L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

Message par obsidienne le Jeu 17 Nov - 13:22

Article sur L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

http://8esphere.blogspot.fr/2007/09/typical-approach-to-demonic-possession.html

Qu'est ce que la huitième sphère ?

L'existence de la huitième sphère est connue des occultistes depuis la fin du XIXe siècle. C'est une planète-machine, en dehors du développement humain et cosmique septénaire normal, qui recueillera tout ce qui aura succombé au mal. Comme un parasite, elle se nourrit de la force vitale et de la matière de notre monde. Cette réalité artificielle s'érige en simulacre de notre réalité physique et s'interpose à la vision des réalités spirituelles.


Quand il fut demandé à Rudolf Steiner de décrire sa mission en tant que maître spirituel, il dit qu’elle consiste à réintroduire la réincarnation et le karma dans le christianisme. Cela donne une bonne idée de la place que tiennent le karma et la réincarnation dans son œuvre, une œuvre non seulement très vaste mais aussi très profonde quoique difficile d’accès à prime abord.

Cet essai vise à donner un aperçu le plus cohérent possible de la vision qu’avait Rudolf Steiner de la réincarnation. Or il serait insuffisant de s’en tenir à cela ; il faut le connaître, retracer ses influences et ses positions philosophiques et occultistes, en décrivant sa vision de l’être humain et du cosmos, etc.

La cosmosophie et l’anthroposophie steinerienne

Steiner se distancie des « spiritualistes », or il considère néanmoins que tout le matériel est une manifestation visible du spirituel qui lui est antérieur. Le but de toute la création serait le développement du moi humain. La vision anthroposophique du cosmos est donc non seulement christocentrique mais aussi anthropocentrique. Steiner conçoit que la Terre elle-même se réincarne sept fois selon un plan précis (Steiner, 1910). L'humain était présent depuis le commencement avant même la création du minéral, mais peu conscient de lui-même.

Le corps physique a commencé son développement dans la première incarnation de la Terre, nommée Ancien Saturne (rien à voir avec la planète), un corps céleste fait de pure chaleur. Le corps éthérique (forces formatrices), que nous partageons avec les végétaux, tire son origine de l’incarnation suivante, aérienne et gazeuse : l'Ancien Soleil. Le corps astral, l’âme animée faite d'émotions, de sensibilité et de rêve, que nous partageons avec les animaux, s'est développé sur l'Ancienne Lune, l'état fluidique qui constitue le troisième stade, immédiatement antérieur à la Terre minérale actuelle. Au cours de l’Ancienne Lune certains êtres spirituels, ou hiérarchies célestes, sont entrés en opposition avec les hiérarchies progressives ; ainsi de nombreux anges déchus ont joint les rangs de Lucifer dans sa révolte. Les Archées, les Archanges et les Anges ont vécu leur stade humain respectivement dans l’Ancien Saturne, l’Ancien Soleil et l’Ancienne Lune. L’espace-temps réservé à notre développement est la Terre (Steiner, 1910).

L’homme est descendu graduellement suivant une pente descendante afin d’acquérir le moi dans la matière minérale. C'est seulement dans la Terre minéralisée, la quatrième incarnation de la terre, au plus bas de la descente dans la matière, que l'humain a pu développer un moi conscient d'être séparé des autres. Avant de pouvoir enfin s’incarner dans des grands singes assez évolués et ainsi pouvoir s’approprier un corps physique adéquat, l’humain archétypal a dû attendre que des parties de lui-même se détachent et se sacrifient en se faisant animaux. L’humain archétypal, au commencement, ne faisait qu’un avec le règne animal (Steiner, 1910). Sans ce sacrifice de la part des animaux, l’humain n’aurait pu être ce qu’il est aujourd’hui car il doit se nourrir des règnes inférieurs. Or il n’y a pas que les animaux qui ont accepté de se sacrifier, il y a aussi des êtres spirituels qui sont restés en retard dans l’évolution et constituent aujourd’hui des forces perturbatrices dans l'évolution humaine.

Ce sont ces êtres spirituels retardés, lucifériens, qui ont causé la chute de l’homme. Par conséquent, l'homme acquit la conscience du moi plus tôt que prévu et s’emplit par trop de matière minérale, de « poussière ». L'homme se trouve depuis confronté aux forces du mal et son incarnation constitue l’arène d’un combat entre les forces progressives et retardataires et dont l’enjeu est la liberté humaine. Une fois le moi acquis et la liberté qui y est liée, l’homme a acquis la possibilité de faire le mal. Pour sauver l’humain de la déchéance rendue possible par la liberté individuelle, le Christ s’est sacrifié en s’incarnant dans la chair afin de pouvoir se manifester humainement et montrer aux hommes la voie de l’Ascension. Sans l’incarnation du Christ, et si l’humain ne suivait pas son exemple, la création irait à sa perte à cause des lois entropiques de la Nécessité.

Le Christ est venu porter les forces nécessaires à la résurrection des corps. Sans son incarnation et son union avec le devenir humain et terrestre, le monde entier serait incapable de retourner au spirituel ni même de continuer à exister. Jésus-Christ a révélé une imagination du Graal aux apôtres, signifiant que l’homme doit devenir un Graal en portant le sang du Christ (ou son Ego), c’est-à-dire en transformant ses corps inférieurs (corps physique éthérique et astral) en corps supérieurs spiritualisés, et faire de même avec la Terre (elle aussi dotée d’un corps physique éthérique et astral, ce dernier étant fait des esprits de la Nature) en s’unissant à elle.

La tâche de l’homme est donc de s’unir à la matière et aux règnes inférieurs qui constituent ses propres corps inférieurs de même que ceux de la Terre, afin de les spiritualiser. Les réincarnations visent justement à spiritualiser cette matière, comme l’a fait le Christ lorsqu’il s’est incarné et s’est uni à la Terre lors de la Crucifixion sur le Golgotha. Les réincarnations ont débuté avec la Chute de l’homme et auront donc une fin - lors de la résurrection des corps. Au terme des réincarnations, il n’y a pas fusion avec Dieu mais bien communauté d’individus indépendants unis dans leur projet de former ensemble la communauté humaine au sens le plus élevé.

Dans la future incarnation de la Terre, appelée Jupiter ou la « Nouvelle Jérusalem », l’homme accédera au statut d’Ange et devra s’occuper des petits êtres de la Nature devenu grands, rendus à l’état humain. C’est donc dire que nos Anges gardiens individuels furent autrefois humains et qu’avant d’être humains, nous étions des petits êtres de la Nature (élémentaux), comme Arielle la petite sirène qui voulait devenir humaine (De Jong, 2000). Puis viendra la sixième réincarnation de la Terre : le stade de Vénus. C’est dans cette incarnation de la Terre que sonnera le Jugement Dernier, le moment crucial de la fermeture de l'Abîme de la Bête, marqué par le 666. L’homme est indéfiniment perfectible et devient ce qu’il pense de lui-même ; ainsi ce qui est présentement intérieur sera révélé extérieurement par « la marque de Dieu sur le front » (Steiner, 1908).

C’est alors que se produira la grande analyse, la grande décantation, la grande division entre l’humain vraiment humain et l’homme retardé, demeuré animal, mû par un égoïsme unilatéral, dont la destination ultime est l’Abîme, l’enfer. L’esprit humain qui y est condamné disparaît à jamais et retourne à la soupe primordiale. Parce que Dieu respecte la liberté, il ne peut pas « sauver » de l’extérieur quelqu’un qui s’est fermement ancré dans le mal. Enfin, dans le septième et dernier stade de Vulcain, l'homme sera devenu un dieu créateur et deviendra, à la suite des neuf hiérarchies angéliques traditionnelles (voir Denys l'Aréopagite), la dixième hiérarchie céleste, celle de la Liberté et de l'Amour. Comme le fils est lui-même appelé à devenir père, le rêve prométhéen de la divinisation de l’homme se réalisera et il sera en mesure de diriger une nouvelle création.

Les religions de libération et les religions de résurrection

Les religions hindoues et bouddhistes et autres religions préchrétiennes sont des religions de libération, affirme Steiner : l’humain voulait retourner à l’esprit et fuyait l’incarnation, la matière et la terre (Archiati, 1996). Dans le monde hébreu, puis chrétien, a germé une religion de résurrection, qui vise à unir l’homme avec la terre et la matière et à les transformer par amour. La résurrection n’est pas la libération : ce n’est pas l’âme qui fuit la matière vers l’esprit mais bien l’esprit qui s’unit parfaitement à la matière. L’homme est présentement trop faible pour rester uni à la terre et à la matière.

Le Christ est tellement plein d’amour qu’Il s’est uni avec la terre et le devenir humain. Il est tellement sans résistance qu’Il n’a pas besoin de se désincarner (Archiati, 1996). Parce que nous endommageons nos corps physique, éthérique et astral, nous devons quitter le corps périodiquement. Or les dommages faits au corps astral ne peuvent trouver leur expres​sion(sous forme de retour karmique) en une seule vie parce que le corps est devenu, au fil des millénaires, imperméable à l’esprit (Archiati, 1996).

Il faut donc se réincarner pour récolter les fruits de ses actes, pensées, paroles, bref de tout ce qui découle de notre libre choix. Ultimement, nous ferons comme le Christ et nous nous unirons avec la Terre dans l’amour. Puis l’amour rendra la poussière minérale au cosmos car l’amour dissous (Archiati, 1996). Il restera un corps humain-terrestre parfaitement spiritualisé, dépourvu de poussière minérale.

Des théosophistes accusèrent Steiner de donner préséance à la religion chrétienne, or pour lui le Christ transcende les religions et n'est aucunement limité par les dénominations chrétiennes. Le Christ se serait manifesté avant le christianisme dans Vishvakarman (ancienne Inde), Ahura-Mazda (ancienne Perse), Osiris (ancienne Égypte) et dans Odin dans les mythes nordiques avant de s'incarner dans un corps physique en Palestine et de révéler son imagination du Graal pour le futur : la transformation-résurrection de l’humanité et de la Terre (Archiati, 1996). Les anciennes religions à mystères devaient servir à préparer la voie à la venue du Christ et jouent un rôle de Précurseur.

La Gnose issue des anciens mystères est une voie dépassé qui selon Steiner appartiendrait à l'époque égypto-chaldéenne, soit du quatrième millénaire à l’an 747 avant notre ère (Steiner, 1910). La voie d’initiation moderne n’est plus une gnose ancienne reçue passivement lors d’une initiation de trois jours. Le christianisme a transformé de fond en comble les anciens mystères et les a rendus publics en les révélant dans les sept stations de la Passion du Christ.

Les premiers chrétiens gnostiques ont compris le mystère du Christ à travers le prisme de la philosophie grecque et de la sagesse des mystères d’Orient, que Steiner appelle "luciférienne", c'est-à-dire découlant des révélations anciennes de Lucifer, qui se serait incarné en 3000 avant notre ère (Steiner, 1910). Son dualisme esprit-corps et son attitude de fuite devant le monde illustrent son côté « luciférien ». La voie d'initiation moderne, rosicrucienne, renouvelle le courant du Graal, lequel a renouvelé le christianisme manichéen et gnostique (Steiner, 1910).
avatar
obsidienne

Messages : 3615
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

Message par obsidienne le Jeu 17 Nov - 13:28

suite :

L'organisation de l’être humain

Au stade d'évolution où il se trouve, l'homme peut être divisé en neuf, sept, quatre ou trois parties. En neuf : physique, éthérique, astral, âme de sensibilité, âme d'intelligibilité, âme de conscience, Esprit-Soi (manas), Esprit-Vie (buddhi), Homme-Esprit (atma) ; en sept : physique, éthérique, astral, Ego (Moi), Esprit-Soi (manas), Esprit-Vie (buddhi), Homme-Esprit (atma) ; en quatre, puisque les corps supérieurs ne sont pas encore réalisés : physique, éthérique, astral, Ego (Moi) ; et finalement en trois : corps, âme et esprit.

Les corps supérieurs – l’esprit - seront actualisés dans le futur. Un yogi et un rosicrucien, de par leurs exercices, atteignent plus rapidement des niveaux que les humains n’atteindront que dans le futur. Les corps spirituels résultent de la transformation des corps inférieurs, par un travail spirituel conscient du moi dans l’âme sur les corps inférieurs, ce qui les élève à l’état de corps spirituels. L'âme est l'intermédiaire entre le corps matériel et l'esprit issu des mondes supérieurs divins. Le corps est soumis à l'hérédité, l'âme gère le karma – la rétroaction différée des actes causant la transformation de l’actant - et l'esprit passe par de multiples réincarnations (Tummer, 2000).

Le devenir de l’homme après la mort


Au cours du sommeil, le corps physique reste imprégné de l’éthérique (qui le maintient en vie), mais l’astral (l’âme) et le moi (ego) le quittent pour leur propre monde, dans l’invisible. Au moment de la mort, par contre, le corps éthérique, le corps astral et le moi quittent définitivement du corps (Steiner, 1910). Le moi, qui reste enrobé de l’astral et de l’éthérique, verra sa substance éthérique se dissoudre en trois jours environ, après avoir assisté au spectacle de sa vie entière à l’état de veille (Steiner, 1910). Une fois le corps éthérique dissous, l’individu entre dans le monde de l’âme (Steiner, 1910).

En s’élevant vers les mondes supérieurs, il traversera une par une les sept sphères planétaires, dans l’ordre : la Lune, Mercure, Vénus, le Soleil, Mars, Jupiter et Saturne (Steiner, 1912). À ne pas confondre avec les incarnations planétaires décrites plus haut. L’esprit et son âme entrent d’abord dans le kamaloca (« lieu du désir »), le monde lunaire, où il se départissent des désirs brûlants, qui le tourmentent tels des ombres démoniaques mais qu’il ne peut plus assouvir puisqu’il n’a plus de corps physique (Steiner, 1910).

L’individu revit ainsi une seconde fois toute ses nuits de sommeil, soit un tiers de la durée totale de sa vie (Steiner, 1910). Il retrouve seulement ses proches qui sont décédés avant lui, puis ceux qui sont morts après lui. Ceux-ci lui renvoient les impressions – positives et négatives, objectives et subjectives - qu’il leur a laissées de son vivant (Steiner, 1912). Il ne peut que contempler le spectacle de ses actions – tel que le conçoit Aristote -, impuissant parce qu’il ne peut plus rien y changer, ce qui l’attriste au plus haut point.

L’individu revit tout ce qu’il a infligé à autrui mais de son point de vue : s’il a pris plaisir à faire souffrir un autre, il revit cette souffrance de façon décuplée. Cela n’a rien à voir avec le karma comme tel ; c’est plutôt une sorte de purgatoire (Steiner, 1910).

Si l’individu n’était pas très conscient du spirituel et que ses proches ne l’étaient pas non plus, il ne peut plus sentir leur présence de l’autre côté de la mort et se sent très seul. Steiner incite ses lecteurs à se faire des imaginations de leurs défunts afin que ceux-ci puissent communiquer avec eux, ce qui toutefois ne correspond pas au spiritisme ni au médiumnisme, que Steiner condamnait (Steiner, 1912).

Les éléments de l’âme (astral) sont laissés derrière dans la sphère de la lune (kamaloca) et l’esprit poursuit sa route vers les mondes spirituels proprement dits. Dans la sphère immédiatement supérieure, celle de Mercure, la force ou la faiblesse morale de l’individu se manifeste (Steiner, 1912). Un individu immoral deviendra un ermite solitaire dans les mondes spirituels. Plus l’individu a été moral, plus il est entouré et en bonne compagnie (Steiner, 1912).

Toute douleur morale et spirituelle est guérie au niveau de la sphère de Mercure car tout cela ne peut entrer au Ciel. Ensuite, dans la sphère de Vénus se reflètent les impulsions religieuses et artistiques de l’individu (Steiner, 1912). Il y retrouve ceux qui partageaient ses croyances religieuses comme une communauté de croyants. Un incroyant se trouve encore plus seul, mais un incroyant épris d’art peut compenser son manque de sentiment religieux par le sentiment artistique.

Dans la sphère suivante, la sphère Solaire, n’entre que ce qui est apte à entrer dans l’universel. Le passage de la sphère de la Lune à la sphère du Soleil correspond au passage de la subjectivité de l’âme à l’objectivité du spirituel (Archiati, 1996). Avant le mystère du Golgotha, le Christ était dans la sphère Solaire, mais depuis qu’il s’est uni avec la terre, il ne s’y trouve plus. On n’y retrouve que son reflet. L’individu court ici le risque de confondre Lucifer avec le Christ, puisque les deux se ressemblent et, selon Steiner, disent les mêmes paroles : « vous êtres des dieux » (Steiner, 1912 : 101, 139). Le sort de l’individu au-delà de cette sphère dépend de la compréhension de la part de l’individu de l’universalité des religions et de leur relation avec le mystère du Golgotha – l’union du Christ avec la Terre (Steiner, 1912).

C’est d’ailleurs au niveau du Soleil que les transformations majeures de l'individu ont court : la pensée se traduira dans la vie future par la démarche physique et les membres, et inversement, l’état physique des membres se traduira par sa façon de penser (Diet, 2002). Il est donc impossible que l’individu conserve une ressemblance corporelle et psychique d’une vie à l’autre puisque les deux s’inversent : sa pensée formera ses membres et l’action des membres formera sa nouvelle façon de penser.

Dans la sphère de Mars, l’individu quitte définitivement le microcosme pour entrer dans le macrocosme. Il commence à communier avec les êtres des hiérarchies célestes, mais vaguement, puisqu’il ne peut qu’entendre leur « parole » et voir leurs manifestations (Archiati, 1996). Ensuite, au niveau de Jupiter, il comprend la pensée - le Logos – des êtres spirituels qui l’entourent (Archiati, 1996). Enfin, au niveau de Saturne, l’individu est en communion avec les êtres célestes (Archiati, 1996). Là il tourne son regard vers le Zodiaque, au-delà des sphères planétaires, où il peut discerner une figure sublime de Lumière, la lumière du Christ. C’est le « Minuit de l’Existence », la rencontre de l’ego avec le Christ (Prokofieff, 1995).

Devant ce spectacle grandiose l’être humain se sent tellement petit et imparfait que naît en lui le désir irrésistible de redescendre sur Terre, puisque ce n’est pas en communion avec les êtres spirituels qu’il peut développer, par exemple, la charité et l’altruisme, mais seulement dans la rude expérience de l’incarnation sur terre, avec tout son lot d’égoïsme et auprès d’autres individus humains. Le moment de la redescente vers une future incarnation correspond à un obscurcissement progressif de la conscience. L’individu perd conscience de sa communion indifférenciée avec les êtres spirituels et ne peut comprendre que leurs manifestations (Archiati, 1996).

Peu à peu, l’individu porte un intérêt grandissant pour le devenir historique de l’humanité. Il commence à choisir un couple – le choix est une notion platonicienne importante reprise par Steiner -, dans une nation, une ethnie, une communauté, une famille précise. Trente-six degrés de générations avant la naissance séparent le moment du choix et le moment de l’incarnation, soit près de 1200 ans ! (Archiati, 1996).

Un être humain dit « normal » se réincarne deux fois, une fois en homme une fois en femme, à l’intérieur d’une période culturelle de 2160 ans (le soleil prend 2160 ans à parcourir un signe zodiacal de l’année solaire platonicienne de 25 920 ans) donc une fois aux mille ans. Il est possible qu’un individu s’incarne deux ou trois fois de suite dans le même sexe mais pas plus.

L’être humain étant très diversifié, la durée-type d’une incarnation à tous les 1080 ans varie beaucoup. Elle peut même se réduire à 500 ans ou presque, surtout aujourd’hui, en période de matérialisme épidémique (Steiner, 1912). Les individus matérialistes, attachés à leur animalité et à l’intellectualité, peinent à évoluer dans les mondes supérieurs et reviennent trop rapidement vers leur prochaine incarnation. Steiner (1912 : 191-192) en donne des descriptions à donner froid dans le dos : les immoraux et les paresseux, une fois décédés, sont incapables de s’orienter eux-mêmes dans les mondes supérieurs et deviennent la proie d'Ahriman, qui les utilise comme esprits élémentaux ahrimaniens, comme forces de destructions, notamment sous la forme de maladies endémiques (bacille, peste, virus) ou d’obsessions poussant des vivants particulièrement immoraux vers le meurtre d’enfants ou de jeunes adultes.

Toutefois, les forces de croissance de la jeune personne, qui n’ont pu s’épuiser en raison de son décès précoce, deviennent des puissances spirituelles positives, compensant ainsi l’accroissement du nombre de défunts qui deviennent les instruments d’Ahriman (Steiner, 1912 : 193).

Peu de temps avant la renaissance, l’individu voit le précieux germe de son corps physique lui glisser entre les doigts et filer vers le ventre de la future mère. Profondément attristé, il s’enrobe de substance éthérique prise à même la substance éthérique du cosmos.

Il vit dès lors dans l’éthérique et y retrouve le Christ et, à son service, Michaël, qui lui montrent le karma de sa vie (Steiner, 1912). Le choc peut parfois être si grand que l’individu ne s’en remettra pas et passera sa vie à nier son destin et à se fuir soi-même. Après la troisième semaine de développement fœtal, le Moi entre dans le processus de formation du corps, lui imprègne sa forme et commence à s’y incarner (Archiati, 1996).

En fait, le Moi ne sera complètement incarné dans le corps que vers la vingtaine. Steiner voit dans les mouvements saccadés et brusques de l’enfant, un indice de l’incarnation incomplète du Moi dans le poupon.

Les étapes de redescente vers l’incarnation sont récapitulées après la naissance : le nouveau né vit d’abord en communion indifférenciée avec son environnement et son entourage. Il commence à marcher à s’orienter dans une direction précise, tout comme dans la communion, qui constitue « la forme suprême d’orientation et d’engagement sur une voie » (Archiati, 1996). Ensuite, le poupon écoute les paroles - logos - de ses parents, mais sans comprendre. Il devient ensuite capable de comprendre et de parler, puis, lors de la chute des dents, un changement majeur se produit dans l’enfant : l’énergie de volonté, qui était monopolisée par le développement physique, est tout d’un coup libérée et peut se transformer en force d’imagination, libérant les énergies nécessaires au développement de la pensée (Archiati, 1996).

Le stade d’union avec l’éthérique est ainsi répété, car selon Archiati (1996) et Steiner (1910), la pensée est en rapport avec l’éthérique par sa la capacité de pénétrer et de comprendre les forces cosmiques, l’éthérique.
avatar
obsidienne

Messages : 3615
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

Message par obsidienne le Jeu 17 Nov - 13:32

Manifestations du karma

Steiner a tenté de décrire les processus spirituels qui gouvernent le cycle de la vie et de la mort. Il reste encore à expliquer les rapports qui lient une vie à une autre, individuellement. Au cours de plusieurs vies, disons trois vies d’affilée (a-b-c), une attitude de haine (a) nous revient en souffrance (b) et cette souffrance nous rend stupide et apathique (c) (Steiner, 1912). Au contraire, une attitude d’amour (a) rend plus profondément joyeux (b) et plus apte à comprendre et à connaître le monde (c) (Steiner, 1912).

Une attitude à mi-chemin entre amour et haine serait une attitude neutre de devoir (a), laquelle nous revient en indifférence (b), puis se transforme en une vie dépourvue d’orientation, à la dérive (c) (Steiner, 1912). La situation est plus complexe dans le cas de l’envie, une maladie typiquement luciférienne qui concerne le désir et qui constitue une négation de l’individualité d’autrui, une incapacité à se réjouir de son bonheur (Archiati, 1996). L’envie (a) nous rendra plus critique (b) et cette attitude critiqueuse nous revient en insécurité et en dépendance (c), laquelle se manifestera par une faiblesse corporelle (d) (Steiner, 1912). On peut le guérir dans l’enfance en lui pardonnant son erreur, son envie (Archiati, 1996).

Le mensonge est une maladie typiquement ahrimanienne qui concerne la vérité objective en ce qu’il consiste à nier l’universel, ce qu’on a tous en commun, le sens du vrai (Archiati, 1996). Le mensonge (a) devient de la légèreté morale et de la frivolité (b), rend le regard fuyant, incapable de faire face au regard d’autrui (c), et tout cela risque de générer des déficiences mentales (d) (Steiner, 1912). On peut corriger partiellement ces traits dans l’enfance en lui lisant des contes, empreints de vérités simples et universelles – justement ce qui avait été nié (Archiati, 1996).

Les maladies ont généralement des causes lucifériennes ou ahrimaniennes (sataniques). Lucifer est le séducteur qui nourrit l’égoïsme, l’ambition, l’infatuation du moi et la dévaluation du corps. Le mysticisme flou, la ferveur religieuse, les rêveurs décrochés, les extatiques et la Théosophie sont lucifériens. À l’inverse, Ahriman est le parfait scientiste matérialiste qui ramène tout au corps ou à des processus matériels et nie la réalité de l’esprit. Il rend l’individu non pas égoïste mais destructeur, intellectualiste abstrait, froid et analytique, calculateur, sans vie, étroit d’esprit, stéréotypé, sec et crispé.

Les maladies d’origine lucifériennes sont le fruit du chaos dissipatif des passions : fièvre, instabilité émotionnelle, folie, ivresse, hallucinations, désintégration de l’individu (Schütze, 1978). Les maladies ahrimaniennes sont de même nature que la mort : paralysie, durcissement des artères et des articulations, ossification, calcification, crampes, inflexibilité, lourdeur, insensibilité, sclérose, rhumatismes, etc. (Schütze, 1978) Le mal n’est donc pas simplement l’opposé du bien : le mal est aux extrêmes et le bien et la santé sont le produit d’un équilibre dynamique entre deux excès.

Il est ainsi possible de rétablir la santé de l’organisme, de l’âme et de l’esprit en contrebalançant un excès luciférien expansif par son antithèse ahrimanienne contractive et vice versa.

Les ressemblances psychophysiques, les liens de sang et les affinités électives
On sait que dans l’intervalle entre deux vies, au niveau de la sphère Solaire, la pensée et les membres s’inversent : la pensée – intérieure - devient le futur physique – extérieur – et vice versa : l’action extérieure des membres du corps se manifestera dans la façon de penser.

De la même façon, Steiner explique que les ressemblances psychophysiques des individus d’une même famille proche, que la science actuelle attribue à l’hérédité, seraient en fait les signes extérieurs que l’esprit même de ces individus se ressemble (Archiati, 1996). C’est d’abord parce qu’ils s’aiment et se ressemblent en esprit qu’ils se sont incarnés dans la même famille et, par conséquent, qu’ils se ressemblent physiquement.

Steiner affirme de plus que, d’une vie à l’autre, les liens héréditaires, les liens de sang, alternent avec les liens d’affinités (Archiati, 1996). Par exemple, les individus avec lesquels j’ai développé des liens d’affinité et d’amitié, sur une base libre, je les retrouverai parmi les membres de ma famille dans ma prochaine vie. Et inversement, les membres de ma famille actuelle, en plus d’avoir été mes affins dans ma vie antérieure, seront mes affins dans ma prochaine vie. Puisque ceux qui développent des liens d’affinité en viennent à se ressembler au niveau psychique et que, dans l’intervalle entre deux vies, l’extérieur et l’intérieur s’inversent, par conséquent, dans leur prochaine vie, ils se ressembleront physiquement, d’autant plus qu’ils seront unis par le sang. Puis, lorsque les membres de cette même famille se retrouvent enfin dans l’intervalle spirituel entre deux vies, ils développent le désir de nouer, dans leur prochaine vie, des liens libres, fondés sur les affinités (Archiati, 1996). Ils prévoient ensemble qu’ils se retrouveront entre vingt et quarante ans sur la base de leur liberté - fondée sur le karma, certes, mais libérée des liens de sang (Archiati, 1996).

On peut changer la qualité de nos relations avec nos consanguins, mais le lien de sang lui-même ne peut être changé ; dans le cas des liens d’affinités, on est complètement libre de nouer et de dénouer des relations sociales selon notre désir. C’est certain qu’en vertu du karma on attire à soi ce que l’on est, qu’on le veuille ou non, mais plus on en est conscient, moins on est soumis au déterminisme des liens karmiques.

Steiner souligne aussi qu’à peu d’exception près, les mêmes individus se réincarnent en groupe et rencontreront au cours de leur vie seulement les individus avec lesquels il est karmiquement lié (Archiati, 1996). Il sera donc à jamais impossible de se réincarner en même temps que notre arrière arrière grand-père car celui-ci est décédé avant notre naissance. Lui se réincarne en même temps qu’un groupe karmique particulier et différent du nôtre, qui inclut seulement les individus auxquels il est karmiquement lié.


Modalités du karma

Le karma selon Steiner n’est pas qu’une loi de cause à effet, c’est le fait que toutes mes actions, paroles et pensées vont revenir à moi et me transformer radicalement, inévitablement. Et ce que je suis devenu, de par la rétroaction de mes actions paroles et pensées, va attirer à moi des relations sociales et des situations de même nature. Or, comme je ne peux tout régler mes problèmes en une seule journée, j’ai besoin de plusieurs vies pour mettre les choses en ordre, pour paraphraser Lessing (Archiati, 1996). Il faut donc, selon Steiner, élargir son champ visuel et considérer que les conséquences ne reviendront pas nécessairement en une seule vie mais en plusieurs.

Il s’avère ainsi utile de regarder les choses différemment et de considérer que tout ce qui m’arrive en est ainsi parce que je l’ai voulu ainsi. Steiner propose l’exercice suivant : imaginez quelqu’un marchant sur le bord d’un toit et qui place une tuile détachée en équilibre sur le bord du toit, sur le point de tomber. Une fois redescendu, il passe sous le rebord du toit et la tuile lui tombe précisément sur la tête. Il a complètement oublié que c’était lui qui était à l’origine de son malheur. Deuxième étape de l’exercice : imaginons un homme, Steiner l’appelle « l’homme de pensée artificiel », aurait voulu exactement tout ce qui nous est arrivé au cours de notre vie, les coups durs comme les joies. On sera probablement porté à l’haïr.

Or cet « homme de pensée artificiel » est ce qui se rapproche le plus du moi supérieur et du fonctionnement du karma, soutient Steiner (Archiati, 1996). C’est donc dire que le moi supérieur a choisi et voulu notre situation existentielle présente, en fonction du karma de notre vie antérieure.

Les élémentaux non sauvés et trop attachés

Le cosmos, la nature et l’être humain ne sont pas gouvernés par des lois mécaniques mais par des êtres spirituels. Parmi ces êtres spirituels, de plus élevés aux plus inférieurs, il est des esprits de la Nature ou élémentaux (fées, gnomes, sylphes, salamandres, ondines, etc.), de nature astrale et éthérique, cachés derrière le voile de la nature et qui s’occupent des cycles et éléments naturels (jours, mois lunaires, année solaire, etc.) et des planètes.

Les êtres célestes des hiérarchies supérieures aux esprits de la Nature sont liés aux étoiles. Or ces esprits ne sont pas plus extraterrestres que nous puisque tout ce qui existe sur terre est lié aux étoiles et aux planètes ; tout être humain, par exemple, a sa propre étoile. La qualité de nos relations avec les êtres invisibles de la Nature dépend nos rapports avec la nature elle-même.

Le mieux est de porter une attention sacramentale à ses cycles, tel que le cycle de l’année solaire et ses festivals (Noël, Pâques, la Saint-Jean, la Saint-Michel, l’Action de grâce) qui peut être suivi comme un chemin initiatique menant à une expérience du Christ. À cause de notre attitude mauvaise à l’égard de la nature, de l’incompréhension générale, de la paresse, de l’impatience, du matérialisme, de l’intellectualisme et de l’ignorance de ces cycles, les esprits de la Nature se sentent lésés.

Même le karma interpersonnel implique des transactions d’esprits de la Nature, plus ou moins libérés et plus ou moins déchus et aigris. Ils s’attendent à ce qu’on les libère de leur esclavage à la matière en échange du sacrifice qu’ils ont fait lorsqu’ils se sont laissés ensorcelés dans les lois de la Nature (De Jong, 2001).

S’ils n’ont pas été libérés par notre activité consciente, ils restent emprisonnés, attachés à nous, et nous suivent d’une vie à l’autre (Lievegoed, 1983). Lorsqu’on construit des machines, les circuits électriques et électroniques, on éjecte les esprits des éléments et les remplace par des esprits élémentaux ahrimaniens.

L’esclavage des esprits de la Nature dans nos machines et nos conceptions matérialistes les rend « ahrimaniens », aigris, rigides, mécaniques et « sur-intellectualisés ». Comme le plastique synthétique est refusé par la terre et n'est pas décomposé, ainsi les pensées artificielles, étrangères au cosmos et à la nature, restent non digérées, non dissoutes, et reviennent nous hanter dans la vie suivante à cause de nos liens karmiques (Lievegoed, 1983).

À l’inverse, avoir de bonnes relations avec la nature menant à une expérience des esprits de la Nature les libère et nous les prenons en nous en communion et non pas par attachement parasitaire. Les esprits de la Nature n’ont pas d’ego à eux et se moulent selon nos attitudes envers la vie et la nature.

Dans le corps humain et celui de la terre, l’activité des sept planètes ont chacune une correspondance avec des processus physiologiques précis et cette activité passe par l’intermédiaire des élémentaux ou esprits de la Nature. Les pensées, sentiments et impulsions de volonté sont eux aussi des formes astrales et éthériques, artificielles certes mais elles restent néanmoins des élémentaux. Les élémentaux, incluant les formes-pensées comme les esprits de la Nature, sont donc intimement liés à notre univers intérieur.

Ils conservent une relation spéciale avec l’homme jusqu'à la mort et même après, dans l’intervalle entre deux vies et dans la vie suivante. Ils sont à l’origine de diverses expériences perturbatrices, à travers lesquels ils manifestent leur désir d’être considérés et transformés (Lievegoed, 193).

Les médecins anthroposophes tels Bernard Lievegoed en tiennent comptent dans leur diagnostic et leur thérapeutique. Chaque fois qu’on se dit « Pourquoi ai-je agit comme ça ?

Ce n'est pas moi ça! », on peut ressentir l’activité perturbatrice de ces êtres de la Nature – liés à notre univers intérieur - non sauvés (Lievegoed, 1983). Les élémentaux non sauvés s'interposent entre soi et les autres, empêchant de les rencontrer véritablement et donc de comprendre nos rapports karmiques avec eux. Les élémentaux non sauvés constituent ce que Steiner appelle le double ou « doppelganger », qui inclut tout ce qui est déchu en soi-même depuis la Chute - au niveau des trois corps inférieurs physique, éthérique, astral (Lievegoed, 1983).

Le double ahrimanien prend généralement une forme humanoïde reptilienne, de couleur verte (voir les films L’incroyable Hulk, Le Grinch et Le Masque, suggère De Jong, 2000), alors que le double luciférien se présente comme un ange gracieux et essaie de se faire passer pour le moi supérieur.

Le double est fait de toutes nos actions bonnes ou mauvaises et se charge de nous faire subir leurs conséquences. Il est en opposition avec le (vrai) moi supérieur comme un gardien du seuil séparant la conscience ordinaire du monde spirituel. Le double est un agrégat artificiel, une île que moi supérieur ne peut pénétrer de lui-même (Lievegoed, 1983). Le sens de la vie sur terre consiste à transformer ce double dans la vie ordinaire.

Le moi supérieur pose dans notre vie les obstacles qui nous amèneront à confronter le double négatif de nos vies et le transformer (Lievegoed, 1983). Le nier et le réprimer ne fait que le renforcer. En acceptant ce qui nous arrive comme étant nécessaire et en prenant la responsabilité de transformer le double, on peut arriver à le dissoudre. Les fantômes par exemple sont des structures éthériques passées qui sèment la discorde dans les relations sociales et nos souvenirs (Lievegoed, 1983 : 85).

Les structures négatives de nature astrale sont appelées démons et interfèrent dans l’âme sous forme de complexes et d’impulsions destructrices ou auto destructrices inconscientes, causant des sérieux troubles psychologiques et menant possiblement à la possession (Lievegoed, 1983). Tous demandent à être digérés dans l’action empreinte de compréhension et d’amour, des forces qui jaillissent du moi supérieur.
avatar
obsidienne

Messages : 3615
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

Message par obsidienne le Jeu 17 Nov - 13:37

La clairvoyance atavique prise pour des souvenirs de vies antérieures

Pour Steiner, il existe deux sortes de clairvoyance différentes : la clairvoyance imaginative et la clairvoyance atavique. Steiner décrit la clairvoyance atavique comme étant un héritage héréditaire, liée au sang. Lorsqu’un individu voit sa conscience de veille affaiblie, par la somnolence, par l’hypnose, la transe ou le somnambulisme, il entre dans une conscience plus profonde reflétant les phénomènes cosmiques avec une grande clarté, une clarté supérieure à celle des rêves (Steiner, 1906).

Or son activité cérébrale à lui est paralysée ; il ne peut alors qu’observer les images qui lui viennent de ses ancêtres de par son lien de sang (Steiner, 1906).

Dans l’antiquité, les humains étaient naturellement doués de cette clairvoyance atavique et recevaient à travers elle des imaginations des dieux (Diet, 2002). Les prophètes et les Sibylles y puisaient l’inspiration de leurs discours. Le mélange des sangs entraîna le développement de l’intellect et la récession de la clairvoyance atavique (Steiner, 1906).

Cette dernière a été refoulée par le christianisme et le matérialisme et cela devait en être ainsi car elle devait laisser place à une forme de connaissance non pas reçue passivement mais fondée sur l’activité de la pensée libre et autonome. La clairvoyance imaginative est celle qu’il s’agit de développer maintenant, à la lumière d’un état de conscience clair et éveillé, par la pensée pure, le contraire de la succession d’images née de la clairvoyance atavique. Aujourd’hui, la clairvoyance atavique est susceptible de faire monter à la conscience des images pouvant être mal interprétées et prises pour des souvenirs de vies antérieures. Ce serait d’ailleurs de telles images qui, par le passé, auraient été prises pour des souvenirs de vies antérieures (Archiati, 1996).

Ces images, ces éléments psychiques, sont liées à nous comme des reflets de nos vies, or elles ne correspondent pas à des incarnations antérieures de notre ego (Diet, 2002). Les anciennes versions de la réincarnation, telles que la transmigration et la métempsycose, soit la transmission des éléments psychiques d’un corps à un autre, ne doivent pas être confondues avec la réincarnation du moi, laquelle ne peut être comprise, selon Steiner, que d’un point de vue chrétien (Archiati, 1996). Car selon lui, seul le christianisme insiste assez sur les rapports unissant l’humain individuel et universel, deux caractéristiques essentielles de la réincarnation du moi.

De nos jours, ce ne sont plus les dieux qui se manifestent à travers les imaginations ataviques, héréditaires, passives : à travers ces visions reçues passivement, des démons se jouent de nous aisément (Diet, 2002).

Tout ce qui est de nature visionnaire constitue aujourd’hui un phénomène pathologique menant à ce que Steiner et la Théosophie appellent la huitième sphère (Steiner, 1915). Cette sphère est la huitième parce qu’elle est exclue du cycle des sept stades de l’évolution humaine-terrestre et constitue le « double » négatif de la Terre actuelle, laquelle correspond à la quatrième sphère (Steiner, 1915).

La huitième sphère est l’Abîme, le lieu où tous les rebuts de l'évolution et tout le mal vont s’échouer. Lucifer et Ahrimane-Satan sont les deux grands ennemis de l’humanité à l’origine de la création « spirituellement illicite » de la huitième sphère, ce monde purement artificiel et spectral, mi-matériel mi-spirituel, en dehors de la vie et de la mort, de nature électromagnétique, rempli de fantômes et de spectres. Ensemble ils tentent de faire dévier le cours de l'évolution normale vers ce monde condamné. L’attrait pour ce qui est de nature visionnaire – né de la clairvoyance atavique - est « la manifestation d’un amour pervers pour la huitième sphère », affirme Steiner (Diet, 2002).

La réincarnation sans l'esprit: histoire d'une contre-vérité

Dans son ouvrage de controverse La réincarnation sans l'esprit: histoire d'une contre-vérité, l’anthroposophe Irene Diet (2002) soutient que le fait de prendre les images qui émergent dans un état infra-conscient pour des « souvenirs de vies antérieures » constitue une aberration de la recherche karmique :

« Et si les prétendues réminiscences de vies antérieures, qu'elles soient spontanées ou déclenchées par des techniques de régression étaient liées à d'autres phénomènes que la réincarnation? Et si ces "images de nos vies passées", loin de contribuer à une clarification des choses ne faisaient que jeter le trouble dans nos esprits, brouillant non seulement les cartes de nos destinées individuelles mais empêchant aussi une compréhension juste de la réincarnation et du karma? Et si ces images au lieu d'ouvrir la voie à une spiritualisation de l'humanité, faisaient le lit d'un monde plus matérialiste encore? » (verso de la couverture).

Diet (2002) s’inquiète sérieusement de l’accueil enthousiaste que manifesta la Société Anthroposophique Générale, au congrès de Pâques 1997, face aux recherches dans les « vies antérieures » utilisant les thérapies de régression sous hypnose.

Elle éveille le soupçon sur les ouvrages d’Edgar Cayce, Raymond A. Moody, Thorwald Dethlefton, Ian Stevenson, Leonard Orr, Hélène Wambach, Joël Whitton, qui ont tous été traduits dans plusieurs langues ou réédités (Diet, 2002 : 14). Elle dénonce carrément les « thérapies de vies antérieures » du rabbin Yonassan Gershom, de même que les ouvrages de Patrick Drouot, Jenny Cockel, Trutz Hardo, Barbro Karlén (une Allemande se disant la réincarnation d’Anne Frank). Elle dénonce même l’anthroposophe Thomas Meyer, auteur d’une apologie d’Edgar Cayce.

Les activités des « loges noires »


Diet (2002) attire l’attention sur le contenu de quelques conférences de Rudolf Steiner, réunies dans The Occult Movement in the Nineteenth Century (1915), concernant l'activité des loges occultes au XIXe siècle et leur influence déterminante dans la création du spiritisme et du médiumnisme. Steiner (1915) relate une histoire de complot occulte dans laquelle des loges bien intentionnées et d’autres malintentionnées se seraient mises d’accord, au milieu du XIXe siècle, sur la nécessité de créer de toute pièces les phénomènes de médiumnité et de spiritisme, destinés à fournir des preuves physiques et scientifiques de l’existence du spirituel. Les loges bien intentionnées ont vite réalisé que les loges malintentionnées s’étaient empressées à monopoliser le spiritisme et la médiumnité.

L’activité principale des loges occidentales malintentionnées consiste à répandre du matérialisme de façon à ce que les individus développent une forte tournure de pensée matérialiste. Après leur mort, les esprits matérialistes défunts se retrouvent coincés dans la loge, attachés aux mauvais initiés ayant répandu le matérialisme comme par les fils invisibles (Steiner, 1915).

Or ces mauvais initiés ne sont pas dupes, ils connaissent les réalités spirituelles et savent que le fait de répandre des notions matérialistes entraîne des conséquences nuisibles pour l’humanité ainsi emprisonnée. Selon comment les mauvais initiés les utilisent, ces défunts coincés dans la loge deviennent de puissants centres de forces destructrices ou bien se manifestent dans les séances de spiritisme et de médiumnité (Steiner, 1915). Ce sont ces défunts placés en « salle d’attente » qui répondent aux questions des spirites et des médiums. À la lumière de ces explications de nature occulte, le cas de Bridey Murphy s’éclaire.

Ceux qui ont lu À la recherche de Bridey Murphy (1975) savent que dans les années cinquante aux États-Unis une femme placée en état d’hypnose, Ruth Simmons, fut amenée à servir de porte-voix à une autre femme, Bridey Murphy, laquelle disait avoir vécu un siècle plus tôt. Cette Bridey Murphy, que l’on prit pour une incarnation antérieure de Ruth Simmons, dit se trouver dans une « salle d’attente » entre deux vies.

En se fiant aux analyses de Diet, rigoureusement fondées sur les enseignements de Steiner, on peut en déduire qu’une interprétation anthroposophique du phénomène serait que l’« affaire Bridey Murphy », de même que les autres thérapies du même genre, sont le fruit des manigances de ces fameuses « loges occultes malintentionnées », désireuses de répandre du matérialisme, notamment de faux enseignements sur le karma et la réincarnation.

La popularité des thérapies de régression sous hypnose et de lying est, selon Diet, une manifestation plus récente des activités des loges occultes malintentionnées et de bien d’autres forces occultes. Elle rappelle de plus qu’Edgar Cayce n’avait jamais considéré l’idée de faire des « lectures de vies antérieures » avant qu’un certain Arthur Lammers, lié au mouvement médiumnique international et à la Société Théosophique, lui fasse la suggestion en 1923.

Les loges noires d’Orient (indo-tibétaines) et d’Occident (ressemblant aux Jésuites et aux Francs-maçons) ont aussi réussi un autre coup de génie : faire dévier le théosophisme vers une haine de Yahvé et du Christ (Steiner, 1915).

Le Théosophe O.P. Sinnett, l’auteur de Bouddhisme ésotérique (1888), identifie la huitième sphère à la lune - une création de l’Elohim Yahvé -, ce qui laisse sous-entendre que Yahvé serait le créateur de la huitième sphère (Steiner, 1915). Steiner affirme quant à lui que Yahvé aurait créé la lune, très minéralisée, comme contrepoids au vacuum de la huitième sphère fabriquée par Lucifer et Ahrimane (Steiner, 1915). Selon Steiner (1915), Blavatsky, de par ses dons de clairvoyance, était consciente de l’erreur de Sinnett et elle aurait tenté de la corriger, mais en vain.

À travers l’ouvrage de Sinnett, qui eut énormément d’influence dans la Théosophie, les loges malintentionnées, tant orientales qu’occidentales, ont pu jeter ainsi un voile d'obscurité sur le rôle véritable de Yahvé - Élohim lunaire - dans le devenir humain. Ils ont du même coup jeté un voile d’obscurité sur le rôle des six autres Élohim (liés aux six autres sphères planétaires) qui guident l’évolution de l’individu à travers les sphères des planètes dans l’intervalle entre deux vies, qui se chargent de la transformation du karma individuel et qui donnèrent forme au cosmos (ce sont les Élohim ou Exousiai ou Esprit de la Forme), aux planètes et à l’être humain (Steiner, 1915 ; Diet, 2002).
avatar
obsidienne

Messages : 3615
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

Message par obsidienne le Jeu 17 Nov - 13:39

Madame Blavatsky ne parle pas de réincarnation dans son premier grand ouvrage Isis Dévoilée. Elle était dans ce temps-là inspirée par des initiés rosicruciens bienveillants, or elle n’était pas encore arrivée au degré d’initiation où les réalités de la réincarnation sont révélées.

Ce n’est qu’à partir de la Doctrine Secrète que Blavatsky répand des enseignements sur la réincarnation, or ceux-ci furent révélés par les loges noires indo-tibétaines et non plus par les rosicruciens. Ceux-ci l’avaient délaissée parce qu’elle s’était révélée trop instable et manipulée par les loges désireuses de détourner l’homme de l’impulsion de Yahvé et du Christ. Aux dires de Diet (2002), c’est Steiner qui aurait été choisi par les loges rosicruciennes bienveillantes pour mettre de l’ordre dans le karma et la réincarnation et réparer les erreurs de Sinnett et Blavatksy.

Son ouvrage Science de l’Occulte constitue un véritable livre de combat destiné à « dissiper l’obscurité qui entoure la question de la réincarnation » (Steiner, 1910). Ce n’est qu’en 1915 que Steiner révéla, dans ses conférences, l’activité des loges noires orientales et occidentales et celle de Lucifer et Ahriman dans la création de la huitième sphère.

Les deux types de clairvoyance


Diet (2002) insiste sur la différence fondamentale qui existe entre le développement de la clairvoyance imaginative et la clairvoyance atavique. L’Imagination correspond au niveau immédiatement supérieur à la conscience de veille. Si elle est bien maîtrisée, elle peut mener à l’Inspiration, puis à l’Intuition, qui correspond au plus haut degré de clairvoyance.

L’Imagination au sens steinerien, ou clairvoyance imaginative, ne doit rien à l’imagination au sens fantaisiste ni à l’autosuggestion : elle consiste en la capacité de créer une forme-pensée pure, indépendante des sens, construite par notre propre effort de volonté, en vue que des êtres spirituels se manifestent à travers elle (1905).

Son antithèse la clairvoyance atavique ou clairvoyance visionnaire appartient au passé mais persiste encore, autrefois utilisée par les dieux mais aujourd'hui dirigée par des démons. Elle est dangereusement trompeuse du fait qu’elle imite parfaitement les impressions sensorielles, comme au cinéma, affirme Diet (2002).

L’humain moderne doit développer son âme de conscience, un degré supérieur de conscience de l’âme en voie de spiritualisation. Pour y arriver, il faut avoir acquis un savoir solide basé sur l'expérience concrète du moi et non pas un savoir basé sur la clairvoyance visionnaire, atavique, car cette dernière doit s’éclipser pour le sain développement de l’intellect et du moi. Un moi sain doit fonder sa liberté sur la connaissance directe ; un savoir fondé sur les visions, qui imite le réel mais reste néanmoins un simulacre saisissant de réalité, court-circuite la formation d'un sens du moi sain (Diet, 2002 : 64).

Dans le passé, les dieux dirigeaient les humains à travers les imaginations ataviques ; dans le futur, l’homme se dirigera lui-même par la clairvoyance imaginative, développée par son propre effort de pensée pure. Diet (2002 : 62-67) en conclut que pour obtenir une compréhension juste de la réincarnation et du karma, il faut absolument écarter les visions obtenues dans un état de conscience réduit comme l’hypnose ou le lying car celles-ci nous amènent carrément en sens inverse du développement de la clairvoyance Imaginative selon Steiner.

Les visions issues de la clairvoyance atavique sont des symptômes pathologiques et nous rabaissent à l'infra-conscient, lequel mène à l’infrahumain. Pis encore, la clairvoyance atavique nous place sur la pente dangereuse menant à la huitième sphère (Steiner, 1915).

Les investigations karmiques et la notion de symptôme karmique


Dans un même ordre d’idées, Diet (2002) oppose, tout au long de son ouvrage, la démarche d’ « investigation karmique » de Steiner, très longue et ardue, à celle des « thérapies de vies antérieures », qui aboutit rapidement et facilement à des images, des scènes, prises immédiatement pour des souvenirs de vies antérieures et dont les résultats positifs apparaissent rapidement. Or, selon Diet (2002), ces thérapies ne touchent pas au véritable phénomène de la réincarnation du moi : elle jongle avec des éléments psychiques, les visions qui jaillissent de la clairvoyance atavique.

Elle souligne que Steiner écarte la majorité des visions qui lui viennent en tête comme autant de fausses pistes, puisqu’elles seraient « trop nombreuses pour être vraies » (Diet, 2002 : 21). Ce serait en raison de la persistance des facultés de clairvoyance instinctive, atavique, héréditaire, que ces « images trompeuses » montent à la conscience. Le travail de clairvoyance imaginative consiste à trier les bonnes imaginations des visions d’origine ataviques. Les observations de Steiner touchent les traits de la personnalité profonde de l’individu – du moi - et leur transformation d'une vie à l'autre (Diet, 2002).

Les observations des thérapeutes en régression Patrick Drouot, Jenny Cockel, Trutz Hardo et Yonassan Gershom portent quant à elles, le plus souvent, sur l’origine de maladies présentes, censées déboucher sur un ou des traumas vécus dans une autre vie (Diet, 2002). Les maladies physiques, le mal-être psychique (anxiétés, cauchemars récurrents) et les ressemblances physiques et psychiques sont interprétés par ces thérapeutes comme étant des symptômes de karma (Diet, 2002).

Or ceux-ci ne correspond en rien à aux « symptômes » tels que décrits par Steiner. Selon Steiner, les traits psychiques et physiques sont complètement transformés par les hiérarchies spirituelles dans l’intervalle entre deux vies et les ressemblances physiques et psychiques ne permettent pas de retrouver la réincarnation d’un individu décédé. Les symptômes qu’il observe concernent le moi de l’individu et non pas des ressemblances ou des continuités d’ordre psychophysiques.

La conception de la réincarnation qui ressort des « thérapies de vies antérieures » suggère l’absence de transformation entre deux vies, le retour mécanique de l'acte à son émetteur et la quasi-insignifiance de l’intervalle entre deux vies (Diet, 2002). Pour Steiner en revanche, l’intervalle dure environ 1000 ans et l’individu en revient complètement transformé.

Diet (2002), en décrivant le passage à travers les sept sphères planétaires (à ne pas confondre avec les sept stades de développement de la Terre), insiste sur le fait que les blessures morales sont abandonnées dans la sphère de Mercure et complètement guéries. Ce sont les faiblesses morales et non pas les maladies qui reviennent sous forme de karma à compenser.

Par ailleurs, prétendre qu’on doive guérir l’individu de séquelles morales, psychiques et physiques venant d’une autre vie par une « thérapie de réincarnation » suppose que ces séquelles ne sont pas transformées dans l’intervalle entre deux vies (Diet, 2002).

S’appuyant sur Steiner, elle soutient que l’être est radicalement transformé entre deux vie par son passage dans la sphère Solaire, où la pensée devient le corps et le corps devient la pensée, et donc que les ressemblances physique, psychiques et morales ne permettront jamais de prétendre qu’un individu est la réincarnation d’un autre.

Prenons un exemple concret. Selon Trutz Hardo, « thérapeute des vies antérieures », sa cliente Marion, atteinte d’une maladie du cœur, aurait vécu à nouveau, en état semi hypnotique « alpha », des « souvenirs d’une vie antérieure » démontrant que la cause de sa maladie du cœur sera la conséquence karmique du fait qu’elle a poignardé quelqu’un au cœur dans une autre vie (Diet, 2002 : 11-12).

La conception du karma qui émerge de cette thérapie est que le karma reviendrait inchangé, comme par automatisme mécanique. Diet (2002) explique que Lucifer et Ahrimane se sont emparés de la clairvoyance atavique, notamment afin de développer une fausse idée de la réincarnation et d’entraîner le plus de gens vers la huitième sphère.

Ahrimane est l'inspirateur de cette conception mécaniste de la réincarnation et du karma, qui enferme l'humain sur terre, pris dans ses perpétuels enchevêtrements karmiques…

« jusqu’à ce qu’on l’en soulage en libérant le trauma en salle de thérapie ».

Face à cette vision mécaniste et quasi cauchemardesque du karma et de la réincarnation, l’homme est soudain pris du désir – inspiré par Lucifer - de fuir ce monde de karma étouffant, de se détacher de la terre et de la matière pour s'affranchir du « cycle infernal » des incarnations successives (Diet, 2002 : 49).

C’est généralement à de telles conceptions de la réincarnation qu’aboutissent les thérapies des vies antérieures, souligne Diet (2002).
avatar
obsidienne

Messages : 3615
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

Message par obsidienne le Jeu 17 Nov - 13:43

Hypnose, psychanalyse et magie noire

Ces thérapies sont d’autant plus douteuses pour un anthroposophe averti que Steiner condamnait catégoriquement l’hypnose. Les suggestions déclenchent un transfert au niveau de l’éthérique – l’éthérique étant porteur de la mémoire et des souvenirs – par lequel, les instincts, les présupposés et les pensées les plus intimes de l’hypnotiseur se reflètent dans la psyché du patient et ce sans même qu’il ait eut à suggérer quoi que ce soit (Steiner, 1905 : 12).

L’hypnose est un jeu très dangereux car elle réitère et durcit des structures de pensée attendront les pratiquants et les patients après la mort, intriqués dans leurs liens karmiques et prisonniers du monde illusoire, de la même nature que la huitième sphère, qu’ils ont structuré au fil des séances (Steiner, 1905 : 12).

L’hypnose non seulement transgresse les limites établies par la conscience de veille, tel un viol psychique, elle se révèle de plus une influence destructrice de la volonté et du libre-arbitre. Steiner considère l’hypnose comme un euphémisme pour « magie noire » et manipulation mentale. Le médium, le spirite et l’hypnotiseur sont des magiciens noirs inconscients car des élémentaux ahrimaniens s’infiltrent dans leurs « émanations chimiques » ou « ectoplasme » (Steiner, 1924 : 161).

Quant au mage noir conjurant ses esprits familiers à entrer dans ses émanations afin d’en obtenir du pouvoir, celui-ci attire de façon pleinement intentionnelle des élémentaux ahrimaniens. Steiner met aussi en garde contre la psychanalyse de son temps, qui utilisait abondamment la régression sous hypnose dans les souvenirs d’enfance. Steiner soutient que d’éveiller et manipuler des souvenirs réprimés, c’est jouer avec de véritables bombes dans une psyché déjà fragile.

Le reste de sa vie et même après la mort, le patient restera emprisonné dans les structures psychanalytiques, pleines de complexes freudiens, qu’il se sera créé dans son imagination (Steiner, 1917 : 10).

Il nourrit ainsi des complexes, des fragments indépendants de lui-même, de véritables démons qui s’habillent de ses souvenirs (Steiner, 1917 : 10). Si Steiner condamnait la psychanalyse et l’hypnose, à combien plus forte raison n’aurait-il pas condamné avec vigueur les « thérapies de vies antérieures » ?

Le drame-mystère de Steiner : une clé pour notre compréhension de la réincarnation
Dans le quatrième drame mystère de Steiner, rappelle Prokofieff (1995), directeur de la Société Anthroposophique Générale, les personnages Capésius, Maria et Johannes consultent des « pseudo occultistes » :

“And the soul will then appear as an occultist
and when telled upon will tell human beings
their lives from the primeval beginnings of the Earth.” (Prokofieff, 1995: 14)

Ainsi, Capésius, Maria et Johannes tentent d'arriver à une connaissance du karma, mais succombent momentanément aux illusions semées par des êtres spirituels nuisibles qui leur racontent leurs vies antérieures dans des séances d’occultisme. S.O. Prokofieff (1995 :
14), interprète la scène en citant Steiner, qui a révélé que ces enseignements offerts par des entités ahrimaniennes (sataniques) mèneront l'humanité à sa décadence parce qu’elle le reçoit passivement, sans se transformer intérieurement.

Plus tard, Capésius devra reconnaître que les images qui lui venaient dans un état infra-conscient - en deçà de l'état de conscience de veille - étaient illusoires, n'étant pas connectées à une expérience consciente du « Minuit de l'Existence » (la rencontre du Moi avec le Christ Représentant de l'Humanité au milieu de l’intervalle entre deux vies), et donc qu’il ne peut s’agir d’une compréhension valide de la réincarnation et du karma (Prokofieff, 1995 : 15).

Toutefois, seule Maria arrivera, dans le quatrième drame-mystère, à une compréhension réelle de la réincarnation fondée sur le mystère du Minuit de l’Existence, acquerrant ainsi un savoir fiable sur son propre karma (Prokofieff, 1995 : 15).


Dernière édition par obsidienne le Jeu 17 Nov - 13:46, édité 1 fois
avatar
obsidienne

Messages : 3615
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

Message par obsidienne le Jeu 17 Nov - 13:45

En résumé,

Steiner et certains anthroposophes avertissent le lecteur qu’il y a un danger de confusion et d’illusion inhérent à toute investigations portant sur les vies antérieures. Fonder sa compréhension du karma et de la réincarnation sur des visions originaires de la clairvoyance atavique en est un exemple. Derrière ces visions ataviques se cacheraient des êtres ahrimaniens, eux-mêmes manipulés par des mauvais initiés souhaitant répandre de fausses conceptions de la réincarnation et du karma.

En répandant du matérialisme ainsi qu’une mauvaise compréhension du karma et de la réincarnation, ces occultistes emprisonneraient toujours plus de défunts dans leur loge, leur « salle d’attente », et conduisent ensuite ces défunts vers les séances de spiritisme, de médiumnisme. Les êtres spirituels ahrimaniens utilisent ensuite les souvenirs de ces défunts et les dévoilent dès qu’on ouvre la porte de la clairvoyance atavique, par exemple lors des séances de transe hypnotique et de régression sous hypnose dans des « vies antérieures ».

La popularité des thérapies de régression sous hypnose et de lying est, selon Diet (2002), une manifestation plus récente des activités des loges occultes malintentionnées. En inspirant des conceptions fausses de la réincarnation et du karma, les loges malintentionnées créent des démons, car les mensonges donnent vie à des démons et les démons nous ramènent à un stade dépassé de notre évolution, dans la clairvoyance atavique qui devrait déjà être du passé.

Ces loges sont elles-mêmes inspirées plus ou moins directement par Lucifer et Ahrimane, qui veulent entraîner l’humanité dans la huitième sphère et ainsi faire échouer toute l’évolution humaine-terrestre.

C’est donc dire qu’une mauvaise compréhension du karma et de la réincarnation, parce qu’elle court-circuite le processus de saine acquisition de la connaissance en se fondant sur des mensonge et des phénomènes pathologiques, menace le passage de la terre et de l’humanité à la nouvelle Jérusalem, ou Jupiter, la prochaine étape de l’évolution humaine-terrestre.


BIBLIOGRAPHIE :
LAPLANTINE, François
2003 « Penser anthropologiquement la religion » in Le religieux en mouvement, Anthropologie et Sociétés, vol. 27, no. 1, p.11-32.

FAIVRE, Antoine
1992 L'ésotérisme, (« Que sais-je ? ») PUF, Paris

STEINER, Rudolf
1892 Truth and Knowledge: Prologue to the Philosophy of Freedom, Steinerbooks
1895 The Philosophy of Freedom: the basis for a modern world conception, Pharos, Rudolf Steiner Press
1904 Theosophy, Anthroposophic Press
1905 Knowledge of the higher worlds : how is it achieved ? Rudolf Steiner Press, Londres
1905 Foundations of esotericism, Rudolf Steiner Press
1906 Le sang est un suc tout particulier ; Notre Père ; Le Sens de la Vie, collection la Voie Ouverte, Triades.
1908 The Apocalypse of Saint John, Anthroposophic Press
1910 Science de l'occulte, Rudolf Steiner Press, Londres
1910 A Western approach to reincarnation and karma. Selected lectures and writings by Rudolf Steiner. Edition et introduction par René Querido.
1910 The true nature of the Second Coming, Rudolf Steiner Press
1912 Life between death and rebirth, Anthroposophic Press, New York
1912 Reincarnation and karma, Anthroposophic Press
1915 The occult movement in the nineteenth century, Rudolf Steiner Press
1917 The wrong and right use of esoteric knowledge, Rudolf Steiner Press
1923 What is anthroposophy ? (introduction de Christopher Bamford), Anthroposophic Press
1924 Anthroposophical leading thoughts, Rudolf Steiner Press
1995 Nature Spirits, selected lectures by Rudolf Steiner (from 1908 to 1924), Rudolf Steiner Press

ARCHIATI, Pietro
1996 La réincarnation dans la vie quotidienne : vers une conscience chrétienne renouvelée, Éditions Anthroposophiques Romandes

SCHÜTZE, Alfred
1978 The enigma of evil, Floris Books

DIET, Irene
2002 La réincarnation sans l’Esprit : histoire d’une contre-vérité, Paris, Éditions Triades.

SUMSER, Robert
1994 Rational occultism in fin de siècle Germany : Rudolf Steiner’s modernism, History of European Ideas, vol.18, no.4, pp.497-511

PROKOFIEFF, Sergei O.
1995 Rudolf Steiner’s research into karma and the mission of the anthroposophical society, Temple Lodge.

TUMMER, Lìa
2001 Rudolf Steiner and Anthroposophy for beginners. New York, Writers and Readers Beginners Documentary Comic Book.

LIEVEGOED, Bernard
1983 Man on the Threshold: the challenge of inner development, Social Ecology Series, Hawthorn Press
Publié par Le Collectif Contre Goliath à 11:46


http://8esphere.blogspot.fr/2007/09/typical-approach-to-demonic-possession.html
avatar
obsidienne

Messages : 3615
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

Message par obsidienne le Jeu 17 Nov - 19:28

La personne qui a écrit cet article est visiblement pas anthroposophe et n'a pas lu tout les livres de Rudolf Steiner car cet article contient beaucoup d'erreur. J'y reviendrais dessus plus tard car c'est assez fastidieux de reprendre tout steiner et très prétentieux d'en faire un résumé de la sorte Rolling Eyes
avatar
obsidienne

Messages : 3615
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

Message par obsidienne le Jeu 17 Nov - 19:42

Ce sont ces êtres spirituels retardés, lucifériens, qui ont causé la chute de l’homme. Par conséquent, l'homme acquit la conscience du moi plus tôt que prévu et s’emplit par trop de matière minérale, de « poussière ». L'homme se trouve depuis confronté aux forces du mal et son incarnation constitue l’arène d’un combat entre les forces progressives et retardataires et dont l’enjeu est la liberté humaine. Une fois le moi acquis et la liberté qui y est liée, l’homme a acquis la possibilité de faire le mal. Pour sauver l’humain de la déchéance rendue possible par la liberté individuelle, le Christ s’est sacrifié en s’incarnant dans la chair afin de pouvoir se manifester humainement et montrer aux hommes la voie de l’Ascension. Sans l’incarnation du Christ, et si l’humain ne suivait pas son exemple, la création irait à sa perte à cause des lois entropiques de la Nécessité.

Par exemple ici on lit chez Steiner que Lucifer c'est incarné au début de l'atlantide puis ahriman vers son milieu. Quand ahriman est intervenu les corps se sont épaissit et sont devenus plus matériels. Lucifer lui a permit plus d'échanges spirituel en images entre les êtres humains et leur permettait d'évoluer psychiquement.....

C'est grâce au règne minéral que nous pouvons penser car nous l'intégrons sans avoir a l'avoir traversé ; c'est un don de la nature, un don des minéraux eux-même qui ont régné avant nous. Il faut voir quand steiner dit "sont restés en arrière" que cela représente une mémoire bien réelle dans l'akasha de la terre.

En atlantide il y avait un moi groupe et donc pas de conscience du moi ; c'est donc vers le milieu de l'atlantide que les humains commencent à prendre pour certains conscience de leur corps physique mais pas vraiment une conscience du moi-je.  Car le moi-je ne sera vraiment acquis qu'au bout de toutes la traversée des civilisations, à savoir que lorsque le Christ vint nous l'annoncer en l'an 33 de notre époque ; et pour preuve, sur le lac les apôtres étaient endormis (inconscients encore).

Le Christ est descendu sur la terre pour plusieurs raison et il ne s'est pas sacrifié. Au contraire il sera notre "bélier" (en rapport du signe astrologique) ; c'est lui qui nous tire vers le karma, vers l'ouverture de conscience, vers l'émancipation des hiérarchies supérieures (entre autres les anges)....  Il est venu pour aider la terre qui en l'an zéro était sur le point de décliner physiquement et d'entrer dans sa phase spirituelle.... Il est venu pour faire l'expérience de la mort car un Dieu n'avait jamais connu cela auparavant.....  mais il n'est que fils de Dieu et donc un Dieu en devenir au terme du futur vulcain la dernière ronde .....  On ne peut pas parler de ce qui se passera après car le domaine de Dieu bien qu'impénétrable est difficile à concevoir pour notre petite conscience humaine.....  il est juste bon de savoir que c'est la première fois que Dieu parvient à amener sa création à un tel stade de conscience....


De sa nature solaire, le Christ a repoussé les démons vers l'enfer, le bas astral. Avant sa venue les lucifériens et ahrimaniens étaient tous dans l'air. Je vous laisse imaginer a quel niveau se trouvait notre conscience avant l'an zéro .......

Voilà tout ce que l'on peut dire qui ne peut se résumer mais se comprendre dans les lectures de Rudolf Steiner et il y a encore plus à approfondir....   entre autre, on n'a toujours pas comprit le vrai amour que l'on va découvrir dans la future ronde, jupiter (le nouveau soleil qui n'est pas l'actuelle planète car après la terre, celle ci va se réunir avec notre soleil actuel pour devenir une nouvelle terre, une nouvelle ronde où nous allons encore faire de nouvelle expérience mais nous serons sous une autre forme physique qu'actuellement....  plus mous on va dire .....

La différence d'aborder les lectures de Rudolf Steiner qui sont une science de l'esprit et qui sous entend que l'esprit est vivant et au dessus de la matière physique qui nous entoure qui elle est mortelle.  Notre but principal actuel est d'accepter la mort ; et c'est bien pour ça qu'à chaque vie nous y sommes confronter pour évoluer vers l'esprit. Pour comprendre que nous somme esprit avant tout !
avatar
obsidienne

Messages : 3615
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

Message par obsidienne le Jeu 17 Nov - 20:32

Le Christ est venu porter les forces nécessaires à la résurrection des corps. Sans son incarnation et son union avec le devenir humain et terrestre, le monde entier serait incapable de retourner au spirituel ni même de continuer à exister. Jésus-Christ a révélé une imagination du Graal aux apôtres, signifiant que l’homme doit devenir un Graal en portant le sang du Christ (ou son Ego), c’est-à-dire en transformant ses corps inférieurs (corps physique éthérique et astral) en corps supérieurs spiritualisés, et faire de même avec la Terre (elle aussi dotée d’un corps physique éthérique et astral, ce dernier étant fait des esprits de la Nature) en s’unissant à elle.

La tâche de l’homme est donc de s’unir à la matière et aux règnes inférieurs qui constituent ses propres corps inférieurs de même que ceux de la Terre, afin de les spiritualiser. Les réincarnations visent justement à spiritualiser cette matière, comme l’a fait le Christ lorsqu’il s’est incarné et s’est uni à la Terre lors de la Crucifixion sur le Golgotha. Les réincarnations ont débuté avec la Chute de l’homme et auront donc une fin - lors de la résurrection des corps. Au terme des réincarnations, il n’y a pas fusion avec Dieu mais bien communauté d’individus indépendants unis dans leur projet de former ensemble la communauté humaine au sens le plus élevé.


C'est un non sens de dire que l'être humain sans le Christ n'a pas les forces nécessaires à ressusciter puisque nous nous réincarnons depuis des "lustres" Rolling Eyes   Des civilisations nous précèdent et nous les avons toutes passées !  
Le Christ il s'est incarné avant tout pour lui-même car c'est lui qui va être notre guide vers la conscience dorénavant ; on peut dire "notre nouveau Dieu", il est un jeune Dieu en devenir.... ce que nous devons comprendre c'est que maintenant nous avons beaucoup de responsabilité pour devenir conscient et matures ; en effet il faut s'émanciper des hierarchies spirituelles, les anges, archanges et archées....  Et oui !  C'est la hiérarchie des anges qui accroche un des leurs à votre corde d'argent. L'ange on n'en a pas nécessaire besoin à partir du moment où l'on devient conscient des mondes spirituel, car lorsque l'on quitte notre corps physique (après notre mort) on va un peu plus haut dans le monde du dévachan mais on reste assez bas en semi-sommeil. Les initiés sont ceux qui se réincarnent plus souvent car ils ont compris que c'est sur terre que l'on évolue le plus vite et pas en sommeil dans le monde des morts (le dévachan supérieur)......

C'est un non sens de dire que le Christ à révélé le Graal aux apôtre. Il est question d'esprit saint dans la bible....  le Graal c'est une autre époque où des initiés on franchit un échelon sur le sentier de la conscience au cours des précédentes civilisation.  Ils ont retrouvé le chemin de la méditation par eux-même en contemplant l'immensité de la mer car c'est autrefois en atlantide que les êtres hiérarchiques nous assistaient en images à travers d'autres êtres humains.....  (la femme se trouvait animée d'images que l'homme percevait par son âme). Le Graal de l'époque des chevalier c'est aussi l'ouverture de conscience par la réflexion, le questionnement ....  c'est l'ouverture à l'âme de sentiments et de raison......  le coeur puis nos chakras supérieurs ....

Le but actuel de l'être humain c'est de faire monter des forces conscientes vers le cosmos afin que celui-ci puissent percevoir la terre vivante et encore remplir sa fonction avec les êtres hiérarchiques.

Je sais pas si vous arrivez à me suivre mais c'est pas du tout simple tout ce qui se passe pour que l'être humain puisse s'émanciper.....  et tout le monde ne va pas y parvenir tellement les forces du mal sont une maya pour notre esprit et veulent nous retenir avec elles dans la cristallisation. Il faut redoubler d'attention au quotidien et acquérir de véritables notions. Et je vous assure que tout ce que nous a laissé Rudolf Steiner est d'une importance capitale à mettre en pratique. Bien que celui-ci dit qu'il ne faut pas forcer le spirituel qui doit venir à nous progressivement il est nécessaire d'amener du rythme dans nos vies afin de rester dans le sentier de la conscience. Et si on a comprit le message du Graal c'est par la voie du coeur que l'on parvient à la raison et pas l'inverse. c'est éprouvant certes mais y'a pas d'autre chemin ; cela se fait par progression depuis le coeur jusqu'au chakra coronal pour se créer un pont et ouvrir son rayon.
avatar
obsidienne

Messages : 3615
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Approche anthroposophique de la réincarnation et le problème de la huitième sphère

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum