Le bien et le mal ; la souffrance, la maladie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le bien et le mal ; la souffrance, la maladie

Message par Archange le Jeu 13 Fév - 18:04


SOURCE: http://www.guylorge.net/page%2014.htm




Le bien et le mal ; la souffrance, la maladie



Voudrais-tu me rappeler l’essentiel de nos entretiens !

Volontiers ; voici :

•si je veux connaître quelque chose sur le sens de ma vie, je suis amené à interroger mon " Je-Esprit " intérieur qui porte toute la Sagesse Cosmique, toute la connaissance ; une connaissance " oubliée " parce que je suis passé par le fleuve de l’oubli en m’incarnant. J’ai oublié cette connaissance pour pouvoir m’affranchir des êtres de sagesse dont je suis une émanation métamorphosée.

Pour aller ainsi puiser à l’intérieur de moi, je peux être aidé par les témoignages d’autrui qui sont comme des clés qui me permettront d’ouvrir mes propres portes intérieures donnant accès à la Sagesse Cosmique. Cette aide est nécessaire car seul je ne possède pas toutes les clés.

•pour me procurer ces clés soit par moi-même soit par la rencontre d’autrui, il est nécessaire que j’acquiers les qualités d’âme nécessaires (qualités astrales ç-à-d celles des êtres cosmiques). Ces qualités sont comme des yeux ou des oreilles qui me permettent de voir et entendre ce qui se trouve derrière mes portes intérieures.


Plus je " m’élève de niveau " dans ces qualités, plus les portes s’ouvrent.

Le Bouddhisme aide à acquérir ces qualités d’âme.

l’homme de l’Occident est particulièrement coupé de la Sagesse Cosmique ; grâce à cette coupure, il s’est tourné vers lui-même et est devenu égocentrique ; il s’est tourné vers les sciences de la nature et n’a plus vu que le côté matériel de la nature ; c’est ainsi qu’il s’est forgé un outil d’intelligence, une rigueur dans le penser

S’il commence à prendre conscience de la réalité de la démarche socratique, il entre sur un chemin de connaissance qui le met en relation avec son " Je-Esprit ". Il découvre la nécessité de " purifier " son âme. Il découvre donc la nécessité de retrouver l’âme des origines avec cette grande différence que son passage sur Terre l’aura rendue libre et consciente de la présence en elle de son " Je-Esprit " individuel.

•L’homme d’Orient est attiré par le développement occidental. Il est appelé lui aussi à poursuivre son évolution. S’il s’est incarné dans ces peuples d’Orient, c’est qu’il avait des raisons individuelles karmiques ; toutefois, si son âme se sent attirée par l’Occident, c’est que le moment est venu pour elle de poursuivre son évolution par la rencontre de Christ véritable auprès des occidentaux ; auprès de ces occidentaux qui ont découvert le chemin vers l’intérieur de soi, vers le " Je " individuel, la Sagesse Cosmique.

•Ce qui me paraît d’une importance essentielle, c’est la prise de conscience que l’Homme et Dieu (la Sagesse Cosmique) ne font qu’un. L’Homme est la métamorphose de Dieu.

Il n’y a pas de dualité " Homme-Dieu ". Cette conscience de la dualité a pu vivre un moment dans le cours du temps où l’être humain se séparait de la Sagesse Cosmique pour atteindre sa liberté. Aujourd’hui qu’il peut entreprendre le chemin de retour vers cette Sagesse Cosmique, il commence par prendre conscience que ce chemin est un chemin qui le conduit vers lui-même ; c’est un chemin vers l’Unité. Pour reprendre l’image donnée par Christ, nous pouvons dire que c’est le chemin de retour vers le Père : " Père qu’ils soient un comme toi et moi sommes un ! ".

•Dans les premiers temps, la Sagesse Cosmique contraignait l’être humain à se soumettre à des lois extérieures ; depuis la venue de Christ, l’être humain obéit à des lois qui émanent du fond de son être.


Je te remercie, c’est très clair ! De quoi vas-tu me parler aujourd’hui ?

Aujourd’hui, ce sera notre avant-dernier entretien de base !

Je voudrais te parler du bien et du mal, de la souffrance et de la maladie.

Je n’ai jamais compris pourquoi le mal pouvait exister !

Dans un entretien d’approfondissement, je te décrirai toute l’évolution de l’être humain ; aujourd’hui, je serai succinct te donnant le strict nécessaire pour que tu puisses entrevoir cette question du bien et du mal.

Les neuf éléments constitutifs de l’Homme-Archétype - Dieu, si tu préfères – ont pris forme terrestre l’un après l’autre.

Notre planète Terre n’a pas toujours été ce qu’elle est aujourd’hui ; elle a évolué avec l’être humain.  (figure 5)

Au premier état planétaire de notre Terre, on lui a donné le nom de " Ancien Saturne " ; cette Ancien Saturne n’était fait que de chaleur ; c’est alors qu’apparut notre premier corps physique qui lui aussi n’était que chaleur. Les autres constituants de notre être sont restés dans l’atmosphère cosmique.

Ce premier état planétaire se termina et fut suivi d’une période de réflexion " de la Sagesse Cosmique ; on appelle cette période de réflexion cosmique : " Pralaya ".

Ensuite, apparut un deuxième état planétaire appelé " Ancien Soleil " ; il était constitué de chaleur et de gaz (ou chaleur condensée) ; notre corps physique fut constitué lui aussi de chaleur et de gaz ; et notre Corps éthérique apparut pour la première fois.

Ce second état se termina par une période de Pralaya.

Ensuite apparut un troisième état planétaire nommé " Ancienne Lune " ; il était constitué de chaleur, de gaz et de liquide (ou gaz condensé) ; notre corps physique fut aussi constitué de ces trois caractéristiques ; notre corps éthérique se perfectionna et notre corps astral apparut pour la première fois.

Ce troisième état se termina de nouveau par un Pralaya.

Vint enfin le quatrième état planétaire qui, après s’être séparé successivement du Soleil et de la Lune, aboutit à notre Terre actuelle ; comme nous le constatons, notre Terre est constituée de chaleur, de gaz, de liquides et de solides (ou liquides condensés) ; notre corps physique est de la même constitution. Notre corps éthérique subit une troisième et profonde transformation ; notre corps astral se modifia lui aussi. Et la conscience du Moi apparut pour la première fois. C’est le but de ce quatrième état planétaire de permettre à l’Homme d’acquérir et de développer son " Je-Esprit " individuel.

Cette description est très succincte ! Pour ce qui nous occupe dans ce septième entretien de base, l’essentiel c’est d’en avoir une idée et de prendre conscience que tout ce qui se passe sur Terre c’est le développement de ce " Je-Esprit ". Certes, corps physique, corps éthérique et corps astral se modifient constamment pour s’adapter à la venue en eux de ce " Je-Esprit ".

Que s’est-il passé lors de la venue de ce " Je-Esprit " ?

Souviens-toi de l’image de l’évolution que je t’ai donnée en la comparant à l’évolution d’un enfant.

A l’origine de notre Terre, nous étions entièrement dépendant de la Sagesse Cosmique tout comme l’enfant l’est de ses parents. Si la conscience du " Je-Esprit " était venue en nous directement, ce " Je " se serait soumis à la Sagesse Cosmique et nous n’aurions jamais été libres.

C’est pourquoi des êtres de sagesse, ceux qui dirigèrent l’évolution sur l’ancienne Lune, se mirent en retard dans leur propre évolution afin de nous inspirer autrement que la Sagesse Cosmique qui poursuivait sa propre évolution. Ces êtres de sagesse en retard ont été appelés " Lucifériens " ou " Porteurs de Lumière " ; en effet sur l’ancienne Lune, ils étaient les porteurs de toute cette remarquable sagesse qui s’y est développée.

Nous nous sommes trouvés sous une double inspiration, l’une en retard, l’autre régulière ; nous avions donc la capacité de faire des choix.

Faire des choix ? Comment, concrètement ?

Au début de la Terre, notre astralité (corps astral) entrait progressivement en relation avec son environnement terrestre ; la Sagesse Cosmique régulière voulait que cette relation se fasse lentement sans passions ni autres " désordres cosmiques " sous le contrôle du " Je-Esprit ".

Mais les êtres de sagesse en retard ont poussé notre corps astral à s’intéresser à la Terre avant que notre " Je-Esprit " soit à même de contrôler cette activité astrale. Cette intervention des êtres Lucifériens a été décrite dans la Bible par l’image du serpent Lucifer qui invita la femme et l’homme à manger du fruit de l’arbre de la connaissance ; connaître est une activité du corps astral ; en mangeant trop tôt de ce fruit, l’être humain vit son comportement perturbé et fut amené à devoir distinguer le bien du mal.

On peut dire que l’action prématurée de Lucifer dans notre corps astral a jeté le désordre dans la vie de nos sens.

Les êtres Lucifériens inspiraient dans une direction, les êtres réguliers dans une autre ! L’être humain ne s’y retrouva pas et s’engagea dans un chemin qui l’amenait à commettre sans cesse de graves erreurs. ! Les êtres réguliers cherchèrent le moyen de protéger l’homme contre ses erreurs sans pour autant lui enlever sa liberté. C’est ainsi qu’ils introduisirent la maladie, la misère et la souffrance qui allait freiner l’homme et le faire réfléchir ; c’était une sorte de contrepoids à l’action luciférienne.

Plus l’être humain devient esclave de ses sens, plus la misère s’installe comme un contrepoids. Face à la tentation luciférienne, la Sagesse Cosmique compensait par la souffrance, la maladie et finalement la mort.

Aujourd’hui, des thérapeutes reconnaissent que la maladie a souvent une origine dans le désordre que l’homme introduit dans son corps astral. Ainsi, la maladie est là pour nous dire : " Attention ! corrige ton astralité ! ". C’est ainsi que le Docteur L.F.C. MEES a écrit un livre s’intitulant : " La maladie, une bénédiction ".

En ne tenant compte ainsi que du monde des sens tourné vers la matière, l’être humain rencontra les êtres de Ténèbres conduits par Ahriman (c-à-d : le Ténébreux). Ces êtres, ni bons ni mauvais en soi, mais en décalage par rapport à l’évolution, voudraient faire de nous des êtres qui ne s’intéressent qu’à la Terre matérielle. L’homme est donc appelé à vivre en équilibre entre les forces lucifériennes qui l’aspirent vers l’Esprit-Lumière et les forces ahrimaniennes qui l’aspirent vers la Matière-Ténèbre. Comme il n’atteignait pas cet équilibre, l’homme a engendré des monstres ; un pour chaque passion désordonnée par rapport au cosmos. Les erreurs et les illusions issues de cette activité des sens ont non seulement créé ces monstres mais les ont alimentés et renforcés sans cesse. Ces monstres (ou démons) emplissent l’atmosphère spirituelle de la terre et " inspirent " les hommes.

Qu’a fait la Sagesse Cosmique régulière face à cette situation ? Comment a-t-elle mis l’homme en état de surmonter les actes, le désordre introduits à partir du monde des sens ?

Elle a créé le " karma ". Chaque être humain qui s’incarne est porteur d’un karma c-à-d des conséquences des comportements de ses vies antérieures. Qu’est-ce à dire ? Si nous n‘avions pas été en mesure de corriger chaque erreur, chaque acte désordonné, nous n’aurions jamais pu progresser et nous n’aurions jamais atteint notre but. Le karma se révèle ainsi être un bienfait permettant de nous corriger.

Nous pouvons donc dire que la souffrance fait suite à l’action luciférienne et que le karma permet de compenser les dérives de notre activité sensorielle.

Comment prenons-nous conscience de nos erreurs ?

C’est entre vie et nouvelle naissance que nous avons l’occasion de découvrir nos erreurs ; ainsi, je ressentirai le mal que j’ai infligé à autrui et, avec un vif désir, je prendrai la décision de compenser ce mal dans une prochaine incarnation.

Toutefois, avec la montée de son niveau de conscience, un être peut découvrir ses erreurs au cours de son incarnation et déjà les compenser ; il peut même faire davantage : ne pas commettre l’erreur face à la conscience qu’il a de la compensation qu’il devra opérer. Il peut encore faire beaucoup mieux : éviter l’erreur par amour d’autrui et des êtres cosmiques.

Toutes les décisions de progrès, de compensation que nous prenons entre mort et nouvelle naissance se manifestent à nous lors de l’incarnation suivante sous forme de la Voix de la Conscience. Cette voix de la conscience est silencieuse et non contraignante car elle veut respecter notre liberté dans l’incarnation.

Il est intéressant et protecteur de constater que tout, dans notre monde actuel est fait pour étouffer cette voix de la conscience. Un exemple : Le réveil matinal à l’aide d’un réveil-radio nous extrait du monde de l’esprit où nous séjournons et travaillons pendant le sommeil et nous renvoie brutalement dans l’incarnation sans nous laisser le temps de découvrir en nous-mêmes les résolutions de progrès prises pendant la nuit ; le réveil est un moment salvateur où nous pouvons nous " souvenir " du travail nocturne ; mais nous laissons passer ce moment précieux qui ne se renouvellera pas. Tu trouveras de nombreux autres exemples : le stress au travail, regarder certaines de ces émissions de TV qui abrutissent ou nous empêchent de voir la vie dans sa réalité ; l’usage d’Internet quand il est sans fondements ; etc. ….

D’incarnation en incarnation, cette voix de la conscience se développe à la suite des prises de conscience successives que l’âme fait entre mort et nouvelle naissance ; c’est cette grande réalité qui nous amène à quitter la loi extérieure au profit d’une loi intérieure, celle de la Voix de la Conscience, émanation de la Sagesse Cosmique.



Dans les premiers temps, la Sagesse Cosmique contraignait l’être humain à se soumettre à des lois extérieures ; depuis la venue de Christ, l’être humain obéit à des lois qui émanent du fond de son être.

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2694
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum