Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Aller en bas

Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Sam 7 Oct - 23:18




la divination est le produit d' une idée religieuse qui a , de tout temps , possédé la conscience humaine , la foi en la providence . elle ne présuppose que les deux conditions ou postulats dont la réunion constitue le fond de toute doctrine religieuse , a savoir , l' existence d' une divinité intelligente et la possibilité de rapports réciproques entre l' homme et la divinité ; et elle en est une conséquence naturelle , sinon nécessaire , dés que l' on considére cette science comme pouvant contribuer au bonheur de l' homme ou a son perfectionnement moral .



considérée dans son essence , et indépendamment des termes peu précis par lesquels les langues anciennes la désignent , la divination ou science mantique est la pénétration de la pensée divine par l' intelligence humaine , en - dehors des considérations ordinaires de la science : c' est une connaissance d' une nature spéciale , plus ou moins directe , plus ou moins compléte , mais toujours obtenue par voie de révélation surnaturelle , avec ou sans le concours du raisonnement . la divination a pour domaine tout ce que l' esprit humain ne peut connaitre par ses seules forces ; en premier lieu l' avenir , en tant qu' il échappe a la prévision rationnelle , puis le passé et le présent , dans ce qu' ils ont d' inaccessible a l' investigation ordinaire . elle plonge le regard dans les profondeurs les plus mystérieuses de ces perspectives ou aspects du temps que symbolisait jadis le groupe des trois parques . la science de l' avenir , étant la plus ambitionnée et la plus merveilleuse , a parfois été prise pour la divination tout entiére , et cette préoccupation exclusive a laissé sa trace dans la plupart des définitions antiques .



l' auteur des définitions platoniciennes regarde la mantique comme " la connaissance préalable d' un fait sans indice rationel ." cicéron est moins exact encore en définissant la divination " le pressentiment et la science des choses futures ." la connaissance de l' avenir est aussi pour plutarque , qui se fait en cela l' écho des théories platoniciennes , le tout de la divination . c' est que le spiritualisme platonicien , mal dégagé de l' instinct artistique qui lui faisait modeler l' ame d' aprés les lois de la symétrie , tenait a placer dans l' intelligence humaine une faculté spéciale tournée vers l' avenir , comme la mémoire l' est vers le passé .



Leclercq.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Jeu 7 Déc - 20:38



Une étude meme superficielle de l' histoire de la divination montre que cette science surnaturelle a été plus souvent peut étre appliquée a l' investigation du passé ou du présent qu' a celle de l' avenir. La plupart des prodiges étaient considérés comme ayant leurs causes dans le passé : le résultat de leur interprétation était toujours de faire connaitre la volonté présente des Dieux et par la, mais indirectement, les secrets de l' avenir. La science des expiations ou cathartique ne peut atteindre les souillures de la conscience qu' avec l' aide de la divination qui indique dans les ténébres du passé des faits le plus souvent ignorés du coupable lui meme. Enfin, dans l' avenir meme,considéré comme susceptible de modifications, la divination apprend plus souvent ce qui doit ou devrait arriver d' aprés le plan actuel de la Providence que ce qui arrivera réellement.

Aussi l' école stoicienne, qui avait fait de la question une étude spéciale, a t elle donné de la mantique, considérée au point de vue du sujet humain, une définition assez exacte, en la déclarant " Science, ou plutot, faculté de voir et d' expliquer les signes octroyés par les Dieux aux hommes." Cette définition est pourtant incompléte pour tous ceux qui ne cherchent pas, comme les stoiciens, a supprimer la distinction du naturel et du surnaturel en placant Dieu lui meme dans la nature. Elle oublie que cette science n' est pas une science fondée sur la logique ordinaire et que cette faculté ne fait point partie des ressources normales de la raison. Il faut lui restituer un complément indispensable et la ramener ainsi a la formule proposée plus haut. La divination sera donc, pour nous, la connaissance de la pensée divine, manifestée a l' ame humaine par des signes objectifs ou subjectifs et pénétrée par des moyens extra - rationnels.

L.B.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Mer 10 Jan - 5:11


On suppose toujours, dans la théorie de la divination, que la pensée Divine s' offre volontairement a la pieuse curiosité de l' esprit humain et qu' elle ne se manifeste que pour étre comprise. Cette conception découle tout naturellement de la foi a une Providence bienveillante et Sage. Cependant, il fut un temps ou un vieux reste de défiance a l' égard des Dieux, défiance déja exprimée avec force dans le myhe Hésiodique de Pométhée, ravivée depuis par les doctrines Orphiques qui rendaient l' homme solidaire de la révolte des Titans devenus ses ancétres, revint hanter l' imagination Grecque. Des mystiques néo - platoniciens crurent que les Dieux, c' est a dire les génies interposés entre la Providence et l' homme, pouvaient tarir a dessein les sources de la Révélation Providentielle dont ils étaient les dispensateurs, et qu' il fallait les forces a se montrer moins avares de leurs confidences. Cette divination extorquée et violente n' appartient pas a la Mantique proprement dite, dont elle fut toujours distinguée, mais a la Théurgie, qui est elle meme une branche de la Magie.

Il importe de séparer tout d' abord ces deux formes de la science du surnaturel que l' on appelle la Mantique et la Magie, de facon a éviter des confusions, qui compromettraient l' Unité de vues si difficiles a maintenir dans un sujet aussi complexe que l' histoire de la divination. Il y a, entre la Mantique ou la science surnaturelle de l' inconnaissable, et la Magie ou l' Art de produire des effets contraires aux Lois de la Nature, une affinité telle qu' on peut les regarder comme les deux aspects ou les deux applications d' une meme foi. Avec l' une, l' homme croit pouvoir ajouter a son intelligence une faculté Divine ; avec l' autre, mettre au service de sa volonté des forces surnaturelles. Dans les deux cas, il compléte sa nature par l' adjonction momentanée d' éléments Divins qui s' incorporent en quelque sorte a son étre par la vertu de certaines pratiques déterminées. On pourrait dire que la Divination est la Magie contemplative, substituant l' exercice de l' intelligence a celui de la volonté agissante.


B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Mer 10 Jan - 6:51



étroitement unies dans leur origine et leur principe, la Divination et la Magie ne peuvent pas toujours étre nettement séparées dans l' application. Un grand nombre de méthodes Divinatoires consistent dans l' interprétation d' effets merveilleux produits d' abord par des recettes Magiques. C' est la Magie qui fournit le théme sur lequel s' exerce la pénétration Mantique. Et il ne faut pas croire que ces méthodes entachées de Magie soient toutes comprises dans les aberrations maladives de la décadence. Ce qui exprime la combinaison de la Mantique avec la Magie, appartient a la langue du Bas - Empire, l' idée vient de plus loin. Non seulement l' auteur de l' Lliade met aux mains de ses Dieux des instruments qui ont une efficacité inhérente a leur substance ; non seulement la Nécromancie, qui a besoin de la Magie pour évoquer les Ombres Révélatrices, est pratiquée par le héros de l' Odyssée, mais nous aurons occasion de constater que, dés l' Antiquité la plus reculée, l' exaltation intellectuelle dont s' alimentent, a droits égaux, la Divination et la poésie était considérée comme produite par une vertu mystérieuse attachée a l' eau des sources par les Nymphes. On pourrait meme, en généralisant davantage, dire qu' il y a un élément Magique dans toute pratique ou cérémonie destinée a préparer ou produire un effet Divinatoire. Il ne resterait alors a la Divination pure que l' observation des signes fortuits, sur lesquels la volonté humaine n' a exercé aucune influence préalable, c' est a dire la moindre partie de ses ressources.

Comme la Magie sert d' auxiliaire et de véhicule a la Divination, celle ci, a son tour, éclaire la Magie a perfectionner ses méthodes. Il y a toute une branche de l' Art Divinatoire, l' Iatromantique ou Mantique appliquée a la Médecine, qui n' est autre chose qu' un mélange, en proportions variables, de Divnation et de Magie. Les remédes découverts par cette Divination étaient de véritables recettes Magiques, et les Maitres de l' Art l' entendaient si bien ainsi qu' ils tenaient la résurrection des morts pour chose interdite, mais non pas impossible.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Mer 10 Jan - 18:47

La Divination et la Magie, solidaires du meme principe et associées dans leurs méthodes, ne pouvaient manquer de se confondre aussi dans leurs représentants. On peut bien considérer les Magiciennes de l' age mythique, Circé et Médée, comme dépourvues de facultés prophétiques, mais la Magie apparait intimement unie a la science Divinatoire chez le plus Ancien Devin que connaissent les légendes de la Gréce, Mélampus. Mélampus est surtout un médecin de l' ame et du corps, qui se sert de la Divination pour découvrir, dans la région des forces surnaturelles, les causes et les remédes des maladies. La plupart des Oracles se sont fixés en des lieux ou l' inspiration prophétique était inséparablement liée a certaines conditions matérielles tout a fait assimilables a des instruments Magiques, sources, grottes, exhalaisons telluriques, arbres Sacrés, dont la volonté humaine pouvait user a son gré pour provoquer la Révélation surnaturelle. Il n' est pas jusqu' a la Théurgie néo - Platonicienne qui n' ait des précédents dans l' age héroique. On sait comment Ménélas arrache de vive force au vieux Protée ses Révélations. La contrainte que le héros applique a un Dieu déchu, les Théurges en useront vis a vis des Olympiens eux memes. Leurs conjurations ont plus de puissance que les bras musculeux des guerriers Homériques, mais leurs agissements sont les memes. La surprise de Protée offre déja le trait caractéristique de la Magie, c' est a dire la subordination des forces surnaturelles a la volonté de l' homme.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Dim 14 Jan - 18:45

Ainsi, enchainée par un lien théorique a la Divination, mélée a un grand nombre de pratiques Divinatoires, et cela dés l' origine, la Magie semble constituer une partie intégrante de notre sujet. Cependant, comme l' extréme rigueur logique conduirait ici a une confusion qui a été généralement évitée dans la pratique, et nous ferait sortir du domaine des faits pour nous faire entrer dans celui de la spéculation, il vaut mieux considérer les caractéres par ou divergent la Magie et la Mantique et placer notre point de vue au - dessous de la région ou elles se rencontrent. Aprés avoir constaté, une fois pour toutes, la présence d' un élément Magique dans la Divination, nous regarderons cet élément comme trop complétement assimilé a la Mantique pour qu' il soit utile de l' en distinguer, et nous tiendrons pour choses de tout point séparées, d' un coté, la Magie ou science active qui permet a la volonté humaine de disposer des puissances surnaturelles, de l' autre, la Mantique, ou science contemplative qui met la pensée Divine a la portée de l' intelligence humaine. La premiére est un agrandissement de l' activité et de l' initiative humaine aux dépens de la liberté Divine ; l' autre est comme un surcroit de puissance visuelle ajoutée a l' entendement.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Dim 28 Jan - 0:37


Sous sa forme la plus simple, la foi a la Divination admet que la Divinité, connaissant l' avenir, juge parfois a propos de faire part aux hommes de cette connaissance, dans la mesure ou elle peut leur étre utile, usant pour cela de divers moyens ; soit du langage direct, perceptible aux sens ; soit du langage symbolique des signes ; soit enfin d' une Révélation intérieure infusée dans l' ame humaine. Mais, d' autre part, cette croyance suppose résolus un certain nombre de problémes qui, soumis a l' analyse philosophique, se montrent a peu prés insolubles, et ces difficultés sont de telle nature que la logique populaire elle meme, si complaisante pour le merveilleux, n' avait pu les aborder sans embarras.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Dim 28 Jan - 3:06


La conscience religieuse de l' Antiquité avait foi dans l' utilité de la Divination comme dans l' efficacité de la priére. La priére a pour but de provoquer une modification de la Destinée humaine dans un sens déterminé, par le fait de l' intervention Divine. Le but de la Divination n' était pas sensiblement différent. La prescencience devait fournir a l' homme le moyen d' échapper a des malheurs prévus ou de réaliser a coup sur des espérances changées en certitude. Que la Mantique soit appliquée a l' avenir, au présent ou au passé, le résultat utile qu' on en attend est toujours placé dans l' avenir. Mais, en regardant le probléme de plus prés, on s' apercut qu' il y avait entre l' objet de la Divination, lorsqu' elle est appliquée a l' avenir, et le résultat désiré, c' est a dire la modification de l' avenir, une contradiction peut étre irréductible. Pour que la Divination put étre utile, il fallait que l' avenir révélé par les Dieux fut simplement conditionnel, susceptible de prendre un autre cours ; et, d' un autre coté, cet avenir flottant, indécis, dépendant de volontés libres, répondait mal a l' idée de Lois fixes, idée que gravait dans les esprits le spectacle de l' ordre Universel. L' instinct populaire, devancant les théories philosophiques, était invinciblement porté a considérer l' avenir comme inéluctable et comme soustrait meme a l' arbitrage des Dieux. Ce sentiment s' est exprimé, d' une facon saisissante, par la création d' un étre abstrait, appelé tour a tour le Destin ou la Nécessité, devant les arréts duquel s' incline la volonté de Zeus lui méme.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Mar 30 Jan - 4:35

La réflexion ne faisait que rendre plus évidente la faute de logique commise par quiconque veut connaitre l' avenir pour le changer. Qu' est ce qu' une forme possible, conditionnelle, de l' avenir, si cette forme ne doit point étre réalisée ? Les Dieux qui la révélent ne connaitraient ils point, par - dela, de forme réelle, celle qui doit prendre place parmi les faits accomplis ? S' ils la connaissent de science certaine - et l' on ne pouvait guére refuser cette claire vue aux puissances qui ménent le monde - cette forme du futur est donc déja déterminée, inconditionnelle, inévitable. Elle n' est meme susceptible d' étre prévue que parce qu' elle est immuable. Dés lors, l' initiative humaine, celle que devait mettre en jeu la Divination, pouvait tout au plus prétendre a l' illusion de la liberté, et devenait esclave d' un plan arrété en - dehors d' elle. Ainsi naissait, au premier effort de la pensée philosophique, un conflit sans issue entre la prescience et la liberté, deux idées dont l' une ne peut aller jusqu' au bout de ses conséquences naturelles sans supprimer l' autre, et qui ont pourtant des titres égaux a la foi du genre humain.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Mar 30 Jan - 5:59


Sans doute, le probléme ne se posait pas toujours ainsi dans toute sa rigueur. On cherchait rarement a s' élever jusqu' a la connaissance absolue de l' avenir en soi, et les Devins des Anciens ages n' abordaient pas volontiers ce terrain. On demandait, le plus souvent, ce qu' il fallait faire pour conformer ses actes a la volonté actuelle des Dieux. De cette facon, l' homme entrait spontanément dans les desseins de la Providence et ne posait pas sa volonté, comme une force rivale, en face de l' immuable Destinée. Enfin, la facilité avec laquelle le sens commun admet les antinomies les plus palpables permettait au grand nombre de répéter avec Solon : " Ce qui est une fois décidé par le Destin, il n' y a pas de présage ni de sacrifice qui le conjure ", et de croire pourtant a l' efficacité de la Divination et de la priére.

Cependant la difficulté n' en existait pas moins et assez pressante pour que la théologie poétique, précédant sur ce terrain la philosophie, s' en soit préocupée. En placant le Destin a coté de Zeus, elle s' obligeait a régler les rapports que la force des choses établit entre ces deux puissances.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Jeu 1 Fév - 1:10

Le gouvernement du monde ne pouvait étre livré a deux volontés distinctes et indépendantes l' une de l' autre. Le Mazdéisme lui meme admettait, entre ses deux principes antagonistes, une certaine subordination, et le génie Hellénique n' a jamais cherché l' harmonie dans la discorde organisée. Il fallait donc que Zeus fut inférieur ou supérieur au Destin ou encore que sa volonté se confondit avec les décrets de la Fatalité. C' est a cette derniére solution que parait s' étre arrétée, au milieu de toutes ses inconséquences, la théologie Homérique.

On voit bien que Zeus n' est pas tout puissant ; il n' a pu arracher a la mort ni Héraklés ni Sarpédon, et Athéné apprend a Télémaque que " Les Dieux eux memes ne peuvent préserver du sort commun un héros qu' ils chérissent, lorsque la Fatale Moere l' a saisi pour le plonger dans le profond sommeil de la mort ", mais le poéte évite de mettre Zeus en lutte avec le Destin. Si le sentiment, chez le Maitre de l' Olympe, se trouve parfois contraint dans son expansion, il l' est moins par une puissance extérieure que par l' intelligence meme du Dieu, laquelle est en parfait accord avec le Destin. On ne surprend jamais Zeus désapprouvant un seul des arréts de la Destinée, et, en les faisant exécuter, il ne semble jamais réaliser une pensée distincte de la sienne. Aussi Homére appelle t il parfois le Destin le " Fatum de Zeus." Ailleurs, il associe Zeus et la Moere pour montrer la parfaite harmonie de leurs volontés. On peut meme constater, dans la théologie Homérique, une tendance marquée a subordonner le Destin a Zeus, car l' Até, qui est une espéce de Fatalité engendrée par le péché, est dite " Fille ainée de Zeus."

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Jeu 1 Fév - 4:11


Il y a plus. Le Destin et Zeus sont bien, si l' on veut, des puissances distinctes, mais la Moere, impuissante a faire exécuter elle meme ses décisions, n' a de réalité que par Zeus. Elle pourrait étre violentée, il pourrait y avoir de " Lése - Destinée ", si celui ci ne pliait les autres a des Lois qu' il accepte lui meme. Poséidon averti par lui, vole au secours d' énée, en s' écriant : " Craignons le courroux de Zeus si Achille vient a l' immoler, car la Destinée veut qu' il échappe." La Fatalité tend, par conséquent, a se confondre avec la Sagesse du Dieu supréme ; il n' y a pas de conflit a craindre contre deux volontés souveraines dont l' une serait une raison sans force et l' autre une force sans raison.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Jeu 1 Fév - 10:45

La théologie Hésiodique établit plus nettement la primauté de Zeus. On distingue, dans la Théogonie, deux conceptions différentes du Destin : l' une, applicable au monde tel qu' il était avant les Olympiens ; l' autre, a l' Univers ordonné et régi par Zeus. A l' origine, les Moeres et les Kéres ou génies de la mort sont engendrés par la Nuit en meme temps que la Mort, Némésis et la Discorde. Lorsque Zeus a vaincu les Titans et leur vengeur Typhon, il s' unit a Thémis, c' est a dire a la Loi personnifiée, et, de cet hymen, naissent les Divinités Fatales du monde régénéré, les Moeres et les Kéres, soumises a Zeus, leur pére. Dés lors, le monde n' a plus qu' un régulateur, Zeus, considéré comme " Dirigeant le Destin."

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Ven 2 Fév - 1:14

Le Destin étant ainsi identifié avec un étre raisonnable et bienveillant, la Divination semblait étre complétement justifiée dans la théorie et la pratique ; elle était non seulement possible, mais utile, puisque le cours des choses pouvait étre modifié par la volonté de Zeus et que les hommes pouvaient mériter de Zeus qu' il changeat leur Destinée dans le sens de leurs désirs.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Ven 2 Fév - 7:13

La théologie se maintenait ainsi, aprés quelques hésitations, sur le terrain du bon sens vulgaire, d' ou elle ne peut sortir sans s' exposer a voir ses systémes crouler sous le premier assaut de la dialectique. Elle en sortit pourtant, quelques siécles plus tard, au moment ou la conscience religieuse se sentit inquiétée par les difficultés que rencontrait de toutes parts la réflexion éveillée par la philosophie naissante. Le probléme de la Destinée avait été écarté plutot que résolu par la mythologie épique. L' avenir conditionnel, dépendant de la volonté de Zeus, était déja chose difficile a comprendre ; mais la question se compliquait au point de devenir inintelligible si cette volonté elle meme consentait a tenir compte de la liberté humaine, postulat indispensable pourtant a la croyance en l' efficacité de la Divination et de la priére. L' Achille d' Homére avait eu le choix entre une longue vie d' inaction et la gloire conquise par une mort prématurée. Or, pour qui songeait a toutes les conséquences produites par la présence d' Achille a Troie, il était évident que le libre choix du héros avait entrainé une série incalculable de modifications dans le plan Providentiel comparé a ce qu' il eut été si Achille avait préféré a la gloire une pacifique vieillesse. La pensée de Zeus avait du contenir au moins deux formes possibles de l' avenir entre lesquelles la liberté humaine avait déterminé celle qui avait été réalisée.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Sam 3 Fév - 1:48

Une réflexion un peu plus exercée pouvait généraliser le probléme et reconnaitre que les éléments conditionnels de l' avenir étant en nombre indéfini, le nombre des formes possibles ou des plans réalisables était illimité. C' est a dire que le hasard conduit par la liberté, autrement dit, la négation meme de l' ordre et de la régle, tendait a se substituer a la Providence.

Pour sauvegarder la Providence et la dignité de Zeus ainsi compromise, il fallait supprimer la donnée la plus instable, la plus irrationnelle du probléme, c' est a dire la liberté humaine. C' est le parti auquel s' arrétérent les poétes profondément religieux du cinquiéme siécle. Pindare, Eschyle, Sophocle, représentent cette foi religieuse dans ses diverses phases, d' abord sure d' elle meme, puis troublée et enfin rentrant par mille concessions dans la région de la commune opinion, du bon sens, qui est le refuge de toutes les doctrines épuisées.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Sam 3 Fév - 2:22


Tout ce qui nous reste de la poésie de Pindare nous montre en lui un vif sentiment de la dépendance de l' homme vis a vis des Dieux, auxquels celui ci doit tout, le bonheur et meme la vertu. Mais il ne se représente pas la Providence Divine comme étant elle meme libre absolument. Non seulement les Dieux dépendent de leur propre Sagesse, mais il y a, au - dessus de toutes les volontés Divines et humaines, une Loi irresponsable dont les arréts sont d' autant plus inévitables qu' elle n' est elle meme liée par aucune nécissité morale, pas meme par l' idée de justice. " La Loi, dit il, reine des mortels et des immortels justifie et exécute d' une main souveraine les actes les plus violents : j' en tire la preuve des travaux d' Héraklés, car il a trainé les boeufs de Geryon jusque devant le palais Cyclopéen d' Eurysheus, sans les avoir ni demandés ni achetés."

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Sam 3 Fév - 3:50


Le pieux lyrique assure ainsi l' ordre du monde aux dépens de la liberté humaine, et sacrifie meme de la liberté Divine ce qu' il faut pour mettre les Dieux a l' abri des récriminations fondées sur l' incompatibilité de certains enseignements religieux avec les principes innés de la conscience morale. Son ame se repose dans une confiance sereine en une Providence qui ne cesse d' étre parfaitement libre que pour étre parfaitement bonne. Il lui suffit que la piété soit un titre assuré a la protection des Dieux, et sa muse franchit d' un coup d' aile les régions mal éclairées ou sommeillent les objections philosophiques.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Sam 3 Fév - 20:01

Pindare, né dans un pays fertile en Oracles, était l' interpréte de l' Oracle Apolinien de Delphes, alors a l' apogée de son prestige et de son influence. Le Fatalisme religieux, ainsi mitigé par le caractére éminemment moral de la Providence, était a cette époque l' opinion Orthodoxe que le sacerdoce d' Apollon s' efforcait de généraliser. Dans le temple de Delphes, non loin du siége de fer ou Pindare s' asseyait, dit on, pour chanter des hymnes en l' honneur d' Apollon, on voyait un groupe de statues représentant Zeus Moeragéte et Apollon Moeragéte associés a deux Moeres en tenant la place de la troisiéme. La théologie formulait et l' Art symbolisait ainsi cette union intime de la Fatalité et de la Providence, dont la raison ne devait jamais parvenir a élucider le mystére.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Dim 4 Fév - 3:11

Le matérialisme de l' école atomistique semblait ne laisser aucune place a la Divination privée de sa source, la conscience Divine. L' Univers, composé d' atomes groupés dans l' espace par des forces mécaniques, n' est point ordonné suivant un plan Providentiel, et il ne s' y passe rien qui ne soit le résultat Fatal de causes naturelles. La science peut donc prévoir les phénoménes quand elle connait les Lois qui les engendrent, mais elle n' a rien a apprendre d' une Révélation surnaturelle.

La faculté divinatoire, commune a tous les hommes, pouvait se trouver particuliérement exaltée par certaines conditions physiologiques. Les mélancoliques la possédent a un haut degré et peuvent la porter jusqu' a l' enthousiasme prophétique. Le Stoicisme, au contraire, ambitionna l' honneur de créer une philosophie pratique, dans laquelle tout serait subordonné a l' utilité, et ou toute théorie serait jugée par ses applications. S' il manqua son but, c' est qu' au lieu de tenir compte des forces humaines, comme il s' y était engagé, il s' éprit tout d' abord de la perfection idéale et ordonna l' existence d' aprés un plan fourni par la raison pure. De cette contradiction initiale résultent toutes les contradictions de la philosophie Stoicienne, une des plus compliquées qu' ait enfantées le génie raisonneur de la Gréce. Partout, dans ce systéme, il y a disproportion entre le but et les moyens, l' un étant marqué d' avance par le sentiment, les autres fournis par une logique inflexible, qui se raccorde a force de subtilités a cette faculté hétérogéne avec laquelle elle a la prétention de se confondre. Aussi le Stoicisme, en acceptant toutes les idées religieuses et en justifiant toutes les aspirations du sentiment, ne parvint a étre ni pratique ni populaire.

B.L.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Dim 4 Fév - 8:27

Nulle école n' a autant fait pour enraciner a jamais la foi en la Divination que le stoicisme. Elle la tirait immédiatement de son dogme le plus cher, celui de la Providence, combiné avec son principe dirigeant, le souci d' utilité pratique.

Les Stoiciens concluaient a priori qu' il existait une Divination, parce que les Dieux étaient trop bons pour avoir refusé a l' homme un bien si précieux. S' il y a des Dieux, disaient ils, et qu' ils ne révélent pas a l' avance aux hommes ce qui doit arriver, c' est que, ou bien ils n' aiment pas les hommes, ou ils ignorent eux memes l' avenir, ou ils pensent que l' homme n' a pas intérét a le connaitre, ou ils croient au - dessous de leur dignité de l' annoncer, ou ils sont incapables de le faire. Or, aucune de ces hypothéses n' est admissible : donc la Révélation existe.

Ils prouvaient généralement la Mantique par la Providence et la Providence par la Mantique. Ce n' était la, pour ainsi dire, qu' une entrée en matiére, car les Stoiciens ne se sont pas crus dispensés de donner une théorie compléte et raisonner de la Divination. Ils avaient pour cela trois questions a résoudre. La Divination est elle possible ? Est elle utile et, par conséquent, réelle ? Par quels moyens est elle réalisée ?

Leclerc.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par oursagora le Dim 4 Fév - 9:07


L' agent de la connaissance Divinatoire n' est autre que la Providence parlant a l' ame au moyen de signes. Ces signes peuvent étre percus directement, autrement dit, contemplés par l' ame, ou trouvés par voie d' exégése dans des phénoménes extérieurs. Les Stoiciens définissaient donc la Divination " Science théorique et exégétique des signes donnés aux hommes par les Dieux." Ils la divisaient conséquemment en deux parties, Divination spontanée, ou naturelle et Divination artificielle, faisant rentrer dans ces deux grandes catégories tous les modes connus.

La Divination spontanée ou intuitive consiste dans une communication directe de l' ame avec la Divinité, communication qui a lieu soit pendant le sommeil, soit dans l' enthousiasme. La Révélation Divine émane, suivant les cas, soit de l' ame du monde qui s' infuse dans celle de l' homme, comme le pensait Héraclite ; soit des esprits aériens qui se montrent et laissent voir en eux la Vérité dont ils ont conscience, comme l' affirmait Démocrite ; soit de la parole de ces memes esprits, comme le prouvaient les allocutions entendues en songe. Toutes les opinions antérieures étaient ainsi accueillies par l' éclectisme Stoicien. La réceptivité de l' ame pour ces impressions supra - sensibles est d' autant plus grande qu' elle meme est plus dégagée des sens. Tout ce qui exalte son activité aux dépens de celle du corps la prédispose a la Divination. Le sommeil, l' approche de la mort, agissent surtout en paralysant les sens ; l' enthousiasme, certaines vapeurs telluriques, la musique meme ou la contemplation des beautés sévéres de la nature, en augmentant l' énergie du feu intellectuel qui constitue l' ame.

Leclerc.

oursagora

Messages : 1548
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Religion Gréco - Latine De L' Antiquité.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum