Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

Les Stoiciens.

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Les Stoiciens.

Message par oursagora le Mer 24 Jan - 1:15



Zénon et son temps.



A l' origine de cette puissante école Stoicienne, dont l' histoire s' étend sur cinq siécles, et dont l' influence se prolonge jusqu' a nous, se situe une forte personnalité - celle de Zénon - aux prises avec son temps.



A) La Gréce aprés les conquétes d' Alexandre.



Comment se présentait cette époque ? La guerre du Péloponnése et les victoires de Philippe avaient profondément démoralisé la Gréce. Les foudroyantes conquétes d' Alexandre et la constitution de son Empire avaient enlevé aux Cités leur importance. Aprés sa mort soudaine, les luttes entre les Diadoques plongérent les esprits dans la détresse. Il est significatif de voir se développer a ce moment le Culte de Tyché, la Chance, le Hasard divinisé. Dans l' Univers élargi l' homme n' a plus ou se prendre, et l' au - dela ne lui offre que terreurs ; bien vaines apparaissent les réformes de la Cité proposées par Platon, par Aristote ; arbitraires et inutilement compliquées, leurs conceptions philosophiques. Ce qui a encore quelque écho dans les enseignements de l' Académie, c' est la Sagesse pratique que Xénocrate unit a ses spéculations ; c' est l' action morale de Polémon, orientée conformément a la nature ; ce sont les " Consolations " célébres qu' on rédige a la suite de Crantor, et qui pourtant n' apaisent pas les ames désemparées. La hautaine indifférence de Pyrrhon ne suffit pas non plus a donner une raison de vivre. Et si l' on admire l' attitude d' un Diogéne le Cynique ou d' un Stilpon, qui, insensibles aux artifices d' une culture raffinée, s' en tiennent a ce qu' exige la nature et trouvent en eux memes une richesse inaccessible aux coups du sort, cette admiration se transforme bien vite en scandale devant certains excés voulus ; et leur doctrine parait bien fruste aux esprits cultivés.



B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Mer 24 Jan - 1:37


L' extraordinaire prestige d' Epicure s' explique par la facon dont il sut satisfaire les besoins de l' heure. Le recours a l' atomisme lui permit de construire une physique élémentaire, qui donnait réponse a toute question ; vaines apparaissaient, a qui s' en inspirait, les terreurs de l' au - dela. Le bonheur était possible par une accumulation de plaisirs simples, enrichis par les joies de l' amitié, les richesses de la mémoire, a l' écart des ambitions de la vie publique. C' est inconstestablement une grande philosophie, qui a donné calme et bonheur a bien des hommes. Mais quelle que fut l' impression de libération, de délivrance, que cette doctrine apportait a beaucoup, il était des ames qui la jugeaient bien peu exaltante, et qui avaient besoin d' un autre idéal. Elle ne convenait qu' a certains types d' esprit ; il en était d' autres dont elle laissait insatisfaites les aspirations essentielles. Tels étaient ceux qui se groupérent autour de Zénon. Il ne révait pas, lui, de jouir en paix de plaisirs modérés, mais d' agir en conformité avec les normes qui lui paraissaient régir le monde, ou il ne pouvait voir seulement un simple effet du hasard. Son effort s' appuyait sur un sentiment de communion avec l' Univers. Matérialiste comme son rival, mais d' une autre maniére, il donna aux problémes de son temps des solutions opposées a celles d' Epicure, et qui pourtant répondaient aux memes besoins.



B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Mer 24 Jan - 1:41


B) Zénon de Cittium.



Zénon avait dix ans de moins qu' Epicure ; il était né en 332 a Kition ( ou Cittium ) dans l' ile de Chypre, dont la population comprenait un fort élément Phénicien. On dit que son pére Mnaséas ( peut étre une forme Hellénisée de Manassé ), qui allait pour affaires sur le continent, lui en rapporta les ouvrages des philosophes Socratiques ; il y prit gout, et a 21 ans, en 312 - 311, se rendit lui meme a Athénes pour y étudier auprés des successeurs des Maitres dont il avait lu les livres ; il y trouva l' ambiance que nous venons d' évoquer. La Cité traversait alors bien des vicissitudes et allait en traverser d' autres, de Démétrios de Phalére a Démétrios Poliorcéte, et a son fils Antigone Gonatas. Athénes révoltée allait subir la guerre Crémonidienne ( 268 - 265 ) ; assiégée, elle dut capituler ( 264 - 263 ), et les Macédoniens s' y réinstallérent jusqu' en 229. Et pourtant, dans ces conditions difficiles, Athénes sut se montrer " Créatrice de liberté intellectuelle." Les étrangers y accouraient pour s' instruire, et plusieurs y devinrent chefs d' écoles. A coté de l' Académie et du Lycée, qui se prolongent et se perpétuent, vont se créer et se développer les deux grandes écoles nouvelles : le Jardin et le Portique.



B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Mer 24 Jan - 1:44


Zénon s' attacha d' abord a Cratés de Thébes, sur lequel il devait publier des souvenirs, et a Stilpon. Ces Cyniques étaient des éveilleurs d' Ames ; mais il dut se lasser assez vite de leur gout du scandale et plus encore, sans doute, de leur mépris des sciences de la nature, comme de toute science. Alors que les Cyniques opposent la nature a la civilisation, Zénon voit dans la culture le développement de la nature. Il suivit également les cours de l' Académie, alors dirigée par Xénocrate, qui faisait de la vertu la condition du bonheur, puis par Polémon, dont la doctrine avait un caractére fortement naturaliste, d' ailleurs en germe déja chez Platon lui meme. Il conseillait, selon Cicéron, de vivre décemment en se contentant de ce que la nature d' emblée accorde a l' homme, et il y a la des expressions déja presque Stoiciennes.



B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Mer 24 Jan - 1:50


Zénon étudia encore la dialectique chez le mégarique Diodore Cronos, relut Platon et Héraclite, s' intéressa grandement aux théories médicales et aux conceptions astronomiques. Son attitude peut se définir en résumé comme un élargissement de l' étroit moralisme Cynique. Pour lui, le Sage devait vivre d' une facon cohérente, " Harmonieuse " ( homologoumenos ) ; a quoi s' ajoutait aussitot une explication - que l' explication vint déja de Zénon, comme le veut Diogéne Laerce, ou de son disciple Cléanthe : par " Harmonieusement ", il faut entendre " En harmonie avec la nature " ; et cette nature n' était pas entendue seulement au sens de " Notre propre nature ", mais de la nature Universelle : en conformité avec elle. Car la nature est toute pénétrée de raison, d' un élément Divin. Tout corps est unifié par la force du souffle igné qui l' anime, émanation Divine qui pénétre tout. On aboutit ainsi a une ample vision de l' Univers, a une " Cosmologie vitaliste." Comme l' écrit encore trés bien Emile Bréhier : " Le coup de Maitre de Zénon de Cittium fut le rapprochement de la théorie de la Sagesse et de la physique.....En un mot, la morale Stoicienne est un essai de conciliation entre les théses naturalistes de certains académiciens successeurs de Platon et la théorie Cynique de la Sagesse." De plus, comme Xénocrate, Zénon juxtaposa a l' éthique, non seulement la physique, mais encore la logique, et il donna aux trois disciplines une base commune : la doctrine du Logos, du Verbe rationnel et igné, qui offre une explication générale du monde et de l' homme. " C' est une seule et meme raison qui, dans la dialectique, enchaine les propositions conséquentes aux antécédents, dans la nature lie ensemble toutes les causes, et dans la conduite établit entre les actes le parfait accord."



C' est dans ce sentiment d' Unité, joint a un dynamisme trés actif, hostile aux tendances épicuriennes a la relaxation et a l' hédonisme, que l' on trouve la clé de la position de Zénon, qui est aussi, a quelques nuances prés, celle de toute l' école.



B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les Stoiciens.

Message par oursagora le Jeu 25 Jan - 22:15

En 306, Epicure quitta Lampsaque et vint s' installer a Athénes, ou il enseigna dans son Jardin. En 300, Zénon obtint de lui donner la réplique sous le Portique décoré de fresques, la STOA Poikilé, ou Paecile, qui devait son nom a l' école. C' est la qu' il développa l' exposé de sa doctrine. Nous allons en indiquer ici les grandes lignes et les thémes principaux, en nous efforcant de marquer pour chaque partie les points d' insertion des théories complémentaires qui furent greffées sur la sienne par ses successeurs immédiats.



Quand il mourut, a 72 ans, en 262, le peuple d' Athénes prit en son honneur un décret trés élogieux, dont on trouvera le texte plus loin dans Diogéne Laerce. Une couronne d' Or lui était décernée, un monument devait lui étre élevé aux frais de l' état, au Céramique.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les Stoiciens.

Message par oursagora le Jeu 1 Fév - 0:30

C) La physique.

Le centre du systéme est la physique, que couronne la morale ; logique, dialectique et rhétorique n' en sont que des annexes, pourtant non dépourvues d' importance.



Comme les Fils de la Terre dont parle Platon dans le Sophiste ( 246 ), Zénon estime qu' on reconnait l' étre a sa capacité d' agir ; et tout ce qui agit est corporel. Non qu' il n' y ait, pour les Stoiciens, des incorporels comme les énoncés exprimables, le vide extérieur au monde, le lieu, qui n' est qu' une maniére d' étre des corps, le temps ; mais ils sont un simple " Quelque chose " qui ne peut ni agir ni patir. C' est des corps agissants que l' école distinguera, avec Chrysippe, dans sa théorie des catégories, le substrat, les qualités, les maniéres d' étre et relations. La maniére non qualifiée, qui subit l' action du principe actif, est, elle aussi, corporelle.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Jeu 1 Fév - 2:25


Philon le Juif nous a conservé, notamment dans son traité de l' éternité du monde, les éléments d' une polémique que Zénon soutint a ce sujet contre les Péripatéticiens. Il ne contestait pas que la subtance du monde fut éternelle ; mais l' observation lui montrait que des changements se produisent peu a peu a la surface de la terre, sur laquelle agissent le vent et les intempéries ; que les mers reculent, comme le prouve la découverte de fossiles, déja signalée par Xénophon, que les roches s' usent, que la civilisation humaine est toute récente - et sur ce point il était d' accord avec les épicuriens ; toutefois, la solution qu' il adopta a ce sujet s' inspira, non pas, comme la leur, de Démocrite, mais d' Héraclite. Il admit que les faits observés prouvent l' existence de périodes cosmiques, au cours desquelles le monde se forme, puis se dissout. Le feu primitif et Divin - on retrouve ici le souvenir d' Héraclite - donne naissance par condensation a l' air ; puis apparait l' élément humide, germe du monde. La terre alors se dépose au centre, et ainsi l' Univers se met en ordre ( diacosmésis ), atteignant d' emblée la perfection. C' est la une cosmogonie qui rappelle celle des Anciens physiciens d' Ionnie ; elle utilise des " Images déja mille fois employées, déja usées, devenues impersonnelles et toutes prétes a entrer dans le systéme Universel que les Stoiciens révent de donner au monde nouveau."

B.E.




oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Jeu 1 Fév - 3:15


Par la suite, le feu reprend le dessus et assimile progressivement les autres éléments, jusqu' au terme de la Grande Année, que Diogéne de Babylone devait évaluer a 365 fois 10. 800 ans. Alors se produit l' embrasement final ( Ckpyrosis ), qui réalise la purification de l' Univers, ramené a son principe. Aprés quoi le processus recommence : c' est le retour éternel, que connaissaient déja les Pythagoriciens, et que Nietzsche devait redécouvrir, en lui donnant un caractére tout différent, dans sa solitude de Sils - Maria.

Comme Héraclite encore, Zénon identifie le feu a la raison, au Logos. De son déploiement proviennent les " Raisons spermatiques " qui dirigent le développement des étres individuels. " Ce ne sont pas les médecins, disait l' auteur Hippocratique du traité des epidemies, ce sont les natures qui guérissent." Mais les natures individuelles sont elles memes des parties de la nature Universelle, comme devait le souligner Chrysippe. Loin d' opposer la nature a l' Art, comme Aristote, Zénon fait de la nature un " Feu artiste " qui, par sa force ordonnatrice, maintient le monde et ses parties, et lui donne sa beauté. Ce n' est pas le feu envisagé sous son aspect destructeur, incendiaire ; c' est la chaleur vitale et salutaire, ce sera aussi l' éclat de la Lumiére. Chrysippe devait montrer comment, a des échelons divers, ce principe prend des noms différents, et Philon a donné de bons tableaux de cette hiérarchie. Chez les étres anorganiques, c' est une force de cohésion ( Hexis, qu' on traduisait jadis par " Habitude ") ; chez les plantes, c' est la nature proprement dite ( Physis, qui est une force végétative ) ; c' est l' ame ( Psyché ) chez les animaux qui possédent ce qui en dépend ; la perception sensible, la représentation imaginative ( Phantasia ) et l' impulsion motrice ( Hormé ) ; a quoi s' ajoute, chez l' homme, le Logos, qui l' apparente aux Dieux, le séparant, par une nette discontinuité, de l' animal ou de l' enfant de moins de sept ans. Selon Zénon, c' est dans le coeur que siége l' ame, qui a pour substance le Pneuma, c' est a dire le souffle chaud de l' animal vivant, dont la notion est emprunté aux médecins. Chrysippe montrera des courants de Pneuma, analogues aux bras d' une pieuvre, reliant l' Hégémonique, qui en est la partie maitresse, aux cinq sens comme aux organes phonateurs et sexuels. Il y a entre la Physis et l' ame une différence de composition. Dans la Physis il y a une plus grande proportion de froid et d' humide ; l' ame est un souffle chaud et enflammé, composé d' air et de feu, ou la proportion de sec et de chaud l' emporte. C' est un mélange exact, dont le trouble produit les maladies ; le sec par excés de chaleur, l' insensibilité par excés de froid. Répandue a travers le corps dont elle retient les parties, elle a une fonction tonique. Faite de parties corruptibles de l' ame Universelle qui, elle, est incorruptible, elle se nourrit d' émanations du sang, et d' une partie de l' air extérieur inspiré, qui pénétre dans l' un des venticules, l' autre recevant le sang venu du foie. Du coeur le sang se répand a travers les veines, le souffle a travers les artéres.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Jeu 1 Fév - 3:45


Nous reviendrons sur la psychologie Stoicienne a propos de la théorie de la connaissance ; mais il nous faut d' abord souligner le caractére Divin que revét ce " Feu artiste " qui, progressant méthodiquement, pénétre le monde et les hommes, et qui non seulement prévoit les résultats de son action, mais exerce une véritable Providence. Prendre connaissance de cette action, la vénérer, s' y conformer, c' est la ce qui pour Zénon constitue la piété authentique - encore qu' il juge raisonnable d' honorer les Dieux ; mais il ne voit en eux que des allégories ; sous le culte légal, comme sous le mythe poétique, il pense qu' il y a des réalités naturelles, ou plutot une réalité profonde sous des noms différents.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les Stoiciens.

Message par oursagora le Jeu 1 Fév - 7:26

La physique épicurienne expliquait tout par des combinaisons d' atomes insécables a l' intérieur du vide ; les Stoiciens, au contraire, rejettent le vide a l' extérieur du monde et n' admettent pas l' impénétrable des corps. Leur théorie du mélange ( Mixis ) - qui se préparait déja chez les médecins Hippocratiques - fut élaborée par Chrysippe. A coté des alliages réalisés par fusion ( Synchysis ), les Stoiciens admettent l' existence de mixtes dont les éléments s' interpénétrent et peuvent a nouveau se séparer, comme il arrive quand on a fait un mélange d' huile et d' eau, par exemple. Ainsi devient concevable l' action unifiante du souffle, qui peut traverser tout obstacle. Les Stoiciens soulignent l' unité profonde des organismes. Les parties, indéfiniment divisibles, exercent les unes sur les autres une action réciproque. A la limite on aboutit aux notions d' Universelle sympathie et de mélange total ( Crasis Di' Holon ). De maniére analogue, la morale fera s' interpénétrer les vertus. L' ame pénétre le corps comme le miel se propage dans les rayons de la ruche, le feu dans le métal ardent ; comme l' encens se répand dans l' air. Partout est a l' oeuvre un principe actif, qui rassemble et maintient, dynamise et qualifie la matiére, faisant d' un étre un tout.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Jeu 1 Fév - 9:46


Ainsi s' unissent l' Antique conception religieuse d' un souffle pénétrant l' Univers, et la conception scientifique qui fait du monde un ordre régulier ; cet ordre a pour cause la force Divine qui agit a l' intérieur des étres, et qui est " Principe unique de toutes les causes actives dans le monde." La physique est la connaissance de cet ordre, qui " N' est pas une formule abstraite, mais le lien qui rattache la suite des événements de notre vie individuelle a l' économie générale de l' Univers."

Nous voyons apparaitre ainsi un nouvel aspect de cette force naturelle et Divine : si, dans ses rapports avec la finalité de l' Univers, elle pouvait étre qualifiée de Providence, considérée comme l' enchainement des causes elle peut étre appelée le Destin ( Heimarmené ). Ce Destin ne laisse place a aucun jeu, a aucune déclinaison a la maniére d' épicure ; il est confirmé aussi bien par le retour éternel que par la sympathie des parties du monde. Ici se pose le probléme sans doute le plus difficile qu' ait eu a affronter la pensée des Stoiciens. Nous allons voir leur psychologie et leur morale souligner l' autonomie de nos décisions, la liberté de nos déterminations, la responsabilité de nos actes, le fait que nous pouvons toujours refuser notre accord a ce qui n' est pas conforme a la raison. Mais que reste t il de tout cela si le Destin détermine nos moindres gestes et jusqu' a la succession de nos pensées ? Nous verrons Cléanthe s' efforcer de distinguer l' aspect Providentiel de l' aspect Fatal de cet enchainement, et Chrysippe approfondir, pour résoudre le probléme, l' étude de la notion de cause, déja abordée par Zénon. Et la Divinité, c' est tout cela a la fois : le feu artiste, la loi rationnelle, le Destin - réalités profondes dont les mythes poétiques et les religions civiques n' atteignent que des aspects particuliers.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Jeu 1 Fév - 10:34


Nous arrivons ici au seuil de la morale ; mais pour la fonder, il faut étre capable d' atteindre la certitude absolue, car la fermeté et la constance de la croyance sont une condition essentielle du bonheur, incompatible avec le regret, qui dérive de l' assentiment a l' erreur quand cet assentiment est tombé. Une intelligence inquiéte, mobile, dont les opinions changent selon les apparences, n' obéit qu' a des illusions. A cet état d' incertitude s' oppose la foi du Sage, qui stabilise l' objet de la pensée. Les conditions nouvelles de la civilisation hellénique allaient diminuer la valeur des formes sociales et historiques qui s' interposaient entre l' homme et les choses : la famille, la Cité. C' est donc maintenant par - dela ces formes, dans la nature toujours stable et identique a elle meme, que le Stoicien va chercher la satisfaction des besoins auxquels la société de son temps ne peut plus répondre. La certitude qu' il y trouvera, c' est la foi Stoicienne. Les Stoiciens redoutent tout particuliérement le sentiment d' hostilité, d' isolement, de défiance a l' égard des choses extérieures. Pour attribuer une valeur objective a la fermeté d' une croyance toute subjective, dont la stabilité repose sur la cohérence avec elle meme, c' est a dire sur la rationalité, il fallait admettre implicitement que la raison qui crée en nous cette stabilité est en meme temps la raison qui guide l' Univers. La philosophie Stoicienne est comme une projection dans l' Univers des conditions de fonctionnement de notre raison, et cette projection fait que l' homme se sent en sympathie avec les choses ; il sait que, malgré les apparences contraires, c' est la raison qui régne seule et éternelle ; et c' est pourquoi l' enseignement Stoicien accordait tant d' importance au probléme de la certitude et de la connaissance, valorisait aussi la dialectique, dont le role est de créer la conviction.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les Stoiciens.

Message par oursagora le Jeu 1 Fév - 21:31

L' inspiration générale d' une telle conception, on la trouve dans cette idée que la certitude qu' apporte notre vie normale et intellectuelle est préférable a celle qu' apporte la réduction des composés en essences stables et leur recomposition par synthése ; elle doit étre cherchée, non dans une élaboration de connaissances réservée a un petit nombre d' hommes, mais dans la conscience commune. Certains sophistes du cinquiéme siécle avaient cherché, dans le jugement de l' homme individuel, la mesure de la Vérité. Aprés Alexandre s' affermit la prépondérance de rois que l' on tend a considérer comme la Loi vivante. Les traits du Sage Stoicien correspondent a ceux du Monarque absolu, de droit Divin ; la certitude est compléte quand elle a trouvé le Souverain de l' Univers. C' est un individualisme qui donne a certains individus valeur et signification Universelles.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Ven 2 Fév - 0:02


Les difficultés ne manquent pas quand on aborde le détail de la théorie ; la part qu' elle fait a des états passifs et a une intervention active du sujet connaissant a donné lieu a bien des discussions et a des prises de position divergentes.

Comme Epicure, bien qu' en un sens différent, Zénon est matérialiste et sensualiste. L' affection provoquée dans les organes des sens ( Aisthésis ) par un mouvement extérieur est transmis par le Pneuma a la partie maitresse de l' ame ; ainsi s' effectue cette " Empreinte dans l' hégémonique " qu' est la représentation ( Phantasia ). La facon la plus claire de présenter les choses est de faire intervenir ici l' interprétation de Brochard, en considérant que d' abord il n' y a eu que des processus passifs ; c' est a ce moment que le Logos est amené a intervenir activement, en donnant son assentiment ( Syncatathesis ), ou vote conforme. Légitimité par cet assentiment, la représentation compréhensive ( Cataleptique ) s' impose, et manifeste authentiquement le caractére propre de l' objet ( Idioma ) avec une certitude que la science confirmera par l' accord rationnel et la convergence des perceptions. Ainsi la connaissance étreindra de plus en plus valablement son objet, comme la main qui se referme sur sa prise, et la serre. Mais il ne faut pas oublier que, d' aprés un texte de Zénon cité par Sextus, la représentation compréhensive est " Imprimée dans l' ame a partir d' un objet réel, conformément a cet objet, et telle qu' elle n' existerait pas si elle ne venait pas d' un objet réel."

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Ven 2 Fév - 1:16


Le critére serait il donc a chercher dans les caractéres propres de l' image, son évidence intrinséque et sa clarté, plus que dans l' activité de la raison qui le relie au reste des connaissances ? On a pu longuement discuter la - dessus. La compréhension est l' assentiment donné a l' image compréhensive ; mais il n' y a pas de sensation sans assentiment ; et l' erreur qui menace est de donner son assentiment a une représentation non compréhensive, de prendre pour une représentation certaine une simple opinion, une image illusoire, comme le fantome de Clytemnestre qui menacait Oreste dans son délire.

Les Stoiciens veulent vaincre le scepticisme par un contact sans déformation avec l' extérieur, et tel que connaissance sensible et connaissance rationnelle se réconcilient et se prolongent l' une l' autre.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Ven 2 Fév - 3:06


Il ne faut pas confondre avec l' opinion la prénotion, assentiment fondé en raison, accordé aux inférences qui se présentent naturellement a l' ame, et dont un certain nombre sont les memes chez tous les hommes : ce sont les notions communes ( Koinai Ennoiai, Communes Notitiae ). Chez l' enfant déja se forment de telles anticipations ( Prolepses ), a l' aide desquelles le Logos se développe peu a peu, pour commencer a fonctionner avec l' age de sept ans, et atteindre la maturité a l' achévement de la seconde Hebdomade. Il en est de meme des notions morales : a l' expérience externe s' ajoute ici une expérience vécue du moi, qui trouve en soi une tendance innée a apprécier les valeurs correspondant a sa nature rationnelle. Il ne s' agit pas d' idées innées a la maniére de Platon ; l' étre vivant, qui tend a maintenir son étre, recherche ce qui lui est utile ; mais la raison lui apprend a ne point séparer l' utile du bien ( théorie de la conciliation, Oikeiosis ). C' est en ce point que coincident spontanéité et science.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Ven 2 Fév - 3:43


Si la perception sensible est la saisie immédiate d' un objet réel, la perception rationnelle procéde par enchainement discursif d' objets exprimés par le discours. C' est a Chrysippe qu' il fut réservé de développer la logique du Stoicisme. Cette logique poursuit l' effort des Mégariques et des Cyniques, hostiles a la philosophie de Platonicienne de la notion ; les Stoiciens rejetaient la liaison du prédicat au sujet par la copule, et préféraient l' emploi de propositions narratives, plus proches de la pensée immédiate. Platon et Aristote ont voulu fonder une science impersonnelle partant sur des notions Universelles. Les Stoiciens veulent aussi atteindre la réalité ; ils prétent valeur Universelle aux raisonnements spontanés que sont les notions discursives. Leur dialectique a pour objet ce qui est exprimable par le langage, les événements qu' énoncent des propositions singuliéres. Ils se rappochent par la, dans une certaine mesure, de l' empirisme de la logique inductive, spontanément utilisée par les médecins attentifs aux symptomes, par les paysans étudiant le lever des étoiles. De la vient l' importance essentielle qu' ils reconnaissent au jugement hypothétique ( Synémnenon ), dont Chrysippe devait systématiser l' étude :
- Si A se produit, B se produit.
- Or A se produit,
- Donc B se produit.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Ven 2 Fév - 6:56


A la proposition catégorique d' Aristote, qui rattachait des attribus a une essence, se substituent des propositions conditionnelles, qui énoncent des Lois d' enchainement des événements, ( on a montré récemment qu' il y a la, chez eux, un pressentiment de la notion moderne d' implication ). Toutefois la qualification d' empirisme n' est pas pleinement justifiée dans leur cas ; en effet, la liaison de fait qui sert de majeure n' était point fondée par eux sur l' observation, mais sur la nature meme des choses. Une liaison purement synthétique n' aurait pas satisfait les exigences de leur rationalité. La dialectique est en son fond, pour eux, un Logos dont toutes les parties sont liées par des liens de conséquence. " La liaison n' est pas moins étrange au premier abord de cette dialectique sourcilleuse et séche avec l' ample intuition du monde et des choses Divines."

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Sam 3 Fév - 0:40


En se conformant a la Loi de la nature Divine, l' homme atteindra le bonheur dans l' Unité retrouvée. La théorie de la conciliation part du fait que l' homme a en lui des tendances qui le portant a la conservation de soi, l' aménent a désirer ce qui convient aux exigences de la nature. A tout ce qui est tel, l' homme est conduit a attribuer de la valeur. L' homme doit a la connaissance du Logos, comme a l' action des raisons séminales. Meme un bien naturel comme la santé n' est qu' une condition auxiliaire du bonheur ; celui ci ne peut, en effet, se trouver que dans la vertu, qui est un accord avec soi meme. Pour Cléanthe, l' essentiel était la force de caractére et l' énergie qui fait la maitrise de soi.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les Stoiciens.

Message par oursagora le Sam 3 Fév - 20:42

Le successeur de Zénon fut Cléanthe d' Assos. Il en resta le scolarque pendant trente ans. Il rédigea son hymne a Zeus, ou le Destin apparait comme l' ordre Divin. Le Destin manifeste la Sage volonté d' un Dieu supréme et personnel auquel on s' adresse avec émotion, comme a un pére et a un Sauveur, attitude qui ne devait trouver son plein développement que dans le Stoicisme Impérial.

B.E.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par enerlibr le Sam 3 Fév - 22:57

L'auteur est-il Émile Bréhier (E.B. et non pas B.E. ) qui a aussi écrit sur Chrysippe ?
avatar
enerlibr

Messages : 87
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 69
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Lun 5 Fév - 3:19

Zénon de Cittium, le fondateur du Stoicisme, commenca a enseigner a Athénes en 321, un an aprés la mort d4 Aristote, et deux ans aprés la mort d4 Alexandre. Le Stoicisme s4 étendit sur prés de six siécles.

Esprit lourd et lent, mais laborieux, dévoué, fidéle, Cléanthe s4 attacha a maintenir la doctrine de Zénon en l' explicitant. Certains historiens pensent que c' est lui qui précisa une formule fondamentale de son maitre, qu' il énonca sous cette forme : vivre conformément a la nature, alors que Zénon aurait peut étre simplement prescrit de vivre, d' une maniére conséquente, harmonieuse, cohérente, réglée par le Logos. Il évoquait avec scandale un tableau ou l' on verrait le plaisir assis sur un trone royal, entouré des vertus transformées en servantes, qui n' auraient d' autre tache que de servir comme leur maitre. On nous dit également qu' il ramena toutes les vertus a la force d' ame : la tension de l' énergie Universelle se spécifie en maitrise de soi, en tempérance, courage, etc.

E.B.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Lun 5 Fév - 4:34


O roi qui est le plus glorieux des immortels, qui as des noms multiples, tout - puissant a jamais, Zeus, principe et Maitre de la Nature, qui gouverne tout conformément a la Loi, je te salue, car c' est un droit pour tous les mortels de s' adresser a toi, puisqu' ils sont nés de toi, ceux qui participent a cette image des choses qu' est le son, seuls parmi ceux qui vivent et se meuvent, mortels, sur cette terre. Aussi je te chanterai et célébrerai ta puissance a jamais. C' est a toi que tout cet Univers, qui tourne autour de la terre, obéis ou que tu le ménes, et de bon gré il se soumet a ta puissance, tant est redoutable l' auxiliaire que tu tiens en tes mains invincibles, le Foudre a double dard, fait de feu, vivant a jamais ; sous son choc frémit la Nature entiére. C' est par lui que tu diriges avec rectitude la raison commune, qui pénétre toutes choses, et qui se méle aux Lumiéres célestes, grandes et petites......C' est par lui que tu es devenu ce que tu es, Roi Supréme de l' Univers.

Cléanthe.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par oursagora le Lun 5 Fév - 7:54


Et aucune oeuvre ne s' accomplit sans toi, O Divinité, ni sur terre, ni dans la région éthérée de la voute Divine, ni sur mer, sauf ce qu' accomplissent les méchants dans leurs folies. Mais toi, tu sais réduire ce qui est sans mesure, ordonner le désordre ; en toi la discorde est concorde. Ainsi tu as ajusté en un tout harmonieux les biens et les maux pour que soit une la raison de toutes choses, qui demeure a jamais, cette raison que fuient et négligent ceux d' entre les mortels qui sont les méchants : malheureux, qui désirent toujours l' acquisition des biens et ne discernent pas la Loi commune des Dieux, ni ne l' entendent, cette Loi qui, s' ils la suivaient intelligemment, les ferait vivre d' une noble vie. Mais eux, dans leur folie, s' élancent chacun vers un autre mal : les uns, c' est pour la gloire qu' ils ont un zéle querelleur, les autres se tournent vers le gain sans la moindre élégance, les autres, vers le relachement et les voluptés corporelles.....Ils se laissent porter d' un objet a l' autre, et se donnent bien du mal pour atteindre des résultats opposés a leur but. Mais toi, Zeus, de qui viennent tous les biens, Dieu des noirs nuages et du Foudre éclatant, sauve les hommes de la malfaisante ignorance, dissipe la, O Pére, loin de notre ame ; laisse nous participer a cette Sagesse sur laquelle tu te fondes pour gouverner toutes choses avec justice, afin qu' honorés par toi, nous puissions t' honorer en retour en chantant continuellement tes oeuvres, comme il sied a des mortels ; car il n' est point, pour des hommes ou des Dieux, de plus haut privilége que de chanter a jamais, comme il se doit, la Loi Universelle.

Cléanthe.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Stoiciens.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum