La conscience de la Grande Fraternité Blanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La conscience de la Grande Fraternité Blanche

Message par Archange le Sam 29 Sep - 14:01

La conscience de la Grande Fraternité Blanche


Voici un extrait de l'ouvrage "les Maîtres et le Sentier"  de Charles leadbeater, qui fut un des membres éminents de la société théosophique et celui qui découvrit Jiddu Krishnamurti, devenu plus tard ce grand sage Indien, sur une plage d'Adyar alors qu'il était un jeune adolescent. Il est question ici de la Grande Fraternité Blanche, à laquelle appartiennent tous ceux qui travaillent et supervisent l'évolution de l'Humanité, sur les plans intérieurs et subjectifs, tous les initiés de tous degrés.


"La conscience de la Grande Fraternité Blanche est quelque chose d'indiciblement merveilleux. C'est comme un grand océan calme et brillant, uniforme au point que le moindre frémissement de conscience s'y transmet instantanément d'un bout à l'autre, comme un éclair; et cependant, il semble à chaque membre que ce soit sa propre conscience individuelle, mais douée d'une force, d'une puissance et d'une sagesse qui ne peuvent appartenir à nulle conscience humaine en particulier. Ce magnifique océan de "conscience cosmique" qu'est la Fraternité est si grandiose, si merveilleux, que rien au monde ne peut lui être comparé: même ceux qui en font partie pour avoir passé la première initiation n'en ont que des aperçus ou quelques souvenirs épars. Il ne peut être pleinement perçu que sur le plan nirvanique, où vit principalement la Fraternité, bien qu'elle se manifeste sur les plans inférieurs, voire jusque sur le plan physique.  

De même que le groupe d'élèves ne fait qu'un avec le Maître, de même la Fraternité est une en son Seigneur. Les membres peuvent entre eux discuter librement de toute question, mais telle est leur union que c'est comme si les différents aspects de cette question se présentaient à un même esprit et que ce dernier, seul, pesait le pour et le contre et l'on se trouve tout le temps en présence d'une immense et presque effarante sérénité, d'une certitude que rien ne peut jamais troubler. Et, d'autre part, chaque suggestion est la bienvenue: on a vraiment l'impression que la Fraternité entière attend, avec le plus grand intérêt, la contribution de chaque membre à l'examen du sujet en discussion. Il n'existe ici-bas rien d'analogue à quoi cette conscience puisse être comparée: l'atteindre, c'est entrer en contact avec quelque chose de nouveau et d'étrange, mais d'inexprimablement merveilleux et sublime, quelque chose qui ne permet ni témoignage ni comparaison, mais qui s'affirme comme étant d'un monde inconnu et bien plus élevé.  

Quoique les individualités soient si étrangement immergées en cette conscience, elles n'en restent pas moins nettement séparées, car l'assentiment de chacun des Frères est nécessaire pour toute décision d'importance. L'autorité du Roi est absolue, cependant, Il transporte Son vaste Conseil avec Lui et est, à tout instant, disposé à examiner tout l'aspect d'une question que peut avoir à lui soumettre n'importe quel membre de ce Conseil. Mais ce grand organe de gouvernement diffère totalement de tous les parlements sur terre: ceux qui possèdent l'autorité par rapport aux autres n'ont pas été élus, ni nommés par quelque parti; ils occupent leur position parce qu'ils les ont gagnées par leur développement supérieur et leur grande sagesse. Aucun d'eux n'est tenté de mettre en doute la décision de son supérieur, parce qu'il le sait être réellement supérieur, en ce qu'il possède une vision plus large et un pouvoir de décision plus étendu. Il n'y a et ne peut y avoir l'ombre d'une obligation, pour ces surhommes, de penser et d'agir tous de même: cependant, si parfaite est leur confiance en leur puissante organisation, qu'il est impossible d'imaginer qu'ils puissent différer fondamentalement dans leurs vues ou dans leurs actes. C'est, par excellence, dans le cas d'une telle Fraternité, sous les ordres d'un tel Roi, que nous pouvons pleinement comprendre ce beau passage lu à l'une des quêtes de l'Eglise d'Angleterre: "A son service règne une parfaite liberté".  "


Charles Leadbeater, "Les Maîtres et le Sentier"  

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum