Institut pour une triarticulation sociale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Institut pour une triarticulation sociale

Message par obsidienne le Jeu 21 Jan - 0:21

Institut pour une triarticulation sociale

http://www.triarticulation.fr/EltsHisto/Bios/UngerCarl.html

Unger, Carl
Ingénieur en mécanique.
* 28/03/1878 Cannstatt (DE), † 01/04/1929 Nuremberg (DE).

Carl Unger a été l'un des pionniers les plus importants du mouvement anthroposophique. Comme un élève direct et collaborateur de Rudolf Steiner, il apporta de précieuses contributions aux fondements scientifiques de l'anthroposophie, il a également contribué à la création et au développement de la Société anthroposophique.

Carl Theodor Unger est né dans une famille de commerçants juif de tradition savante : son grand-père était professeur de mathématiques Erfurt Ephraïm Salomon Unger (1789-1870), son père était le banquier Julius Saul Unger (1837-1909). La mère Henriette Elise née, Mannheimer (1851-1932), était aussi d'origine juive. Unger était le troisième enfant, les deux sœurs Paula et Ella étaient plus âgés et le frère Otto plus jeune. Plus tard s’ajouta encore un enfant placé.

L'orientation de conception du monde des parents était a-religieuse sur bases agnostiques de science de la nature. La mère veilla à l'éducation musicale des enfants, ils reçurent de bons livres à lire et n’avaient pas le droit de parler trop souabe à la maison.
L'amour de la musique conduit Unger en 1892 dans la maison d’Adolf Arenson, récemment revenu de l'Amérique du Sud via Hambourg établi à Cannstatt -, un musicien de vocation. Il éprouva une forte impression de cette personnalité; en un court laps de temps, une profonde amitié le lie à Arenson malgré leur différence d'âge de 23 ans. En 1895 Unger demanda à Arenson après sa vision du monde et a pour la première fois été confronté à la doctrine de la réincarnation. Cependant, il ne pouvait l’accepter qu’après beaucoup de réflexion sur plusieurs mois il s’est rendu clair de manière autonome qu'elle ne contredit pas la vision du monde scientifique. Dès lors, les deux amis étaient dans un vif échange de vues sur des questions de conception du monde.
Unger a fréquenté l'école primaire à Cannstatt, puis le lycée humaniste, qu'il a quitté en 1896 avec l'Abitur (NDT le Bac).Il a ensuite passé plusieurs mois chez des proches près de Londres. Au cours de l'année suivante de service militaire, il a été grièvement blessé accidentellement par un camarade par une bale restant dans son péricarde. Il compta avec la mort et vit consciemment la possibilité de vérifier ses vues sur la vie après la mort. Comme par un miracle, une nouvelle vie a été offerte à Unger.


À l'automne 1898, il a commencé à l'Université technique royale de Stuttgart les études d'ingénieur mécanique. Il a consacré sa thèse de doctorat sur le thème du « Développement de la recherche en ciment - avec de nouvelles expériences dans ce domaine », la promotion a eu lieu le 27 juillet 1904.
Grâce à son beau-frère plus tard, le peintre Hans Weisshaar, Unger et Arenson sont venu pour la première fois en contact avec la Théosophie et la Société Théosophique. En octobre 1903, il est devenu membre de la Société Théosophique. La première rencontre de Unger avec Steiner a eu lieu en février 1904 lors d'un voyage de professionnel à Berlin. Au nom de son groupe de travail théosophique, il devait prier le nouveau secrétaire général de la section allemande (depuis 1902) d’un signe de vie. Pour le soir, Unger a été invité à une conférence de Steiner, qui a fait une impression durable sur lui. Il a réalisé : ici se tient un visionnaire et connaisseur.

Peu de temps après la parution de la "Théosophie" de Rudolf Steiner, Unger a lutté page par page, phrase à phrase avec cette oeuvre. Ici, repose le noyau d'un développement approfondi de l'anthroposophie comme une science de l’esprit. À partir des forces de la conscience ordinaire, la pensée pure a été exercée comme un instrument de compréhension des résultats de connaissance de Steiner. Fin de 1904, Unger devenait membre de l’école ésotérique dirigé par Steiner, et donc aussi son disciple spirituel personnel.
La création d’une firme propre, une fabrique de machines-outils pour la production de rectifieuses de précision, a eu lieu le 1er octobre 1906, avec les moyens de son père. Dès le début, Unger suivait délibérément l’objectif de devenir financièrement indépendant tout comme d'être libre intérieurement et avoir du temps pour l’élaboration de l'anthroposophie. Unger construisit beaucoup de machines lui-même et détenait deux brevets d'invention qui ont été faites dans sa firme. Grâce à son sens de l'organisation, son expertise technique ainsi que son leadership humain, l'entreprise eut bientôt une excellente réputation.
En 1907 Unger épouse la fille de son ami, Auguste Arenson, lui sont nés quatre enfants.
En mai 1907, a eu lieu le Congrès de Munich de la Société Théosophique, pour lequel a été demandé à Unger par Steiner de donner une conférence. Il a présenté le résultat du travail de branche passé, la fréquentation de la « Théosophie » comme un moyen de connaissance de soi pratique : « Un chemin de conception du monde théosophique ». Dès lors, Unger a été invité par de nombreuses branches en Allemagne et en Suisse pour donner des conférences. De 1907 à 1913, il était souvent en voyage de conférences et en a donné plusieurs centaines.

Steiner estimait extraordinairement le travail de connaissance fondamental et circonspect de Unger. Il a bien sur aucun autre collaborateur scientifique si souvent et longtemps fait connaître sa considération. Ainsi, il a déjà dit dans un discours le 17 août 1908 à Stuttgart :"([...] Vous) estimerez que c’est une grande bénédiction, si tout de suite à l’intérieur de la Société anthroposophique émergent des efforts qui dans le meilleur sens du terme visent sur une élaboration des principes épistémologiques. Et si nous avons ici à Stuttgart un travailleur dans ce domaine d'une importance exceptionnelle (Dr Unger), ainsi est à considérer comme un flux de bienfaisance au sein de notre mouvement " (GA 35, p 93s). En 1908 Unger a rejoint le Comité de la section allemande de la Société Théosophique et a été un compagnon de lutte important dans les conflits qui couvent déjà avec les dirigeants de la Société Théosophique.
En 1911 parut une des œuvres les plus originales de Ungers. « Pensées sur la philosophie de la contradiction », où il présente de manière indépendante une dérivation philosophique et logique de l’articulation essentielle de l’être humain. Le monde minéral inorganique existe dans le domaine de la juxtaposition : chaque concept exclut l'autre de lui (logique de l'espace). Le monde de vie de la plante vit dans le domaine de la succession : chaque concept inclut l'autre en lui (logique du devenir). Le monde des bêtes vit dans le domaine de l’un contre l’autre : chaque concept affecte l’autre par cela (logique de l'intériorité). Le Je de l’humain vit dans le domaine de la force de création immédiate : Le Je se crée lui-même de l’autre à lui (logique de la liberté). Après de longues discussions avec la direction de la Société Théosophique, qui a culminé en 1913 avec l'expulsion de la section allemande, dirigée par Steiner, il en vint au tournant des années 1912/1913 à la fondation de la Société anthroposophique, dans le comité central de laquelle Carl Unger en collaboration avec Marie von Sivers (Marie Steiner) et Michael Bauer ont été élus. Il est resté dans ce Conseil que jusque peu de temps avant sa mort en 1929. Pour la défense de Steiner et de la société nouvellement formée il publia l’écrit avec un complément documentaire exhaustif « Contre la flibusterie littéraire ! Une ??? de M. le Dr. Hübbe-Schleiden » (1913). Jusque dans l'hiver 1913-1914 suivirent divers voyages pour la construction et la création de la Société anthroposophique. Lors de la première Assemblée générale en janvier 1914 à Berlin Unger offre à Steiner sa collaboration pour l’édifice de Dornach (plus tard Goetheanum) . Déjà dans les premiers mois de la construction de graves divergences avaient déjà surgi dans la direction de chantier qui conduirent à cela que Steiner devait peu de temps après accepter le cœur lourd cette offre de Unger, bien qu'il savait que ce travail pour la Société anthroposophique en souffrira nécessairement. Depuis lors jusqu'à septembre 1915 Unger a consacré au moins la moitié de son temps à la gestion administrative du bâtiment Dornach.



Dans leur testament rédigé conjointement en date du 18 mars 1915, Rudolf Steiner et Marie Steiner placent Carl Unger comme exécuteur testamentaire. Dans le cas de décès simultané des deux testateurs, lui était aussi transférée la disposition de la succession littéraire de Steiner.
Compte tenu de la situation économique catastrophique après la fin de la Première Guerre mondiale et en tant que base pour l'introduction de la triarticulation de l’organisme social conçu par Steiner, Unger développé en collaboration avec Emil Molt et d'autres industriels, l'idée d'une organisation fiduciaire industrielle. Celle-ci devait accélérer en particulier la conversion d'une production de guerre en un de temps de paix et intercepter (NDT auffangen : aussi saisir au vol, amortir, compenser. Ici l’étude de la triarticulation ferait pencher une intervention dans le processus d’où provient.) le chômage. L'idée fait sens pour de nombreux représentants des autorités compétentes, par l'industrie ainsi que par des syndicats. Les garanties requises pour un financement important se rassemblèrent avec une rapidité surprenante. Mais toutefois on fit l'erreur de confier à une grosse banque avec la réalisation des transactions financières ; cette banque a voulu prendre elle-même les choses en mains et avec cela d'une initiative marquée économiquement et socialement une purement financière, qui était vouée à l'échec.
Au début de 1919, Steiner a présenté l '«appel au peuple allemand et au monde civilisé", qui a été approuvé après une courte période par plusieurs milliers de personnes. En avril, l '« Union pour la triarticulation de l’organisme social » a été créée, avec Carl Unger, Emil Molt et William dans le comité. Unger se plaça avec tous les moyens disponibles à disposition pour la diffusion de l'idée de la triarticulation. Il était ensemble avec les personnes nommées et Hans Kühn, Emil Leinhas, Max Benzinger et Theodor Binder membres du Comité de travail de cette alliance. Comme l'un des premiers, Unger inscrit son usine florissante, qui occupait 120 personnes à cette époque dans la société fondée peu après “Le jour qui vient AG", une association de différentes entreprises économiques conçues d’après les idées de Steiner.

Début des années 20 ont commencé les cours universitaires anthroposophiques stimulés pas les jeunes scientifiques, au Goetheanum, dans différentes villes de l'Allemagne et de la Hollande. Unger a travaillé dès le début dans la quasi-totalité de ces événements. Steiner attache une grande importance à la collaboration de Unger, comme le montre le rapport suivant sur le cours de niveau supérieur à La Haye: "Dr Carl Unger est depuis de longues années le plus zélé, le plus dévoué dans le mouvement anthroposophique. [...] Du début le Dr Unger a vu que l'anthroposophie a besoin avant tout d’une justification épistémologique stricte. [...] Unger n'est pas dialecticien, mais les observateurs de la connaissance des faits empiriques. " (GA 82, p 24 s).
Unger était représentant d'une prise en compte strictement fondée de manière philosophique et scientifique avec les contenus centraux de l'anthroposophie. Avec cette attitude de base, il est tombé involontairement dans une contradiction à la fois aux raisons visibles par des actes et rapidement changeantes de la jeune génération, qu’avec les anthroposophes cultivant un vieux style mystique théosophique. À sa manière modeste, Unger a fait place aux "jeunes docteurs" et les laissa contester une grande partie du travail anthroposophique en Allemagne, notamment à Stuttgart. Néanmoins, le contraste devenait toujours plus grand et culmina toujours plus fin de 1922. La direction de Unger de la Société anthroposophique a été remise en question. Beaucoup ont estimé que les problèmes de la société en croissance rapide pourraient être résolus qu'avec son départ, et ne voyaient pas que la Société anthroposophique – dans sa forme d’autrefois existait encore en à-peu-près encore absolument grâce à ses efforts. Rudolf et Marie Steiner par contre le soutenaient et Unger intensifia son énergique travail anthroposophique fondamental malgré les humiliations multiples.

Depuis février 1923 Unger a été membre conduisant les affaires du comité de la Société anthroposophique nouvellement fondée en Allemagne (société allemande). Dans cette fonction, il a participé au Congrès de Noël en 1923-24 dans le cadre de la re-création de la Société anthroposophique universelle à Dornach. Après Unger était presque chaque week-end à Dornach. Il a aidé à la dissolution des échecs « Du jour qui vient AG » et de « Futurum AG ». Unger a racheté à nouveau son entreprise.
En 1924, il a été nommé par Steiner orateur autorisé du Goetheanum.
Après la mort de Steiner le 30 mars 1925 Unger partagea avec Marie Steiner que la Société anthroposophique et l'École de Science de l'Esprit ne pouvaient pas être poursuivies dans la même forme que précédemment. Il s'investi pour un repenser, ainsi entre autres choses aussi pour une publication de la transcription des «heures de classe», tenue par Steiner en 1924 pour la première classe de l'école supérieure libre. Pour la consolidation du travail anthroposophique central Unger se tourna vers les «Lignes directrices anthroposophiques» à Steiner (GA 26).
Il les a travaillés avec sa rigueur habituelle et sa clarté conceptuelle, et en publia une lettre circulaire. Ces circulaires parurent sous une forme partiellement révisée en 1930 sous le titre «De la langue de l'âme de conscience" et on connu quatre éditions jusqu’à présent. Dans les conflits internes à la société après la mort de Rudolf Steiner il s’investit véhément pour la reconnaissance du droit valide du testament Steiner de 1915 dans lequel Marie Steiner est prévue comme le seul héritier de la totalité de la succession. De certains collaborateurs prééminents du mouvement anthroposophique, ainsi en particulier par Walter Johannes Stein, ce testament a été jugé invalide en raison des nouvelles conditions après la nouvelle fondation de la Société anthroposophique. La succession de Steiner devait appartenir à la société, pas à une personne privée. Ce conflit a atteint son paroxysme au fil du temps de sorte que Unger, le 2 janvier 1929, en signe de protestation contre le refus de Stein de retirer ses demandes ou de démissionner du conseil d'administration de la société nationale allemande a démissionné de ce Conseil et de la société nationale - deux jours avant sa mort violente.


Le 4 janvier 1929 Unger est allé à Nuremberg pour tenir une conférence intitulée «Qu'est-ce que l'anthroposophie?" . Peu de temps avant le début de la conférence, il a été tué par un homme dérangé, Wilhelm Krieger, par trois coups de feu.
Emil Moll décrit Unger dans une notice nécrologique : «Extérieurement Unger est apparu sobre, taciturne et souvent fermé. Seulement par un contact plus étroit s’ouvrait l'homme introverti et montrait que le penseur froid cachait un cœur chaud sous la couverture. Dans le trafic purement humain se révélait une nature tendre et douce que l'on n'aurait pas soupçonnée derrière sa façon sérieuse dans la vie ".(Molt 1929, p 29)

Renatus Ziegler

Œuvres : le développement de la recherche en ciment ainsi que de nouvelles expériences dans ce domaine, Stuttgart 1904; Les enseignements de base de la science de l’esprit sur base épistémologique, Vol I/II, Berlin 1910 / o.J., Stuttgart31968; Le «je» et la nature de l'homme, Berlin 1910; Contre la flibusterie littéraire !, Berlin 1913, Forces de la vie théosophique, Berlin 1913, l'autonomie de la conscience philosophique, Stuttgart 1921, Epreuves de penser, sentir, vouloir, e.a., 21929; Ésotérique, Dornach 1929; Les trois dernières conférences de branche, Stuttgart, 1929; Qu'est-ce que l'anthroposophie?, Dornach 1929, 2o.J.; De la langue de l'âme de conscience, Dornach 1930, Bâle 21954; La nécessité d’un mouvement anthroposophique et l’œuvre de Rudolf Steiner, Dornach 1932; Écrits, 3 vol, Stuttgart 1964/1966/1968, 41981; Contributions dans éditions recueil; Des traductions en anglais, italien, portugais, russe et bulgare sont parues; Contributions, 1I AT, BGA, DD, I) - () G, MAB, fou, MAK, N, PHS, R, Sv, RFD.

Succession : Archives au Goetheanum, Dornach; Archive Rudolf Steiner immobilier administration, Dornach; Ronald Templeton, Schlossweg 93, Dornach.

Littérature : Unger, C:. Esquisse autobiographique, dans Écrits I; Steiner, R:. Mon Voyage néerlandais et en anglais, dans: G 1921/22, n ° 39,. Molt, E :. Dr. Ing Carl Unger comme être humain, dans: N 1929, n ° 8, .. Steiner, M:. En mémoire de Carl Unger, dans: N 1929, n ° 9 ,. Boos, R:. L'essence de l'anthroposophie de Rudolf Steiner. En mémoire de Carl Unger, Dornach, 1929; Stockmeyer, E.A.K: Chemin philosophique de Carl Unger, dans: DD 1929, n ° 7 ,. Lauer, H.E: En mémoire, dans: BfA 1950, n ° 1 ,. GA 262, 1967; Pappacena, E: Di alcuni cultori dello spirito, Bari, 1971;. Krüger, M:. Carl Unger Chemin vers l'anthroposophie, dans :. G 1979, n ° 27; GA 35, 21984; Schöffler 1987; Lindenberg, Chronique 1988; Mannigel, E: Camarades de luttes de Rudolf Steiner: Dr. Carl Unger - un combattant contre mystification et imprécision, dans:. Die Kommenden 1989, n ° 7; Kühne, W: Les conditions de Stuttgart, Schaffhouse, 1989; Templeton, R:. Carl Unger - Le chemin de l'esprit d'un élève spirituel, Dornach 1990; GA 259, 1991; Ziegler, R: Carl Unger – Tentative d’une évaluation, dans:. Annuaire de critique anthroposophique 1993, Munich 1993; ibid.: Carl Theodor Unger, dans: MaD 2002, n ° 221

Source: BODO VON PLATO (HG.)
Anthroposophie im 20. Jahrhundert
Ein Kulturimpuls in biografischen Porträts -
Verlag am Goetheanum
Trad.FG
avatar
obsidienne

Messages : 3302
Date d'inscription : 21/10/2012
Age : 53
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum