Les bienfaits du jeûne !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les bienfaits du jeûne !

Message par Archange le Mar 21 Avr - 12:20









Il est bon de temps à autre de jeûner au moins vingt-quatre heures.




« Il est bon de temps à autre de jeûner au moins vingt-quatre heures. Celui qui sait comment jeûner comprend que le jeûne est une autre façon de se nourrir. Mais oui, quand on prive un peu le corps physique de nourriture, ce sont les autres corps, plus subtils : les corps éthérique, astral et mental, qui commencent à se nourrir. Quand notre corps physique ne reçoit pas toute la nourriture à laquelle il est habitué, une alerte est donnée, et comme il y a dans l’organisme des entités qui veillent à notre survie, à ce moment-là, d’une région plus haute, ces entités viennent nous procurer ce qui nous manque et nous commençons à absorber certains éléments subtils qui se trouvent dans l’atmosphère. Voilà pourquoi notre respiration s’améliore et un moment après nous nous sentons nourris, car même si elle ne vient pas du plan physique, c’est bien une nourriture que nous avons reçue. Et si, pendant quelques secondes, nous nous arrêtons de respirer, ce sont d’autres entités plus hautes dans les plans astral et mental, qui nous nourrissent.


Le jeûne est donc bien une autre forme de nutrition. Seulement pour pratiquer cette nutrition, il faut être instruit et prendre des précautions. Jeûner est dangereux pour ceux qui ne savent pas qu’il y a des règles à respecter. »



Même pure, la nourriture laisse des déchets en nous, c’est pourquoi il est bon de temps en temps de jeûner pour permettre à l’organisme de faire le travail de nettoyage nécessaire. D’ailleurs, le jeûne est une méthode que nous enseigne la nature. Observez les animaux : quand ils sont malades, instinctivement ils se mettent à jeûner ; ils vont se cacher quelque part, trouvent une herbe qui les purgera, et ils se guérissent…

Jeûner est une habitude salutaire, et il serait bon que, si les conditions le permettent, chacun puisse jeûner chaque semaine pendant vingt-quatre heures, en se consacrant plus particulièrement à un travail spirituel : se lier aux entités lumineuses, choisir de la musique et des lectures qui puissent l’inspirer, purifier ses pensées et ses sentiments…

Plusieurs constateront que lorsqu’ils jeûnent, ils ont des douleurs dans le dos, ou des palpitations, ou des maux de tête… Comme c’est un langage spécial de la nature et qu’on ne le comprend pas, on se dit : « Jamais plus je ne jeûnerai. » Voilà un mauvais raisonnement. Ces malaises sont des avertissements de la nature qui vous prévient qu’un jour ou l’autre vous aurez à souffrir dans ces mêmes organes où vous éprouvez maintenant une douleur. Donc, si vous voulez savoir quels sont vos points faibles, jeûnez quelques jours ; si vous souffrez alors dans quelque organe, sachez que c’est de là que la maladie peut venir, et prenez des précautions…

Il est aussi très bon de boire de l’eau chaude quand on jeûne. Elle dissout beaucoup d’éléments et de matières que l’eau froide laisse intacts ; elle les entraîne ensuite à l’extérieur par les pores, les reins, etc., et vous vous sentez purifié, rajeuni.

L’eau chaude est le remède le plus naturel et le plus inoffensif, mais c’est peut être parce qu’il est trop simple et trop bon marché que personne ne le prend au sérieux…

Après un jeûne pareil, vous éprouvez des sensations nouvelles, subtiles, vous avez des révélations et surtout vous vous sentez rajeuni, dégagé, comme si les matériaux qui encombraient l’organisme avaient disparu, comme si les déchets et les impuretés étaient brûlés...

Personne n’est mort d’avoir jeûné quelques jours de temps en temps, mais des millions de gens sont morts pour avoir trop mangé !




Omraam Mikhaël Aïvanhov




_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bienfaits du jeûne !

Message par Archange le Mar 21 Avr - 12:31






Jeûner trois jours renouvelle totalement le système immunitaire







Des chercheurs d'une équipe de l'Université de Californie du sud (USC) affirment avoir trouvé le moyen de contraindre le corps humain à se régénérer. Une découverte annoncée comme «capitale». Jeûner pendant 72 heures peut permettre de reconstruire l’ensemble du système immunitaire même chez les personnes âgées ou gravement malades telle est la conclusion de cette nouvelle étude scientifique.


Si jeûner est considéré comme néfaste pour l’organisme par les nutritionnistes, priver le corps de nourriture pendant trois jours contraindrait ensuite la moelle osseuse à produire de grandes quantités de globules blancs qui combattent les infections. Cette découverte peut être particulièrement utile aux malades dont le système immunitaire a été affaibli, par exemple les cancéreux traités par des chimiothérapies.


Selon les chercheurs d’USC, jeûner lance un processus de régénération. «Cela donne le feu vert à la moelle osseuse pour reconstruire l’ensemble du système immunitaire» explique Valter Longo, professeur de gérontologie et de biologie à l’Université de Californie du sud. «Et la bonne nouvelle est que le corps se débarrasse des parties du système immunitaire abîmées ou âgées et inefficaces, pendant le jeun. Et si vous partez d’un système fortement endommagé par une chimiothérapie ou le vieillissement, les cycles de jeûne peuvent permettre de  créer, littéralement, un nouveau système immunitaire». 


Les jeûnes prolongés contraignent en fait le corps à consommer ces réserves de glucoses et de graisses mais aussi détruisent une proportion importante des globules blancs. «Quand vous vous privez de nourriture, le corps essaye d’économiser l’énergie dépensée et pour cela recycle un grand nombre de cellules du système immunitaire qui ne sont pas indispensables, notamment celles qui sont abimées». Ainsi, pendant le jeûne, le nombre de globules blancs baisse fortement et augmente rapidement quand la personne s’alimente à nouveau. Le jeûne a aussi un autre effet bénéfique, il réduit la présence dans le corps de l’enzyme PKA qui est liée au vieillissement et augmente les risques de cancer et de croissance des tumeurs.



_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le remède miracle contre le jet-lag : 16 heures de jeûne

Message par obsidienne le Mer 17 Juin - 5:44

Le remède miracle contre le jet-lag : 16 heures de jeûne [rediffusion augmentée !]

https://sciencetonnante.wordpress.com/2013/09/02/le-remede-miracle-contre-le-jet-lag-16-heures-de-jeune-rediffusion-augmentee/

Dernière rediffusion de l’été, car je n’ai pas eu le temps d’écrire un nouveau billet. Mais aussi parce que j’ai pu tester cette méthode pendant mes vacances, et ça marche pas mal ! Alors rendez-vous en fin d’article pour le récit de la manip !

Les vacances ont commencé et certains d’entre vous auront peut-être la chance de visiter des contrées lointaines. Pour ceux qui iront vraiment loin, vous subirez éventuellement un décalage horaire significatif.

Peut-être seriez-vous alors intéressés pour tester cette solution proposée dans Science par Clifford Saper, professeur de neurologie à Harvard : pour éviter le jet-lag, il vous faudra jeûner pendant 16 heures !

our/Nuit

Notre rythme biologique naturel, appelé rythme circadien, détermine nos phases de sommeil et d’activité. Il est d’une durée de 24 heures, ce qui n’a rien de surprenant puisqu’il est conditionné par l’alternance physique des jours et des nuits sur la Terre. C’est ce rythme circadien qui est mis à mal lorsque nous subissons le jet-lag, du fait d’un décalage entre le fuseau horaire dans lequel nous vivons habituellement, et celui dans lequel nous nous rendons.

Puisque ce rythme de 24 heures est déterminé par l’alternance jour/nuit, il finit par se recaler sur l’alternance du pays d’arrivée, et après quelques jours sur place nous finissons par nous adapter aux nouveaux horaires. On dit que l’exposition à la lumière est un moyen de réaliser l’entraînement du cycle circadien. Mais l’exposition à la lumière n’est pas le seul moyen de réaliser l’entraînement du cycle circadien, il existe un autre : la nourriture.

L’entraînement à la nourriture

L’entrainement du cycle circadien à la nourriture a déjà été observé chez certains animaux. Si on les prive de nourriture pendant leur période d’activité normale, mais que la nourriture est disponible pendant leur période de sommeil normal, ils sont capables d’inverser leur horloge biologique et ce de manière rapide. Ceci leur permet d’être actifs pendant la disponibilité de la nourriture, et on comprend facilement l’avantage adaptatif que confère cette capacité.

Chez l’animal, la nourriture peut être un puissant vecteur d’entrainement des cycles circadiens, mais qu’en est-il de l’homme ? Ce qui ont déjà fait une hypoglycémie nocturne le savent : on peut bien être complètement claqué et en plein milieu d’une phase de sommeil profond, quand le corps a besoin de sucre, il sait y faire pour nous réveiller et nous mettre dans un état de vigilance extrêmement élevé !

Jeûner 16 heures pour rebooter son horloge

Donc chez l’homme comme chez l’animal, on peut être en pleine forme la nuit si c’est l’estomac qui l’exige. Tout porte donc à croire que pour caler les cycles circadiens, la nourriture est plus forte que la lumière.

Sur la base de ses travaux publiés dans Science, Clifford Saper a alors proposé une solution pour lutter contre le jet-lag : il suffit de réentraîner rapidement son horloge biologique grâce à la nourriture, sans attendre qu’elle le fasse toute seule grâce à la lumière. Et sa proposition est la suivante : un jeûne de 16 heures va agir comme une sorte de reboot de votre horloge biologique. Après un jeûne prolongé, votre organisme considèrera que le premier repas que vous allez prendre marquera le nouveau début de la journée.

Voici donc comment procéder : calculez l’heure du petit déjeuner de votre pays d’arrivée, jeûnez pendant les 16 heures qui précèdent (éventuellement dans l’avion ou dans votre pays d’origine si nécessaire) et faites-vous un bon petit déj’ synchronisé avec celui des autochtones. Si tout se passe comme prévu, à ce moment précis votre organisme va se dire « Tiens ! C’est le petit-déjeuner ! », et votre horloge biologique va se recaler d’un seul coup !
Communication scientifique

La proposition paraît sympa, alors comme d’habitude, j’ai voulu aller jeter un oeil à la publication d’origine, celle de Science [1]. Et là, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que l’article en question ne parle pas du tout de jet-lag, ni d’humains jeûnant pendant 16 heures, mais de souris à qui on injecte des gènes dans le cerveau.

Je trouve ce cas assez typique d’une certaine communication scientifique : on fait une publi (certainement de qualité), et on la « vend » au grand public via les médias en parlant de quelque chose qui ne figure pas du tout dans le papier ! Tapez « jet-lag 16 hours » dans Google, et vous verrez une tétrachiée de réponses venant de divers journaux citant cette publi de Science, mais quelle est l’origine de cette interprétation détournée ?

J’ai bien cherché, et l’origine semble être que Clifford Saper dans le Podcast du magazine Science [2] parle de ses travaux sur la souris, et mentionne une éventuelle applicabilité à la question du jet-lag ou bien celle des travailleurs ayant des horaires décalés. Mais je ne sais pas d’où vient ce chiffre de « 16 heures » que les médias ont repris comme un seul homme. Si quelqu’un trouve la source…

En tout cas si vous testez la méthode, vos récits sont les bienvenus en commentaire de ce billet !
Ajout de l’été 2013 : j’essaye !

Comme je l’annonçais en début, j’ai décidé de tester la méthode pendant mes vacances. Voici le protocole.

Je vis à Boston et je suis revenu en France pour 3 semaines : il y a 6 heures de décalage horaire. Je décollais vers 18 heures (heure de Boston) pour un atterrissage vers 6 heures (heure de Paris). On passe donc une nuit très courte dans l’avion. J’ai pris mon dernier repas au petit déjeuner le jour du départ (6h du matin à Boston), et mon repas suivant au petit déjeuner à Paris (7 heures du matin). Soit un jeûne d’environ 19 heures.

Premier commentaire : c’est pas simple ! Dans l’après-midi, j’avais sacrément les crocs ! Mais paradoxalement le matin à Paris, pas tant que ça. Je pense que mon corps devait se souvenir que c’était la nuit à Boston.

Dans l’après-midi, j’ai fait une grosse sieste de 3 heures, mais qu’on peut légitimement considérer comme du remboursement de dette de sommeil (ce qui n’est pas la même chose que le jet-lag), puisque dans ce sens on perd 6 heures de sommeil à cause d’une nuit super-courte dans l’avion. Le soir je me suis endormi normalement, et le lendemain matin réveillé en pleine forme vers 7h30. Aucun signe de jet-lag, et rien pendant les jours qui ont suivi.

Évidemment, ça n’est qu’une seule expérience, sur une seule personne, sans groupe de contrôle, etc. Ceux qui ont déjà fait ce voyage savent aussi que ça n’est pas le jet-lag le plus difficile qui soit à rattraper. Peut-être est-ce simplement de l’effet placebo ? En tout cas on ne peut pas exclure que ça puisse marcher.

A l’heure où j’écris ces lignes, je m’apprête à finir mon jeûne de retour. Je suis rentré hier après-midi, il est 5h30 du matin à Boston, et j’ai faim ! Je vous tiens au courant !
Pour aller plus loin : Un oeil sur le papier

Le papier d’origine est quand même sympa à lire. Les auteurs démontrent que l’entraînement à la lumière et l’entraînement à la nourriture trouvent leur origine dans deux zones différentes du cerveau.

Pour cela ils travaillent sur des souris et font des manipulations avec un gène, nommé Bmal1, qui joue un rôle clé dans l’entraînement des cycles circadiens. Tout d’abord les souris n’exprimant pas Bmal1 n’ont pas de rythme circadien. Elles ont des périodes d’activités réparties de manière totalement aléatoire dans la journée, indépendamment des heures du jour et de la nuit.

Puis les auteurs ont injecté le gène Bmal1 dans une région du cerveau des souris appelé noyau suprachiasmatique de l’hypothalamus. Les souris ayant subi ce traitement localisé retrouvent alors leur rythme circadien calé sur l’alternance jour/nuit.

En revanche si on place ces souris dans le noir, elles perdent ce rythme, même si on essaye de le recréer en leur distribuant de la nourriture à des moments bien fixés. Pour ces souris, l’entrainement à la lumière a bien été restauré mais pas celui à la nourriture.

Sur un deuxième groupe de souris ne possédant pas non plus Bmal1 initialement, les auteurs l’ont injecté dans une autre région de l’hypothalamus, le noyau dorsomédian. Et pour ces souris, l’entraînement à la nourriture est restauré mais alors que l’entraînement à la lumière ne marche pas.

Les auteurs ont donc pu montrer que deux régions différentes du cerveau étaient à l’oeuvre pour réaliser l’entraînement des rythmes circadiens, suivant que cet entraînement se fait à partir de l’alternance jour/nuit, ou à partir de la disponibilité de la nourriture.

[1] C. Saper et al., Differential Rescue of Light- and Food-Entrainable Circadian Rhythms, Science 320 (2008)

[2] http://www.sciencemag.org/content/320/5879/1074/suppl/DC2
avatar
obsidienne

Messages : 3653
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bienfaits du jeûne !

Message par obsidienne le Mer 17 Juin - 5:51

http://www.alternativesante.fr/jeune/la-medecine-francaise-redecouvre-le-jeune/

La pratique du jeûne hydrique


Le principe du jeûne hydrique est de juste boire de l'eau froide quand on a soif et de l'eau chaude légèrement salée lorsqu'on a faim. Pour nettoyer le corps plus en profondeur, il faut jeûner trois jours minimum... ou plus si l'on a suffisamment de réserves.

Programmer mentalement le jeûne la veille - ceci est indispensable pour préparer l'organisme, sinon on ne tient pas une journée. Pendant cette journée de préparation, il convient de manger léger et même de se purger. Cela évite des coliques et des maux de tête par réinjection de toxines intestinales.
Éviter de pratiquer un jeûne quand on est trop fatigué. L'élimination demande de l'énergie comme tous travaux de réfection ou de nettoyage. Donc ne pas pratiquer des activités trop violentes pendant ce temps, quoique bouger soit nécessaire.
L'eau chaude un peu salée calme l'estomac comme de la soupe dans laquelle on aurait oublié de mettre des légumes. Il faut avoir essayé pour se rendre compte que cela n'est pas mauvais du tout. En cas de troubles importants d'hypoglycémie (souvent vers 19 heures le premier jour), incorporer une cuillère à café de miel dans de l'eau chaude.
Il peut se produire des boutons sur la peau, des mauvaises odeurs corporelles, une haleine de phoque, diverses sécrétions d'élimination, divers troubles de résolution, des douleurs articulaires.... Ne pas s'inquiéter, c'est le ménage ! Accompagner ces manifestations salutaires d'épuration, par des respirations profondes au grand air, de la marche, de bains chauds, d'huiles essentielles si l'on aime, et de pauses méditatives générant des imageries mentales de nettoyage interne puissant.
La sortie d'un jeûne est une phase un peu délicate. Redémarrer le premier jour en douceur par des fruits et des plats légers de crudités, et il est conseillé de se purger à nouveau pour bien évacuer les éliminations. Plus un jeûne est long et plus les phases entrée et sortie doivent être importantes.

Les effets du jeûne hydrique

Le jeûne résout la plupart des problèmes de santé courants. Il lave les intestins, le foie, les reins, la lymphe, le cerveau, purifie le sang, et surtout dissout tous les cristaux, (uriques en particulier). Cette dissolution peut engendrer momentanément une aggravation des douleurs articulaires, rhumatismales, des crises de goutte, etc.

Il est possible d'augmenter encore l'efficacité de la cure en lui associant de boire 1,5 l d'eau distillée par jour (vendue en pharmacie version non injectable), en particulier dans tous les cas d'exostoses (becs ce perroquet et calcifications diverses) ? c'est sans danger à condition de ne pas dépasser une semaine d'utilisation. La méthode est très efficace. Elle est utilisée depuis un demi- siècle et a été initiée par le Dr Marchesseau.

NOTA : En cas de fièvre, tout aliment devient un poison dans le corps. Seuls, les bouillons de légumes restent valables. Tous les anciens médecins et nos grand-mères savaient cela.
Le jeûne sec

Alors que le jeûne humide éradique par dissolution les cristaux organiques, le jeûne sec évacue les déchets colloïdaux qui encombrent la lymphe, les fameuses humeurs d'Hippocrate que la médecine actuelle a oubliées. Ces encombrements deviennent des bouillons de culture qui engendrent des foyers inflammatoires permanents suintants sous diverses formes (sinusites, bronchites grasses, ulcères variqueux, fistules, eczémas suintants, etc.).

Là, on ne boit pas ET on ne mange pas. Cela ferait sauter d'horreur tout médecin bien formaté par la fac, mais là encore nous disposons d'un demi-siècle d'expérience (toujours d'origine Marchesseau). Bien sûr le temps est plus limité mais de nombreuses personnes ont tenu jusqu'à 8 jours sans boire. Je ne le conseille pas mais jusque 2 à 3 jours restent très raisonnables. NOTA : Le jeûne sec est la thérapie de base pour mettre les reins au repos dans le cas de néphrite aiguë.

Il faut savoir que le jeûne sec doit impérativement être précédé et suivi d'au moins un jour de jeûne humide. Donc si nous faisons nos comptes pour le jeûne sec le plus court, nous aurons :

1 jour de préparation

1 jour de jeûne humide

1 jour de jeûne sec

1 jour de jeûne humide

1 jour de sortie de jeûne

Soit 5 jours d'aventure. Là c'est le super grand ménage qui dégorge toutes les saletés, avec un vrai coup de jeune (sans l'accent) à la sortie. Il convient éventuellement d'aider le foie et les reins si c'est nécessaire avec de l'homéopathie par exemple.
avatar
obsidienne

Messages : 3653
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bienfaits du jeûne !

Message par obsidienne le Mer 17 Juin - 5:58

https://www.jeunerpoursasante.fr/jeune-therapie/therapie-naturelle-kystes-tumeurs-mastoses.html

Il y a plus de cent ans, Graham écrivait : "C'est une loi générale de l'économie vitale, que lorsque, par un moyen quelconque, la fonction de décomposition dépasse celle de composition ou nutrition, les agents de décomposition s'attaquent toujours en premier lieu aux substances les moins nécessaires à l'économie et les éliminent. Par conséquent, toutes les accumulations morbides, telles que goitres, tumeurs, abcès, etc. sont rapidement réduites et souvent complètement désintégrées à la suite de jeûnes prolongés ou d'abstinence sévère."
avatar
obsidienne

Messages : 3653
Date d'inscription : 21/10/2012
Localisation : hérault

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bienfaits du jeûne !

Message par Archange le Jeu 30 Juil - 19:41




Le jeûne, une démarche d’humilité et d’ouverture




_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les bienfaits du jeûne !

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum