L'Etoile à cinq branches (pentagramme)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Etoile à cinq branches (pentagramme)

Message par Admin le Ven 17 Aoû - 19:52


Le symbolisme de l'étoile à 5 branches (pentagramme)








Le pentagramme, ou l’étoile à 5 branches, est sans doute le symbole religieux le plus mal compris de nos jours.
Etant le symbole le plus commun de la Sorcellerie néo-païenne, il a cependant été dénigré par les industries du film et de la presse qui semblent déterminer à le relier au Satanisme et autres pratiques diaboliques. Cependant, comme la Croix Romaine ou le Crucifix, c’est seulement lorsque le symbole est INVERSE qu’il est perçu comme négatif. Même s’il y a des exceptions, comme nous le verrons.

Dans sa position habituelle, pointe vers le haut, le pentagramme est un ancien symbole de protection contre le mal. Egalement appelé « le nœud sans fin » (sous sa forme entrelacée), le pentagramme était souvent exhibé sur les portes, fenêtres et foyers des maisons à travers l’Europe pré-chrétienne. On peut même le retrouver en remontant jusqu’aux cultures Egyptiennes et Sumériennes, et également sur des outils-médecine amérindiens. Parfois confondu avec l’Etoile de David ou l’hexagramme (une étoile à six branches, emblématique du Judaïsme), le pentagramme est parfois appelé l’Etoile de Salomon, particulièrement par les magiciens cérémoniels.

Pour beaucoup, les quatre pointes inférieures représentent les éléments classiques : terre, air, feu et eau, alors que la cinquième pointe, qui surmonte les autres, représente l’esprit, le cinquième élément ou la quintessence. Ainsi le pentagramme symbolise les quatre éléments du monde matériel connectés à, mais régis par, l’esprit. Lorsque le pentagramme est placé à l’intérieur d’un cercle (symbole d’unité et de totalité), il accentue notre connexion à l’univers comme un tout.

Une autre interprétation dit qu’il n’y a pas une pointe en haut, mais trois ! Selon la numérologie, trois est le nombre de l’harmonie, mieux exprimée sous la formule classique : thèse, antithèse, synthèse. En d’autres mots, il est la pointe centrale qui harmonise les pointes extérieures opposées. L’amour Celtique des triades (la forme la plus commune de leur « littérature de sagesse ») trouve ses racines dans ce modèle. Les trois pointes supérieures sont donc placées au-dessus des deux pointes inférieures, qui représentent les opposés, dualistes, qui ne peuvent être intégrés ou mariés (voir tout en noir ou blanc).

Encore une autre interprétation du pentagramme droit (pointe en haut) dit qu’il symbolise la vision la plus commune des déités dans la Sorcellerie. Les trois pointes supérieures représentent la Déesse sous ses trois aspects de Vierge, Mère et Vieille Sage. Les deux pointes inférieures représentent son Dieu consort, sous son double aspect du Dieu de la Lumière et du Dieu des Ténèbres. Cependant, parmi toutes ces interprétations, il est important de se souvenir que toutes les pointes du pentagramme sont liées – chacune étant un aspect de l’autre, chacune faisant partie d’un même tout.

Mais lorsque le pentagramme est inversé, alors quelle est sa signification ? Ainsi, un pentagramme inversé peut représenté le monde physique (quatre éléments matériels) qui domine le monde de l’esprit (le cinquième élément). (Cela peut être la raison pour laquelle les Satanistes et autres groupes « démonistes » utilisent ce symbole). Avec les deux pointes dominantes, il peut également exprimer un dualisme néo-Platonique (la vielle « guerre céleste », le thème du bien contre le mal) – comme opposé à la vision moniste Païenne de la réalité (« La Force ») vue dans la pointe simple supérieure. La plus commune exception à cette règle, c’est que certaines traditions de la Sorcellerie (principalement Britannique) emploie le pentagramme inversé comme un symbole POSITIF du second degré. Dans ce cas, les deux pointes supérieures représentent les cornes de lumière, symbole du « Dieu Cornu », consort de la Grande Déesse (comme le dieu Grec Pan).

Le mot « pentacle », est parfois substitué par erreur au pentagramme, qui en vérité fait référence à un plat peu profond (dans lequel est habituellement inscrit un pentagramme) et utilisé comme un outil d’autel pour les Sorcières modernes, servant un but similaire au « patten » de la Messe Catholique Romaine. Parmi les variations fréquentes de cet outil, on retrouve le plat de terre, le disque de cuivre, le plat en argent, ou le disque de cire.

La suite de pentacles (ou « deniers ») du Tarot, la Pierre de Fal (pierre de couronnement des rois) dans l’ancienne Irlande, le sangreal des processions du Saint Graal, et the 'Universal Man' de Léonard de Vinci, sont tous rattachés au pentagramme, accentuant ses liens avec la terre et la nature, faisant de lui le symbole par excellence d’une religion de la nature ou de la terre. Les cinq pointes représentent également les cinq sens physiques et fait allusion à l’approche du royaume spirituel PAR le sensuel – c’est en fait la signification de l’As de Pentacles dans le Tarot. En numérologie, le chiffre 5 est le nombre de la sexualité, combinant le féminin 2 au masculin 3. Ainsi, le pentagramme représente également l’opposé de l’ascétisme.

Mais partout où le pentagramme est exhibé, le message est clair : le mal n’a aucun pouvoir ici.

Admin
Admin
Admin

Messages: 384
Date d'inscription: 31/03/2012
Localisation: Ici et là :)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etoile à cinq branches (pentagramme)

Message par Admin le Ven 17 Aoû - 20:24



Pentagramme est, à l'origine, un terme qui concerne l'écriture. Il se réfère à un caractère calligraphié composés de cinq graphèmes élémentaires. Le signe de cantillation hébraïque chalchèlèt est un pentagramme.
Plus généralement, le mot pentagramme s'applique à un graphique ou un objet qui représente une figure à cinq éléments, telle une
étoile à cinq branches, principalement utilisé en ésotérisme et en magie, disciplines qui reprennent dans le répertoire symbolique chrétien le pentagramme qui signifie les cinq plaies du Christ.

Espèces du pentagramme

Un
pentacle est un pentagramme encerclé. Le terme est fortement connoté de « magie ».
Un pentagramme est une étoile à cinq branches. On peut l'appeler aussi pentalpha dans la mesure où cette étoile est formée de cinq A enlacés.
Et un
pentagone est une figure régulière (polygone) à cinq côtés.

En symbolique, on différencie le pentagramme droit du pentagramme inversé. Ces deux orientations déterminent deux valeurs symboliques contraires. Le pentacle droit (pointe en haut) est supposé bénéfique ou neutre, le pentacle inversé (pointe en bas) est dit maléfique ou diabolique.




Pentagramme droit : l'Homme positif




Pentagramme inversé : l'Homme négatif

En symbolique, on différencie aussi le pentagone régulier convexe (pointe en haut, avec lignes joignant les sommets) du pentagone régulier étoilé (le pentagramme classique, avec cinq lignes qui se croisent cinq fois). Ces deux formes déterminent deux significations symboliques complémentaires. L'étoilé représente plutôt l'Homme en acte, réalisé, subtil, initié, vibrant ; le convexe représente plutôt l'Homme en puissance, potentiel, grossier, profane, inerte. Dans les deux cas, c'est le microcosme, le petit monde naturel, l'Homme comme réduction du Monde, à la fois Nature et Esprit. Le Monde, lui, est figuré par l'hexagramme, ou sceau de Salomon, un hexagramme étoilé (six pointes).




Pentagone régulier convexe : l'Homme profane




Pentagone régulier étoilé : l'Homme initié

Éliphas Lévi reprend cette opposition traditionnelle, qui fait du pentagramme le symbole graphique du microcosme (l'Homme naturel) et de l'hexagramme (sceau de Salomon) le signe graphique du macrocosme (le Tout, à la fois Esprit et Nature) :


« Le pentagramme est ce qu'on nomme, en kabbale, le signe du microcosme (...). Le grand Symbole de Salomon (...) : l'unité du macrocosme se révèle par les deux points opposés des deux triangles... Le triangle de Salomon (...) : ces deux triangles, réunis en une seule figure, qui est celle d'une étoile à six rayons, forment le signe sacré du sceau de Salomon, l'étoile brillante du macrocosme ».



Pentagramme droit : le microcosme




Sceau de Salomon : le macrocosme


Diverses variantes existent, pour le pentagramme étoilé. Il peut être inclus dans un cercle : on a alors le pentacle. Il peut être tracé avec des lignes qui, en se croisant, passent tantôt dessus tantôt dessous : on a alors le nœud pentagrammatique. Il peut donner aux angles la forme de la lettre alpha : on a alors le pentalpha. Il peut porter des flammes : on alors l'étoile flamboyante.
Le pentagramme peut être gravé, dessiné ou brodé sur de petits supports variables et transportables sur soi, la figure peut exprimer des idées ou des êtres idéalisés. Le pentacle est censé faire entrer en « résonance » son porteur avec la puissance universelle figurée.

Le pentagramme inversé

Il est utile d'apporter comme thèse que la cinquième branche représenterait l'esprit, l'âme ou une forme quelconque de spiritualité en tant que cinquième élément. Ainsi, la représenter en bas signifierait en fait principaliser soit le diable, soit le mal. On peut aussi y voir un rejet de la spiritualité et de son élévation, pour adopter une pensée plutôt matérialiste. Il y a aussi d'autres utilisations possibles en sorcellerie par exemple en cherchant à augmenter ses avoirs ou à matérialiser une pensée. L'idée qui y est associée est que l'énergie est posée sur le monde physique, plutôt que l'inverse (pentacle droit).
Il a aussi été utilisé en amulette par Gerald Gardner dans son mouvement wiccan pour représenter un membre qui pratique la sorcellerie. Les membres du premier degré portant le symbole à l'endroit, du second à l'envers.
Aussi, dans cette position, il représenterait Satan, le Bouc dans le milieu satanique théiste, qui pourrait rappeler le dieu Baphomet dans d'autres organisations. En effet, il peut, avec un peu d'imagination, représenter la tête d'un bouc : les deux cornes (en haut), les oreilles pointues (latérales) et la barbichette (en bas). Le bouc est associé à la nature et au symbole masculin (à l'opposé de la Déesse). Cependant, le dieu cornu est représenté dans un pentacle droit, mêlant le symbole des cinq éléments, 5 sens, et l'élévation spirituelle, avec les cornes de fertilité. Jamais avec un pentagramme inversé.

Le pentagramme, figure géométrique

La meilleure façon de penser le diagramme (ses propriétés comme son symbolisme), c'est, quand même, de connaître ses caractéristiques mathématiques, géométriques.
Le pentagramme est constructible uniquement avec une règle et un compas. On peut ensuite à partir de cette construction obtenir une étoile à cinq branches non régulière (non traçable en cinq traits).
Cette figure est liée au nombre d'or et au triangle d'or. Dans le pentagramme étoilé, on peut déceler de nombreux triangles d'or obtus (comme ceux formés par deux côtés et une diagonale) ou aigus (comme ceux formés par deux diagonales et un côté). Le découpage fait aussi apparaître de nouveaux triangles d'or dont la taille a été divisée par φ ainsi qu'un nouveau pentagone dont la taille est divisée par φ².







Histoire

On trouve des pentagrammes dès la préhistoire.
Le pentagramme apparaît en Mésopotamie vers 3000 avant notre ère, en tant que signe sumérien « UB » qui signifie « coin, angle, régions ». Dans la période du cunéiforme (vers 2600 avant notre ère), il représentait les cieux (« Kibratu » en akkadien) ainsi que les quatre directions de l’espace (avant, arrière, gauche, droite) ; la cinquième pointe représentant le « dessus ». Les quatre directions correspondraient aussi aux planètes alors connues : Jupiter, Mercure, Mars et Saturne ; Vénus (Ishtar, Ninanna et Inanna), la Reine des Cieux étant représentée par la pointe supérieure.
Il semble que le pentagramme était le signe de reconnaissance entre initiés pythagoriciens (à partir de 530 av. J.-C.).


« Le divin Pythagore (...) ne mettait jamais en tête de ses lettres, ni 'Joie' ni 'Prospérité' ; il commençait toujours par Hugiaine ! (υγεία Santé). (...) Voilà pourquoi le triple triangle enlacé, formé de cinq lignes [le pentagramme], qui servait de symbole à tous ceux de cette secte, était nommé par eux 'le signe de la santé' »[5].
Dans le Timée, Platon associe les quatre Éléments aux quatre polyèdres, dits solides platoniciens (cube/Terre, icosaèdre/Eau, octaèdre/Air, tétraèdre/Feu), et il donne au Tout la forme du dodécaèdre régulier (Phédon, 110b ; Timée, 55c). En joignant les cinq sommets du pentagone, on fait apparaître cinq triangles isocèles en forme d'étoiles à cinq branches : le pentagramme ou pentalpha. Le dodécaèdre présente cinq angles de 108 degrés.
Euclide, dans ses Éléments de géométrie (vers 300 av. J.-C.), expose les propriétés du pentagramme et du décaèdre, dans les livres IV, 11 et XIII, 17.
Le pentagramme fut pour les gnostiques, le symbole des cinq Éléments (esprit, terre, eau, feu et air).
À l'époque du second Temple, le pentagramme est utilisé avec l'hexagramme ; on le trouve, sur un relief de la synagogue de Capharnaüm (II° ou III° s.), associé à un hexagramme et un svastika.




Un exemple de Pentagramme sur le baptistère de Split (Croatie) datant des premiers siècles de l'ère chrétienne
Au début du XIII° s., Villard de Honnecourt se servit du pentagramme comme d'un tracé harmonique, une sorte de grille pour dessiner des formes.
Dans les écrits de magie relevant soi-disant de Salomon (Clavicules de Salomon), à partir de 1245, à Paris, on trouve souvent le pentagramme, avec des noms de dieux et des caractères parfois tracés avec le sang.




Étude de Léonard de Vinci sur le corps humain. « L’homme de Vitruve », vers 1492.
Vers 1492, Léonard de Vinci a représenté l'Homme comme un pentagramme (encore que les positions des membres semblent varier), dans son Étude de proportions du corps humain selon Vitruve.
Les plus célèbres représentations de l'homme-pentagramme se trouvent chez Henri-Corneille Agrippa de Nettesheim dans son fameux livre sur la Philosophie occulte (1510, 1533).
Le pentacle joue un rôle très important dans la symbolique franc-maçonnique, en tant qu'« étoile flamboyante ». Les angles sont remplis de rayons (ou de flammes) et un « G » (dont les significations sont multiples) est inscrit au centre de l'étoile. Celle-ci représente la Lumière sacrée qui guide l'initié, et avec laquelle il doit finir par se confondre.

Pentagramme et Homme : anthropologie

L'interprétation la plus courante et la plus universelle voit dans le pentagramme une figuration de l'homme avec ses cinq extrémités : deux bras, deux jambes, en haut la tête. Cette grille de lecture est particulièrement explicite dans les figurations où l'Homme est représenté jambes écartées et bras horizontaux.
Éliphas Lévi, champion du néo-occultisme, établit l'identité du pentagramme avec l'Homme et développe l'aspect magique :


« Adam, c'est le tétragramme humain... Le pentagramme exprime la domination de l'esprit sur les éléments, et c'est par ce signe qu'on enchaîne les démons de l'air, les esprits du feu, les spectres de l'eau et les fantômes de la terre... Le pentagramme est ce qu'on nomme, en kabbale, le signe du microcosme... Paracelse, ce novateur en magie qui a surpassé tous les autres initiés par les succès de réalisations obtenues par lui seul, affirme que toutes les figures magiques et tous les signes kabbalistiques des pentacles auxquels obéissent les esprits se réduisent à deux, qui sont la synthèse de tous les autres : le signe du macrocosme ou du sceau de Salomon et celui du microcosme, plus puissant encore que le premier, c'est-à-dire le pentagramme... »
Omraam Mikhaël Aïvanhov établit aussi l'identité du pentagramme avec l'Homme et développe l'aspect moral, initiatique :


« Notre Maître en Bulgarie Peter Deunov nous disait que l'homme représente le pentagramme vivant et il nous a donné une règle. Le pentagramme représente l’homme parfait qui possède les cinq vertus parfaitement développées [sagesse, amour, vérité, justice, bonté]. À un autre point de vue, il représente aussi les cinq sens : toucher, goût, odorat, ouïe et vue ».

Pentagramme et Éléments : cosmologie

Le pentagramme, sans contradiction avec sa signification d'Homme, peut aussi porter la signification cosmique des divers Éléments. L'Homme, alors, est mis en analogie avec le Monde, et des correspondances s'établissent entre tête et esprit (ou éther), etc. C'est la théorie des analogies et correspondances. Selon Hildegarde de Bingen, dans son Livre des œuvres divines (1174), la tête correspond au Feu, la poitrine à l'Air, le ventre à la Terre, molle et féconde, et les pieds à l'Eau, car les fleuves coulent sur la terre.

L'esprit

L'esprit symbolisé sur le pentacle est associé aux transformations spirituelles, à la neutralité, à l'engendrement de la création (donc à l'engendrement des autres éléments). Il est soit conjoint avec le Feu et l'Eau, qui ensemble forment la majeure partie de la combustion cellulaire nécessaire à la vie, ou encore à la Terre et l'Air pour un système plus écologique. Considéré comme supérieur aux autres éléments, il déterminera par sa position supérieure l'orientation morale positive du détenteur. Il situe aussi l'énergie finale vers le macrocosme (ici comme étant l'univers). Il est à la fois masculin et féminin.

Le feu (mâle)

Le Feu est généralement conjoint avec l'air et l'esprit pour renforcer le côté mâle, ou encore opposé latéralement à l'eau par la barre horizontale pour stabiliser; il représente l'action, la force, la puissance surtout destructrice.

L'air (mâle)

Généralement conjoint en opposition avec la terre pour stabiliser l'énergie, il représente le raisonnement actif, l'intelligence, la puissance surtout créatrice. Il peut aussi être conjoint avec l'Eau et l'Esprit.

L'eau (femelle)

Généralement conjointe avec la terre et l'esprit pour renforcer le côté féminin, elle (féminine) représente la passivité, la douceur, la magie et la puissance surtout magique.

La terre (femelle)

Elle représente le raisonnement passif, l'endurance et la solidité, la puissance surtout absorbante et physique.et l'amour.

Admin
Admin
Admin

Messages: 384
Date d'inscription: 31/03/2012
Localisation: Ici et là :)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etoile à cinq branches (pentagramme)

Message par Admin le Sam 25 Jan - 0:00

Le Pentagramme






Vous le lisiez, le préalable à toute Transfiguration est la Purification (coeur, corps, psychisme, mental)! A ce titre, le Pentagramme et les rituels qui en sont issus sont primordiaux. Par ceux-ci l’homme est en mesure de se dégager progressivement de ce qui, en lui et autour de lui, l’enchaîne, le brime, le freine.

Comme il est essentiel d’être guidé exactement, chacun devra se souvenir qu’en ces pages certaines données pratiques seront tues : le temps, la place et la nécessité m’empêchant d’expliquer plusieurs choses. Pour autant, une demande constante l’attestant, je m’en voudrais de taire quelques aspects théoriques permettant d’appréhender assez justement les actions opératives. Précisons donc quelques points avant tout...

Dans la littérature ésotérique ou occulte, il est souvent fait mention du Rituel du Pentagramme, mais tous les auteurs n’ont pas une identique compétence permettant d’expliquer à quel point il peut être délicat d’effectuer le tracé de ce Signe dans certains sens ou selon certaines circonstances... Il faut en effet bien comprendre que ce rituel doit être fragmenté : Petit Pentagramme (on parle alors de renvoi des énergies négatives) réalisé quotidiennement pendant un an, et ensuite seulement, on peut effectuer le Rituel complet (Grand Pentagramme) qui consiste à appeler directement l’Esprit afin qu’il «dissolve» les forces infécondes... Agir autrement, c’est-à-dire effectuer un autre trajet aux Energies serait trop périlleux, et reviendrait à déstructurer sa nature au lieu d’harmoniser, petit à petit, les Eléments en soi.

Par l’utilisation du Petit Pentagramme, l’être entre en contact avec l’Elément Terre, autrement dit avec celui qui, par son rôle de contenant, véhicule toute la noirceur de notre nature, la négativité, les diverses scories qui, par intermittence (ou hélas de façon trop constante) se manifestent dans notre vie. Par cet acte religieux, qui peut être considéré comme Saint puisqu’il rentre de plein pied dans le divin désir évolutif, l’homme dispose d’un moyen fondamental pour transfigurer progressivement son Règne d’humain et atteindre le niveau supérieur... De fait, le Quaternaire (Quatrième Règne de la Nature) auquel nous appartenons, ne devient vraiment évolutif que lorsqu’il est en mesure d’engendrer le Quinaire, le Règne Divin ! Et ce Cinq «épanoui», comme l’écrit fort justement Alexandre Moryason, est le Pentagramme... Ce n’est pas sans raison : le Cinq représente concrètement l’Intelligence Divine Parfaite maîtrisant le Monde. Il s’agit en fait du Mental Divin issu de Binah et véhiculé par Guéburah, cinquième Emanation de l’Arbre de Vie. C’est à ces Forces que le rituel du Pentagramme tend à nous conformer, c’est-à-dire qu’il permet la victoire sur la densité et nous donne la possibilité de créer dans les Mondes Spirituels (du Haut vers le Bas), et non plus seulement de façon physique... Comme le fait très bien remarquer un Initié, le tracé même du Pentagramme montre bien cette maîtrise de la matière : la tête de l’être humain est la pointe supérieure, les deux bras étendus sont les pointes latérales de la figure, et ses pieds sont représentés par les deux pointes inférieures. C’est bien pourquoi, par opposition, les forces noires utilisent un pentagramme inversé : ce qui prouve autant le désir de justification dans et pour la densité, que leur ignorance quant aux conséquences... Par concordance, et outre le rapport existant entre le symbole pentagrammique et les Cinq Eléments, on peut encore remarquer (et méditer sur) ses liens avec les Quatre Directions majeures et avec celle qui est en dehors du Temps et de l’Espace...

En définitive, le rituel du Pentagramme est un moyen énorme et essentiel pour harmoniser notre être avec les Energies de l’Etre. Ce faisant, à terme et avec d’autres appuis, il permet de dépasser le cadre de la Magie Rituelle et d’intégrer celui de la Magie Structurelle ... Il ne s’agit donc pas seulement d’effectuer le Rituel du Pentagramme, il s’agit, à terme, de DEVENIR le Pentagramme...




Pratiquez et soyez 



Source: http://www.theurgie.com/pentagramme.html 

_________________
Plus tu sauras te vider de toi, te répandre, plus Dieu t’inondera de sa Divinité.

Maître Eckhart

Admin
Admin
Admin

Messages: 384
Date d'inscription: 31/03/2012
Localisation: Ici et là :)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

grand merci pour ce sujet

Message par Tonilitalo62 le Lun 27 Jan - 18:48

Bonsoir à tous.

je suis nouveau mais déjà,certains sujets attirent mon attention.
Justement,en ce qui concerne le pentagramme,je vais l'inclure dans la création de mon sanctuaire personnel idéal.
Aussi, je vous remercie pour toutes ces infos .Bien à vous Very Happy 

Tonilitalo62

Messages: 1
Date d'inscription: 26/01/2014
Age: 55
Localisation: Lens 62300

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etoile à cinq branches (pentagramme)

Message par Archange le Lun 27 Jan - 19:15

Bonsoir Tonilitalo62 et bienvenue  Very Happy 

N'hésite pas à en dire un peu plus sur toi dans la section "Présentations", en quelques mots, et quels sont les autres sujets qui t'ont interpellé?

Au plaisir de te lire!  

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde

Archange

Messages: 2415
Date d'inscription: 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Etoile à cinq branches (pentagramme)

Message par Archange le Mer 11 Fév - 21:17

Eliphas Levi

Le Pentagramme Flamboyant




Le Pentagramme Flamboyant

Eliphas Levi

Dogme et Rituel de la Haute Magie, Chapitre V



 
Nous arrivons à l’explication et à la consécration du saint et mystérieux pentagramme. Ici, que l’ignorant et que le superstitieux ferment le livre : ils n’y verront que ténèbres, ou seront scandalisés.

Le pentagramme, qu’on appelle dans les écoles gnostiques l’étoile flamboyante, est le signe de la toute-puissance et de l’autocratie intellectuelle. C’est l’étoile des mages ; c’est le signe du verbe fait chair ; et, suivant la direction de ses rayons, ce symbole absolu en magie représente le bien ou le mal, l’ordre ou le désordre, l’agneau béni d’Ormuz et de saint Jean ou le bouc maudit de Mendès. C’est l’initiation ou la profanation ; c’est Lucifer ou Vesper, l’étoile du matin ou du soir. C’est Marie ou Lilith ; c’est la victoire ou la mort ; c’est la lumière ou la nuit.

Le pentagramme élevant en l’air deux de ses pointes représente Satan ou le bouc du sabbat, et il représente le Sauveur lorsqu’il élève en l’air un seul de ses rayons.

Le pentagramme est la figure du corps humain avec quatre membres et une pointe unique qui doit représenter la tête. Une figure humaine la tête en bas représente naturellement un démon, c’est-à-dire la subversion intellectuelle, le désordre ou la folie.

Or, si la magie est une réalité, si cette science occulte est la loi véritable des trois mondes, ce signe absolu, ce signe ancien comme l’histoire et plus que l’histoire, doit exercer et exerce en effet une influence incalculable sur les esprits dégagés de leur enveloppe matérielle.

Le signe du pentagramme s’appelle aussi le signe du microcosme, et il représente ce que les cabalistes du livre de Zohar appellent le microprosope. L’intelligence complète du pentagramme est la clef des deux mondes. C’est la philosophie et la science naturelle absolues.

(...)

On consacre le pentagramme avec les quatre éléments ; on souffle cinq fois sur la figure magique ; on l’asperge avec l’eau consacrée ; on la sèche à la fumée des cinq parfums, qui sont l’encens, la myrrhe, l’aloès, le soufre et le camphre, auxquels on peut joindre un peu de résine blanche et d’ambre gris ; on souffle cinq fois, en prononçant les noms des cinq génies, qui sont Gabriel, Raphael, Anaël, Samuel et Oriphiel ; puis on pose alternativement le pentacle sur la terre au nord, au midi, à l’orient, à l’occident et au centre de la croix astronomique, et l’on prononce l’une après l’autre les lettres du Tétragramme sacré ; puis on dit tout bas les noms bénis de l’Aleph et du Th au mystérieux réunis dans le nom cabalistique d’Azoth.

Le pentagramme doit être placé sur l’autel des parfums et sous le trépied des évocations. L’opérateur doit aussi en porter sur lui la figure avec celle du macrocosme, c’est-à-dire de l’étoile à six rayons, composée de deux triangles croisés et superposés.

Lorsqu’on évoque un esprit de lumière, il faut tourner la tête de l’étoile, c’est-à-dire une de ses pointes, vers le trépied de l’évocation et les deux pointes inférieures du côté de l’autel des parfums. C’est le contraire s’il s’agit d’un esprit de ténèbres ; mais il faut alors que l’opérateur ait soin de tenir le bout de la baguette ou la pointe de l’épée sur la tête du pentagramme.

Nous avons déjà dit que les signes sont le verbe actif de la volonté. Or la volonté doit donner son verbe complet pour le transformer en action ; et une seule négligence, représentant une parole oiseuse ou un doute, frappe toute l’opération de mensonge et d’impuissance, et retourne contre l’opérateur toutes les forces dépensées en vain. Il faut donc s’abstenir absolument des cérémonies magiques, ou les accomplir scrupuleusement et exactement toutes ! Le pentagramme tracé en lignes lumineuses sur du verre au moyen de la machine électrique exerce aussi une grande influence sur les esprits et terrifié les fantômes.

Les anciens magiciens traçaient le signe du pentagramme sur le seuil de leur porte pour empêcher les mauvais esprits d’entrer et empêcher les bons de sortir. Cette contrainte résultait de la direction des rayons de l’étoile. Deux pointes en dehors repoussaient les mauvais esprits, deux pointes en dedans les retenaient prisonniers ; une seule pointe en dedans captivait les bons esprits.

Toutes ces théories magiques, basées sur le dogme unique d’Hermès et sur les inductions analogiques de la science, ont toujours été confirmées par les visions des extatiques et par les convulsions des cataleptiques se disant possédés des esprits.

Le G que les francs-maçons placent au milieu de l’étoile flamboyante signifie Gnose et Génération, les deux mots sacrés de l’ancienne Kabbale. Il veut dire aussi Grand Architecte, car le pentagramme, de quelque côté qu’on le regarde, représente un A.

En le disposant de manière que deux de ses pointes soient en haut et une seule pointe en bas, on peut y voir les cornes, les oreilles et la barbe du bouc hiératique de Mendès, et il devient le signe des évocations infernales.

L’étoile allégorique des mages n’est autre chose que le mystérieux pentagramme ; et ces trois rois, enfants de Zoroastre, conduits par l’étoile flamboyante au berceau du Dieu microcosmique, suffi - raient pour prouver les origines toutes cabalistiques et véritablement magiques du dogme chrétien.
Un de ces rois est blanc, l’autre est noir, et le troisième est brun. Le blanc off re de l’or, symbole de vie et de lumière ; le noir de la myrrhe, image de la mort et de la nuit ; le brun présente l’encens, emblème de la divinité du dogme conciliateur des deux principes ; puis ils retournent dans leur pays par un autre chemin, pour montrer qu’un culte nouveau n’est qu’une nouvelle route pour conduire l’humanité à la religion unique, celle du ternaire sacré et du rayonnant pentagramme, le seul catholicisme éternel.

Dans l’Apocalypse, saint Jean voit cette même étoile tomber du ciel sur la terre. Elle se nomme alors absynthe ou amertume, et toutes les eaux deviennent amères. C’est une image saisissante de la matérialisation du dogme, qui produit le fanatisme et les amertumes de la controverse. C’est au christianisme lui-même qu’on peut alors adresser cette parole d’Isaïe : Comment es-tu tombée du ciel, étoile brillante, qui était si splendide à ton matin ? Mais le pentagramme, profané par les hommes, brille toujours sans ombre dans la main droite du verbe de vérité, et la voix inspiratrice promet à celui qui vaincra de le remettre en possession de l’étoile du matin : réhabilitation solennelle promise à l’astre de Lucifer.

Comme on le voit, tous les mystères de la magie, tous les symboles de la Gnose, toutes les figures de l’occultisme, toutes les clefs cabalistiques de la prophétie, se résument dans le signe du pentagramme, que Paracelse proclame le plus grand et le plus puissant de tous les signes.

Faut-il s’étonner après cela de la confiance des magistes et de l’influence réelle exercée par ce signe sur les esprits de toutes les hiérarchies ? Ceux qui méconnaissent le signe de la croix tremblent à l’aspect de l’étoile du microcosme. Le mage, au contraire, lorsqu’il sent sa volonté faiblir, porte les yeux vers le symbole, le prend dans la main droite, et se sent armé de la toute-puissance intellectuelle, pourvu qu’il soit vraiment un roi digne d’être conduit par l’étoile au berceau de la réalisation divine ; pourvu qu’il sache, qu’il ose, qu’il veuille et qu’il se taise ; pourvu qu’il connaisse les usages du pentacle, de la coupe, de la baguette et de l’épée ; pourvu enfin que les regards intrépides de son âme correspondent à ces deux yeux que la pointe supérieure de notre pentagramme lui présente toujours ouverts.
 
Préparé par VenerabilisOpus.org

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde

Archange

Messages: 2415
Date d'inscription: 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum