Conseils pour l'automne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Conseils pour l'automne

Message par Archange le Ven 23 Oct - 16:50











Conseils pour l’automne











L’automne est une saison particulièrement importante d’un point de vue énergétique. Saison intermédiaire, elle est située entre la saison de forte activité (l’été) – le yang du yang – et la saison du repos et de l’intériorité, l’hiver de type yin. Autrement dit, une énergie de yang finissante en même temps qu’une énergie de yin naissante. Cet entre-deux induit parfois des déséquilibres et désagréments chez nombre de personnes. Quelques conseils peuvent en limiter les effets et nous aider à vivre une bonne saison automnale….


Vers la fin du cycle 

Tout comme le printemps avec qui elle partage cette caractéristique d’entre-deux, l’automne est souvent une saison difficile pour beaucoup. L’entrée vers l’hiver, les jours qui raccourcissement induisent de la nostalgie, de tristesse pouvant aller jusqu’à certaines formes de déprime. Sans doute, cette nostalgie est à relier à sa position dans le cycle de l’année mais aussi celui du Tao : l’automne comme la fin qui s’approche (l’hiver ou la vieillesse) avant sa renaissance au printemps suivant. Ainsi donc, nostalgie de la vie dans sa phase active et lumineuse mais peut-être aussi regret de ce que nous n’avons pu su ou pu faire dans l’année écoulée… L’automne saison des bilans…



La préparation de l’hiver

Saison des bilans, l’automne est tout autant saison de préparation à l’hiver et de son repos bien mérité et nécessaire. Cela peut également se lire à l’aune des activités traditionnelles de la terre : Si l’on récolte les fruits des productions arrivés à maturité (récoltes diverses, vendanges, châtaignes, noix etc.), on engrange ces mêmes récoltes (le foin pour les animaux, les céréales et autres légumineuses pour les humains) pour se préparer et s’organiser à passer sereinement et confortablement l’hiver.
Au niveau énergétique, cela se traduit par le fait que l’automne est la période où le rein commence à se recharger pour l’année à venir avant d’atteindre sa plénitude énergétique en hiver. C’est la fonction du rein comme réserve d’énergie vitale. C’est donc le moment de le nourrir correctement pour qu’il puisse se recharger au mieux. On peut l’y aider de différents manières : étirements de méridiens, alimentation propice, exercices de volonté…



Une saison du lâcher-prise et la sérénité

Ranger, mettre en ordre organiser les choses et son chez soi intérieur pour se préparer à passer l’hiver en toute quiétude et savoir profiter d’une vie moins active pour se reposer et se ressourcer… Ce n’est pas un hasard si l’automne se caractérise par ce sens de l’organisation. Dans le Tao, il renvoie à l’élément métal (ou au minéral) dont on connaît l’organisation moléculaire particulièrement ordonnée et fixe.
Mais comme dans toute chose, ce sens de l’organisation propre à l’énergie automnale doit en même temps être maîtrisé sous peine d’une déséquilibre : celui de la volonté de tout contrôler (ses émotions, sa vie…), voir régenter tout son environnement. Or, à vouloir tout organiser, on se coupe de la vie en perpétuel changement. Au lieu d’en percevoir les potentiels, la vie et ses changements nous apparaissent alors menaçant et déstabilisant vis-à-vis des plans qu’on s’évertue à échafauder.

Face à cette volonté de maîtrise et d’organisation démesurées des choses, apprenons plutôt à développer le sentiment de quiétude et de lâcher-prise. Les exercices de respiration ou la méditation sont excellents pour y parvenir. Ne croyez pas qu’ils soient techniquement difficiles ou qu’ils soient réservés à ceux et celles qui ont suivit un long apprentissage. En la matière, la persévérance et la régularité sont généralement bien plus difficile à tenir que la technique elle-même. Certains de ces exercices sont décrits en bas de cet article ; d’autres le sont à d’autres endroits du site.



Les déséquilibres de l’automne

L’incapacité à accepter l’imprévu et à lâcher prise provoquent un certain nombre de déséquilibres énergétiques du poumon et du gros intestin, les deux organes liés à l’élément métal. Ces déséquilibres énergétiques se retrouve tant au niveau respiratoire qu’au niveau du transit intestinal : rhumes à répétition, pâleur, problèmes de peau, constipation et colites, épaules voûtées et refermées, respiration courte, essoufflements, soucis des choses matérielles du quotidien…
Le poumon et le gros intestin étant les organes en lien avec le monde extérieur, ces déséquilibres s’accompagnent souvent d’une sociabilité difficile et d’un caractère quelque peu casanier.
Pour les résoudre ou pour les prévenir, cherchez à stimuler ces organes par les différents moyens qui existent : exercices respiratoires, étirements des méridiens, alimentation de saveur piquante, propice au poumon. Tout cela est détaillé ci-dessous.




Conseils pratiques pour l’automne 


Stimulez le poumon !

De manière générale, tout ce qui va stimuler le poumon est bénéfique en cette saison et va avoir une action positif sur les déséquilibres cités précédemment. Respirez un grand coup et vous verrez déjà le monde autrement !!!

Plus concrètement, la pratique de la piscine ou du jogging (courrez raisonnablement sans jamais être essoufflé…) sera particulièrement détendante et favorisera la prise de recul. Vous pouvez également redécouvrir votre région au travers de promenades en pleine nature (mieux qu’en ville). Il va de soi que l’arrêt du tabac (ou sa réduction ) va dans le bon sens.


Aidez le rein à se recharger pour l’hiver

En hiver, saison du repos, le corps recharge les batteries pour l’année qui vient. Cette énergie se « stocke » dans la région des reins. Il convient donc de stimuler le reins à la saison précédent l’hiver, en l’occurrence l’automne, pour être sûr de bien recharger ses batteries annuelles. Là aussi les étirements des méridiens du rein et de la vessie ainsi qu’une alimentation spécifique permettent d’y arriver naturellement.



Les étirements


Là-aussi, les étirements des méridiens correspondants seront particulièrement bénéfiques. Le massage et la mobilisation de toute la partie scapulaire amèneront également un bienfait incontestable.



Exercices respiratoires et méditatifs

L’intérêt principal des exercices respiratoires ou méditatifs est de faire descendre l’énergie dans le ventre, ce que les japonais appellent le hara. L’énergie du rein qui se situe dans cette même région s’accroît ainsi dans un même temps. Il permet de se centrer ou autrement dit de s’ancrer dans la terre. La métaphore de l’arbre est ici éclairante.



La métaphore de l’arbre

L’être humain est comme un arbre : pour qu’il s’élève, il faut que ses racines grandissent d’autant dans le sol. A défaut de cette profondeur de racines, il risque de tomber en cas de tempête (des émotions fortes, un choc affectif, une activité intellectuelle harassante) et plus généralement en cas de trop grande densité énergétique dans ses branchages (le haut du corps). L’être humain, s’il n’est pas bien ancré dans le sol, risque d’être emporté par ces mouvements. Ce n’est pas tant l’intensité de la tempête qui est importante (sur laquelle parfois on ne peut pas grand chose) que la capacité de l’arbre à y résister par la profondeur de ces propres racines. Cela signifie également que l’on ne calme pas un mental agité par le mental lui-même (en se répétant par exemple : « je me calme, je me calme… » ou bien « je vais m’endormir, je vais m’endormir…. »), mais en revenant à son corps et plus particulièrement à ce qui le rattache à la terre : sentir son bas ventre, ses pieds ancrés dans le sol, etc. C’est ce que cultive et développe cet exercice qui suit.



Exercice pour retrouver son ancrage dans la terre


  • Assis sur une chaise, les pieds bien posé par terre, le dos droit, les mains en dessous du nombril, les pouces formant un cercle autour de ce dernier.

  • Respirez selon ce principe : à l’inspire, gonflez le ventre en poussant vos mains vers l’avant. A l’expire, rentrez sans forcer votre ventre, en cherchant plutôt la sensation d’abandon et de lâcher-prise. En quelque sorte, laissez bien mourir votre expiration. Attendez alors deux secondes dans cet état de dissolution avant de reprendre une nouvelle inspiration.

  • Concentrez-vous petit à petit sur la sensation de chaleur qui se développe sous vos mains.

  • Savourer le plaisir de sentir cette chaleur qui s’accroît petit à petit

  • Associez-y maintenant l’un après l’autre les sentiments de sécurité, de confort et de douceur (pour vous aider, vous pouvez penser à des moments ou des lieux où vous avez ressenti ces émotions).

  • Imaginez que chaque nouveau cycle de respiration condense un peu plus ces sentiments au sein de votre ventre

  • Continuer ainsi jusqu’à former petit à petit une espèce de cocoon intérieur qui, à partir de votre ventre, inonde tout votre corps entier.

  • Rassasiez-vous alors complètement de ces émotions positives, un peu comme si votre être s’y baignait totalement.

  • Une fois rempli de ces émotions et du plaisir qu’elles vous procurent, cherchez à vous souvenir de ce moment pour pouvoir vous en rappeler et vous y reconnecter en cas de besoin (situations difficiles, émotions fortes, éparpillements, fatigue….)


Pour les conseils concernant l'alimentation, veuillez consulter la section Diététique.


http://www.yang-sheng.org/archives/480

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conseils pour l'automne

Message par Archange le Ven 23 Oct - 16:58






Automne – Recommandations





L'automne - Qiu




"Les trois mois d'automne sont appelés "embrasser" et "ajuster l'équilibre" (Rong-Ping). Les souffles du ciel se font pressants, les souffles de la terre rayonnent de clarté. On se couche tôt et c'est tôt qu'on se lève, suivant en cela l'émulation du coq. On exerce son vouloir dans la paix et dans la tranquillité afin d'adoucir la tendance répressive propre à l'automne. On recueille ses esprits et on rassemble ses souffles. On contribue au pouvoir équilibrant des souffles de l'automne, sans laisser son vouloir se disperser à l'extérieur, agissant en sorte que le souffle des poumons demeure pur. Telle est la correspondance des souffles de l'automne et la voie pour nourrir le mouvement de la récolte. Aller à l'encontre de cela blesserait les poumons, ce qui produirait en hiver des diarrhées par insuffisance de l'offrande au mouvement de mise en recel spécifique de l'hiver ." Su Wen, chapitre II

 
Associations analogiques d'après le Livre des ordonnances mensuelles (Yue Ling)

Troncs célestes : Keng et Xin                         
Odeur : viande crue
Note : sol, note chinoise Chang
Elément : métal
Couleur : blanc
Nombre : 9                                                    
Symbole : tigre blanc
Organe : poumon
Saveur : piquant, acre
 



L'automne, les poumons et le piquant


L'automne rassemble et purifie, parfois il détruit, favorisant ensuite l'abaissement, le refroidissement et l'intériorisation vers le Yin. L'organe de l'automne, ce sont les poumons. Ils sont ses représentants dans la psychophysiologie ; comparés au premier ministre, ils surplombent l'ensemble des autres organes, du haut de la cage thoracique. Ils représentent ainsi "les couvercles des organes". Leur énergie domine au cours des trois mois d'automne et comporte à la fois un pouvoir de synthèse, de distribution et un pouvoir de destruction. Le plein régime de l'énergie des poumons rend l'énergie du métal (qui leur correspond) offensive. La saveur de l'automne est le piquant qui nourrit les poumons lorsqu'il est subtil ou nourricier.  

 
Recommandations sur le plan général 
¤ On se couche tôt pour favoriser le retour au Yin, mais on se lève tôt pour bénéficier de l'élan du Yang. 

¤ On exercer son vouloir dans le sens de la paix et de la tranquillité pour rassembler ses énergies et pacifier celles de 'été. Le bilan de la remise en ordre induit par l'automne peut être sévère, la suppression des reliquats qui encombrent aussi bien les fonctions corporelles que la mémoire affective peut s'avérer drastique. Paix et tranquilité apportent une atténuation à l'aspect réprssif de la justice automnale.

¤ On recourt à l'acupuncture, l'alimentation et les plantes pour régulariser et purifier le sang.

¤ On évite autant que faire se peut de transpirer : la sudation qui représente une extériorisation est contraire à l'énergie de la saison.

 
Recommandations sur le plan alimentaire
L’alimentation 

En diététique chinoise, les aliments sont classées selon leur nature (froid, frais, neutre, tiède, chaud) et leur saveurs (amer, salé, acide, doux, piquant) ce qui permet de connaître les effets bénéfiques sur tels ou tels organes (leur tropisme dit-on). Ainsi manger par exemple des crevettes régulièrement permet de nourrir convenablement le rein. De même, le poireau de nature piquante possède une action favorable sur le poumon, etc. Sur la diététique chinoise, nous nous permettons de vous renvoyer à l’article suivant : les principes alimentaire de base selon la diététique chinoise.


¤ On diminue la saveur piquante qui nourrit le métal afin de diminuer son effet répressif sur le bois (foe)


¤ On augmenta la saveur acide subtile et nourricière afin de nourrir et protéger les foie  : poireaux, azuki (haricots), pain au levain, prunes...

Aliments qui stimulent le poumon : le poireau, le millet, cannelle, gingembre, ail, céleri, chou rave, oignon, radis, piment, navet etc.. 

Aliments qui stimulent le rein : les crevettes, les moules, le foie de poulet, le poireau, les châtaignes, les noix et amandes (quelques unes au petit déjeuner)

¤ On consomme du sésame (graines) qui humidifie légèrement les cinq organes et les poumons en particulier et favorise le recueil d'essence vitale, calme la dysenterie.
¤ On ne consomme pas de céréales fraîchement récoltées, porteuses des énergies pernicieuses de la saison qui risquent de réveiller et réactiver des maladies anciennes.
¤ On ne boit pas trop froid ou glacé.


Dès maintenant et tout l’hiver :

  • Des légumineuses : pois, pois cassés, lentilles, haricots secs, pois chiche, les fèves, le haricot azuki, etc.
  • Des céréales : le blé, le riz, le millet, la quinoa (qui contient l’ensemble des 8 acides aminés, le Sarazin (en farine dans des galettes et/ou en grains)
  • Des fruits secs : des noix, des amandes



Une recette pour l’automne et/ou en cas de faiblesse des reins : Le sauté de crevettes à l’ail et au gingembre

Décortiquez les crevettes et les faire macérer dans de l’alcool de riz (à défaut dans tout autre alcool fort) pendant 10 mn. Émincer le poireau, hacher l’ail finement et effiler le gingembre. Faire revenir le mélange dans de l’huile de colza. En fin de cuisson, ajouter les crevettes, poivrez, salez.

Consommer deux à trois fois par semaine pendant un mois accompagné de riz.

La crevette renforce le yang, tonifie les reins, élimine les glaires. Le poireau fortifie le yang, tonifie les reins, fait circuler l’énergie. L’ail stimule l’énergie, favorise la circulation du sang.


 
Les neufs aliments à éviter en cas de maladies chroniques
En cas de maladies chroniques, maladies pulmonaires (asthme, bronchite chronique, emphysème), diabète, hémorroïdes, il est conseillé d'éviter ces aliments considérés comme irritants :

Le riz de longue conservation, séché, vieilli, pulvérulent, risque de créer une surcharge des poumons.

Le riz gluant favorise la formation de mucosités-chaleur dans le vide de Qi (énergie) de la rate et le vide de Yin en général.

La viande de boeuf, assêchante, peut déséquilibrer un diabète (vide de Yin de rate).

Le poisson cru, avec son parfum et sa saveur âcre, peut engendrer de l'humidité-chaleur (sardines crues) ou favoriser la fièvre (saumon, thon), par mucosités chaleur (formations pathologiques secondaires à des dégagements de chaleur interne "coagulant" certains liquides organiques et formant des glaires collantes pouvant favoriser agitation et fièvre).

Le poulet en excès, donc la nature tiède et les effets énergétiques "ascendants" contrarient directement l'énergie des poumons.

Le porc en excès, contre-indiqué dans le cas de glaires froides, renforce les états pléthoriques.

Les crudités à l'effet rafraîchissant ou refroidissant, en s'associant au refroidissement naturel automnal, peuvent blesser la rate et les poumons.
Le vinaigre vieux peut favoriser l'apparition de fièvre.

L'alcool peut favoriser la formation de glaires ou de mucosités
 
Recommandations sur le plan de l'hygiène de vie

¤ On n"expose pas son corps à la fraîcheur exxtérieure en particulier son dos, son cou et ses lombaires rendus vulnérables par le mouvement d'intériorisation caractérisanr l'énergie de la saison. 

¤ On ne demeure pas à l'air libre en exposant la tête et le cou, les mains et les pieds découverts.

¤ On ne garde pas sur soi des sous-vêtements humides ou froids afin de se préserver du danger d'intériorisation de ce froid, qui risque d'occasionner des rhumatismes et d'évoluer vers un syndrome dysentérique, de la toux et des glaires et, à plus long terme, vers l'atonie et la paralysie.

Attention : agir en sens inverse affecte directement les poumons et risque de nuire à l'intégrité des énergies nourricières et défensives au cours de la saison suivante, l'hiver. Le froid qui envahit les poumons peut se transmettre à son viscère creux couplé, le gros intestin, soit directement, soit indirectement, pouvant provoquer des diarrhées froides de l'hiver.
 

La symbolique de l'automne

L'automne comprend les mois d'août, de septembre et d'octobre. C'est le temps du mouvement de retour associé au sens de maturation qui prolonge l'accroissement de l'été et celui de séparation qui prépare l'avènement de l'hiver. Le caractère Qiu, qui désigne l'automne, associe les céréales mûres et le radical du feu, exprimant de la sorte conjointement la cuisson et la couleur rouge.

C'est ainsi que les trois mois d'automne expriment les caractéristiques fondamentales tout à fait comparables à celles d leur organe subtil de référence, les poumons : embrasser, Rong, et ajuster l'équilibre, Ping.

Rong, dont le caractère évoque une vallée encaissée, une gorge, renvoie au sens de contenir, de renfermer. C'est un mouvement à la fois d'accueil et de recel qui rappelle que l'automne accueille les fructifications que l'été lui a confiées, qu'il les rassemble et qu'il en gère la mise en ordre, un peu comme les poumons accueillent l'ensemble des énergies produites, ainsi que la chaleur du coeur dont ils gèrent à la fois l'expression dans les vaisseaux méridiens et à la surface de la peau (extension des poumons).

Les trois mois d'automne pour accueillir et embrasser les fruits de l'été doivent aussi les équimibrer avant de pouvoir les répartir en les intériorisant. Ping, qui montre une balance dont les deux plateaux sont équilibés par une même tare, signifie tout à la fois la paix, la santé et l'équilibre.

L'automne doit donc à la fois contenir et ajuster l'équilibre, tout comme le fait le poumon, "premier ministre" (Xiang) de l'organisme. Ce mouvement s'accompagne dans le cosmos d'une certaine séparation des mouvements qui animent le ciel et la terre. La terre, toujours un peu retardée par sa capacité de rétention, renvoie sous une forme à la fois moins expansive et plus crue, plus séparatrice, la lumière qu'elle a reçue à profusion du ciel pendant l'été. Par cette clarté même, la terre favorise la mise en lumière des différences, la discrimination des  diverses espèces animales qui préparent déjà leur retour vers les abris propres à leur conditionnement. En même temps, les derniers fruits continuent de tomber ; les plus tardifs seront les mieux protégés par leur coquille et les plus durs : châtaignes, noix... De son côté, "le ciel se fait pressant", il s'agit d'un mouvement de descente, d'abaissement et d'intériorisation du Yang vers le Yin.... Ce renversement des dynamismes aboutit au pouvoir de contenir en soi et d'équilibrer, soit de clarifier et de classifier les différentes expressions de la vie mises au jour avant d'en intérioriser les forces vives, en prévision de périodes et de conditions plus rudes. Le besoin de sommeil s'accroît avec les nuits qui s'allongent : on se couche tôt pour favoriser le retour au Yin, mais on se lève tôt pour bénéficier de l'élan du Yang clarificateur et équilibrant, propre à l'automne, suivant en cela la conduite des animaux dont l'expression est réglée sur les cycles solaires, tel le coq. On exerce ainsi son vouloir dans le sens de la paix et de la tranquilité, facteurs indispensables pour rassembler et pacifier le déploiement estival des mouvements d'énergie, des expériences et des ensées multiples.

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum