La pierre philosophale

Aller en bas

La pierre philosophale

Message par Archange le Dim 16 Fév - 19:36

Source: http://rosae-crucis.pagespro-orange.fr/la_pierre_philosophale.htm




LA PIERRE PHILOSOPHALE  




 Ceux qui ont étudié les écrits des anciens alchimistes ont toujours été mystifiés par tout ce qui est dit de la Pierre Philosophale, et aussi du procédé de transmutation des vils métaux en or. Ces allégations ont naturellement donné lieu à de nombreuses et vagues conjectures. De temps à autre, nos étudiants demandent à l'auteur des précisions sur ce sujet d'extrême importance, et comme nous arrivons au seuil d'une ère nouvelle où ce joyau précieux et tous ces pouvoirs seront développés et possédés par un nombre considérable de personnes, nous pensons qu'il importe de dépouiller ce sujet de tous les mystères qui l'entourent, et de parler en termes clairs. Ainsi, tous ceux qui désirent s'en donner la peine - car cela demande un travail très ardu, rien de précieux ne pouvant s'obtenir sans y mettre le prix - peuvent savoir comment faire pour eux-mêmes ce joyau précieux.

On nous enseigne qu'au commencement Dieu créa les Cieux et la Terre, en fait l'univers entier, et nous comprenons que cette grande force créatrice s'exprime, soit comme volonté, soit comme imagination. Par l'imagination, le grand Architecte de l'Univers doit, tout d'abord, avoir évoqué l'image de toutes les choses telles qu'elles sont aujourd'hui, ou telles qu'elles ont été créées et, par Sa volonté, les atomes physiques se sont ordonnés et rangés dans cette matrice de pensée, amenant graduellement l'univers en manifestation, comme l'avait projeté son créateur. Ce processus n'est pas encore terminé, mais se poursuivra jusqu'à ce que le tout soit arrivé à la perfection, comme prévu dans le plan originel.

Les Hiérarchies divines qui exécutent le plan du Grand Créateur utilisent la même double force créatrice pour modeler les cristaux du règne minéral, la feuille de la plante ou la forme de l'animal. Leur puissante imagination se représente dans la région archétypale de la Terre ce qu'elles désirent créer, et leur volonté concentrée modèle la matière brute dans cette matrice jusqu'à ce qu'elle prenne la forme physique désirée.

L'Homme, l'esprit, possède un pouvoir créateur semblable et, durant des âges, sous la direction des Dieux, il a appris à construire des corps de valeur croissante comme instruments de son expression. Mais son pèlerinage à travers la matière a été entrepris dans le but d'en faire une intelligence créatrice indépendante et, pour atteindre cette fin, il a fallu, au moment propice, l'émanciper de la tutelle des Dieux pour qu'il apprenne à créer, non seulement pour lui-même, mais aussi pour aider et instruire autrui dans la grande école de la vie.

Durant le cours de son évolution, l'Homme a été peu à peu éclairé sur les mystères de la Vie; néanmoins, il y a quelques siècles, la vie et la liberté étaient en danger pour ceux dont l'opinion était trop en avance sur les idées communément acceptées. C'est pour cette raison que les alchimistes qui avaient étudié plus profondément que les autres ont été forcés d'envelopper leurs enseignements d'un langage très allégorique et symbolique. Leurs enseignements concernant l'évolution spirituelle de l'homme, et l'emploi des termes Sel, Soufre, Mercure et Azoth (ne pas confondre avec l'azote, du grec "azôon", signifiant "sans vie"), tellement déroutants pour le public, étaient néanmoins fondés sur des vérités cosmiques tout à fait lumineuses pour l'Initié.  

Les étudiants des enseignements Rosicruciens qui ont étudié comment le monde est venu à l'existence, et le processus de la création par étape, ne devraient pas rencontrer de difficultés pour comprendre correctement le langage alchimique.

Tout d'abord, nous savons qu'il y eut un temps où l'Homme en formation était hermaphrodite, masculin et féminin à la fois, capable de créer à partir de lui-même, et nous nous rappelons aussi qu'à ce moment il était comme les plantes sous certains rapports. Sa conscience était pareille à celle que nous avons dans un sommeil sans rêves, et qui est celle des plantes. L'énergie vitale qu'il absorbait dans son corps n'était utilisée que dans le but de croître jusqu'au moment de la reproduction, où un nouveau corps ayant bourgeonné était rejeté pour croître à son tour séparément. Il n'avait pas de stimulant pour le pousser à l'action, et s'il en avait eu, l'Homme n'aurait eu ni intelligence ou volonté pour le guider.

Pour émanciper l'humanité de cette condition négative, une moitié de la force créatrice fut dirigée vers le haut sous la direction des Anges, dans le but de construire un larynx et un cerveau pour que l'homme puisse apprendre à créer par la pensée, tout comme les Hiérarchies divines, et exprimer la pensée créatrice par la parole. Ainsi, l'homme cessa d'être physiquement hermaphrodite et ne possède depuis lors qu'un seul sexe. Il ne lui est plus possible de créer physiquement à lui seul comme le font les plantes hermaphrodites, ni psychiquement comme le font les Élohim, les Hiérarchies bisexuées, à l'image desquelles il fut originairement créé, et ainsi, il occupe présentement une position intermédiaire peu enviable entre les plantes et Dieu.

A l'époque où la moitié de la force sexuelle fut détournée dans le but de construire le cerveau, les humains étaient sans ressort et ne savaient pas surmonter les conditions de leur existence. Ils n'avaient même pas conscience de leurs difficultés, et si une aide extérieure n'avait pas été donnée, l'humanité aurait péri. Donc les Anges lunaires, qui étaient les gardiens de l'humanité, groupaient les humains dans de grands temples quand les lignes de force interplanétaires étaient propices à la fécondation, et ainsi ils perpétuaient la race humaine. Il fut également décidé que lorsque le cerveau serait complètement construit, les Seigneurs de Mercure, les Frères Aînés de notre humanité présente, qui excellaient en intelligence, nous enseigneraient la manière d'utiliser l'intellect et de le rendre réellement créateur, de manière à ne plus dépendre du procédé basé sur la séparation des sexes qui existe actuellement. Ainsi, par le travail de ces deux grandes Hiérarchies, nous avons été élevés de l'inconscience à la première phase de l'intelligence créatrice, qui va de la plante jusqu'à Dieu.

Nous avons aussi appris que ce plan avait échoué à cause des Esprits Lucifer, retardataires de la Période de la Lune, qui vivent sur la planète Mars. Il leur fallait un champ d'activité physique, qu'ils étaient incapables de créer eux-mêmes, et, pour des raisons égoïstes, ils ont enseigné à l'humanité qu'un corps nouveau pouvait être créé à n'importe quel moment par la coopération des deux sexes; et pour donner un stimulant, ils ont infusé aux humains la nature passionnelle que nous possédons aujourd'hui.

Ainsi donc, du point de vue des anciens alchimistes, les Anges lunaires, qui gouvernent les marées salines, étaient désignés par le mot "Sel". Ils avaient découvert qu'une certaine quantité de sel dans le sang était nécessaire aux processus du mental, et aussi qu'un excès de sel dans le sang provoque la folie, comme le prouve l'expérience de marins naufragés devenant déséquilibrés (en anglais lunatics) pour avoir bu de l'eau de mer contenant l'élément lunaire, le Sel. C'est ainsi qu'ils ont établi un rapport entre la Lune et l'intellect.

Les Esprits Lucifer du feu, qui ont pris une part si pernicieuse dans l'évolution de l'homme, furent associés avec l'élément ardent appelé "Soufre". Les alchimistes nous disent que l'homme devient inconscient et meurt en respirant continuellement cet élément; ainsi, l'homme, l'esprit, était rendu inconscient des mondes spirituels et mourait à ces mondes à cause des enseignements qui étaient instillés en lui par les Esprits Lucifer.

Le métal Mercure ,dont ils parlaient, est le plus fuyant de tous les métaux. Il pénètre et s'évapore à travers de nombreuses substances avec lesquelles il vient en contact; par conséquent, ils l'ont comparé aux Seigneurs de Mercure qui sont passé maîtres dans les découvertes des secrets de la nature par leur intellect. Le mercure est également capable de libérer l'esprit de sa prison physique.

Par le moyen de la génération accomplie au moment propice sous la direction des Anges, l'homme suivait la voie qui le conduisait de la plante à Dieu par le grand chemin de l'évolution, tel qu'il avait été projeté à l'origine.
Mais il s'est égaré dans le sentier détourné de la dégénérescence, conduit par les Esprits Lucifer; donc il se trouve actuellement enlisé et ne peut s'en sortir qu'avec l'aide de ceux qui sont plus avancés que lui.

Lorsqu'il commence à s'en apercevoir et qu'il cherche la lumière, il se trouve sur le chemin de la régénération, gardé par les Seigneurs de Mercure qui, par leur sagesse, le guideront vers le but désiré. Nous étudierons la méthode définie par les anciens alchimistes lorsque nous en aurons résumé en quelques mots les principaux points. Ceci doit bien être fixé dans notre esprit pour apprécier toute la valeur de ce qui suit.

La force créatrice employée par Dieu pour amener un système solaire en manifestation, ainsi que la force utilisée par les Hiérarchies divines pour former le véhicule physique des règnes inférieurs qu'elles gouvernent comme esprits-groupes, s'exprime d'une manière double comme Volonté et Imagination; c'est la même force créatrice unie de l'homme et de la femme qui a pour résultat la création d'un corps humain. A un certain moment, l'homme était bisexué et, par conséquent, chaque être humain était capable de reproduire son espèce sans l'aide d'un autre humain. Mais une moitié de la force créatrice fut alors détournée vers le haut pour construire un cerveau et un larynx, de manière à permettre un jour à l'homme de créer et de prononcer le Verbe de puissance qui matérialisera ses pensées. Trois grandes Hiérarchies créatrices ont participé à cette transformation: les Anges de la Lune, les Seigneurs de Mercure et les Esprits Lucifer de Mars. Les alchimistes ont rattaché les Anges de la Lune, qui gouverne les marées, à l'élément sel, les Esprits Lucifer de Mars à l'élément soufre, et les Seigneurs de Mercure au mercure.

Ils ont utilisé cette présentation symbolique, d'une part à cause de l'intolérance religieuse qui rendait dangereux tout enseignement autre que celui sanctionné par l'église traditionnelle de ce temps, et aussi parce que l'humanité en général n'était pas prête à accepter les vérités contenues dans leur philosophie. Ils parlaient aussi d'un quatrième élément, l'Azoth, nom qui est composé de la première et de la dernière lettre de l'alphabet de nos langues classiques et suggérait la même idée que "l'alpha et l'oméga", une idée de l'infini qui englobe tout. Ceci se rapportait à ce que nous savons maintenant du rayon spirituel de Neptune, l'octave de Mercure, et qui est l'essence sublimée du pouvoir spirituel.

Les alchimistes savaient que la nature morale et physique de l'homme était devenue très grossière en raison des instincts sensuels instillés par les Esprits Lucifer et que, par conséquent, un processus de distillation et d'affinage était nécessaire pour éliminer ces caractéristiques et élever l'homme aux hauteurs sublimes où la splendeur de l'esprit n'est plus obscurcie par l'enveloppe grossière qui lui en cache la vision. Ils considéraient le corps humain comme un laboratoire et parlaient des opérations spirituelles en termes chimiques. Ils avaient constaté que celles-ci avaient leur point de départ et leur principal champ d'activité dans la molle épinière qui forme le lien entre les deux organes créateurs, le cerveau qui est le champ d'activité des Mercuriens intellectuels, et les organes génitaux, terrain des Esprits Lucifer sensuels et passionnés.

La moelle épinière tripartite était, pour les alchimistes, le creuset de la conscience; ils savaient que dans la section sympathique qui gouverne les fonctions jouant un rôle dans la conservation et le bien-être du corps, les Anges Lunaires étaient spécialement actifs, et ce secteur était alors désigné comme l'élément sel. La section gouvernant les nerfs moteurs qui répandent l'énergie dynamique accumulée dans le corps par nos aliments est sous la domination des Esprits Lucifer de Mars, et ils l'ont donc nommée soufre.

La dernière section est celle qui enregistre les sensations apportées par les nerfs; elle était appelée mercure parce qu'elle est sous la direction des êtres spirituels de Mercure. Contrairement aux idées des anatomistes, le canal rachidien n'est pas rempli par un liquide, mais par un gaz ayant ceci de commun avec la vapeur qu'il se condense quand il est en contact avec l'atmosphère extérieure, mais il peut aussi être surchauffé par l'activité vibratoire de l'esprit jusqu'au point de devenir un feu brillant et lumineux, le feu de la purification et de la régénération. C'est là le champ d'action de la grande Hiérarchie spirituelle de Neptune, et il est désigné sous le nom d'Azoth par les alchimistes. Ce feu spirituel diffère d'un individu à l'autre, et sa luminosité aussi; elle est plus ou moins grande selon le degré d'évolution spirituelle de la personne considérée.

Lorsque l'aspirant à la vie supérieure avait été instruit dans ces mystères symboliques, et que le temps était venu de lui parler clairement, les enseignements suivants lui étaient communiqués, mais pas nécessairement de cette manière et avec ces mêmes mots. Dans tous les cas, on lui faisait comprendre que, "anatomiquement, l'homme est rattaché au règne animal, et au-dessous de ce degré d'évolution se trouvent les plantes. Elles sont pures et innocentes, leur reproduction n'est pas entachée de passion, et toute leur force créatrice se tourne vers le haut, vers la lumière, se manifestant sous forme de fleur, objet de joie et de beauté pour tous ceux qui la contemplent. Cependant, les plantes sont incapables d'agir autrement, car elles n'ont aucune intelligence, elles sont inconscientes du monde extérieur et n'ont aucun libre arbitre dans leurs actions. Elles ne peuvent créer que dans le monde physique, cependant. "Au-dessus de l'homme, sur l'échelle de l'évolution, se trouvent les Dieux, créateurs sur les plans spirituel et physique. Ils sont également aussi purs que les plantes, car toute leur force créatrice se tourne également vers le haut, elle est dépensée selon les directives de leur intelligence; et, connaissant le bien et le mal, ils choisissent toujours le bien.

"Entre les Dieux et le règne végétal se trouve l'homme, un être doué d'intelligence, d'un pouvoir créateur et de libre arbitre qu'il peut employer pour le bien ou pour le mal. A présent, pourtant, il est dominé par la passion infusée par les Esprits Lucifer, et il envoie vers le bas ,pour satisfaire sa sensualité, la moitié de sa force créatrice destinée à la lumière. Au fond de son âme, il se rend compte que c'est mal et c'est pourquoi il cache honteusement cet organe créateur, et se sent offensé quand cet instinct est mis à jour. Cette condition doit être modifiée avant que l'on puisse faire le moindre progrès spirituel, aussi est-il nécessaire de considérer attentivement l'analogie entre la plante chaste et la spiritualité pure des dieux qui, tous deux, dirigent tout leur pouvoir créateur vers la lumière.  

Au cours de l'évolution, l'homme s'est élevé au-dessus des plantes, qui n'ont le pouvoir créateur que dans le monde physique, et il est devenu semblable aux Dieux, car il possède le pouvoir de créer sur les deux plans mental et physique et, de plus, l'intelligence et le libre arbitre pour le diriger. Ceci s'est accompli en dérivant une moitié de la force sexuelle vers le haut pour la construction d'un cerveau et d'un larynx, organes qui sont toujours nourris par cette moitié de la force sexuelle qui s'élève. Mais tandis que les dieux dirigent toute leur force créatrice vers des objectifs altruistes par le pouvoir de l'intelligence, l'homme continue à dissiper une moitié de son héritage divin pour satisfaire ses désirs et ses sens. Par conséquent, si vous voulez devenir semblable aux dieux, il vous faut apprendre à diriger toute votre énergie créatrice vers le haut pour être utilisée et conduite entièrement par votre intelligence. Ce n'est que par ce moyen que vous deviendrez comme les dieux et que vous créerez de vous-même par le pouvoir de votre esprit et du Grand Verbe par lequel vous pourrez prononcer le fiat créateur.

Rappelez-vous que physiquement vous avez été un jour hermaphrodite comme les plantes et capable de créer de vous-même. Maintenant, jetez un regard vers l'avenir à travers la perspective du passé, et comprenez que votre condition présente unisexuée n'est qu'une phase temporaire de l'évolution et que, dans l'avenir, toute votre force créatrice doit être tournée vers le haut pour que vous deveniez spirituellement hermaphrodite, capable ainsi d'objectiver vos idées et de prononcer le Verbe de vie qui les douera de vie et les rendra vibrantes d'énergie vitale. Cette double force créatrice ainsi exprimée par le cerveau et le larynx, c'est l'élixir de vie émis par la pierre vivante du philosophe spirituellement hermaphrodite. Le processus alchimique consistant à l'enflammer et à l'élever s'accomplit dans la molle épinière où se trouvent le sel, le soufre, le mercure et l'Azoth. On l'amène à l'incandescence par des pensées élevées et nobles, par la méditation sur des sujets spirituels, et par l'altruisme exprimé dans la vie quotidienne. La seconde moitié de l'énergie créatrice ainsi attirée vers le haut à travers le canal rachidien est le feu spirituel de l'épine dorsale, le serpent de la sagesse.

Graduellement, il est élevé de plus en plus haut, et lorsqu'il atteint le corps pituitaire et la glande pinéale dans le cerveau, il les met en vibration, ouvrant les mondes spirituels et permettant à l'homme d'entrer en communication avec les Dieux. Alors ce feu irradie dans toutes les directions et imprègne tout le corps et son atmosphère aurique, alors l'homme est devenu une pierre vivante dont l'éclat surpasse celui du diamant ou du rubis. IL est alors La Pierre Philosophale".

Il y a bien d'autres symboles et similitudes empruntés au monde de la chimie et appliqués aux processus de la croissance spirituelle qui finit par transformer l'humanité en pierres vivantes dans le temple de Dieu.

Mais nous avons suffisamment expliqué le sens des termes employés par les alchimistes, et la raison pour laquelle ces enseignements avaient été donnés en langage symbolique. Le chemin de l'initiation est ouvert, cependant, et l'a toujours été à quiconque cherche réellement et en vérité la lumière et accepte d'en payer le prix par le renoncement et le sacrifice de soi. C'est pourquoi, cherchez la porte du temple, et vous la trouverez; frappez et elle s'ouvrira pour vous. Si vous cherchez en priant avec ferveur, si vous frappez avec persistance, et si vous travaillez noblement, vous atteindrez le but en temps voulu, et vous deviendrez La Pierre Philosophale.



CÉLIBAT ET MARIAGE



Pour éviter tout malentendu, il faut dire que cette leçon n'était donnée qu'à l'aspirant désirant devenir disciple, afin de lui montrer la raison pour laquelle il lui est nécessaire de vivre une vie pure et chaste. Ceci ne s'applique pas aux masses qui n'ont pas d'aspirations spirituelles et qui sont encore incapables de maîtriser leurs passions. Les Rosicruciens ne prêchent même pas une vie de complet célibat pour leurs élèves; en fait, ils considèrent comme un devoir religieux pour le mystique éclairé, homme ou femme, de s'unir à un esprit avec lequel il se trouve en harmonie, s'il en rencontre un, et de procurer ainsi aux âmes en attente une occasion favorable de se réincarner. Quand un couple ainsi consacré accomplit l'acte de génération en aspirant à servir un égo qui attend de renaître; quand les conditions prénatales sont mentalement, moralement
et physiquement pures, quand la première enfance de l'égo né ainsi se déroule dans une ambiance familiale de pensées nobles et élevées, les parents et les enfants font de merveilleux progrès
. Et comme de grandes âmes ne peuvent pas naître de parents indignes, pas plus que l'eau ne pourrait descendre plus bas que son niveau, il serait en effet très mauvais pour les aspirants disciples de vivre une vie entière de célibat par désir d'avancer personnellement, alors que les conditions leur permettent de se marier; de plus, la dépense de force créatrice aux époques où elle est légitimement requise pour la reproduction, ne peut porter aucun préjudice grave au développement spirituel entrepris pour devenir La Pierre Philosophale, et la croissance de l'âme acquise en assumant les devoirs de parents, compense largement toute perte possible.

Les Rosicruciens enseignent donc que le mariage entre personnes décidées à limiter l'usage de la fonction créatrice à la fécondation est un acte éminemment bon, noble et producteur d'une grande croissance de l'âme, mais que, les aspirants non mariés devraient vivre une vie de célibat absolu s'ils veulent atteindre la perfection.



GERMES LUNAIRE ET SOLAIRE



Les anciens alchimistes divulguèrent une profonde vérité en déclarant que la Pierre vivante (le corps du nouvel âge) est formée de, l'union du soleil et de la lune. Cette oeuvre divine s'accomplit principalement à l'intérieur des glandes pinéale et pituitaire, les deux joyaux de la tête. Dans la glande pinéale de chaque être humain prend forme un germe-soleil, véritable semence de lumière, qui fait partie de son héritage divin ou christique. Toutefois, tant que l'Homme n'est pas assez sage pour savoir comment s'en servir, ce germe de lumière reste endormi, en jachère pourrions-nous dire. Au fur et à mesure que l'aspirant se consacre à l'existence supérieure et se spiritualise, le germe-soleil entame chaque année, immédiatement après le solstice d'été, un parcours à travers le corps qui simule la marche du soleil dans les cieux. A moins que l'Homme lui-même ne vienne perturber l'équilibre des choses, les courants vitaux qui circulent en l'Homme et dans la nature sont toujours en harmonie.

A l'équinoxe d'automne, le germe-soleil atteint le centre cardiaque et, au solstice d'hiver, alors que le soleil parvient au nadir de sa déclinaison australe, il touche le plexus solaire. C'est pour cette raison que, dans les anciens Mystères, on appelait le plexus solaire "la crèche du Temple qu'est le corps humain". Suivant l'ascension du soleil, le germe-lumière touche à nouveau le centre cardiaque au moment de l'équinoxe du printemps. Au solstice d'été, il s'élève jusqu'à son foyer, dans la glande pinéale, au moment où le soleil atteint de nouveau l'apogée de sa déclinaison boréale.

Pendant ce circuit annuel, le corps est parcouru d'une vie et d'un rayonnement nouveaux ainsi que des forces à l'origine de la jeunesse éternelle. Ceux qui foulent le sentier du savoir de première main sont donc sans cesse imprégnés d'une lumière aussi étincelante que précieuse. Désormais, ils ne font plus qu'un avec cette lumière intérieure qui jamais ne luit sur terre ou sur mer.

Parallèlement au cycle solaire, chaque nouvelle lune élabore également dans le corps pituitaire un germe lunaire. Ce germe-lune suit le sentier de notre satellite. Au moment de la pleine lune, il atteint le centre de la génération; voilà pourquoi cette époque marque le point crucial du mois. Dans le corps de ceux qui vivent normalement l'existence du monde, le germe lunaire se dissipe alors et ses forces vitales sont perdues. Cependant, chez l'aspirant consacré, le germe lunaire se conserve et s'élève de nouveau au moment de la nouvelle lune vers sa demeure, le corps pituitaire. Ses forces se fusionnent alors à celles du germe lunaire nouvellement formé. Pour celui qui foule le sentier de la sainteté, une véritable messe christique est donc célébrée au moment du solstice d'été dans le Temple purifié du corps; les douze germes lunaires préservés au cours de l'année écoulée s'unissent alors au germe solaire. Le fusionnement de leurs forces a lieu dans le troisième ventricule cervical, pont jeté entre le corps pituitaire et la glande pinéale.

Le troisième ventricule devient ainsi le lit nuptial où est conçu et mis au monde le saint Enfant -l'union des germes lunaires et solaires. On l'appelle également la "crèche", les glandes pinéale et pituitaire devenant alors les saints parents participant à l'union alchimique.

Nous ne pouvons ici qu'esquisser les processus occultes fondamentaux sous-tendant le rite de l'Immaculée Conception. Comme nous l'avons déjà indiqué, un travail s'échelonnant sur plusieurs incarnations est nécessaire avant que l'aspirant puisse connaître toute la splendeur de ce saint Mystère, l'un des plus élevés conférés sur cette planète.

L'Homme des premiers temps était androgyne. L'humanité devint unisexuée au moment où la force créatrice se divisa. Une moitié servit alors à construire et à nourrir le cerveau, et l'autre à la génération de nouveaux corps pour la perpétuation de la race. Au cours des premières époques de l'évolution humaine, le système nerveux sympathique -avenue privilégiée des forces du Féminin cosmique- dominait. Mais, au fur et à mesure que l'Ego s'imbriquait dans la matérialité, les pouvoirs féminins entrèrent pour la plupart dans une période de léthargie.

L'Ego opéra alors principalement par le système nerveux cérébro-spinal, pierre d'angle de l'initiation moderne. Ce déséquilibre ne peut toutefois perdurer. Voilà pourquoi le nouvel âge est symbolisé par la figure androgyne du Verseau qui représente la double polarité d'une nouvelle humanité christifiée. Les forces du système nerveux sympathique (la colonne féminine du Temple corporel) seront alors éveillées et revitalisées grâce à une existence plus pure. Cela présuppose toutefois la formation d'un second cordon médullaire par l'activité des forces générées par l'union des germes lunaires et solaires. A la fin de ce processus, un pont de lumière reliera les colonnes masculine et féminine à la base de l'épine dorsale. La génération deviendra ainsi régénération.

La colonne féminine s'élabore parallèlement à la transmutation du rayon d'amour de Vénus par la force spirituelle supérieure d'Uranus, planète exaltée dans le Scorpion, signe de la régénération. Au moment où cet extraordinaire pouvoir régénérateur commence à se manifester dans le corps, un deuxième pont relie graduellement les deux colonnes par le centre de la gorge localisé dans le larynx. Le Maçon mystique redécouvre et réapprend alors à utiliser le puissant pouvoir créateur du Mot jusqu'alors perdu. (Ces données concernent la pleine puissance de l'exaltation de Mercure dans la Vierge.)

Lorsque cette double force atteint les organes spirituels de la tête -les glandes pinéale et pituitaire- un autre pont se forme dans le troisième ventricule. Le corps se trouve alors inondé de lumière et, dans ce Temple illuminé, l'aspirant est préparé à pénétrer dans la céleste gloire animique du Saint des Saints, processus énigmatique connu sous l'appellation de "rite de l'Immaculée Conception". La grande femme-Maître, la mère du saint Jésus qui travailla consciemment sur les plans intérieurs afin de L'aider à préparer le corps le plus parfait jamais vu sur terre, parvint à cet état exalté.

Adombrée de la gloire lumineuse des multitudes d'Anges et d'Archanges qui proclamaient l'heureux jour de l'émancipation de la femme et entonnaient de puissants hosannas en prévision de la venue prochaine du Maître, Marie, le modèle-type parfait du nouvel âge, fut ravie dans des nuées de lumière afin de saluer sans angoisse ni douleur physique la venue de son divin Fils.

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La pierre philosophale

Message par Archange le Lun 26 Jan - 13:19





La pierre philosophale


Papus donne dans ces pages  [1].. son idée de la nature de la Pierre Philosophale. Elle aussi, comme l’homme, suit les lois de l’évolution. Si chimiquement il s’agit d’augmenter la densité d’une substance pour parvenir à l’or, s’agirait-il, spirituellement, de diminuer la densité, le poids de nos chaînes, de nos « possessions » et de nos « prétentions » ? Paraître et durer s’opposent-ils à Être ? Papus montre par « le témoignage des textes, de l’histoire et des hommes que la Pierre Philosophale n’est pas fatalement impossible, même de l’avis des savants contemporains. » Il donne ensuite « des preuves positives de son existence. »

« …Qu’entend-on par Pierre Philosophale ?

Cette question, si simple au premier aspect, est cependant assez difficile à résoudre. Ouvrons les dictionnaires sérieux, parcourons les graves compilations des rares savants qui on daigné traiter ce sujet. La conclusion est assez facile à poser : Pierre Philosophale, transmutation des métaux, égale Ignorance, Fourberie, Folie.

Si pourtant nous réfléchissons qu’en somme, pour parler draps mieux vaut aller au drapier qu’au docteur ès lettres, l’idée nous viendra peut-être de voir ce que pensent les alchimistes de la question.

Or, au milieu des obscurités voulues et des symboles nombreux qui remplissent leurs traités, il est un point sur lequel ils sont tous d’accord, c’est la définition et les qualités de la Pierre Philosophale.

La Pierre Philosophale parfaite est une poudre rouge qui a la propriété de transformer toutes les impuretés de la nature.

On croit généralement qu’elle ne peut servir, d’après les alchimistes, qu’à changer du plomb ou du mercure en or. C’est une erreur. La théorie alchimique dérive de sources bien trop spéculatives pour localiser ainsi ses effets. L’évolution étant une des grandes lois de la nature, ainsi que l’enseignait il y a plusieurs siècles l’hermétisme, la Pierre Philosophale fait évoluer rapidement ce que les formes naturelles mettent de longues années à produire, voilà pourquoi elle agit, disent les adeptes, sur les règnes végétal et animal aussi bien que sur le règne minéral et peut s’appeler médecine des trois règnes.

Physiquement, ce serait une poudre rouge assez semblable comme consistance au chlorure d’or de l’odeur du sel marin calciné. Tout à l’heure, du reste, nous aurons l’occasion de revenir sur ce sujet. Comme c’est à la transformation des métaux vils, plomb et mercure, en or que doit le plus souvent servir cette Pierre, voyons en quoi consiste cette opération.

Chimiquement c’est une simple augmentation de densité si l’on admet l’unité de la matière, idée fort en honneur parmi les philosophes chimistes contemporains. En effet, le problème à résoudre consiste à transformer un corps de la densité de 13,6 comme le mercure, en un corps de la densité de 19,5 comme l’or. Cette hypothèse de la transmutation est-elle en désaccord avec les plus récentes données de la chimie ?

C’est ce que nous allons voir.

La chimie actuelle permet-elle de nier l’existence de la Pierre Philosophale ? Deux chimistes contemporains ont poussé leurs investigations dans l’obscur domaine de l’alchimie ; ce sont MM. Figuier, vers 1853, qui publiait L’Alchimie et les Alchimistes livre dont nous aurons tout à l’heure l’occasion de parler, et M. le professeur M. Berthelot, membre de l’Institut, qui fit paraître, en 1885, les Origines de l’Alchimie.

Ces deux savants officiels, le dernier surtout, font autorité en la matière et leur opinion mérite d’être écoutée par toutes les personnes sérieuses. Tout deux ils considèrent l’alchimie et son but comme de beaux rêves dignes du temps passés ; tout deux ils nient formellement l’existence de la Pierre Philosophale (quoique Figuier prouve à son insu cette existence). Et cependant ils déclarent que scientifiquement la chose ne peut pas être niée à priori… ».




PAPUS

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum