Technologie HAARP et contrôle mental - arme ultime des Etats Unis

Aller en bas

Technologie HAARP et contrôle mental - arme ultime des Etats Unis

Message par Archange le Jeu 4 Oct - 16:01

http://presselibreinternationale.com/haarp/index.html





HAARP

High Auroral Active Research Project





L'Arme Ultime !



Successeur terrestre du projet Star Wars (Guerre des étoiles), le Haarp serait, par son extraordinaire puissance polyvalente, "l'arme ultime" des États-Unis.





LE CONTRÔLE DU CLIMAT





Par Mickaël GOLANSource: TOP SECRET #7



Note de l'éditeur de Top Secret : Nous ne pouvons pas certifier la validité des affirmations suivantes, et nous ne les approuvons pas forcément. Cependant s'il existe ne serait-ce qu'une seule chance sur un million pour que cette projection se vérifie, alors nous ne nous sentons pas en droit de la passer sous silence.

Incontestablement, les catastrophes naturelles liées aux caprices du temps se sont manifestées à toutes les époques. Mais, ce qui est moins naturel que par le passé, c'est l'insolite violence de ces phénomènes dits naturels, souvent en totale inadéquation avec le contexte saisonnier. Ces dérèglements climatiques sont généralement mis sur le compte de " l'effet de serre ". Mais y a-t-il véritablement un lien entre le changement climatique mondial, et le très médiatique "effet de serre", fond de commerce des écologistes ? Car alors, pourquoi l'Europe, et principalement la France, dont la superficie représente 1/1000ème de la surface du globe serait-elle tout particulièrement affectée ?Sur le plan géopolitique, la communauté européenne indispose les Etats-Unis car elle s'organise et devient un pôle économique concurrentiel indépendant, ce que ne veut absolument pas l'Amérique. Composée des pays les plus riches de la planète, l'Europe doit rester, selon l'optique américaine, un client solvable en position de demandeur vis à vis des USA. La survie économique de l'Amérique dépend de cette hiérarchie de rapports bien établie de part et d'autre de l'Atlantique. C'est peut-être d'ailleurs pour cette raison que le 20ème siècle a été le théâtre incessant de guerres dans une Europe déchirée, incapable d'atteindre l'unité. Or, alors que le risque de guerre sur le territoire européen s'éloigne enfin après un siècle de conflits barbares, une nouvelle menace survient : d'ordre climatique.




L'EUROPE SUBIT-ELLE UNE GUERRE MÉTÉOROLOGIQUE ?


LE SYNDROME "SOS METEORES"


D'étranges perturbations météorologiques se font tangiblement sentir depuis quelques années sur le vieux continent, causant de grands dommages à son agriculture et à son potentiel économique en général.A ce sujet, au parlement européen, des voix commencent à s'élever pour désigner nommément les USA comme étant les responsables du dérèglement climatique, conséquence de tant de désastres en tout genre. L'Europe des quinze s'inquiète de la politique intransigeante des USA en matière de prévention des pollutions industrielles. Margot Wall-Strom, commissaire européen, chargée de l'environnement, affirme : "Les Etats-Unis sont les principaux coupables du changement climatique !"
La décision de la Maison Blanche, de ne pas ratifier le protocole de Kyoto, comme d'ailleurs la plupart des nations industrialisées, a relancé la polémique européenne à propos des Etats-Unis, présentés comme le premier pollueur de la planète. Le 20 novembre dernier, le Président français Jacques Chirac déclarait lors du sommet climatique de La Haye : "Si l'on ne fait rien, nous pourrions être accusés de non assistance à planète en danger"…
Belle formule de rhétorique à laquelle George Bush, son homologue américain, a répliqué moins prosaïquement par "Nous allons travailler pour réduire les gaz à effet de serre, mais nous n'acceptons aucune mesure qui nuise à notre économie"...
Langage diplomatique pouvant se traduire par : "nous restons maîtres chez nous,et n'avons de conseils à recevoir de personne".
Et si toute cette hystérie à propos de l'effet de serre n'était qu'une gigantesque opération d'intoxication de l'opinion internationale, un rideau de fumée médiatique ?
En réalité, les événements relatifs à ces phénomènes climatiques sont traités de manière factuelle. Aucun reportage d'investigation destiné à comprendre les causes réelles de tous ces désastres n'a jamais été vu sur aucune chaîne de télévision. Les différentes mesures pour pallier au problème ressemblent à de la poudre aux yeux ; c'est du grand art en matière de manipulation des foules, et les raisons évoquées à ce dérèglement planétaire s'apparentent à la bonne vieille technique de l'arbre qui cache la forêt.
Cependant, les populations, victimes des intempéries, commencent à se réveiller et à demander des comptes à leurs dirigeants. En France, quelque peu gêné par le chorus des sinistrés de la Somme, le gouvernement a ordonné la création d'une commission d'enquête, autre procédé bien connu, avec la "cellule de crise"...

"Il n'y a plus de saison !"Chaque année, le continent européen, qui n'a pourtant rien d'un climat tropical propice aux cyclones et à la mousson, est le théâtre de manifestations étranges. Les régions d'Europe les plus touchées, sont la Grande Bretagne et le Portugal (précipitations considérables). L'Espagne, (sécheresse endémique), la France (un mois de pluies ininterrompues) (maintenant à sec et en cuisson). La Russie, (inondations spectaculaires) ayant nécessité le déplacement de 20.000 personnes, et températures caniculaires à Moscou en 2001. Toute cette violence des caprices du temps suggère cette réflexion : Sommes-nous en plein syndrome "SOS METEORES" (référence faite à l'adresse d'Edgar Pierre Jacob, véritable "Jules Verne" de la bande dessinée) ? Ce visionnaire a exploité tous les thèmes, y compris celui d'une guerre météorologique contre la France...Guerre météorologique menée par une grande puissance maîtrisant une terrifiante technologie d'émission destinée à manipuler le climat, cela grâce aux travaux d'un savant fou : le Professeur Miloch.Au cinéma comme dans la bande dessinée, la science fiction fait très souvent irruption dans notre quotidien, en l'occurrence par une météorologie chroniquement insolite que les médias tentent de camoufler par des bulletins météo rassurants. A ces subterfuges médiatiques, répond la préoccupation de plusieurs députés du parlement européen. Ces sommités impartiales ont suffisamment pris conscience de la réalité de ces phénomènes climatiques bizarres, pour aller jusqu'à soupçonner l'armée américaine de se livrer à des expériences sur la haute atmosphère, notamment au moyen de puissants émetteurs de radio dont les ondes ultra courtes modifieraient la texture.


De tels phénomènes seraient le résultat d'un projet scientifique dénommé HAARP, acronyme de : HIGHT, ATMOSPHERE, AURORAL, RESARCH PROJECT. Ce qui, dans la version officielle du programme, signifie recherches dans le domaine des hautes fréquences appliquées aux aurores boréales. Un expert en énergie : Gratan Healy, conseiller auprès des parlementaires, rassemble pour l'instant les pièces accusatoires, pour instruire l'enquête sur cet obscur projet scientifique.Le rapport du GRIP de Luc Manpaey est remarquable à ce propos, car il expose fort exhaustivement, les résultats de toutes les recherches et enquêtes, concernant le programme HAARP. Ce programme d'investigations, visant à mettre en cause une grande puissance, est orchestré par Magda Hoalvoet, une euro députée belge, présidente du groupe des verts.
Elle oeuvre afin que le parlement européen fasse pression, via l'OTAN, sur les Etats-Unis, et qu'ils répondent enfin à toutes les questions relatives au projet HAARP. Par ailleurs, d'autres scientifiques, chercheurs, journalistes et militants écologistes, jouent aux détectives avec l'armée américaine dans l'espoir de découvrir le véritable aspect du projet HAARP, présenté comme un inoffensif programme de recherches par l'US Air Force et la Navy.
Aux États-Unis, le projet HAARP ne fait pas l'unanimité. Des citoyens américains s'insurgent contre l'utilisation d'un tel procédé "scientifique". C'est le cas du Docteur Rosalie Bertell, personnalité scientifique de haut niveau. Sous l'administration Reagan, elle avait été désignée pour étudier les effets du projet d'armement "STAR WAR". Elle est actuellement consultante pour le parlement européen qui enquête sur la véritable nature du projet HAARP.

En 1995, un livre dénonçant le projet HAARP, publié aux USA, à plus de 25.000 exemplaires, a fait sensation. Il s'agit de l'ouvrage "Angels dont'play this HAARP", co-rédigé par deux auteurs, le Docteur Nick Begich, écologiste, et Jeanne Manning, spécialiste des énergies, dites "non conventionnelles'.Ce livre est heureusement traduit en français au Québec, mais le problème HAARP continue d'être inconnu du grand public.
Aux Etats-Unis, l'existence du HAARP a été révélé au public par de nombreux articles dans les journaux, ainsi que par des émissions de télévision.
Depuis, une longue cohorte d'opposants manifestent leur désapprobation face au projet. Parmi ces opposants, deux scientifiques ont apporté leurs précieuses connaissances à la rédaction des ouvrages consacrés au HAARP. Il s'agit du chimiste Richard William et du Professeur Zielinsky, Physicien allemand, spécialiste de l'électronique quantique. Or on sait aujourd'hui que toute l'efficacité du dispositif HAARP réside dans l'utilisation de cette électronique d'avant garde. Selon ces spécialistes, les énormes puissances d'émissions en provenance de la station de Gakona pourraient influencer la météorologie de n'importe quel pays et y provoquer des effets bénéfiques ou catastrophiques. Complément terrestre du projet STAR WAR (guerre des étoiles) que le nouveau Président BUSH a remis à l'ordre du jour, le projet HAARP serait en réalité, de par la nature spéciale de son signal d'émission, l'arme ultime des Etats-Unis !




LA GUERRE DES ONDES

scanner les entrailles de la terre à la recherche de bases secrètes,
d'interrompre toute forme de communication hertzienne,
d'influencer les comportements humains,
de modifier la météorologie,
de griller les avions dans le ciel comme le ferait un vulgaire four à micro-ondes de votre potage,
de provoquer des tremblements de terre
ou des explosions aussi puissantes qu'une bombe atomique.


Derrière ce projet HAARP se cacherait donc une arme terrifiante, car, selon la bande de fréquence utilisée, très haute ou très basse, le système aurait la possibilité de provoquer à distance des effets particuliers sur l'environnement tels que :*scanner les entrailles de la terre, interrompre toute forme de communication hertzienne (guerre du Golfe en 1991),
*influencer les comportements humains (Guerre du Golfe, Afganistan),
*modifier le climat, désintégrer tout engin volant dans l'atmosphère (STAR WAR), *provoquer des tremblements de terre, des orages dévastateurs, des explosions puissantes en altitude (guerre du Golfe).

A l'origine de ce projet HAARP, se trouve le père fondateur du système Bernard Eastlund, Physicien au Massachussets Institute Of Technology. Les recherches de Bernard Eastlund se sont inspirées des travaux de Nicolas Tesla, savant croate du début du siècle à qui l'on doit les découvertes sur l'énergie ionosphériques. Auteur de nombreuses découvertes scientifiques comme le courant alternatif, prix Nobel de la science, Tesla avait entre autre mis au point un procédé permettant de transporter d'importantes quantités d'énergie électrique sans câbles, sur de grandes distances, en se servant de l'ionosphère comme support. Tesla n'imaginait pas à son époque à quoi allait un jour servir son invention.Quelques décennies plus tard, en améliorant le dispositif grâce à l'apport de l'électronique, Eastlund réussit à s'attribuer la paternité du projet. Le procédé HAARP était né...
Le brevet américain portant le numéro 4 686 605 lui a été remis le 11 août 1987. Entre 1986 et 1994, Bernard Eastlund déposa douze brevets, lesquels constituent la structure du projet HAARP et de ses technologies dérivées en matière d'armement. EASTLUND réussit à faire financer la réalisation de ses inventions par la compagnie ARCO, immédiatement séduite par les débouchés possibles auprès des militaires.
Depuis ce jour, toute la recherche dans le domaine de l'énergie électromagnétique à des fins médicales est bloquée. C'est donc un vaste domaine hautement prometteur de la science qui s'est vu monopolisé par des intérêts liés à l'armée américaine.



Aujourd'hui, notons que le propriétaire et exploitant de ces brevets n'est plus Eastlund, exclu pour d'obscures raisons, mais bien la société APTI ARCO, consortium pétrolier derrière lequel se profilent l'US Navy et l'US Air Force.Classé secret défense, le principe détaillé de HAARP n'est pas accessible, cependant, sur divers sites Internet américains des éléments d'informations sont consultables.
Par analogie, le HAARP est comparable à ces poupées gigognes dont l'enveloppe extérieure dissimule les autres. Ce qu'il en est officiellement connu se résumerait à bombarder l'atmosphère au moyen d'un faisceau de micros ondes radioélectriques modulées. Ce, dans le but de procéder à des mesures scientifiques sur le mouvement des particules de vent solaire dans la magnétosphère de la terre.

Les militaires ont une autre version

Ils prétendent en effet que la puissance de l'émission est telle que cela provoque l'ionisation des hautes couches de l'atmosphère qui se transforment en miroir réflecteur. Cela leur permet de relayer l'émission incidente bien au delà de la courbure de la terre. Les militaires du Pentagone affirment que ce dispositif leur sert à communiquer avec des unités de la marine ou de l'aviation en mission lointaine.

Ce que les militaires ne disent pas



Par la mise en place de plusieurs nuages miroirs, il est tout à fait possible de reculer encore plus loin la portée des émissions au moyen d'avions militaires de type KC 135 qui larguent sur les nuages des substances chimiques.Ce procédé nommé Cloud Seading permet de modifier la texture de la vapeur d'eau qui, si elle devient réfléchissante, s'accompagne de fortes précipitations. L'écran réflecteur ainsi créé, va relayer les ondes de la station de Gakona qui vont "arroser" la zone déterminée d'une région. Un autre procédé consiste à réaliser un écran réflecteur par le largage de microfibres d'aluminium que les puissantes émissions du HAARP maintiendront en altitude. (voir TOP SECRET n°5)
Naturellement, les effets produits sur l'environnement seront relatifs aux fréquences utilisées. Le choix des fréquences étant vaste, les effets peuvent être multiples. En principe, le procédé doit s'en tenir à des besoins en matière de communication. Cependant, vu le passif de l'US Air Force et de la CIA en matière d'expérimentations, malgré toutes les versions officielles des uns et des autres, il se profile au-delà de tous ces discours, un autre domaine d'application du HAARP, plutôt inquiétant : celui de l'arme "Psychotronique".

Dès 1952, le Docteur José Delgado, Professeur à l'Université de Yale, avait découvert que l'on pouvait affecter le comportement émotionnel d'un individu en le soumettant à certaines fréquences et types d'ondes. Les scientifiques, comme Delgado et le Docteur Robert Becker ont réussi à démontrer que deux ondes couplées, dont l'une est modulée en fréquence, génèrent des effets où la plupart des fonctions cérébrales profondes de l'être humain peuvent être manipulées à distance, avec des résultats "très tangibles".Certaines très basses fréquences aux alentours de 7 HZ peuvent en effet provoquer l'apparition dans le cerveau de substances neurochimiques qui génèrent un "vaste arsenal de réponses émotionnelles ou intellectuelles".




Tel est le discret programme de l'élite militaire US, consistant à utiliser une nouvelle génération d'armes psychotroniques dénommées "millimètre wave", procédé consistant à transmettre à distance un intense champ électromagnétique modulé de façon particulière à l'aide du système HAARP. Le but est de neutraliser des troupes adverses, ou de manipuler des populations à leur insu.On notera à ce propos l'étonnement de nombreux commentateurs qui se sont interrogés sur la résistance acharnée d'une petite ville comme Umm Qasr qui a tenu 15 jours face aux forces de la coalition tandis que les défenses de Bagdad s'éffondraient au bout de quelques heures.
Autre exemple, en arrivant en Afghanistan, les volontaires étrangers étaient bien décidés au sacrifice ultime pour défendre le régime taliban. Or la majorité de ces hommes se sont finalement rendus sans combattre. L'étrange révolte des prisonniers étrangers de la forteresse de Qalae-Jangi, qui pourrait aller à l'encontre de cette thèse, pose au contraire bien des interrogations aux observateurs. En effet, comment expliquer le farouche élan suicidaire de ces centaines d'hommes qui s'étaient pourtant rendus la veille à Kunduz.
On sait, grâce aux travaux de Blackman et de Ross Adey que des ondes pulsées provoquent des variations de la tension artérielle, et modifient les flux d'ions de calcium, potassium et sodium. Ces flux, en traversant la membrane cellulaire, génèrent des signaux micro électriques qui se propagent dans le système nerveux, et informe le cerveau de ce qui se passe autour de nous. Ainsi informé, le cerveau déclenchera à son tour une action sur un muscle, une décision, une émotion, ou une maladie.De plus, ces ondes pulsées modifient le PH Sanguin et affaiblissent le système immunitaire humain.
Depuis 1964, les militaires s'intéressent de près à l'utilisation de ces ondes. C'est à cette époque que les scientifiques Ross Adey et Bawin ont découvert qu'une fréquence de 450 MHZ modulée à 16 HZ en fréquence de récurrence (nombre de fois par seconde) altérait la chimie du cerveau chez les poulets et les chats. Appliquée à l'ensemble des mammifères, il était évident pour l'armée que l'utilisation de ces ondes, pouvait être une arme terriblement efficace.




Les armes neutroniques



Les armes neutroniques se classent en 3 catégories : armes létales (mortelles) à rayonnement électromagnétique ; armes non létales de neutralisation temporaire, utilisables lors de manifestations violentes ; arme d'autosuggestion mentale ou de manipulation du comportement.

Les stratèges du Pentagone sont résolument favorables à l'utilisation de tels procédés. Pour preuve, on peut lire dans une revue à circulation interne (The revolution in military Affairs - Strategy Studies Instituts - Us Army War College), laquelle n'est pas censée tomber dans le domaine public : "Nos valeurs changent et la technologie s'ouvre sur de nouveaux horizons. Il y a peu, pendant la guerre froide, les opération psychologiques et l'armement psychologique étaient encore primitifs. Alors que nous entrons de plein pied dans l'ère de l'électronique et de la bioélectronique, il devient nécessaire de réévaluer les barrières morales et éthiques que nous avons posées en interdisant toute technologie pouvant manipuler l'esprit de nos ennemis, tant à l'intérieur du pays qu'à un niveau international... Dès que cela sera possible, nous encouragerons des entreprises privées ou semi privées à développer une technologie appropriée. Nous pouvons agir de même avec les nouveaux types d'armements comme les armes biologiques incapacitantes et les armes psycho technologiques avancées..!"


La réalité dépasse parfois les meilleurs films de science fiction
Depuis leurs bases implantées en divers lieux de la planète, Russes et Américains utilisent conjointement la technologie du HAARP. Ces deux grandes puissances, antagonistes en apparence, se sont toujours échangées le résultat de leurs recherches scientifiques sensibles.Toutefois, seuls les USA donnent des informations sur l'aspect du programme HAARP, dont le site le plus connu est celui de Gakona, situé en Alaska. Vaste installation qui s'étend sur plusieurs hectares, le choix du site de Gakona répond à plusieurs critères : surface d'implantation disponible non restreinte ; espace éloigné des zones habitées à forte densité démographique ; zone d'implantation relativement plane ; impact environnemental minime ; coût de construction et de maintenance diminués.

Descriptif des installations de Gakona
Selon le site officiel militaire, l'installation comporte 48 antennes dipôle d'une vingtaine de mètres de hauteur, reliées chacune à un émetteur de puissance. Elles sont alignées sur une zone plane et rectangulaire. L'installation devrait atteindre la puissance de 4,6 mégawatts à sa deuxième phase selon un programme établi en 3 phases. Cependant une énergie à certaines fréquences peut-être amplifiée jusqu'à mille fois, lorsqu'elle atteint les parties supérieures de l'ionosphère, par des processus naturels... Ce qui donnerait à ce moment une puissance en terawatts... Ce qui pourrait se passer avec un tel niveau de puissance pourrait en résulter une catastrophe pour l'environnement.Certains analystes prétendent que le HAARP n'a rien de secret, puisque tous les renseignements le concernant circulent sur le Web. Toutes les histoires de science fiction qui circulent à propos des émissions HAARP ne seraient donc que balivernes.
Cependant, c'est un point de vue que ne partage pas le GRIP de Bruxelles. Les défenseurs du HAARP avancent que le site de Gakona, situé près du cercle polaire, ne peut pas provoquer les dommages qu'on lui impute partout sur la planète. Ils avancent même, à juste raison, que le site d'émission n'a vraiment rien d'une base militaire, car l'on y constate une totale absence de dispositif de sécurité, absence de clôtures, de gardes armés, de chiens.

De fait, n'importe qui peut pénétrer dans la zone des antennes. En somme, rien qui ne ressemble à un complexe militaire secret comme la célèbre zone 51 dans l'Etat du Nevada. Au premier abord, tout cela parait bien transparent. Et si tout cela n'était qu'un leurre, une façade scientifique publique destinée à dissimuler le véritable aspect du HAARP. La base de Gakona a été le lieu de naissance du HAARP, là, son dispositif a été mis au point.De nos jours, elle est devenue une vitrine de démonstration technologique, et depuis, les différents sites d'émission sont répartis sur les territoires russe et américain. Par ailleurs, le système d'émission HAARP peut être également transporté sur un camion ou embarqué sur un gros avion militaire.
Subtile stratégie ou absence totale de secret ?
L'opération "portes ouvertes" de Gakona ne prouve rien, car elle ne dévoile pas l'utilisation de la physique quantique. Celle-ci modifie de manière conséquente les propriétés du signal d'émission HAARP. Le principe quantique bouleverse totalement les lois de la physique traditionnelle, laquelle limite notre perception des dimensions spatiales et temporelles. De nos jours, il est communément admis que la vitesse de la lumière est de 300.000 kilomètres par seconde. Pour échapper à cette limite, il faudrait pouvoir accélérer un corps à une vitesse supérieure, ce qui est actuellement impossible avec les lois de la physique traditionnelle. En théorie, il est communément admis que si un corps était soumis à une vitesse supérieure à celle de la lumière, il quitterait impérativement notre continuum espace temps. Il est donc impossible d'accélérer un corps comme cela. Mais si, sans déplacer physiquement ce corps, on le soumet à des micro ondes radioélectriques de forte puissance, celles-ci vont agiter ses molécules à de très grandes vitesses comme dans un four à micro ondes domestique. Ces très courtes longueurs d'ondes, et ce haut niveau de puissance haute fréquence permettraient alors de faire tourner les champs de Tachyons, de Quanta ou de particules électromagnétiques autour de ce corps, à une vitesse supérieure à celle de la lumière, ce qui produirait le même effet que si l'on dépassait cette vitesse ! Cette technologie d'avant garde est déjà utilisée dans les micro circuits des ordinateurs à grande vitesse de calcul. Là réside le secret de HAARP.




HISTOIRE DU HAARP

L'ex URSS et les Etats-Unis se sont intéressés à l'atmosphère dès les années 50. Les scientifiques de ces deux puissances s'étaient rendus compte que de puissantes émissions d'ondes ionisantes pouvaient changer le climat. Au milieu des années 70, des ingénieurs soviétiques ont essayé de manipuler l'ionosphère.Peu après que les scientifiques eurent mis en marche leurs gros émetteurs, le Jet Stream se mit à faire des détours importants. Cela permit à la population de l'Alaska de se prélasser dans un hiver exceptionnellement chaud. Pour la première fois, la neige tomba à Miami et aux Bahamas, pratiquement au niveau de l'équateur. Cette expérience permit à l'URSS d'avoir un hiver exceptionnellement doux...
Provoquer un type de temps dans une région ou un pays ne serait possible qu'en diminuant son potentiel dans un autre endroit.



En 1973, le Honduras accusa les Etats-Unis de voler sa pluie et de provoquer une grande sécheresse en détournant artificiellement l'ouragan Fifi pour sauver l'industrie touristique de la Floride. Cet ouragan a causé les plus grands dégâts jamais vus dans l'histoire du Honduras. Le Salvador subissant le fléau de la sécheresse a porté des accusations similaires contre les Etats-Unis. De même le JAPON a prétendu qu'on lui avait volé le peu de pluie nécessaire à toute vie, en déclenchant le typhon à Guam. La Rhodésie ainsi qu'Israël furent accusés par les nations voisines de leur voler la pluie. Le journaliste américain Lowel Ponte cite dans "The Cooling" les propos que lui auraient confiés des fonctionnaires de l'armée. D'après ces confidences, des avions américains auraient mis fin à l'aridité de terres situées aux Philippines et aux Açores, tout en refusant, au gré de leurs intérêts, de remédier à la sécheresse de plusieurs pays de la zone du Sahel africain. Ponte décrit également le programme soviétique consistant à modifier de manière tangible les conditions atmosphériques au-dessus de leurs territoires afin d'augmenter leurs productions agricoles.
Selon une rumeur, l'énorme bouleversement météo de 1982/83 causé par El Nino, dans l'Océan Pacifique, aurait été provoqué par une action soviétique sur l'ionosphère. Curieusement, lorsque El Nino revint en 82/83, ses effets habituels n'étaient plus du tout les mêmes. Les alizés à l'équateur, qui soufflent d'Est en Ouest dans l'hémisphère Sud furent inexplicablement refoulés. Cela eut pour effet de retenir les courants d'eau chaude qui s'écoulent normalement vers l'Asie. L'eau se mit alors à refluer et à s'accumuler devant la côte ouest de l'Amérique du sud. Ce revirement aurait provoqué des pluies diluviennes au Pérou, de même que les tornades dans le sud de la Californie et le long de la côte est de l'Amérique du nord et de l'Alaska.En décembre 1974, Howard Benedict de l'Associated Press à Washington, rédigeait un rapport sur le thème de la guerre météorologique intitulé : The weather as a secret weapon ? (Le climat, une arme secrète ?). L'article de Benedict expliquait pourquoi les porte-paroles américains et russes avaient nié l'existence de telles armes. S'ils avaient dit "nous possédons des super armes météorologiques", il est facile d'imaginer la réaction des populations. La moindre anormalité du temps leur aurait fait dire : "c'est la guerre !"



Ne pas affoler les opinions des populations est une priorité. Et les médias sous contrôle des différents pays s'y emploient.En France, pays où la chape de plomb sur les phénomènes climatiques est totale, seul un auteur, Jean Marc Filterman, a rédigé un ouvrage sur la guerre climatique : "Les armes de l'ombre" aux Éditions Carnot.
Un journaliste, Jean Moïse Braitberg du magazine VSD a eu le courage d'écrire :
"Les services secrets fantasment. Tempêtes de décembre 99, phénomène naturel ou attaque terroriste ?"
Ce journaliste a enquêté auprès de divers services spéciaux et militaires américains à ce sujet. Il révèle que dès 1970, Zbigniew Brzezinski, alors Directeur de la sécurité nationale du Président Carter, publiait un livre : "Betwen two ages", sur la possibilité de contrôler le climat.
Dans cet ouvrage, ce directeur de la NSA a tout simplement dévoilé le programme militaire de la nouvelle guerre secrète, une guerre invisible totale, destinée à ruiner les différents secteurs de production des pays concurrents des USA. "Les techniques de la modification du climat pourraient être utilisées pour produire des périodes prolongées de sécheresse ou d'orage". Quiet weapon for bilent war ! Telle serait la très discrète stratégie des Etats-Unis dévoilée par un haut fonctionnaire du Pentagone.



Réaction de l'Europe

Depuis octobre 1998, le GRIP à Bruxelles dispose d'un observatoire appelé Forces Armées et Environnement qui a pour objectif d'étudier l'impact des activités militaires sur l'environnement politique, économique, juridique, scientifique et éthique. Le GRIP considère que le projet HAARP, en raison de son impact général sur l'environnement, est un problème d'une portée mondiale, et demande que ses implications juridiques, écologiques et éthiques soient examinées par un organisme international indépendant. Cet organisme déplore que le gouvernement des Etats-Unis ait à maintes reprises refusé d'envoyer un représentant pour apporter un témoignage sur les risques que comporte pour l'environnement et la population, le projet HAARP, et demande que soit établi un accord international visant à interdire à l'échelle mondiale tout développement et déploiement d'armes qui pourraient ouvrir la porte à toute forme de manipulation de l'homme.
Malheureusement, pour l'instant, aucune force n'est en mesure de contrer la montée en puissance de l'Amérique dans la réalisation de son plan de domination mondiale.



L'autre menace

Le signal HAARP a été étudié par un radio-amateur californien de San Jose, Mr Smith. Sa station de réception munie d'un analyseur de spectre est située à environ 5000 railles de l'émetteur de Gakona.En observation nocturne du signal, Mr Smith a relevé que la porteuse du signal était de 3,39 MHZ, et d'une durée de 6,25 secondes terminée régulièrement par une amplitude en fréquence 0,9 à 10 Mhz. Le signal d'émission est espacé ensuite par une pause de 15 à 30 secondes.
Un dispositif spécial est nécessaire pour entendre le signal du HAARP dont le bruit est semblable à celui d'un chalumeau à souder, très proche du bruit de souffle de récepteur. {Note de Nenki: ce signal HF est réservé (au Canada en tout cas) au signaux horaires du Conseil National de Recherche. Toute la bande HF (3 MHz jusqu'à 29.9 MHz) est subdivisé pour ce Conseil et la radio amateur par le CRTC. Un ami possède la liste officielle complète des attributions des radio-fréquences Canadiennes issue d'Industrie Canada (VLF jusqu'aux EHF). Aux Zétas, ils utilisent peut-être cette fréquence pour jouer on sait quoi, mais reste que 3,39 MHz c'est du HF au dessus de notre capacité d'audition.
Autre chose, si cette musique de 3,39 MHz est jouée avec assez d'amplitude et dépasse la frontière jusqu'à chez nous, au Canada, on peut conclure 100% que le fédéral est au courant par le CRTC qui surveille et régularise l'utilisation des radio-fréquences sur le territoire car c'est en plein dans la bande de fréquences utilisée pour les signaux horaires du Conseil National de Recherche.}
Il doit être détecté, filtré sur-amplifié et restitué au moyen d'un haut parleur, type canon de basses, tel que ceux utilisés dans la chaîne de restitution sonore du cinéma THX.
Le résultat fait penser au bruit de fond de l'Océan, auquel viendrait s'ajouter une sensation de tremblement de terre. Les scientifiques officiels affirment que la capacité d'émission du réseau HAARP dans la bande ELF est onze millions de fois plus faible que le bruit de fond naturel atmosphérique.
Ces brillantes sommités cartésiennes devraient s'interroger sur le but que poursuivent dans ce cas les opérateurs du programme HAARP. Pourquoi investiraient-ils un budget de 200 Millions de dollars ?
La magnétite que recèle le cerveau de l'être humain, de même que le fer contenu dans son organisme vibre aux moindres modifications du champ magnétique terrestre, ou électromagnétique généré par les lignes de transports électriques et les émissions radio de toute sorte. L'être humain, même à l'état inconscient, est sensible au signal infime du HAARP dont les émissions se succèdent régulièrement. Le radio amateur Smith prétend avoir capté un essai secret du HAARP le samedi 17 février 2001.
A 3 heures du matin, la fréquence normale de HAARP était de 3,39 Mhz. Vers 4 heures du matin, le contrôle à l'analyseur de spectre a révélé un changement de synchronisation d'impulsion et d'espacement d'inter impulsion. A 4 H 39, la puissance du signal s'est soudainement élevée. A 6 H 45, l'émission s'est interrompue pour reprendre vers 10 heures du matin à pleine puissance, à 350 Megawatts. A quoi jouent les militaires ?
Des chercheurs indépendants estiment que le signal HAARP agit en 2 temps. Une première salve de fréquence préchaufferait l'ionosphère lors de cette opération, les ions des atomes azote et ozone seraient excités. Viendrait ensuite l'impulsion de fin, comprise entre 0,9 HZ et 10 HZ qui emballerait ces ions dans toutes les directions.
Des scientifiques américains ont observé que, lorsque le HAARP a chauffé un site ionosphérique, le miroir de plasma obtenu se transforme, non seulement en réflecteur, mais aussi en transducteur doubleur de fréquence. L'azote ionisé ainsi semble avoir la propriété de transformer une fréquence d'émission de 435 Mhz en une fréquence secondaire de 1080 Mhz. Un physicien nucléaire a observé que la fréquence de 1080 Mhz est approximativement de 2,7 fois celle de 435 Mhz. Or. 2,7 est la proportion de l'azote dans l'atmosphère. Le risque serait que des sujets biologiques, exposés à des fréquences de 1080 ou 435 MHZ, souffriraient d'un empoisonnement à l'azote, assorti d'une destruction chronique des gaines de Myéline qui protègent les nerfs du cerveau.
Une autre particularité de ces fréquences serait leurs propriétés d'agir sur la génétique de l'être humain. Car la fréquence de 1100 Mhz résonnerait avec l'ADN. Cette structure en forme de double spirale est la base moléculaire de toute vie biologique, et contient de L'azote comme ingrédient primaire. La fréquence de 450 Mhz serait également proche de celle de la conscience humaine et de notre réalité spatiale et temporelle.
Ces mystérieuses émissions HAARP auraient-elles vraiment ces inquiétantes propriétés ?
Si le programme HAARP dont les objectifs ne sont pas clairement connus pouvait : brouiller, modifier ou détruire l'ADN humain au moyen des fréquences appropriées, ou agir sur le niveau de conscience de l'humanité, afin de retarder ou d'accélérer son évolution, ce serait la pire des menaces à l'encontre de la civilisation humaine.
Les USA détiendraient alors l'arme suprême de domination mondiale. Les peuples de toute la planète seraient soumis au contrôle d'une élite possédant un savoir technologique fantastique.
Le " MIND CONTROL " qui s'affirme insidieusement ne semble guère être un thème qui relève de la science fiction. La fiction d'aujourd'hui s'est souvent avérée être la réalité de demain.

Mickaël GOLAN



_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Technologie HAARP et contrôle mental - arme ultime des Etats Unis

Message par Archange le Jeu 4 Oct - 16:03

----------------------------------------------------------------------------


ANALYSE DU SYSTÈME

La grande aventure de HAARP débute avec le savant croate Nicolas Tesla. Lorsque ce fondateur de l'électricité moderne fait au début du 20ème siècle une découverte géniale : dans l'ionosphère de notre planète réside une énorme quantité d'énergie électrique.

L'atmosphère se comportant comme un diélectrique isolant, Tesla en a déduit que l'ensemble: ionosphère, air, terre constituait un gigantesque condensateur électrostatique naturel. Le principe basique du HAARP réside tout simplement là : capter cette énergie ionique pour la redistribuer d'une certaine manière.En modifiant la densité du diélectrique naturel de L'atmosphère terrestre, cela provoque une décharge électrique contrôlée. Cette opération rabat les charges électriques ionisées positives vers le sol négatif de la terre qui les attire. De nos jours, c'est ce que font discrètement les opérateurs américains du HAARP : transporter de grandes quantités d'électricité au moyen du véhicule des ondes radioélectriques. Ce processus est réalisé, en pointant un faisceau d'émission radio directif, de forte puissance, vers le bouclier ionosphérique. Celui-ci se met alors à résonner, tel un simple circuit accordé self et condensateur. Les atomes ionisés de la haute atmosphère se mettent à osciller puis s'emballent sur leur fréquence de résonance.


C'est alors que le site ionosphérique visé se transforme en plasma et devient réfléchissant tel un miroir. L'onde HAARP est ainsi renvoyée vers le sol, affectée de nouvelles propriétés. Les dipôles d'émission du champ d'antennes de Gakona sont assemblés en forme de croix.Ce procédé polariserait le signal d'émission HF de telle sorte qu'il se propagerait en spirale. C'est ce mouvement d'onde tournante qui "arracherait" les ions prisonniers de l'ionosphère.
Les charges électriques récoltées seraient alors transportées dans l'espace au moyen de l'électro-jet à haute densité de plasma. Ces vagues d'ondes électromagnétiques, animées d'une grande vélocité, présentent une trajectoire perpendiculaire aux lignes de champ magnétique de la terre en se déplaçant d'un pôle à un autre. Au cours de leur voyage dans la tropopause, elles provoqueraient crescendo, une cascade "d'effets climatiques".
Toutes ces explications vulgarisées à. propos du HAARP sont nécessaires pour comprendre comment les vagues d'électro-jet chargées d'énergie, auraient la faculté d'agir sur les anti-cyclones. Ces masses d'air froid chassées des pôles qui agissent sur le climat des régions tempérées.

PROPRIETES DES ARMES NEUTRONIQUESLes armes neutronique ont des ondes aux effets polyvalents. Elles pourraient neutraliser les missiles balistiques (programme SDI) ainsi que les systèmes électroniques et informatiques. Certaines de ces armes de l'ombre auraient, selon les recherches et expérimentations du Docteur Allen Frey, la capacité de provoquer des ruptures d'anévrisme ou des arrêts cardiaques. Cela avec de très grandes puissances d'émission, aux fréquences extrêmement basses. Le Docteur Rosaly Bertell affirme que les USA expérimentent à l'insu de tous et au mépris des conventions internationales, les effets de ces ondes depuis plus de 40 ans.Ainsi, de nombreux projets se sont succédés :



ARGUS, 1958
STARFISH, 1962
SOLAR POWER SATELLITE, 1968 à 1978
SHUTTLE EXPERIMENT, 1985
MIGHTY OAKS, 1986
DÉSERT STORM, 1991.
PRINCIPE QUANTIQUE DU HAARP


En physique quantique, les oscillations moléculaires modifient la gravité des particules et la densité des corps. Qu'il s'agisse de tout le spectre des ondes radioélectriques, du froid, du chaud, des objets, des humains et de leur perception biologique, tout est lié à la vitesse des électrons orbitant autour des noyaux composant les diverses molécules. Si un savant inventait un dispositif permettant de modifier à son gré la vitesse des particules qui gravitent autour des noyaux atomiques, constituant un objet par exemple, ce dernier pourrait changer de forme, traverser un mur, changer d'époque ou devenir invisible.Théorie aberrante du point de vue de la physique traditionnelle. Les scientifiques avant-gardistes admettent cependant que l'écoulement de temps dépend de la gravité ou de la puissance d'un champ magnétique. Un champ intense peut courber la lumière ou l'absorber, tels les trous noirs de la galaxie. Du coup, l'évaluation d'une distance est faussée, ainsi que le temps nécessaire pour franchir une distance. Cette théorie peut expliquer pourquoi une puissante émission d'un signal radioélectrique codé génère un champ magnétique, ou une onde de nature particulière, pouvant agir sur l'environnement, jusqu'à modifier le climat.




CATASTROPHES NATURELLES OU ATTAQUES MILITAIRES?

Dans la nuit des 25 et 27 Décembre 1999, deux tempêtes d'une violence exceptionnelle s'abattaient sur la France, alors que le pays s'apprêtait à célébrer le passage à l'An 2000. Ces tempêtes représentaient un phénomène météo très inhabituel.Les modélisations 3D réalisées par Météo France montrent à quel point la configuration météorologique avait l'efficacité d'une machine de guerre.
Rappelons que l'existence des armes climatiques a été implicitement reconnue dans un traité international de désarmement. Un traité international adopté en 1977 sous le nom de "convention ENMOD", interdit en effet expressément le développement d'armes "de nature à influencer le climat". Le fait que ce type d'armes soit mentionné dans cet accord indique que leur existence n'est pas de la science-fiction.
Ces tempêtes de décembre 1999 pourraient donc avoir été provoquées par une arme climatique, utilisée afin de sanctionner l'attitude récalcitrante de la France sur la mondialisation, les OGM, et le traité de l'AMI. (Le principe central de l'AMI est de créer tout un ensemble de droits nouveaux pour les multinationales, au détriment des états et des populations, et sans aucune obligation en contrepartie. Cet accord économique international a été négocié dans le plus grand secret depuis 1995 sous l'égide l'OCDE)



Ces " tempêtes" ont été suivies par un virage à 180 degrés de la politique du gouvernement de Lionel Jospin au sujet de la mondialisation et des OGM. La vérité est peut-être que le pays ayant été mis à genou par ces deux "tempêtes", la France a été vaincue et n'a pas eu d'autre solution qu'une discrète capitulation, à l'insu de la population qu'il était préférable de ne pas informer.Le naufrage du pétrolier Erika, le 12 décembre 1999 (soit quelques jours à peine avant les tempêtes), naufrage dont les médias n'ont pas assez souligné les circonstances douteuses, n'était-il pas une signature des événements calamiteux qui allaient frapper la France

quelques jours plus tard ? Le nom du navire Erika fait penser à un code symbolique d'identification : I AM ERIKA qui se prononce : AMERICA !Pour l'anecdote, un cyclone tropical baptisé ERIKA dévasta la Nouvelle Calédonie le 14 Mars 2003, entraînant des frais considérables pour la France. Rappelons qu'un mois auparavant, Dominique de Villepin avait demandé que se tienne, le 14 mars justement, une séance du Conseil de sécurité à l'ONU destinée à "évaluer la situation" sur l'Irak. Inutile de dire que cette séance n'eut jamais lieu, la guerre en Irak étant devenue inévitable à cette date.
De même, faut-il interpréter comme un avertissement le tremblement de terre survenu en France le 22 février 2003, et ressenti jusqu'en Allemagne, deux pays européens largement engagé contre la logique de guerre américaine.
Et que dire du violent tremblement de terre survenu en Chine aussitôt après une visite de Colin Powell venu chercher, en vain, le soutien du gouvernement chinois.
L'histoire contemporaine regorge de ces coïncidences...



HAARP, ARME DE L'APOCALYPSE ?


Le mot "harpe" apparaît 53 fois dans 50 versets sur l'ensemble des écritures.46 fois dans l'Ancien Testament et 7 fois dans le nouveau, dont 5 pour l'Apocalypse uniquement.

" Et j'entendis du ciel une voix, comme un bruit de grosses eaux, comme le bruit d'un grand tonnerre, et la voix que j'entendis était comme celle de joueurs de harpe jouant de leur harpe. "
(Apocalypse 14 : 2).

" Et je vis comme une mer de verre, mêlée de feu, et ceux qui avaient vaincu la bête, et son image, et le nombre de son nom, debout sur la mer de verre, ayant des harpes de Dieu. "(Apocalypse 15 : 2)

" (...) car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes " (EPH 6 : 12)
Cette prophétie bibliques concernant les puissances de l'air et les puissances d'égarement semblent curieusement désigner le projet HAARP.



***********************




Crashes d'avion totalement incompréhensibles même lorsque les boites noires sont récupérées, (TWA 800, Egypt' AIR) tornades " du siècle ", catastrophes " naturelles ", inondations ou sécheresses " du siècle ", activité OVNI, (vagues Belges), massacres du Rwanda, du Kosovo, expérimentation de contrôle de la pensée, tueries dans les écoles, constituent autant de scénarios sur lesquels on pourrait et devrait s'interroger. Le système prochainement mis en place, dont le nom est " IRI " pour Instrument de Recherche Ionosphérique, sera constitué d'un ensemble de 360 antennes, soit dix fois plus qu'actuellement. 200 millions de dollars, aux frais du contribuable américain et pour sa propre ruine à plus ou moins longue échéance, auront été investis dans le programme de recherche d'ici la fin de la décennie. Une argumentation en faveur du système HAARP allègue qu'il serait possible de protéger les hautes couches atmosphériques en empêchant la dégradation des trop fameuses couches d'ozone. Des simulations des effets du projet HAARP sont opérées en chambre close en laboratoire actuellement. L'arrogance des États-Unis d'autre part, en ce qui concerne ces recherches en vue de contrôler le monde et d'accélérer le processus de Globalisation mondiale est tout simplement stupéfiante. La symbolique des signes occultes imprimés sur le billet de 1 dollar est suffisamment éloquente quant aux visées finales depuis longtemps mises en place par les sociétés secrètes d'inspiration luciférienne. Ces nouvelles armes à énergie dirigée, et ce sur de longues distances sans dissipation ou divergence, seraient donc indétectables par leurs victimes. Tout comme pour les retombées radioactives d'expérimentation nucléaire, les frontières et les drapeaux n'existent pas dans l'ionosphère. Très curieusement, des sommités du monde scientifique comme James Van Hallen, découvreur de la ceinture de radiation qui entoure le globe justement baptisée Van Hallen, considèrent que les risques sont minimes et insignifiants à l'échelle cosmique puisque le seul fait de brancher un poste radio modifie l'état de l'ionosphère.


• Les systèmes générateurs d'ondes seraient susceptibles d'engendrer des erreurs de bits sur les ordinateurs qui ne sont pas blindés. • La couche atmosphérique supérieure terrestre pourrait subir des dommages majeurs à long terme ou même irréversibles et ce sur une amplitude mondiale. • Confusion , perturbation, scènes de folie, tueries de masse à première vue " incompréhensibles " et inattendues, spontanément générées au sein de la société… • Utilisation des médias pour en faire valoir le bien fondé; • Un nouveau système de toile géomagnétique permettrait donc de contrôler les deux hémisphères comme le ferait une araignée. • Humanité sous contrôle d'une élite possédant un savoir-faire technologique qui dépasse notre imaginaire. Les politiques permettant cette prise de contrôle sont déjà mise en place et opérationnelles; Dangers immédiats : L'énorme potentiel assuré par les ordinateurs de type CRAY ou EMASS permet officiellement de contrôler et d’assurer la non-prolifération de sites nucléaires à visée militaire. Contrairement à ce que l'on pense généralement, la conception et la constante amélioration de la puissance de ces super calculateurs n'est pas liée à la conquête spatiale, la recherche médicale ou scientifique mais à la NSA, l'agence de surveillance nationale américaine à ne pas confondre avec la NASA. De façon analogue les " entités alphabet " de type CIA, FBI, FEMA, DOD… sont tout autant impliquées dans la même logique de contrôle du citoyen du Nouvel Ordre Mondial en gestation. L'accouchement est pour bientôt, les premières douleurs se faisant sentir avec l'OMC, l'ONU, l'OTAN et autres entreprises de mise sous coupe des États. Le monde francophone devrait d'autant plus s'en inquiéter lorsque le logo " UN " s'affiche au gré de l'actualité internationale sur les véhicules des Nations Unies (United Nations) travaillant pour l'entente et la paix entre les nations.• de générer une imagerie tridimensionnelle… • de constituer un instrument de recherche pour les énergies fossiles • de zapper toute forme de communication radio sur une aire donnée tout en maintenant le fonctionnement du système de communication interne. • d'améliorer les moyens de commande, de contrôle et de communication militaires; d'un avion en vol d'intrusion en basse altitude. Un satellite espion ou " non référencé " pourrait être soumis au même régime. • de provoquer une surtension électronique dans les systèmes embarqués de guidage • de créer un bouclier thermique qui permettrait par exemple d'évaluer la composition des éléments constitutifs d'un missile balistique intercontinental, • de faire fondre la/les calotte(s) polaire(s) • de détecter des tremblements de terre ou de les provoquer…


Parmi d'autres fonctionnalités on peut citer celles qui permettent : - d'effectuer une exploration topographique, pour collecter des informations, ausculter et analyser le sous-sol afin de localiser des laboratoires et autres fabriques d'armes souterrains… - de modifier les chemins de migration de la faune sauvage. Les suicides de masse des baleines, cachalots et autres dauphins devraient nous faire réfléchir car ces phénomènes étaient inexistants par le passé; les tortues de mer qui meurent faute de pouvoir gagner une plage, des poissons tropicaux que l'on trouve dans les eaux froides du cercle arctique sont autant d'exemples alarmants. - de mettre à feu des munitions transportées par air par fusion des fusibles de protection des systèmes électroniques embarqués, de brouiller les systèmes de communication/navigation utilisés par les compagnies aériennes civiles ou militaires. - de modifier la météorologie au-dessus de zones prédéfinies en localisation et en étendue… inondations et sécheresses seraient ainsi donc programmables, de modifier les fréquences de l'air, d'affecter par radiation électromagnétique pulsée les fonctions cérébrales propres au processus de la pensée humaine, d'augmenter la température interne du corps pouvant ainsi provoquer des conflits psychologiques; des problèmes de santé, de provoquer par échauffement local, l'explosion de réservoirs d'automobiles… - de modifier, intercepter et contrôler la trajectoire de missiles ennemis bien avant qu'ils se profilent à l'horizon… - perturber sérieusement les systèmes de communications des satellites au point par exemple de plonger dans le silence une partie de la planète… Cette technologie, à caractère environnemental, permet dans le cadre d'applications purement militaires de : Des micro-ondes à pulsion rapide excitent les composants électroniques et provoquent leur destruction finale par fusion, tout ceci s'accomplissant à la vitesse de la lumière ; L'imagerie ainsi constituée est le reflet des ruptures d'homogénéité du sous-sol terrestre ou des profondeurs marines. Afin par exemple d'ausculter la surface terrestre, des antennes virtuelles générant des trains d'ondes gigantesques à fréquences extrêmement basses (Extremely Low Frequency (ELF)), enregistrent leurs réflexions pour les renvoyer à des laboratoires où des calculateurs les analysent.



Le potentiel disponible engendré par le système du projet HAARP est absolument fantastique et peu de citoyens du monde ont conscience de la révolution profonde qui va s'appliquer aux moyens de servitude dont va pouvoir disposer un jour ou l'autre une élite qui rêve d'un contrôle total de l'humanité. Les pôles d'intérêt que constituent la " Guerre des étoiles ", l'implication de " grands frères " extra-terrestres bienveillants dans les affaires des hommes ou la " Zone 51 ", deviennent des sujets de science-fiction comme dans la série culte " X Files " et sont ainsi décrédibilisés et s'assimilent à des mythes ou de l'intox planétaire. Le réveil sera terrible pour ceux qui n'auront pas connaissance de l'ensemble des Écritures et la séduction ne fera qu'amplifier l'efficacité du piège qui s'installe tout aussi rapidement qu'un autre dans notre environnement quotidien, c'est-à-dire Internet. Un filet ou une toile sont conçus pour piéger un être vivant. Ne nous y trompons pas !


(...)


Nikola Tesla, ce savant aussi génial que méconnu du grand public, contemporain de T. Edison, avait déjà inventé en 1891 un système de bobine capable de générer plusieurs millions de volts à haute fréquence à partir d'une simple prise électrique murale. Ses travaux concernaient déjà les communications globales, le transport d'énergie électrique sans fil, un système d'éclairage hautes fréquences, une bobine d'amplification électrique, … On lui doit le système de courant alternatif actuel. Il est à l'origine de 30 brevets sur la seule période s'étendant entre 1890 et 1921. Avant d'entrer d'avantage dans le vif du sujet, une référence doit être faite à propos de Nikola Tesla, un génial inventeur… L'un des premiers brevets concernant des systèmes de type radio émetteurs du projet HAARP avait pour projet un site de plus de 70 km de diamètre utilisant de grandes quantités d'énergie électrique fournies par les turbines de centrales fonctionnant au gaz naturel. Le système, tout en rendant obsolète le système de laser destructif à rayons X cher au président Reagan dans le cadre du programme anti-missile de la " guerre des étoiles ", du temps de la présidence de Ronald Reagan et abandonné depuis, permettrait de concevoir un bouclier de protection globale rendant inopérant tout système de navigation et de guidage de n'importe quel missile en vol et ce, sur n'importe quel point du globe. Au début des années 80, le principe mis en place était axé sur la recherche optimisée de réservoirs de gaz naturel dont le sous-sol est abondamment pourvu, pour les besoins énormes locaux dans un environnement difficile pour l'homme. L'un des buts serait de constituer une sorte " d'arc antenne " électrique permettant de provoquer une pluie de radiation électromagnétique sur une zone prédéterminée. Et surtout, le principal atout était d'avoir peu d'individus résidant sur les alentours qui, dans le cas d'expériences désastreuses, seraient isolés et dans l'impossibilité de se révolter. L'erreur fut de croire qu'ils demeureraient passifs et peu curieux. Mais dans ces contrées hostiles, les citoyens débordent d'activités sur le plan intellectuel pendant la nuit polaire. Les paraboles alliées à Internet en ont fait des citoyens surinformés, déjà vigilants de nature, prêts à s'investir et à donner l'alerte..; ce qu'ils firent avec succés.


• Coûts de construction et de maintenance diminués.• Impact environnemental minime. • Zone d'implantation relativement plane. • Espace éloigné des zones habitées à forte densité • Surface d'implantation disponible non restreinte Le choix de ce site obéit à plusieurs critères : Le système H.A.A.R.P. (Highfrequency Active Auroral Research Project), est à première vue un projet de recherche tout à fait inoffensif., composé de 36 antennes érigées en Alaska centrale, à 300 km à l'Est d'Anchorage (62 deg 23.5'N, 145 deg 8.8'W). Source : Telemoustique novembre 1997, Alain Gossens "Haarp" est donc le dernier chapitre en date de ces projets. Les Américains auraient même l'intention de développer un véritable réseau de stations similaires à travers le globe afin de créer de la sorte un bouclier modulable total. Ainsi, il existe d'autres complexes de recherches sur l'ionosphère comme à Puerto Rico, en Norvège à Tromsoe, au Pérou à Jicamarca, en Russie (près de Moscou) ou encore à Nizhny Novgorod, en Ukraine ou dans le Tadjikistan... L'utilisation des ondes et de leurs propriétés électromagnétiques est une arme terriblement efficace. Le Dr Rosalye Bertell affirme que les Américains expérimentent à l'insu de tous et surtout au mépris des conventions internationales ce genre d'armement depuis plus de quarante ans. Se sont succédé ainsi une serie de projets : "Argus" (1958), "Starfish" (1962), "Solar Power Satellite" (1968 et 1978), "Space Shuttle Experiments" (1985), "Mighty Oaks" (1986) ou "Desert Storm" (1991), qui avaient tous pour but de jouer avec l'ionosphère ou avec certaines ondes pour différentes raisons : rupture des communications de l'ennemi, armes à plasma, etc. Bouclier global


Ce type de technologie ne rebute absolument pas les stratèges du Pentagone, loin s'en faut. Pour preuve, on peut lire dans une revue à circulation interne (The revolution in military affairs - Stategic Studies Institute-US Army War College) qui n'est pas censée tomber entre des mains civiles la conception suivante: "Nos valeurs changent et la technologie s'ouvre sur de nouveaux horizons. Il y a peu, pendant la guerre froide, les opérations psychologiques et l'armement psychologique étaient encore primitifs. Alors que nous entrons de plain-pied dans l'ère de l'électronique et de la bioélectronique, il devient nécessaire de réévaluer les barrières morales et éthiques que nous avons posées en interdisant (toute technologie) pouvant manipuler l'esprit de nos ennemis tant à l'intérieur du pays qu'à un niveau international... Dès que cela sera possible, nous encouragerons des entreprises privées ou semi-privées à développer une technologie appropriée... Nous pouvons agir de même avec les nouveaux types d'armements comme les armes biologiques incapacitantes et les armes psycho-technologiques avancées..."Le Dr Nick Begich, coauteur de l'ouvrage Angels dont' play this Haarp, n'hésite pas à affirmer qu'un des buts du projet Haarp est de mettre sur pied une telle arme: "Il est douteux que les organisateurs du projet Haarp n'aient jamais discuté de ce type de recherches. Selon mes sources, tous ceux qui sont impliqués dans le projet sont en fait aux première étapes de développement de ce genre d'application". Des scientifiques comme Delgado ou encore le Dr Robert Becker ont réussi à démontrer que des ondes de types ELF identiques à celles utilisées par Haarp, couplées avec l'emploi de courant alternatif, génèrent des fréquences "où la plupart des fonctions cérébrales profondes de l'être humain peuvent être manipulées de l'éxtérieur avec des résultats très tangibles". Certaines ondes peuvent en effet provoquer l'apparition dans le cerveau de substances neurochimiques qui génèrent, nous explique le Dr Begich, "un vaste arsenal de réponses et de comportements émotionnels ou intellectuels tels que des sentiments de peur, de dépression, de désir, d'amour, etc." Mais il reste un domaine d'application, encore plus effrayant dont les militaires américains pourraient tirer parti grâce au projet "Haarp". Vu le passif de l'Air Force et surtout de la CIA en matière d'expérimentations chimiques et bactériologiques, il est concevable que les militaires n'aient pu résister à la tentation de faire de Haarp une arme polyvalente. On se souviendra en effet des terribles expériences secrètes réalisées sur de pauvres soldats conscrits qui consistaient à leur injecter d'énormes quantités de drogues pour modifier leur comportement. Ou encore les expériences pour influencer les activités cérébrales avec des ondes : dès 1952, le Dr Jose Delgado, professeur à Yale, avait découvert que l'on pouvait affecter le comportement émotionnel et la façon de penser d'un individu par l'utilisation de certaines fréquences et certaines ondes. Le but de cette arme est double: il permet, comme le fait une explosion nucléaire, d'empêcher toute forme de communication radio chez l'ennemi et a un effet redoutable en matière de guerre psychologique. On comprend mieux dans ce cas pourquoi des dizaines de milliers de soldats irakiens se sont rendus sans combattre. Autre application de la technologie "Haarp" : transmettre sans l'apport d'un câble électrique de fortes quantités d'énergie d'un point à l'autre. Utile, par exemple, pour ravitailler à distance les batteries électriques d'un sous-marin. Selon ces scientifiques, les militaires n'en sont qu'à la phase expérimentale de leurs travaux mais les résultats déjà enregistrés sont très prometteurs. Ainsi, grâce à l'injection de fortes quantités d'énergie dans l'ionosphère, on pourra influencer la météorologie pour provoquer des effets bénéfiques dans une région donnée... ou cauchemardesque dans une autre. Comment? Tout simplement en modifiant la circulation des vents en haute atmosphère là où ils entrent en interaction avec l'ionosphère. On pourra également provoquer la libération soudaine d'une énorme quantité d'énergie en imitant par exemple le flash provoqué par une explosion nucléaire à haute altitude. Un type d'action militaire qui ne relève en rien de la science-fiction puisqu'elle a déjà été utilisée sur le terrain en 1991 au cours de la guerre du Golfe et de l'opération "Desert Storm". Selon le périodique militaire officiel Defence News (n°19 du 13 avril 1992), les États-Unis avaient déployé sur le champ de bataille une arme à impulsion électromagnétique (EMP Weapon). Pensées contrôlées Sur la base des travaux et brevets d'Eastlund, d'autres scientifiques, chercheurs, journalistes et militants écologistes se sont engagés dans un véritable jeu de détective avec l'armée américaine afin de déterminer d'autres aspects non avoués par l'Air Force et la Navy du projet "Haarp". Parmi ceux-ci, le Dr Rosalie Bertell, une scientifique de haut niveau qui, naguère, avait été désignée comme expert par l'administration Reagan pour étudier les effets du projet d'armement "Star Wars". Elle est aujourd'hui consultante pour le Parlement européen sur "Haarp". Ou encore le Dr Nick Begich, un écologiste convaincu et Jeanne Manning, une journaliste indépendante qui s'est spécialisée dans les recherches sur les énergies dites "non conventionnelles" qui sont coauteurs d'un livre "anti-Haarp" au titre évocateur : "Angel dont' play this Haarp", qui a fait grand bruit outre-Atlantique et qui révèle, sur la base de données sérieuses, les applications occultes du projet. Le fruit de leur enquête a été corroboré par d'autres scientifiques comme le Pr Zielinski, un physicien allemand spécialisé dans l'électrodynamique quantique ou le chimiste américain Richard Williams. La liste des détracteurs scientifiques de Haarp est innombrable.Les buts occultes Selon des études de spécialistes américains en armement, on pourra également communiquer avec les sous-marins en plongée profonde situés dans des coins reculés des océans, détecter puis détruire tout missile ou avion, même furtif, s'engageant dans l'espace aérien américain. Le but ultime étant de générer un bouclier protecteur global capable de faire le tri entre les cibles ennemies, nucléaires ou conventionnelles, et de les "traiter" de la façon adéquate. Enfin "Haarp" a surtout pour but d'empêcher toutes les communications radio et satellites ennemies dans une zone précise. En plus, avec l'aboutissement de ce projet, les Américains pourront rendre leur propre système de communication quasiment inviolable. Voilà pour la version officielle.





Par ailleurs, grâce à l'antenne virtuelle constituée d'ondes ELF, on peut véritablement scanner la croûte terrestre à des profondeurs extrêmes pour en faire une sorte de radiographie. De la sorte, les militaires américains sont fiers d'affirmer que grâce à "Haarp", plus aucun pays ne pourra leur cacher l'implantation de bases secrètes souterraines abritant des armes nucléaires... Toute la technologie contenue dans le projet "Haarp" revient, grosso modo, à pointer vers l'ionosphère un faisceau d'ondes (comme le ferait un émetteur radio) à hautes fréquences (HF) afin de voir ce qui s'y passe. Le bombardement d'une zone donnée de l'ionosphère avec ces HF a pour effet de créer un énorme miroir virtuel qui agit comme une antenne. Cette "antenne" virtuelle réémettra des fréquences extrêmement basses (ELF : extremely low frequency) vers la terre. pour employer une image, outre l'effet d'antenne virtuelle ainsi déployée dans le ciel, on crée une sorte de four micro-ondes géant dans un territoire donné de l'ionosphère. Malheur aux avions et aux missiles qui passeraient dans le ciel à ce moment-là. selon la puissance des émetteurs, on pourrait tout aussi bien affoler les systèmes de guidages électroniques, radars et autres appareils radio de ces missiles et aéronefs que de les griller. Comment cela fonctionne-il?




Depuis le dépôt des brevets Eastlund, toute la recherche dans le domaine de l'énergie électromagnétique, par exemple à des fins médicales, est bloquée. C'est donc un vaste champ hautement prometteur de la science et de la médecine qui a été ainsi monopolisé par des intérêts liés à l'armée américaine. Un peu moins d'un siècle plus tard, Bernard Eastlund n'a fait qu'adapter les premiers travaux de Tesla dans le domaine de l'énergie électromagnétique. Et c'est ainsi que ce chercheur déposa douze brevets, entre 1987 et 1994, qui constituent l'ossature du projet "Haarp" et de ses technologies dérivées en matière d'armements. Le vrai propriétaire et exploitant de ces brevets n'est plus Eastlund (qui a fini par être éjecté du projet pour des raisons obscures) mais bien la société Apti-Arco, un consortium pétrolier derrière lequel se profilent la Navy, l'Air Force et le Department of Defense US. Haarp se fonde sur les recherches de Bernard Eastlund, qui s'est lui-même inspiré des travaux de Nikola Tesla, un scientifique croate, inventeur de génie du début du siècle, à qui l'on doit le courant alternatif (combattu par Edison favorable au courant continu) et le courant triphasé... Tesla mit notamment au point un procédé permettant de transférer de hautes quantités d'énergie électrique sans l'apport de câble sur une distance de 42 km et il consacra une bonne partie de ses recherches à "l'énergie ionosphérique" et aux phénomènes électromagnétiques. Ses travaux furent financés, canalisés, puis censurés pour des raisons financières par le banquier JP Morgan et la société Westinghouse. Officiellement, les scientifiques qui travaillent sur cet émetteur radio mégalomaniaque veulent étudier l'ionosphère. Officieusement, Haarp va tirer parti de l'ionosphère pour en faire une arme à énergie. L'ionosphère est cette couche située au-dessus de la stratosphère, constituée de particules ionisées hautement chargées en énergie et qui démarre à une altitude moyenne de 48 km pour se terminer à 600 km de notre surface terrestre. Cette couche à haute densité énergétique est vitale pour notre planète car elle joue un rôle fondamental de bouclier, au même titre que la couche d'ozone. Elle nous protège des dégagements nocifs du soleil. L'ionosphère "capture" entre autres choses les particules chargées électriquement et nées des "vents et tempêtes" solaires et galactiques. On sait par ailleurs que les recherches menées depuis un siècle par une serie de scientifiques ont mis en évidence le fait que ce "manteau énergétique" protégeant la terre pouvait, avec une technologie appropriée, devenir une arme stratégique de toute première importance. À quoi ça sert? À quoi ressemble Haarp sur le terrain ? Il s'agit d'une vaste installation qui s'étend sur plusieurs hectares, à Gakona, une petite localité au nord-est d'Anchorage en Alaska. Le coin n'est pas si perdu que cela puisque l'installation jouxte les immenses réserves gazières et pétrolières appartenant à la société Arco, par ailleurs propriétaire des brevets technologiques composant Haarp et "financier-écran" de ces équipements. En outre, Haarp est relié à l'un des ordinateurs les plus puissants de la planète à l'université d'Alaska dans le Butrovich building. Quant à son aspect physique, il s'agit somme toute d'un vaste périmètre plat et déboisé, planté de 48 antennes de 20 mètres de haut, reliées chacune à un émetteur d'un peu moins de 1 million de watts de puissance. A terme, le nombre d'antennes et la puissance des émetteurs sont appelés à se multiplier pour atteindre la puissance phénoménale de 1 milliard de watts émis par un réseau de 360 antennes. Les émetteurs sont alimentés en énergie par 6 turbines de 3.600 CV brûlant quelque 95 tonnes de diesel par jour. On notera ici que l'ensemble de l'installation est assez nocive pour l'environnement proche puisqu'elle émet plus de 7 tonnes de matières polluantes par jour. De prime abord, derrière ces initiales un peu ésotériques, se cache un projet de 30 millions de dollars de coût annuel que l'armée américaine présente comme d'innocente recherches sur l'ionosphère. Les promoteurs du projet n'épargnent ni leur énergie, ni leurs dollars en campagnes de relations publiques et en publicité pour rassurer l'opinion américaine. Néanmoins, il est difficile de croire qu'il ne s'agit pas d'un projet à des fins militaires lorsque l'on sait que les vrais bailleurs de fonds sont la Navy, l'Air Force et le Département de la Défense.




Les initiales HAARP signifient en anglais "High-frequency Active Auroral Research" (recherches dans le domaine des hautes fréquences appliquées aux aurores boréales). 30 millions de dollars Plusieurs scientifiques et experts en armement ainsi que des députés du Parlement européen se montrent préoccupés, c'est un euphémisme, par le développement de ce projet. C'est pourquoi un expert en énergie, Gratan Healy, conseiller auprès des parlementaires, rassemble pour l'instant les pièces accusatoires de ce projet de fin du monde. Magda Haalvoet, une euro-députée belge, chef de file du groupe des Verts au Parlement européen est en charge du dossier. C'est elle qui doit donner une suite officielle aux demandes d'éclaircissement des membres de son groupe et qui fera en sorte que le Parlement fasse pression, via l'Otan, pour que les États-Unis répondent à toutes questions utiles, Magda Haalvoet est inquiète. Elle affirme même que ce type d'armement ("non lethal weaponery"), outre les conséquences écologiques désastreuses qu'il implique, "peut mettre en danger les libertés individuelles et la démocratie". Rien de moins. Les Américains sont-ils en train de mettre au point un vaste système d'armement capable de scanner les entrailles de la terre à la recherche de bases secrètes, d'interrompre toute forme de communication hertzienne, d'influencer les comportements humains, de modifier la météorologie, de griller les avions dans le ciel comme le ferait un vulgaire four à micro-ondes de votre potage, de provoquer des tremblements de terre ou des explosions aussi puissantes qu'une bombe atomique? Avec le "Haarp", l'armée américaine serait en train de rééditer, sous une forme plus économique et plus dangereuse encore, son projet "Star Wars" ou Guerre des étoiles. A une différence près : il s'agit cette fois d'une installation terrestre. Successeur terrestre du projet Star Wars (Guerre des étoiles), le Haarp serait, par ses extraordinaires puissances et polyvalence, "l'arme ultime" des États-Unis.






http://www.revelationsweb.com/en/les-armes/224-le-projet-haarp-controle-du-mental-et-du-physique

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Technologie HAARP et contrôle mental - arme ultime des Etats Unis

Message par Archange le Jeu 4 Oct - 16:03

Le contrôle mental est une science en plein développement : ses applications sont extrêmement nombreuses, allant des utilisations militaires létales ou non létales, aux utilisations civiles utiles ou superflues.
Des travaux sont déjà très avancés, et sont parfois spectaculaires, grisants ou inquiétants ! Voici un aperçu non exhaustif de ces diverses possibilités…

I. Des armes militaire secrètes en phase de test :



Etats-Unis : Loi Publique 95-79 [P.L. 95-79] TITRE 50, CHAPITRE 32, SECTION 1520:


« Programme d’armes chimiques et biologiques » « L’utilisation de sujets humains sera permise pour le test d’agents chimiques et biologiques par le département de la défense étasunien, sous contrôle des comités du Congrès dans le respect des études et expérimentations. Le Secrétariat de la Défense pourra conduire des tests et des expérimentations pouvant inclure l’usage d’agents chimiques et biologiques sur des populations civiles [Y compris aux USA]« -SOURCE- Public Law 95-79, Title VIII, Sec. 808, July 30, 1977, 91 Stat. 334. In U.S. Statutes-at-Large, Vol. 91, page 334, you will find Public Law 95-79. Public Law 97-375, title II, Sec. 203(a)(1), Dec. 21, 1982, 96 Stat. 1882.
« Donnez-moi de l’argent et trois mois« , dit-elle, « et je serai capable d’affecter le comportement de 80% de la population de cette ville dans qu’ils s’en rendent compte » – Dr. Elizabeth Rauscher, directrice du Laboratoire Technique de Recherche de San Leandro (Californie – USA)


(...)



Mais la technologie a été développée un cran plus loin : Il a été démontré par le Dr Ross Adey que les micro-ondes peuvent être utilisées pour apporter directement des changements dans les affections électriques de différentes parties du cerveau. Ses expérimentations ont montré qu’il pouvait achever le même contrôle mental chez les animaux que le Docteur Delgado le fit dans l’incident du taureau. Alors que le Dr Delgado utilisait des implants dans ses animaux, le Dr Adey utilisa des procédés par micro-ondes sans préconditionnement. Il amena les animaux à se comporter comme des jouets électroniques.
Toutes ces expérimentations rappellent aussi le projet Haarp et le rayon de la mort de Tesla…



Face à ces dérives potentielles, une résolution européenne demande à ce qu’un traité international interdise les expérimentations pouvant affecter les populations civiles ainsi que la manipulation du cerveau humain: Mais quel sort sera donné à ces résolutions, seront-elles votées un jour ? Appliquées ?
De toutes façons, le secret-défense et la raison d’Etat permettent (trop) souvent de se passer des lois…
Bien entendu, dans d’autres domaines, le contrôle mental peut avoir des conséquences plus positives, notamment en matière de santé, même si dans ce domaine aussi les dangers ne sont pas absents (création d’une nouvelle race sur-humaine cybernétique par l’implantation de compléments nanotechnologiques)…


  

http://911nwo.info/2008/02/06/nwo-le-pire-et-le-meilleur-du-controle-mental/

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Technologie HAARP et contrôle mental - arme ultime des Etats Unis

Message par Archange le Jeu 4 Oct - 16:05

Un rapport Européen parle de HAARP et du contrôle mental



1999 Le RAPPORT sur l'environnement, la sécurité et la politique étrangère
Commission des affaires étrangères, de la sécurité et de la politique de défense
Rapporteur: Mme Maj Britt Theorin


"(...) 27. considère que le projet HAARP (High Frequency Active Auroral Research Project), en raison de son impact général sur l'environnement, pose des problèmes globaux et demande que ses implications juridiques, écologiques et éthiques soient examinées par un organe international indépendant avant la poursuite des travaux de recherche et la réalisation d'essais; déplore que le gouvernement des États-Unis ait à maintes reprises refusé d'envoyer un représentant pour apporter un témoignage sur les risques que comporte pour l'environnement et la population le projet HAARP financé actuellement en Alaska, durant l'audition publique ou à l'occasion d'une réunion subséquente de sa commission compétente;

28. demande à l'organe chargé de l'évaluation des choix scientifiques et technologiques (STOA) d'accepter d'examiner les preuves scientifiques et techniques fournies par tous les résultats existants de la recherche sur le programme HAARP aux fins d'évaluer la nature et l'ampleur exactes du danger que HAARP représente pour l'environnement local et global et pour la santé publique en général;

29. invite la Commission à examiner les incidences sur l'environnement et la santé publique du programme HAARP pour l'Antarctique, en coopération avec les gouvernements de Suède, de Finlande, de Norvège et de la Fédération de Russie, et à faire rapport au Parlement sur le résultat de ses investigations;

30. demande en particulier que soit établi un accord international visant à interdire au niveau global tout projet de recherche et de développement, tant militaire que civil, qui cherche à appliquer la connaissance des processus du fonctionnement du cerveau humain dans les domaines chimique, électrique, des ondes sonores ou autres au développement d'armes, ce qui pourrait ouvrir la porte à toute forme de manipulation de l'homme; un tel accord devrait également interdire toute possibilité d'utilisation réelle ou potentielle de tels systèmes"



http://www.alterinfo.net/Un-rapport-Europeen-parle-du-projet-HAARP-et-du-control-mental_a63991.html



********************




http://membres.multimania.fr/corruptn/10-29.htm





Contrôle de la pensée et micro-ondes



29A°) Résolution Européenne, un procès verbal compromettant:

Pour preuve que les risques existent, des Parlementaires Européens commencent depuis 1998, à se préoccuper des problèmes de la manipulation du comportement humain, ou plus exactement de l'esprit, par des micro-ondes, de la HF modulée ou des ELF et autres. Elles peuvent venir de systèmes de télécommunication ou de détection comme les radars. Les inquiétudes de ces parlementaires reposent sur les révélations de l'existence des recherches faites aussi bien par les services secrets, que par certaines unités militaires spécialisées américaines ou russes. Mais d'autres pays sont impliqués dans ces recherches secrètes. Un premier procès verbal sur une résolution européenne a été élaborée provisoirement. Seuls les quelques extraits qui nous intéressent seront présentés sur cette page. Les quelques articles présents, sont suffisants pour prouver à ceux qui auraient encore un doute, que des risques pour la santé existent. On est par contre encore moins conscient des possibilités qui peuvent aussi concerner le manipulation mentale ou de l'esprit, par de l'utilisation de certaines technologies utilisant des ondes radioélectriques ou ELF. On sait en effet dans les services technologiques des services secrets de la CIA notamment, qu'en utilisant des modulations spécifiques, on peut rendre des individus cancéreux, dépressifs, léthargiques, paranoïaques, irritables, violents, mais que l'on peut aussi provoquer leur mort discrètement par ces moyens. Cela fait longtemps que l'on sait que les ondes pulsées des systèmes radar sont capables d'endommager les systèmes immunitaires, de stresser, ou de modifier le comportement des individus. Je dispose d'ailleurs d'un document déclassifié dans ce domaine. Ce qui veut dire que les réseaux de téléphone portable, sont capables de provoquer les mêmes effets, puisqu'ils utilisent eux aussi des micro-ondes pulsées, puisqu'ils font appel à l'agilité de fréquence appelée aussi saut de fréquence. Même si plusieurs grands systèmes radioélectriques américains ont pour objectif les télécommunications, il n'en demeure pas moins qu'ils ont des effets biologiques sur le métabolisme, que nul ne peut nier. Ils peuvent être dévoyés de leur fonction initiale pour des applications militaires. Certains sont déjà mis en cause par des cabinets d'avocats américains et accusés de générer des troubles du comportement. Deux systèmes de communication militaire US basés au Mexique, ont dû être stoppés et redémontés à la suite des troubles qu'ils occasionnaient, et pour éviter un incident diplomatique et une interdiction d'utilisation des autres moyen sur le territoire.


R. considérant que la recherche militaire porte actuellement sur la manipulation de l'environnement à des fins militaires, et ce en dépit des conventions existantes; c'est le cas, par exemple, du système HAARP basé en Alaska,


--------------------------------------------------------------------------------

g) l'interaction entre l'ensemble des facteurs susmentionnés et le réchauffement de la planète, de même que l'impact de phénomènes climatiques de plus en plus extrêmes sur l'homme et l'environnement;


--------------------------------------------------------------------------------

8. demande à l'armée de mettre un terme aux activités qui contribuent à la détérioration de l'environnement et de la santé, et de prendre toute mesure qui s'impose afin de nettoyer et d'assainir les zones polluées;
S'agissant de l'affectation de ressources militaires à des fins environnementales,
9. considère que les ressources disponibles pour assainir et sauver l'environnement ravagé sont insuffisantes pour relever les défis écologiques globaux; demande en conséquence que les États membres s'engagent à affecter des ressources militaires à la protection de l'environnement par le biais de: ....


Le système HAARP est une installation radioélectrique située en Alaska qui a une puissance
d'émission de 4 millions de watts. Elle utiliserait la propagation troposphérique pour faire le tour de la planète. Cette installation doit permettre les communications à la suite d'un black out nucléaire notamment. Sa mise en service a déclenché une polémique avec l'OACI, car elle pouvait perturber les instruments de bord des avions de ligne en vol jusqu'à 500 ou mille kilomètres à la ronde, au point de générer des notes internes confidentielles chez les constructeurs. Des spécialistes soupçonnent aussi son utilisation à des fins de manipulation du comportement des individus ou du climat, ce qui est parfaitement possible par l'utilisation d'ELF dans le premier cas qui vont interférer avec le spectre cérébrale, et de fronts d'ondes stationnaires dans le deuxième cas.

Citation:
S'agissant des aspects juridiques des activités militaires
23. demande à l'Union européenne de faire en sorte que les nouvelles techniques d'armes dites non-létales et le développement de nouvelles stratégies d'armements soient également couverts et régis par des conventions internationales;
24. considère que le projet HAARP (High Frequency Active Auroral Research Project), en raison de son impact général sur l'environnement, est un problème d'une portée mondiale et demande que ses implications juridiques, écologiques et éthiques soient examinées par un organe international indépendant avant la poursuite des travaux de recherche et la réalisation d'essais; déplore que le gouvernement des États-Unis ait à maintes reprises refusé d'envoyer un représentant pour apporter un témoignage sur les risques que comporte pour
l'environnement et la population
le projet HAARP financé actuellement en Alaska, durant l'audition publique ou à l'occasion d'une réunion subséquente de sa commission compétente;
25. demande à l'organe chargé de l'évaluation des choix scientifiques et techniques (STOA) d'accepter d'examiner les preuves scientifiques et techniques fournies par tous les résultats existants de la recherche sur le programme HAARP aux fins d'évaluer la nature et l'ampleur exactes du danger que HAARP représente pour l'environnement local et mondial et pour la santé publique en général;
26. invite la Commission à examiner les incidences éventuelles sur l"environnement et la santé publique du programme HAARP pour l"Europe arctique et à lui faire rapport sur le résultat de ses investigations;
27. demande que soit établi un accord international visant à interdire à l'échelle mondiale tout développement et déploiement d"armes qui pourraient ouvrir la porte à toute forme de manipulation de l'homme;
28. demande au Conseil et à la Commission d'œuvrer à la conclusion de traités internationaux visant à protéger l'environnement contre des destructions inutiles en cas de conflit;
29. demande au Conseil et à la Commission de veiller à ce que les incidences environnementales des activités des forces armées en temps de paix soient également soumises à des normes internationales;
30. demande au Conseil de prendre une part active à la mise en oeuvre des propositions de la Commission de Canberra et de l'article VI du TNP;
31. invite le Conseil et les gouvernements britannique et français en particulier, à prendre la tête dans le contexte du TNP et de la conférence sur le désarmement en ce qui concerne la poursuite de négociations en vue d'une application intégrale des engagements pris quant à la réduction des armes nucléaires et à un désarmement aussi rapide que possible, de façon à atteindre un niveau où, provisoirement, le stock global des armes encore existantes ne constitue plus une menace pour l'intégrité et la durabilité de l'environnement mondial;
32. invite le Conseil, la Commission et les gouvernements des États membres à défendre la position adoptée dans la présente résolution à l'occasion de toutes les prochaines réunions des Nations unies placées sous les auspices du TNP ou en rapport avec celui-ci, et de la Conférence sur le désarmement;
33. invite le Conseil et la Commission, conformément à l'article J.7 du traité sur l'Union européenne, à lui faire rapport sur la position exprimée par l'Union concernant les points spécifiques contenus dans la présente résolution, au cours des prochaines réunions des Nations unies, de ses agences et de ses organes, en particulier celles de la commission préparatoire du TNP de 1999, de la conférence sur le désarmement et de tous les autres forums internationaux compétents;




34. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, aux gouvernements des États membres de l'Union européenne et aux Nations unies.




Ce que l'on entend par armes non létales, consistent en des dispositifs qui utilisent des ondes radios, qui sont modulées d'une façon spécifique, dans le but de neutraliser les individus, temporairement ou définitivement. Elles peuvent aussi servir à neutraliser les systèmes d'armes, comme les missiles balistiques et les systèmes électroniques. Ce que l'on oublie de dire en revanche dans tous les rapports officiels, c'est que ces armes peuvent aussi être létales, c'est à dire mortelle. Certaines utilisant les micro-ondes, ont la capacité de provoquer des ruptures d'anévrisme, des arrêts cardiaques (Recherches et expérimentations du Dr Allen Frey), de provoquer des pertes de mémoire comme une forme d'électronarcose, mais qui sera réalisée ici par des hyperfréquences. Certains de ces équipements ont été utilisés en temps de paix en Angleterre contre des pacifistes, notamment de Greenpeace (conférence de Los Alamos, voir le communiqué de presse pour le livre de Marc Filterman ), mais aussi dans le golfe, en Albanie et Yougoslovie.
Officiellement, deux escadrons américains sont répartis sur deux bases militaires US. Ils sont chargées de se livrer à des opérations offensives de la manipulation du comportement par l'utilisation d'émissions électromagnétiques pouvant intégrer des stimuli subliminaux, des schèmes morbides, ou des signaux spéciaux capables de provoquer des défaillances dans le métabolisme humain. Ces signaux peuvent provoquer des désordres physiologiques et psychologiques, comme des angoisses, des migraines et autres, la perturbation des réflexes ou l'impossibilité de faire un choix entre plusieurs solutions. Par ces techniques il est aussi possible de modifier le comportement pour fausser des élections et inciter les électeurs à voter plus pour un candidat, que pour un autre. Ces armes se divisent en trois catégories:
- arme létale (mortelle) à rayonnement électromagnétique,
- arme non létale de neutralisation temporaire, utilisables lors de manifestations violentes,
- arme d'autosuggestion mentale ou de manipulation du comportement.
Cette dernière catégorie a été déjà utilisée contre des populations civiles mais aussi des troupes
Cela fait dix ans que j'étudie tous ces procédés et que j'accumule des documents scientifiques et militaires dans ce domaine. Dans certains cas, des dirigeants politiques ont été visés par des méthodes non conventionnelles

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Technologie HAARP et contrôle mental - arme ultime des Etats Unis

Message par Archange le Jeu 4 Oct - 16:08

Une nouvelle étude indique un lien possible entre HAARP et le seisme au Japon



Des données récentes, publiées par Dimitar Ouzounov et ses collègues du Goddard Space Flight Center de la NASA, dans le Maryland, mettent en évidence certaines anomalies atmosphériques étranges au-dessus du Japon quelques jours avant le séisme et le tsunami qui ont frappé le 11 mars 2011. Selon les observations par satellite, un réchauffement rapide apparemment inexplicables de l'ionosphère au-dessus de l'épicentre a atteint son maximum trois jours seulement avant le tremblement de terre. Cela suggère que de l'énergie dirigée, émise par les émetteurs du High Frequency Active Auroral Research Program (HAARP), puisse être responsable de l'induction du séisme.

Signalée dans la publication Technology Review du Massachusetts Institute of Technology (MIT), la présentation des conclusions s’accompagne d'une théorie différente, appelée Couplage entre lithosphère, atmosphère et ionosphère, qui admet l'hypothèse que le réchauffement de l'ionosphère était peut-être dû à l'imminence du tremblement de terre, car la ligne de faille libère du radon radioactif. Cette théorie n'est bien sûr pas vraiment prouvée, mais est plutôt présentée comme une explication possible de la présence de la forte densité d’électrons et de l’émission de rayonnement infrarouge qui ont été observées.


Une autre explication de ce réchauffement étrange – et qui, après analyse, semble bien plus probable –, c'est que c’était la marque de l’énergie focalisée ayant servi à induire le séisme, et non l'inverse. De nombreux rapports crédibles et des observations scientifiques révèlent que la technique de HAARP est parfaitement utilisable comme arme scalaire, dans le sens où il peut émettre des explosions de fortes impulsions électromagnétiques capables de modifier les conditions météo ou de déclencher des ruptures de lignes de failles.



Non seulement HAARP à la capacité d’induire des séismes, mais il semble aussi avoir été utilisé contre le Japon


Un coup d'œil rapide sur les graphiques de données présentés dans le cadre de la recherche d’Ouzounov, montre la présence d’anneaux de chaleur presque parfaits au-dessus de l'épicentre du tremblement de terre. Si le radon émis par la ligne de faille était vraiment responsable de la formation de ces zones de chaleur, leur apparence serait plus que vraisemblablement irrégulière et éparpillée, plutôt que celle de cercles concentriques. Cette anomalie à elle seule détruit la théorie selon laquelle l’imminence du séisme a provoqué ces motifs de la chaleur.


Par ailleurs, les mesures du Magnétomètre à induction de HAARP, qui visualise le spectre de fréquence des signaux détectés dans le champ géomagnétique de la Terre, montrent qu’une fréquence ultra-basse (ULF) stable d'environ 2,5 Hertz a été émise les jours avant le séisme. Il se trouve que l’ULF de 2,5Hz correspond exactement à la fréquence de résonance produite par un tremblement de terre – et puisque aucun séisme n’est survenu dans les jours avant le tremblement de terre que le Magnétomètre à induction de HAARP a paru indiquer, la conclusion logique est que le signal a été émis pour l’induire.


Certains soutiendront que HAARP est incapable de produire de telles fréquences, en particulier au niveau de puissance que requerrait le déclenchement d’un énorme tremblement de terre comme le 9,0+ survenu au Japon. Mais le témoignage de divers gouvernements dit le contraire.


Le 28 avril 1997, à l'université de Géorgie de Athens, lors de la Conférence sur le terrorisme, les armes de destruction massive, et la stratégie zunienne, William S. Cohen, alors ministre à la Défense, a prononcé un important discours. Interrogé sur le terrorisme, Cohen avait ceci à dire dans le cadre de sa réponse à propos du type de moyens existant même à cette époque :
« D'autres se livrent même à un terrorisme de type écologique, grâce auquel ils peuvent à distance modifier le climat, déclencher des séismes, des éruptions volcaniques, en utilisant des ondes électromagnétiques. »


Cet aveu va à l’encontre des affirmations formulées par certains, selon qui aucune technique n’existerait, et qu'il est impossible de déclencher l'activité sismique grâce à l’énergie dirigée. Il est clair que ces moyens sont là depuis un moment, et l’idée qu’ils servent d’arme est tout sauf une théorie du complot sans fondement.


Ensuite, il y a la Résolution sur l'environnement, la sécurité et la politique étrangère [en français] de l’Union européenne, qui a été publié le 14 janvier 1999. Ce rapport, qui décrit différents types de menaces d'armes, contient une section intitulée « HAARP – Un système d'armement modifiant le climat. »


Ce document explique que HAARP « est conduit conjointement par l'armée de l'air et la marine de guerre de Zunie [et par l'Institut de géophysique de l'université d'Alaska à Fairbanks], » et que l'un de ses objectifs est de « réchauffer des parties de l'ionosphère au moyen d'ondes radio puissantes. » Il indique également les détails suivants :
« HAARP peut avoir de multiples applications. La manipulation des particularités électriques de l'atmosphère permet de contrôler des énergies gigantesques. Utilisée à des fins militaires contre un ennemi, cette technique peut avoir des conséquences terribles. HAARP permet d'envoyer à un endroit déterminé des millions de fois plus d'énergie que tout autre émetteur traditionnel. L'énergie peut aussi être dirigée contre un objectif mobile, notamment contre des missiles ennemis. »


Plus tard, les références à HAARP le décrivent comme « un sujet d’inquiétude mondiale, » et soulignent que la plupart des gens ne savent même pas qu’il existe. Évidemment, cela a été écrit il y a plus de dix ans – et pourtant rien n'a vraiment changé depuis, en dépit de plusieurs efforts visant à rendre HAARP plus transparent. Seulement, si HAARP aide vraiment à induire quelques-unes des catastrophes d’apparence naturelle qui se produisent dans le monde, il ne surprendra guère que ce dessein soit toujours gardé essentiellement secret.



Une nouvelle étude indique un lien possible entre HAARP et le seisme au Japon



Des données récentes, publiées par Dimitar Ouzounov et ses collègues du Goddard Space Flight Center de la NASA, dans le Maryland, mettent en évidence certaines anomalies atmosphériques étranges au-dessus du Japon quelques jours avant le séisme et le tsunami qui ont frappé le 11 mars 2011. Selon les observations par satellite, un réchauffement rapide apparemment inexplicables de l'ionosphère au-dessus de l'épicentre a atteint son maximum trois jours seulement avant le tremblement de terre. Cela suggère que de l'énergie dirigée, émise par les émetteurs du High Frequency Active Auroral Research Program (HAARP), puisse être responsable de l'induction du séisme.

Signalée dans la publication Technology Review du Massachusetts Institute of Technology (MIT), la présentation des conclusions s’accompagne d'une théorie différente, appelée Couplage entre lithosphère, atmosphère et ionosphère, qui admet l'hypothèse que le réchauffement de l'ionosphère était peut-être dû à l'imminence du tremblement de terre, car la ligne de faille libère du radon radioactif. Cette théorie n'est bien sûr pas vraiment prouvée, mais est plutôt présentée comme une explication possible de la présence de la forte densité d’électrons et de l’émission de rayonnement infrarouge qui ont été observées.


Une autre explication de ce réchauffement étrange – et qui, après analyse, semble bien plus probable –, c'est que c’était la marque de l’énergie focalisée ayant servi à induire le séisme, et non l'inverse. De nombreux rapports crédibles et des observations scientifiques révèlent que la technique de HAARP est parfaitement utilisable comme arme scalaire, dans le sens où il peut émettre des explosions de fortes impulsions électromagnétiques capables de modifier les conditions météo ou de déclencher des ruptures de lignes de failles.



Non seulement HAARP à la capacité d’induire des séismes, mais il semble aussi avoir été utilisé contre le Japon


Un coup d'œil rapide sur les graphiques de données présentés dans le cadre de la recherche d’Ouzounov, montre la présence d’anneaux de chaleur presque parfaits au-dessus de l'épicentre du tremblement de terre. Si le radon émis par la ligne de faille était vraiment responsable de la formation de ces zones de chaleur, leur apparence serait plus que vraisemblablement irrégulière et éparpillée, plutôt que celle de cercles concentriques. Cette anomalie à elle seule détruit la théorie selon laquelle l’imminence du séisme a provoqué ces motifs de la chaleur.


Par ailleurs, les mesures du Magnétomètre à induction de HAARP, qui visualise le spectre de fréquence des signaux détectés dans le champ géomagnétique de la Terre, montrent qu’une fréquence ultra-basse (ULF) stable d'environ 2,5 Hertz a été émise les jours avant le séisme. Il se trouve que l’ULF de 2,5Hz correspond exactement à la fréquence de résonance produite par un tremblement de terre – et puisque aucun séisme n’est survenu dans les jours avant le tremblement de terre que le Magnétomètre à induction de HAARP a paru indiquer, la conclusion logique est que le signal a été émis pour l’induire.


Certains soutiendront que HAARP est incapable de produire de telles fréquences, en particulier au niveau de puissance que requerrait le déclenchement d’un énorme tremblement de terre comme le 9,0+ survenu au Japon. Mais le témoignage de divers gouvernements dit le contraire.


Le 28 avril 1997, à l'université de Géorgie de Athens, lors de la Conférence sur le terrorisme, les armes de destruction massive, et la stratégie zunienne, William S. Cohen, alors ministre à la Défense, a prononcé un important discours. Interrogé sur le terrorisme, Cohen avait ceci à dire dans le cadre de sa réponse à propos du type de moyens existant même à cette époque :
« D'autres se livrent même à un terrorisme de type écologique, grâce auquel ils peuvent à distance modifier le climat, déclencher des séismes, des éruptions volcaniques, en utilisant des ondes électromagnétiques. »


Cet aveu va à l’encontre des affirmations formulées par certains, selon qui aucune technique n’existerait, et qu'il est impossible de déclencher l'activité sismique grâce à l’énergie dirigée. Il est clair que ces moyens sont là depuis un moment, et l’idée qu’ils servent d’arme est tout sauf une théorie du complot sans fondement.


Ensuite, il y a la Résolution sur l'environnement, la sécurité et la politique étrangère [en français] de l’Union européenne, qui a été publié le 14 janvier 1999. Ce rapport, qui décrit différents types de menaces d'armes, contient une section intitulée « HAARP – Un système d'armement modifiant le climat. »


Ce document explique que HAARP « est conduit conjointement par l'armée de l'air et la marine de guerre de Zunie [et par l'Institut de géophysique de l'université d'Alaska à Fairbanks], » et que l'un de ses objectifs est de « réchauffer des parties de l'ionosphère au moyen d'ondes radio puissantes. » Il indique également les détails suivants :
« HAARP peut avoir de multiples applications. La manipulation des particularités électriques de l'atmosphère permet de contrôler des énergies gigantesques. Utilisée à des fins militaires contre un ennemi, cette technique peut avoir des conséquences terribles. HAARP permet d'envoyer à un endroit déterminé des millions de fois plus d'énergie que tout autre émetteur traditionnel. L'énergie peut aussi être dirigée contre un objectif mobile, notamment contre des missiles ennemis. »


Plus tard, les références à HAARP le décrivent comme « un sujet d’inquiétude mondiale, » et soulignent que la plupart des gens ne savent même pas qu’il existe. Évidemment, cela a été écrit il y a plus de dix ans – et pourtant rien n'a vraiment changé depuis, en dépit de plusieurs efforts visant à rendre HAARP plus transparent. Seulement, si HAARP aide vraiment à induire quelques-unes des catastrophes d’apparence naturelle qui se produisent dans le monde, il ne surprendra guère que ce dessein soit toujours gardé essentiellement secret.


http://www.alterinfo.net/Une-nouvelle-etude-indique-un-lien-possible-entre-HAARP-et-le-seisme-au-Japon_a59824.html

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Technologie HAARP et contrôle mental - arme ultime des Etats Unis

Message par Archange le Jeu 4 Oct - 16:11

liens



rapport de 1999 du Parlement Européen sur HAARP :


http://www.syti.net/Documents/HAARP_ParlementUE.pdf


Liens entre le séisme au Japon et HAARP :


http://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/1105/1105.2841.pdf


Un rapport du GRIP (GROUPE DE RECHERCHE ET D’INFORMATION SUR LA PAIX ET LA SECURITE) :


http://www.grip.org/pub/rapports/rg98-5_haarp.pdf



Reportage iTélé en bas de cette page :



http://www.syti.net/ArmesClimatiques.html


_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Technologie HAARP et contrôle mental - arme ultime des Etats Unis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum