Elisabeth Haich : INITIATION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elisabeth Haich : INITIATION

Message par obsidienne le Sam 8 Juil - 9:44

Elisabeth Haich : INITIATION

Plusieurs siècles séparent l'existence d'Elisabeth, pianiste en Europe de l'Est au XXe siècle, de celle d'une jeune princesse d'Egypte ayant vécu en 4 500 avant J.C. Pourtant, il s'agit de la même femme.

pianiste, sculpteur et mère de famille, Elisabeth Haich vit en Hongrie durant la Seconde Guerre mondiale lorsqu'elle va basculer dans des états de conscience modifiés. Elle se souvient alors de ses vies antérieures et notamment du destin exceptionnel d'une princesse égyptienne.

Dans l'Egypte ancienne, cette jeune fille est initié aux secrets de la prêtrise par le Grand Prêtre Ptahhotep. elle se voit dévoiler les connaissances éternelles de la vie et de la mort.
Un roman autobiographique vertigineux, qui nous amène à comprendre et à appliquer les lois cachés de l'univers, de l'âme humaine et du destin.

avatar
obsidienne

Messages : 3364
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Elisabeth Haich : INITIATION

Message par obsidienne le Sam 8 Juil - 10:53

Introduction du livre "INITIATION" de Elisabeth Haich

Je cherche une explication à la vie terrestre. J’aimerais savoir pourquoi l’homme naît, pourquoi, avec tant de difficultés, l’enfant devient adulte, se marie, met au monde des enfants qui, avec tout autant de problèmes, deviendront adultes, se marieront, auront encore davantage d’enfants qui, avec l’âge, perdront les facultés acquises au prix d’immenses efforts pour mourir enfin. Une chaîne interminable, sans commencement ni fin !

Des enfants naissent constamment, ils apprennent, travaillent d’arrache-pied pour développer pleinement leur corps et leur esprit – et après un temps relativement court, tout est consommé : on les donne en pâture aux vers de terre. Quel sens cela peut-il avoir ? Tout cela dans le but unique de produire des générations futures ?

Et lorsque certains ne se souciant pas seulement de leur descendance, nous laissent une œuvre spirituelle, pourquoi, eux aussi, sont-ils logés à la même enseigne ? Ils vieillissent et la tombe se referme sur eux et leurs talents. Pourquoi un Michel-Ange, un Léonard de vinci, un Giordano Bruno, un Goethe et tant d’autres vinrent-ils au monde pour ensuite devoir pourrir dévorés par des vers de terre qui s’engraissent du corps de ces titans ?
Non ! Il est impossible que la vie sur terre soit aussi dénuée de sens ! Derrière apparemment interminable de naissances et de morts, on doit pouvoir trouver un sens profond : et si inexplicable qu’elle puisse paraître à un esprit confus, il doit y avoir une raison pleinement satisfaisante et sensée – vue de l’autre côté !

Mais où et comment trouver cet autre côté de toute chose qui doit absolument exister ? Où et comment trouver le chemin qui conduit à cette connaissance ? Qui peut m’indiquer la direction, où trouver une personne initiée à ce mystère, quelqu’un qui puisse me révéler la vérité cachée ?

De tout temps, il y eut sur terre des gens exceptionnels qui, avec une parfaite assurance, parlèrent du secret de la vie et dont l’existence témoigne de leur conviction, des initiés comme on les nomme. Mais où et de qui ces « initiés » ont-ils reçu leur initiation ? Et à quoi furent-ils initiés ? – Un Socrate par exemple : il prend la coupe de poison avec un calme divin, la vide tranquillement en parlant objectivement, sans peur et en souriant, de l’effet du venin, expliquant comment ses pieds se refroidissent, comment le froid de la mort, pareil à un serpent, s’enroule autour de lui pour gagner le cœur. Il est conscient de l’imminence de sa mort, il prend congé de ses disciples fidèles et ferme les yeux.

Seule une connaissance absolue peut prêter une attitude aussi sereine devant la mort ! A quelle source Socrate a-t-il puisé ce savoir ? Et les autres géants qui, à différentes époques, ont habité la terre, d’où ont-ils reçu la connaissance du mystère de la vie et de la mort, leur initiation ?

Aujourd’hui encore, on doit pouvoir trouver de tels « initiés » et il doit y avoir un moyen de parvenir à une initiation, à la toute grande et authentique initiation.

La vie m’a fait comprendre que la Bible n’était pas seulement un simple recueil de contes, mais qu’elle avait été écrite par des initiés qui, en un langage occulte, nous avaient transmis des vérités profondes et cachées. Or, la Bible dit : « Cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira. »

J’obéis ! Je commençais à chercher partout. Dans les livres, dans des manuscrits anciens, auprès de personnes qui me semblaient susceptibles de connaître quelque chose à l’initiation. Mes yeux et mes oreilles étaient constamment en alerte et j’essayais de découvrir, dans les ouvrages d’hier et d’aujourd’hui, dans l’enseignement des anciens et des contemporains, quelques morceaux cachés de la mosaïque du mystère de l’initiation.

Et je trouvais ! Rarement d’abord, ici et là, mon ouïe intérieure reconnaissait la voix de la vérité dans les mots d’un livre ou les paroles d’une personne. Je continuais alors dans la direction indiquée par cette voix mystérieuse qui, pareille au fil d’Arianne, me conduisait toujours plus loin. Parfois, je trouvais dans ma ville quelqu’un qui savait me donner d’excellents conseils et parfois, cette voix m’emmenait bien loin à l’étranger, où l’enseignement donné concordait remarquablement avec les mots entendus à la maison.
C’est anis que je rencontrais des gens de plus en plus savants qui m’expliquaient toujours mieux le mystère de l’initiation et du sens de la vie. Je me heurtais naturellement à quelques ignorants prétentieux qui se donnaient pour sages. Mais je pouvais immédiatement déceler si c’était « la voix de Jacob mais les mains d’Esaü ». Ces pauvres charlatans qui jouaient aux « initiés » se trahissaient bien vite. Ils n’étaient pas en harmonie avec eux-mêmes ni avec leur propre vie ; comment auraient-ils pu m’enseigner quoi que ce soit sur les profondes vérités de la vie, sur l’initiation ? Dans pareil cas, je passais mon chemin, toujours à la recherche de celui qui possédait la vraie connaissance – un authentique initié.

Lorsque je rencontrais quelqu’un qui en savait plus que moi, je restais avec lui jusqu’à ce que j’eusse appris tout ce qu’il pouvait m’enseigner. Puis, je continuais ma route…
… jusqu’au jour où j’arrivais auprès d’une vieille femme qui vivait dans une sorte de couvent entourée d’une nuée de chercheurs. Cette femme travaillait au contact très étroit avec deux jeunes hommes, un Indien et un Occidental, qu’elle appelait ses fils. Durant mon séjour dans ce monastère, ils étaient absents, partis dans le monde accomplir leur mission : révéler la vérité à un cercle aussi large que possible.

Cette femme était grande, son port était celui d’une reine mais ses gestes restaient parfaitement simples et naturels. Ses yeux d’un bleu profond, étaient immenses et les longs cils qui les bordaient leur donnaient une expression tout à fait remarquable. Ce regard était aimable, compréhensif et souriant mais si pénétrant qu’il embarrassait ceux qui se trouvaient percés de son dard. Cette femme, on le sentait bien, voyait au travers de chacun, lisait les pensées et reconnaissait la structure psychique de tous. En l’écoutant parler au milieu du groupe, il arriva que des questions se présentassent à mon esprit. Elle souriait alors et continuait de parler en donnant à ses phrases une telle tournure que celles-ci répondaient très exactement à mes questions pourtant inarticulées. Cette même expérience fut d’ailleurs également vécue par d’autres. Je ne pus jamais tenir tête à cette femme. Je m’enrichissais constamment auprès d’elle et mes yeux spirituels s’ouvraient. Mieux alors je réalisais sa grandeur et son savoir dont le domaine s’étendait toujours plus loin, au-delà de mes propres connaissances. Plus le temps passait et moins je la connaissais. A chaque rencontre, elle semblait manifester une autre « personnalité » et j’acquis alors la conviction que cette femme portait en elle et pouvait manifester n’importe quel caractère de la personnalité humaine, et que par conséquent, elle n’en avait aucune. Car être « tout » signifie simultanément être « rien ».

« Mère, lui demandai-je une fois, qui es-tu réellement ? »

« Qui ? questionna-t-elle à son tour Qu’est-ce que ce « qui » ? Il n’y a qu’un seul ETRE qui est, chaque être humain, chaque animal, chaque plante tout comme chaque soleil, planète et autre corps céleste ne sont que des instruments pour manifester ce seul ETRE qui est. Combien de « qui », peut-on alors compter ? Le même Soi parle par ma bouche comme par la tienne et à travers tous les êtres vivants. La seule différence est celle-ci : tous ne connaissent pas complètement leur Soi et ainsi, ne peuvent manifester toutes les particularités du Soi. Mais celui qui Le connaît parfaitement peut manifester toutes les caractéristiques possibles au monde puisqu’elles ne sont que les aspects différents d’un seul et unique ETRE, d’un seul et unique Soi. Ma forme extérieure que tu vois et tu crois être mon « je » n’est qu’un instrument à l’aide duquel le Soi manifeste un certain aspect de lui-même précisément nécessaire à un moment donné. Ne pose donc plus de questions insensées pour savoir « qui » je suis. »

« Mère, dis-je encore, comment as-tu appris, à connaître le Soi si parfaitement qu’il t’est possible d’en manifester toutes les particularités ? Je voudrais y arriver aussi ! Raconte ! Quelles sont les expériences qui ont fait de toi cet instrument aux talents si multiples du seul et unique ETRE ? As-tu toujours été à ce niveau ? Es-tu née avec ces dons ? »

« Née ? – « Je » - née ? As-tu déjà assisté à la naissance d’un « je » ? As-tu déjà vu « je » ? Le « je » ? ne naquit et ne naîtra jamais. Seul le corps naît. Le Soi divin et réel est parfait. Son développement n’est donc pas possible. Mais le corps doit se développer pour pouvoir manifester les vibrations et les fréquences toujours plus élevées du Soi. Même l’instrument le mieux adapté, le corps le mieux développé, doit se soumettre à cette loi, le mien aussi, qui d’ailleurs, est encore loin de la perfection. Tout n’es qu’une question d’étapes dans l’évolution. La création d’un corps est toujours une réaction en chaîne – puisque c’est ainsi que l’on nomme aujourd’hui ce processus – et dès qu’une action engendre des réactions en chaîne, celles-ci vont passer à travers diverses périodes jusqu’à ce qu’elles aient achevé leur cycle. Aucune forme matérielle de manifestation ne peut échapper à cette loi. Le développement du corps va bien évidemment de conserve avec le changement de niveau de la conscience. « Cela signifie donc que tu as aussi passé par diverses périodes d’évolution, n’est-ce-pas, Mère ? Comment était-ce, raconte moi ! Tout ce que tu as vécu, toutes les expériences glanées qui t’ont élevée au niveau de conscience actuel. Raconte-moi tout, s’il te plaît ! »

« Pourquoi devrais-je tout te raconter ? Chacun, à sa propre manière, doit parvenir à la parfaite connaissance de Soi. Ma voie n’est pas la tienne, tu ne pourrais donc pas la suivre. Les événements ne sont pas importants en soi, seuls le sont l’enseignement et les expériences que l’on en retire. Sois tranquille, tu trouveras sur ta route les mêmes expériences que moi sur la mienne. Les chemins sont innombrables mais le but est unique ! »

« Mère, tu as raison. Je comprends bien qu’il ne me soit pas possible d’avancer sur ton chemin. Toutefois, cela m’aiderait de savoir comment tu as acquis tes expériences car je pourrais, comme tous ceux qui t’écoutent, apprendre comment profiter de ces expériences. Je ne suis pas curieuse de connaître ton histoire, mais bien de savoir comment tu as commencé à saisir et à profiter de la leçon qui se cache dans chaque évènement. S’il te plaît, Mère, parle-moi de ta route. Il serait tellement enrichissant pour nous de connaitre ton attitude devant la vie, de savoir comment tu as réagit devant ton destin pour élargir si bien ton horizon spirituel. Nous pourrions apprendre beaucoup de tout cela ! »

La vieille femme me regarda longuement. Puis elle dit : « Tu voudrais savoir comment j’ai réagit ? Et tu crois que cela t’aiderait, toi et d’autres encore, d’entendre parler de tout cela ? Bien. Il se peut que cela vous soit profitable de connaître les expériences qui, petit à petit, ont ouvert mes yeux sur les lois secrètes de la vie et les relations qui lient entre elles les destinées de certaines personnes. Reviens demain. A toi et à quelques autres dont les yeux sont ouverts aux choses essentielles de la vie, je livrerai les expériences qui m’ont aidée à parvenir à l’illumination : Je vous raconterai comment j’ai vécu mon « initiation ». »

Le lendemain je revins avec quelques-uns de ses élèves les plus intimes et la vieille femme commença son récit.

C’est ainsi que ce livre fut écrit.
Pour des raisons personnelles, ce livre fut écrit sous la forme d'un roman. Dans chacun de ses mots pourtant, celui qui a des oreilles saura reconnaître la vérité.
avatar
obsidienne

Messages : 3364
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum