Maîtres et disciples

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maîtres et disciples

Message par Archange le Sam 24 Jan - 16:42






Maîtres et disciples



1.

Dans le monde entier, des disciples de ces Maîtres se sont incarnés à cette époque dans la seule intention de participer aux activités, et à la dissémination de la vérité des différentes églises, sciences, et philosophies, provoquant ainsi, dans l'organisation elle-même, une expansion, un élargissement, là où elle est nécessaire une désintégration, qui sans cela auraient été impossibles. Il serait sage, de la part de tous les étudiants occultistes, de reconnaître ces faits et de développer la capacité de reconnaître la vibration hiérarchique quand elle se manifeste chez les disciples et dans des endroits et des groupes les plus inattendus.

Un point, qui se rapporte au travail que les Maîtres entreprennent par l'entremise de Leurs disciples, devrait être mentionné ici et le voici : toutes les différentes écoles de pensée qui sont alimentées par l'énergie de la Loge sont fondées dans chaque cas, par un ou plusieurs disciples, et c'est sur ces disciples et non sur le Maître, que repose la responsabilité des résultats et du karma qui s'en suivront. La méthode est à peu près la suivante : le Maître révèle à un disciple quel est l'objectif en vue pour un bref cycle immédiat, et lui suggère que tel ou tel développement serait désirable. C'est le travail du disciple de déterminer la meilleure méthode pour obtenir les résultats désirés, et d'établir les plans au moyen desquels un certain pourcentage de succès serait possible. Le disciple lance alors son projet, fonde sa société ou son organisation, et répand l'enseignement nécessaire. C'est son affaire que de choisir de bons collaborateurs, de confier le travail aux plus aptes, et de revêtir l'enseignement d'une forme acceptable, le Maître ne fait que de suivre la tentative avec intérêt et sympathie aussi longtemps qu'elle maintient son haut idéal initial, et se développe par pur altruisme. Le Maître n'est pas à blâmer si le disciple manque de discernement dans le choix de ses collaborateurs ou témoigne d'une inaptitude à présenter la vérité. Si le disciple réussit, si le travail se poursuit comme on l'espérait, le Maître continuera à répandre sa bénédiction sur l'entreprise. Si le disciple se trompe, ou si ses successeurs se détournent de l'impulsion originelle, disséminant ainsi quelques erreurs, le Maître, de par son amour et sa sympathie, retirera sa bénédiction, retiendra son énergie, et cessera ainsi de stimuler ce qui ferait mieux de mourir. Des formes peuvent naître et disparaître, et l'intérêt du Maître et Sa bénédiction se répandront dans tel ou tel canal ; le travail peut se poursuivre par l'entremise de l'un ou de l'autre, mais la force de vie persiste toujours, brisant la forme quand elle est inadéquate, ou l'utilisant quand elle convient au besoin immédiat. (1-56/7)

2.

Les disciples et les Egos avancés qui se trouvent sur le Sentier de l'Epreuve reçoivent actuellement l'enseignement dans deux buts définis :

a. Afin de vérifier leur capacité pour un travail spécial s'ouvrant à eux dans le futur, le genre de ce travail n'étant connu que des Guides de la race. Ils sont mis à l'épreuve afin de définir quelle est leur aptitude à la vie en commun et de les orienter s'ils conviennent vers la colonie de la sixième sous-race. Ils sont éprouvés à divers genres de travail, incompréhensibles pour nous maintenant pour la plupart, mais qui deviendront par la suite des méthodes normales de développement. Les Maîtres recherchent aussi les individus chez lesquels l'intuition atteint un point de développement qui indique un début de coordination du véhicule bouddhique ou, pour être exact, atteint un point où les molécules du septième sous-plan du plan bouddhique peuvent être discernées dans l'aura de l'Ego. Lorsqu'il en est ainsi, Ils peuvent poursuivre avec confiance le travail d'instruction, sachant que certains des faits divulgués seront compris.

b. Afin de travailler à relier les deux plans, physique et astral via l'éthérique. Des instructions sont données actuellement à un groupe spécial de personnes s'incarnant à cette période critique de l'histoire du monde. Cette phrase demande une sérieuse considération, car il s'agit du travail qu'un grand nombre de membres des nouvelles générations devra effectuer. Pour parvenir

à relier ces deux plans, il faut des individus qui soient polarisés dans le corps mental (ou s'ils ne sont pas polarisés dans ce corps, qu'ils soient néanmoins accomplis et équilibrés) et puissent se mettre ainsi, sans risque et avec intelligence, à ce genre de travail. (1-68)

3.

Une partie de mon travail est la constante recherche d'aspirants au coeur ferme, fervents et au mental cultivé. Je suis disciple comme le sont tous, du plus humble novice au plus élevé des grands Etres. Tous les aspirants doivent apprendre que la concentration sur la personnalité de l'instructeur, l'espoir de le rencontrer personnellement et la vision constante de la condition appelée "chéla accepté" ne fait que retarder l'événement désiré et l'acceptation. Cherchez à enrichir votre instrument, apprenez à agir dans le calme, à remplir vos obligations, à faire votre devoir, à acquérir la maîtrise de vos paroles et à maintenir le calme équilibre qui résulte d'un motif de vie sans égoïsme, et oubliez la satisfaction personnelle égoïste dont votre coeur serait inondé si votre fidélité était connue de la Hiérarchie. (4-129)

4.

Le deuxième point à examiner est que toute activité profondément ésotérique doit être entreprise sous la direction d'un instructeur qualifié. Il est dit que "quand l'élève sera prêt, le Maître apparaîtra". L'aspirant attend ou fait des tentatives pour attirer l'attention d'un Maître ayant en lui la conviction d'être prêt. Naturellement, de temps en temps, il cherche à raviver sa spiritualité et se dédie spasmodiquement au travail de discipline et de purification. Un effort constant et prolongé est rare chez les aspirants.

Il est vrai qu'au moment voulu le Maître se manifestera, mais ce juste moment dépend des conditions que l'aspirant s'impose à lui-même. Quand le processus de la purification est devenu une habitude de vie, quand il peut à volonté concentrer sa conscience dans la tête, quand la lumière dans la tête brille et irradie et quand les centres sont actifs, le Maître apparaît.

En attendant, l'aspirant aura peut-être une vision du Maître, ou il verra une forme-pensée de Lui et il tirera beaucoup de bien et d'inspiration de la réflexion de la réalité, mais ce n'est pas encore le vrai contact avec le Maître et n'indique pas le stade de disciple accepté. C'est par le moyen de la lumière de l'âme que l'âme peut être connue. Cherchez donc la lumière de votre âme et reconnaissez-la comme votre guide.

Quand vous aurez établi le contact avec l'âme, ce sera elle qui vous présentera au Maître. J'ajoute que le Maître n'attend pas avec impatience de faire votre connaissance. Dans le monde des âmes, votre âme et la sienne sont unies et connaissent leur unité essentielle. Mais dans le monde des affaires humaines et au cours du grand oeuvre, il faut se souvenir que si un Maître prend un aspirant dans son groupe de disciples, cet aspirant est pendant longtemps une responsabilité et un obstacle. Les aspirants se surestiment souvent, même s'ils repoussent cette idée. Subjectivement ils s'aiment eux-mêmes et s'étonnent fréquemment de ne pas recevoir un signe des Grands Etres ou leurs soins attentifs. Les Grands Etres ne feront rien avant que l'aspirant n'ait tiré profit des enseignements donnés par des instructeurs, des livres et des Ecritures Sacrées. Les aspirants doivent s'occuper de leur devoir immédiat et préparer leurs instruments pour le service du monde. Ils devraient cesser de perdre du temps à chercher un Maître. Ils atteindront à la maîtrise là où ils échouent maintenant, dans une vie de service et de lutte, et peut-être arriveront-ils à s'oublier si complètement que le Maître ne trouvera aucun obstacle pour s'approcher d'eux. (4-594/5)

5.

… Vous vous souviendrez toujours que c'est en atteignant la maîtrise que l'on devient des Maîtres et non pas en obéissant à qui que ce soit. Vous garderez présent à l'esprit que moi-même, votre instructeur, je ne suis pas constamment conscient de votre état physique ni de ce que vous faites journellement. Je ne m'intéresse pas aux affaires de la personnalité. Les aspirants égarés qui prétendent que les Maîtres leur disent sans cesse ce qu'ils doivent faire et les guident pour la conduite de leurs affaires personnelles se trouvent encore bien loin du degré de disciples acceptés.

Vous vous souviendrez que la lumière brillera dans un mental qui se maîtrise et ne dépend pas de la domination mentale d'un autre mental. (5-8)

6.

… Les disciples doivent savoir que les Maîtres ont trois degrés de travailleurs. Il y a ceux qui accomplissent l'oeuvre difficile dans le monde extérieur. Ils matérialisent les formes à travers lesquelles la Hiérarchie peut exprimer ses intentions ; ils établissent les contacts humains. Ces disciples sont nombreux ; ils ont choisi eux-mêmes et librement d'accomplir ce travail, parce qu'ils ont compris les besoins présents et futurs de l'humanité et qu'ils se sont engagés à servir. Ils y a ensuite ceux qui servent de liens entre les Frères Aînés de la race, les Maîtres de la Sagesse qui incarnent le plan divin, et les travailleurs mentionnés plus haut. Je ne dis pas qu'ils servent de liens entre le disciple et son Maître, car c'est là un rapport direct dans lequel personne ne peut intervenir, particulièrement aux stades avancés. Cependant, ce second groupe de disciples actifs agit comme intermédiaire pour l'exécution du plan dans le monde. Les disciples se tiennent prêts à se rendre n'importe où lorsqu'ils en sont priés, apportant ainsi l'aide de leur sagesse et de leur expérience, augmentant la capacité de travail de ceux qui sont à la tâche, se concertant avec eux. Plusieurs disciples de cette catégorie se trouvent actuellement avoir été envoyés d'une manière expresse dans le monde afin d'activer le travail chaque fois que cela est possible et d'augmenter l'attraction magnétique des centres à travers lesquels peut s'écouler la force spirituelle du Nouvel Age.

Tout cela est une préparation à l'effort suprême que la Hiérarchie des Maîtres projette de faire. Si vous tous qui êtes à la tâche en ce moment travailliez avec une consécration et une dévotion totales, donnant tout votre temps et consacrant tout votre intérêt à cette cause, il serait possible de préparer le terrain d'une manière telle que l'effort prochain des Maîtres se révélerait suffisant en ces circonstances exceptionnelles.

Le troisième groupe est celui des Maîtres Eux-mêmes et de Leurs initiés travaillant avec Eux. Ils travaillent essentiellement du côté intérieur.

Leurs activités sont limitées surtout au plan mental et à l'utilisation scientifique de la pensée. Ainsi, Ils guident Leurs travailleurs et Leurs aides, influencent et dirigent Leurs disciples actifs et les disciples du monde.

Il existe actuellement sur le plan intérieur un projet tendant à fondre les manières différentes qu'ont l'Occident et l'Orient d'approcher la sagesse antique et la Hiérarchie. Pour réaliser parfaitement cette intention, la coopération et l'échange réciproque de sagesse et de connaissance sont essentiels. Les objectifs des deux méthodes, mystique et occulte, sont les mêmes. (5-17/8)

7.

La révélation de l'unité au moyen du pouvoir de la pensée est le glorieux couronnement de l'oeuvre de la Fraternité, et c'est à cela que vous réagissez, comme le font tous les disciples, à vos instants les plus élevés.

Cette révélation peut aussi, d'une manière plus modeste et conformément au degré de votre consécration, être votre gloire et votre but si vous conservez présentes les idées d'unicité, de service et, par-dessus tout, d'amour. (5-25)

8.

Les disciples pénètrent nettement dans l'aura de la Hiérarchie. Vous êtes un disciple. Les disciples évoquent de nous, qui sommes les instructeurs sur le plan intérieur de la vie, de nombreuses et diverses réactions. Nous regardons certains d'entre eux et nous sentons que bien du temps devra s'écouler avant que nous puissions avoir en vous une pleine et entière confiance ; intégration, sagesse et contact avec l'âme doivent d'abord se produire. D'autres émergent dans la Lumière hiérarchique, et nous savons, en les examinant, que s'il y a contact et connaissance, il y a également ambition, violence et égoïsme, et que ces aspects doivent être neutralisés et maîtrisés, avant qu'il ne puisse y avoir liberté d'action, aussi bien de leur côté que du nôtre.

D'autres encore offrent un aspect aimable, avec une haute et douce vibration, mais ils sont faibles, craintifs, chagrins ou accablés de soucis. Il faut leur enseigner le chemin de la force et de la divine indifférence avant que leur service soit à la hauteur de la demande. D'autres encore qui viennent dans notre sphère d'influence sont intégrés, sages, dignes de confiance, avec une capacité de service et une utilité très supérieures à la moyenne. Le pouvoir qu'ils ont de vivre, d'influencer et de servir est très grand. Et pourtant, quelque part dans leur nature, se trouve une faiblesse, et leur expression est limitée. (5-371)

9.

Lorsqu'un homme travaille solitairement et apparemment sans assistance, qu'il ne cherche pas à s'intégrer, avec ses petits problèmes, dans la conscience de son Maître, comprenant la pression que le travail exerce sur les Grands Etres, c'est là un signe de véritable état de disciple. (5-416)

10.

… Intensément préoccupés par leur travail mondial, Ceux qui servent l'humanité n'ont ni le désir ni l'intention d'étudier dans les détails la vie d'un disciple, ni de faire intrusion dans ses affaires personnelles. Tout ce qui nous intéresse est d'assurer la croissance de sa lumière intérieure et la qualité de son service. Nous observons ces deux choses lorsque les disciples émergent dans la réalité sur le plan physique. (5-491)

11.

Le disciple sur lequel le Maître peut se reposer avec le plus de confiance est celui qui est capable, au cours de périodes de changement, de conserver ce qui est bon et fondamental tout en rompant avec le passé et en ajoutant ce qui peut servir dans le présent immédiat. (5-681)

12.

Les disciples du monde sont les intermédiaires entre la Hiérarchie et l'humanité. Ils sont le résultat de l'effort humain immédiat ; ils règlent l'allure du développement humain ; ils sont donc en rapport étroit avec la conscience de la race des hommes. C'est la qualité des nouveaux disciples, la rapidité avec laquelle les hommes prennent place dans les rangs des disciples, et la demande que font les disciples au travail dans le monde, au bénéfice de l'humanité (qu'ils connaissent), qui engendrent les changements nécessaires. (6-277)

13.

La tâche primordiale du Maître est d'aider le disciple à développer son intuition et, en même temps, à maintenir la perception mentale dans un état de saine activité. (6-280)

14.

La Hiérarchie a été dépeinte comme un groupe d'hommes empressés, désireux d'établir d'heureuses relations avec l'humanité. Ce n'est pas là ce qui intéresse principalement les Membres de la Hiérarchie. L'objectif primordial, placé devant tout Maître faisant partie d'un ashram, ou le gouvernant, est de s'assurer que les desseins de Sanat Kumara sont mis en oeuvre avec succès, par le moyen de l'effort hiérarchique. Leur travail se fait avec les penseurs avancés, capables de saisir le Plan et de pénétrer jusqu'à la périphérie de l'influence hiérarchique. Les Maîtres cherchent des disciples dans l'intelligentsia mais n'en cherchent pas parmi ceux qui, par tempérament, se joignent aux groupes occultes et aux rangs des dévots noyés de mirage, essayant de s'associer à quelque Maître. Ils les cherchent parmi ceux qui aiment intelligemment leurs semblables, et qui n'ont ni ambition spirituelle ni but personnel. Ils ne les cherchent jamais parmi ceux que séduit l'idée d'être recherchés et aimés des Maîtres. Un homme peut n'avoir aucune connaissance pratique de l'enseignement initiatique classique, mais – s'il aime ses semblables, s'il est dévoué à leur service, et s'il peut se servir de son mental à leur avantage – il est probablement plus proche de l'initiation que les dévots des écoles d'occultisme. (6-429)

15.

La tâche du Maître consiste seulement à attirer l'attention de l'homme, fonctionnant au moyen d'un cerveau physique, sur la phase de la Sagesse Immémoriale que son âme souhaite lui voir enregistrer. (6-719)

16.

L'urgence des temps est grande, les Maîtres sont extrêmement actifs et profondément préoccupés actuellement par le sauvetage du monde. Ils n'ont pas le temps de faire du travail personnel, sauf avec leurs propres groupes de chélas acceptés, qui tous aussi s'occupent activement du travail mondial (sinon ils ne seraient pas dans de tels groupes). Les Maîtres s'occupent aussi, de façon intermittente, de petits groupes d'élèves en probation, afin de leur offrir une opportunité en leur donnant des directives de temps en temps. Chacun d'Eux a un petit, très petit nombre d'aspirants, qu'Ils entraînent, en vue de remplacer à mesure les chélas qui passent à l'initiation ; mais en dehors de ces deux groupements, Ils ne font pas de travail personnel au cours de ce siècle, abandonnant la direction des nombreux aspirants aux soins d'initiés et de chélas de grade moindre.

Même Leur travail avec Leurs chélas personnels est en ce moment très restreint, et le mot d'ordre a été passé aux disciples travaillant dans le monde de "se tenir sur leurs propres pieds", de faire appel à leur propre jugement, et en un mot, de ne pas handicaper les Maîtres à cette époque difficile et dangereuse, en invoquant inutilement Leur attention.

Ce qui peut advenir dans le monde en ce moment est tellement important, l'humanité se trouve devant de telles opportunités, les Maîtres sont tellement accaparés par les affaires mondiales et par les personnages marquants qui se trouvent à la tête des nations, que les instructions pour les individus moyens dans les divers petits groupes occultes et sociétés, sont temporairement suspendues. Le temps pendant lequel certains aspects du Plan doivent être mis en mouvement, selon les directives des Grands Êtres, est relativement si court que tous les véritables chélas accomplissent seuls leur travail, et s'efforcent de résoudre leurs problèmes sans faire appel à l'aide du Maître, laissant à ce dernier toute Sa liberté pour un travail beaucoup plus important. Plus un disciple est proche d'un Maître, mieux il comprend cela, et plus il s'efforce de faire son devoir, d'apprendre ses leçons, d'aider l'humanité, tentant ainsi d'alléger un peu le poids du travail qui pèse sur les épaules du Maître. (14-106)

17.

… La technique principale de la Hiérarchie consiste à communiquer l'inspiration. Les Maîtres n'enseignent pas ouvertement et ne font pas de conférences dans les grandes villes. Ils travaillent entièrement par l'intermédiaire de leurs disciples et de leurs initiés. Il leur sera cependant possible d'apparaître de façon croissante parmi les hommes, et de susciter la reconnaissance à mesure que s'établira plus fermement l'influence du Verseau. D'ici là, les Maîtres doivent continuer à travailler "dans le silence de l'ashram éternel" (c'est ainsi qu'il est appelé) et, de là, inspirer leurs travailleurs, comme ceux-ci, en leur temps et à leur manière, inspirent le nouveau groupe des serviteurs du monde. (18-230)

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2701
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum