La science des nombres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La science des nombres.

Message par oursagora le Sam 30 Sep - 3:30

On définit généralement le nombre comme " L' unité ou une collection d' unités ", car la notion de nombre repose entiérement sur le concept d' unité, et chaque nombre n' est qu' un aspect particulier et analytique de l' unité absolue, c' est a dire de l' Univers qui contient tout. Comme chaque objet n' est qu' une parcelle du grand Cosmos, les nombres pluriels ne peuvent se rapporter qu' a des parties de ce Tout cosmique, isolées par abstraction et considérées dans leurs rapports mutuels. De tels rapports peuvent nous sembler fortuits, par exemple si l' on dit qu' une pluie a duré deux jours, que trois hommes sont entrés dans un jardin, qu' un enfant a été malade a l' age de 7 ans, etc ; mais une étude approfondie du déterminisme fatal et des correspondances occultes améne a penser que cette apparence fortuite et indifférente n' est due qu' a notre ignorance des causes multiples ou des relations mystérieuses des phénoménes ; la notion de hasard ne repose que sur notre inconscience du mécanisme causal en action.


Bien souvent, en effet, le nombre nous révéle un rapport, une harmonie, une loi, un principe, par exemple s' il est question de deux polarités contraires, des trois premiers termes d' une série, etc, et il est permis d' affirmer que tout, dans la nature, obéit a des lois d' une extréme précision dont le nombre est l' expression la plus pure. Le nombre est a la racine de l' univers manifesté ; le nombre et les proportions harmonieuses dirigent les premiéres différenciations de la substance homogéne en éléments hétérogénes ; le nombre et les nombres imposent des limites a la main créatrice de la nature.



Les phénoménes naturels sont tous soumis a des lois, et ces lois se raménent a des coefficients, c' est a dire a des nombres. Par exemple, " L' examen des proportions des cristaux, des contours de formes vivantes, telles que les fleurs, les diatomées, les radiolaires, les papillons, etc, nous montreraient que - exception faite des modifications de la croissance - toutes les proportions et les courbes comprises dans ces formes peuvent étre analysées comme suit :

A) Une série primaire de cercles ayant un rapport binaire entre eux ( 1,2,4,8,etc ) en combinaison avec :

B) Une série secondaire de cercles obtenus en employant comme rayons les cotés des triangles, des carrés, des pentagones, des hexagones inscrits dans les cercles de la série primaire."



Une loi identique régit la nature entiére : cristaux, plantes, hommes, étoiles, sons, spectrums chimiques, etc. Tout état vibratoire de l' éther a pour correspondance un ensemble de nombres plus ou moins compliqué et c' est pourquoi Balzac a pu dire : " Tout ici - bas n' existe que par le mouvement et le nombre ; le mouvement est en quelque sorte le nombre agissant." Les nombres joueraient un grand role dans l' anatomie et la physiologie. On a encore remarqué, par exemple, que les vagues soulevées par le vent du Nord suivent un rythme septénaire dont la période comprend trois vagues fortes, suivies de quatre plus faibles ; le vent du Midi souléverait alternativement cinq vagues fortes et sept vagues faibles.


Source René.


oursagora

Messages : 1280
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La science des nombres.

Message par oursagora le Sam 30 Sep - 23:26

Source René.



La science nous apprend que les mouvements vibratoires naturels ( lumineux, sonores, etc ) sont entre eux dans des rapports simples ( couleurs du spectre, notes de la gamme ), de meme que les atomes chimiques dans les molécules composées ( loi des proportions définies ), de meme encore que les proportions réciproques des divers organes chez l' homme ( canons esthétiques divers ), chez les animaux et chez les végétaux ; la ou nous voyons les feuilles s' insérer sur la tige selon des distances ordonnées et réguliéres : 1/2, 1/3, 2/5, 5/13, etc. La vie tout entiére évolue selon certains cycles que l' observation impartiale constate : telle est l' importance des périodes de sept jours et de sept ans dans les phénoménes biologiques ( comme nous le verrons plus loin ) ou encore l' universalité de la division quaternaire dans les séries cycliques. Les mouvements du soleil et de la terre, les phases lunaires, les passages des cométes, les taches solaires, qui influent si profondément sur toute la nature, combinent leurs actions selon un rythme mesurable par des nombres et des rapports. Le nombre éclaire la correspondance occulte d' un cycle a l' autre comme celle du jour a l' année, si manifeste en Astrologie dans le calcul des Directions. Les nombres sont l' expression des lois comme celles ci sont l' expression de l' harmonie universelle.

oursagora

Messages : 1280
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La science des nombres.

Message par oursagora le Dim 1 Oct - 21:58

Source René.



Quelquefois, cette influence du nombre devient tellement mystérieuse qu' elle inspire une terreur superstitieuse. Des individus ont remarqué que certains nombres, certaines mesures leur étaient favorables ou défavorables, d' ou la croyance a certains présages. Au point de vue dogmatique, on a poussé trés loin les spéculations dans ce sens : les correspondances du systéme kabbalistique, l' onomancie ou ce systéme mixte qu' on appelle Astrologie onomantique, rénové par Christian Pitois, en sont des applications trés importantes dans l' histoire de l' Occultisme, mais nous ne pouvons que les indiquer ici pour montrer quelle vertu efficiente a pu étre reconnue au nombre. Il est évident que, dans ce sens, certains faits paraissent troublants ; a ce sujet il convient de citer avant tout les trés remarquables études de Villarouet sur les régnes de l' histoire.



Le nombre réglerait donc non seulement les phénoménes naturels, mais la destinée meme des hommes, de leurs descendants, les grands faits de l' histoire et le sort des états, au point que tout l' avenir serait déterminé par les rapports immuables des lois numériques de l' Univers. Il y aurait la une fatalité mathématique sur la complexité de laquelle l' Astrologie peut nous donner une idée, mais qui serait assez précise pour permettre, dans certains cas, de formuler des prédictions.



Ainsi envisagée, l' interprétation du nombre devient un des plus angoissants problémes que l' Occultisme est, sans doute, loin d' avoir résolu. C' est probablement dans ce sens que Balzac écrivait que : " Le nombre est pour l' esprit comme pour la matiére un agent incompréhensible."

oursagora

Messages : 1280
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La science des nombres.

Message par oursagora le Lun 2 Oct - 1:53

Source René.




Le " Philosophe inconnu " donne du nombre une explication remarquable ; le nombre est, pour lui, l' enveloppe invisible des étres comme le corps en est l' enveloppe sensible. Cette enveloppe invisible constituerait l' intermédiaire nécessaire entre le principe et la forme de chaque étre, lesquels sont trop éloignés l' un de l' autre pour pouvoir s' unir sans cet intermédiaire. " Ainsi, dit il, il y a des nombres pour la constitution fondamentale des étres, il y en a pour leur action, pour leur cours, de meme qu' il y en a pour leur commencement et pour leur fin quand ils sont sujets a l' un et a l' autre. Il y en a meme pour les différents degrés de la progression qui leur est fixée....Il y a aussi des nombres mixtes pour exprimer les différentes unions et compositions d' étres, d' actions, de vertus ; il y a des nombres centraux, des nombres médians, des nombreux circulaires et des nombres de circonférence ; enfin il y a des nombres impurs, faux et corrompus. Et, répétons le, toutes ces choses ne font qu' indiquer les différents aspects sous lesquels on peut considérer les étres, et les différentes propriétés, lois et actions, soit visibles, soit invisibles, dont nous ne pouvons douter qu' ils soient susceptibles."

oursagora

Messages : 1280
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La science des nombres.

Message par oursagora le Mar 3 Oct - 3:52

Source René.



Si la puissance mystérieuse et essentielle du nombre échappe a notre intelligence, de meme que toute cause premiére, du moins pouvons nous aborder l' étude du nombre dans ses caractéres rudimentaires et dans ses propriétés les plus simples. La science des nombres peut étre divisée en plusieurs branches : l' Arithmétique n' envisage que les rapports des nombres entre eux leurs propriétés de divisibilité, de parité, etc, en ne tenant compte que de leur valeur concréte ; l' Arithmologie se bornerait a rechercher le nombre et ses rapports dans les phénoménes naturels, par exemple dans les proportions des formes vivantes ou dans les cycles naturels ; l' Arithmomancie tenterait d' appliquer ces connaissances a la prévision des événements et de la destinée humaine ; enfin l' Arithmosophie étudierait le sens profond de tous les rapports numériques naturels, en tirant des faits arithmétiques, arithmologiques ou meme arithmomanciques, une notion synthétique sur l' influence propre de chaque nombre et sur sa signification intime.

oursagora

Messages : 1280
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La science des nombres.

Message par oursagora le Mar 3 Oct - 18:28

Source René.





En effet, outre son aspect concret de quantité, qui est l' objet de l' Arithmétique, le nombre présente un aspect abstrait, une signification Arithmosophique. La notion abstraite d' Unité, de paire, de trinité, etc, qui s' attache aux nombres 1,2,3, etc, comme une qualité intelligible, devient tout naturellement l' expression d' une relation définie. Le fait qu' un objet ou un étre soit unique implique qu' il ne présente pas de rapports d' analogie avec d' autres objets ou d' autres étres semblables ; le fait que des objets ou des étres soient au nombre de deux ( le cas duel des grammairiens ) implique, au contraire, l' existence de rapports directs de comparaison, d' antithése, d' opposition ; avec le nombre trois, l' idée d' opposition disparait pour faire place a l' idée de série, et, par suite, de relations définies et harmoniques, etc. Chaque nombre est donc susceptible de représenter une idée abstraite définie, et comme la notion de nombre est certainement la plus élémentaire, la plus irréductible, celle qui apparait le plus tot dans la psychologie rudimentaire des étres les moins évolués, il s' ensuit que " Les idées de nombre sont les plus claires, les plus évidentes, les plus exactes, les plus distinctes et qu' elles sont les mesures communes de toutes les autres choses que nous pouvons connaitre." On peut dire que la langue des nombres est la langue des idées, des pensées, de la connaissance, s' opposant a la langue des sentiments, laquelle ne peut s' exprimer que par des mots.

oursagora

Messages : 1280
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La science des nombres.

Message par oursagora le Jeu 5 Oct - 22:50

Source René.



Quand Leibniz voulait établir une langue universelle en cherchant des caractéres applicables a toute espéce d' idée ( comme les nombres sont lus dans toutes les langues ), il aurait pu s' adresser a la langue des nombres, surtout aprés avoir remarqué lui meme que " La science des nombres et les caractéres numériques renfermaient de grands secrets." Malebranche avait vu trés juste quand il écrivait : " Les idées de nombre sont les régles immuables et les mesures communes de toutes les choses que nous connaissons et que nous pouvons connaitre. Ceux qui connaissent parfaitement les rapports des nombres et des figures, ou plutot l' art de faire les comparaisons nécessaires pour en connaitre les rapports, ont une espéce de science universelle et un moyen trés assuré pour découvrir, avec évidence et certitude, tout ce qui ne passe pas les bornes ordinaires de l' esprit." De Maistre disait de meme : " De ma vie, je n' ai étudié que le nombre ; c' est le signe, c' est la voix, c' est la parole de l' intelligence, et comme il est partout, je le vois partout." Enfin Eckartshausen proclame que " Qui sait calculer avec les nombres de la nature, celui la trouve les rapports éternels des choses, la progression de l' unité, les lois de la nature, les rapports du corporel et du spirituel, des forces, des effets et des suites ; il définit l' espace et la durée des choses et calcule le passé et l' avenir."





Il semble que l' initié qui aurait approndi, dans sa plénitude, la signification des nombres, posséderait la clef de tous les secrets, car le nombre est non seulement la norme des lois naturelles, mais encore le lien logique, la clef commune de tous les enseignements philosophiques, religieux, occultes. étudier le symbolisme des nombres, c' est rechercher l' essence meme de l' Arithmosophie sans crainte de s' égarer dans les mirages d' un systéme personnel ou de spéculations invérifiables, puisque c' est rester en contact incessant avec la pensée collective des initiés et avec la tradition permanente, en se reposant sur l' observation naturelle et la logique.





oursagora

Messages : 1280
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La science des nombres.

Message par oursagora le Ven 6 Oct - 1:18

Source René.




On retrouve, en effet, la science des nombres a l' aube de toute civilisation, depuis les rares vestiges de la mystérieuse Atlantide. Il en est question chez les Celtes. Les védas, dépositaires des plus anciens enseignements Aryens, les plus anciens livres sacrés de la Chine, sont les premiers a développer des théories philosophiques et scientifiques basées, comme nous le verrons par la suite, sur des correspondances numériques.



Chez les Caldéens les notions positives s' entremélaient a des considérations mystiques sur la puissance, sur les liens qui les attachaient aux Dieux. Il en était de meme chez les égyptiens et les Hébreux ; ces derniers auraient rapporté de leur captivité a Babylone des notions étendues d' Arithmosophie avec tout ce qui devait constituer plus tard la philosophie secréte de la kabbale. Longtemps la science des nombres resta l' apanage d' une élite et devait se transmettre plus ou moins secrétement dans les sanctuaires des temples et dans les mystéres initiatiques.

oursagora

Messages : 1280
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 56
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La science des nombres.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum