Origine de la philosophie.

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Sam 1 Juil - 2:58

Rappel du premier message :

Qu' est ce que la philosophie ?



Source Gaarder.



La meilleure facon d' aborder la philosophie, c' est de poser quelques questions philosophiques :
Comment le monde a t il été créé ? Y a t il une volonté ou un sens derriére ce qui arrive ? Existe t il une vie aprés la mort ? Comment trouver des réponses a de telles questions ? Sans oublier celle la : comment faut il vivre ?

Les hommes se sont de tout temps posé ces questions. A notre connaissance, il n' existe aucune culture qui ne se soit préoccupée de savoir qui sont les hommes ou comment le monde a été créé.

Au fond il n' y a pas tant de questions philosophiques que ca. Mais l' histoire nous propose différentes réponses pour chaque question. Il est également beaucoup plus facile de poser des questions philosophiques que d' y répondre.

Un vieux philosophe grec qui vivait il y a plus de deux mille ans pensait que la philosophie était née grace a l' étonnement des hommes. L' homme trouve si étrange le fait d' étre en vie que les questions philosophiques apparaissent d' elles memes, disait il.

Le terme philosophie recouvre une facon de penser radicalement nouvelle qui vit le jour en gréce environ 600 ans avant Jésus - Christ. Auparavant, diverses religions s' étaient chargées de répondre a toutes les questions que se posaient les hommes. Ces explications d' ordre religieux se transmettaient de génération en génération sous forme de mythes. Un mythe, c' est un récit sur les dieux qui cherche a expliquer les phénoménes naturels et humains.

Pendant des millénaires, il y a eu dans le monde entier une véritable floraison d' explications mythiques aux problémes philosophiques. Les philosophes grecs tentérent de démontrer que les hommes ne devaient pas se fier a ces mythes.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Origine De La Philosophie.

Message par oursagora le Ven 26 Jan - 22:24

Chez les Grecs, comme dans d' autres parties du monde, nous trouvons l' idée que les hommes peuvent avoir accés a la connaissance de leur Destin a travers diverses formes d' Oracles. Cela signifie que le Destin d' un homme ou d' un état peut étre interprété de différentes maniéres.

L' Oracle de Delphes.

Les Grecs croyaient pouvoir connaitre leur Destin grace a l' Oracle de Delphes. Le Dieu Apollon était ici le Dieu de l' Oracle. Il parlait par l' intermédiaire de la Pythie, sa prétresse, qui tronait sur un fauteuil au - dessus d' une faille de la Terre. Des gaz s' échappaient de cette faille et rendaient la Pythie quasi inconsciente. Cela était indispensable pour qu' elle devienne le porte - parole d' Apollon.

En arrivant a Delphes, on posait sa question aux prétres qui officiaient la - bas. Ces derniers la transmettaient a la Pythie. Elle répondait quelque chose de si incompréhensible ou de si flou que les prétres devaient ensuite traduire la réponse a celui qui l' avait posée. Les Grecs croyaient ainsi profiter de la Sagesse d' Apollon qui savait tout du passé comme de l' avenir.

Beaucoup de dirigeants n' osaient pas s' engager dans une guerre ou prendre de graves décisions avant d' avoir été consulter l' Oracle de Delphes. Les prétres d' Apollon firent donc office de diplomates et de conseillers, puisqu' ils connaissaient particuliérement bien le pays et le peuple.

Au - dessus du Temple de Delphes, il y avait une célébre inscription : Connais - Toi Toi - Méme ! Cela devait rappeler a l' homme qu' il était mortel et qu' aucun homme ne pouvait échapper a son Destin.

De nombreux Grecs composérent des poémes au sujet d' hommes rattrapés par leur Destin. Ce devint le sujet de toute une série de piéces de théatre ( tragédies ) mettant en scéne ces personnages " Tragiques." La plus célébre d' entre elles est l' histoire du roi Oedipe.

G.J.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par enerlibr le Ven 26 Jan - 23:16

La prédestination est relative à l'inné mais tout n'est pas dit à la naissance,
sinon autant se suicider directement.
L'inné est statique et doit se colleter avec la dynamique de l'acquis.
Le dualisme inné / acquis pose la question de savoir où est la cause, où est l'effet.
En vertu de quoi, du destin comme de Dieu nous ne pouvons rien dire car tous deux ne sont éclairés
que par le libre arbitre, attaché / détaché du destin.
Le libre arbitre est le vecteur du destin, et aussi difficile d'interprétation que lui,
il suffit de lire ce que le plus ésotériste des philosophes en dit : Schopenhauer
avatar
enerlibr

Messages : 87
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 69
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Sam 27 Jan - 10:05

La science de l histoire et la médecine.


Le Destin ne déterminait pas seulement la vie de chaque homme. Les Grecs croyaient aussi que la marche du monde elle meme reposait entre les mains du Destin. L' issue d' une guerre pouvait dépendre des Dieux. Encore aujourd' hui beaucoup de personnes croient que Dieu ou d' autres forces spirituelles gouvernent la marche du monde.

Mais exactement au moment ou les philosophes Grecs tentaient de trouver une explication rationnelle aux phénoménes naturels, une " Science de l' histoire " était en train de se mettre en place, qui avait pour tache de trouver les causes naturelles derriére le déroulement de l' histoire. Une guerre perdue n' était plus imputée désormais a une simple vengeance Divine. Les historiens Grecs les plus connus furent Hérodote ( 484 - 424 av JC ) et Thucydide ( 460 - 400 av JC ).

Pour les Grecs, la maladie aussi était le fait des Dieux. Ceux ci donnaient aux hommes des maladies contagieuses pour les punir. D' un autre coté, il était également dans leur pouvoir de les guérir a la seule condition que leur soient faits des sacrifices dans les régles de l' Art.

Cette croyance n' est pas spécifiquement Grecque. Avant l' avénement de la médecine moderne, la maladie était presque partout considérée comme ayant une cause surnaturelle. Les termes de Flue en Anglais ou Influensa en Norvégien pour dire la grippe signifiaient a l' origine que l' on subissait la mauvaise influence des étoiles.

Meme aujourd' hui, beaucoup de personnes dans le monde croient que diverses maladies, comme le Sida par exemple, sont une punition de Dieu. Et nombreux sont ceux qui s' imaginent pouvoir " Guérir " grace a des forces surnaturelles.

G.J.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par enerlibr le Sam 27 Jan - 12:04

Ces antiques conceptions sont dépassées, les temps ne sont plus à écarquiller les yeux
devant les prestations surnaturelles des dieux.
Les mouches ne naissent plus par génération spontanée dans un tas de fumier.

" Remarquez bien que les nez ont été faits pour porter des lunettes ; aussi avons-nous des lunettes.
Les jambes sont visiblement instituées pour être chaussées, et nous avons des chausses.
Les pierres ont été formées pour être taillées et pour en faire des châteaux ;
aussi monseigneur a un très beau château :
le plus grand baron de la province doit être le mieux logé ; et les cochons étant faits pour être mangés,
nous mangeons du porc toute l’année. "

Candide ou l'optimisme - Voltaire
avatar
enerlibr

Messages : 87
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 69
Localisation : Belgikistan

Voir le profil de l'utilisateur http://matricube.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Sam 27 Jan - 18:15

Ainsi, tandis que les philosophes Grecs ouvraient la voie a un nouveau mode de pensée, naissait une nouvelle conception de la médecine qui tentait d' expliquer la maladie et la santé de maniére naturelle. Le fondateur de la médecine Grecque passe pour étre Hippocrate qui naquit sur l' Ile de Cos vers 460 av JC.

La meilleure défense contre la maladie consistait selon Hippocrate a vivre simplement et de maniére mesurée. L' état de santé est naturel a l' homme. Quand on tombe malade, c' est parce que la nature " Sort de ses rails " a cause d' un déséquilibre corporel ou spirituel. Le chemin qui méne a la santé passe par la modération, l' harmonie et " Une ame saine dans un corps sain."


De nos jours on ne parle que de " L éthique de la médecine." On entend par la qu' un médecin se doit d' exercer la médecine en respectant certaines Lois morales. Ainsi un médecin n' a pas le droit de rédiger une ordonnance de médicaments pour des gens en bonne santé. Il est en outre tenu au secret professionnel, c' est a dire qu' il n' a pas le droit de rapporter les propos d' un patient au sujet de sa maladie. Tout ceci vient d' Hippocrate.

G.J.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Origine De La Philosophie.

Message par oursagora le Ven 2 Fév - 4:30

Hippocrate exigeait que ses éléves prétent le serment suivant :



Je jure par Apollon, médecin, par Esculape, par Hygie et Panacée, par tous les Dieux et toutes les Déesses, les prenant a témoin que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, le serment et l' engagement suivants : je mettrai mon Maitre de médecine au meme rang que les auteurs de mes jours, je partagerai avec lui mon savoir, et, le cas échéant, je pourvoirai a ses besoins : je tiendrai ses enfants pour des fréres, et, s' ils désirent apprendre la médecine, je la leur enseignerai sans salaire ni engagement.

Je ferai part des préceptes, des lecons orales et du reste de l' enseignement a mes fils, a ceux de mon Maitre, et aux disciples liés par un engagement et un serment suivant la Loi médicale, mais a nul autre.

Je dirigerai le régime des malades a leur avantage, suivant mes forces et mon jugement et je m' abstiendrai de tout mal et de toute injustice.

G.J.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Ven 2 Fév - 5:36


Les philosophes de la nature furent appelés par suite les " Présocratiques ", car ils vécurent avant Socrate. Il est vrai que Démocrite mourut quelques années aprés Socrate, mais tout son raisonnement le rattache a la philosophie Présocratique. Socrate ne signifie pas seulement un repére, une coupure dans le temps, mais témoigne aussi d' un changement de lieu, puisqu' il est le premier philosophe a étre né et a avoir exercé a Athénes. Ce fut aussi le cas pour ses disciples. A partir de Socrate, la vie culturelle se concentra autour d' Athénes. Mais il faut surtout noter un changement radical dans la nature du projet philosophique entre les Présocratiques et Socrate.

G.J.

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Ven 2 Nov - 21:23


La logique est un Art de penser. Cela ne signifie pas du tout qu' il faudrait, pour penser, une nouvelle et astucieuse technique, dont les recettes seraient insoupconnées, et qu' en attendant cette invention nous penserions toujours mal. Au contraire, l' Art ne s' oppose pas ici a la nature. Nous pensons selon des régles que nous suivons naturellement. Ordinairement, le bon sens n' a pas besoin des béquilles d' une logique pour se débrouiller. On pratique ainsi la logique sans le savoir. Aussi ne faut il pas dire que pour bien penser nous devons suivre les régles de la logique, mais plutot que nous tirons les régles de la logique de notre maniére naturelle de penser. La logique savante n' est qu' une réflexion de la logique spontanée. Elle nous permet une " Nouvelle attention ", une attention supplémentaire. Seules les déficiences de la premiére attention naturelle peuvent la rendre nécessaire. En cela, la logique doit étre formulée pour nous permettre d' éviter l' erreur. Cette nouvelle attention, outre cette nécessité, a aussi l' intérét de nous aider a mieux nous connaitre nous memes, c' est a dire notre esprit. Outre cet intérét, elle a enfin son urgence : bien penser, ce n' est pas seulement conduire comme il convient sa raison dans les sciences, mais aussi mener son jugement dans la Vie. Arnauld et Nicole entendent par la les affaires pratiques, mais également la grande affaire de notre Salut. Les fausses idées sont " Infiniment plus dangereuses " en morale qu' en physique.
Laurent Jaffro " Gradus philosophique."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Origine De La Philosophie.

Message par oursagora le Sam 3 Nov - 5:48

L' Art de penser est une morale accomplie. Si Arnauld et Nicole doivent beaucoup au Discours De La Méthode et reprennent les quatre régles Cartésiennes, il reste que, comme ils les détachent du projet de constitution d' une métaphysique, ils n' ont pas besoin d' une morale par provision. Il s' agit de s' appliquer, a la fois dans la pratique et dans la connaissance, et sans attendre, a son métier d' homme, c' est a dire d' honnéte homme et de chrétien. C' est une seule logique qui s' occupe de nos actions et de nos raisons, ce qui ne l' empéche pas de se terminer sur la distinction entre une certitude morale, c' est a dire probable, qui convient au domaine de l' histoire, et une certitude métaphysique, propre au domaine de la science. Car, que l' on se fonde sur l' autorité du témoignage ou sur l' évidence directe de la raison, une meme attention régle nos jugements : la croyance " Souvent n' est pas moins certaine ni moins évidente en sa maniére " que la science ; en particulier, la certitude de la Foi Divine est Absolue.
Laurent Jaffro " Gradus philosophique."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Origine De La Philosophie.

Message par oursagora le Sam 3 Nov - 15:55

Au fondement de cette conception de la logique, il y a une définition de la raison : elle n' est rien d' autre que le bon sens, c' est a dire cette Lumiére naturelle qui nous fait connaitre toutes les choses selon l' évidence, et dont le ressort, pour Arnauld et Nicole, est dans l' exactitude ou application attentive de l' esprit a ses objets. La raison ne se définit donc pas par une capacité de calcul ou de démonstration, mais essentiellement par l' attention a nos idées. Elle ne consiste pas dans l' exercice des sciences, car celui ci n' est qu' une application particuliére et, plus généralement, les sciences, soupconnées de vanité, sont comme rien devant la Sagesse. Certes, Arnauld et Nicole comptent au nombre des quatre opérations de l' esprit raisonner et ordonner, reprennent, pour le raisonnement, la syllogistique Aristotélicienne, et, pour la disposition des raisonnements en un ordre, les régles Cartésiennes de la Méthode ; mais le vrai fond de leur logique est éloigné de ces théories de la démonstration et de la science, et se tient plutot dans les deux opérations plus élémentaires de l' esprit, concevoir et juger, c' est a dire avoir une idée et articuler les idées en un jugement. On remarquera ainsi qu' il est question de l' erreur - seul probléme qui peut rendre nécessaire la formulation de la logique - principalement dans les deux premiéres parties. L' erreur, en effet, provient de ce que nos idées sont jointes a des signes linguitiques, de ce que notre esprit est uni a un corps, correspond a une équivoque dans la formation des propositions complexes ; dans tous les cas elle se raméne a une confusion, un quiproquo de l' esprit. La question du raisonnement n' est donc plus l' essentiel de la logique : " La plupart des erreurs des hommes viennent bien plus de ce qu' ils raisonnent sur de faux Principes, que non pas de ce qu' ils raisonnent mal suivant leurs Principes." Quant a la question de l' ordre, meme si " La derniére partie de la logique, qui regarde la Méthode, est sans doute l' une des plus utiles et des plus importantes ", il faut maintenir que ses régles se réduisent a l' exigence d' une exactitude du jugement.
Laurent Jaffro " Gradus philosophique."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Sam 3 Nov - 16:43


La logique d' Arnauld et Nicole, si elle n' est que le bon sens mis en discours, n' a évidemment rien d' une logique formelle. Le langage est extérieur a une pensée dont il est l' instrument souvent périlleux. C' est un vétement toujours capable de dissimuler ce qu' il doit signifier. La logique pousse cette Voie a son terme, assoit la pensée sur l' évidence interne des enchainements des idées, estime superflue la médiation du formalisme et des symboles. La décision apparait dés le Premier Discours : la marque de la vérité est la clarté, qui est comme sa Lumiére. Autant dire que la vérité n' a pas de marques, et que le seul reméde que l' attention puisse trouver a l' erreur est dans l' exercice meme de l' attention. Que la vérité soit éprouvée marque a la fois l' intention et la limite du projet d' Arnauld et Nicole.
Laurent Jaffro " Gradus philosophique."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Sam 3 Nov - 19:15


De l oeuvre L' Esprit Géométrique, que lurent Arnauld et Nicole sous une forme manuscrite, n' affirme t elle pas elle meme que " L' arrangement de nos diverses connaissances est libre comme celui des lettres d' une imprimerie " et " Qu' il suffit qu' une matiére nous soit utile pour nous en servir, et la regarder, non comme étrangére, mais comme propre ? " Cependant, si le besoin commande la réutilisation, les textes de Descartes et de Pascal subissent une déformation qu' expliquent les intéréts propres de la logique. On se bornera a en relever deux exemples. Le Cogito est ainsi complétement détaché de sa place dans l' ordre des raisons Cartésiens, ne vaut plus que comme exemple d' idée évidente et comme argument contre le Sensualisme. L' opposition de l' analyse et de la synthése, de meme, est réduite a une simple réversibilité entre deux méthodes, l' une ascendante, l' autre descendante ; est de la sorte abandonnée l' idée Cartésienne d' une différence qualitative entre les deux démarches, et la primauté de l' analyse pour l' invention. Cette logique poursuit constamment un intérét qui lui est propre et qui, s' il n est certainement pas spéculatif, n' est pas vraiment logique, mais pratique et apologétique. Et quand elle doit, comme dans sa troisiéme partie ( dont le long dernier chapitre, oeuvre de moraliste, trouve " Beaucoup plus utile " d' étudier le raisonnement dans les moeurs que dans les sciences ), reprendre une théorie des syllogismes qui, dans la Tradition, constituait le coeur de la logique, elle ne se décourage pas, mais poursuit sa fin jusque dans le choix de ses exemples :
S' il y a un Dieu, il le faut aimer :
Or il y a un Dieu ;
Donc il le faut aimer.
Laurent Jaffro " Gradus philosophique."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Sam 3 Nov - 19:41


Athénes devint a partir de 450 avant Jésus - Christ la capitale culturelle du Monde Grec. La philosophie aussi prit un nouveau tournant. Les philosophes de la nature étaient avant tout des hommes de science qui s' intéressaient a l' analyse physique du Monde et, a ce titre, ils tiennent une place importante dans l' Histoire de la science. Mais, a Athénes, l' étude de la nature fut supplantée par celle de l' homme et sa place dans la société. Petit a petit, une démocratie avec des assemblées du peuple et des juges populaires vit le jour. Une condition sine qua non pour l' établissement de la démocratie était que le peuple fut assez éclairé pour pouvoir participer au processus démocratique. Qu' une jeune démocratie exige une certaine éducation du peuple, nous l' avons bien vu de nos jours. Chez les Athéniens, il était essentiel de maitriser l' Art du discours, la Rhétorique.
Jostein Gaarder " Le Monde de Sophie."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Sam 3 Nov - 20:38


Trés vite une vague de professeurs et philosophes itinérants, originaires des colonies Grecques, déferla sur Athénes. Ils s' étaient donné le nom de Sophistes. Le terme " Sophiste " signifie une personne cultivée et compétente. A Athénes, enseigner aux citoyens devint rapidement le gagne - pain des Sophistes. Les Sophistes avaient un trait en commun avec les philosophes de la nature : ils critiquaient la mythologie. Mais, dans un meme temps, ils rejetaient ce qui leur paraissait étre pure spéculation sans objet. Meme s' il existe peut étre une réponse aux questions philosophiques, l' homme ne peut pas trouver de certitudes concernant les énigmes de la nature et de l' Univers, pensaient ils. Ce point de vue a pour nom en philosophie le Scepticisme. Mais s' il n' est pas en notre pouvoir de résoudre les énigmes de la nature, nous savons néanmoins que nous sommes des hommes qui devons apprendre a vivre ensemble. Les Sophistes choisirent de s' intéresser a l' homme et a sa place dans la société.
Jostein Gaarder " Le Monde de Sophie."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Sam 3 Nov - 23:30


" L' homme est la mesure de toute chose " dit le Sophiste Protagoras. Il entendait par la que le vrai et le faux, tout comme le Bien et le Mal, doivent étre jugés en fonction des besoins de l' étre humain. Quand on lui demanda s' il croyait aux Dieux Grecs, il se contenta de répondre : " C' est une question délicate et la Vie des hommes est bréve." Quelqu' un qui ne peut se prononcer clairement a propos de l' existence ou de la non - existence d' un Dieu s' appelle un Agnostique. Les Sophistes aimaient parcourir le Monde et comparer ainsi divers types de gouvernement. Ils constatérent d' énormes différences dans les moeurs, les coutumes et les Lois des cités. A partir de ces observations, les Sophistes lancérent le débat sur ce qui, d' une part, était déterminé par la nature et ce qui, d' autre part, était créé par la société. Ils jetérent ainsi les bases d' une critique de la société dans la démocratie Athénienne. Ils purent de cette maniére faire remarquer que l' expression " Pudeur naturelle " ne correspondait pas toujours a la réalité. Car si étre pudique est " Naturel ", cela sous - entend que c' est inné. Or l' est ce vraiment, ou n' est ce pas plutot le fait de la société ? La pudeur ou l' impudeur sont avant tout des notions liées aux us et coutumes d' une société. Les Sophistes provoquaient des débats animés au sein de la population Athénienne en indiquant qu' il n' y avait pas de normes proprement dites pour le vrai et le faux. Socrate, lui, tenta au contraire de montrer que certaines normes sont pourtant Absolues et valables pour tous.
Jostein Gaarder " Le Monde de Sophie."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Dim 4 Nov - 0:07


Epictéte, comme Socrate, n' a pas écrit son oeuvre ; c' est son disciple Arrien qui nous l' a léguée, en commémorant dans les Entretiens ses dialogues vivants et une partie de son enseignement, de meme que Xénophon a écrit les Mémorables de Socrate. Epictéte fut amené a Rome comme esclave, mais sa condition ne l' empécha pas de suivre l' enseignement du Stoicien Romain Musonius Rufus. Aprés avoir été affranchi, il ouvrit une premiére école de philosophie a Rome, tout en menant une vie de pauvreté. On peut concevoir le Stoicisme d' Epictéte comme une forme de résistance a la Tyrannie Impériale. Comme le montrent les cas de Sénateurs Romains qui s' opposérent farouchement, au nom du Stoicisme, a Néron ou Vespasien, l' idéal philosophique des Stoiciens ne doit absolument pas étre confondu avec une simple passivité ou un individualisme apolitique. En délimitant ce qui m' est propre et qui dépend de moi, le Stoicisme énonce également ce a quoi je ne dois jamais renoncer, ce sur quoi aucun compromis n' est possible : la liberté. Cette exigence m' interdit de céder devant le despotisme et de me désinteresser du Bien de la communauté ; au contraire, je dois tenir un role public qui soit digne d' elle et qui - contrairement a l' image qu' on se fait communément du Stoicien - n' implique pas une soumission aveugle. C' est bien dans ce cadre politique qu' il faut comprendre le bannissement d' Epictéte, vers l' an 94, par l' Empereur Domitien, avec tous les philosophes. Il se réfugia sur la cote Grecque, a Nicopolis, et continua ses lecons dans une nouvelle école, attirant en particulier un auditoire de jeunes Romains appelés a des responsabilités publiques. Et c' est encore un homme politique, en la personne d' Arrien, qui, aprés avoir suivi ses cours, a rassemblé ses notes dans les huit livres des Entretiens, dont les quatre derniers sont perdus.
Laurent Jaffro " Gradus philosophique."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Origine De La Philosophie.

Message par oursagora le Dim 4 Nov - 12:31

Le Manuel s' ouvre sur le Principe directeur, la distinction entre ce qui dépend de nous et ce qui n' en dépend pas, c' est a dire l' opposition entre ce qui nous est propre et ce qui nous est étranger. Etre libre, c' est s' en tenir a ce qui nous est propre et ne pas se laisser troubler par le reste. Il faut voir dans cette distinction une régle pratique, un critére auquel on doit avoir recours pour résoudre une situation particuliére. C' est l' opposition a laquelle on doit toujours revenir, chaque fois qu' on est en difficulté, et c' est pour cette raison que le Manuel commence par elle. Celui qui a un choix a faire, dans sa Vie, s' il reprend cette régle, n' hésitera pas et n' errera pas : seul ce qui dépend de moi peut et doit étre véritablement choisi.
Laurent Jaffro " Gradus philosophique."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Origine De La Philosophie.

Message par oursagora le Dim 4 Nov - 18:46

Cette distinction entre ce qui dépend de nous et ce qui n' en dépend pas est cependant trés délicate a interpréter, et elle n' est pas totalement éclaircie dans ces premiéres lignes du Manuel. Qu' est ce, en effet, que ce " Nous " dont certaines choses dépendent ? Ou encore : ou s' arréte ce qui nous est propre et ou commence ce qui nous est étranger ? Arrien donne dés les premiéres lignes un signe de la nécessité d' une délimitation trés précise de ce que nous sommes : notre corps, rappelle t il, ne nous est pas propre. La maladie peut l' atteindre, la mort l' attend, n' importe quoi peut lui arriver. On serait tenté de régler la question et d' estimer que ce qui m' est propre, si ce n' est pas mon corps, est du moins mon individualité, mon caractére, Moi. Epictéte voudrait simplement dire que si je me contente de suivre mon propre intérét, je ne peux jamais étre décu ; et qu' en me préoccupant de ce qui dépend d' autrui, je risque l' aliénation. Mais une lecture attentive du Manuel montrera qu' Epictéte n' entend pas aussi simplement l' opposition du propre et de l' étranger. Ainsi, il nous faut apprendre a traiter ce qui nous touche de prés, par exemple la mort d' un proche, de la meme facon que le plus lointain. Ainsi encore, il nous faut cesser de nous identifier aux qualités dont nous sommes fiers et dont nous pensons qu' elles nous sont propres. Et encore : si le Monde est comme un théatre, et si c' est assurément notre affaire de bien jouer le role que le dramaturge nous a donné, ce n' est pas notre affaire de le choisir. Dans le Manuel, ce qui nous est propre, et ce que nous devons entendre par " Nous " ou par " Notre ", ne cesse de se réduire davantage, pour se ramener enfin a cette chose qui, absolument propre, est pourtant étrangére a notre corps, a notre personne et a ses intéréts ordinaires, peut étre meme a ce que nous entendons communément par Ame, toutes choses dont nous devons nous détacher.
Laurent Jaffro " Gradus philosophique."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Origine De La Philosophie.

Message par oursagora le Dim 4 Nov - 23:26

Epictéte appelle le résidu ultime de cette réduction l' Hégemonikon, le Principe directeur : " Comme tu prends garde en te promenant a ne point marcher sur un clou ou a ne pas te tordre le pied, prends garde, de meme, a ne point nuire aussi a ton Principe directeur. Si, en toute entreprise, nous gardons ce souci, nous serons plus surs de nous en l' entreprenant." Qu' est ce que le Principe directeur ? C' est ce qui, dans mon Ame, est responsable de mes représentations. Ma premiére tache est de me ramener moi meme, de m' identifier a ce Principe directeur qui est la raison en moi. Dans ce cas, ce qui dépend de moi, ce que je peux vouloir sans frustration possible, c' est trés exactement ce qui existe tel que je le veux et parce que je le veux et qui, par conséquent, ne peut étre ni imposé ni empéché. Cette chose dont je suis toujours Maitre, et dont l' étre est entiérement déterminé par ma seule volonté, est l' usage de mes représentations : " Qu' est ce donc qui est a toi ? L' usage des idées. Lorsque tu fais usage des idées conformément a la nature, dés ce moment enorgueillis toi, car alors tu t' enorgueillis d' un bien qui est a toi." Tel est le terme du processus de réduction et de détachement qui est notre travail, a nous qui sommes en progrés. En ce sens, le partage inaugural de ce qui dépend de nous n' est véritablement compris qu' a l' issue de l' ascése. Toute la tache du Manuel est de réduire notre souci, de le régler sur l' étendue étroite mais souveraine de notre intérét véritablement propre.
Laurent Jaffro " Gradus philosophique."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Lun 5 Nov - 0:14


A l' intérieur du domaine ou doit s' exercer le controle intégral de l Hégemonikon, Epictéte distingue trois opérations, trois facons d' user de nos représentations : le désir, Orexis, quand nous recherchons un bien, le penchant ou impulsion, Hormé, qui nous fait agir, le jugement, Hypolépsis, par lequel nous évaluons toute chose. Mais les deux premiers usages se raménent au troisiéme : si nous désirons telle chose ou si nous tendons a telle action, c' est que préalablement nous avons jugé qu' il y avait la un bien. Et inversement, lorsque l' aversion nous fait fuir une chose qui ne dépend pas de nous, comme la maladie ou la mort, c' est que nous imaginons qu' il y a la un mal : " Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les jugements, Dogmata, qu' ils portent sur les choses." La clé de nos désirs et nos impulsions est dans ce que nous nous disons a nous memes, nos évaluations intérieures. Bien user de ses représentations revient a n' estimer un bien que ce bien qui dépend de nous, c' est a dire a prendre soin de cette partie qui nous permet d' user de nos représentations. En sorte que, réduction ultime, le bien moral n' est nulle part ailleurs que dans l' usage meme des représentations.
Laurent Jaffro " Gradus philosophique."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Lun 12 Nov - 17:22

Il n' y a rien de plus estimable que le bon sens et la justesse de l' esprit dans le discernement du vrai et du faux. Toutes les autres qualités d' esprit ont des usages bornés ; mais l' exactitude de la raison est généralement utile dans toutes les parties et dans tous les emplois de la Vie. Ce n' est pas seulement dans les sciences qu' il est difficile de distinguer la vérité de l' erreur, mais aussi dans la plupart des sujets dont les hommes parlent, et des affaires qu' ils traitent. Il y a presque partout des routes différentes, les unes vraies, les autres fausses ; et c' est a la raison d' en faire le choix. Ceux qui choisissent bien, sont ceux qui ont l' esprit juste ; ceux qui prennent le mauvais parti, sont ceux qui ont l' esprit faux, et c' est a la premiére et la plus importante différence qu' on peut mettre entre les qualités de l' esprit des hommes.
Arnauld et Nicole " La logique ou l' Art de penser."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Lun 12 Nov - 21:06

Ainsi la principale application qu' on devrait avoir, serait de former son jugement et de le rendre aussi exact qu' il le peut étre, et c' est a quoi devrait tendre la plus grande partie de nos études. On se sert de la raison comme d' un instrument pour acquérir les sciences, et on se devrait servir au contraire, des sciences comme d' un instrument pour perfectionner sa raison : la justesse de l' esprit étant infiniment plus considérable que toutes les connaissances spéculatives, auxquelles on peut arriver par le moyen des sciences les plus véritables et les plus solides. Ce qui doit porter les personnes Sages a ne s' y engager qu' autant qu' elles peuvent servir a cette fin, et a n' en faire que l' exercice et non l' emploi des Forces de leur esprit. Si l' on ne s' y applique dans ce dessein, on ne voit pas que l' étude de ces sciences spéculatives, comme de la Géométrie, de l' Astronomie, et de la Physique, soit autre chose qu' un amusement assez vain, ni qu' elles soient beaucoup plus estimables que l' ignorance de toutes ces choses, qui a au moins cet avantage qu' elle est moins pénible, et qu' elle ne donne pas lieu a la sotte vanité que l' on tire souvent de ces connaissances stériles et infructueuses. Non seulement ces sciences ont des recoins et des enfoncements fort peu utiles : mais elles sont toutes inutiles, si on les considére en elles memes et pour elles memes. Les hommes ne sont pas nés pour employer leur temps et mesurer des lignes, a examiner les rapports des angles, a considérer les divers mouvements de la Matiére. Leur esprit est trop grand, leur Vie trop courte, leur temps trop précieux pour l' occuper a de si petits objets : mais ils sont obligés d' étre justes, équitables, judicieux dans tous leurs discours, dans toutes leurs actions, et dans toutes les affaires qu' ils manient ; et c' est a quoi ils doivent particuliérement s' exercer et se former.
Arnauld et Nicole " La logique ou l' Art de penser."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Mer 14 Nov - 2:15



Ce soin et cette étude est d' autant plus nécessaire, qu' il est étrange combien c' est une qualité rare que cette exactitude de jugement. On ne rencontre partout que des esprits faux, qui n' ont presqu' aucun discernement de la vérité, qui prennent toutes choses d' un mauvais biais, qui se payent des plus mauvaises raisons ; et qui veulent en payer les autres ; qui se laissent emporter par les moindres apparences ; qui sont toujours dans l' excés et dans les extrémités ; qui n' ont point de serres pour se tenir fermes dans les vérités qu' ils savent, parce que c' est plutot le hazard qui les y attache, qu' une solide Lumiére : ou qui s' arrétent au contraire a leur sens avec tant d' opiniatreté, qu' ils n écoutent rien de ce qui les pourrait détromper ; qui décident hardiment ce qu' ils ignorent, ce qu' ils n' entendent pas, et ce que personne n' a peut étre jamais entendu ; qui ne font point de différence entre parler et parler ; ou qui ne jugent de la vérité des choses que par le ton de la voix : celui qui parle facilement et gravement a raison : celui qui a quelque peine a s' expliquer, ou qui fait paraitre quelque chaleur, a tort. Ils n' en savent pas davantage.
Arnauld et Nicole " La logique ou l' Art de penser."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Origine De La Philosophie.

Message par oursagora le Mer 14 Nov - 16:19

C' est pourquoi il n' y a point d' absurdités si insupportables qui ne trouvent des approbateurs. Quiconque a dessein de tromper le Monde, est assuré de trouver des personnes qui seront bien - aises d' étre trompées ; et les plus ridicules sottises rencontrent toujours des esprits auxquels elles sont proportionnées. Cette fausseté d' esprit n' est pas seulement cause des erreurs que l' on méle dans les sciences, mais aussi de la plupart des fautes que l' on commet dans la vie civile, des querelles injustes, des procés mal fondés, des avis téméraires, des entreprises mal concertées. Il y en a peu qui n' ai leur source dans quelque erreur et quelque faute de jugement : de sorte qu' il n' y a point de défaut dont on ait plus d' intérét de se corriger. Mais autant que cette correction est souhaitable, autant est il difficile d' y réussir ; parce qu' elle dépend beaucoup de la mesure d' intelligence que nous apportons en naissant. Le sens commun n' est pas une qualité si commune que l' on pense. Il y a une infinité d' esprits grossiers et stupides que l' on ne peut reformer en leur donnant l' intelligence de la vérité, mais en les retenant dans les choses qui sont a leur portée, et en les empéchant de juger de ce qu' ils ne sont pas capables de connaitre. Il est vrai néanmoins qu' une grande partie des faux jugements des hommes ne vient pas de ce Principe, et qu' elle n' est causée que par la précipitation de l' esprit, et par le défaut d' attention, qui fait que l' on juge témérairement de ce que l' on connait que confusément et obscurément. Le peu d' Amour que les hommes ont pour la vérité, fait qu' ils ne se mettent pas en peine la plupart du temps de distinguer ce qui est vrai de ce qui est faux. Ils laissent entrer dans leur Ame toutes sortes de discours et de maximes, ils aiment mieux les supposer pour véritables que de les examiner : s' ils ne les entendent pas, ils veulent croire que d' autres les entendent bien ; et ainsi ils se remplissent la mémoire d' une infinité de choses fausses, obscures, et non entendues, et raisonnent ensuite sur ces Principes, sans presque considérer ni ce qu' ils disent, ni ce qu' ils pensent.
Arnauld et Nicole " La logique ou l' Art de penser."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par oursagora le Mer 14 Nov - 21:14



La vanité et la présomption contribuent encore beaucoup a ce défaut. On croit qu' il y a de la honte a douter et a ignorer ; et l' on aime mieux parler et décider au hazard, que de reconnaitre qu' on n' est pas assez informé des choses, pour en porter jugement. Nous sommes tout plein d' ignorances et d' erreurs ; et cependant on a toutes les peines du Monde de tirer de la bouche des hommes cette confession si juste, et si conforme a leur condition naturelle : je me trompe, et je n' en sais rien. Il s' en trouve d' autres au contraire qui ayant assez de Lumiére pour connaitre qu' il a quantité de choses obscures et incertaines, et voulant par une autre sorte de vanité témoigner qu' ils ne se laissent pas aller a la crédulité populaire, mettent leur gloire a soutenir qu' il n' y a rien de certain, ils se déchargent ainsi de la peine de les examiner ; et sur ce mauvais Principe ils mettent en doute les vérités les plus constantes, et la Religion meme. C' est la source du Pyrrhomisme qui est une autre extravagance de l' esprit humain, qui paraissent contraire a la témérité de ceux qui croient et décident tout, vient néanmoins de la meme source, qui est le défaut d' attention. Car comme les uns ne veulent pas se donner la peine de discerner les erreurs : les autres ne veulent pas prendre celle d' envisager la vérité avec le soin nécessaire pour en apercevoir l' évidence. La moindre lueur suffit aux uns pour les persuader des choses trés fausses ; et elle suffit aux autres pour les faire douter des choses les plus certaines : mais dans les uns et dans les autres, c' est le meme défaut d' application qui produit des effets si différents.
Arnauld et Nicole " La logique ou l' Art de penser."

oursagora

Messages : 1659
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 57
Localisation : aquitaine

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Origine de la philosophie.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum