Les mystères des Druides et des Drottes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les mystères des Druides et des Drottes.

Message par obsidienne le Jeu 26 Jan - 0:28

Extrait du livre Mythes et Légendes et leurs Vérités occultes – Rudolf Steiner.

Sixième Conférence. Berlin, 30 Septembre 1904.

Les mystères des Druides et des Drottes.

Nos récits médiévaux – Perzival, la Table ronde, Hartmann von Aue, - bien qu’ils ne soient généralement compris que dans leur sens extérieur, nous montrent tous des vérités mystiques sous des formes ésotériques.

Où faut-il chercher leur origine ?

Elle est antérieure à la propagation du christianisme. Ce qui vivait en Irlande, en Ecosse (et en Scandinavie) s’est mêlé organiquement au christianisme. Nous sommes conduits à un certain point central d’où est issue cette vie spirituelle. La vie spirituelle (d’Europe) est partie d’une loge centrale en Scandinavie, la Loge des Drottes, la Loge des druides. Druide veut dire chêne. C’est pourquoi on dit, d’une façon extérieure, que les anciens Germain recevaient leurs enseignements de sagesse sous des chênes.

Les drottes ou druides étaient de très anciens initiés germaniques. En Angleterre, les (loges druidiques) ont persisté jusqu’au temps de la reine Elisabeth. Tout ce que nous lisons dans l’Edda et ce que nous pouvons trouver dans l’antique monde des légendes germaniques remonte aux temples des drottes ou des druides. L’auteur (de ces légendes) est toujours un prêtre-druide. Les légendes ne présentent pas seulement un symbole ou une allégorie ; elles parlent aussi d’autre chose.

Prenons un exemple. Nous connaissons la légende de baldur, nous savons que Baldur est l’espérance des dieux, qu’il est tué par le dieu Loki avec la branche de gui ; le dieu de la lumière est tué. Tout ce récit a un sens mystérieux profond : tout initié devrait non seulement le saisir intellectuellement mais aussi en faire l’expérience.

Lors de l’initiation aux mystères des druides et des drottes, le premier acte était appelé « la quête du corps de Baldur ». On pensait que Baldur était toujours vivant. La quête consistait en une prise de conscience totale de la nature humaine ; Baldur c’était l’être humain perdu. Autrefois, ce n’était pas l’homme tel qu’il est aujourd’hui, qui vivait, mais un autre, qui n’était pas différencié, qui n’était pas descendu jusqu’à l’expérience des passions, (il vivait encore) dans une matière subtile, légère. Baldur, l’homme lumineux. Si nous voulons savoir réellement ce dont il s’agit, nous devons prendre dans un sens supérieur ces choses qui nous sont présentées sous forme de symbole. Cet homme qui n’est pas plongé dans ce que nous nommons aujourd’hui matière, c’est Baldur. Il habite dans chacun d’entre nous. Le prêtre-druide devait chercher en lui-même cet homme supérieur. On lui montrait en quoi consiste la différence entre les degrés inférieurs et supérieurs de l’humanité. Le mystère de toute initiation est de donner naissance à l’homme supérieur en soi.

La transformation que le prêtre accomplit plus rapidement, n’est réalisée par les hommes ordinaires qu’au terme d’une longue évolution. Pour pouvoir être guides des autres hommes, ces druides devaient recevoir cette initiation. L’être humain, descendu très bas, doit à présent vaincre la matière et retrouver cet état supérieur perdu. Cette naissance de l’homme supérieur se déroule, dans tous les mystères, selon un protocole précis, toujours le même. Il s’agit de revivifier l’être humain qui a sombré dans la matière ; à cette fin, il faut faire une série d’expériences – des expériences réelles qui ne peuvent ressembler à aucune expérience sensible de ce plan-ci.

Les étapes (de l’initiation) : au cours de la première (étape), on était conduit devant ce qu’on appelle « le Trône de Nécessité ». On se tenait devant l’abîme ; on faisait vraiment l’expérience, dans son propre corps, de la vie qui anime les royaumes inférieurs de la nature. L’homme est minéral et plante, mais l’homme d’aujourd’hui ne peut pas faire l’expérience de ce que vivent les substances élémentaires, et pourtant la loi d’airain du monde, son caractère implacable, a sa source dans le fait que nous sommes aussi des minéraux et des plantes.

Le degré suivant conduisant l’homme devant tout ce qui vit dans le règne animal. Toutes les passions, tous les désirs avides, il fallait les voir se mêler, ondulant et tourbillonnant. Il fallait que l’œil humain regarde cette réalité, parce que l’initiation a pour but de montrer ce qu’il y a derrière les décors du monde.

L’homme ne sait pas que son enveloppe physique ne fait que cacher les tourbillons qui traversent l’espace astral. Le voile de la maya est une véritable enveloppe, derrière laquelle celui qui reçoit l’initiation doit porter son regard. Les voiles tombent, l’homme accède à la claire vision de la réalité : c’est un moment très particulier : le prêtre découvrait alors qu’elles (les enveloppes) endiguaient des pulsions qui se seraient révélées terribles si elles avaient eu libre cours.

Le troisième degré menait à la contemplation de la grande Nature. C’est un degré encore très difficile à concevoir pour l’homme non préparé. La découverte des gigantesques puissances occultes qui reposent dans la nature, et des passions cosmiques qui s’expriment dans les forces naturelles, rend l’être humain conscient de ces forces qu’il n’avait encore jamais éprouvées comme marques de sa propre souffrance.

On appelle l’épreuve suivante « le Don du Serpent » par les hiérophantes. La légende de Tantale nous en décrit les effets. Il peut être fait un mauvais usage de la faveur dont jouissait Tantale : siéger au Conseil des dieux. C’est une réalité qui, certes, éleva l’homme au-dessus de lui-même, mais le lie aux dangers évoqués dans le récit de malédiction de Tantale, et qui n’y sont pas amplifiés. En règle générale, l’homme dit qu’il ne peut rien contre les lois de la nature. Ce sont des pensées (créatrices). Avec la pensée qui n’est qu’une ombre, la pensée cérébrale, on ne peut rien faire. Avec la pensée créatrice qui édifie, qui construit les choses de l’univers, la pensée productive, féconde, nous avons l’opposé d’une pensée passive : nous avons une pensée pénétrée de force spirituelle ; une chenille vidée n’est qu’une enveloppe de chenille ; traversée de pensée productive, c’est la chenille vivante.

Dans les pensées-enveloppes est déversée une force agissante, créatrice, si bien que le prêtre est en mesure non seulement de contempler le monde, mais d’y agir, comme magicien. Le danger est de mésuser de ce pouvoir. A ce degré, l’occultiste acquiert une certaine puissance, qui lui permet de tromper même des entités supérieures. Il lui faut non seulement reformuler des vérités, mais en faire l’expérience ; décider si quelque chose est vrai ou faux. Voilà ce que signifie « les hiérophantes font don du serpent ».

Dans le monde spirituel, il y a une épine dorsale (comme dans le monde physique) d’où il est décidé si on reçoit un cerveau spirituel. C’est dans ce processus que se trouve l’homme au (troisième) degré de l’initiation (« la Marche dans le Labyrinthe »). Il est élevé au-dessus de kama et pourvu de l’épine dorsale spirituelle, pour être élevé jusqu’aux circonvolutions du cerveau spirituel. Les allées du labyrinthe sont, sur le plan spirituel, la même chose que les circonvolutions du cerveau (sur le plan physique). L’être humain est introduit dans le labyrinthe, dans les méandres des plans supérieurs.
avatar
obsidienne

Messages : 3362
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mystères des Druides et des Drottes.

Message par obsidienne le Jeu 26 Jan - 0:30

Il devait alors jurer silence ; une épée nue était placée devant lui et il devait prêter solennellement serment. Cela signifiait que l’initié, à partir de ce moment-là, tairait ses expériences à tout non –initié. Il est en effet impossible de transmettre d’emblée des mystères de cette nature. Mais l’initié avait la possibilité de formuler des légendes qui puissent exprimer le monde éternel. Si on pouvait parler de cette manière, on jouissait naturellement d’un grand pouvoir sur les autres hommes. Celui qui met en forme une légende de ce type imprime quelque chose à l’esprit humain.

Ce que l’on dit (généralement) retombe dans l’oubli et seul un tout petit reste perdure après la mort. Ce sont les vérités éternelles qui demeurent le plus longtemps après la mort. Les connaissances scientifiques inférieures s’éteignent très rapidement après la mort. Les vérités éternelles, elles oui, elles demeurent et réapparaissent dans une nouvelle incarnation.

Le prêtre-druide parlait depuis un plan supérieur. Si ses récits étaient l’expression de vérités supérieures, même fort simples, ils pénétraient profondément dans les âmes. Le druide avait devant lui des êtres simples, mais les vérités pénétraient dans les âmes, et y incorporaient quelque chose qui renaissait lors d’incarnations futures. Autrefois, les hommes ont fait l’expérience des vérités des contes. Ainsi avons-nous aujourd’hui un corps spirituel préparé et si nous saisissons aujourd’hui des vérités supérieures, c’est parce que nous y sommes préparés. Cette époque qui s’acheva en l’an 61 de notre ère a donc préparé la vie spirituelle d’Europe, nourri le sol sur lequel a pu s’édifier le christianisme. Les enseignements (des druides) se sont maintenus et celui qui cherche peut encore trouver accès à ce qui fut enseigné dans ces loges.

Après avoir prêté serment sur l’épée, le prêtre-druide devait boire une certaine boisson dans un crâne humain. Cela signifie qu’il avait atteint une dimension supra-humaine. C’est ce sentiment que devait avoir le prêtre-druide vis-à-vis du corps inférieur. Ce qui vivait dans le corps, il devait le ressentir assez objectivement, assez froidement pour ne le considérer que comme un récipient. Ensuite, il était initié aux mystères supérieurs et, lors de cette nouvelle ascension dans les mondes d’en haut, (il rencontrait) Baldur (vivant). Il était conduit dans un palais géant, recouvert d’épées étincelantes. Un homme venait à sa rencontre, il jetait en l’air sept fleurs (les sept planètes). (l’aspirant initié apercevait trois sièges. Sur eux trônaient) : l’Espace céleste, un Chérubin, le Démiurge. Il devenait ainsi un véritable prêtre du soleil.

Beaucoup lisent l’Edda et ne savent pas que c’est le récit de ce qui s’est vraiment passé dans les anciens mystères des drottes. Les anciens prêtres drottes avaient en mains une puissance inouïe, un pouvoir de vie et de mort. Tout se corrompt au cours des temps, c’est une vérité. Le druidisme était autrefois la forme d’évolution la plus haute, la plus sacrée. A l’époque où se répandit le christianisme, beaucoup de choses avaient dégénéré et il y avait beaucoup de mages noirs, si bien que le christianisme représenta une délivrance.

La seule étude de ces anciennes vérités met en évidence pratiquement toute la nature de l’occultisme. Dans le temple druidique, aucune pierre n’était placée simplement sur l’autre, comme aujourd’hui, mais selon des mesures astronomiques ; les portes étaient construites selon les mesures célestes. Les prêtres-druides étaient des bâtisseurs de l’humanité. Une pâle image de cette réalité s’est maintenue dans les conceptions des francs-maçons.

Si on apprend à pénétrer du regard la matière astrale, on voit :

Le soleil à minuit : premier degré de l’initiation,
Le don du serpent : deuxième degré,
La traversée du labyrinthe : troisième degré.
avatar
obsidienne

Messages : 3362
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mystères des Druides et des Drottes.

Message par obsidienne le Jeu 26 Jan - 0:40

avatar
obsidienne

Messages : 3362
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mystères des Druides et des Drottes.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum