Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Message par Archange le Dim 2 Fév - 17:32

Attention, les textes qui suivent ne sont pas une blague et ne sont que quelques passages de textes blasphématoires écrient par Marx durant sa vie, y compris à l'époque où il se déclarait de confession catholique. Dans sa prime jeunesse Marx était chrétien, par opposition à la religion de sa famille dont le nom fut porté par d'illustres rabbins. Sa foi se transforma en haine de l'élément Divin. Les lignes que vous allez lire révélent surtout une folie qui s'empara de lui. Elles expliquent bien des choses sur ce personnage controversé. Ces textes sont principalement disponibles en anglais et en allemand, les traductions en langue française se font rares, on peut toutefois en glaner quelques passages dans diverses biographies :



Invocation d'un désespéré

"Ainsi un dieu m'a arraché "mon tout"
Dans les malédictions et dans les coups du sort.
Tous ses mondes se sont évanouis
Sans espoir de retour,
Et il ne me reste plus désormais que la vengeance.

Je veux me bâtir un trône dans les hauteurs,
Son sommet sera glacial et gigantesque,
Il aura pour rempart la terreur de la superstition,
Pour maréchal, la plus sombre agonie.

Quiconque porte vers ce trône un regard sain,
Le détournera, pâle et muet comme la mort
Tombé entre les griffes d'une mortalité aveugle et frissonnante.
Puisse son bonheur creuser sa tombe !."



Karl Marx, Morceaux choisis, Vol. 1 - International Publisher, 1974



Pour celui qui connaît bien la religion, il reconnaîtra la référence à Isaïe 14:13 dans lequel Lucifer dit : "J'escaladerai les cieux ; plus haut que les étoiles de Dieu j'érigerai mon trône"



Le ménestrel

"Les vapeurs infernales me montent au cerveau
Et le remplissent jusqu'à ce que je devienne fou
Et que mon coeur soit complètement changé.
Regarde cette épée :
Le Prince des ténèbres me l'a vendue."


Oulanem (inversion blashpématoire d'Emmanuel)

"Il bat la mesure et donne le signal,
De plus en plus hardiment, je joue la danse de la mort.
Et ils sont aussi Oulanem, Oulanem.
Ce nom résonne comme la mort,
Puis se prolonger jusqu'à s'éteindre misérablement.
Arrêtez ! Je tiens ! Il s'élève maintenant de mon esprit,
Clair comme l'air, aussi consistant que mes propres os.

Mais j'ai le pouvoir, avec mes bras,
De vous écraser et de vous broyez (vous=l'humanité)
Avec la force d'un ouragan,
Tandis que pour nous deux l'abîme s'ouvre béant dans les ténèbres.
Vous allez y sombrer jusqu'au fond,
Je vous y suivrai en riant,
Vous sussurant à l'oreille :
"Descendez, venez à moi, mon ami !""

"Perdu. Perdu. Mon heure est venue.
L'horloge du temps s'est arrêtée,
La maison pygmée s'est effondrée.
Bientôt je proférerai sur l'humanité
D'horribles malédictions."


La vierge pâle

"Ainsi j'ai perdu le ciel,
Je le sais très bien.
Mon âme naguère fidèle à Dieu
A été marquée pour l'enfer."



Karl Marx



"Ces histoires interminables étaient, selon toute probabilité, une autobiographie... Marx avait la vision du monde propre à Satan ; il en avait aussi la malignité D'ailleurs il semble parfois être conscient de faire l'oeuvre du mal."



Robert Payne dans Marx (Ed. Simon and Schuster, 1968)



Orgueil humain

"Dédaigneusement je jetterai mon gant
A la face du monde
Et verrai s'effondrer ce géant pygmée
dont la chute n'éteindra pas mon ardeur.
Puis comme un dieu victorieux j'irai au hasard
Parmi les ruines du monde
Et, donnant à mes paroles puissance d'action,
Je me sentirai l'égal du Créateur."



Traduction de Mac Lellan dans Marx before marxism (Ed. Mac millan)



Eleanor Marx, la fille favorite de Karl fut l'épouse de Edward Aveling. Il était l'un des membres les plus importants du mouvement théosophique et tenait des conférences sur des sujets tels que "la perversité de Dieu" ou "le droit au blasphème". Pour juger de sa vision des choses :


"Vers toi mes vers effrénés et audacieux
Monteront, ô Satan, roi du banquet.
Foin de tes aspersions, ô prêtre, et de tes psalmodies,
Car jamais, ô prêtre, Satan ne se tiendra derrière toi.

Ton souffle, ô Satan, inspire mes vers
Quand tu tréfonds de moi-même je défie les dieux.
A bas pontifes rois, à bas rois inhumains ;
Tien est l'éclair qui fait trembler les esprits.

Ô âme qui erres loin de la voie droite,
Satan est miséricordieux. Vois Héloïse.
Telle la trombe qui étend ses ailes,
Il passe ô peuple, Satan le grand !

Salut grand défenseur de la raison !
Vers toi monteront l'encens sacré et les voeux :
Tu as détroné le dieu du prêtre."



Poème d'un membre de la société théosophique cité par F. Tatford dans The Prince of darkness



"La seule façon de les réveiller (les Allemands) est de les rouer de coups."



Marx cité par Weitling


http://lesnationalistessoutiennentlang.blogspot.fr/2009/02/marx-une-fascination-pour-le-mal.html


Dernière édition par Archange le Dim 2 Fév - 18:05, édité 1 fois

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Message par Archange le Dim 2 Fév - 17:55




(...) Les Sociétés Secrètes, depuis qu'Adam Weishaupt avait fondé les Illuminati, avaient projeté une Révolution sanglante
et l’avaient planifiée dans tous ses détails. Le rôle de Karl fut de fournir une argumentation théorique justifiant la
conquête d'un pays après l'autre par des méthodes d'une barbarie sans précédent
, et d'établir sur eux des régimes reposant
sur l'esclavage, la terreur et l'athéisme. Il invoqua d'inévitables forces de l'Histoire qui devaient amener certains résultats, mais dans les pays où survinrent les résultats qu'il souhaitait, ceux-ci ne se produisirent pas spontanément : ils
furent le résultat de la tromperie et de la terreur organisées par une toute petite clique d'individus habiles, très entraînés
dans l'art révolutionnaire, et qui bénéficièrent d'un financement illimité fourni par les descendants des trésoriers-payeurs
de Karl.

Le Manifeste est une extension directe du projet diabolique lancé par Weishaupt en 1776. L'examen des documents
secrets des Illuminati qui furent découverts par le Gouvernement de Bavière montre que Karl Marx s'avère avoir été
exactement le type d'individu prescrit par Weishaupt pour être utilisé et admis dans le cercle intérieur très fermé de sa
conspiration. Ceci devait amener ce qu'il appelait Le Nouvel Ordre Mondial, dont le sens n'était rien moins qu'une domination
complète sur toute l'humanité. Et pour cela, Weishaupt répétait avec insistance que "la fin justifiait les
moyens"
. A cette fin, la Religion et la vie nationale devaient toutes deux cesser d'exister, afin de "faire de l'humanité une
seule bonne et heureuse famille".

Weishaupt avait été élevé ches les Jésuites. Reconnaissant l'efficacité de leurs méthodes, il décida de les imiter, tout
en se proposant un objectif diamétralement opposé. Il déclara : "Ce que ces hommes ont fait pour les autels et les empires,
pourquoi ne le ferais-je pas contre les autels et les empires ? Par l'attraction de mystères, de légendes, d'adeptes,
pourquoi n'arriverais-je pas à détruire dans l'ombre ce qu'ils érigent à la lumière du jour ?"

Les adeptes devaient être initiés progressivement aux plus hauts mystères, en prenant bien soin de ne pas révéler
aux novices des doctrines susceptibles de les révolter... Il ne fallait surtout pas non plus montrer d'opposition à la religion,
mais bien plutôt présenter le Christ comme le premier auteur de l'Illuminisme.
C'est une fois l'adepte initié aux grades supérieurs qu'on lui révélait le secret de l'Ordre. Voici une partie du discours
qu'on lui lisait alors : "Gardez notre secret... Si, afin de détruire tout le Christianisme et toute religion, nous avons prétendu
posséder la seule vraie religion, rappelez-vous que la fin justifie les moyens, et que les sages doivent user pour
faire le bien de tous les moyens que les méchants utilisent pour faire le mal."

Les objectifs des Illuminés peuvent se résumer ainsi :
1. Abolition de la Monarchie et de tout Gouvernement établi ;
2. Abolition de la propriété privée ;
3. Abolition de l'héritage ;
4. Abolition du patriotisme ;
5. Abolition de la famille (du mariage et de toute moralité), et institution de l'éducation communautaire des enfants ;
6. Abolition de toute religion.

Ceci formait un programme sans précédent dans l'histoire de la civilisation.

En ce qui concerne le Manifeste, voici ce qu'en dit le Pr Hearnshaw :
"Il soutenait un projet de revanche, de destruction et de dévastation sanguinaire (le renversement et l'humiliation des
trônes, des aristocraties et, par dessus tout, de la bourgeoisie haïe), qui en appelait à l'irrésistible attrait des passions
d'envie, de haine et de méchanceté qui emplissaient Marx et ses associés d'une furie fanatique et diabolique. L'énergie
et la vigueur du Manifeste Communiste est l'énergie démoniaque du fou, du possédé des esprits malins de jalousie,
d’appétit effréné du pouvoir et par une faim délirante de se venger de maux imaginaires".
Le Manifeste de Marx et celui de Weishaupt sont si quasiment identiques qu'il ne peut faire de doute pour toute personne
sensée que Marx fut employé par les Illuminati pour l'écrire. Les liens de Marx avec les Illuminés sont rarement
mentionnés, car naturellement le premier souci d'une Société Secrète intérieure à une Société secrète (structure en
poupées russes) est de rester secrète.
Ces gens-là ne cherchent pas à faire les gros titres. Un désir aussi trivial est laissé
à leurs pions.

Dans Conspiracy against God and Man(1) (Conspiration contre Dieu et l'Homme ), le Revérend Clarence Kelly écrit :
"Mis à part certaines modifications dictées par les changements de conditions dans les domaines politique et économique,
on peut dire en toute précision que Weishaupt était communiste au sens moderne du terme. Mais étant donnée la
séquence des évènements, il est plus juste et plus exact de dire que les communistes sont des Illuministes, comme nous
le verrons à l'examen et par la comparaison de l'Illuminisme et du Communisme sur trois points essentiels de doctrine
quant à la nature du Gouvernement, qui sont au coeur de ces idéologies. Nonobstant certains élements accessoires et
secondaires qui peuvent apparaître contraires, nous verrons que l’identité entre l'Illuminisme et le Communisme démontre
qu'ils sont une seule et même idéologie.

Ces trois points de doctrine sont :
1. L'Anarchie, à savoir que le Gouvernement est par nature intrinsèquement mauvais et ne devrait pas exister ;
2. Le Totalitarisme, c'est à dire la théorie qu'il importe d'établir une dictature universelle afin de créer les conditions
par lesquelles cessera d'exister toute autorité civile et ecclésiastique ;
3. Le dépérissement de la dictature, c'est à dire en théorie (théorie fabriquée pour des besoins de propagande) que la
dictature totalitaire disparaîtra d'elle-même, quand tous les gouvernements seront maîtrisés et que tous les défenseurs
de l'autorité civile légitime seront exterminés ainsi que les souvenirs de leur influence."Dans l'édition allemande de 1872 du Manifeste Communiste, Marx et Engels écrivaient :

"La Ligue Communiste... qui naturellement était une ligue secrète dans les conditions qui prévalaient à l'époque,
chargea les signataires (c’est-à-dire Marx et Engels) au Congrès qui se tint à Londres en novembre 1847 (donc alors
qu'elle était une société encore secrète) de dresser, en vue de sa publication, le programme théorique et pratique du parti.
Telle est l'origine du Manifeste qui suit, dont le manuscrit fut emporté à Londres pour y être imprimé quelques semaines
avant la révolution de février".

Et dans l'Introduction du Manifeste Communiste (2), on lit cette citation de Marx : "Le Manifeste fut publié comme la
plate-forme de la Ligue Communiste... (qui était ) avant 1848 une Société inévitablement Secrète. "
Pouquoi alors présenter Marx comme le père du Communisme et le louer dans toute la littérature communiste comme
un grand penseur original ? La raison ne peut être que pour détourner l'attention du rôle joué par les Illuminati, qui
s'étaient perpétués souterrainement après qu'ils eurent été mis hors la loi par le Gouvernement de Bavière.


LE PROLÉTARIAT


Marx fit un rêve et joua du pipeau. Lui, lui seul, pouvait changer la nature humaine, parce que c'est à lui seul qu'avait
été révélée la bouleversante connaissance du Matérialisme dialectique : "Travailleurs de tous les pays, unissez-vous,
vous n'avez rien à perdre que vos chaînes".

Le Manifeste. Il devait unir le prolétariat et rendre les peuples dictateurs. Les êtres humains seraient engraissés
comme des animaux de concours ; tout ne serait alors que lait et que miel(*).
Mais le Pr Laski avait lui-même remarqué que l'histoire de l'humanité ne commence ni ne finit avec le ventre.
Trotsky a décrit comment opère cette dictature. Par nature, c'est et ce ne peut être que celle d'un seul homme, avec
un partage limité du pouvoir avec une poignée d'autres, comme dans le Politbureau d'U.R.S.S.
Marx ne pouvait ignorer qu'il projetait un eslavage. Mais il se méfiait des Britanniques. Il se doutait qu'ils ne suivraient
pas. Il déclara que les Britanniques ne feraient jamais de révolution et que ce serait aux étrangers de la faire pour eux. Si
seulement le fantôme de Marx pouvait survoler la Grande-Bretagne d'aujourd'hui, il découvrirait que le prolétariat est devenu
une immense classe moyenne, vivant dans des logements qui présentent un confort que même ses riches relations
de l'époque auraient envié. Ils conduisent de belles voitures, et les agences de voyage prospèrent en les faisant à longueur
d'année envoler comme essaims de fourmis vers les rivages ensoleillés de la Méditerranée. Là, ils se font dorer au
soleil, fument le cigare et mangent et boivent dans les meilleurs hôtels. Les membres fortunés de la famille de Karl ne
connurent jamais rien de pareil.

Comment cela est-il arrivé ? Cela a été obtenu par le travail d'hommes de talent qui, assis devant leur table à dessin,
hier et encore aujourd'hui se sont efforcés d'enlever le fardeau du travail manuel de ceux qui en supportaient le poids,
pour que la machine fasse le travail en pressant un bouton, au lieu de l'homme... Ces machines qu'ils inventent et perfectionnent ont apporté la liberté et le loisir à d'innombrables travailleurs, leur donnant des avantages de vie dont ne
pouvaient pas même rêver les classes supérieures d'il y a quelques générations...et cela est vrai dans toutes les nations
occidentales développées, tout autant qu'en Grande-Bretagne. Ici les travailleurs ont rejeté les chaînes de la misère sans
aucune aide de Karl Marx.(**) Ce n'est plus que dans le Paradis Marxiste que "les travailleurs n'ont rien à perdre que
leurs chaînes". Mais si les ouvriers d'Occident ont encore à travailler de nombreuses heures alors qu'ils préfèreraient aller à la pêche, c'est pour payer les taxes qui leur sont imposées en tant qu'intérêts d'emprunts publics (qui ne coûtent que le papier,
l'encre et les salaires des employés), prélevés par les mêmes trésoriers-payeurs qui payèrent Marx pour écrire le Manifeste
.
Cette manipulation est le tour de passe-passe qui écrase de son énormité la somme de tous les tours de passepasse
de tous les âges qui nous ont précédés. S'ils n'avaient pas à payer ces taxes, les travailleurs d'Occident pourraient
subvenir à tous leurs besoins par un ou peut-être deux jours de travail par semaine.. Le reste s'en va pour payer
ces injustes taxes.

Rothschild pouvait à bon droit dire le premier : "Laissez-moi créer et contrôler la monnaie d'un pays, et peu importe
alors qui en fera les lois".

Maintenant que ce gang est le maître des monnaies du monde, on en voit les effets désastreux sur les peuples du
Tiers-Monde, où les exportations de ces pauvres gens ne peuvent pas même payer les intérêts qu'ils doivent sur les
prêts; des prêts qui ne sont rien d'autre que des lignes inscrites sur un registre. (...)
Les prêcheurs de la Théologie de la Libération disent que l'ennemi est le Capitalisme, sans définir ce dernier. Mais la
libre entreprise, la saine concurrence, est aussi éloignée du capitalisme de monopole que du socialisme. Et ils taisent le
fait que les Etats Communistes ont partout été installés avec le soutien financier du Capitalisme de monopole, provenant
d'individus richissimes, très conscients de ce qu'ils faisaient.


COMMENT LES MARXISTES S'EMPARENT DU POUVOIR

Dans Le Manifeste, Karl déclare : "il vous faut donc avouer que par le terme individu vous ne voulez signifier personne
d'autre que le bourgeois, le possédant de classe moyenne. Cette personne doit en effet être balayée du chemin et
rendue impossible".(1)
D'aucuns prétendent que Marx n'entendait pas que cette phrase fût prise à la lettre, mais voulait signifier un processus
graduel. Mais il est indéniable que depuis la prise du pouvoir à Moscou en 1917 jusqu'à ce jour au Cambodge, le
schéma est demeuré le même, à savoir le meurtre en série d'innocents, pratiqué sur un échelle inconnue jusque là dans
l'Histoire. Les armes modernes ont aidé les Marxistes à le faire plus efficacement et plus vite qu'il ne fut jamais possible
dans le passé, mais ces armes modernes n'expliquent pas la haine satanique qui a accompagné le massacre dans chacun
des pays où ils prirent le pouvoir. C'est Lénine en personne qui, le 25 décembre 1918, intima l'ordre que, dans la décision
du sort de tout prisonnier, la question de sa participation ou non à la résistance contre le Communisme soit de
nulle considération. La seule question à prendre en compte devait être la classe sociale, économique ou professionnelle
à laquelle appartenait le prisonnier. Si c'était un petit boutiquier ou s'il était propriétaire d'un bien quelconque ou appartenait
à la bourgeoisie, il fallait le tuer aussitôt : car cette politique froidement cruelle aurait pour effet de détruire toute résistance
potentielle. Et c'est effectivement ce qui se passa peu à peu.

Lénine, Trotsky, puis Staline consolidèrent leur pouvoir brutal jusqu'à rendre pratiquement sans espoir toute résistnce,
et même toute fuite. Les méthodes par lesquelles ils obtinrent ces résultats furent des méthodes massives, impitoyables
et de ruse. Tel fut le Communisme en pratique (...)


L'ELITE DU POUVOIR MONDIAL

Si, comme certains l'affirment, une troisième guerre mondiale est actuellement en cours et fait rage tout autour de
nous, cette guerre contre nous n'est pas le fait des terroristes qui jettent des bombes ou détournent des avions. Ceux-là
ne sont que les idiots utiles dont parlait Lénine, les pions sur l'échiquier. Le fait de jeter une bombe n'est qu'un petit élément
de la guerre totale qui fait rage sur les plans financier, économique et moral.

La question cruciale qui est débattue avec une malignité funeste et préméditée est la suivante : l’Etat existe-il pour
être au service des personnes, ou bien les personnes existent-elles pour être au service de l'Etat
?. Quand le Christ déclara
que le Sabbat était fait pour l'homme, Il affirmait à jamais le caractère sacré de la vie humaine, de toute vie humaine.
Marx, disciple de Hegel, enseigna le contraire. Car Hegel avait enseigné que les individus n'ont aucune valeur,
sauf à s'insérer dans la société comme fonctionnaires. Pour lui, l'Etat est un dieu. Il le dit : "L'Etat est la réalité absolue, et
l'individu n'a lui-même d'existence objective, de vérité et de moralité que dans sa capacité en tant que membre de l'Etat."(...)
De temps à autre, une indication est lâchée sur cette réalité par l'un de leurs agents, comme lorsque Woodrow Wilson
déclara : "Quelques uns des personnages les plus importants du Commerce et de l'Industrie des USA savent qu'il y a un
pouvoir si organisé, si subtil, si complet, si pénétrant qu'ils feraient mieux de ne pas parler trop fort lorsqu'ils parlent pour
le condamner".

Voilà, le mot était lâché. De l'aveu même du Président de l'Etat le plus puissant du monde moderne "IL EXISTE UN
POUVOIR", pour lequel les Gouvernements, les Présidents et les Staline de ce monde jouent le rôle qui leur a été assigné,
y compris, lorsque ce rôle l'exige, de se lancer dans la guerre, comme le savait si bien le Président américain
. Il
avait été élu sur cette seule promesse solennelle qu’"Il nous maintiendra hors de la guerre". Et pendant tout ce temps,
les préparatifs en vue de la guerre furent poussés bon train, afin de lancer son pays dans celle de 1914-18.
Pendant toute une période, un certain mystère plana sur ces évènements, mais ce n'est plus du tout le cas aujourd'hui.
Des contemporains érudits ont recherché la vérité et n'ont pas hésité à la dire, quelles que fussent les conséquences
personnelles pour eux. L'un d'eux fut le Pr Anthony Sutton
de l'Institut Hoover de la Guerre et de la Paix. Il a
écrit plusieurs livres, dont notamment Wall Street and the Bolshevik Revolution et Wall Street and the Rise of Hitler (Wall
Street et la révolution bolchevique, et Wall Steet et l'ascension d'Hitler), dans lesquels il a apporté la preuve qu’il n’y aurait
jamais eu de révolution russe ni de prise du pouvoir par Hitler s'il n'y avait eu en faveur des deux financement et apport
massif de technologie, de produits alimentaires et de matières premières pour leur fabrications d'armements de
guerre, principalement par les Etats-Unis, mais également de la part de toutes les nations Occidentales développées et
riches.

Le dernier ouvrage de Sutton, écrit en 1983, traite de l'élite constituant le Cercle du Pouvoir. Celle-ci est connue pour
s'appeler L'Ordre, du nom d'une Société Secrète, branche américaine des Illuminati, qui fut fondée à Yale alors que Karl
Marx faisait encore ses humanités. Sutton découvrit plus ou moins par hasard la liste de ses membres depuis ses origines
jusqu'à l'époque actuelle, un hasard tout semblable à celui qui fit découvrir les documents originaux des Illuminati
sur le corps d'un de leurs messagers foudroyé lors d’un orage. Ces documents furent remis à l'époque aux Autorités Bavaroises,
à la suite de quoi les Illuminati s'enfoncèrent dans la clandestinité. La branche américaine est également connue
sous le nom de Chapitre 322, et plus officiellement, pour raisons légales, comme le Russell Trust, la Fondation Russell. Ses membres s'engagent par serment au secret. Cette secte a ses règles et son cérémonial, tout comme sa parente
européenne. Elle est également connue sous le nom de la "Skull and Bones".

Depuis l'origine et avec une grande détermination, L'Ordre s'est attaché à infiltrer le système éducatif des Etats-Unis.
Des frères triés sur le volet furent envoyés à Berlin étudier la philosophie de Hegel. A leur retour, l'Ordre constata que
l'objectif pour lequels ils avaient été envoyés à Berlin avait été rempli. Voici ce qu'écrit Sutton dans How the Order Controls
Education(1) : "Dans les années 1850, trois membres de l'Ordre quittèrent Yale et, oeuvrant ensemble avec l'aide
d'autres membres, firent une révolution qui changea la face, la direction et l'objectif du Système Educatif des Etats-Unis.
Ce fut une révolution rapide et éminemment réussie. Le peuple Américain encore aujourd'hui, en 1983, est resté ignorant
de ce coup d'Etat ( en francais dans le texte ).

Ce trio de révolutionnaires était constitué de :
- Timothy Dwight (promotion 1849) professeur à l'Ecole de la Divinité de Yale, et qui devint le douzième président de
l'Université de Yale ;
- Daniel Coit Gilman (promotion 1852), premier président de l'Université de Californie, premier président de l'Université
John Hopkins, et premier président de l'Institution Carnegie ;
- Andrew Dickson White (promotion 1853), premier président de l'Université Cornell et premier président de l'Association
Historique Américaine.

Tous trois étaient allés étudier à l'Université de Berlin. Gilman étudia sous la direction de Karl von Ritter, qui écrivit
l'antithèse du Manifeste Communiste de Marx (sans aucun doute sous la direction des Illuminati), ce qui devait servir
plus tard de base au Nazisme. Là étudia aussi Wilhelm Wundt, qui devint le fondateur de la Psychologie expérimentale
en Allemagne, la source plus tard de douzaines de docteurs ès-Lettres américains, qui revinrent de Leipzig pour lancer
le mouvement éducatif moderne en Amérique.

A Berlin, enseignaient des hégéliens de droite, qui devaient paver la voie à Hitler, et des hégéliens de gauche qui pavèrent
celle de Lénine et compagnie. Le point à garder en mémoire est que les deux groupes se référaient à la théorie
hégélienne de l'Etat, insistant sur l’axiome que l'Etat est supérieur à l'individu : en sorte que le militarisme prussien, le
Nazisme et le Marxisme ont bien les mêmes racines philosophiques.

Notre trio, de retour en Amérique et promu par L'Ordre, entreprit à partir de Yale de prendre le contrôle de l'Education
des générations présentes et à venir. Nous avons vu quels postes prestigieux leur furent confiés. Pratiquement tous
leurs professeurs en Europe avaient été membres des Illuminati, dont les objectifs avoués en matière d'éducation étaient
les suivants : "Nous devons gagner à nous le simple peuple dans chaque pays. Cela se fera au moyen des écoles, et par
un comportement ouvert et chaleureux, par la condescendance et la manifestation
, la popularité et la tolérance de leurs
préjugés, préjugés qu'à loisir nous déracinerons et dissiperons".

Leur élève le plus prometteur qui parut bientôt sur la scène fut John Dewey. Les barons de la Finance, par le biais de
leurs fondations, firent en sorte que Dewey ne manquât pas de fonds pour mettre en oeuvre ses idées. Ils marchaient de
concert, Dewey et tous les magnats : Ford(*), Carnegie, Rockfeller, Peabody et les autres.
Dewey fit son doctorat à l'Université John Hopkins de 1882 à 1886 sous la direction du philosophe hégélien George
Sylvester Morris, qui lui-même avait obtenu son doctorat de l'Université de Berlin. Dewey fut alors engagé à l'Université
de Michighan comme professeur de Philosophie. En 1884, il passa à l'Université de Chicago, et en 1902 il fut nommé directeur
de l'Ecole d'Education qui venait tout juste d'être fondée (avec l'argent de Rockfeller), l'Université de Chicago
ayant également été fondée avec l'argent de Rockfeller. L'Université de Chicago et le Collège d'Enseignants Columbia
devinrent les principaux centres de formation à l'Education Américaine moderne.

Dewey s’y fit l'apôtre du changement social. Voici ce qu'il déclare dans My Pedagogic Creed :
"L’Ecole est d'abord une institution sociale. L'Education étant un processus social, l'Ecole est simplement la forme de
vie communautaire dans laquelle sont concentrées toutes les opérations qui seront les plus efficaces pour amener l'enfant
à partager les ressources héritées de la race et à user de ses propres capacités pour une fin sociale. L'Education
est donc un processus vital et non pas une préparation à une future carrière".
Par fins sociales, Dewey entendait le service de l'Etat. Tout comme pour son maître Hegel, l'individu n'avait pour lui
aucune valeur sinon dans la mesure où il, ou elle, sert l'Etat. Voici ce que dit Hegel :
"L'Etat est la réalité absolue, et l'individu par lui-même n'a d'existence objective, de vérité et de moralité, que dans sa
capacité en tant que membre de l'Etat".

Pour Hegel comme pour Dewey son disciple, l'individu n'a aucun droit, sinon celui de servir l'Etat ; et l'idée toujours
sous-jacente est d'oeuvrer en faveur de l'Etat Mondial, c'est à dire le pouvoir total pour les Courtiers du Pouvoir, qui,
eux, ne perdent jamais de vue l'objectif essentiel. Pour atteindre ce pouvoir mondial, les Courtiers du Pouvoir ne recu-lent devant rien, pas même la guerre, et de fait rien ne leur convient mieux qu'une vraie guerre chaude. C'est pourquoi
Marx, Lénine, Hitler et Staline leur ont tous été donnés par leurs divinités très particulières.
Les gens en général croient que la guerre survient parce que se rompent des négociations entre nations. Ils ne se
sont pas beaucoup plongés dans la "loi" dialectique de Hegel, et ils ne peuvent réaliser la manipulation de la "Droite" et
de la "Gauche" au plan intérieur, et moins encore qu'elle se double d'une semblable manoeuvre au plan extérieur, où des
structures de "Droite" et de "Gauche" sont artificiellement construites et anéanties en vue d'une synthèse mondialiste.
On nous présente la Révolution comme étant la révolte spontanée des pauvres contre un Etat autocratique. Mais
nous n'entendons jamais parler des sommes énormes qui ont été déversées dans chaque révolution par les hommes les
plus riches du monde. On ne peut plus nier aujourd'hui le rôle joué par les Maisons de banque de Wall Street lors de la
Révolution Russe, ni non plus dans le financement d'Hitler. Ces faits ne sont pas niés, ils sont tus, ce qui est bien pratique.
On peut dire de la guerre de 1939-45 qu'elle fut également l'oeuvre d'une dialectique, dont le Nazisme constitua la
thèse et le Communisme l'antithèse. La guerre prit fin avec une Amérique forte, et aucun autre pays ni groupe de pays
capable de lui faire contrepoids. Il y avait néanmoins un grave danger que chaque pays en revînt à se préoccuper de ses
propres intérêts : aussi fallut-il créer un ennemi qui fit l'opposant, et qui d'autre alors mieux que Staline ! Aussi, les Courtiers
du Pouvoir, dont la plupart résident aux Etats-Unis, entreprirent-ils de faire de l’URSS une grande puissance militaire,
lui envoyant de grandes quantités de matières premières et alimentaires, mais aussi la technologie pour fabriquer
des bombes et tout le nécessaire pour maintenir les peuples du monde dans une tension continuelle.
Exactement comme on pouvait dire du Système Américain d’Education qu'il porte la marque "fabriqué en Allemagne",
on pouvait dire de la puissance militaire de l'URSS qu'elle portait la marque "fabriquée aux USA". Les Courtiers du
Pouvoir gardaient en outre dans le même temps divers fers au feu, au Moyen Orient, en Afrique, en Extrême-Orient.(...)

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Message par Archange le Dim 2 Fév - 18:02

La technique actuelle pour nous amener au NOUVEL ORDRE MONDIAL, ou "1984" d'Orwell, est le"Management par
les crises".


D'après la publication Don Bell Reports, POB 2223, Palm Beach, Florida 33480, USA, il opère comme suit :

1. L'Elite du Pouvoir invente et crée une crise, ou en trouve une existante ;
2. On agite fortement l'opinion sur la crise ;
3. En se référant toujours à des personnalités intellectuelles de renom mondial, ils proposent leur solution à la crise.

Cette solution est conçue de manière à atteindre l'un au moins des trois objectifs suivants :

- a) acclimater l'opinion à la nécessité d'un Gouvernement Mondial, et- b) permettre par la crise de démarrer ou de poursuivre la mise en place des mécanismes qui seront utilisés dans ce
Nouvel Ordre Mondial, mécanismes qui peuvent être aussi bien législatifs, institutionnels, économiques ou tout autres...,
et / ou
- c ) faciliter et contribuer déjà effectivement par la crise à la destruction du système actuel des Etats-nations.
La course contemporaine aux armements est l'un des plus puissants outils qu'utilisent ces Organisateurs dirigeants
des crises pour créer une situation de panique, et ils s'en servent d'une façon très habile pour en assurer la plus grande
efficacité.

Il y a un certain nombre de groupes subordonnés à l'Elite du Pouvoir : notamment la Commission Trilatérale, les Bildebergers,
le Council of Foreign Relations aux Etats-Unis (et ses antennes ailleurs), le Club de Rome, les Parlementaires
pour un Ordre Mondial, le Mouvement du Nouvel Age et nombre d'autres encore, qui tous oeuvrent dans un même
but.

Et nous ne manquons pas de crises : la course aux armements, la crise du Moyen-Orient, la crise Sud-Africaine, la
crise économique et du sous-emploi dans le monde entier, les crises terroristes, la crise des équilibres budgétaires, et
bien d'autres.

Une fois que l'Elite du Pouvoir a choisi une crise à exploiter, trois puissants groupes au moins entrent en action : les
medias en font leurs grands titres et développent sur la situation jour après jour, afin de soulever une opposition populaire
à la situation existante : c'est la thèse. Les Fondations (et Associations) non-imposables qui financèrent Dewey
fournissent le financement, et des "experts" font prendre conscience de la gravité de la crise via les écoles, les universités
; enfin le Conseil Mondial des Eglises convertit la crise quelle qu'elle soit, politique, économique ou sociale, en crise
morale (cas de la crise Sud-Africaine et du racisme).Finalement, quand ces agents et organismes de publicité-propagande sont entrés en oeuvre et ont popularisé la question débattue, des centaines de groupes prétendus indépendants entrent à leur tour en action, par des manifestations, des défilés, des grèves, des attaques contre les Institutions, les gens et même les bâtiments. Comment ces groupes sont-ils activés et utilisés pour créer la demande du changement qui aidera à la construction de leur Nouvel Ordre Mondial, c'est ce qui est rarement mentionné. (...)

A ce Symposium Worldview 84, toutes les questions relatives à la création, à l’établissement et à la stabilité du Nouvel
Ordre Mondial (ou Gouvernement Mondial) furent discutées, et les plans dressés pour la promotion et l'exécution des
diverses pièces du complot par les divers groupes d'activistes et de futuristes présents. Tous ces renseignements sur
Worldview 84 ont été dévoilés par The Heritage Education and Resource Organisation, POB 202 Jarretsville, MD 21084,
USA. Cette organisation indique aussi que la Commission Trilatérale de David Rockfeller et la World Future Society Association
sont financées pour l'essentiel par les mêmes compagnies multinationales.

Le Management par crises est organisé selon le Système de Travail en Réseaux (si vous en êtes) ou par la Conspiration,
si vous êtes de ceux qui voient clair. Mais sauf miracle, nous allons droit au 1984 de George Orwell.
Tout cela serait, comme les Marxistes voudraient nous le faire croire, l'inévitable effet de la dialectique.
Dans Le Capital, Marx posa le Capitalisme comme la thèse, et le Communisme comme l'antithèse. Tout conflit entre
ces deux forces ne peut mener à une société capitaliste ou communiste, mais à une synthèse des deux. Le conflit des
opposés dans le système hégelien doit conduire à une société qui n'est ni l'une ni l'autre des sociétés initiales. Dans ce
système hégelien de l'Histoire, la synthèse nouvelle sera le reflet du concept de l'Etat comme Dieu, et de l'individu
comme totalement subordonné à l'Etat tout-puissant.

Que deviennent les Parlements dans tout cela ? Ces institutions servent alors simplement à ce que les individus aient
le sentiment que leur opinion est de quelque valeur, et à permettre au Gouvernement de faire sien quelques éléments de
sagesse "paysanne" qui s'y exprimeraient. Voici comment Hegel le présente : "Grâce à cette participation (de l'Etat) avec
leur opinion générale, à la liberté subjective et à leur amour-propre, (les individus ) peuvent se montrer à eux mêmes de
façon palpable qu'ils sont efficaces, et jouir de la satistaction de se sentir compter pour quelque chose".
Dans son livre How The Order Creates War and Revolution(1) (Comment l'Ordre crée la guerre et la révolution), Sutton
fait ce commentaire :

"La guerre, le conflit organisé entre nations, n'est que le résultat visible du conflit des idées. Comme l'exprime John
Dewey, l'hégélien chéri du système éducatif moderne : "La guerre est le plus efficace des prédicateurs de la vanité des
intérêts simplement particuliers ; elle met fin à cet étroit égoïsme de l’individu, par lequel il se laisserait aller à proclamer
que sa vie et son bien lui appartiennent ou appartiennent à sa famille".(2) "Naturellement ce paragraphe de Dewey en
faveur de la guerre est commodément oublié par la National Education Association, qui s'active aujourd'hui dans le mouvement
de la Paix, précisément à l’époque où un mouvement de la paix aide les hégéliens soviétiques".

A voir le pouvoir réel si considérable qu'exercent les Sociétés Secrètes et spécialement la branche américaine dénommée
l'ORDRE, et comment les gouvernements issus des élections semblent impuissants devant elles, on ne peut
que conclure que ces gouvernements n'ont droit à l'existence que pour servir de camouflage derrière lequel les Sociétés
Secrètes se cachent, et pour exécuter leurs ordres. C'est ce que déclare Sutton dans How The Order Creates War and
Revolution(3) : "En bref, pendant que le Gouvernement US affirmait aux citoyens américains que les Soviets étaient de
lâches assassins, pendant que des "Rouges" étaient "déportés"(renvoyés) en Russie par le Departement of Justice américain
(dans les années vingt), et alors que les politiciens pratiquement sans exception assuraient tous le public américain
que les Etats-Unis n'auraient aucune relation avec les Soviets, pendant donc que s'élevait ce barrage de mensonges
à destination d'un public crédule, derrière la scène, la Guarantee Trust Company avait la direction effective d'une
banque soviétique ! Et les troupes américaines étaient accueillies dans la liesse par les révolutionnaires soviétiques pour
être venues les aider à protéger leur Révolution. Cela, chers lecteurs, est la raison pour laquelle les gouvernements ont
besoin d’exercer la censure. C'est la raison pourquoi, même cinquante ans après certains évènements, il demeure
presque impossible à des chercheurs indépendants (pas aux lécheurs de bottes) de faire déclassifier les documents essentiels.""La Révolution est un art" écrit Oldstock Ryder dans The Great Conspiracy (La grande conspiration), "mais les révolutionnaires voudraient nous faire croire que c'est un cataclysme naturel, aussi inévitable qu'une éruption volcanique, une
explosion spontanée de révolte populaire contre des maux insupportables... L'art de la révolution est celui par lequel une
petite minorité très organisée force une grande majorité réticente mais inorganisée à accepter le renversement de l'Etat
et la dictature de quelques agitateurs professionnels, qui s'emparent du pouvoir au nom du peuple. La méthode reste la
même aujourd'hui que ce qu'elle était en 1789-93."


L'HÉRITAGE DE MARX

Le vingtième siècle a connu plus de morts par la violence que tout autre siècle de l'histoire connue. Les atrocités d'Hitler
ont été abondamment rapportées par le livre et le film, mais le Nazisme n'existe plus. Il est mort, et cependant on
continue de le présenter que le seul mal, le seul danger pour la paix dans le monde. Pendant ce temps, l'Archipel du
Goulag(*) n'en continue pas moins à être l'enfer sur terre, tout comme il l'était dans les années vingt ou trente. Hitler et
Staline furent sans doute les deux plus grands tyrans de l'Histoire, mais alors que le système d'Hitler est mort, celui créé
par Lénine et Staline se perpétue, non troublé par les clameurs publiques du prétendu Monde Libre. Il n'y a aucune explication
permettant de le comprendre, pour qui cherche sincèrement la vérité, sinon celle du COMPLOT. L'Elite du
Pouvoir est maîtresse des médias à l'échelle mondiale. Peu à peu, ce pouvoir donne une image favorable du Communisme
ou du Socialisme, marchepied qui mène inévitablement à un Etat Communiste. Dans le langage moderne, le Socialisme
est en vogue. Les crimes effroyables commis par les Communistes pour prendre le pouvoir partout où ils l'ont
pris sont minimisés et noyés
dans un déluge de nouvelles sans importances, sur le sport, le temps ou n'importe quoi.
Pourtant les fondateurs des Etats Communistes ont été très clairs quant aux moyens qu'ils utiliseraient pour s'emparer
du pouvoir. Le programme bolchevique était et demeure un programme d'assassinats. Il y a sur le sujet une abondance
d'évidences de toutes origines.

(Dans son livre Traitors within (Des traîtres au dedans) publié en 1933, Herbert Finch, ancien inspecteur enquêteur de
Scotland Yard, a rappelé parmi ses souvenirs que trente ans auparavant il se trouva, caché dans une pièce attenante,
avoir entendu Lénine et Trotski s'adressant à ce qui était une réunion de "coiffeurs étrangers" à Londres. Il y entendit Lénine
proclamer : "Il faut que ce soit un carnage colossal... Il faut nous révolter, et quand nous nous révolterons, ce sera
sans merci... En Russie d'abord, et ensuite d'un bout à l'autre de l'Europe... Ils doivent périr, tous, jusqu'à celui qui a un
petit étal dans la rue".

Trotsky (dont le vrai nom est Bronstein) a écrit un livre où il se fait l'avocat du terrorisme, et lorsque fut lancé en Russie
le programme de massacres de masse, son discours pour en lancer l'exécution fut rapporté en ces termes par la Gazette
Rouge, l'organe officiel de l'Armée Rouge, éditée à Petrograd, en date du 1er septembre 1918 :
"Nous rendrons nos coeurs durs comme le fer, nous les tremperons dans l'endurance et dans le sang des ennemis de
la liberté. Nous serons cruels, durs, et impitoyables jusqu'à ce que nous ne ressentions plus aucune pitié et ne soyons
plus émus par la vue du sang de nos ennemis.
Nous les noierons par milliers dans leur propre sang. Pour le sang de Lénine
(qui venait d'être blessé par la juive Dona Kaplan), pour celui d'Uritzki, de Zinoviev et de Volodarski, répandons des
torrents de sang bourgeois, plus de sang, toujours PLUS DE SANG."

Le Times de Londres, du 3 septembre 1922, publia une dépêche de Riga qui disait :
"D'après les chiffres publiés par les Soviétiques, la Tcheka exécuta 1.766.118 personnes avant son changement de
nom, par lequel en février dernier elle prit le nouveau nom de Suprême Administration Politique".
A la Chambre des Communes en 1923, Lord Sydenham établit le calcul du total des pertes en vies humaines par
suite de la Révolution Russe, du fait des masasacres, de la famine et des maladies à l'époque, à plus de vingt millions
d'âmes. Depuis lors bien d'autres millions se sont ajoutés, abattus ou morts de faim.
Le livre du Morning Post intitulé The Cause of World Unrest (par Grant Richard,1920) a cité des extraits du Journal de
Ferdinand Lassalle, camarade leader socialiste (juif) et contemporain de Karl Marx, où Lassale écrivit : "Le temps est
bientôt proche, où littéralement, nous nous abreuverons de sang chrétien".

Au fur et à mesure que passent les années et que le Communisme s'établit plus fermement dans le monde, la vérité
est de plus en plus aisément et constamment occultée sous un déluge de propagande. Dans un monde en danger d'être
totalement annihilé, on a ainsi appris par les médias que le dirigeant suprême de l'URSS aimait les vêtements occidentaux,
et que sa femme avait acheté des bijoux à l'Ouest avec sa carte bancaire. Voilà ce qu'est la centralisation du crédit
dans les mains de l'Etat selon Marx ; quel Etat, quel monde, pour quels "happy few" ?
Pendant qu'on nous régale à l'Ouest de ce genre de banalités, le Parti Communiste règne et maintient un monopole
absolu sur tous les aspects de la vie, politique, judiciaire, économique, éducative et culturelle. C'est le Parti qui formule
toutes les lois et qui les applique une fois votées. Il est le maître des forces armées et de la police. Il dresse le planning
économique de la nation. Il est maître de l'industrie manufacturière, de la distribution, de la banque et du commerce, de
sorte qu'il monopolise l'emploi. Il choisit et forme tout le corps enseignant, fixe les programmes de toutes les écoles, et
décide de la filière scolaire pour chaque étudiant. Il organise et tient sous contrôle les syndicats, les journaux, les activités
sportives et artistiques. La religion elle-même est dirigée par un Commissaire.

De par ce monopole, le Parti Communiste exerce un pouvoir absolu sur la vie de tous les citoyens. Ce pouvoir est littéralement
celui de vie et de mort. Le citoyen peut être arrêté et emprisonné avec ou sans procès ; il peut être exécuté
par décision judiciaire ou administrative ; il peut être renvoyé de son emploi et être interdit d'emploi jusqu'à en mourir de
faim ; il peut lui être interdit de vivre là où il veut à l'intérieur même du pays, ou de voyager dans le pays comme il le désire
; il ne peut quitter le pays sans une autorisation, qui est rarement donnée ; il est brimé dans ce qu'il lit, dans ce qu'il
entend et dans ce qu'il dit, de sorte que son esprit est déformé faute de connaissances, tout comme sa personnalité dont
on a détruit les convictions. La dictature communiste a été définie comme "une société dans laquelle le Parti Communiste
peut à volonté rendre tout individu inemployable, et ainsi l'amener à mourir de faim". Le citoyen dans une telle société
n'a aucun des droits fondamentaux. C'est un esclave. Le Parti Communiste en a la pleine propriété, corps et âme,
et peut faire de lui ce que bon lui semble. La seule liberté qu'il a est de se soumettre et d'obéir. Sa seule délivrance est
dans la fuite.

Ceux qui décident de fuir doivent alors affronter le mur de Berlin, le rideau de fer qui s'élevait en plein milieu de l'Europe(*),
ou celui de bambous élevé autour de la Chine. Des millions de personnes ont fui la Chine Communiste pours'installer sur les collines dénudées de Hong-Kong, et continuent de la fuir. Les Vietnamiens restèrent dans leur pays
pendant les trente ans que dura la guerre du Viet-Nam, mais, plutôt que de vivre en régime communiste, le fuirent par
milliers sur des embarcations de fortune, préférant aller n'importe où et même se noyer au fond de la mer.
Lénine définit la dictature du prolétariat, on l'a lu, comme "la domination, non limitée par la loi, et basée sur la force,
du prolétariat sur la bourgeoisie, une domination qui bénéficie de la sympathie et du soutien des masses laborieuses exploitées"(

1). Sa dictature reposant sur la force non limitée par la loi, les individus n'ont aucun droit. Le Gouvernement
n'est en rien limité par la Constitution ou la loi. C'est une tyrannie pure et simple. Et comme l'a dit Trotsky, le Parti Communiste
dicte sa loi au Prolétariat, le Comité Central la dicte au Parti, le Politbureau au Comité Central, et le Premier Secrétaire
au Politbureau.
Un moyen usuel utilisé en Occident pour calmer la peur et endormir les gens est de dire que le Communisme se radoucit(*),
et que les excès qu'a connus l'URSS étaient dus au caractère cruel de Staline. Son successeur Kroutschev, en
1966, dans un discours célèbre au Comité Central sur les crimes de Staline, a énuméré un certain nombre de ces crimes
monstrueux. Parmi ceux-ci, il mentionna l'arrestation et l'exécution de soixante-dix pour cent des membres du Comité
Central qui avait élu Staline. Voici ce qu'il déclara : "Il a été établi que sur les 139 membres et suppléants du Comité
Central du Parti, 98 soit soixante-dix pour cent furent arrêtés et fusillés (pour la plupart en 1937-38)"(2)
Mais après avoir décrit Staline comme l'un des plus grands fauteurs de massacres de l'Histoire et dit qu'il n'avait pas
été un assassin réticent mais un véritable enthousiaste des exécutions, il conclut en ces termes : "Ne vous méprenez
pas cependant sur mes paroles, Staline fut un brave homme. Il fut un Marxiste-Léniniste. Ce qu'il fit là, il le fit en bon
Marxiste-Léniniste."

Kroutschev aurait tout aussi bien pu dire que Staline avait été un bon promoteur du Matérialisme dialectique, ou que,
comme membre des Illuminati, la fin justifiait les moyens qu'il employa.
Les Communistes parlent beaucoup de démocratie, mais lorsque dans les années vingt elle leur fut demandée, la réponse
vint assez candidement exprimée par Leo Kamenev l'un des pères fondateurs, sous forme d'un avertissement :
"Ils disent aujourd'hui : instaurons la démocratie dans le Parti ; demain ils diront : instaurons la démocratie dans les syn-dicats; et après-demain les travailleurs qui ne sont pas au Parti pourront éventuellement dire à leur tour, accordez-nous
aussi la démocratie... et assurément on ne pourra empêcher les myriades de paysans de demander la démocratie".
Telle est la logique du totalitarisme. Staline mit fin au débat une fois pour toutes. Défendant ce qu'il nomma "la Constitution
la plus démocratique du monde", il expliqua le 25 novembre 1934 "Qu'il n'est pas question de liberté pour les partis
politiques en Union Soviétique sauf pour le Parti Communiste. Nous, Bolcheviques, nous considérons cette disposition
comme étant l'un des mérites du projet constitutionnel". Et la Pravda écrivit enthousiaste : "Quel bonheur de pouvoir diviser
l'histoire de la civilisation humaine si clairement en deux phases : l'avant et l'après de la Constitution que nous a
donnée le Grand Staline". Après quoi, pratiquement tous les auteurs de ladite Constitution ainsi que le directeur de la
Pravda furent exécutés à ce titre, certains d'entre eux avant même que le document ait été formellement adopté.
Que les effets d'un pouvoir pratiquement illimité puissent corrompre même des gens foncièrement honnêtes a été noté
par l'écrivain Djilas, qui avait été jadis lui-même un membre enthousiaste du Parti : "Des héros révolutionnaires pleins
d’idéal et qui se sacrifièrent, dit il, devinrent des lâches égoïstes, sans idées et sans amis, disposés à tout renier, honneur,
nom, vérité et morale, à seule fin de garder leur place dans la classe dirigeante et dans le cercle fermé du Pouvoir".
"Jamais, d'après lui, le monde n'avait connu de pareils misérables, aussi dénués de caractère, stupides défenseurs de
formules desséchées, comme ils le devinrent une fois parvenus au pouvoir". L'écrivain américain Joseph Lyons était allé en Russie en admirateur de l'idéal socialiste. Après y être resté sept ans comme observateur, voici ce qu'il en dit dans son Workers Paradise Lost ( Le Paradis perdu des travailleurs) : "Les meilleurs du point de vue moral sont ceux qui risquent le plus d'être des exclus. Ceux capables d'appliquer la force sans vergogne, les fanatiques et les sadiques sont ceux qui dans l'ensemble ont émergé. L'histoire soviétique a été une suite de triomphes pour les plus insensibles et les plus cyniques, les lèche-bottes et les petites brutes. Dans un monde où poser des questions et rechercher la vérité sont des crimes, les médiocres ont eu l'avantage sur les plus brillants. Parmi l'échelon supérieur des milieux dirigeants du monde, le Soviétique est probablement le plus grossier. Il représente l'aboutissement d'une lutte pour la vie entre les plus doués pour elle, les plus doués pour une société totalitaire, et par conséquent les moins doués pour une société humaine civilisée".

Au moment où ce livre fut écrit, nous vivions dans les années quatre-vingt, et rien n'avait changé.
Dans Murder of a Gentle Land (Assassinat d'un doux pays) John Baron raconte l'horreur et la terreur de la prise du
pouvoir par les Communistes au Cambodge, lorsque plus d'un million de personnes de l'un des peuples les plus doux et
inoffensifs du monde ont été assassinées. Cela s'est passé de nos jours, mais le monde a regardé ailleurs, comme il
l'avait fait lorsque les Hongrois et le peuple de Tchécoslovaquie tentèrent de se libérer par eux-mêmes.
Pourquoi les peuples du Monde Libre détournent-ils la vue ?
Pourquoi certains manquent-ils du nécessaire au milieu de l'abondance, comme si ces crimes monstrueux se passaient
à l'époque de Gengis Kan ? Pourquoi regardent-ils fermer leurs usines l'une après l'autre, mois après mois, et s'en
vont-ils résignés comme sous le coup d'une décision Divine. Pourquoi tant d'agitation industrielle, tant de grèves ?
Comment les ouvriers ne savent-ils pas la différence entre une grève juste et une grève injuste. (**)
L'Egise avait pourtant donné les règles de conduite suivantes à ceux qui se sentiraient poussés à faire grève. Les
voici tirées du Christian Order de mai 1985 :

Une grève est par essence un retrait du travail, essentiellement ce que l'on peut appeler un acte négatif. Ce retrait
peut être juste ou injuste. Pour qu'il soit juste, un certain nombre de conditions doivent être remplies :
En premier lieu, la grève doit avoir une cause raisonnable, c'est à dire qui corresponde à un jugement raisonné d'un
être raisonnable. Cela signifie que la décision de la grève ne doit pas avoir pour origine, par exemple, la haine de classe
ni tout autre motif déraisonnable. Un motif insignifiant est également exclu comme cause de grève, car cela aussi déroge
à tout raisonnement sain et posé. Des hommes ne peuvent donc pas se mettre en grève de façon juste simplement
parce qu'ils "en ont marre", ou parce qu’ils n'aiment pas le patron ou éventuellement sa femme. La grève ne doit pas impliquer
non plus la violation des termes d'un juste contrat d'embauche, à moins que ces termes n'aient déjà été vidés de
leur sens par l'action injuste de l'autre partie contre laquelle la grève est dirigée. Il est immoral de violer la parole donnée.
On ne peut non plus faire grève pour cause d'une augmentation de productivité, sauf s'il s'agit de se protéger justement,
et encore, à la condition de sauvegarder le bien public contre tout effet néfaste que la grève pourrait avoir sur le niveau
de vie par la hausse des prix.

En second lieu, les travailleurs ne peuvent pas faire grève de façon juste s'il la font pour une cause qui, bien que raisonnable,
est relativement mineure par rapport aux maux qu'entraînerait la grève. Autrement dit, il doit y avoir un rapport
manifeste de proportionnalité entre la misère et les souffrances qu'une grève entraînera dans son déroulement, sans
même parler des pertes économiques, et la cause pour laquelle elle est déclenchée, même si cette cause est raisonnable.
Il en est exactement de même que pour toute autre forme d'auto-défense. Je n'ai pas le droit de décharger mon
révolver sur un voleur en train de subtiliser une petite pièce de monnaie de sur ma console. Son acte peut éventuellement
justifier un coup de pied dans les tibias, mais pas une décharge de chevrotines dans le ventre.En troisième lieu, pour être juste, une grève doit avoir une chance raisonnable de succès, car, répétons-le, les souffrances
apportées par la grève peuvent être importantes, et l’on n'a pas le droit de les infliger aux autres si la juste cause
pour laquelle on entame ce combat n'a pas de chance d'aboutir favorablement.

En quatrième lieu, une grève est un retrait défensif du travail. Elle ne peut donc conduire à la violence et à l'intimidation,
même à l'encontre d'une partie adverse coupable, ou pire subterfuge, à blesser ou frapper une tierce partie innocente
afin de faire ainsi pression sur un employeur et l'amener plus vite à résipiscence. A l'évidence, la fin ne justifie pas
les moyens, qui eux-mêmes doivent être justes.

En cinquième lieu et pour en finir, précisément parce qu'une grève est une chose grave, il ne faut l'employer qu'en
dernier recours ; ceci veut dire qu'elle ne peut intervenir avant toute raisonnable négociation et arbitrage. Il est malaisé
d'imaginer une situation dans laquelle une grève-surprise, une grève-éclair ou un abandon de poste de travail serait justifié.
La capacité à fournir ce qui est nécessaire à la vie n'a jamais été aussi grande dans l'histoire de l'humanité
qu’aujourd'hui. Et cependant, jamais il n'y eut davantage de grèves, aussi bien justes qu'injustes. Les grèves justes sont
celles qui surviennent lorsque les salaires que reçoivent les travailleurs ne leur permettent plus d'acheter que de moins
en moins. Les employeurs font face d'ailleurs au même problème, les coûts sont en augmentation constante et, comme
cela arrive trop souvent, ils risquent de devoir déposer leur bilan faute de pouvoir couvrir leurs frais.
La monnaie n'est en fait qu'un signe au moyen duquel les biens sont échangés. Elle a été inventée pour faciliter les
échanges, en servant de mesure commune pour les biens vendables. En tant que mesure commune, la monnaie doit
être stable. "En tant que mesure utilisée pour estimer la valeur des choses, écrit saint Thomas(3), la monnaie doit conserver
une même valeur, puisque la valeur de toutes choses doit être exprimée en termes de monnaie. De cette manière,
les échanges peuvent avoir lieu facilement, et par suite les communications entre les hommes sont facilitées".
Actuellement, en fait que constatons-nous ? Le droit d'émission de la monnaie ou du crédit a été abandonné par tous
les Gouvernements dans le monde entier à un monopole privé, qui n'est soumis à aucune obligation ni aucune responsabilité
vis à vis d’aucune nation ni d'aucun peuple. Selon saint Thomas, c'est le devoir de l'Etat de faire en sorte que la
monnaie comme moyen d'échange soit une mesure stable de la valeur. Exactement comme l'Etat doit maintenir stables
les mesures de poids et de longueur pour faire respecter la justice commutative dans l'achat et la vente, il doit également
avoir pour objectif la stabilité des niveaux de prix, le prix d'une chose étant l'expression de sa valeur d'échange en
termes monétaires.

Maintenant que se passe-t-il lorsque les Gouvernements renoncent à leur droit de maintenir la stablité de l'unité monétaire
comme ils le font pour le contrôle des poids et mesures ? Les Gouvernements deviennent des mendiants, et les
peuples qu'ils représentent ne deviennent plus que des esclaves.

Les Ministres des Gouvernements de tous pays préféreraient à tout moment faire face à un peloton d'exécution ou à
une armée adverse, plutôt que d’affronter les manipulateurs de la monnaie, les illusionnistres de la confiance. Même la
plus riche et la plus puissante des nations que le monde ait connues, les Etats-Unis, se sont humblement soumis à cette
forme moderne d'esclavage.

Le Président Woodrow Wilson l'avait exposé ainsi : "Une grande nation industrielle est sous le contrôle de son système
de crédit. Notre système de crédit est concentré. La croissance de la nation par conséquent, et toutes nos activités
sont dans les mains de quelques hommes... Nous en sommes venus à être les plus mal dirigés, l'un des gouvernements
les plus complètement dominés et des plus étroitement contrôlés dans le monde civilisé, non plus désormais un Gouvernement
par conviction et par le libre vote de la majorité, mais un Gouvernement par l'opinion contraignante et sous la loi
de petits groupes d'hommes dominants
".

A propos de ce groupe, Christopher Hollis dans The Two Nations (Les deux nations), publié par George Routledge &
Sons(4), déclare : "Derrière le Gouvernement ostensible menant la politique de Roosevelt, trône et siège un gouvernement
invisible, qui ne consent aucune allégeance et ne doit rendre aucun compte au peuple".
On pourrait remplir une livre entier de citations comme celle-ci concernant le système qui affecte les Iles britanniques
et avec elles le monde entier. Le monde occidental crève de marchandises invendues. On nous dit que l'on ne trouve
aucun moyen de les distribuer. Mais on a trouvé un moyen pour aller sur la lune et en revenir sain et sauf, et l'on regarde
désespérément des montagnes de surplus de produits alimentaires à ne savoir qu'en faire, pendant que des millions de
gens meurent de faim. Un jeune chanteur de pop a réussi à collecter plusieurs millions de Livres sterling, une entreprise
excellente pour éveiller la conscience des gens du riche Occident, mais ceux qui créent et contrôlent la monnaie dans le
monde auraient pu en faire autant d'un trait de plume, bien avant que des gens ne meurent de faim.

Il y a une Maffia des bas-fonds, dont le monde entier est informé. Mais la Maffia des bas-fonds ne détruit que les
siens. Elle ne peut rien faire contre ceux qui n’achètent pas ses drogues, ni ce qu'elle vend d'autre. Elle ne peut se faire
payer tribut par l'homme de la rue. Mais il y a une Maffia des élites qui, elle, peut faire payer tribut à toute l'espèce humaine
du berceau à la tombe, et qui le fait au moyen de son système de créer et de prêter ce qu'il prétend être son droit à contrôler la circulation fiduciaire, et ce, à des taux si élevés qu’à l'échelle mondiale on ne peut rembourser ni le capital,
ni les intérêts. Environ 90% des impôts que l'on paye constituent ce tribut. Cette oligarchie ne doit allégeance à aucun
pays. Elle revendique le monde comme lui appartenant. Elle crée et finance la révolution et l'anarchie partout dans le
monde, et sitôt qu'elle en a l'opportunité, elle envoie ses tyrans communistes s'emparer du pouvoir
.

Le lecteur se demandera ce que tout cela a à voir avec Karl Marx. Mais cette Maffia est précisément la même que
celle qui paya Marx et Engels pour écrire Le Manifeste
, et s'assura ensuite qu'il reste sur la liste des "best sellers". Marx
avait les talents nécessaires pour envoyer des tables à la tête de cette maffia, mais il choisit de prostituer ses talents, et
d'écrire ce qu'elle exigeait. Ses liens avec la Secte sataniste sont la clé permettant de comprendre et ses écrits et la
haine passionnée qu'il témoigna contre ses frères humains. C'est la raison de la guerre qui fait rage autour de nous, et
qui est avant tout une guerre spirituelle. Cette Maffia, avec ses collaborateurs conscients et inconscients, fait l'oeuvre du
Malin. Son objectif final est une Dictature Mondiale, qu'ils nomment Nouvel Ordre Mondial
, expression qui a l'avantage
de ne pas effrayer. C'est pour aider à achever la construction de ce Nouvel Ordre Mondial que nos pays doivent changer
leurs lois, légaliser ce qui est immoral, de sorte qu'un jour prochain tous les pays auront des lois communes concernant
la famille, la santé, l'éducation et tout le reste.

Une guerre spirituelle ne peut se gagner que par des moyens spirituels. La Maffia des élites, malgré tous ses pouvoirs
de taxer et retaxer pour tirer son tribut et rendre esclave toute l'espèce humaine, sera finalement battue par les
humbles, les petits, les cachés et inconnus qui font la Volonté du Père, leur Créateur.

L'espèce humaine est une race déchue, mais qui a été rachetée. La grâce de vaincre le mal en faisant le bien est
disponible pour qui la demande, et ce, pour tous les hommes grâce à leur Rédemption.
Ces mêmes moyens étaient offerts à Karl Marx, mais il choisit de trahir plutôt que de sauver. Là se trouve sa plus
grande faute. Ce fut un faux prophète...

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Message par solasido le Dim 2 Fév - 21:24

Bonjour Archange et à tous



Bravo et Merci pour cette récapitulation sans capitulation

Bonne suite et souriante journée à toi et à tous
avatar
solasido

Messages : 230
Date d'inscription : 05/01/2014
Localisation : idf

Voir le profil de l'utilisateur http://taosophie.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Message par Archange le Lun 3 Fév - 19:57

J'ai dans mon entourage quelques personnes qui sont à fond communisme Karl Marx Che Guevara etc... et ça papote pendant des heures en enchaînant les bières; je les vois déjà me répondre si je leur montrais cet article: "tu parles comme par hasard ça provient d'un site catho" et toutes les diatribes habituelles qui suivent.

J'ai été séduit une période par cette idéologie mais rapidement vacciné entre autres en lisant la biographie du Che; la guerre, il aimait ça et ça rendait sa vie intense. Certes il a des qualités, un charisme hors normes mais de là à en faire un quasi saint...

Un type comme Karl Marx, qui pose la main sous le veston, ça devait bien cacher quelque chose... ça fait partie de tout un processus, tout un plan pour renforcer l'esprit matérialiste chez les masses. Ainsi l'opium de certains c'est l'attente fébrile du Grand Soir; ça ou la religion, c'est du pareil au même finalement...

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Message par tchektuf le Mer 5 Fév - 19:25

R.Steiner a parlé dans "études ésotériques sur le karma" du duo Marx_ Engels dans leur vie antérieure
l  l'histoire tragi-comique du marxisme  se résume à une histoire tragi_comique de querelle de voisinage de 2 seigneurs féodaux,,bien plantureux, question sens reptilien du territoire
Le futur Engels va piquer le domaine du futur Marx,guerroilleur  à ses heures ,amateur de rapines,, qui finira planqué en bordure de son  territoire ,réduit à l'état de serf ,devenu comploteur ,dans son temps libre, pour  échafauder des plans pour pouvoir le récupérer ses terres et ses biens et qui mourra dans cette haine d'avoir été spolié .

Quand  les futurs Marx et Engels se retrouvèrent dans des contrées verdoyantes « post mortem » ,qui n'appartenaient à personne. Ils convinrent de l'absurdité de se pourrir mutuellement l'existence pour des biens matériels et convinrent aussi de revenir sur terre  pour montrer  l'absurdité de la propriété privée ; mais cela n’effaçait pas pour autant leur inclinaisons matérialistes et leur antipathie prononcées pour l'aspect religieux de l'existence
Et là le sens  de des écrits cités de Marx  s'éclaire tout à fait. ;

De plus l'analyse de sont thème astro confirme la problématique du Sieur;le sieur qui a été considéré comme une huile par la berlotterie de ses groupies et qui a tout fait pour éliminer par des moyens sordides l'aile libertaire du socialisme , considérée comme conspiratrice contre le nouveau dogme à imposer.
Marx le fit comme  un revanchard étriqué de ses misères moyenâgeuses où il avait été ravalé au rang de coquin conspirateur.

Le duo Marx Engels ne serait resté qu' »une affaire privée et idéologique   si elle n'avait pas répondu à une réponse tant désirée de comprendre le matérialisme fulgurant du 19 éme siècle industriel par ceux qui en faisaient les frais et  par une idéologie de même niveau : le matérialisme dialectique faisant de la civilisation un rapport de production  aux mains du capital ; ça c'est capital, en caractères capitales,sous peine ,de peine capitale,à exécuter dans la capitale.
Enfin le prolétariat avait une boite à outils conceptuels  pour aller chatouiller les côtes  des bourgeois capitalistes oppresseurs et exploiteurs de la  classe productive.

Séparer le cas marx comme une exception inclinant l'histoire de la civilisation européenne dans la voie univoquement matérialiste serait ratifier  de la meilleure façon le rôle prédominant donné au marxisme et beaucoup l'on fait pour comprendre notre époque matérialiste selon le matérialisme :
cohérence absolue pour les matérialistes contents de l'être et prosélytes si nécessaire
s.

Il est important de noter que Marx  continuera sur le sol de l’Angleterre l'oeuvre de l'esprit de pouvoir matérialiste propre à l'esprit britannique ; déjà bien implanté par le père de la science moderne francis Bacon ( il faut mettre la nature à la roue pour lui arracher ses secrets ) et john Dee
inspirateur de la géopolitique occulte  anglaise .Ces courants auront des attaches solides en Angleterre grâce à l'utilitarisme populaire et philosophique bien connu des anglais.( sauf le marxisme )


. Il est tout à fait significatif que l'ethnie à laquelle Marx appartenait était majoritaire chez les tortionnaires_chefs  de la révolution russe et qu'un de ses coreligionnaires, du sobriquet de Trotsky,  tendit un traquenard à Machno le libérateur de la tyrannies des boyards,chef de file du communisme Libertaire,pour l'assassiner, lui Makhno, qui laissait libre les populations de s'organiser comme elles l'entendaient, quand il les avait liberées. de la tyrannie des boyards,les russes blancs.

Les fous furieux du bolchevisme ,de contre_initiation Ahrimanienne ,ventilèrent sur la population russe et ukrainienne les marottes d'Ahriman : la souffrance ,la misère ,le meurtre sur des millions de moujiks et prolétaires aspirants à la liberté et dignité.

Les adeptes d'ahriman ont justifié ces atrocités comme un mal inévitable pour implanter la dictature prolétarienne et asseoir les bases d'une révolution mondiale..« prolétaires de tous les pays, unissez vous »  ne pouvait aboutir qu'à ce qui s'est toujours vu sur terre : la récupération d'une révolte populaire par les sempiternels dévots de la tyrannie implacable ,comme l'empire romain l'a si souvent montré.

Ainsi s'est implanté en Russie conformément à ce que souhaitaient les loges occidentales, une nouvelle féodalité de tyrans bureaucratiques qui ont maintenu en servage le peuple russe rehaussé au nom glorieux de prolétariat, pour démontrer que la vie collective ,d’après des principes collectifs, ne pouvait aboutir  qu'à bien pire que la valorisation individuelle.
Cela servira de rengaine obligatoire au cours des décennies futures pour justifier le moins pires des systèmes économiques:le capitalisme

Ceci ressemble fort à une exsudation hollywoodienne de l'histoire somme toute banale du duo Marx Engels du Moyen_âge.
Des historiens avertis ont pu démontré que l'histoire de la révolution russe était une construction idéologique qui alla jusqu'à faire des montages photographiques pour appuyer la nouvelle légende


Il faut savoir que Lénine quand il séjourna à paris alla faire un petit tour en Vendée et questionna les autorités locales  sur la façon dont le génocide vendéen avait été organisé et voté comme 1ére mondiale d'un génocide national ,par une assemblée constituante populaire,   de surcroît française, un diamant de magnanimité chrétienne envers les plus chrétiens du bon peuple de France.
Oui ,Lénine fit son pèlerinage  de futur  criminel en Vendée, car son slogan favori était bien ancré dans sa tête depuis longtemps ,écrit dans ses livres expurgés par le parti bolchevique de tous les passages où sa folie criminelle se déversait : « plutôt tuer 100 innocents que de rater un coupable « 

.

Comme Marx, Lénine sera possédé par la haine profonde et pour son cas la haine contre le tsar d'avoir fusillé son frère pour cause de conspiration contre l'ordre  des boyards et du tsar.
J'insérerais des passages de R.Steiner sur ces  sbires dont il décrit aussi les préparatifs du retour en incarnation dans les 2 personnages bien connus Marx et Engels, ceci d'une façon tout à fait neutre.

Le pot aux roses étant dévoilé cette histoire mondiale des révolutions ,qu'on prends si au sérieux, ressemble plutôt à une tragi-comédie de boulevard., au rang des quelles figure la révolution française de 1789 et la révolution russe de 1917
Une fois qu'on a vu le contraste entre la mythologie sanguinaire du communisme et la réalité prosaïque des personnages mythifiés, on peut se dire que la terre est devenue un champ d’expérimentation démoniaque particulièrement épicé. Heureux celui qui en est exempté

Ajoutons pour  la curiosité anthropologique que le Couple russe des Roerich, grands promoteurs des mahatmas, mahatmas impliqués dans la société théosophique, et se réclamant d'elle et d'eux par la création de l'Agni yoga (par la même voie médiumique que Blavatsky,) ne tarissaient pas de louanges envers les disciples Lénine and Co, créateurs d'une aube nouvelle qui sacrifie au matérialisme divin, créateurs de la nouvelle russie soviétique qui a l'assentiment des  mahatmas.
Lénine ("dont l'apparition était une délicatesse du cosmos") était l'Instructeur du peuple, confirmé comme tel par les représentants des mahatmas
hymalayens,l'ayant rencontré en suisse comme ils avaient rencontré Marx  à Londres.
Du même accabi,  Krishnamurti devait être l'Instructeur du Monde


Ce délire ahrimanien sera parallèle  à la décomposition de la société théosophique  telle qu'elle est racontée par marie Luytens dans sa biographie sur Krishnamurti

l'aspect occulte du bolchevisme a été pour la 1ere fois divulgué publiquement par R.Steiner,comme une subversion dangereuse pour l'avenir de l'humanité.
Il a déclaré que si ce bolchevisme se généralisait , la terre perdrait sa mission et serait réléguée  à être une planété ahrimanisée,auxiliaire de la 8éme sphere ( traitée par certains topics sur ce blog)
R.Steiner a montré aussi que la dégénérescence de l'intellectualité européenne apathique ferait sombrer l’Europe vers la dégénérescence  qui  s'étale  aujourd'hui  à large spectre.

Seul celui qui sait lire le plan d'évolution cyclique de l'humanité , connait les objectifs de chaque cycle ; leur avancés aux moments importants du cycle, et sait identifier ceux qui y participent et ceux qui s'y opposent. C'était le cas de R.Steiner .les coquins n'ont pas apprécié d'être démasqués
avatar
tchektuf

Messages : 435
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Message par tchektuf le Mer 5 Fév - 20:15

pour compléter le tableau afin de montrer qu'il n'y a pas de boucs emissaires mais des vision du monde( ou prétenues telles) qui se font valoir , voici d'autres copins et coquins de virées du voyage materialiste.

N'oublions pas que l'idée du voyage materialiste ne suffit pas .
il faut savoir par qui et pourquoi il est financé. alors on peut savoir si on a envie d'en écouter les frasques et envie de faire le voyage, en gardant à l'idée que les conseilleurs sont pas les payeurs,si l'on sait resister au slogan :
qu'importe le vin pourvu qu'on ait l'ivresse, slogan qui sévit de 7 à 77ans

http://www.brujitafr.fr/article-einstein-marx-freud-et-darwin-les-4-cavaliers-du-materialisme-athee-122345114.html
Einstein, Marx, Freud et Darwin, les 4 Cavaliers Du Matérialisme athée


Appartient à la Science tout processus méthodologique de questionnement du réel basé sur l'observation, la théorisation (lois, raison ) et l'expérimentation (reproductibilité).
La science traditionnelle remplit ces critères mais ce n'est pas toujours le cas de la science matérialiste dont le principal but consiste à éliminer de son champ toute cause première aux manifestations, tout indice indiquant que l'ordre naturel des choses puisse être soumis à une intention délibérée.

Pour les matérialistes, le monde se résume à la matière, elle est là de tout temps et elle ne disparaîtra pas.

Lavoisier disait "rien ne se crée ni se perd, tout se transforme", Claude Levis-Strauss pousse le bouchon encore plus loin en affirmant d'un ton hautain "l'univers va irrémédiablement vers la mort thermique ( c'est le principe d'entropie) donc toute l'activité humaine se résume en une accéléreration de ce processus".

Marx, Darwin, Freud et Einstein ont dans un même élan remarquable par sa synchronicité contribué, chacun à leur propre niveau, à déconstruire une tradition antique qui plaçait l'homme détenteur d'une étincelle divine au centre de sa sphère d'existence. Ils ont tour à tour contribué à occulter toute notion de trancendance chez l'homme  et à le rendre prisonnier ad vitam de la prison de la matiére.


Marx : L'homme est une marchandise

Selon la Genèse "Dieu a crée l'homme à son image", pour le sataniste Karl Marx, il n'est plus qu'une unité de compte économique s'adonnant à l'opium de la religion tandis que l'impérialisme et la lutte des classes s'avèrent être les seuls moteurs de l'Histoire.
Histoire qui se terminera lors du grand soir qui verra le soulèvement des prolétaires de tous les pays (étymologiquement ceux qui n'ont de valeur que par leur progéniture).
Marx c'est un peu le théorisateur du NOM, il est dommage qu'aujourd'hui plus personne ne croit au mythe du Grand Soir, car c'est bien vers cela que nous nous dirigeons.



Darwin : L'homme est un animal

Pour le sataniste Darwin, le moteur de l'évolution est le hasard couplé à la survie des plus aptes.
L'homme n'est qu'une entité biologique dérivée d'une amibe, la résultante d'un processus de sélection naturelle dont le point de départ consiste en des mutations aléatoires du génome.
Seul le hasard suffit donc à expliquer la complexité du vivant. Il n'y a donc aucun principe intelligent, aucune intention délibérée à l'oeuvre dans l'architecture biologique.
Un tel postulat, même s'il constitue une insulte à l'intelligence et au bon sens, pouvait néanmoins aisément être démonté en vertu du seul principe de la raison.

Ainsi pour reprendre l'exemple de Lamarck, le long cou de la girafe n'était que le résultat d'un long processus de sélection qui a éliminé du patrimoine génétique de l'espèce le génome des girafes qui avaient un cou trop court et qui étaient donc désavantagées dans la mesure où elles ne pouvaient ni brouter les feuilles en haut des arbres ni repérer les prédateurs.

C'est aller bien vite en besogne et oublier que ces mêmes girafes au long cou étant aussi capables de brouter de l'herbe, elles tomberaient en syncope lors du reflux sanguin au moment de baisser leur tête si la nature ne les avait pas pourvues d'un tissu spongieux retenant l'excès de sang au niveau du cou.
La concomitance des mutations (long cou, longues pattes, et tissu spongieux) rend donc impossible la théorie des mutations aléatoires de la théorie Darwinienne.



Il y a donc bien un principe intelligent et une intention délibérée derrière l'ordre naturel des choses.
Inutile de préciser que les biologistes font face à des tas d'autres exemples de ce type qu'il serait fastidieux de détailler, le problème c'est que pour la plupart, ils sont grassement payés pour les occulter.




Freud : L'homme veut niquer sa mére


Au début du 20 ème siècle, débarqua de nulle part Freud et sa science psychanalytique qui a ceci de remarquable qu'elle n'est dérivée d'aucune autre branche de la science.
C'est d'ailleurs un miracle en soi qu'elle se soit imposée en si peu de temps à travers tout l'occident.
Il faut dire qu'être payé juste pour écouter le déballage intime de ses patients avait de quoi attirer les charlatans de toutes sortes.
De ce point de vue, il est impossible de faire l'impasse sur la figure incontournable de Lacan, inventeur de la speed séance de 5 minutes qui lui permettait de repartir avec un carton remplit de billets de banque chaque soir.

Grâce à l'artifice de sa théorie d'un vécu antérieur de l'espèce, le sataniste Freud pose divers postulats indémontrables qui condamnent indéfinitivement l'homme à recommencer les mêmes erreurs.
Le complexe d'Oedipe par exemple, fait de tout individu mâle, un parricide et un incestueux convoitant sa propre mère.

Comme il est difficile de s'y retrouver entre le fatras théorique à base de moi, de ça, de surmoi, d'inconscient et de subconscient, d'archétypes et de refoulé,  il ne reste plus qu'à se tourner vers les sbires de Freud qui finiront par tout arranger contre quelques années de paiement en espèces sonnantes et trébuchantes.

Mais hormis le fait d'avoir assuré des revenus réguliers à toute une caste de parasites, le fait d'armes le plus marquant de Freud fut sa déconstruction des mythes fondateurs de l'espèce, de ce qui la reliait aux sphères célestes, et tout d'abord le fait religieux.

Ainsi dans "Totems et Tabous"et sa suite "L'homme Moïse et la religion monothéiste", Freud retrace l'origine des rites sacrés au meurtre d'un chef de clan (complexe d'Oedipe).
Le religieux devient dès lors pour lui l'extériorisation d'une névrose bloquée au stade anal ou phallique, et il s'apparenterait même à la zoophilie qui ne serait rien autre qu'une névrose causée par l'interdiction des relations sexuelles avec le totem, figure symbolique figée du père castrateur !!!
Évidement les universitaires ne diront pas les choses de cette manière, reste qu'il est effarant de constater combien de générations ont pris au sérieux ce delirium trémens à la base de la pensée Freudienne.

Freud a dit "je leur apporte la peste" sur le pont du navire qui l'amenait en Amérique, sur ce point on admettra qu'il a fait preuve d'une certaine lucidité.





Einstein :  L'homme vit dans un univers strictement matériel
qui a surgi du néant
.


La doctrine matérialiste a vu sa consécration au 20 ème siècle mais elle ne passa pas l'épreuve des faits.
Ainsi la découvert du rayonnement fossile de l'univers, vestige du big bang, chamboula l'idée d'un monde matériel éternel.
L'univers avait été crée à partir d'un minuscule point infinitésimal en vertu d'une cause extérieure à lui même à un moment où même la notion de temps n'avait aucun sens.
Si l'on questionne les cosmologistes sur ce sujet, on aura toutes les chances de les énerver, puisque même les boucliers théoriques qu'ils brandissent (mur de Plank, big crunch) ne parviennent pas à occulter une vérité connue comme une évidence par les savants de l'antiquité.

Par la suite, la découverte que les constantes de l'univers étaient les seules qui pouvaient amener à l'apparition de la vie consciente n'a pas arrangé les affaires des matérialistes.
Ils brandissent néanmoins, l'argument connu sous le nom de "principe anthropique" qui stipule en gros que si l'univers n'était pas tel qu'il était alors il n'y aurait personne pour s'en rendre compte (là aussi d'autres mots sont employés).

Sans oublier le fait qu'en dehors des constantes universelles, il faille la conjonction d'une centaine de paramètres pour expliquer l'apparition d'une vie consciente sur notre bonne vielle Terre (par ex la distance vis à vis du Soleil) c'est donc une véritable absurdité du point de vue du dogme matérialiste de rechercher des formes de vie sur des exoplanétes.
Cela signifie qu'un grand démiurge effectuerais des miracles à répétition à travers tout le cosmos (pour les anciens chaque système solaire contient au moins une planète bleue abritant la vie).

Aujourd'hui, une partie du personnel scientifique redécouvre ce que les initiés savaient depuis toujours.
C'est ainsi qu'il est désormais admis que des courants d'énergies peuvent se transmettre d'un astre à un autre, ce qui vérifie l'hypothèse que le vide de l'espace n'est pas aussi vide qu'il n'y parait.
Ce milieu de propagation était appelé Éther par les anciens.




Tesla et Einstein se livrèrent à un combat fratricide autour de cette notion.
Si le second n'eut pas gagné par KO, la face du monde en aurait été changée puisque une énergie gratuite non polluante aurait été disponible pour tout le genre humain.
Par ailleurs, c'est aussi ce concept d'Ether qui explique l'augmentation de la masse du globe terrestre à travers les âges et qui oblige à rajouter une seconde à nos journées tous les 19 ans.

Comme les anciens le savaient, l'univers a bien été crée et cette création se poursuit encore de nos jours, les matérialistes peuvent donc aller se rhabiller, leurs jours sont comptés.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Totem_et_Tabou
http://www.marcseifer.com/otherstuff/Te ... nstein.pdf
http://www.writingriffs.com/2009/09/13/tesla-vs-einstein-transcending-the-speed-of-light-with-author-marc-seifer/
Un reportage intérréssant qui demontre que le globe terrestre grossit :

http://www.dailymotion.com/video/x160xn_1-3-la-terre-en-expansion_shortfilms
avatar
tchektuf

Messages : 435
Date d'inscription : 05/11/2013
Localisation : aura de france

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Message par Archange le Mer 5 Fév - 21:05

Jolie syntèse! évidemment de tout cela les adeptes actuels de cette idéologie ne veulent rien savoir. Hypnotisés! Ils se pensent humanistes parce qu'ils ont conservé intacte la ferveur adolescente de l'exigence de justice, mais n'en souscrivent pas moins à une idéologie dont les méthodes ont mené et mèneront toujours aux mêmes désastres. La seule révolution qui vaille est intérieure... mais bon... refaire le monde entre deux bières ça tue le temps et c'est pas bien méchant

tchektuf a écrit: Les fous furieux du bolchevisme ,de contre_initiation Ahrimanienne ,ventilèrent sur la population russe et ukrainienne les marottes d'Ahriman : la souffrance ,la misère ,le meurtre sur des millions de moujiks et prolétaires aspirants à la liberté et dignité.

Les adeptes d'ahriman ont justifié ces atrocités comme un mal inévitable pour implanter la dictature prolétarienne et asseoir les bases d'une révolution mondiale..« prolétaires de tous les pays, unissez vous »  ne pouvait aboutir qu'à ce qui s'est toujours vu sur terre : la récupération d'une révolte populaire par les sempiternels dévots de la tyrannie implacable ,comme l'empire romain l'a si souvent montré.


C'est bien là le problème, l'éternel problème d'une humanité qui souscrit à l'adage absurde "la fin justifie les moyens"... l'histoire comme une succession de moyens n'atteignant jamais leur fin et pour cause... l'humanité ne regarde pas dans la bonne direction, l'ennemi n'est pas à l'extérieur mais en nous... c'est la psyché qu'il faut réformer...


tchektuf a écrit:Ainsi s'est implanté en Russie conformément à ce que souhaitaient les loges occidentales, une nouvelle féodalité de tyrans bureaucratiques qui ont maintenu en servage le peuple russe rehaussé au nom glorieux de prolétariat, pour démontrer que la vie collective ,d’après des principes collectifs, ne pouvait aboutir  qu'à bien pire que la valorisation individuelle.
Cela servira de rengaine obligatoire au cours des décennies futures pour justifier le moins pires des systèmes économiques:le capitalisme



Belle fourberie, beau boulot!!  Twisted Evil 



tchektuf a écrit: Il faut savoir que Lénine quand il séjourna à paris alla faire un petit tour en Vendée et questionna les autorités locales  sur la façon dont le génocide vendéen avait été organisé et voté comme 1ére mondiale d'un génocide national ,par une assemblée constituante populaire,   de surcroît française, un diamant de magnanimité chrétienne envers les plus chrétiens du bon peuple de France.
Oui ,Lénine fit son pèlerinage  de futur  criminel en Vendée, car son slogan favori était bien ancré dans sa tête depuis longtemps ,écrit dans ses livres expurgés par le parti bolchevique de tous les passages où sa folie criminelle se déversait : « plutôt tuer 100 innocents que de rater un coupable « 



Ok!! Shocked  Suspect je vais essayer de balancer ça à mes joyeux camarades pour sonder les réactions... mais vu le degré d'hypnose je ne m'attends pas à grand chose...


tchektuf a écrit: Ajoutons pour  la curiosité anthropologique que le Couple russe des Roerich, grands promoteurs des mahatmas, mahatmas impliqués dans la société théosophique, et se réclamant d'elle et d'eux par la création de l'Agni yoga (par la même voie médiumique que Blavatsky,) ne tarissaient pas de louanges envers les disciples Lénine and Co, créateurs d'une aube nouvelle qui sacrifie au matérialisme divin, créateurs de la nouvelle russie soviétique qui a l'assentiment des  mahatmas.
Lénine ("dont l'apparition était une délicatesse du cosmos") était l'Instructeur du peuple, confirmé comme tel par les représentants des mahatmas
hymalayens,l'ayant rencontré en suisse comme ils avaient rencontré Marx  à Londres.
Du même accabi,  Krishnamurti devait être l'Instructeur du Monde
 



Ah? C'est quand même un sacré foutoir tout ce domaine de l'occulte... je n'ai jamais lu de livres de Roerich je le sens pas, j'ai pas confiance...  pourtant j'en ai même pas lu une seule ligne pour m'en faire une idée, mais je préfère m'en tenir aux valeurs sûres comme Bailey et Steiner.
Par contre concernant Krishnamurti, la société théosophique ne s'était pas trompée à mon sens, étant donné l'envergure exceptionnelle de cet instructeur spirituel; Instructeur du monde, c'est apparemment ce qu'il lâcha une fois à son entourage le concernant, à en croire sa bio.  Peu avant de mourir il déclarait également qu'on ne reverrait pas cela avant des centaines d'années... de quoi Krishnamurti fut le canal, grand mystère.



tchektuf a écrit:l'aspect occulte du bolchevisme a été pour la 1ere fois divulgué publiquement par R.Steiner,comme une subversion dangereuse pour l'avenir de l'humanité.
Il a déclaré que si ce bolchevisme se généralisait , la terre perdrait sa mission et serait réléguée  à être une planété ahrimanisée,auxiliaire de la 8éme sphere ( traitée par certains topics sur ce blog)
R.Steiner a montré aussi que la dégénérescence de l'intellectualité européenne apathique ferait sombrer l’Europe vers la dégénérescence  qui  s'étale  aujourd'hui  à large spectre.

Seul celui qui sait lire le plan d'évolution cyclique de l'humanité , connait les objectifs de chaque cycle ; leur avancés aux moments importants du cycle, et sait identifier ceux qui y participent et ceux qui s'y opposent. C'était le cas de R.Steiner .les coquins n'ont pas apprécié d'être démasqués


Lol, en effet et cela explique sans doute les conditions étranges qui ont mené à sa mort.  Twisted Evil 

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Message par Archange le Mer 5 Fév - 21:18

tchektuf a écrit:Einstein, Marx, Freud et Darwin, les 4 Cavaliers Du Matérialisme athée


Super, merci pour l'article, mdr, titre choc pour Freud mais tellement évocateur de cet urluberlu sabbatéiste...

Je cherchais justement à faire une petite synthèse sur le matérialisme incluant Darwin Marx et Freud (tiens j'ignorais qu'Einstein était dans le lot intéressant)
Si je ne rêve pas tous les 4 font partie de l'ethnie à laquelle tu faisais référence...

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Message par Archange le Mer 5 Fév - 21:24

tchektuf a écrit:Tesla et Einstein se livrèrent à un combat fratricide autour de cette notion.
Si le second n'eut pas gagné par KO, la face du monde en aurait été changée puisque une énergie gratuite non polluante aurait été disponible pour tout le genre humain.


 Shocked Je vais étudier un peu plus en détail ce sujet...
Aïe triste humanité...

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Message par Admin le Ven 7 Fév - 18:43

Ce topic est un bel exemple de comment on peut corrompre et dévoyer l'humanité avec des idées erronées.

la Loge Noire agit ainsi pour infiltrer des idées fausses en l'être humain et le maintenir au niveau de conscience dans lequel il se trouve.

Mais la Vérité finit toujours par éclater ! Mais avant que cela n'arrive, combien de vies ruinées par une idéologie dominante qui entrave tout progrès spirituel  Question  

Aujourd'hui nous avons l'Internet, et tout finit par se savoir. Le dernier espace libre qu'il nous reste, mais jusqu'à quand...

_________________
Plus tu sauras te vider de toi, te répandre, plus Dieu t’inondera de sa Divinité.

Maître Eckhart
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 31/03/2012
Localisation : Ici et là :)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Karl Marx sataniste? Dans la continuité des illuminatis de Bavière - but final: mise en place d'une dictature mondiale

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum