laissait entendre que, peut-être, seuls de graves événements seraient à même de réveiller la France de son piteux état...

Toujours la même antienne d'un processus évolutif à coups de pompes dans le cul...

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Sam 27 Déc - 12:51

De la promo incessante de la guerre civile dans les médias  Evil or Very Mad ...








Drame de Nantes : le forcené aurait crié « Où est le bar ? » et non « Allah Akbar ! »




Merci à Abder pour ce trait d’humour ! Mieux vaut en rire, malgré la dégaine rapide de Manu El-Blancos qui, avant d’admettre que ce fait-divers n’avait pas de motivation politique et ne semblait pas être lié à ceux de Dijon et de Joué-lès-Tours, avait pourtant déclaré dans la matinée que  » jamais nous n’avons connu un aussi grand danger en matière de terrorisme » en France. Toujours cette promptitude à cibler la communauté la plus fragile et fragilisée de France. Tout en compatissant à la douleur des victimes et de leurs familles, il y a lieu d’exprimer une certaine inquiétude devant la multiplication d’actes attribués à des islamistes djihadistes, alors que leurs auteurs sont des toxicos déviants, connus des services de police. Le choix des « Oswald » devrait se faire avec plus de prudence et d’intelligence mais la médiocrité des services, de la pressetituée et des politiques est si grande que l’on ose tout !




Drame de Nantes : le forcené était solitaire, alcoolique et paranoïaque




Une enquête a été ouverte mardi pour assassinat et tentative d’assassinat contre l’homme de 37 ans qui a foncé dans la foule sur le marché de Noël de Nantes lundi soir. On en sait un peu plus sur le profil du forcené. On en sait un peu plus sur l’homme qui, au volant d’une camionnette, a foncé lundi soir dans la foule sur un marché de Noël à Nantes (Loire-Atlantique).

Âgé de 37 ans, il se nomme Sébastien Sarron et réside à Berneuil, un petit village de 800 habitants, près de Saintes (Charente-Maritime) où était immatriculé son véhicule.

Toujours hospitalisé à Nantes ce mardi après s’être porté une douzaine de coups de couteau au thorax avant son interpellation, il pourrait avoir perdu récemment son emploi de pépiniériste. La procureur de la République, Brigitte Lamy, a évoqué «certains problèmes d’alcoolisme» concernant le suspect. Mais il n’était pas, semble-t-il, «suivi sur le plan psychiatrique». «Son état se serait détérioré ces dernières semaines», a-t-elle toutefois précisé.




_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Dim 4 Jan - 13:25

Sacré Houellebecq, ou l'art de se mettre systématiquement au coeur des plus vives polémiques...










Après le Suicide français de Zemmour et son succès de librairie, c’est Houellebecq connu pour ses sentiments islamophobes, qui s’essaie dans un mouvement imprimé par l’air du temps, à répandre la peur au sein des Français en pointant du doigt le musulman et en dressant un tableau noir de ce qui adviendrait à la France si jamais elle portait à sa tête un adepte de cette religion qui semble hanter manifestement ses nuits. Il s’agit clairement d’une fiction et c’est ce qui fait le plus peur ; car sachant parfaitement que cette utopie ne se réalisera jamais, Houllebecq tient quand même à faire vivre à ses lecteurs — déjà suffisamment conditionnés par la propagande ambiante –  les frissons d’horreur qu’ils auraient à vivre si jamais… Certains intellectuels jouent avec le feu.  Ceux qui sont conscients des conséquences incalculables qui pourraient en résulter, savent que c’est un jeu éminemment dangereux. Au lieu de dénoncer les nombreux fléaux qui gangrènent notre pays en hypothéquant son avenir, comme la corruption, la maçonnerie criminelle, l’incivisme des politiques, la mainmise de la finance internationale, le chômage, la dégénérescence des mœurs, le recul de l’instruction publique et tutti quanti, monsieur Houellebecq se trompe lourdement de cible en accusant des citoyens brimés, largement minoritaires et totalement impuissants. Gageons que lorsque la France se relèvera et retrouvera sa grandeur d’antan, ces écrivaillons haineux auront à répondre de leur vilénie.
Michel Houellebecq s’est défendu de toute provocation ou satire samedi, quelques jours avant la sortie-événement de son nouveau roman polémique, « Soumission », dans lequel il imagine une France dirigée par le chef d’un parti musulman. Depuis des semaines, critiques littéraires et intellectuels s’interrogeaient sur le nouveau livre de l’écrivain français vivant le plus connu à l’étranger. Nouvelle provocation ? Fable ironique ? Premier ou deuxième degré ? Prédiction de ce qui menacerait la France ? Islamophobie récurrente de celui qui avait déclaré en 2001 « la religion la plus con, c’est quand même l’islam » ? Ce roman « restera comme une date dans l’histoire des idées, qui marquera l’irruption -ou le retour- des thèses de l’extrême droite dans la haute littérature ». Le livre « adoube les idées du FN, ou bien celles d’Eric Zemmour, au cœur de l’élite intellectuelle », écrivait samedi le directeur de Libération, Laurent Joffrin. Pour le philosophe Alain Finkielkraut au contraire, Houellebecq « a les yeux ouverts et ne se laisse pas intimider par le politiquement correct ». Il décrit « un avenir qui n’est pas certain mais qui est plausible ». Pour la première fois, c’est Houellebecq qui a pris la parole dans une longue interview accordée au journaliste de France Culture Sylvain Bourmeau, parue samedi en anglais dans la revue littéraire américaine Paris Review, en ligne dans le journal allemand Die Welt et en français sur le blog du journaliste hébergé par Mediapart.



_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Jeu 8 Jan - 18:41




Sad








... Et voilà, nous avons notre 11 septembre ...

Comme l'assenaient nos médias la question n'était pas de savoir si la France essuierait un attentat mais quand...

Pensées pour les victimes et leurs proches...

Conflit de civilisations, guerre civile...

Le mauvais scénar se déroule et continuera tant que les êtres humains resteront des machines programmables... il n'est pas difficile pour les Maîtres de ce monde de prédire les réactions des masses... il suffit de constater les conditionnements et particularismes des divers groupes et de jouer sur leurs divisions, et d'appuyer sur le bouton quand la nécessité se fait sentir pour engendrer tels ou tels événements..... nos médias ont une grande responsabilité dans tout cela..... des pantins qui savent quoi faire pour satisfaire leurs Maîtres

Si nous étions réellement des individus, créatifs, vivants, réfléchis, responsables, bref si nous refusions toute appartenance à tout troupeau bêlant quel qu'il soit il serait bien plus compliqué de nous mener ainsi à l'abattoir. Il n'y aurait plus de "Maître de ce monde";  nous serions enfin des individualités libres et responsables............

Au fond de lui-même l'homme désire le bonheur, le bien, et il se vautre dans l'affliction, le mal. L'ennemi est en lui-même; nous sommes TOUS RESPONSABLES. Tous responsables de ce monde que nous perpétuons, qui est nous-mêmes. Un monde divisé, comme nous sommes divisés et fragmentés en nous-mêmes.

Les temps s'accélèrent et l'opportunité est là de grandir davantage notre lumière, de devenir plus puissants dans la Lumière; si les êtres de bonne volonté ne sont pas suffisamment nombreux pour accomplir un travail dans ce sens, le chaos ne peut que se déchaîner toujours plus.

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par obsidienne le Ven 9 Jan - 14:39

Paix à leurs âmes ! Je suis sous le choc Crying or Very sad

L'humanité est en régression
avatar
obsidienne

Messages : 3787
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par tchektuf le Ven 9 Jan - 17:27

je ne fais pas partie des blessés .
Quand on a étudié le dossier on voit qu'une majorité les âmes qui se sont allégées de leur corps dans cet événement ont subi un retour de karma inévitable.

ce que suppose cet événement montre le timing du déroulemnt de l'agenda

le nombrilisme pathologique des français montre qu'ils serront soufflés par les événements qui suivront .
j'ai mis sur le site ,il y a peu de temps une vidéo d'une voyante ,maud kristen,qui annonçait la couleur

l'aliénation mentale qui s'accélere chez les français montre des comportements convenus connus dans un sens regressif, à un moment où le réveil est obligatoire.

les sites d'hommes responsables ont fait un dossier sur l'événement.

pour changer de référence on trouve des éléments du dossier ici sur un des sites les plus anciens pour la presse alternative

http://www.presselibreinternationale.com/

en plus des sites connus ou l'essentiel est déjà dit
avatar
tchektuf

Messages : 435
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par tchektuf le Ven 9 Jan - 18:49

un autre article  de questionnement qui qui extrait les ames déchues de l'immersion dans le cerveau limbique psalmodiant l'ode à charlie(lie de quoi?)

http://www.vineyardsaker.fr/2015/01/09/loeil-itinerant-qui-profite-davoir-tue-charlie/
Analyses, Attentats, France, L’oeil itinérant (Pepe Escobar)
Photo Pepe Escobar[L’œil itinérant] Qui profite d’avoir tué Charlie ?
9 janvier 2015 The French Saker

Un commando djihadiste au style professionnel livre une attaque en plein cœur de Paris. Cui bono? Une préparation et une organisation minutieuses, des Kalachnikovs, un lance-roquettes, des cagoules, une veste à munitions couleur sable bourrée de chargeurs supplémentaires, des bottes de l’armée, une évasion facile à bord d’une Citroën noire…

Des bougies sont placées près d’une affiche lisant « Je suis Charlie » et un crayon à La Rochelle le 7 janvier 2015, alors que les gens se sont rassemblés pour rendre hommage aux douze personnes tuées lors d’une attaque par deux hommes armés aux bureaux du journal satyrique français Charlie Hebdo, à Paris – Photo AFP/Xavier LeotyDes bougies sont placées près d’une affiche lisant « Je suis Charlie » et un crayon à La Rochelle le 7 janvier 2015, alors que les gens se sont rassemblés pour rendre hommage aux douze personnes tuées lors d’une attaque par deux hommes armés aux bureaux du journal satyrique français Charlie Hebdo, à Paris – Photo AFP/Xavier Leoty

Et le glaçage sur ce gâteau particulièrement mortel : un soutien logistique basé à Paris impeccable, pour tout mener à bien. Un ancien officier militaire de haut rang, Frédéric Gallois, a mis l’accent sur le fait de l’application parfaite des « techniques de guérilla urbaine » (où sont ces fameux « experts » en contre-terrorisme occidentaux quand vous en avez besoin ?).

Certains ont affirmé qu’ils parlaient un français parfait, tandis que d’autres ont soutenu que leur maîtrise de la langue était mauvaise et hésitante. Quoi qu’il en soit, ce qui importe est qu’ils aient prononcé le mot magique: « Nous sommes al-Qaeda. » Encore mieux, ils ont dit à un homme dans la rue : « Dites aux médias qu’il s’agit d’al-Qaeda au Yémen, » ce qui signifie, dans la terminologie US de la terreur, al-Qaeda dans la péninsule arabique (AQAP), qui avait mis l’éditeur/dessinateur de Charlie Hebdo (« Charb ») sur liste noire dûment promue par le magazine de luxe d’AQAP, « Inspire« . L’accusation: « Insulte envers le Prophète Mohammed« .

Et, histoire d’être sûrs que tous avaient bien enregistré les coupables, les tueurs ont également ajouté: « Allahu Akbar« , « Nous avons tué Charlie Hebdo« , et « Nous avons vengé le Prophète« .

je suis charlie
Affaire classée ? Hé bien, il n’a fallu que quelques heures à la police française pour identifier les suspects (classiques ?) : les frères algériens Said et Cherif Kouachi. Le troisième homme, le chauffeur de la Citroën noire, apparemment le jeune Hamyd Mourad, 18 ans, s’est plus tard livré à la police avec un alibi en béton armé. Le troisième homme demeure donc un mystère.

Ils portaient tous des cagoules. Les frères Kouachi n’ont pas été capturés, mais la police semble très bien savoir qui ils sont. Parce qu’ils ont trouvé une carte d’identité abandonnée dans la Citroën noire (oh, les soucis d’être sur une commande pressée…). Comment se fait-il qu’ils n’aient rien su avant le carnage ?

À point nommé, la bio’ de Cherif Kouachi a été diffusée dans tous les coins. Il était sur une liste de surveillance globale. Avec six autres, il avait été condamné en mai 2008 à trois ans de prison pour « terrorisme » ; en fait d’avoir livré une douzaine de jeunes Français via des madrassas en Égypte et en Syrie à nul autre qu’Abou Moussab al-Zarqaoui, l’ex-chef d’al-Qaeda en Irak tué-par-un-missile-US et père spirituel de Daesh/ISIS/ISIL.

Des journalistes slovènes tiennent des crayons et des pancartes lisant en français « Je suis Charlie » pendant un rassemblement en hommage aux victimes de l’attaque de l’hebdomadaire satyrique français Charlie Hebdo, le 8 janvier 2015 à Llubljana, un jour après que deux hommes armés aient tué 12 personnes dans une attaque islamiste aux bureaux éditoriaux de Charlie hebdo à Paris – Photo AFP/Jure MakovecDes journalistes slovènes tiennent des crayons et des pancartes lisant en français « Je suis Charlie » pendant un rassemblement en hommage aux victimes de l’attaque de l’hebdomadaire satyrique français Charlie Hebdo, le 8 janvier 2015 à Llubljana, un jour après que deux hommes armés aient tué 12 personnes dans une attaque islamiste aux bureaux éditoriaux de Charlie hebdo à Paris – Photo AFP/Jure Makovec

Aussi à point nommé, un récit complet était prêt à la consommation de masse. Selon les « experts » de la police française, cela pouvait être une attaque « ordonnée depuis l’étranger et exécutée par des Djihadistes revenant de Syrie qui nous ont échappés », ou cela pourrait être « des idiots banlieusards qui se sont radicalisés et ont concocté cette attaque militaire au nom d’al-Qaeda ».

Jetez l’option 2, s’il vous plaît. C’était du travail de pro. Ne restant que l’option 1, cela pointe tout droit vers (quoi d’autre) un retour de bâton. Oui, ils pourraient être des mercenaires de Daesh/ISIS/ISIL entraînés par l’OTAN (essentiel, la France aussi) en Turquie et/ou en Jordanie. Mais cela pourrait être un faux drapeau encore plus nauséabond. Ils pourraient aussi être des anciens ou des agents en activité des forces spéciales françaises.

Il fallait s’y attendre, les camelots de l’islamo-fascisme s’en prennent déjà à cœur-joie. Pour les simplets/trolls/hordes qui exhibent d’un QI de niveau sub-zoologique, en cas de doute, diabolisez l’Islam. C’est tellement commode d’oublier que des millions sans nombre depuis les zones tribales du Pakistan aux marchés urbains à travers l’Irak, continuent de ressentir la douleur dévaster leurs cœurs et leurs vies puisqu’ils sont les victimes sacrifiables de l’état d’esprit djihadiste (ou « culture de la Kalachnikov« , telle qu’elle est connue au Pakistan), qui a bénéficié à L’Occident directement ou indirectement, pendant des décennies. Songez aux attaques de drones rituelles de civils pakistanais, yéménites, syriens, irakiens ou libyens. Songez à Sadr City subissant un carnage dix fois plus grave que Paris.

Ce qu’a décrit le Président français François Hollande comme « un acte de barbarie exceptionnelle » (et il l’est) ne s’applique pas quand l’Occident, la France en première ligne, du Roi Sarko au Général Hollande lui-même, arme, entraîne et contrôle à distance un assortiment de coupeurs de têtes et de mercenaires de la Libye à la Syrie. Oh ouais, tuer des civils à Tripoli ou à Alep là il n’y a pas de problèmes, mais ne le faites pas à Paris.

Les gens observent une minute de silence à Istanbul le 8 janvier 2015 pour les victimes d’une attaque par des hommes armés sur les bureaux du journal satyrique français Charlie Hebdo à Paris le 7 janvier, qui a fait au moins 12 morts et plusieurs blessés – Photo AFP/Bulent KilicLes gens observent une minute de silence à Istanbul le 8 janvier 2015 pour les victimes d’une attaque par des hommes armés sur les bureaux du journal satyrique français Charlie Hebdo à Paris le 7 janvier, qui a fait au moins 12 morts et plusieurs blessés – Photo AFP/Bulent Kilic

Donc ceci, au cœur de l’Europe, est ce à quoi ressemble un retour de bâton. C’est ce que ressentent les gens au Waziristan quand une fête de mariage est incinérée par un missile Hellfire. Parallèlement, il est absolument impossible d’apporter du crédit à la notion que le réseau sophistiqué de contre-espionnage occidental n’ait pas vu venir ce retour de bâton – et été incapable de l’empêcher.

Bien entendu le réseau ultra-élaboré de contre-terrorisme occidental (si efficace pour nous dénuder dans tous les aéroports) l’avait vu venir. Mais sur le terrain des guerres de l’ombre, « al-Qaeda » et ses légions de déclinaisons, y compris les « renégats«  de Daesh/ISIS/ISIL, sont utilisés autant comme armée de mercenaires que comme menace domestique commode « contre nos libertés« .

La pataugeoire intellectuelle US (Think Tankland), de façon également prévisible, s’occupe à raconter le scénario d’une scission « intra-musulmane » qui fournit aux Djihadistes beaucoup d’espace géopolitique à exploiter – tout ceci aspirant le monde occidental dans une guerre civile musulmane. C’est totalement ridicule. L’Empire du Chaos, déjà dans les années ’70, était occupé à cultiver la culture djihadiste/Kalachnikov pour combattre n’importe quoi, depuis l’URSS à des mouvements nationalistes à travers tout le Sud global. Diviser Pour Mieux Régner a toujours servi à ventiler les flammes « intra-musulmanes« , depuis l’administration Clinton faisant copain-copain avec les Talibans jusqu’au régime Cheney – avec l’aide de vassaux du Golfe Persique – approfondissant le schisme Sunnite/Chiite.

Cui bono, donc, d’avoir tué Charlie ? Seulement à ceux dont l’agenda est de diaboliser l’Islam. Même une bande de fanatiques ayant subi un lavage de cerveau ne se livrerait pas au carnage de Charlie pour montrer aux gens qui les accusent d’être des barbares qu’ils sont, en réalité, des barbares. Le renseignement français a au moins conclu qu’il ne s’agissait pas là d’une affaire de bombe fourrée dans un slip. C’était un boulot de professionnel qui s’est déroulé tout juste quelques jours après que la France ait reconnu le droit à un état palestinien. Et juste quelques jours après que le Général Hollande ait demandé la levée des sanctions contre la « menace » russe.

Des gens sont rassemblés près d’affiches lisant « je suis Charlie » et des bougies placées sur le sol, après avoir observé une minute de silence au Vieux Port de Marseille le 8 janvier 2015, en hommage aux victimes d’une attaque par des hommes armés aux bureaux du journal satyrique français Charlie Hebdo à Paris le 7 janvier 2015 – Photo AFP/Anne-Christine PoujoulatDes gens sont rassemblés près d’affiches lisant « je suis Charlie » et des bougies placées sur le sol, après avoir observé une minute de silence au Vieux Port de Marseille le 8 janvier 2015, en hommage aux victimes d’une attaque par des hommes armés aux bureaux du journal satyrique français Charlie Hebdo à Paris le 7 janvier 2015 – Photo AFP/Anne-Christine Poujoulat

Les Maîtres de l’Univers, qui jouent sur les vrais leviers de l’Empire du Chaos, flippent du chaos systémique dans le racket qu’ils avaient jusque là l’illusion de contrôler. Ne vous y trompez pas, l’Empire du Chaos fera ce qu’il peut pour exploiter l’environnement post-Charlie, que ce soit un retour de bâton ou un false flag.

L’administration Obama mobilise déjà le Conseil de Sécurité de l’ONU. Le FBI « aide » avec l’enquête française. Et comme un analyste italien le dit mémorablement, les Djihadistes ne s’attaquent pas à un fonds spéculatif vampirique; ils s’attaquent à un torchon satyrique. Ce n’est pas de la religion, mais de la géopolitique pure et dure. Qui me rappelle David Bowie : « Ceci n’est pas du rock’n’roll. C’est du suicide.«

L’administration Obama s’est déjà mobilisée pour offrir une « protection » – de type Mafia – à une Europe de l’Ouest qui commence juste, tout juste à manquer d’assurance face à la « menace » russe pré-fabriquée. Et comme il se trouve, juste quand l’Empire du Chaos en a le plus besoin, la maléfique « terreur » pointe encore le bout de son nez.

Et oui, je suis Charlie. Pas seulement parce qu’ils nous ont fait rire,mais parce qu’ils ont été des agneaux sacrificiels dans des jeux de l’ombre beaucoup, beaucoup plus méchants, horribles et perpétuels.


j'ajoute un commentaire que j'ai fait sur un site  apres la publication de l'événement




   Depuis que les 2 derniers camenberts de marque "président" ont godillé la france vers son funeste destin, les protections qui protégeaient la france on pratiquement disparu.
   Les francais vont enfin touché du doigt la réalité de leur responsabilité.
   le systeme immunitaire de la france a cédé sous l'action des incapables et malfaisants .

   les français aiment bien se complaire à être des moutons qui attendent qu'on leur dicte ce qu'ils doivent penser ;d'où les 2 derniers camenberts ."président" à la manoeuvre.
   Ainsi la france peut devenir facilement une dictature car les moutons attendent qu'on leur dicte ce qu'ils doivent penser.

   Daniele Ganser dans " .Les armées secrètes de l’OTAN " a montré comment le terrorisme à été structuré et encouragé en europe aprés 1945 par le pouvoir anglosaxon pour discréditer le pouvoir communiste..

   Ce pouvoir anglosaxon a toujours provoqué et utilisé les tensions et les conflits pour affaiblir ceux qu'il veut dominer....
   .la phase en cours est "islamique" et fonctionne tres bien et va progresser .

   ce qui vient de se passer n'en est qu'une illustration, rien de plus et l'on pleurniche sur quelques victimes alors que cette stratégie du conflit a provoqué des millions de morts (1 500 0000 pour l'irak) dans les anciens pays colonisés qui sombrent dans les guerres tribales ,ethniques et confessionnelles.
   Le temps pour l'éveil de l'intelligence est passé, le temps de la souffrance intense s'accelere pour ceux qui ne veulent pas muté dans leurs conscience..
   8 janvier 2015 02:13


   aprés avoir posté mon commentaire j'ai lu l'analyse de T.Meyssan qui me parait juste et étaille en partie mon propos


[url= http://www.wikistrike.com/2015/01/qui-a-commandite-l-attentat-contre-charlie-hebdo-t-meyssan.html]   http://www.wikistrike.com/2015/01/qui-a-commandite-l-attentat-contre-charlie-hebdo-t-meyssan.html[/url]



avatar
tchektuf

Messages : 435
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Sam 10 Jan - 17:27

Des kalachnikov en réponse à des dessins orduriers, la disproportion est monstrueuse, abjecte, insensée... hélas avec les réactions pavloviennes des uns et des autres, le nouveau désordre mondial avance avec une aisance diabolique...

Maintenant et quelle que soit la réalité des faits derrière cet attentat précisément, il est certain que la France commence à payer dans sa chair les multiples trahisons, méfaits et lourdes erreurs de ses dirigeants en matière notamment de politique étrangère. Les français choisissent et veautent soit, mais les élus trahissent systématiquement; les masses certes assoupies mais surtout férocement muselées par un système fait pour entretenir et perpétuer le règne de ces mêmes élites en nous dépossédant toujours plus de notre souveraineté. La guerre menée contre les peuples est d'une férocité phénoménale. Ahriman en force tant que l'individu n'aura pas émergé , tant que la conscience restera prisonnière des conditionnnements, propagandes, systèmes en tous genres.

En attendant nous y voilà comme le prévoyait maître DK la France s'éveille dans le feu de la souffrance - et ce n'est que le début...

C'est dans le feu de la souffrance que la prise de conscience d'une humanité Une doit émerger... maître DK parle d'une "crise d'amour" qui doit pouvoir devenir possible dans le feu des circonstances et des pressions accrues et qui permettrait un alignement plus rapproché de l'humanité sur la Hiérarchie spirituelle...


______________




Charlie Hebdo décapité : la paix c’est quand la guerre est ailleurs


 


Depuis le 11 septembre 2001, un chapelet planétaire d’attentats et d’enlèvements s’égraine jour après jour dans le cycle infernal action-répression, engendrant tant d’exactions qu’il semble impossible d’en faire un récapitulatif exhaustif.
 
De fraîche date…

Le 16 décembre 2014, à Peshawar (Pakistan), un attentat sanglant tue 141 personnes, dont 132 enfants écoliers (bilan provisoire). Ce type d’action a fait 40 à 50 000 morts en dix ans dans ce pays depuis l’après-11 Septembre. Cet acte effroyable a échappé à la Une de nos médias, peut-être à cause de l’habitude qui blase.

Le 6 janvier 2015, à 15 heures (GTM), à Istanbul (Turquie), une « combattante martyr » se fait exploser, tuant un policier.

Hier, 7 janvier 2015, vers 7 heures du matin, à Sanaa (Yémen), un attentat à la voiture piégée a tué 37 jeunes hommes sans travail qui attendaient sur un trottoir dans l’espoir d’être embauchés dans la police… et fait 70 blessés (bilan provisoire).

Ce même 7 janvier 2015, à 11 h 30 (4 h et demie plus tard), à Paris, une expédition fanatique mitraille et assassine la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo. Elle déclenche une émotion nationale. Elle est relayée tous-azimuts en boucle sur tous les médias d’autant plus que les victimes sont pour la plupart des journalistes, comprenant de surcroît des plumes et des crayons qui ont accompagnés toutes les générations de la société française dans leur émancipation face aux « valeurs anciennes », militaires et religieuses, d’après la Deuxième Guerre mondiale.
Naturellement, c’est la liberté d’expression qui est visée, et nous devons bien sûr la défendre bec et ongles. Cependant, dans le contexte politique particulier de notre pays, il semblerait que seul cet acte odieux soit rassembleur. Aussi tout ce que compte la France de sensibilités et de partis s’insurge, y compris les plus enclins à bâillonner : méfions-nous d’un Patriot Act à la française.

Nous devons avoir conscience que cette spirale infernale et fanatique est alimentée par la conquête des puissances occidentales de l’après Guerre froide, menée visant à s’approprier énergies et richesses du monde dans la poursuite d’une géostratégie accablante, et comme nos pays voisins, nous sommes suiveurs de notre mentor et meneur états-unien. Une menée belliqueuse sur l’Irak, l’Afghanistan, le Pakistan, et ses répercussions dans les pays d’Asie centrale, dont la préchauffe permanente est le conflit israélo-palestinien, débordant au Liban, puis en Syrie, et aussi en Iran, sans oublier Somalie, Yémen, Soudan, Libye, Mali et autres pays attenants. D’ailleurs, il suffit de regarder la carte du monde où ont lieu les rassemblements « Je suis Charlie » pour s’apercevoir en creux où sont les germes de la vengeance : Asie centrale, Moyen-Orient, Afrique.

Il est urgent et pertinent de réaliser que l’argent de nos impôts participe à un budget militaire « sanctuarisé » qui accompagne, voire mène, et alimente ce qui nous réunit aujourd’hui.

 
]André Bouny


Source : mondialisation.ca

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Lun 12 Jan - 20:52




11 01 2015

Rassemblement historique





















_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Lun 12 Jan - 21:01



































_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Lun 12 Jan - 21:06





_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Lun 12 Jan - 21:09




A méditer : la politique d’ingérence française en Libye, au Sahel, en Syrie et en Irak







L’attentat perpétré contre les journalistes de Charlie Hebdo a provoqué un tollé général. Au total douze personnes assassinées dont deux policiers. Ce cataclysme qui a endeuillé une nation devrait quand même faire méditer ces millions de français à ces souffrances infligées délibérément au nom d’une quelconque cause.

Et pourtant, si la mort de douze personnes a été ressentie de la sorte, que dirait-on du massacre de milliers d’innocents au vu et au su du monde entier. Les massacres israéliens à Gaza en 2009 et 2014 ont occasionné le décès de près de quatre mille innocents. Face à ces génocides, la plupart des médias français ont fait preuve d’un mépris incommensurable. Les chaînes télé, dont le parti pris n’est plus à démontrer, avaient habilement expliqué que les actes barbares de l’armée sioniste étaient dus « aux provocations du Hamas avec ses fameuses roquettes ». Les médias français, qui n’ont jamais cessé d’ériger « l’holocauste » en nouvelle religion, ne semblaient pas ressentir la douleur des mères, des pères et des enfants palestiniens face à la perte de leurs proches sauvagement massacrés à coups de bombes.

Et pourtant, ces innocents aussi méritaient de vivre. Par ailleurs, depuis le déclenchement du fameux « printemps arabe » en 2011, les responsables français devraient également ressentir la douleur des familles de ces milliers d’innocents massacrés en Libye et en Syrie. Or, les diplomates français semblaient se délecter de ces pertes humaines au nom de la guerre pour l’instauration de nouvelles démocraties. Le chaos libyen est donc un bon indicateur de « démocratie » instaurée par Sarkozy et son ami philosioniste BHL.

Cela dit, attardons-nous un instant sur la Libye, où la situation sécuritaire s’est encore dégradée, tandis que l’armée et les forces du général Haftar mènent des offensives à l’ouest de Tripoli et à Benghazi, pour tenter de reconquérir ces deux villes. Tandis que l’aviation libyenne a attaqué l’aéroport de Mitiga, contrôlé par les milices de Fajr Libya, l’armée a décrété, le 21 novembre, la fermeture des aéroports de Mitiga (Tripoli) et de Misrata, de même que les ports de Misrata, Syrte et Zawiya, contrôlés par ces milices, qui les utilisent pour acheminer des armes. Mais cette décision a été contestée par le chef du gouvernement, qui craint qu’elle ne contribue à creuser le fossé entre l’ouest et l’est du pays et à nourrir la méfiance de la Cyrénaïque à l’égard du gouvernement de Tripoli. Ce conflit entre le gouvernement et les forces armées complique les efforts de certains pays, qui soutiennent les autorités légales libyennes, notamment l’Égypte et les Émirats arabes unis, qui ne parviennent pas à convaincre les Occidentaux de lever leur embargo sur la livraison d’armes à la Libye. Selon des sources de renseignement arabes, certaines demandes d’armements attendent depuis trois mois d’être examinées par les autorités américaines et britanniques, ce qui n’est pas de nature à aider à la lutte contre le terrorisme en Afrique du Nord.

Ainsi, cet attentat sur le sol français devrait faire réfléchir la diplomatie française à revoir sa politique d’ingérence en Libye, au Sahel, en Syrie et en Irak.

Chérif Abdedaïm


_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par tchektuf le Mar 13 Jan - 4:12

pour celui qui a le souci de vérité la signification de l'événement est évidente et les suites aussi .Oui l'agenda se déroule normalement .le réveil collectif sera t il possible ?
le siécle qui s'est écoulé a montré que ce réveil n'était pas désiré
le nouveau siécle l'a monté d'aventages en proportion des événements.je suis sidéré par la monstruosité de l'aveuglement qui confirme ce qui nous attend.
Ceux qui sont sensitifs ont bien capté cela et l'obligation à une mutation radicale.il faudra désormais se comporter intuitivement.C'est ce que je fais dans ce post.

avatar
tchektuf

Messages : 435
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Mar 13 Jan - 18:42

Je rêve d'un bouton RESET pour déprogrammer tout ça, mais le seul facteur, l'impondérable qui puisse déjouer ce mauvais scénar dont on connaît pourtant la suite sans pouvoir apparemment l'arrêter, reste l'amour qui pourrait apporter les changements radicaux dans la conscience de l'humanité. Car dans ce combat l'humanité peut être soutenue par la lumière si elle prend la bonne orientation et résiste au chaos et à la division suicidaire vers lesquels certaines forces souhaitent l'entraîner - de force!!... il faut également dépasser une sorte d'autocensure et d'autoempêchement de penser - forts utiles pour continuer à se sentir aggloméré au consensus, au discours officiel, fait de propagandes, de mensonges et de tabous, pour ne pas se voir jeter la pierre et ostraciser du troupeau - autoempêchement de penser qui est la marque de consciences anesthésiées par un terrorisme tacite, celui de l'obligation d'adhérer en tous points à ce même discours officiel parfois si éloigné des faits ou si prompt à constater des effets en restant obstinément oublieux des causes qu'on croit vraiment vivre en plein Truman Show. Une schyzophrénie qui ne peut avoir que des conséquences désastreuses.

Des consciences ligotées, assujetties à ce Système broyeur c'est ça le terrorisme universel car l'individu libre, responsable et réfléchi n'y a pas sa place: il est étouffé, anéanti; seul Ahriman continue de mener la danse. Ce terrorisme universel que l'humanité subit depuis des millénaires............... Y a-t-il une chance de lui porter un coup fatal dans cette époque de Crise sans précédent??? Chaque individu est d'une extrême importance dans ce combat et chacun a son rôle à jouer...................

Rappelons ce qu'indiquait Krishnamurti sur cette question de la conscience humaine et de ces temps critiques:

pour que l'humanité s'aligne enfin sur les forces qui pourront stopper ce long cauchemar qui atteint son paroxysme critique à notre époque:


"Jetez loin de vous le contenu de la conscience. Il doit y avoir pure conscience, pure présence, pure écoute."


Voilà ce qu'est l'amour, un état de conscience hors de portée du temps, de la pensée, et donc de toutes les divisions, de tous les mécanismes, manigances et autres flèches ahrimaniennes.




_________________





Incroyable, c'est pas à la tv française qu'on verrait ça...



Giulietto Chiesa : "Nous avons créé de toutes pièces le terrorisme islamique"





Le journaliste italien Giulietto Chiesa était invité à la célèbre émission talkshow de la télévision italienne, La Gabbia (« La cage » en français, NdT) dimanche 11 janvier, soit le jour même de la grande manifestation dans les plus grandes villes de France après les attentats à Paris, qui ont fait 17 morts. Son analyse détonne particulièrement lors de ce débat, où il remet en cause à la fois le récit des événements qui nous a été fait et les liens de cette affaire avec la politique étrangère occidentale en Libye et en Syrie ces dernières années.



_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Mar 13 Jan - 19:42




La réaction du « monde musulman » en 25 illustrations sur Charlie




Beaucoup attendaient la réaction du monde arabe avec impatience, notamment via la presse, face à l’attentat meurtrier qui a frappé Charlie Hebdo à Paris ce 7 janvier. Scènes de réjouissances ? Actes bien mérités ? Non. La majorité des illustrateurs et journaux du monde arabe s’indignent de cette atteinte à la liberté d’expression et aux droits humains, et ce même si Charlie Hebdo a usé de l’image du prophète pour dénoncer le fanatisme religieux.

Contrairement à ce que certains veulent faire croire pour alimenter la haine, notamment à l’aide de vidéos non-sourcées et d’amalgames odieux, le monde musulman est profondément indigné depuis l’étranger. A l’exception de quelques journaux conservateurs et des extrêmes aimés des caméras (aucun pays n’est épargné), les journalistes et dessinateurs répondent par des caricatures contre le fanatisme religieux. Voici une petit sélection de la manière dont ces médias ont décidé de représenter leur indignation. De quoi faire comprendre que les musulmans dignes d’intelligence ne cautionnent pas les atrocités ni les menaces des groupes djihadistes et autres fanatiques.

Palestine – par Amjad Rasmi



Journal Al Araby  » Liberté d’expression « 




Maroc. « La pensée extrémiste » par Omar Abdalat

Journal du Qatar « Al-Arabi Al-Jadeed »
Egypte. Par « Anuar », Journal Al-Masry Al-Youm

Egypte. Journal Al-Masry Al-Youm : « Pour un sarcasme libre et indépendant! »
Journal An Nahar : « Mais ! Il m’a appelé terroriste !« 

Maroc (?) – par Jáled Gueddar

Egypte – signé Maclouf

Journal arabe Al Quds al Arabi, signé Majlufmakhlouz. Titré : « les musulmans sont les premières victimes »

Koweït – Journal Al Jareeda
Journal An Nahar 

Journal Al Akhbar (pro-Hezbollah) met dans la même ligne de mire Charlie Hebdo et les musulmans  » la liberté en l’air »

Egypte – signé Makhlouf

Maroc : La liberté de la presse assassinée. Journal marocain.


_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Mar 13 Jan - 19:44

A la vue de ces images, le monde musulman à l’étranger semble parfaitement à même de prendre position sur ces atrocités en condamnant le fanatisme d’une minorité. Notons cependant que, dans la presse écrite étrangère, certains journaux conservateurs et ambigus vont tout de même avoir un discours culpabilisant et/ou complotiste (source).  Mais si la plupart des musulmans étrangers ne font pas d’amalgame, pourquoi tant de français nagent dans la plus parfaite confusion ? A qui profite la division ?
Par ailleurs, les internautes du monde arabe furent tout aussi nombreux à s’exprimer en faveur de la liberté d’expression. Voilà une sélection non exhaustive, par pays, de ce qui circule sur la toile.


Palestine (Mohammad Saba’aneh)

Turquie (Jalal Hajir)
Liban (Hassan Bleibel)
Liban (Hassan Bleibel) – Le violence écorche l’islam bien plus que Charlie Hebdo
Malaisie – Zunar
Malaisie
Paslestine (Ramzy Tawee)
Egypte (Doaa Eladl)
Palestine (Mohammad Saba’aneh)
(ajouts au 11 janvier 2015)
Liban – signé Mazen Kerbaj

Iran – signé Kianoush

Iran – signé Mana Neyestani

Moralité : les pays étrangers ne souhaitent visiblement pas que la France cède aux extrémismes, qu’ils soient religieux ou politiques. Lire notre article à ce sujet.


Source : / cartoonmovement / ARG Noticias

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Mar 13 Jan - 20:28




 


Ingénierie sociale du conflit identitaire


[*]
Source : Revue Rébellion


Article paru dans la revue Rébellion n°66 (septembre/octobre 2014).

 
L’ingénierie sociale est la modification planifiée, durable et furtive du comportement. Il s’agit de modifier définitivement la nature d’une chose, de manière irréversible, donc pour le long terme, et pas seulement à court terme. C’est ce qui distingue l’ingénierie sociale de la propagande et de la manipulation, dont les impacts sont ponctuels et réversibles.

Les deux concepts de l’ingénierie sociale sont le « hameçonnage » et le « conflit triangulé ». Leur application permet de produire le sentiment qu’un conflit est inévitable, alors qu’en réalité il pourrait très bien s’arrêter ou ne même pas commencer, ceci dans l’optique de naturaliser des structures conflictuelles qui ont été construites de manière artificielle. Il n’est pas excessif de parler ici de piratage de l’esprit et du comportement, comme on parle de pirater un ordinateur. Dans les deux cas, il s’agit de violer discrètement les défenses et l’intégrité d’un système de sécurité afin d’en prendre le contrôle, ni vu ni connu. L’intérêt de cette approche d’ingénierie sociale est de fournir une méthodologie compacte, avec des recettes et des mots-clés, une sorte de kit mental pour pirater tout système quel qu’il soit, c’est-à-dire le violer furtivement en se l’ouvrant par abus de confiance ou en suscitant l’indifférence (hameçonnage), puis le détruire indirectement en faisant monter les contradictions et la méfiance entre les parties, c’est-à-dire en instaurant un conflit triangulé.

Approche polémologique de la question identitaire



L’idée d’une ingénierie possible du conflit identitaire s’inscrit dans le cadre de la polémologie, ou science de la guerre, discipline fondée par le sociologue Gaston Bouthoul (1896-1980) après la Deuxième Guerre mondiale. Que ce soit en Intelligence économique ou dans le renseignement militaire, la science de la guerre se consacre à la modélisation des conflits, et en particulier des facteurs sources de conflits, ou facteurs polémogènes et dissolvants. C’est précisément à ce niveau que se situe notre étude, un peu en amont du conflit proprement dit, puisqu’il s’agit de modéliser la production stratégique de conflit. Modéliser l’action de « dissoudre pour régner ».
La méthode classique pour garder le contrôle d’un groupe consiste à augmenter la visibilité de ses différences internes, souligner ses contradictions, de sorte à amplifier ses clivages latents et à paralyser son organisation. Vieille comme le monde, appliquée par les Romains contre les tribus gauloises ou de nos jours dans ce qui s’appelle la « doctrine Kitson », cette méthode est plus que jamais d’actualité, à l’heure où des « minorités agissantes », services spéciaux d’État ou organisations diverses, travaillent à élaborer en France, en Syrie, en Irak, en Ukraine, des tensions diverses à visées dissolvantes (coups d’État, guerres, terrorisme, communautarismes) en jouant la carte des « identités ». Du point de vue identitaire, les identités ethniques ou culturelles sont considérées comme un référentiel authentique, une terre dans laquelle s’enraciner en toute confiance car elle ne ment jamais. Mais à y regarder de plus près, on voit que les identités, même les plus traditionnelles et enracinées, n’échappent pas aux manipulations et qu’il est possible, en appliquant certaines techniques, de les faire mentir après les avoir littéralement « piratées ».
La thèse ici défendue est que la production de conflit s’appuie sur l’exacerbation des rivalités identitaires. Le concept de « rivalité identitaire » est largement inspiré de celui de « rivalité mimétique » que René Girard, anthropologue et membre de l’Académie française, a mis à l’honneur. La nuance apportée par un autre adjectif sert simplement à préciser que toute rivalité mimétique est en fait une rivalité mimétique identitaire, en ce que le phénomène de la rivalité mobilise les processus d’identification des rivaux. En outre, nous souhaiterions faire fonctionner ce concept dans un champ un peu différent de celui de Girard. Trois catégories de personnes s’intéressent à la question identitaire :
1) les militants de l’identité, individus et groupes politiques ou associatifs,
2) les analystes de l’identité, chercheurs en sciences humaines, sociales et cognitives,
3) les ingénieurs de l’identité, dans le « consulting » et le renseignement politique, commercial ou militaire (guerre psychologique).
Ce que les analystes décrivent objectivement mais sans y toucher, les consultants n’hésitent pas à le pirater, pour le retravailler et le reconfigurer dans une optique stratégique de management des perceptions afin d’influencer les militants au moyen d’opérations psychologiques. Ainsi, ce que René Girard décrit comme une structure anthropologique universelle peut également faire l’objet d’un façonnage et d’une instrumentalisation à des fins d’ingénierie sociale. Voyons maintenant ce qu’est une rivalité identitaire et comment elle peut être utilisée en termes de production stratégique de conflit.


Distinguer les bonnes et les mauvaises raisons de se battre



Qui dit polémologie, dit approche scientifique du conflit. Dans l’histoire humaine, les épisodes de conflits à analyser sont innombrables. Il semble que le fait de se battre à intervalle régulier soit inévitable. Cependant, avec le recul, il est évident que certains conflits auraient pu, malgré tout, être évités facilement. De fait, il y a des bonnes raisons de se battre, mais il y a aussi des mauvaises raisons de se battre. Comment distinguer ces bonnes et ces mauvaises raisons de se battre ? En déployant une approche scientifique et rationnelle du conflit, et en quittant les approches passionnelles et émotionnelles où tout se confond. La méthode scientifique consiste 1) à recueillir des faits objectifs et 2) à proposer des modèles (ou modélisations), c’est-à-dire des représentations schématiques et hypothétiques de la façon dont les faits objectifs sont liés entre eux par la causalité, ou relation de cause à effet. Ce sont là les deux temps, pratique et théorique, de l’activité scientifique. Les bonnes raisons de se battre sont « naturelles » et n’ont pas été orchestrées de manière triangulée. Tous les acteurs du conflit sont visibles et se ramènent généralement à deux camps. À l’opposé, les mauvaises raisons de se battre sont triangulées, c’est-à-dire provoquées artificiellement puis « naturalisées » au moyen du hameçonnage. Les acteurs du conflit sont trois, mais seuls deux apparaissent. Dans une perspective irénique et pacifiste mais non utopiste, il est possible de travailler à cerner et isoler les mauvaises raisons de se battre, de sorte à ne pas en être dupe, à réduire leur impact destructeur et à se concentrer sur les bonnes raisons de se battre. Il s’agira de répondre à la question schmittienne : qui est mon véritable ennemi, celui que je dois dissoudre, et qui sont mes vrais amis et mes vrais alliés, avec lesquels coaguler ? L’allié n’est pas l’ami, mais, par définition, nous pouvons nous allier avec lui contre un ennemi commun.


La rivalité mimétique identitaire



La première question qui se pose à l’ingénierie du conflit triangulé est : comment créer un conflit à partir de rien ? Comment amorcer un conflit sans raisons ? Comment mettre en place un conflit qui n’a pas de raisons objectives de se produire, c’est-à-dire qui n’a pas de « bonnes raisons » de se produire ? Pour répondre à cette question, analysons le phénomène des « mauvaises raisons de se battre ». Décrivons comment implémenter une rivalité mimétique identitaire pour lancer artificiellement une mécanique conflictuelle, puis la naturaliser et l’automatiser dans la mesure du possible.
La notion de rivalité mimétique chez René Girard définit un mode de construction identitaire culminant dans l’affirmation volontariste de sa supériorité sur autrui. Un objet convoité en commun donne naissance à une compétition qui fait passer l’objet au second plan, derrière une rivalité de prestige entre deux sujets, deux egos. Girard dit ceci dans Des choses cachées depuis la fondation du monde :

« Dans l’univers radicalement concurrentiel des doubles, il n’y a pas de rapports neutres. Il n’y a que des dominants et des dominés, (…) Le rapport à l’autre ressemble à une balançoire où l’un des joueurs est au plus haut quand l’autre est au plus bas, et réciproquement. » (Grasset, 1978, p. 406)
 Dans la plupart des cas, l’affirmation volontariste de soi provoque chez autrui une réponse en miroir de sa propre supériorité. Un mécanisme automatique de revendication narcissique croissante se met alors en place, concurrence induisant une montée aux extrêmes qui aboutit logiquement au conflit et à l’affaiblissement des deux parties engagées dans la rivalité. Sur ce sujet, on se reportera aussi à la théorie des jeux et aux phénomènes d’escalade schismogénétique étudiés par l’anthropologue Gregory Bateson, dont la course aux armements est une illustration pratique.
La rivalité mimétique est la structure générale de tout conflit proprement humain, quand on passe d’un conflit autour d’un objet à un conflit entre sujets, donc à un conflit intersubjectif et psychologique. Ce que je pense d’autrui, et ce que je pense qu’il pense, territoire purement mental que les sciences cognitives appellent la « théorie de l’esprit », prend le pas sur l’observation objective des faits. Quand il n’y a pas de raisons objectives de se battre dans le présent, on peut donc mettre en scène des raisons subjectives dans le champ des représentations, en allant les chercher dans le passé pour ranimer des souvenirs polémogènes (tel pays a attaqué tel autre au siècle dernier), ou dans le futur, en évoquant les risques à venir (attaque préventive sur la base de suppositions), ou encore, troisième option, dans une métaphysique exaltante jouant un rôle de psychotrope.
Les mauvaises raisons de se battre, scénarisées par un « storytelling » polémogène, naissent donc dans un champ purement représentatif, mental, égotiste, subjectif et narcissique, lié à l’image de soi et d’autrui, c’est-à-dire au sentiment de sa propre identité et de celle des autres. Malheureusement, de ce creuset originel purement psychologique peuvent néanmoins émerger des conséquences tout à fait concrètes et physiques. En effet, toutes les espèces vivantes peuvent être blessées physiquement, mais une seule, la nôtre, peut en plus être blessée psychologiquement au point d’entrer dans un processus concret de vengeance pour rétablir l’estime et l’intégrité de son identité, faisant déborder le conflit du champ subjectif pour être amenée à frapper physiquement et dans le réel. En effet, quand les lésions psychologiques et identitaires sont profondes, elles se traduisent par un sentiment dépressif d’humiliation qui peut pousser à un « passage à l’acte » physique : comportement de réparation, de revanche, de vengeance, de vendetta, induisant une montée de violence obéissant à la « loi du talion » et qui fait passer le conflit de l’état psychique et subjectif à l’état physique et matériel. Faire passer la violence des mots aux actes, c’est tout le travail de l’ingénierie sociale.


Orchestrer la rivalité



Cette tendance humaine au conflit identitaire peut être cultivée, stimulée, amplifiée et manipulée. En effet, la rivalité mimétique est la structure principielle de toutes les situations dans lesquelles une tierce personne doit faire entrer deux autres qu’il souhaite voir s’entredéchirer. Dans le cadre d’une ingénierie polémogénétique triangulée, l’automatisation d’un cycle comportemental conflictuel en crescendo constant doit veiller à installer des cliquets d’irréversibilité pour jalonner et stimuler la montée aux extrêmes, de sorte qu’on ne puisse plus jamais revenir en arrière pour la pacifier. L’embrayage de ce mouvement perpétuel a souvent besoin de ce que le Renseignement appelle une « opération psychologique », en l’occurrence l’orchestration méthodique d’un préjudice profond, une blessure traumatique fondatrice dont on entretiendra la mémoire (rôle du slogan « Ni oubli, ni pardon »), et qui sera ainsi utilisée pour alimenter une soif de vengeance infinie, moteurs par excellence de la rivalité mimétique (récupération politique de la Shoah, affaire Clément Méric, attentats terroristes divers, etc.).
Une rivalité mimétique apparaît toujours à première vue sous la forme d’une structure duelle. Comme on dit : dans tout conflit, à la fin, on est deux. Considérons deux sujets qui n’ont pas de raison objective de se battre : ils peuvent néanmoins se trouver entraînés dans une rivalité mimétique conflictuelle pour de mauvaises raisons, purement mentales, qui seront cristallisées dans le champ intersubjectif des représentations (images et mots) par un troisième acteur ayant intérêt à affaiblir ces deux premiers sujets. Il est parfois difficile de démêler les raisons objectives et subjectives des conflits. L’humain vit autant dans le monde objectif des faits que dans celui des représentations et des images de soi et d’autrui. Néanmoins, la partie proprement identitaire, intersubjective et psychologique, des conflits ne se dramatise et ne se déploie que dans le champ des représentations, donc du langage et des images. À ce titre, ce versant identitaire des conflits est grandement susceptible d’une manipulation médiatique, faisant passer l’objet réel derrière sa représentation langagière et iconique falsifiée.
Exemple : il se peut que l’Islam soit incompatible avec l’Occident, comme le soutiennent les partisans du « choc des civilisations ». C’est une hypothèse à tester, comme toutes les hypothèses. Mais pour que le test soit neutre et objectif, il faut déjà se débarrasser de toutes les images et représentations associées à cette religion par les médias depuis le lancement de la théorie du complot islamiste, le 11 septembre 2001. Pour discuter sérieusement de l’Islam en Occident, il faut donc revenir au minimum aux conditions du 10 septembre 2001, c’est-à-dire oublier volontairement tout ce qui s’est produit depuis cette date en termes de terrorisme d’État, faits divers truqués et attentats sous faux drapeau (opérations false flags) : 11 Septembre, Madrid, Londres, Toulouse, Boston, Bruxelles, État islamique, Charlie Hebdo, etc. Après ce travail de décapage, de nettoyage et de déconstruction de la gangue d’images médiatiques, l’objet réel apparaît et on peut l’appréhender scientifiquement, mais pas avant. Lutter contre l’Islam pour les raisons invoquées depuis le 11 Septembre (fanatisme, terrorisme, incompatibilité culturelle absolue, etc.) relève donc d’une rivalité mimétique orchestrée, c’est-à-dire un duel identitaire mis en scène par les médias au moyen d’images et de mots-clés. Ce conditionnement pavlovien polémogène, comme on dresse des chiens ou des coqs de combat à se battre entre eux sans raison objective, s’appuie donc sur de mauvaises raisons. Évidemment, ceci n’exclut pas qu’il existe de bonnes raisons de lutter contre l’islamisation, mais ces raisons objectives sont à définir en toute indépendance vis-à-vis du discours médiatique et des représentations qu’il diffuse dans l’opinion publique.
Rappelons pour mémoire ce que notait un rapport militaire états-unien de la School of Advanced Military Studies (SAMS), commenté dans le Washington Times du 10 septembre 2001 :

« Les officiers de la SAMS ont dit à propos du Mossad, le service de renseignement israélien : “Joker. Sans pitié et rusé. A la capacité de prendre pour cible des forces américaines et de faire croire à une action palestinienne/arabe.” [1] »
Le site Wikistrike, de son côté, titrait de manière laconique le 11 septembre 2011 : « Al-Qaïda a ciblé en dix ans le monde entier sauf Israël. »


Conflits à deux ou triangulés



La propagande de guerre consiste toujours à construire une image infâmante et polémogène de l’ennemi. En cette année de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, rappelons comment les médias de la Belle Époque, essentiellement les journaux imprimés, fabriquèrent sur plusieurs années une opinion publique favorable au conflit à venir en diffusant dans leurs colonnes des articles de presse mensongers et des dessins caricaturaux déformants, de sorte à précipiter les peuples les uns contre les autres. Nous sommes ici dans le domaine du management des perceptions, qui vient s’intercaler entre l’objet réel et le sujet percevant. Ma perception d’un objet, ou d’un autre sujet (autre pays, autre religion, autre identité), peut être altérée et modifiée par une tierce personne, un troisième sujet qui n’apparaît pas à première vue. Il existe donc une géométrie du conflit. Il y a au moins deux types de forme géométrique des conflits : duelle ou triangulée. Dans la structure duelle, deux acteurs s’affrontent en face à face. Le conflit advient « naturellement », par la rencontre problématique mais directe et sans médiateur de deux acteurs. À l’opposé, dans la structure triangulée, deux acteurs s’affrontent sous le regard d’un troisième. Le duel entre les deux acteurs situés à la base du triangle est supervisé, tutoré et influencé par le troisième acteur qui occupe le sommet du triangle. Ici, les problèmes sont orchestrés.
Un conflit peut donc être « médiatisé », au sens étymologique, c’est-à-dire entretenu par un média, ou un médium, occupant une position intermédiaire entre les deux belligérants. L’Analyse transactionnelle propose le modèle du « triangle dramatique », ou triangle de Karpman, qui met en place une structure relationnelle entre trois rôles : la victime, le persécuteur et le sauveur. Il semble bien que la majorité des conflits qui ensanglantent la planète se trouvent ainsi triangulés. Autrement dit, pratiquement tous les conflits sont des artefacts, mis en scène, élaborés, façonnés, construits dans le cadre d’une véritable ingénierie stratégique de la tension intentionnelle. Pourquoi est-il aussi difficile de s’en rendre compte ? Parce qu’il manque à la plupart des observateurs une grille de lecture, celle du Renseignement. Un chercheur comme Bernard Lugan, par exemple, est une vraie mine d’informations factuelles sur les conflits ethniques qui traversent le continent africain, mais il applique rarement la grille de lecture du Renseignement. Conséquence : il manque souvent un élément dans sa description, le troisième élément, le sommet du triangle. Quand on le lit, on a l’impression que les tensions ethniques intra-africaines adviennent toutes seules, directement, par la rencontre polémique des acteurs en conflit. Le sommet du triangle, l’ingénieur du conflit, son chef d’orchestre, n’est pas décrit. L’application de la grille de lecture du Renseignement à ces conflits ethniques permet de révéler que dans la majorité des cas, ces conflits identitaires sont supervisés, entretenus, provoqués, tutorés par un acteur extérieur, le plus souvent occidental, à des fins coloniales et impérialistes. Cette action extérieure, cette ingérence étrangère, ne provient évidemment pas des peuples occidentaux, qui n’y sont pour rien, mais résulte de la convergence d’intérêts entre mafias financières, lobbies industriels, ONG diverses et services spéciaux occidentaux tels que la CIA, le MI6, le Mossad, la DGSE
Or, ce qui s’applique avec succès en Afrique sub-saharienne ou dans le monde arabo-musulman est appliqué également en France. Des représentations polémogènes destinées à construire la rivalité mimétique identitaire de deux groupes sociologiques sont diffusées dans les médias par un troisième groupe sociologique. À titre d’exemple, on se rappellera le Rav Ron Chaya et sa parabole talmudique du petit coq juif qui doit pousser les gros coqs chrétien et musulman à s’entretuer s’il veut prospérer (dans la lignée des théoriciens du suprémacisme racial juif tels que Yitzhak Shapiro, Yaakov Yosef et Ovadia Yossef). Une application pratique en fut donnée pendant les émeutes de banlieue de 2005 qui ont secoué la France plusieurs semaines durant. Des sources personnelles confirmées par d’autres reproduites en annexes ont attesté de la présence parmi les casseurs d’individus agitateurs liés à Israël et au Mossad. La narration médiatique officielle de cette page de l’histoire de France rapporte un conflit duel entre des Français de souche terrorisés, repliés derrière les forces de l’ordre, et des délinquants fous furieux issus de l’immigration africaine et musulmane. Le troisième acteur de la situation, en l’occurrence l’agent provocateur professionnel, reste ignoré et n’apparaît qu’à la condition d’appliquer la grille de lecture du Renseignement. Cette structure triangulée se rencontre également dans le marché des produits halal en France, dont l’expansion incontestable repose entre les mains d’individus et d’entreprises pourtant non musulmans ; d’où la nécessité de toujours poser la question des éléments non musulmans à l’œuvre dans les processus d’islamisation si l’on veut vraiment comprendre leur fonction. On retrouve encore ce trinôme dans la fausse opposition politique entre la Droite et la Gauche, entretenue artificiellement par le sommet du triangle pour empêcher la jonction des forces populistes françaises dans un front commun, le fameux processus de coagulation que le Pouvoir passe son temps à dissoudre continuellement. Le clivage Droite/Gauche doit être dénoncé pour ce qu’il est, l’attrape-nigaud par excellence de la triangulation républicaine, un simple hameçon d’ingénierie sociale.
Dans la plupart des conflits, nous ne sommes donc pas deux, nous sommes trois. Quand on se trouve engagé dans un rapport de forces avec un autre sujet, il faut toujours se demander « qui » nous y a engagés, afin de reconstituer le « triangle de la rivalité », retrouver les trois acteurs de la rivalité mimétique, du rapport de forces. Il y en a deux qui sont évidents, mais le troisième l’est moins. Cela est normal. L’efficacité du conflit triangulé repose sur une condition sine qua non : il ne doit pas être perçu comme tel, comme mobilisant trois sujets, mais il doit être perçu comme un duel. La base ne doit en aucun cas percevoir le sommet. Ou alors, si elle le perçoit, elle ne doit pas le comprendre.


Comment devenir invisible ?



Le piratage est l’art de la furtivité, donc de l’invisibilité. Comment s’y prend le sommet « pirate » du triangle pour que son rôle d’instigateur du conflit reste incompris et inaperçu de la base ? L’efficacité de la triangulation vient de ce que les deux sujets de la base se perçoivent mutuellement comme des ennemis, donc se méfient l’un de l’autre, mais ne perçoivent pas le sommet comme un ennemi, donc lui font confiance, ou au moins ne s’en méfient pas, lui restent indifférents. D’après le célèbre pirate informatique Kevin Mitnick, l’ingénierie sociale est L’Art de la supercherie et consiste essentiellement à jouer sur la crédulité et la confiance d’autrui pour modifier son comportement, principe du « hameçonnage » (phishing). En étant perçu dans la confiance ou dans l’indifférence, le sommet hameçonneur peut se permettre d’être perçu, mais il ne sera pas compris comme architecte du conflit. C’est une application de la technique dite « cacher en pleine lumière », « l’art royal » dont se servent les prestidigitateurs et les illusionnistes, ainsi que les sociétés ésotériques et les services secrets. Se montrer en partie, pour gagner la confiance et donner le sentiment qu’il n’y a rien à creuser : « Ah, ce n’est que ça ? Circulez, y’a rien à voir. » En revanche, dès que les deux acteurs en conflit et occupant la base du triangle perdent confiance dans le troisième qui est au sommet, on sort du duel pour entrer dans un triangle conflictuel. Le rôle du sommet est perçu et compris en tant qu’ingénieur du conflit, on sort donc de la rivalité mimétique qui est une structure duelle ; les mauvaises raisons du conflit, celles orchestrées par le sommet, s’évaporent.
Pour parvenir à ses fins, le sommet hameçonneur, qui n’est jamais totalement invisible, doit néanmoins empêcher le regard de la base de rester focalisé sur lui. Le sommet pirate sait qu’il sera vu plus ou moins, mais doit empêcher l’attention de la base de rester concentrée sur lui. Il doit donc réussir à diffracter la focalisation de l’attention de la base. Comment ? En multipliant les leurres, les diversions, les fausses pistes, ou en prenant le contrôle des rapports de confiance. La maîtrise des relations de confiance et de méfiance est la clé de l’ingénierie sociale. Si je suis ingénieur social, mon travail pour occuper le sommet de la pyramide consistera à produire de la méfiance entre vous et de la confiance à mon égard, ou au moins de l’absence de méfiance, soit de l’indifférence. Si j’arrive à produire de l’indifférence à mon égard, je dé-focalise votre attention de ma personne et je deviens pratiquement invisible à vos yeux. Le hameçonnage consiste à devenir invisible, ce qui permet par contraste de mieux organiser la visibilité d’autrui en bien ou en mal. Quand on maîtrise la gamme des rapports méfiance/indifférence/confiance, donc quand on a la maîtrise de la focalisation de l’attention d’autrui, on maîtrise la technique d’invisibilité et on devient pratiquement tout-puissant. Dans l’orchestration triangulée d’un conflit, l’obtention de la confiance est ainsi le moment clé du hameçonnage, qui se résume par l’expression « un faux bien pour un vrai mal » : pour les faire avancer, le hameçonneur fait miroiter aux deux hameçonnés une carotte, un conflit présenté comme salutaire, dont chacun croit qu’il sortira grandi et gagnant, et l’ennemi diminué et perdant, alors que l’issue en sera seulement perdant-perdant pour les deux hameçonnés, le seul gagnant étant le hameçonneur.


Conclusion



On croyait qu’on était deux et on se rend compte qu’on était en fait trois : c’est le sentiment qu’ont dû éprouver les Poilus de 14-18 quand ils ont commencé à se mutiner et à fraterniser avec les malheureux soldats prussiens de la tranchée d’en face, découvrant soudainement qu’ils n’avaient aucune bonne raison de se battre et que s’ils s’entretuaient depuis des années, c’était uniquement parce qu’un troisième acteur en lequel ils avaient confiance les avait convaincus de le faire. Et quand ils ont réfléchi sur le sommet du triangle, ces courageux patriotes, totalement manipulés par leurs états-majors respectifs, eux-mêmes manipulés par les médias de l’époque, ont-ils remonté la chaîne causale jusque tout en haut ? Sont-ils allés jusqu’aux banquiers cosmopolites et aux « marchands de canons », ancêtres du complexe militaro-industriel, que Louis-Ferdinand Céline désignait dans ses pamphlets comme étant les vrais responsables du massacre ? Même si à l’époque certains soldats sont parvenus à décrypter individuellement la situation générale et l’identité des vrais fauteurs de guerre, la vérité historique sur ce conflit resta exclue des grands médias et stagna donc au niveau du signal faible. Conséquence : la même structure conflictuelle triangulée, mobilisant à peu près les mêmes acteurs, fut reproduite à l’identique entre 1939 et 1945 – pourquoi changer une formule qui gagne ? – et cette fois-ci, même Céline tomba dans le panneau ! De sorte à ne pas nous laisser piéger à notre tour dans de nouveaux massacres sans raisons objectives et orchestrés en haut lieu, il nous revient d’organiser massivement une force politique collective capable d’élaborer des mesures d’anti-piratage. Notamment, il est indispensable de démocratiser la culture du Renseignement, seul moyen de mettre en relief les divers hameçons et conflits triangulés qui nous sont appliqués en France, au Moyen-Orient, en Ukraine et partout où l’axe Washington/Tel-Aviv s’acharne à provoquer ses guerres, ses coups d’État et ses attentats terroristes.
 

Annexes



 « U.S. troops would enforce peace under Army study », Rowan Scarborough, The Washington Times, 10/09/2001.
 
« Israel faked al-Qaeda presence », BBC, 08/12/2002.
 
« La vérité, enfin, sur les menées du Mossad ? », The International Solidarity Movement, 20/03/2004.
 
« Émeutes des banlieues françaises en novembre 2005 provoquées par le Mossad », Narkive – Israel francophones.
 
« Le Mossad derrière les émeutes des banlieues en novembre 2005 », Union des Patriotes, 04/08/2007.
 
« Notizbuch », Deutschland Brief, 07/2007.
 
« Udo Ulfkotte : le Mossad a alimenté les révoltes dans les banlieues », La voix de la Russie, 22/10/2014.
 
« Der Krieg im Dunkeln (Udo Ulfkotte) », Scriptoblog.
 
« Dr. Udo Ulfkotte, Wayne Madsen and Israel’s covert program to provoke the Muslim riots in France », The Daily Sketch, 31/10/2006.
 « Wayne Madsen Report » (traductions de l’auteur).
« Le 23 octobre 2006 – WMR a déjà rapporté que le ministre de l’Intérieur français et candidat conservateur aux présidentielles Nicolas Sarkozy avait lancé des manœuvres de “guerre psychologique” en excitant la violence parmi les musulmans, essentiellement des gangs de la jeunesse nord-africaine à Paris et dans ses banlieues, pour convaincre le public français qu’il y a une “menace musulmane”. Nous pouvons maintenant rapporter que selon nos sources dans le Renseignement français, le programme est relié à des fonds de financement “hors bilan”. Le ministre de l’Intérieur entretient ce qui est connu comme une “boîte noire” de fonds recueillis de la confiscation d’actifs français anti-narcotiques, contrebande, et d’autres activités illicites. Ces fonds non comptabilisés ont “disparu” dans les opérations clandestines de M. Sarkozy pour provoquer des troubles dans la jeunesse musulmane. L’argent est utilisé pour payer des fauteurs de troubles et convaincre des gangs de la rue d’attaquer les voitures de police, les bâtiments, les transports publics et en général exciter la violence. Hier, des provocateurs ont arrêté un bus à Grigny, dans l’Essonne, en banlieue de Paris. Dans ce que la police a appelé une attaque bien planifiée, les passagers ont été forcés de descendre du bus et deux jeunes l’ont ensuite embrasé avec du pétrole. Les flammes se sont étendues à quatre voitures garées. L’incident fait écho à des attaques précédentes planifiées contre la police ou des cibles civiles.
En plus des opérations de boîte noire, le Renseignement français a confirmé que les forces de renseignement intérieur de M. Sarkozy ont reçu ordre par le ministre de l’Intérieur de placer la candidate socialiste aux présidentielles Ségolène Royal sous surveillance électronique et physique totale. » [
source]
 
« Le 25 octobre 2006 – Un nouveau livre en Allemagne met en lumière le programme clandestin d’Israël de provocation de violence chez les musulmans en Europe de l’Ouest et d’engagement dans des opérations “faux drapeau” dans le but pour les gouvernements occidentaux de blâmer l’Islam radical. Le livre, Der Krieg im Dunkeln (La guerre de l’ombre) par Udo Ulfkotte, un ancien correspondant du Frankfurter Allgemeine Zeitung, fournit les détails d’opérations de deux unités du Renseignement israélien – la Metsada, spécialisée dans le sabotage, incluant les attaques terroristes “faux drapeau” et les assassinats ; et le LAP (Lohamah Psichlogit), qui est engagé dans la guerre psychologique.
Le précédent livre de Ulfkotte sur l’extrémisme islamiste, titré The War In Our Cities (La guerre dans nos villes), a été retiré du marché allemand à cause de “pressions légales massives de plaignants islamiques”.
Ulfkotte affirme que des agents de renseignement britanniques et allemands ont rencontré des agents de la Metsada et du LAP en France provoquant des violences pendant les émeutes de novembre 2005, dont les extrémistes islamistes furent accusés. WMR a également rapporté que le ministre de l’Intérieur et candidat aux présidentielles Nicolas Sarkozy, soutenu en France par les factions favorables à la Droite israélienne (Likoud/Netanyahou/Olmert), a coordonné et continue de coordonner le paiement d’agents provocateurs de violence dans les banlieues à prédominance musulmane de Paris et d’autres villes.
Les émeutes de novembre 2005 se sont étendues de Paris à Rouen, Lille, Nice, Dijon, Strasbourg, Marseilles (où la Branche C du Mossad, également responsable pour Paris et Londres, entretient une importante cellule), Bordeaux, Rennes, Pau, Orléans, Toulouse, Lyon, Roubaix, Avignon, Saint-Dizier, Drancy, Evreux, Nantes, Dunkerque, Montpellier, Valenciennes, Cannes, et Tourcoing.
Ulfkotte cite aussi une source du MI6 britannique attestant que le but d’Israël est de façonner une image des musulmans comme étant des menaces imprévisibles qui ne peuvent pas être intégrées dans la société occidentale.
Pendant ce temps, des sources du Renseignement états-unien rapportent un effort continuel du Renseignement israélien pour lancer des opérations sous faux drapeau aux États-Unis. En plus des nationaux israéliens et des binationaux américano-israéliens attrapés pendant qu’ils examinent des tunnels, ponts, bases militaires, hauts bâtiments, agences gouvernementales, maisons privées d’agents de la loi, aéroports, usines pétrolières et chimiques, et autres cibles potentielles, des nationaux israéliens sont également attrapés pendant qu’ils mettent sur pied d’autres tactiques de panique et de terreur. Il y a eu également une infiltration sans précédent d’agents du Mossad dans les postes sensibles et de haut niveau du département de la Défense, de la CIA, de la Sécurité intérieure, du FBI, et d’autres agences, qui toutes continuent de reconnaître officiellement Israël comme une nation au “Renseignement hostile”.
Lundi, Yechezkel Wells, un garçon de 21 ans, binational américano-israélien, a plaidé coupable pour avoir téléphoné une fausse alerte à la bombe le 26 août aux Services de secours de l’aéroport de Long Beach (Californie) depuis une cabine téléphonique. Wells a affirmé qu’il avait passé cet appel parce qu’il était en retard pour son vol et qu’il espérait ainsi retenir l’avion de décoller. Wells a dit qu’il y avait une bombe dans le vol Jet Blue de Long Beach à Fort Lauderdale, en Floride. Le vol Blue Jet a été retardé d’une heure.
On ne sait pas grand-chose sur Wells. Il affirme être étudiant mais il n’y a aucune information sur sa scolarisation. Wells a plaidé coupable pour le simple délit de fausse information sur une menace visant un aéronef. La sentence est prévue pour le 29 janvier 2007 et Wells encourt au maximum cinq ans de prison ou de probation. Si le passé sert de leçon, on peut s’attendre à ce que l’administration Bush accepte la probation en échange d’une expulsion de Wells en Israël, où des milliers d’autres agents comme lui du Mossad, de la Metsada, du LAP attrapés en train d’élaborer des opérations psychologiques ou de terrorisme sous faux drapeau aux États-Unis avant, pendant et après les attaques du 11 Septembre, peuvent continuer à exercer leurs travaux en tromperies. » [
source]
 
« Le 26 octobre 2006 – WMR a reçu un témoignage oculaire des opérations du ministre de l’Intérieur français Nicolas Sarkozy pour provoquer des violences dans les banlieues parisiennes. Sarkozy est en lice pour les élections présidentielles de l’an prochain. Le 25 septembre, un convoi de la police a utilisé le Quai des Célestins sur la rive droite de la Seine comme zone d’entraînement pour un assaut dans la banlieue des Tarterêts dans le but de “bousculer” les habitants. Plusieurs centaines de policiers ont été recrutés pour l’attaque. Il y eut seulement quelques arrestations pour ce qui s’avère être une opération de guerre psychologique (voir le reportage d’hier sur la responsabilité du LAP d’Israël dans les émeutes en France).
L’assaut planifié de la police était en représailles d’une attaque contre deux policiers aux Tarterêts. WMR a appris de sources dans le Renseignement français que l’agression des policiers était également orchestrée par Sarkozy et ses soutiens qui ont totalement infiltré le service de renseignement intérieur, la DST, et se trouvent maintenant en nombre croissant à la DGSE, le service de renseignement extérieur. » [
source]
 
« 10/11/12 novembre 2006 – WMR a obtenu un courriel crypté envoyé par le Renseignement états-unien à un officiel du gouvernement français en juillet 2005 mettant en garde contre l’infiltration de groupes immigrés en France par des membres du Renseignement néoconservateur entraînés aux États-Unis pour fomenter des émeutes dans les banlieues parisiennes peuplées d’immigrés musulmans en novembre 2005. WMR a déjà rapporté la responsabilité d’éléments contrôlés par le ministre de l’Intérieur français et candidat aux présidentielles Nicolas Sarkozy dans le déclenchement des émeutes. WMR a également rapporté que des éléments du Mossad issus des unités de guerre non-conventionnelle Metsada et LAP (psyops) étaient engagés dans les émeutes en France, selon les informations présentées dans un nouveau livre en Allemagne. » [
source]
 
« Le 6 février 2007 – Le candidat de droite aux élections présidentielles en France, Nicolas Sarkozy, a reçu de l’argent du fugitif international américain et pivot de la mafia russo-israélienne Marc Rich, selon des sources françaises. L’argent a été transmis par le biais de la division de blanchiment de la Deutsche Börse basée au Luxembourg à Clearstream. Sarkozy a proclamé son innocence dans l’affaire de corruption et de blanchiment d’argent sale des frégates de Taïwan, accusant le premier ministre français Dominique de Villepin d’être derrière un sale coup politique. Dans tous les cas, en éructant sur son innocence dans le scandale de Taïwan, Sarkozy a diverti l’attention des fonds reçus de la mafia russo-israélienne de Clearstream du compte de la banque Menatep, la banque possédée par le magnat russe emprisonné Mikhail Khodorkovsky. Sarkozy, un néoconservateur coopté pour favoriser une ligne dure envers les Arabes sur le territoire et au plan international, est aussi connu pour avoir reçu des fonds de Marc Rich, basé en Suisse, par le biais des comptes Clearstream de Menatep, avant et après l’effondrement de Menatep en 1998. Menatep a des liens avec un grand nombre de mafieux russo-israéliens, incluant Semyon Mogilevich, considéré comme le plus dangereux parrain de la mafia russo-israélienne dans le monde. L’ancien avocat de Rich, I. Lewis “Scooter” Libby, est en procès à Washington DC pour faux témoignage et obstruction de justice dans le dévoilement d’un officier de la CIA sous couverture. La police fiscale française s’aiguise sur des comptes off-shores exploités par l’ancien officiel de Yukos Oil et Menatep, Alexei Golubovich, qui était assigné à domicile en Italie avant qu’il ne retourne en Russie. Golubovich a accepté de témoigner contre Khodorkovsky en échange d’un abandon par les procureurs russes des charges pesant contre lui. Dans ce qui pourrait être lié à un scandale de blanchiment d’argent sale, Yuri Golubev, un cofondateur de Yukos, est mort à Londres le mois dernier dans des circonstances que les procureurs russes estiment suspectes. En décembre, WMR avait rapporté, “Sarkozy a été accusé de recevoir des fonds illégaux par des comptes en banque douteux au Luxembourg et certains de ces fonds ont des empreintes digitales de la mafia russo-israélienne partout.” Sarkozy est dans une lutte serrée avec la candidate du Parti socialiste française Ségolène Royal. Une véritable infection de scandales d’argent et de corruption continue de s’accrocher à Sarkozy. » [
source]
 
« Le 10 mai 2007 – La purge néoconservatrice des services de renseignement français commence.
Seulement quelques jours après l’élection du néoconservateur Nicolas Sarkozy comme président de la France, la purge néoconservatrice attendue des membres anti-sarkozistes du Renseignement français et des services de sécurité a commencé. Le capitaine Thierry Tintoni des Renseignements généraux (RG) a été mis en doute par un tribunal secret pour violation de lois du secret. Tintoni est accusé d’avoir fourni à la candidate battue du Parti socialiste Ségolène Royal des informations sensibles sur la conduite de Sarkozy quand il était ministre de l’Intérieur. Les services de renseignement français vont maintenant subir les mêmes purges que les purges néoconservatrices similaires qui arrivèrent aux services de renseignement états-uniens, britanniques, australiens, danois et italiens.
Les sources françaises du WMR disent que les services de renseignement français, incluant la DGSE et la DST, s’attendent à une purge stalinienne par les forces de Sarkozy. Les cibles attendues incluent des agents suspectés d’être trop proches des socialistes et ceux considérés trop pro-arabes. L’équipe de Sarkozy va aussi cibler ces agents qui, par les télécommunications interceptées de Sarkozy et de ses associés et officiels d’organisations clés américaines et néoconservatrices, incluant l’American Enterprise Institute et l’American Jewish Committee, sont devenus conscients de la politique étrangère secrète de Sarkozy et de ses canaux de financement de campagne. Sarkozy a pris avec les néoconservateurs américains des engagements en politique étrangère qui sont en opposition tranchée avec les politiques du président sortant Jacques Chirac et de son premier ministre Dominique de Villepin. » [
source]

Notes




[1] Of the Mossad, the Israeli intelligence service, the SAMS officers say : "Wildcard. Ruthless and cunning. Has capability to target U.S. forces and make it look like a Palestinian/Arab act."

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par tchektuf le Mar 13 Jan - 20:51

les français étaient au paradis et ils en ont profité avec l'insolence d'une grasse irresponsabilité;ils vont maintenant gouté les fruits acres et amérs d'un hédonisme fenouillard de petite vertu.
il faudra donc doubler les doses de psychotropes et d'animaux domestiques, si les finances le permettent.

il y aura de plus en plus de communes comme c'est déjà le cas,qui ne pourront plus assurer les services publics comme dans les pays latins en déconfiture ou les Usa.Alors la morosité séculaire des français va ce commuer peu à peu,au sein d'une angoisse grandissante qui ne sera pas reconnue comme telle, en questions sourdes sur la responsablité.Mais il y a peu de chance que cette responsabilité soit assumée franchement même pour les parents qui ont la "responsabilité" de leurs enfants.

Il faudra recourir à sa force interieure pour ne pas être contaminé par les égrégores collectifs émergeant qui n'auront pas l'odeur de l'allégresse.
Nous étions déjà sous régime soviétique ;maintenant il va devenir sibérien;chauds chauds les marrons/
il sera inutile de prier le dieu mercure ,nous ne seront jamais , au mieux que des mercurochromagons ........même si l'on cherche à coloriser les bleus de l'âme murée dans sa détresse.
Délilés,défilés,défilés d'une grande messe, les français aiment bien le hareng ......
avatar
tchektuf

Messages : 435
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Mer 14 Jan - 20:10




À l’Assemblée, l’UMP Christian Jacob réclame une restriction des libertés


 


Le président du groupe UMP a plaidé pour l’adoption d’une législation d’exception et appelé aux sanctions contre les élèves ayant perturbé la tenue de la minute de silence.

« Le seul propos des présidents de groupes politiques qui n’ait pas fait l’unanimité des applaudissements des députés, celui de Christian Jacob », s’insurge le député socialiste Guy Delcourt, mardi sur Twitter.
Un propos indigné qui reflète les réactions d‘un certain nombre de députés de la majorité qui ont critiqué sur les réseaux sociaux une mise à mal de l’unité nationale.

En effet, l’Assemblée tenait ce mardi une séance extraordinaire afin de célébrer la mémoire des victimes des attentats qui ont endeuillé la France la semaine dernière. Chaque président de groupe était invité à s’exprimer sur le sujet, après avoir respecté la minute de silence prononcée par le président de l’Assemblée Claude Bartolone.

Dans un discours très politique, le président du groupe UMP a estimé qu’à « circonstances exceptionnelles, il faut une loi exceptionnelle ». En écho aux appels venus de son camp, pour la mise en place d’une législation dans l’esprit d’un « Patriot Act à la française », Christian Jacob a appelé à la création d’un collectif budgétaire pour financer les nouvelles mesures.




_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Jeu 15 Jan - 12:05





Pierre Dortiguier: Charlie Hebdo: A qui profite le crime?




_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Jeu 15 Jan - 12:12

La tentation du Patriot Act : traque aux dissidents et suspicion généralisée


 


[*]Source : bourgoinblog.wordpress.com



De quoi Charlie est-il le nom ? Ceux qui nous somment de nous identifier à ce personnage imaginaire se garderaient bien de répondre si la question leur était posée, et pour cause. Ces trois mots qui sonnent comme un slogan publicitaire sont devenus le symbole d’une tromperie à grande échelle : le détournement d’une émotion légitime et populaire à des fins politiques et même mercantiles !

Surfant sur la vague de stupeur et d’indignation collective provoquée par une agression armée contre des journalistes, le gouvernement fait feu de tout bois : appels à l’unité nationale, surveillance renforcée des citoyens et mesures liberticides et régressives. Mais cette opération de communication pourrait avoir une finalité infiniment plus coûteuse pour les populations qu’un simple resserrement des rangs : valider le choc des civilisations et de là, justifier une guerre civile et militaire contre l’Islam. Et pour requérir le soutien des populations, rien de tel qu’un bon formatage des consciences à propos de la « menace islamique ». Pour cette tâche, les bonnes volontés ne manquent pas : rappelons que Charlie est aussi le nom d’un journal qui s’est fait de l’ostracisation des musulmans son fond de commerce et qui, sur cette question qui fâche, persiste et signe.

La belle histoire de l’union nationale face à la barbarie du terrorisme n’aura duré guère plus que le temps d’une manifestation. Une fois chacun rentré chez soi, la politique reprend ses droits. Et celle à venir a de quoi faire frémir : tentation d’instaurer l’équivalent du Patriot Act étasunien en France, quasi-déclarations de guerre contre l’Islam, prolongation de l’intervention militaire en Irak et, en guise de hors-d’œuvre, batterie de mesures sécuritaires venant s’empiler sur une avalanche de lois antiterroristes dont la dernière en date est seulement vieille de deux mois.

Cette volonté à peine voilée d’instaurer la loi martiale en France a montré ce qu’il fallait définitivement penser des grandes tirades pour la liberté d’expression déclamées par les responsables politiques ou les médias mainstream – la présence dans la manifestation de dimanche de chefs d’États ou de ministres bien peu démocrates, l’énième mise en examen de l’humoriste Dieudonné, cette fois pour « apologie du terrorisme » (incrimination passible de 7 ans de prison) avaient, il est vrai, déjà dissipé beaucoup d’illusions. Dans un régime totalitaire, il n’y a pas de délinquants mais des ennemis. Et la suspicion, généralisée, prend pour cible ceux qui sont considérés comme réfractaires aux diktats du pouvoir. Le pli semble être pris si l’on en croit certains journalistes qui recommandent de réintégrer de force les récalcitrants à l’unanimité décrétée par le gouvernement et les médias.

L’identification à un journal ouvertement islamophobe est désormais devenue une norme à laquelle chacun doit se plier. Et sur cette question, Charlie Hebdo ne craint pas la surenchère, au risque d’attiser les tensions – mais peut-être est-ce là le but recherché. Le dessin de couverture du premier numéro d’après attentat représentant le visage du prophète Mahomet dessiné en forme de pénis (tête de nœud ?) est particulièrement nauséabond. Il paraît dans un contexte d’explosion des actes islamophobes en France et en Europe et de montée en force de l’islamophobie médiatique. Bernard Cazeneuve a d’ailleurs annoncé une protection renforcée des lieux de culte, mais la priorité semble être donnée à ceux de la communauté juive. Depuis l’attentat, plusieurs dizaines de musulmans ont été agressés et une manifestation contre la « menace islamique » est prévue à Paris dimanche 18 janvier, à l’image de celles qui ont lieu actuellement en Allemagne sous l’égide du mouvement PEGIDA. Cette « une » particulièrement insultante ne pourra qu’encourager tous ceux qui ont fait de l’anti-Islam leur cheval de bataille.

L’histoire se répète toujours deux fois, la première comme tragédie, la seconde comme farce. Cette phrase que l’on attribue à Marx semble ici trouver quelques échos. Il est vrai que l’agression contre les journalistes de Charlie Hebdo n’est pas l’attentat du 11 septembre 2001, que la batterie de mesures sécuritaires de Cazeneuve n’est pas le Patriot Act étasunien et que l’omniprésent « Je suis Charlie » est plutôt léger comparé au « Nous sommes tous des américains ». Mais il ressort que l’exécutif s’est clairement engagé dans la fuite en avant du couple infernal tension/répression aussi bien à l’intérieur (conflits communautaires) qu’à l’extérieur (conflit militarisé). L’expérience montre pourtant que le choix de la guerre contre le terrorisme, en alimentant la menace même qu’elle prétend combattre, est de loin le plus coûteux pour les populations du pays agressé comme pour celles du pays agresseur.

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Ven 16 Jan - 19:27





 


"Charlie Hebdo" : les services secrets mis en cause par Jean-Marie Le Pen



Pour le président d'honneur du FN, l'attentat contre "Charlie Hebdo" "porte la signature de services secrets".


Comme un certains nombre, Jean-Marie Le Pen semble adepte de la théorie du complot à propos de l'attentat de Charlie Hebdo. Dans un entretien paru ce vendredi 16 janvier dans le journal russe Komsomolskaïa Pravda, il estime en effet que l'attaque "porte la signature de services secrets".


Le président d'honneur du Front national s'est interrogé sur la découverte de la carte d'identité d'un des frères Kouachi, retrouvée dans la voiture abandonnée lors de leur fuite, et qui a aidé les policiers à les identifier comme les auteurs de la fusillade qui a endeuillé la rédaction de Charlie Hebdo.



"Aucune preuve"


"Ces passeports oubliés des frères Kouachi me font penser à l'avion en feu du 11 septembre 2001 et du passeport appartenant au terroriste retrouvé intact comme par magie", a-t-il déclaré, selon des propos retranscrits en russe par le quotidien populaire.


"On nous dit désormais que les terroristes sont des idiots et c'est pour cela qu'ils ont soi-disant laissé leurs papiers dans la voiture", a-t-il poursuivi, ajoutant : "La fusillade chez Charlie Hebdo porte la signature d'une opération de services secrets, mais nous n'en avons pas la preuve".


"Je ne pense pas que les organisateurs de ces crimes soient les autorités françaises, mais ils ont permis à ces crimes de se produire"


Les théories conspirationnistes se sont multipliées sur internet, dès les premières heures de l'attaque la semaine dernière contre Charlie Hebdo qui a fait 12 morts.


"Je ne pense pas que les organisateurs de ces crimes soient les autorités françaises, mais ils ont permis à ces crimes de se produire. Ce ne sont que des suppositions", a conclu Jean-Marie Le Pen.




http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/charlie-hebdo-les-services-secrets-mis-en-cause-par-jean-marie-le-pen-7776236941




******




Nombreuses manifestations anti-Charlie Hebdo en Afrique et au Moyen-Orient


 


Plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues pour condamner la dernière une du journal en Afrique et au Moyen-Orient.



Le Centre culturel français (CCF) de Zinder au Niger a été attaqué, puis incendié ce vendredi 16 janvier par des manifestants anti-Charlie Hebdo. Selon Kaoumi Bawa, le directeur du centre culturel, une cinquantaine de personnes auraient cassé la porte d’entrée, avant de mettre le feu à la cafétéria, à la médiathèque et à des locaux administratifs du CCF. [...]

Une manifestation de soutien au prophète Mohamed a également été organisée ce vendredi dans le centre-ville d’Alger. Plusieurs milliers de personnes seraient descendues dans les rues pour condamner la dernière une du journal satirique. Il en est de même à Bamako au Mali, au Pakistan, en Jordanie ainsi qu’à Jérusalem, où des cortèges se sont formés pour critiquer la une du dernier numéro de Charlie Hebdo.

Lire la suite de l’article sur atlantico.fr


Dernière édition par Archange le Ven 16 Jan - 21:37, édité 3 fois

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Archange le Ven 16 Jan - 19:54







La destinée des Nations (Alice Bailey) :





******




Maître Djwal Khool sur la France





Le symbole de la France est la Fleur de Lys, qu'elle adopta, divinement
guidée, il y a des siècles, et qui représente les trois aspects divins en
manifestation. Sous la même inspiration divine, la Grande-Bretagne choisit les
trois plumes, figurant dans les armes du Prince de Galles.
L'action conjointe du troisième Rayon de l'Intelligence Active et du
cinquième Rayon de la Compréhension Scientifique explique l'étincelant et
brillant intellect français et ses tendances scientifiques. D'où l'étonnante
contribution de ce peuple au savoir et à la pensée mondiale, ainsi que son
histoire brillante et colorée.
Que l'on se souvienne aussi que la gloire de
l'empire que fut la France est seulement la garantie d'une gloire de révélation
divine que lui réserve l'avenir. Mais la France ne la connaîtra que lorsqu'elle
cessera de vivre dans l'admiration de son passé et se tournera résolument vers
l'avenir afin de faire la démonstration de l'illumination
, but de tout effort
mental. Quand l'intellect des français sera tourné vers la découverte et
l'élucidation des choses de l'esprit, alors il apportera la révélation au monde.
Quand leur rayon égoïque dominera le troisième rayon, et que l'action
séparative du cinquième rayon sera transmuée en la fonction révélatrice de ce
rayon, la France alors entrera dans une nouvelle période de gloire. Son empire
sera l'empire du mental, et sa gloire, la gloire de l'âme
.



(...)


En ces jours difficiles, en cette époque d'agitation mondiale, il serait trop
dangereux de m'exprimer plus clairement quant aux lignes que suivra le
développement des futures civilisations. La destinée et le mode de
fonctionnement des nations dans l'avenir, se trouvent cachés dans leurs
activités présentes. En raison de l'esprit trop nationaliste de la plupart de mes
lecteurs, comme de l'importance primordiale qu'ils attachent à leur propre pays
et à sa signification suprême, je ne peux que généraliser et indiquer les
tendances du progrès dans ses grandes lignes. Le rôle de prophète est un rôle
dangereux, car la destinée est entre les mains des peuples, et personne ne sait
exactement comment le peuple agira lorsqu'il sera éveille et éduqué.
Le temps n'est pas encore venu où la masse du peuple de n'importe quelle
nation aura la possibilité de voir le tableau dans son ensemble, ou qu'il lui sera
permis de connaître la part exacte que sa nation jouera dans l'histoire des
nations. Chaque nation, sans exception, a ses vertus et ses vices particuliers,
qui sont relatifs à son degré d'évolution, à la mesure dans laquelle elle est
contrôlée par son rayon de la personnalité, à l'émergence du contrôle du rayon
de l'âme, et à son orientation intrinsèque générale.


(...)


Si, par exemple,  l'énergie du cinquième rayon, qui est le rayon de l'âme de
la nation française, parvient à faire sentir sa puissance au milieu de la tension et
de la détresse mondiales présentes, alors l'opportunité de prouver au monde le
fait de l'âme et de faire la démonstration du contrôle de l'âme sera la gloire
suprême de la France. Le modèle de l'âme pourra être traduit par le génie de
l'intellect français en termes compréhensibles pour l'humanité
,
ce qui pourrait
donner naissance à une véritable psychologie de l'âme.


(...)


Le monde est un et sa souffrance est une ; en vérité l'humanité est une
unité Mais beaucoup l'ignorent,
et tout l'enseignement présent tend à éveiller
l'humanité à ce fait pendant qu'il est encore temps d'éviter une situation plus
grave encore. Les péchés de l'humanité sont aussi un seul péché. Son but est
un, et c'est comme une grande famille humaine que nous devons émerger dans
l'avenir. Je voudrais insister sur cette pensée : dans l'avenir nous devons
émerger fondus en une humanité purifiée, disciplinée, illuminée et fusionnée.
Ceux qui ne saisissent pas ce fait important, qu'ils soient belligérants ou
neutres, souffriront profondément par la suite du fait de leur non-participation
au sort de l'humanité en tant que tout.



L'isolationnisme et l'attitude superraciale
du peuple allemand égaré sont dus à la nature formelle avec ses
tendances séparatives et sa fausse échelle de valeurs ; mais l'attitude des
puissances neutres, voilée par de belles formules d'un idéalisme douteux, et qui
se tiennent à l'écart des événements présents, est aussi fausse. La Hiérarchie
n'est pas neutre. Elle est avec les éléments justes dans toutes les nations et se
dresse contre toute attitude séparative, isolationniste et matérialiste
, car de
telles attitudes empêchent de saisir les véritables valeurs spirituelles et font
obstacle au développement humain. L'identification avec tous et la
participation aux conditions mondiales, volontairement ou par force,
constituent aujourd'hui l'unique voie de sortie pour tous les peuples
.

Réfléchissez à cela.


(...)


La France est un pays placé sous les signes des Poissons et du Lion. Son
égo est l'expression du cinquième Rayon de la Connaissance Concrète ou
Science, et sa personnalité est l'expression du troisième Rayon de l'Intelligence
Active. L'âme de la France gouverna subjectivement l'Europe pendant la partie
la plus importante et la plus influente de l'Ere des Poissons qui s'achève. Au
cours du Moyen Age sa personnalité bien caractéristique du signe du Lion,
consciente de soi, égocentrique, brillamment intelligente et individualiste,
colora et domina la plupart des événements européens. Elle transmit les
qualités du signe des Poissons à la civilisation du monde alors connu, et,
pendant des siècles, conditionna l'Europe. C'est toujours cette influence du
signe du Lion qui est responsable de l'esprit intensément nationaliste des
français modernes et qui annihile en eux la tendance à la conscience
universelle, caractéristique du signe du Verseau, ou la tendance à sauver le
monde qui est l'expression de l'âme avancée des Poissons. La France passe
avant le monde. La leçon qu'elle doit apprendre aujourd'hui est que le but de
son âme, sous le signe des Poissons, est le salut d'autrui
, ce contre quoi
l'égocentrisme du Lion se dresse, créant un conflit dont la France prend
lentement conscience.



Le rayon égoïque de la France est celui de la Science Concrète et cette
énergie, agissant en conjonction avec l'énergie du cinquième signe du
Zodiaque, le Lion, a donné au peuple français sa brillante intelligence et sa
tendance scientifique. Les forces de cristallisation se déversent à travers Paris
dont la personnalité est gouvernée par le Capricorne. Cependant, l'âme
de la nation française est nourrie dans cette grande capitale par l'âme de la ville,
énergisée par le signe de la Vierge, et n'oubliez pas que la Vierge est l'opposé
polaire des Poissons et que le Christ (engendré par la Vierge) atteint son plein
épanouissement dans les Poissons. En cela réside l'espérance de la France. Je
vous ai déjà indiqué qu'une grande révélation psychologique, ou révélation de
l'âme, émanant de la France, apportera l'illumination dans le domaine mondial
de la pensée.
Si la véritable influence des Poissons peut prendre le dessus et
remplacer l'égoïsme de la nation française et sa préoccupation d'autoprotection,
alors la France sera libre et à même de conduire le monde spirituellement
,

comme elle le fit par le passé, mais plutôt du point de vue politique et culturel.
Mais cela à condition que le rayon de sa personnalité soit subordonné au rayon
de son âme et que le Lion réponde à l'influence du Verseau, dans l'âge qui
vient, au cours duquel ce Signe dominera.



Le Soleil, comme régent du Lion, fit de la France ce qu'elle fut pendant des
siècles, une lumière rayonnant sur l'Europe, mais cela émanait de l'aspect
personnalité et non de l'aspect spirituel, et son influence ne fut jamais
spirituelle, au sens où ce mot devrait être compris. Esotériquement, Pluton, l'un
des régents des Poissons, doit entrer en action, amenant la mort de l'influence
de la personnalité, nourrie par le Lion ; cela peut s'effectuer sans grande
dissolution de la forme de la nation française, grâce à l'influence bénéfique de
Jupiter, régent exotérique des Poissons.



Ce qui est nécessaire à la nation
française c'est l'expression plus spirituelle du deuxième Rayon de l'Amour-
Sagesse qui dans le passé l'a conduite au succès matériel, mais qui peut inonder
le monde à travers la France, lorsqu'elle sera morte au "moi". Le Capricorne
régissant Paris signifie à la fois mort et initiation à la vie spirituelle, et en cela
réside le choix de la France. Avec la coopération que peut apporter Pluton dans
la réalisation des conditions conduisant à la révélation de la Vierge (signe
régissant l'âme de Paris), une contribution à la vie de l'humanité peut être
apportée par ce puissant, cet influent pays, contribution qui aura pour
résultat d'amener les nouvelles conditions désirables pour l'Europe. Mais les
revendications de la France, relativement à sa propre sécurité, doivent faire
place au souci de la sécurité du "tout", à la protection de ce "tout" contre
l'agression, le mal, la peur ; et toute pensée de revanche ou de démembrement
d'autres pays pour son propre intérêt, doit prendre fin pour que l'âme de la
France puisse trouver son expression.


(...)


J'ai traité de la France relativement en détail pour permettre d'apprécier
dans quelle mesure les influences déterminent une nation et font d'elle ce
qu'elle est actuellement. La combinaison de la puissance des énergies des
Poissons dans l'Ere des Poissons et d'une puissante nature léonine, permit à la
France d'exprimer d'une manière prodigieuse sa tendance subjective innée,
tendance à sauver le monde, (car la France est essentiellement sur le Sentier
d'un Sauveur du Monde).
La brillante, la claire vision des cinquième et
troisième rayons, à tendance intellectuelle, y contribua, ainsi que l'occasion
offerte par Saturne, gouvernant Paris. Ceci rendit possible la Grande
Révolution Française, par laquelle la France frappa l'un des coups les plus
puissants pour libérer l'humanité de l'esclavage
.



C'est par deux fois que ceci
s'est produit pendant l'Ere des Poissons : lors de la signature de la Magna
Charta à Runnymède et au cours de la Révolution Française. La reconnaissance
de l'importance des droits de l'humanité en tant que tout a été communiquée au
monde par l'intermédiaire de la France
. Ce fut l'apogée, le point
culminant de l'évolution de cette nation. Depuis, le Capricorne et Pluton ont
produit la cristallisation, ainsi que la mort, ou obscuration temporaire de
l'aspect de l'âme (symboliquement parlant) qui émergeait alors, et l'attitude de
la France n'a pas été désintéressée
. Les forces de l'âme sont au travail, mais la
France est encore gouvernée de façon prédominante par la personnalité et par
l'aspect égoïste des influences du Lion. Pour le moment, la France attache plus
d'importance à elle-même qu'à l'humanité.



La question est de savoir si elle
pourra accomplir la tâche écrasante de sa décentralisation et du sacrifice d'ellemême
pour le bien commun, renonçant à son rêve de grandeur dans une vision
du "tout", en se retrouvant ainsi plus complètement sur le Sentier d'un Sauveur
du Monde
. Mais de cela nul signe encore. Quand le moment de signer les
traités de paix sera venu, on verra plus clairement quel chemin prendra la
France : si elle veut oeuvrer pour la paix et la sécurité du "tout", avec amour et
sagesse, ou brillamment et égoïstement pour la France.


_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par tchektuf le Sam 17 Jan - 1:27

ces ecrits de DK que j'ai lus  il y a plus de 30 ans pouvaient avoir encore un sens à l'époque où  je les ai lus ,quoiqu'avec un optimisme forcené ,puisque déjà les penseurs français étaient devenus des mondains sans retour .C'est la raison pour laquelle j'ai arreté mes études de philo à l'université.

Cela faisait déjà des décennies que les  philospheux s'étaient coupés du spirituel et à part quelques spiritualistes qui étaient encore capables de parler de la trenscendance,ceux qui étaient mis en avant étaient des mondains ,des existentialistes ,des hédonistes du petit matin (Camus le dandy de ces dames .....) des politiciens marxistes ( althusser, politzer, marcuse,garaudy ).ou fiancés par la Cia ... ou des escrocs doppés  ou frivoles (Sartre dérida.....)

la sociologie avait encore de grands noms et la psychologie avait le cul aussi rouge que les babouins avec la psychasthenie pathologique de la psychanalise,psychologie  de singe pour bonobo endimanché à prétention humaine.

"le hasard ou la nécessité" du biologiste et prix nobel J.Monod avait réveillé pour un temps les penseurs français par la provocation materialiste, et non spiritualiste, de psychotique qui faisait émerger la vie du hasard.je ne pesne pas que ce penseur  pathologique se soit demandé s'il allait mourir par hasard ou par nécessité.
le profr Grasset, qui a vécu 30 ans de plus que le sieur Monod_culture , a répondu par  un livre tallentueux et trés intelligent :l'homme "toi,ce petit Dieu"

R.Steiner va dans la direction opposée de DK en disant que le français n'est pas capable, comme langue , de pénétrer dans la réalité de l'âme ;mais ne fait que tourner autour en l'habillant de formes mentales allechantes .
la lingerie féminine, la mode et la gastronomie françaises sont connues  dans le monde entier;cela n'émanne pas de l'âme spirituelle  qui vit au dessus du diaphragme mais en dessous là où l'âme animale régne

Quand Raymond devos parles des dessous de la voisine du dessus ,il oublie de parler des dessus de la voisine d'en dessous.les français n'ont pas le sens de la globalité et de la synthése par le haut  précisément par ce qu'ils ont un vocabulaire tres riche pour se perdre dans la description de la réalité qui est plus interessante que la réalité elle même .ainsi l'idéologie est toujours 1ére en france .

des professions complétes sont de gauche par principe  pour tout ce qui est culture et médias et éducation. et cela a préparé un déphasage complet avec l'évolution du monde,par pseudo idéalisme à petit budget ,et a scéllé la décadence de la france au point que certaines régions de france ont rejoint la condition de la gréce.

La chronique financiere de Pierre jovanovic ,alimentée par les témoignages de la france profonde,
le montre  d'une façon dramatique.

D'une maniére générale les forces du karma prévalent  actuellement sur les forces d'évolution et vu le résultat ,on peut s'estimer heureux ,car sur terre tout peut être toujours pire en kali yuga récalcitrant.

D'aprés ce que dit DK  les plans sur l'évolution de l'humanité étaient en faillite pendant la 2éme guerre mondiale d'où l'appel à des forces spirtuelles externes  pour faire un contrepoids aux forces du mal déchainées de tous cotés  et pas seulement sur l'axe du mal comme DK le dit.

Ce probléme d'évolution dégénée et notamment dans les pays par l'importance des forces du mal déchainées de tous cotés montre la réalité actuelle et les enseignements de DK ne sont plus applicables  car ce sont les forces du mal  qui dominent.
cela devrait servir d'enseignement  aux maitres qui annoncent la prévalence des forces du bien dans l'évolution.
Ce fameux plan dont beaucoup d'enseignants nous ont rebbatus les oreilles avec autorité,comme devant s'implanter incessamment sous peu sur terre est dans les choux à Bruxelles et dans le pays ou agissent les grands chakras de la terre new york londres tokyo geneves qui sont des forteresses de mammon !!!!!!!!!! fallait oser .

les années qui viennent montreront ce que ce fameux monde spirituel  va faire de ce qu'il a fabriqué par le karma .A ce qui se passera sur terre nous saurons quelles sont les compétences de ce fameux monde spirituel pour gérer ce plan d'évolution qu'il a mis en route.
je ne cautionne pas la pensée suranée qui fait de l'homme fallot l'auteur de la dégénérescence humaine,c'est plutot une vitamine anorexique du processus dégnératifau quel il participe volontiers si le plaisir,comme simulacre du destin de l'âme est au rdv proposé par lecréateur dans la nature.

R.Steiner est le seul initié à avoir parlé publiquement ,de son temps, des buts évolutifs des differentes hierarchies spirituelles et comment cela se projette dans l'histoire des peuples et des civilisations.Cela ne témoigne pas de la suréminence de la sagesse et de l'amour que nous sommes censés contacter quand nous retournons dans ces mondes.

la seule explication que je vois à cela c'est que la suréminence de la sagesse et de l'amour qui y régnent sont l'aquis d'un grand cycle dévolution antérieur qui sert de base à la création actuelle mais que de la sagesse et  l'amour qui doivent mener  la création actuelle à son terme sont en gestation par l'experience des cycles en cours.
Pour celui qui ne fait pas la difference ,il y a tromperie sur la marchandise et incompatibilité entre la suréminence de la sagesse et de l'amour  dans les cieux et le chaos sur terre.

c'est la pierre d'achoppement qui fait que beaucoup de gens sont retournés au veau d'or à cause de  l'incompatibilité entre la suréminence de la sagesse et de l'amour  dans les cieux et le chaos sur terre.
Cela fait plusieurs millénaires que cela dure et le sillon de cette incompatibilité  s'est gravé individuellement depuis plusieurs vies ;d'où la vision de l'apocalypse de st jean à partir d'un terrain déjà bien miné où ces sillons projettent des trajectoires prévisible de destin.

Peut on dire que le monde spirituel a opéré des changements pour réduire ce tableau apocalyptique de st jean. Au vu de l'histoire de l'humanité qui a suivi ,on peut dire que non.

Faut il s'en étonner ? Bon si l'on se souvient que ce monde a attendu le dernier carat de la dégénerescence de l'humanité pour envoyer le Christ sur terre. C'est beau l'amour !!!!!!


avatar
tchektuf

Messages : 435
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ou va la France

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum