Les Stoiciens.

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Les Stoiciens.

Message par oursagora le Mer 24 Jan - 1:15

Rappel du premier message :



Zénon et son temps.



A l' origine de cette puissante école Stoicienne, dont l' histoire s' étend sur cinq siécles, et dont l' influence se prolonge jusqu' a nous, se situe une forte personnalité - celle de Zénon - aux prises avec son temps.



A) La Gréce aprés les conquétes d' Alexandre.



Comment se présentait cette époque ? La guerre du Péloponnése et les victoires de Philippe avaient profondément démoralisé la Gréce. Les foudroyantes conquétes d' Alexandre et la constitution de son Empire avaient enlevé aux Cités leur importance. Aprés sa mort soudaine, les luttes entre les Diadoques plongérent les esprits dans la détresse. Il est significatif de voir se développer a ce moment le Culte de Tyché, la Chance, le Hasard divinisé. Dans l' Univers élargi l' homme n' a plus ou se prendre, et l' au - dela ne lui offre que terreurs ; bien vaines apparaissent les réformes de la Cité proposées par Platon, par Aristote ; arbitraires et inutilement compliquées, leurs conceptions philosophiques. Ce qui a encore quelque écho dans les enseignements de l' Académie, c' est la Sagesse pratique que Xénocrate unit a ses spéculations ; c' est l' action morale de Polémon, orientée conformément a la nature ; ce sont les " Consolations " célébres qu' on rédige a la suite de Crantor, et qui pourtant n' apaisent pas les ames désemparées. La hautaine indifférence de Pyrrhon ne suffit pas non plus a donner une raison de vivre. Et si l' on admire l' attitude d' un Diogéne le Cynique ou d' un Stilpon, qui, insensibles aux artifices d' une culture raffinée, s' en tiennent a ce qu' exige la nature et trouvent en eux memes une richesse inaccessible aux coups du sort, cette admiration se transforme bien vite en scandale devant certains excés voulus ; et leur doctrine parait bien fruste aux esprits cultivés.



B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Les Stoiciens.

Message par oursagora le Lun 5 Fév - 23:13

La doctrine philosophique Stoicienne se divise en trois parties : la physique, la morale et la logique. Ces parties, Apollodore les appelle des " Lieux ", Chrysippe et Endromos des " Espéces ", d' autres des " Genres." Aucune partie n' est séparée des autres, elles sont unies. Cléanthe admet six parties : dialectique, rhétorique, morale, politique, physique, théologie.

La dialectique se divise en deux lieux : les choses signifiées et le langage. L' inclination premiére, dans la partie de la morale, est celle qu' a l' animal a se conserver, la nature l' attachant a lui meme dés le principe. Chrysippe dit que ce qui est primitivement propre a tout étre vivant, c' est sa propre constitution et la conscience qu' il en a ; car il n' est pas vraisemblable que la nature rende l' étre vivant étranger a lui meme, ni qu' elle l' ait créé en l' aliénant ou en négligeant de l' adapter a lui meme ; reste donc que, l' ayant constitué, elle le rende proche de lui meme ; et c' est ainsi qu' il repousse les choses qui lui nuisent et admet celles qui lui sont propres.

E.B.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Jeu 15 Fév - 3:18


Le stoicisme est un eudémonisme. Il fait du bonheur la fin naturelle de l' existence humaine et de la sagesse la méthode du bonheur.

Mais Epictéte ne définit pas comme épicure le bonheur par le plaisir. Il le définit par la vertu. Le bonheur c' est la vertu par la vertu. Les stoiciens séparent vertu et plaisir. La vertu existe souvent sans le plaisir et n' a pas besoin de lui. Elle est chose sublime alors que le plaisir est chose basse et vile. Le vrai plaisir est le mépris des plaisirs. Le plaisir est un trouble de l' ame. Lorsque l' ame, en présence d' un bien tressaille vainement et de maniére désordonnée, elle éprouve du plaisir. Au contraire lorsqu' elle est calme et sage elle ressent de la joie. La joie se distingue du plaisir comme un mouvement raisonnable de l' ame se distingue d' une agitation déraisonnable, c' est a dire excessive.

P.B.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum