Mythes et Légendes et leurs vérités occultes. La Guerre de Troie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mythes et Légendes et leurs vérités occultes. La Guerre de Troie.

Message par obsidienne le Jeu 27 Juil - 22:51

Livre de Rudolf Steiner : Mythes et Légendes et leurs vérités occultes.

Extrait de la 10e conférence. Berlin, 28 octobre 1904.

La Guerre de Troie.


P 128
… L’expansion de la civilisation grecque a été traduite extérieurement dans la légende de la guerre de Troie. Cette légende n’est rien d’autre que la représentation mythique d’une vérité ésotérique, l’épanouissement de la quatrième sous-race de la cinquième race-mère et le passage du règne des prêtres, parvenu à son stade ultime, vers un pouvoir purement séculier. On trouve une allusion à cet événement formulée avec une délicatesse extrême, au début de la légende troyenne.

Vous savez qu’en ésotérisme, la matière est partout représentée par le symbole de l’eau. L’eau est le symbole ésotérique de la matière. Il me suffit de vous rappeler un exemple tiré de la théologie : dans le credo de Nicée, là où l’on trouve ces mots « … souffert sous Ponce Pilate », il devrait être écrit « souffert dans pontos pyletos », ce qui signifie « dans l’eau condensée ». Le fils de Dieu est descendu pour souffrir dans la matière présente sur le plan physique. Dans le Credo chrétien, « pontos », la mer, a été latinisé et est devenu « pontius », et « phyletos » est devenu « Pilate ».

Quand Thalès dit que tout est né de l’eau, il parle en vérité de la matière physique omniprésente. Il s’agit ici de l’eau en tant que matière physique. Cette matière physique doit être la référence de ceux qui prennent alors la direction de l’humanité : les rois en relation avec le monde divin. Pélée est le roi qui doit régner sur le plan physique, tirant sa force de ce plan physique même. Dans les mystères, cela était présenté au peuple sous la forme de ce récit mythique : Pélée épousa la déesse de la mer Thétis : il s’agit du mariage des gouvernants de l’humanité avec la matière du plan physique.

Thétis est la déesse de l’eau, de la mer. Et celui qui naît de ces noces, c’est Achille. Achille est le premier initié de ce type. Il est donc invulnérable, sauf au talon. Tous les initiés de la quatrième sous race sont encore vulnérables en un endroit quelconque. Ce n’est qu’à la fin de la cinquième sous-race qu’il y aura des initiés si avancés qu’ils ne seront plus du tout vulnérables. Achille est plongé dans le Styx, c’est-à-dire qu’il est mort à tout ce qui est terrestre et qu’il est transporté sur un plan supérieur.

Vous avez là une césure très importante dans l’évolution humaine. Au milieu de la quatrième sous race, c’est la vie spirituelle qui descend la première, nous avons alors les premiers initiés du plan physique. Il apparaît ici quelque chose de très particulier. Les guides du monde antérieur étaient libres de tout kama, ils étaient sans désirs avides, ils devaient se dépouiller de tout ce qui était kamique au cours des différents degrés initiatiques qui les menaient à l’initiation spirituelle. Tant qu’il y a eu des prêtres dans le sens antique, il ne pouvait s’infiltrer aucune trace de kama au sein du gouvernement du monde. Mais le kama engendre la singularité, le karma permet aux hommes de se tourner les uns vers les autres.

Autrefois, il y avait aussi des batailles et des combats mais les hommes ne pouvaient pas encore opposer le Bien et le Mal. On ne peut pas juger les querelles et les guerres entre les hommes de ces époques avec nos références actuelles. Il faut les mettre sur le même plan que les combats dans le monde animal.

On ne pouvait pas dire que quelque chose était bien ou mal, de même qu’un lion ou un tigre n’est ni bon ni méchant. Le mal véritable commença seulement à partir du moment où Manas se lia à kama l’homme fut alors dirigé par kama et cela introduisit la conscience dans les combats que se livraient les hommes.

La légende évoque ce fait en notant l’absence d’une déesse au mariage de Pélée avec la déesse de la mer Thétis, auquel assistent tous les Dieux : il manque Eris, la déesse de la discorde, parce que l’humanité n’avait pas encore atteint le point où le kama s’unit au Manas, entraînant l’individuation par laquelle les hommes s’opposent les uns aux autres. Mais voilà qu’apparaît la déesse Eris : elle lance parmi les initiés, une pomme qui porte l’inscription « A la plus belle », pour introduire la discorde. Ainsi surgit le prétexte de la guerre, qui n’apparaît qu’au sein de la cinquième race-mère, sous l’entière responsabilité humaine. Ce n’est qu’à partir de ce moment qu’on peut parler d’une fureur consciente des hommes les uns à l’encontre des autres.

Toute la suite du mythe est le développement de ce qui a commencé là. La plus belle des déesses doit recevoir la pomme d’Eris. Les trois déesses Héra, Pallas Athéna et Aphrodite se battent pour cette pomme. Les trois déesses symbolisent différents degrés de la vie de l’âme sur les plans spirituels supérieurs. Mais à présent, les décisions ne doivent plus se prendre sur le plan spirituel, mais sur le plan physique. C’est pourquoi, Paris est appelé pour décider depuis le plan physique. Voici le point crucial où l’on peut véritablement saisir de quoi il s’agit. Qu’allons nous nécessairement rencontrer si les décisions sont prises sur le plan physique ?

Quand Manas apparut sur le plan physique, il s’unit à kama. Avant, les hommes étaient certes kamiques, mais cela n’avait pas encore la signification de bien et de mal. Mais maintenant, Manas se lie à kama et les hommes prennent conscience de leurs actes. Manas entre dans la partie inférieure de la nature humaine. L’homme avait déjà atteint le stade kamique, sur l’ancienne lune. La partie kamique la plus grossière a quitté la terre avec la sortie de la lune et accompagne maintenant, dans la lune, la terre dont elle est le satellite. En ésotérisme, la lune est le symbole, la marque de la nature inférieure, de ce qui nous tire vers le bas, de ce vers quoi nous pouvons aller si nous succombons à notre nature inférieure.

Cette union de kama et Mans, pendant la quatrième sous-race, est lourde de conséquences parce que l’homme qui doit prendre des décisions se lie au principe lunaire, à Séléné.

Séléné a donné « Helena ». L’union de Paris et d’Hélène est l’expression symbolique du mariage du mariage de Manas et de kama dans la quatrième sous-race. L’être humain qui se tient sur le plan physique a tiré à lui le principe lunaire. Vous pouvez trouver cela partout, quand on parle de la lune en ésotérisme. La guerre naît de cette union consciente, sur le plan physique, entre le principe de Manas et celui de kama. La guerre de Troie est en même temps symbole et fait. Elle a réellement eu lieu ; les événements les plus importants de la guerre de Troie se sont déroulés sur le plan physique. Mais ils ont aussi une signification symbolique. La légende de la guerre de Troie a un contenu mystique, mais les faits se sont déroulés aussi sur le plan physique.

Je vous prie de noter encore une chose. Quand la cinquième race-mère sera parvenue à son terme et que la sixième race-mère émergera, le domaine de l’entendement conscient comportera un facteur influent qui actuellement, pendant la cinquième sous-race, est encore très en retrait, mais qui a commencé à se former. C’est quelque chose qui part de la sphère musicale. L’importance de la musique se manifestera de plus en plus dans la cinquième sous-race. La musique ne sera plus seulement un art, mais un moyen d’expression pour de tout autre chose que des choses purement artistiques. Cela suggère l’influence d’un principe très précis sur le plan physique. Ce sont les initiés de la cinquième race-mère qui, dans le domaine de la musique, ou de ce qui est semblable à la musique, donneront les impulsions les plus importantes.

Ce qui doit pénétrer dans la cinquième race-mère, dans le domaine de la vie de l’entendement consciente, c’est ce que l’on appelle le feu de Kundalini. C’est une force qui, actuellement, dort encore en l’être humain, mais qui acquerra une signification de plus en plus grande. Aujourd’hui, elle a déjà une grande influence, une grande signification dans ce que perçoit le sens de l’ouïe.

Au cours de l’évolution ultérieure dans la sixième sous-race de la cinquième race-mère, ce feu de Kundalini aura une grande influence sur ce qui vit dans le cœur humain. Le cœur humain aura vraiment en lui ce feu de Kundalini. L’homme sera alors pénétré d’une force particulière qui vivra dans son cœur, si bien qu’il ne distinguera plus, pendant la sixième race-mère, son bien-être propre de celui de l’ensemble de ses congénères.

L’être humain, pénétré par la lumière de Kundalini, fera du principe de l’amour sa nature la plus intime.

Dans la septième sous-race, toute l’humanité sera certes dans un véritable chaos, car la race-mère sera proche de sa disparition. Mais une petite partie des hommes de la septième sous-race seront les vrais fils du feu de Kundalini. Ils seront pénétrés de toutes les forces du feu de Kundalini ; ils fourniront la substance de la prochaine race-mère, pour ceux qui dirigent l’évolution future de l’humanité. Ainsi la cinquième race-mère se dirige vers ces hauteurs où le feu divin, le feu de Kundalini, allumera avec une ardeur sacrée le principe divin à l’intérieur de l’homme : l’homme ne sera plus séparé de l’homme, mais une fraternité sera inaugurée, et son champ sera aussi vaste que celui de l’entendement pensant. Ce feu vivra un jour dans les êtres humains. Et dans les hommes qui sont initiés au cours de la cinquième race-mère, brillent déjà les premières flammes de ce feu divin, dans lequel se trouve la force de la fraternité, qui mettra un terme à l’isolement des hommes.

Mais il ne fait que commencer à se frayer un passage, il est encore un enfant, il est encore voilé, caché par les passions qui divisent les hommes, les puissances séparatrices du kama. Et là où il apparaît dans l’individu isolé comme annonciateur d’une époque à venir, il prend une autre forme, un tout autre caractère. Sur le plan de l’illusion, le feu divin est la colère divine. Ce n’est que lorsque la fraternité inondera toute l’humanité qu’il deviendra l’amour divin. Mais tant qu’il se montre dans l’individu sous forme d’ardeur, c’est la colère divine, et s’il se présente dans l’individu comme une force violente, c’est parce que le reste de l’humanité n’est pas encore mûr.

C’est ce qu’exprime le poète initié. Dans ses vers, Homère s’appelle le « poète aveugle », parce qu’il est doué de la faculté de contemplation intérieure : « Chante-moi, O Muse, la colère d’Achille, le Péléïde ». C’est la colère de dieu, dont parle d’emblée le poète, au début de l’Illiade. L’Illiade décrit la propagation du feu de Kundalini sur le plan physique. Dans la querelle entre Agamemnon et Achille, la colère qui flamboie est celle de la colère divine. La légende de la guerre de Troie, montre le passage de l’ancien Etat des prêtres-rois à un royaume séculier. Car Troie est un Etat où le roi se trouve sous l’influence de l’antique pouvoir sacerdotal. Le roi est remplacé par le principe de la sagesse séculière. La représentation de la victoire de la sagesse séculière est très belle.

C’est Ulysse, le rusé, qui remporte la victoire. C’est l’initié de la cinquième sous-race, qui a reçu l’initiation grâce à son voyage. La spiritualité des anciens prêtres cède la place à l’intellectualité. Cette phase est exprimée également dans l’image de Laocoon étouffé par les serpents. Les serpents, symbole de la sagesse séculière, enserrent le prêtre Laocoon, représentant de l’ancienne spiritualité.

Si vous suivez bien cela, vous voyez que la légende troyenne ne fixe rien de moins qu’un grand moment de l’histoire universelle. Dans les mystères, on représentait ces évènements-là. Dans les mystères les plus anciens, qui ont précédé les mystères d’Eleusis, on représentait, entre autres, justement ce moment important de l’émergence de la quatrième sous-race. La guerre de Troie, qui a réellement eu lieu, était déjà représentée dans les mystères, avant qu’elle n’éclate.

Pour celui qui n’est pas versé dans la théosophie, cela paraît inouï. Mais la représentation du passé et de l’évolution future est un principe des mystères. Et c’est parce qu’ils annonçaient des processus à venir qu’ils devaient être tenus secrets. Les mystères n’étaient pas là pour satisfaire la curiosité des hommes : ceux qui devaient y participer étaient les hommes appelés à coopérer à l’architecture de l’avenir. Ils devaient aller chercher là les forces qui impulseraient leur mission. C’est le sens des mystères.

Si donc quelqu’un venait à trahir un mystère, cela signifierait qu’il révèle publiquement ce qui doit arriver dans le futur. Mais ainsi apporterait-il immanquablement la confusion parmi ses congénères. Seuls quelques individus avancés reçoivent les impulsions nécessaires. Ils ont pour mission de conduire lentement les hommes vers leur but futur. Seuls les rares hommes mûr, peut-être en avance de cinq cents ans sur leurs compagnons, sont en mesure de supporter ces secrets et d’agir dans le sens des mystères. Supposez que d’autres en entendent parler : ils voudraient introduire immédiatement ce pour quoi les hommes ne sont pas encore mûrs. Tout mystère deviendra un jour, dans des conditions très différentes, un bien public. Tout sera révélé à un moment donné. Le caractère secret est dû au nombre nécessairement réduit de ceux qui ont à préparer le futur ; ils doivent devenir les guides des autres hommes.

Il y a encore aujourd’hui des mystères qui ne pourront être révélés que dans la sixième race-mère, quand règneront de tout autres rapports de fraternité, qui n’existent pas encore. Ceux qui connaissaient ces faits avaient naturellement une peur terrible d’une trahison des mystères par manque de prudence. Autrefois, la trahison des mystères entraînait les punitions suprêmes ; dans les temps anciens, c’était la peine de mort. Ce ne sont pas les prêtres initiés qui ont prononcé les condamnations à mort, mais les personnes extérieures qui avaient des connaissances et n’étaient pas initiés. La peur de la trahison des mystères causa la fin tragique de maint grand homme. Socrate fut victime d’une accusation de ce genre, bien qu’elle fut injuste.
avatar
obsidienne

Messages : 3409
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum