Méditation personnelle et méditation de Service (Alice Bailey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Méditation personnelle et méditation de Service (Alice Bailey)

Message par Archange le Lun 4 Nov - 20:38





Méditation personnelle et méditation de service 
Les fonctions créatrices de la méditation

 


 
 
 

       Le mot méditation est si souvent employé négligemment qu'il est bon de commencer cette seconde année par une brève définition des différents sens qui lui sont donnés :  

1. Dans son sens le plus courant, ce mot désigne la réflexion ou pensée concentrée sur un sujet donné. On l'appelle également "méditation sur une pensée-semence". Il s'agit de définir celle-ci, de la développer, d'envisager ses rapports et ses applications.  

Il est surprenant de constater le nombre d'aspects et d'implications que permet de découvrir la méditation réflexive (ou "réflective") même sur un sujet apparemment familier. Un exemple sur le thème de l'amour est donné dans le deuxième livret de la première année.  

2. La contemplation pourrait presque être considérée comme l'opposé de la précédente et, dans la pratique de la méditation créatrice, elle fait généralement suite à la phase réflexive. Lorsque nous avons l'impression d'avoir épuisé le sujet au moyen du mental concret, nous élevons notre centre de conscience aussi haut que possible vers le Soi ou l’Âme. Là, il s'agit d'arrêter la pensée et de garder le sujet au centre de notre conscience, dans une attitude silencieuse de calme expectative.  

Pour maintenir la conscience focalisée, il est possible de répéter lentement, intérieurement, le ou les mots évoquant le sujet. Il se peut que rien ne se présente mais, parfois, quelque chose de nouveau, d'inattendu "tombe" dans le champ de la conscience, une prise de conscience très vivante, d'une signification plus profonde que celle à laquelle le stade précédent avait donné accès. Il s'agit là d'une réalisation intuitive. 

3. La méditation réceptive peut ressembler à la contemplation mais elle en diffère. La méditation contemplative permet, pourrait-on dire, de "voir" avec l'oeil du mental, à l'intérieur ou vers le haut. La méditation réceptive est davantage une manière d'"écouter" avec l'oreille intérieure. Si nous y parvenons, nous recevons l'inspiration. 

Dans ces deux sortes de pratiques méditatives il est important de ne pas tomber dans un état passif, rêveur, presque médiumnique, et de ne pas s'arrêter sur des images ou des "voix" provenant de différents niveaux de l'inconscient individuel ou collectif. 

4. La méditation créatrice: sa véritable signification n'est pas facilement comprise parce qu'elle engage différents aspects de nous-mêmes c'est-à-dire l'activité du coeur et de l'esprit, les sentiments, l'imagination et la volonté. En conséquence elle inclut diverses approches spirituelles. C'est ce qui la rend particulièrement efficace et attractive, car elle peut s'associer à bien d'autres formes de méditation. 

La méditation créatrice n'est donc pas seulement subjective et abstraite. Elle ne requiert pas un état purement passif ou réflexif. C'est un processus précis et scientifique demandant un effort positif et une méthode de travail en accord avec la Loi. Certaines de ces Lois comme celle « de cause à effet », ou celle « de la demande et du don », sont des règles inaliénables d'énergie et de créativité. Lorsque nous travaillons avec elles de façon juste, elles sont efficaces à différents niveaux. L'opposition que fait l'Occident entre la méditation et l'action est une erreur. Toute action consciente, délibérée et intentionnelle connaît ces deux phases successives. 

La méditation est une forme particulière d'action intérieure, une façon de travailler avec les énergies intérieures. La valeur de la pensée conceptuelle est aujourd'hui largement reconnue mais l'énorme pouvoir de changement de ces énergies l'est encore très peu. Elles sont néanmoins capables de produire de réelles transformations, non seulement à l'intérieur de l'individu, mais aussi dans la situation mondiale lorsqu'elles sont mises en action par des groupes. Nous avons, par conséquent, une grande responsabilité, à la fois envers la juste utilisation de ces énergies et envers les possibilités illimitées de travailler de façon constructive pour le bien commun.  
 

La méditation créatrice peut porter sur de nombreux sujets, comme par exemple :  
 
 
Ø une qualité, une vertu, une énergie ou une idée (comme les Lois et les Principes du Nouvel Age) 
 
Ø un mot ou une phrase servant de "pensée-semence" 
 
Ø un problème 
 
Ø un symbole (les symboles sont le language naturel, le moyen d'expression de l'inconscient à tous les niveaux, y compris celui du supraconscient) 
 
Ø le Soi. La prise de conscience du Soi est l'un des grands objectifs et l'un des grands accomplissements de la méditation, c'est pourquoi nous étudierons tout d'abord certaines utilisations de la méditation créatrice destinées à atteindre une plus grande conscience du Soi. 
 

En pratiquant la méditation en général et toutes les formes d'approches spirituelles, nous élevons notre pensée à des niveaux supérieurs ou plus intérieurs et, ainsi, nous étendons notre conscience. Dans la méditation créatrice, cependant, le processus est beaucoup plus précis. Grâce à elle nous modifions, mais aussi nous transformons, régénérons et recréons la personnalité en tant que réflexion et canal pour le Soi supérieur. Chacune de ces phases correspond à divers stades nécessaires. Comme l'écrit le Docteur Assagioli dans La Volonté Libératrice (éditions Le Hiérarch), l'un des stades les plus importants pour : 

"... parvenir à la psychosynthèse personnelle est la méditation sur soi-même. On est ainsi capable de distinguer la pure soi-conscience ou conscience de Soi et les éléments psychologiques de sa propre personnalité, à divers niveaux. Cette distinction est une exigence fondamentale pour acquérir la conscience de Soi. 

…Cette conscience, cette possibilité d'observer sa propre personnalité "du dessus", "intérieurement, à distance" ne doit pas être confondue avec l'égocentrisme et la préoccupation de soi. En réalité, elle est exactement à l'opposé, car cette dernière est identification avec les éléments et défauts de la personnalité. 

... La méditation réflexive ne doit pas être considérée simplement comme un processus passif d'observation, comme un inventaire de faits. Elle a pour but l'observation, l'interprétation et l'évaluation de ce que nous découvrons en nous-mêmes. " 

Il nous donne également un avertissement et déclare que la méditation sur soi peut parfois provoquer l'émergence, dans notre conscience, d'éléments perturbateurs dans la personnalité. Par exemple, nous pouvons nous rendre compte que des émotions négatives surgissent de plus en plus ou que nous devenons hypersensibles ou hyper stimulés. En ce cas, il est sage de cesser de méditer sur nous-même pendant un certain temps et de choisir des sujets plus impersonnels. Ceci signifie très probablement que nous n'avons pas abordé la méditation avec assez d'objectivité et de détachement et que nous avons besoin de nous donner un peu de temps pour assimiler, une période pour consolider l'état de conscience atteint. Comme pour un entraînement physique, nous ne devons pas pousser trop loin, trop vite et espérer trop du système humain. 

Une sage procédure sera de se reporter à l'exercice de désidentification donné dans le Livret I de la première année et de l'utiliser brièvement comme préparation quotidienne à la méditation. 

Lorsque nous arrivons au stade de la visualisation, pour prendre conscience du Soi, il peut être utile de visualiser le "modèle idéal" de soi-même. Cette méthode est efficace pour invoquer et développer des qualités qui semblent nous manquer et réaliser nos aspirations. Le Docteur Piero Ferrucci décrit ainsi l'exercice : 

"Ayant choisi la qualité souhaitée, vous vous imaginez vous-même comme ayant déjà cette qualité à son plus haut degré de pureté et d'intensité. Permettez à cette image de prendre forme dans le détail... Il se peut qu'elle ne soit pas très stable au début... Mais, même ainsi, elle exercera une puissante influence sur votre inconscient." 

(What we may be Editions Tarcher) 

Ceci est la clé du processus de méditation créatrice : le mental conscient attire l'inconscient dans un contact plus intime et nous pouvons utiliser des ressources qui nous étaient inconnues auparavant. Un Maître oriental décrit ainsi cette technique de méditation : 

"Il (le méditant) commence à saisir la vision de l'homme spirituel tel qu'il est dans son essence. Il réalise les vertus et les réactions que l'être spirituel est à même de démontrer sur le plan physique... Il crée, dans son intellect, une structure qui sert de modèle à l'homme inférieur et qui le pousse à se conformer à cet idéal... Il découvre ainsi qu'un pouvoir de transformation et de transmutation agit sur les énergies qui constituent sa nature inférieure, jusqu'à ce que tout lui soit subordonné et qu'il en vienne à manifester, de façon pratique, ce qu'il est... essentiellement." 
 

Dans la méditation créatrice pour le Nouvel Age, le but est de créer les formes qui incarneront les nouvelles idées supérieures ou les formes nouvelles pour une expression plus complète et plus adéquate des principes et valeurs éternels. L'impulsion doit être une volonté de bien dynamique, une volonté délibérée de servir ou, tout au moins, une bonne volonté active. Il importe peu que le travail créatif ait été imaginé par nous-même ou par le groupe auquel nous appartenons. Nous pouvons coopérer activement au développement et à l'"incarnation" de formes initiées par d'autres. Nous pouvons le faire à différents niveaux au cours des divers stades de "descente", par : 

1. Une pensée claire et une formulation correcte. L'importance d'une formulation ou d'une désignation juste a été réitérée dans diverses philosophies et est de plus en plus exigée à l'époque actuelle par la technologie informatique.  

2. L'utilisation de l'imagination avec le pouvoir créateur qui lui est propre et qui provient de la puissance suggestive et motrice des images. 

3. La visualisation de la forme-pensée en l'infusant de la chaleur de nos sentiments, de la force de nos désirs et de la puissance de notre volonté. 

4. La communication. Elle peut être de deux types, subjective et objective : 

a) en répandant l'idée par un rayonnement intérieur direct. La possibilité d'une telle action télépathique est de plus en plus reconnue ; elle explique la rapidité surprenante et l'ampleur avec laquelle les idées et les vagues d'émotions se répandent dans l'Humanité. 

b) en diffusant l'idéal formulé , soit oralement, soit par les écrits et par les symboles, en utilisant tous les moyens actuels de communication disponibles à l'intention des individus et des masses. 
 

Une mise en garde s'impose maintenant : nous devons rester vigilants afin de ne pas nous laisser entraîner par notre zèle, au point de nous identifier complètement avec l'idée que nous voulons développer et exprimer. Une telle identification peut entraîner l'épuisement ou le risque d'être obsédé ou possédé par ces idées ou par les formes qu'elles prennent, au point de devenir borné ou fanatique. Aucune idée, aucune forme, si belle soit-elle, ne doit nous asservir. Souvenons-nous que le créateur est toujours plus grand que ce qu'il crée. 

Nous devons éviter aussi un autre danger : lorsqu'une idée jaillit de sa source et "s’incarne" dans un idéal et une expression extérieure, elle peut subir des limitations, des distorsions et, même, être faussée. Elle peut, de plus, être utilisée, individuellement ou collectivement, à des fins égoïstes. 

Une forme de limitation et de réduction pouvant aller jusqu'à l'épuisement et à laquelle il faut faire particulièrement attention est la tendance répandue à donner une importance indue aux moyens à utiliser pour atteindre un objectif. Cet objectif finit par être perdu de vue ou subordonné aux moyens. Tel est le cas fréquent d'une organisation devenue, en fait sinon en apparence, une fin en soi. 

Tous ces dangers et obstacles peuvent être évités par l'application de la Loi des Justes Relations. Dans ce cas précis, la juste relation est à établir entre l'idée, l'idéal et la forme, d'une part et entre l'ardeur ou l'enthousiasme enflammés nécessaires, un point de vue inclusif et l'habileté dans l'action, d'autre part. Ce qui implique la nécessité de passer graduellement de l'ancien au nouveau et l'acceptation d'un certain nombre de compromis provisoires au cours de la période de transition. Ce qui peut se résumer ainsi : SAGESSE.  
 

Une méditation créatrice efficace comprend les phases ou stades suivants :  
 

1. Une préparation consistant essentiellement à : 

a) Éliminer du champ de la conscience tous les contenus existants (pensées, émotions, désirs, etc...) 

b) Élever le centre de conscience en le polarisant ou en le fixant au niveau mental. 

c) Contacter le Soi, par l'aspiration, la prière et l'invocation. 

2. La Méditation Réceptive au cours de laquelle le mental peut être illuminé d'une façon générale par la lumière de l'Âme. Le mental peut ainsi recevoir des idées ou avoir des perceptions intuitives à propos du Nouvel Age et à propos de l'aspect particulier du Nouvel Age sur lequel l'attention est dirigée. 

3. La Méditation Réflexive au cours de laquelle la pensée est contrôlée et concentrée sur ces idées, cherche à atteindre leur compréhension toujours plus claire et plus profonde et imagine tous les développements et toutes les applications qu'elles peuvent et devraient avoir. 

4. La Méditation Créatrice proprement dite. Ce terme ne veut pas dire qu'il nous faut créer, à partir de rien, les idées et les conceptions du Nouvel Age. Celles-ci existent déjà ; elles ont été créées par des intelligences plus élevées que les nôtres. Il s'agit de coopérer à la création des formes nouvelles qu'elles doivent revêtir, à la création des véhicules ou des "corps" nécessaires à leur expression extérieure. Cette création de formes nouvelles se poursuit continuellement. L'être humain possède le pouvoir créateur ; il l'utilise inévitablement et continuellement, consciemment ou inconsciemment. Ses motivations pour créer des formes sont personnelles et souvent égoïstes ou erronées. Même lorsqu'il est bon, le motif est souvent déformé par des illusions et des mirages, lesquels se reflètent dans la qualité et les effets des formes créées. Le plus souvent, il ne s'agit que d'imitations, de répétitions, ou encore de multiplications d'anciens modèles. 

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum