Les téléphones portables tuent les fourmis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les téléphones portables tuent les fourmis.

Message par obsidienne le Mar 23 Juin - 12:52

Les téléphones portables tuent les fourmis. S’ils sont dangereux pour les fourmis, ils sont donc dangereux pour nos neurones et ceux de nos enfants (Partie 1)
par Filterman (son site)
mercredi 4 mars 2015

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/les-telephones-portables-tuent-les-164398

1°) Introduction.

De nouvelles informations divulguées ce lundi 2 mars 2015, m'obligent à recompléter et à scinder cet artcicle en deux, qui par chance n'avait pas encore été publié sur Agoravox. Quand j'ai publié mon article le 26 décembre 2014 sur « les PDG de la Silicon Valley » protègent leurs enfants contre les gadgets électroniques (article Agoravox) en tout genre, j'ignorais que la revue « UFC-Que Choisir » qui protége normalement les intérêts des consommateurs, allait publier un article en janvier 2015 pour attaquer la loi de la Député Laurence Abeille, et critiquer les associations qui dénoncent les risques avérés des micro-ondes connus depuis les années 50. J'ai découvert tout à fait par hasard que la première version de l'article de janvier de cette revue étaient datée du 23/12/2014 et hébergée sur le site de la FFT, Fédération Française des Télécoms. Il est intéressant de noter qu'il a été publié juste avant le passage de la loi de la Député Laurence Abeille devant l'Assemblée Nationale fin janvier. L'association AFIS pseudo-sciences.org, a aussi attaqué la loi Abeille et les associations dans un autre article. Il y a plus drôle, en 2012, un membre de « l'UFC-Que Choisir » déclarait, « La subvention est une vraie plaie, c’est un système pourri jusqu’à la moelle (cliquez ici) », sauf que vous apprendrez avec intérêt que l'UFC-Que Choisir touche elle aussi chaque année des subventions de l'Etat dont le montant varie de 800.000 à 900.000 euros, qui comme chacun le sait est actionnaire de France Télécom. On constate aussi sur de nombreux forums que la presse est de plus en plus critiquée. Quoi de plus normal quand on voit les généreuses subventions distribuées par l'état à la presse écrite, au moins 300 millions d'euros par an. De plus comment se fait-il que des personnes qui n'ont jamais monté un seul laboratoire de leur vie ou travaillé sur la moindre source d'émission radioélectrique, s'estiment toujours plus compétentes que ceux qui ont travaillé dessus. Des médecins et journalistes ne connaissent même pas les consignes de sécurité, que nous avons depuis les annnées 60. Le 5 mai 2012, Jonas Pool, journaliste de la radio suisse romande (sujet 237), m'avait demandé lors d'une interview : « Quels sont les qualités à avoir si on veut être reconnu officiellement comme un expert des ondes électromagnétiques ?" J'avais répondu instantanément, « Ah, si vous défendez les lobbies industriels, il n'y a pas du tout de problème, vous serez immédiatement reconnu comme expert. » (y compris par les politiques). ''Thèses alarmistes'', ''paranoïa'', ''conspirationniste'', ''peur irraisonnée'', sont les arguments préférés des officines de l'IE, des complotistes au service de l'industrie et des opérateurs. A mon avis ce ne sont pas les EHS qui doivent aller voir les psychiatres, ou les psychologues. Il faut savoir que des chauffeurs routiers doivent passer des tests psychologiques. On peut donc se demander pourquoi des PDG de l'industrie, des experts officiels de la santé, des dirigeants d'agences sanitaires, des membres du gouvernement, qui ont pourtant la responsabilité de la santé de 60 millions de français, ne sont pas contraints de passer eux des tests psychologiques. Pourquoi ils ne devraient pas passer devant un psychiatre ou psychologue, pour vérifier leur niveau d'intégrité et de moralité. On me dira, oui mais qui va contrôler l'intégrité de nos psychologues et psychiatres, ou même de nos magistrats.



2°) L'amendement sournois de la Loi Macron.

Pendant que les ministres et les parlementaires s'écharpent sur la loi Macron pour semer un peu plus de désordre en France, ils ne font rien pour la prévention et la sécurité sanitaire des français(es) et des enfants, contre les risques sanitaires avérés des ondes de la téléphonie mobile. Bien au contraire, le gouvernement PS veut vendre avant fin 2015 une nouvelle licence de téléphonie mobile en 700 MHz, qui va encore faire augmenter la pollution électromagnétique en France. Pire encore, un amendement présenté le samedi 17 janvier par le député PS Richard Ferrand, rapporteur général de la loi, permettait de sanctionner par trois ans de prison et 375.000 euros d'amende toute personne qui prenait connaissance et révélait sans autorisation une information protégée par le secret des affaires. L'objectif est de lutter l'espionnage industriel, ou plutôt de lutter contre la révélation des délits commis par les entreprises, qui pourraient être révélé par des lanceurs d'alerte ou des journalistes d'investigation. Sans l'assiduité et les interventions des députés PS Yann Gallut et Karine Berger, cet amendement aurait été adopté. Les lobbies ont toujours cherché à museler ceux qui révélaient les risques de leurs produits. Après l'arrivée de la 4G, nous allons encore avoir droit une fois de plus aux problèmes de brouillage sur nos téléviseurs dans certaines villes. Il est vrai que certains de nos politiciens et ministres sont beaucoup plus aptes à dénoncer la « peur irraisonnée » des ondes pour justifier le laxisme du gouvernement en matière de sécurité sanitaire. En France, la justice viole régulièrement l'article 6 de convention européenne des droits de l'homme. Il est vrai que la justice française est forte en faveur des forts, mais plus que faible en faveur des victimes, comme le déclarera un officier de gendarmerie. Il sera muté en 2014 pour avoir dit la vérité tout haut lors d'une audition parlementaire, ce que tout le monde pense tout bas, comme quoi la France est loin d'être une démocratie.



3°) L'apparition de la norme ANSI.

L'association AFIS pseudo-sciences.org est une association militante des industries, car de nombreux articles sont rédigés en faveur des opérateurs, des OGM, du lobby pharmaceutique, des gaz de schiste, etc, par des auteurs qui ont des liens avec l'industrie. Ses membres nous expliquent sur des forums, au Sénat et à l'Assemblée Nationale l'origine du 0,6 V/m, notamment le Dr Aurengo parrain de l'AFIS, mais aussi le Dr Anne Prerrin dont j'ai découvert que récemment qu'elle en était la présidente. Sauf que tout le monde se gardent bien de nous expliquer l'origine de la première norme d'exposition ANSI. C'est à partir de 1952 qu'apparaît aux USA la première valeur d'exposition fixée à 10 mW/cm² (193 V/m) qui est d'ailleurs inapplicable pour une longue durée d'exposition, et qui devait être même limitée selon son auteur à l'époque à une heure maximum. Cette valeur avait été calculée par un scientifique, rapatrié dans le cadre du programme Paperclip, utilisé par les USA pour récupérer les scientifiques nazis. Il est évident que les télécoms et les experts qui défendent la thèse de l'innocuité, préfèrent éviter de parler de l'origine gênante de cette première norme officielle. Quant à l'ex-URSS, sa norme était 32 fois plus faible, 6 V/m pour une journée de travail. Il est vrai que leurs premiers espions avaient essuyé les plâtres dès 1945, avec des dispositifs micro-ondes destinés à espionner le personnel de l'ambassade américaine à Moscou, mais eux aussi ils sont tombés malades. Sauf que notre académie de médecine et nos agences dites de sécurité sanitaire, sont visiblement totalement ignorantes des faits passés, des études sur les animaux, sur les humains, sur les accidents professionnels, sur les consignes de sécurité que nous avons dans les manuels depuis les années 60. Les rapports de l'ANSES vont jusqu'à ignorer les dernières décisions de justice qui ont été rendues dans des pays étrangers. De nombreux troubles sanitaires sont reconnus et figurent dans les manuels aéronautiques et spatiaux depuis les années 70, mais ils sont ignorés des médecins du travail et de notre académie de médecine. Alors que l'US Navy était arrivée à la conclusion que les ondes étaient inoffensives (sic), elle sera démentie en 1953 par un rapport officiel du DOD (Département de la Défense), qui confirmera que divers troubles apparaissent à la suite d'une exposition aux micro-ondes. Un document de recherche militaire de la Navy référençait en 1972 plus de 2300 études sur les effets et les risques des ondes, information que nos journalistes ignorent. On peut s'étonner qu'une revue comme « Que Choisir » qui affirme défendre les consommateurs, ose parler de psychose, au lieu de parler des vrais problèmes de la sécurité sanitaire des enfants ? En janvier 2015, Erwan Seznec écrivait dans cette revue que la loi Abeille « vise à proscire la Wi-fi dans les crèches et garderies, voire les écoles maternelles. Dépourvue de base scientifique, cette mesure de ''précaution'' est redoutable. Ensuite l'interdiction du Wi-Fi dans les structure d'accueil de la petite enfance peut générer de la psychose », pour les opérateurs c'est sûr.

Voilà ce que j'ai écrit dans la lettre ouverte que j'ai expédié à la direction de la revue « Que Choisir ». Un scientifique, physicien, ex-officier des services de renseignement britannique déclarait :

« Je pense que quiconque met du Wi-Fi dans une école devrait être emprisonné à vie. Je le pense vraiment. Je pense qu'ils ne sont pas aptes à fouler la surface de cette planète, parce qu'ils ne sont pas informé des recherches... »

Cette lettre a été expédiée à tous les parlementaires de l'assemblée nationale (577), du sénat (347), et aux des associations de parents d'élèves, mais nos politiques qui sont si soucieux de notre bonne santé ont fait les morts. Pas un seul ne m'a demandé ce témoignage vidéo. Comme je n'ai pas reçu de réponse des journalistes Laurent Bazin de la chaine Public Sénat / LCP, ni même d'Erwan Seznec (qui trouvait très drôle les sujets sur lesquels j'ai travaillé), ni d'Alain Bazot PDG de « l'UFC-Que Choisir », comme ils n'ont eu que la première version, voici le petit bonus qui a été rajouté dans la deuxième version de ma lettre expédiée aux parlementaires qui ne l'avait pas encore reçu. Laurent Bazin de Public Sénat avait demandé lors du débat à Erwan Seznec de la revue « Que Choisir » qui n'a aucune compétence NRBC, si les membres du comité scientifique du CRIIREM étaient dingues. Sauf que cette question devrait plutôt s'adresser à certains chercheurs, aux dirigeants politiques de certains pays, complexes industriels, militaires, et pharmaceutiques. Vous allez comprendre pourquoi avec cet extrait d'un document du Dépatement de la Défense de 1997.
_______________________________________________________
DoD News Briefing : Secretary of Defense William S. Cohen

Presenter : Secretary of Defense William S. Cohen

28 avril 1997 8:45 AM

Avec le Sénateur Nunn à l'origine d'une loi appelée Nunn/Lugar legislation.

Extrait du Briefing



.../... Il y a certains rapports, par exemple, que certains pays ont essayé de construire quelque chose comme un virus Ebola, et ce serait un phénomène très dangereux, pour dire le moins. Alvin Toeffler a écrit à ce sujet en termes de certains scientifiques dans leurs laboratoires tentent de mettre au point certains types d'agents pathogènes qui seraient ethnique spécifique afin qu'ils puissent simplement éliminer certains groupes ethniques et races ; et d'autres conçoivent une sorte de génie, une sorte d'insectes qui peuvent détruire des cultures spécifiques. D'autres s'engagent même dans un type d'éco-terrorisme par lequel ils peuvent modifier le climat, créer des tremblements de terre, commander des volcans à distance grâce à l'utilisation d'ondes électromagnétiques.../... »
_________________________________________________________

Il est intéressant de noter que des membres de services secrets et les membres de nombreux laboratoires pharmaceutiques dans le monde se rendaient en Afrique du Sud pour acquérir des ''armes'' ou étudier les virus de ciblage ethnique (cliquez ici). Pour ma part ayant eu par la passé une formation NBC, et aussi des milliers de pages déclassifiées sur la guerre bactériologique, les armes électromagnétiques et autre, il est très imprudent de me provoquer sur ces types de sujets, que des journalistes ne connaissent pas. Idem pour l'AFIS qui a fait un copier coller d'un paragraphe de l'article de « Que Choisir ». M. Malabiau de la DGA (Direction Générale de l'Armement) nous avait expliqué lors d'une conférence la répartition des zones de sécurité autour des sources d'émission électromagnétique. Pour ce qui est de la guerre climatique, j'ai fait parti de ceux qui ont révélé dès 1999 l'existence de plusieurs brevets sur le système HAARP, sans parler des catastrophes provoquées à la suite des expériences militaires étrangères. Certains ont oublié de se renseigner sur les informations dont je dispose.

Les membres de l'AFIS de pseudo-science.org et Erwan Seznec de la revue « Que Choisir » qui n'ont jamais monté un seul laboratoire de leur vie, ou travaillé sur la moindre source radioélectrique, s'estiment donc eux beaucoup plus compétents que ceux qui ont travaillé sur des sources d'émission. Ils s'estiment même plus compétents que des scientifiques reconnus comme le Pr Hardell, le Pr George Carlo, le Pr Madeleine Bastide, les Pr Marino et Becker, le Pr Adlkofer coordinateur du programme REFLEX qui intégrait 12 études totalement incontestables, que les opérateurs ont essayé de saborder par tous les moyens. Ils s'estiment même plus compétents que le Pr Ross Adey, scientifique de la NASA en charge du département médical lors des missions Apollo et qui a été conseiller à la Maison Blanche. Il est à l'origine dès 1994 du « principe ALARA » (aussi faible que possible). Il était membre du NCRP (National Council on Radiation Protection and Measurements, USA). Tous ces scientifiques sont donc considérés comme des dérangés du cerveau, par des journalistes, des experts, des médecins, et des sociologues français, qui eux par contre n'ont jamais fait la moindre étude, et qui n'ont aucune compétence sur les risques des ondes. C'est très drôle. Ayant monté un laboratoire et fait 10 ans de recherche sur les radars, je n'ai jamais commis l'imprudence de passer devant une antenne en émission, car j'avais déjà des consignes de sécurité dans des manuels de 1970 (cliquez ici). En plus la SNCF va aussi installer du Wi-Fi dans les trains, les TGV, à partir de cette année en plus du GSM. Pour les avions, un constructeur est contraint par la FAA de remplacer tous les systèmes d'affichages des cockpits sur au moins 1300 avions dans un délai de 5 ans, suite à des incidents d'interférences qui se sont produits lors des tests et de l'utilisation du Wi-Fi. Quelqu'un m'a demandé, et si le pilote à un « blanking cockpit » il fait comment ? J'ai tout simplement répondu que le pilote doit se démerder. Je ne suis pas concerné car je ne prends pas l'avion, tant pis pour nos politiques. Ce sont nos institutions européennes et internationales qui sont responsables de cette situation.



4°) Les effets nocifs des ondes ont déjà été prouvés.

En 2006 j'avais proposé une solution simple pour montrer les risques des ondes radioélectriques. Elle consistait à mettre un portable ou un routeur Wi-Fi à côté d'une cage avec des oiseaux. En réalité comme je l'expliquais lors d'un débat radio en 2000 avec Bernard Veyret du CNRS (sujet 00), les risques sanitaires des ondes ont été démontrés dès 1948 par des chercheurs de la clinique de Mayo. Ils avaient montré qu'en exposant des chiens à des micro-ondes, ils pouvaient provoquer des cataractes, expérience réalisée suite aux nombreux problèmes de santé rencontrés chez les radaristes lors de la seconde guerre mondiale.

Dans les années 70, le Pr José Delgado a démontré les effets nocifs des champs électromagnétiques sur des œufs, mais des individus très instruits répondront que la téléphonie mobile n'existait pas dans les années 50 et 70, une ineptie de plus. Cela prouve que ceux qui utilisent ce genre d'argument sont totalement incompétents. Comment peut on faire une discrimination entre les ondes de la radio, de la télévision, des radars, et de la téléphonie mobile, puisque le principe de la physique de base est le même pour tous les systèmes d'émission. Il n'y a que le type de modulation et la puissance qui change. En 1998, le Pr Madeleine Bastide en exposant des œufs aux bonnes ondes inoffensives des téléphones portables obtiendra un taux de mortalité entre 60 et 70%, un taux similaire à celui trouvé par le Pr Delgado. Là aussi le lobby des télécoms tentera de discréditer cette étude.

Les poules sont elles aussi devenues psychosomatiques, elles ont peur des antennes. Un couple d’éleveur de la commune de Comblot dans l’Ornes a constaté que leurs 1600 poules qui pondaient 1300 œufs en 2010, n’en produisaient plus qu’une centaine par jour en 2012. Ce ne sont pas les premiers cas d'éleveurs qui ont été confrontés à ce type de problème qui est apparu dès le début dès années 2000, toujours à proximité des antennes relais. Si c'est psychomatique, il faut que ces 1600 poules se rendent d'urgence chez un psychologue ou un psychiatre.

En 2008, le Pr Dirk Adang de l'Université de Louvain en Belgique, mettra lui aussi en évidence la menace des micro-ondes sur les rats. Quand ils sont exposés de façon chronique à un faible niveau de micro-ondes, ils perdaient la mémoire et mourraient prématurément. Mais en France pour nos gouvernements de droite comme de gauche, il n'y a toujours pas de risque, ni aucune campagne de prévention télévisée sur les risques avérés des ondes de la téléphonie mobile, sauf pour la sécurité routière. Pourquoi une telle différence de traitement avec la sécurité routière, tout simplement parce que dans le dernier cas il y a des radars à vendre, les compagnies d'assurance sont aussi concernées, et elles financent ces campagnes publicitaires. Les constructeurs et assureurs récompenseront les associations et fondations de certains de nos politiques, et en plus les conducteurs deviendront des vaches à lait, ce qui est tout bénef pour l'état. Quand une loi passe devant l'assemblée nationale, il faut toujours regarder les amendements, car on découvre tout de suite pour qui roulent certains de nos députés et sénateurs. Une première, l'INERIS sera aussi contrainte de reconnaître les effets des micro-ondes bas niveau de la téléphonie mobile sur les rats (sujet 271), alors qu'avant elle niait catégoriquement les effets des ondes sur le vivant. Il est vrai que d'un côté, l'INERIS ne peut pas faire des conférences pour les militaires sur les armes micro-ondes dont je parlais déjà dès 1999 dans un livre et ensuite sur mon site, et venir affirmer de l'autre côté qu'il n'y a aucun effet des micro-ondes sur la santé.

4°) Les capacité d'apprentissage sur les fourmis sont réduites de 50%.

À Bruxelles, des chercheurs du Département de Biologie ont dévoilé une étude sur l'impact des ondes de la téléphonie mobile GSM sur les fourmis. Après une expérience faites sur plusieurs colonies de fourmis exposées aux ondes d'un téléphone portable, ces insectes sociaux sont fortement touchés par les micro-ondes émisent par nos téléphones portables. On constate que les fourmis exposées sont désorientées à moyen terme. Elles perdent leur mobilité, leur mémorisation et ne récupèrent pas la totalité de leurs performances, soit un handicap de 50%. Les fourmis exposées à long terme meurent de façon prématurée, comme le montre une étude inquiétante diffusée dans le journal de la chaîne de télévision belge RTL-TVI. Dans une première expérience, les fourmis exposées aux ondes d'un générateur, voyaient leurs capacités d'apprentissage, olfactives, visuelles perturbées à hauteur de 50% par rapport au groupe témoin. Après 30 heures de non exposition, elles retrouvaient une partie de leur capacité de mémorisation, de 60 à 80%. Après une autre exposition, elles ont immédiatement reperdu ce qu'elles avaient récupéré, perdu la totalité de leur mémoire visuelle, et de leur mémoire d'itinéraire pour retrouner à la colonie. Ce problème avait été aussi constaté chez les rats lors d'expériences en 2008. La direction a interdit au groupe de recherche de l'ULB de mener des recherches sur les ruches des abeilles, alors que leur disparition est en augmentation au niveau modiale. Les chercheurs se sont donc tournés vers l'étude des ''paraméties''. Il s'agit d'organismes unicellulaires qui sont souvent utilisés pour les travaux pratiques. En 2013 j'avais fait une petite expérience sur quelques fourmis avec un téléphone portable qu'on m'avait prêté. Après plusieurs minutes d'exposition, elles sont mortes, plus besoin d'insectitice pour éradiquer une fourmilière.

Pr Cammaert du département de biologie.

« Nous avons voulu allez plus loin, et tout ce que j'ai pu faire, c'est prendre les protozoaires qu'on donne aux étudiants, les paraméties, et mon GSM. Près d'un GSM la paramétie souffre, elle gonfle. Ces vacuoles pulsatiles qui s'inclinent ne battent plus normalement. Les cils ne battent plus. Son cytopharinx gonfle, et au bout d'un moment elle meure. En fait ce qui se passe, la membrane cellulaire, et toutes les structures qui dépendent de la membrane cellulaire sont affectées. Si la membrane de la cellule est affectée, l'influx nerveux qui se transmet le long des membranes est affecté. Si l'influx nerveux ne passe pas, la mémorisation ne se fait pas. La réponse, la reconnaissance des phéromones ne se fait pas. Le recrutement ne se fait pas. Si les abeilles volent haut, elles passent dans les champs magnétiques. Elles oublient où est leur ruche. Elles perdent leur mémoire. Et c'est donc une des causes, la grande quantité d'ondes électromagnétiques qui existent à l'heure actuelle dans le monde, c'est donc une des causes du déclin des insectes, mais aussi des abeilles, et de tous les animaux, les oiseaux, tous les animaux souffrent de cette grande quantité d'ondes. » (pour voir la vidéo de l'expérience sur les fourmis, cliquez ici)



Comment utiliser son portable.

« L'éloigner de son corps, l'éloigner de la ceinture c'est encore le mieux, et les chips vers vous, le danger c'est l'antenne, et pas trop longtemps pour l'utilisation. Donc à une certaine distance, et pas trop longtemps ; Et il faudrait aussi se situer dans des endroits où il n'y a pas beaucoup d'ondes. Le premier système touché, c'est le système nerveux. Le système nerveux dirige tout, il dirige la locomotion, il dirige la perception des signaux émis par les autres, il dirige le comportement, tout est affecté. Quand on met des ondes, un champ magnétique autour d'un animal, il souffre tout de suite. Evidemment si après on arrête, si on ne l'a laissé qu'un petit moment, il va récupérer. Il ne sera vraiment irrécupérable qu'après deux ou trois jours.

J'ai fait ces travaux il y a quatre à cinq ans déjà, et publié ces travaux, cela n'a pas été possible en Belgique. Et au lieu de refuser tout de suite, cela a été retardé. C'est à dire qu'on a gardé mes travaux sans donné de suite, et après ça, cela a été refusé d'une manière malhonnête ; ça a aussi été refusé dans d'autres pays européens, et ça n'a été accepté que par une revue aux USA. Donc on cache la vérité. »

Les pressions et intimidations qui sont faites dans le but de bloquer la divulgation d'informations, constitue une violation de l'article 10 de Convention Européenne des Droits de l'Homme, et un chercheur a déjà fait condamnner un état pour la violation de cet article. Le lobby des télécoms a fait de nombreuses interventions dans le but de censurer les médias, et neutraliser les scientifiques. Tous ces effets des micro-ondes s'appliquent à tous les insectes, aux abeilles, aux grenouilles, aux oiseaux, aux êtres humains qui sont devenus des rats de laboratoire. Les hommes produisent des spermatozoïdes qui sont de moins en moins nombreux, motif, le port du portable à la ceinture. En 2012, une étude en Argentine a montré que l'utilisation du PC portable connecté par Wi-Fi diminue la motilité des spermatozoïdes et augmente la fragmentation de l'ADN(5). Ce n'est pas une découverte, puisque dès 2004 j'avais déjà parlé des problèmes de la stérilisation de masse (sic) liée à l'exposition aux bonnes ondes de nos téléphones portables portés à la ceintures chez les hommes (sujet 54). De nombreuses études montrent que les champs électromagnétiques ont des effets nocfis pour le matériel biologique, dont une du Dr Etienne d'Arsonval qui remonte à 1893. Tous ces résultats dérangent fortement une industrie extrémiste protégée par des politiciens qui ne le sont pas moins, prêt à tout pour s'enrichir par n'importe quel moyen. En 1998, quand les risques des effets nocifs des micro-ondes ont été révélés lors d'une émission sur Radio Canada, le lobby des télécoms est arrivé avec ses avocats pour faire pression, mais ils n'ont rien pu faire, car toutes les informations divulguées étaient exactes. Le Pr Theodor Litovitz, professeur émérite au Catholic University of America à Washington, D.C., avait refusé de travailler pour l'industrie des télécoms, et comme d'autres chercheurs, des pressions seront réalisés sur lui par le biais du financement de ses travaux. Erwan Seznec de la revue « Que Choisir » dénonce les pressions et les menaces de mort contre les opérateurs, mais il a oublié opportunément de parler des pressions et des menaces de mort contre les scientifiques, ou de la maison du Pr Carlo qui avait brûlé.



Conclusion.

Affirmer que les micro-ondes sont inoffensives est une escroquerie intellectuelle, et revient à faire du chalartanisme médicale. Il y a eu de nombreux accidents professionnels, dont certains se sont traduits par des procès, la reconnaissance du handicap du travailleurs, et la condamnation de l'employeur. Sauf que ces faits ne sont pas pris non plus en compte dans les rapports français.



Sources.

1) Article d'Erwan Seznec de « UFC-Que Choisir » du 23/12/2014, hébergé sur le site de la Fédération Française des Télécoms FFT, publié dans la revue de janvier de « Que Choisir »

2a) Ma réponse en lettre ouverte point par point à l'encart de la dernière page de l'article d'Erwan Seznec et à M. Alain Bazot PDG de la revue « UFC-Que Choisir » du 18 janvier 2015.

2b) Pièce en annexe jointe, transcription d'un documentaire sur les virus de ciblage ethnique.

3) Ma réponse en lettre ouverte suite à l'émission de Laurent Bazin sur la chaine de télé Public Sénat / LCP, suite à l'intervention d'Erwan Seznec lors du débat.

4) La réponse du Président du CRIIREM habilité à réaliser des expertises opposables en justice adressée au Président de « Que Choisir »

5) "Use of laptop computers connected to internet through Wi-Fi decreases human sperm motility and increases sperm DNA fragmentation", Conrado Avendaño laboratoires Nascentis Medicina Reproductiva, Cordoba (Argentine)
avatar
obsidienne

Messages : 3542
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum