Insectes envahisseurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Insectes envahisseurs

Message par obsidienne le Dim 28 Aoû - 19:44

Vous n'avez par remarquez les feuilles de certains arbres qui sont envahis d'insectes dont on ne connait pas l'origine ?

Vous vous souvenez ces dames l'an dernier qui ont été mordues par des petites araignées et qui ont du aller aux urgences ?  Etc ....

Je me suis moi-même aperçue que dans mes pots de fleurs séjournait une famille d'araignées des sables. Petite mais costaud !  Mon fils m'a dit l'an passé qu'ils s'était fait piqué par "un truc" qu'il a vu ensuite sauter sur le lit et partir. Puis cet été j'ai observé un peu plus mes plantes et j'ai trouvé "la sauteuse" !  J'ai un peu plus observé la minuscule et j'ai pu voir qu'à la mi-été n'ayant plus rien à manger (carnivore la bête et j'arrosais moins à cause des moustique et bien elles quittaient leur espace (les pots de fleurs) pour s'approcher des chambres. Chaque fois que j'en pistais une je m'en débarrassais... (sans commentaire)... puis un jour j'étais sur un relax et j'en vois une qui s'approche..  une autre fois un siège plus bas et elle me saute sur le genoux Suspect Je vous assure ces petites bêtes sont carnivores et elles n'hésitent pas à mordre la chair fraîche quand il n'y a plus de moustiques...  hors de leur milieu d'origine elles font comme elles peuvent...

Voici l'araignée :

De face  


Dessus et de dos


De dos


De profil avec les pattes sauteuses
avatar
obsidienne

Messages : 3654
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Insectes envahisseurs

Message par obsidienne le Dim 28 Aoû - 19:54

Vous le  savez ?  ça date du 20 août 2016 :

Un minuscule insecte tue des millions d’arbres en Amérique du Nord

https://nuage1962.wordpress.com/tag/arbre/

Ce n’est pas juste aux États-Unis que l’agrile du frêne fait des ravages au Canada aussi. D’ailleurs, les rues derrière chez-moi, la ville a coupé beaucoup de frênes atteint de cet insecte. Les pesticides ne sont surement pas le meilleur moyen, étant donné qu’en Chine, les frênes se sont immunisé contre cette bestiole.

Un morceau d’arbre dépouillé de son écorce montre les dégats causés par l’insecte, à Chicago, le 29 juin 2016 (c) Afp
L’agrile du frêne fait des ravages sur les arbres d’Amérique du Nord sans que l’on parvienne à endiguer sa progression.

Skip Kincaid, responsable du service des forêts de Saint-Louis, a une lourde tâche: abattre presque tous les frênes de sa ville, victimes d’un tout petit insecte asiatique qui a déjà détruit des millions d’arbres sur le continent nord-américain. Pas plus grand qu’une pièce d’un centime, ce coléoptère envahissant cible les frênes, une variété d’arbres très répandue dans les villes du Midwest, où ils parviennent à survivre aux hivers rigoureux.

Appelé « agrile du frêne » (Cf image à gauche), cet insecte ravageur originaire d’Asie de l’Est est arrivé jusqu’à Saint-Louis, au centre des Etats-Unis. Dans cette ville, 17% d’arbres sont des frênes, ce qui représente environ 14.000 arbres, que Skip Kincaid, va devoir couper au cours des deux années à venir pour stopper la progression de l’insecte. Près d’un arbre sur cinq va ainsi disparaître. Et la destruction des frênes va modifier l’aspect de la ville pendant toute une génération.
Si un frêne ne produit pas 42 à 75 dollars de bénéfice par an, c’est compliqué de justifier de telles dépenses



   « Je fais de mon mieux pour avertir les gens de l’ampleur de la dévastation », confie-t-il.

Les scientifiques ont découvert un traitement aux pesticides à appliquer tous les deux ans. Mais le traitement est trop onéreux pour Saint-Louis, regrette M. Kincaid. Le responsable a fait une estimation de la valeur de chacun des arbres, calculant les bénéfices qu’ils apportent en réduisant notamment le ruissellement des eaux ou en permettant d’abaisser les coûts d’énergie grâce à l’ombre qu’ils fournissent.

   « Si un frêne ne produit pas 42 à 75 dollars de bénéfice par an, c’est compliqué de justifier de telles dépenses », explique-t-il. Or seuls 1.000 frênes se situent dans cette fourchette.

Les autres, économiquement moins intéressants, seront abattus et remplacés par d’autres variétés d’arbres, souvent plus petits que les grands frênes plantés sur les trottoirs de Saint-Louis.

   « Nous n’avons vraiment pas d’autre choix », plaide M. Kincaid.

Arrivé de Chine en 2002 via le transport de marchandises, l’agrile du frêne a ravagé 26 Etats des Etats-Unis.

   Les services forestiers américains ont qualifié le coléoptère « d’insecte de forêt le plus ravageur des temps modernes en Amérique du Nord ». « Lorsque le frêne est infecté, il y a pratiquement 100% de chance pour qu’il meure », a expliqué Noel Schneeberger, un responsable des services forestiers américains.

Les autorités ont essayé de mettre les arbres en quarantaine pour empêcher la contamination. En vain. Trente millions d’arbres ont déjà succombé à l’insecte, selon les scientifiques – qui, lors de l’arrivée de l’insecte sur le territoire nord-américain, n’ont pas pu l’identifier – et des centaines de millions d’autres risquent de mourir. De fait, les experts sont d’abord restés perplexes en découvrant que l’agrile du frêne est relativement bénin en Asie de l’Est. Dans son environnement d’origine, l’agrile du frêne semble ne s’attaquer qu’aux arbres malades ou mourants. En Asie, les frênes en bonne santé, eux, auraient une résistance chimique naturelle que la majorité des frênes nord-américains n’ont pas. A l’inverse, en Amérique du Nord, les dégâts sont dramatiques: l’insecte s’infiltre dans le frêne puis creuse des tunnels, perturbant le transport de l’eau et des éléments nutritifs. L’arbre meurt alors de faim, généralement en moins de cinq ans.

– Apprendre à coexister –

Malgré un cycle de destruction inévitable, les scientifiques ont fait beaucoup de progrès depuis l’arrivée de l’agrile du frêne il y a 14 ans. Dans les villes, les spécialistes estiment que les arbres lourdement touchés doivent être abattus, tandis que les frênes en bonne santé peuvent être traités avec des pesticides. Mais dans les forêts, où il y a bien trop de frênes à traiter, les scientifiques tentent de trouver le meilleur moyen pour les faire coexister avec l’insecte.

En Chine, des spécialistes ont trouvé de petits parasites capables de réduire la présence des agriles du frêne de 50 à 90%. Les scientifiques ont commencé à lâcher ces prédateurs naturels en Amérique du Nord et étudient depuis leur capacité à éradiquer l’insecte.

   Il faudra toutefois « plusieurs décennies, voire un siècle » avant que ces parasites n’en viennent à bout, avertit Richard Hauer, professeur d’arboriculture urbaine à l’université du Wisconsin, laissant peu d’espoir de sauver les millions d’arbres actuellement en danger.

Une autre piste vise à inciter les frênes à produire eux-mêmes les composantes nécessaires pour tuer l’insecte, comme semblent le faire les frênes asiatiques. Mais reste à avoir si les scientifiques pourront ou non reproduire l’expérience à grande échelle sur une vaste population de frênes.

M. Kincaid veut au moins tirer une leçon: trop d’arbres d’une même espèce dans une ville n’est pas une bonne chose. Pour remplacer les frênes abattus, il compte panacher.

   « Nous vivons dans un monde où chaque année, nous faisons face à une nouvelle espèce nuisible », dit-il. « C’est pour cela qu’il est crucial de varier les espèces. Si quelque chose arrive… nous n’aurons pas à anéantir 17% des arbres de nos rues ».

http://www.sciencesetavenir.fr/decouvrir/20160826.OBS6930/les-pagodes-de-pagan-endommagees-apres-le-seisme-en-birmanie.html
avatar
obsidienne

Messages : 3654
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Insectes envahisseurs

Message par obsidienne le Dim 28 Aoû - 20:06

La recluse brune, la petite araignée dont il faut se méfier
Mis à jour : 09-07-2015 16:08
- Créé : 09-07-2015 15:19

SANTE – En Languedoc-Roussillon, une petite araignée qui a tendance à se développer, a fait deux victimes ces derniers jours, qui ont dû être hospitalisés.

http://www.metronews.fr/info/la-recluse-brune-la-petite-araignee-dont-il-faut-se-mefier/mogi!BLPEUCY4ltFyk/

Elle est petite, et pourtant sa morsure fait des ravages : en Languedoc-Roussillon, deux femmes, l’une en Hérault et l’autre du Gard ont dû subir une opération de chirurgie plastique, après avoir été piquées par la loxosceles reclusa, dite recluse brune. Elle semble se développer dans la région, rapporte le Midi Libre ce jeudi.

La recluse brune est en fait une araignée de taille modeste, (1,5 cm au maximum), originaire d’Amérique du Nord. Mais des cas de morsures sont signalés en France depuis la fin des années 2000.

Les chairs se nécrosent

Ces petites bêtes peuvent se nicher partout. Sandra, domiciliée à Sommières, raconte ainsi qu’elle s’est fait piquer un matin, en s’habillant : la recluse brune était dans la jambe de pantalon, et s’est retrouvée coincée dans sa cuisse. Sur le coup, elle ne s’est rendu compte de rien. Quelques heures plus tard, au travail, elle ressent de "grosses démangeaisons". Aux toilettes, elle enlève son pantalon et découvre, en haut de sa jambe, "des traces rouges et bleues". Elle ressent surtout une vive douleur. Dans la soirée, elle va consulter son médecin, qui l’expédie à l’hôpital. Elle est placée sous antibiotique pour éviter l’infection, et surtout, elle doit être opérée : autour de la piqûre, là où le venin s’est diffusé, la chair s’est nécrosée. Il faut donc lui retirer ces chairs mortes, et refermer proprement la plaie.

L’hôpital où est opérée Sandra ce jeudi, vient d’être confronté à un cas similaire la semaine dernière : une Montpelliéraine a été mordue de la même manière, par une recluse brune cachée dans son pantalon. Lors de l’opération, les médecins ont dû lui retirer les chairs mortes jusqu’au muscle, et laisser une cicatrice longue de 10 cm. Toutes les morsures de recluse brune ne donnent cependant pas lieu à des interventions chircurgicales, précise le Midi-Libre.

avatar
obsidienne

Messages : 3654
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Insectes envahisseurs

Message par obsidienne le Dim 11 Sep - 14:07

Un vacancier belge victime d'une araignée violoniste en France

Un sexagénaire belge venu passer des vacances dans le sud de la France a dû être hospitalisé trois semaines après avoir été piqué par une araignée violoniste.

http://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/17467-Un-vacancier-belge-victime-d-une-araignee-violoniste-en-France

Pas sûr qu'il remette de sitôt les pieds en France. La presse belge se fait l'écho des mésaventures de Robert, sexagénaire belge venu passer des vacances avec son épouse dans le sud du pays, à Vaison-la-Romaine (Vaucluse). L'homme ne gardera en souvenir ni les paysages de roche, ni les villages de pierre de la région, mais plutôt une méchante piqûre d'araignée qui lui a valu trois semaines d'hospitalisation.

A 69 ans, Robert a en effet été victime d'une araignée violoniste, espèce arachnide a priori peu sympathique, dotée d'un puissant venin, qui a tendance à proliférer dans le sud de l'Europe. Au début, lorsqu'il s'est réveillé avec les deux piqûres – une sur chaque genou – il n'a pas paniqué, habitué à servir de repas aux nombreux insectes du coin.

« Enormes boules noires »

« Je pensais que ça allait passer, mais mes genoux ont commencé à gonfler, et, deux jours plus tard, je me suis senti très malade », explique-t-il au Laatste Nieuws. Robert s’est alors rendu à l’hôpital où il a reçu des antidouleurs et des antibiotiques, avant d’être renvoyé chez lui.

« Mais la nuit, je me suis réveillé avec 40,2 de fièvres, et les deux piqûres étaient devenues d’énormes boules noires », raconte-t-il. Il a alors été transporté à l’hôpital d’Avignon. « Le chirurgien a expliqué que les infections étaient en train de prendre de l’ampleur, vers mes os et mes tissus, et que ça pourrait tuer mes cellules ».

Risque d'amputation

Robert a donc été opéré en urgence. De leur côté, les médecins ont dû le mettre en garde : « ils m’ont fait comprendre que l’infection était si importante que je pourrais devoir être amputé ». Après quinze jours d'hospitalisation, le vacancier désabusé a finalement été transféré à l’hôpital de Bruges, où il est resté une semaine supplémentaire. De retour à son domicile, il a dû poursuivre son traitement antibiotique mais il a malgré tout pu conserver tous ses membres.

Petite mais toxique, l'araignée violoniste, de son vrai nom loxosceles reclusa (recluse brune), reste rare en France. La première morsure de cette araignée en France remonte à 2009. A l’époque, l’homme avait dû subir une greffe de peau. Si ces effets semblent impressionnants, ils restent relativement rares.

Traitées rapidement, les morsures de la recluse brune peuvent se limiter à une lésion de la taille et de l’aspect d’un furoncle, qui ne nécessite pas d’intervention chirurgicale. « J’ai eu de la malchance », a souligné Robert, pragmatique.
avatar
obsidienne

Messages : 3654
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Insectes envahisseurs

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum