Mazdéisme, mithriacisme et manichéisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mazdéisme, mithriacisme et manichéisme

Message par Archange le Jeu 22 Jan - 21:53






Mazdéisme, mithriacisme et manichéisme



Page trouvée sur le site : http://jccabanel.free.fr/mt_mazdeisme.htm


Dérivé du mot mazda ("sage" en avestique), le mazdéisme désigne la religion des anciens Perses ou Iraniens attestée dès le IIème millénaire avant notre ère, et que l'on nomme souvent abusivement zoroastrisme, du nom du réformateur Zarathoustra.

Zarathoustra (en avestique), Zoroastre (en grec) ou Zarathushtra en persan, réformateur religieux et mystique iranien n'est pas le fondateur de la religion des anciens Perses comme on le croit généralement, mais son réformateur, plusieurs siècles après l'installation des aryens en Iran et en Inde. On nomme Gatha l'ensemble des textes attribués à Zoroastre. La réforme qu'il introduisit entraîna l'abandon, en Iran, des anciens sacrifices, à l'exception de celui du feu, grâce à la promulgation d'un code éthique aussi minutieux qu'austère qui fondait le culte «"de la pensée pure, de la parole pure et de l'action pure" (G. Dumézil).

La vie de Zarathoustra est en grande partie légendaire. Sa date et son lieu de naissance, comme la signification étymologique de son nom, demeurent un sujet de controverse. Le VIIème siècle avant notre ère est une date approximative qui s'accorde avec la tradition pehlvie. Christensen, in l'Iran sous les Sassanides, a établi qu'à partir de cette époque le mazdéisme est attribué, par les Mèdes, à Zoroastre. Si l'on s'en tient à la tradition des parsis, le prophète serait né à Ouroumyah, dans l'Atropatène, l'actuel Azerbaïdjan, ou à Ragès, dans l'ancienne Médie. Il serait d'origine princière et aurait, pendant de longues années, vécu dans une retraite au cours de laquelle il aurait eu de nombreux entretiens avec Ormuzd et les saints immortels, les Amshaspends. Le Grand Dieu lui ordonna d'aller convertir le roi Gusthâsp, dont la cour était dominée par des prêtres adonnés à la magie. Avec l'aide de ce roi, sa propagande s'étendit vers l'est, en Bactriane, et il serait mort en 583 avant notre ère., à l'âge de 77 ans, tué par un Touranien. Une tradition, dont Pline l'Ancien s'est fait l'écho dans son Histoire naturelle, rapporte que c'est en riant que Zoroastre serait venu au monde. Nietzsche a choisi Zoroastre comme symbole de ses idées personnelles sur le "surhomme" dans Ainsi parlait Zarathoustra.

Les origines du mazdéisme se confondent dans la nuit des temps avec celles du brahmanisme, ce qui en fait une des plus anciennes religions de l'humanité. À une date qu'il est impossible de fixer, même approximativement, le groupe ethnique auquel appartient en propre l'appellation d'Aryens, et qui habitait une région septentrionale de l'Asie centrale, se scinde en deux rameaux, dont l'un envahit l'Inde, tandis que l'autre s'installe en Iran.
L'indice le plus évident de cette même origine est l'étroite parenté entre le sanscrit, langue sacrée des hindous, et l'avestique, langue sacrée des mazdéens, ainsi que de nombreuses similitudes dans la doctrine des uns et des autres. Il y a tout lieu de penser que ce fut un désaccord sur le plan doctrinal qui provoqua cette séparation, désaccord dont on relève la trace jusque dans le vocabulaire, où certains mots essentiels tels que deva et asoura présentent en avestique (dev, démon, et ahoura, dieu-seigneur) un sens diamétralement opposé à celui qu'ils ont conservé en sanscrit. D'autres traits marquent cette divergence : le célibat ascétique, exalté en Inde, est réprouvé en Iran ; le chien, animal impur pour les hindous, est vénéré par les mazdéens ; l'incinération des morts, pratiquée par les premiers, est considérée par les seconds comme sacrilège… Les livres sacrés des mazdéens portent le nom collectif d'Avesta, d'où le nom d'avestique donné à la langue qu'ils emploient.

On ignore, évidemment, si toutes ces divergences existaient déjà quand les deux clans aryens se séparèrent ou, au contraire, si elles sont intervenues par la suite sous l'influence du prophète Zarathoustra. Celui-ci, en effet, semble avoir été plutôt un réformateur, bien que les auteurs de l'Antiquité sans exception, ainsi que la tradition iranienne, aient toujours vu en lui le fondateur de la religion mazdéenne. Dans une prière, les mazdéens déclarent être les adorateurs d'Ahura-Mazdâ (le maître de l'Univers, représenté à Persépolis par un disque entouré de deux ailes et d'une queue d'oiseau) et les adeptes de la doctrine de Zarathoustra auquel la vérité a été révélée, dans des colloques directs, par Ahura-Mazdâ, sachant que cette référence à la révélation divine est courante chez tous les réformateurs. L'enseignement de Zarathoustra est consigné dans les Gathas, hymnes qui forment une partie de l'Avesta.

Sur le plan historique, le contraste entre les deux religions issues d'une souche commune n'est pas moins remarquable. Alors que le brahmanisme a pu se développer dans les plaines du Gange pendant de longs siècles, sans grands heurts et surtout sans dommages pour sa prodigieuse productivité littéraire, le mazdéisme s'est trouvé aux prises pendant mille ans avec de multiples dominations étrangères et, au cours des persécutions, ses livres furent systématiquement détruits. Parthes, Grecs, Romains, Mongols et Arabes se relayèrent pour éliminer en terre d'Iran la religion de Zarathoustra. La conversion forcée à l'islam de toute la population iranienne, lors de la conquête de la Perse par le calife Umar, n'a laissé subsister qu'une infime minorité de croyants, dont les représentants actuels se trouvent dans le Caucase iranien : les Guèbres (actuellement, ils sont au nombre d'environ 30 000) ; et en Inde, dans la région de Bombay : les Parsis, à qui l'on doit la conservation partielle de la bible mazdéenne.
Les parsis (ou parses), d'origine iranienne, ont fui les persécutions des musulmans à partir de 716, et se sont installés en Inde, dans la région de Bombay, dont ils ont fait leur capitale religieuse ; ils sont aujourd'hui quelque 100 000 et jouent un rôle économique et politique important en Inde.

Guèbres et Paris continuent de perpétuer leurs rites ancestraux : présentation de l'enfant à l'âge de sept ans à la communauté ; port de la ceinture, symbole de leur lien à la religion, et prières, cinq fois par jour, devant un feu, en dénouant et renouant leur ceinture…


Les mazdéens ne sont pas des adorateurs du feu, comme les appelaient les envahisseurs musulmans. Leur adoration s'adresse à Ahura-Mazdâ (le Seigneur Grand Sage), à Mithra (dieu du soleil, dans le Veda et l'Avesta, Mithra est le fils de la déesse Aditi, et avec ses sept frères forme le groupe des Aditya), à Anahita (déesse principalement de la fécondité), et à bien d'autres dieux. Le feu, pour les mazdéens, est une manifestation éminente de l'omniprésence divine, et à ce titre il doit être préservé de tout contact impur, en particulier des corps en décomposition. Les morts sont exposés dans les dakhma (sépultures ou "tours du silence"), où ils sont dévorés par les vautours. L'eau aussi fait l'objet d'une profonde vénération : encore aujourd'hui, certaines sources en Inde et en Iran sont considérées comme sacrées.

Ce n'est que plus tard qu'apparaît la notion dualiste d'un dieu bon (en persan Ormuzd) et d'un dieu mauvais (Ahriman). Ormuzd est tout-puissant, mais, jusqu'à la consommation des siècles, son pouvoir est entravé par l'action d'Ahriman, le génie du mal. La lutte qui oppose ces deux principes durera autant que l'humanité elle-même et se terminera avec le triomphe définitif d'Ahura-Mazdâ et la disparition ou, mieux, la transformation, d'Ahriman par la réintégration de la dualité dans l'unité divine. Les méchants auront entre-temps expié leurs méfaits dans les épreuves de la réincarnation ou dans les tourments de l'enfer et ils renaîtront comme les bons avec un corps glorieux. Le mazdéisme est donc une religion eschatologique : à la fin des temps se produira une conflagration universelle ; le monde sera envahi par un fleuve de feu, puis viendra la résurrection de tous les humains et l'annihilation des forces du mal. Le manichéisme, le priscillianisme et l'hérésie albigeoise présentent des analogies avec le mazdéisme.

Le manichéisme est la doctrine établie par le perse Mani ou Manès (216-276). Encouragé par le roi Chahpuhr Ier, Manès alla prêcher jusqu'en Inde à la faveur des expéditions de ce dernier et dans de nombreuses régions à l'occasion des voyages de son fondateur. Prétendant à l'universalité, le manichéisme se répandit dans l'empire romain et ultérieurement dans le monde musulman. Manès demandait d'ailleurs à ses adeptes d'"errer perpétuellement dans le monde, prêchant la doctrine et guidant les hommes dans la Vérité". Des fragments de textes ont été retrouvés au nord-ouest du Turkestan chinois et rédigés en différents dialectes persans, en chinois et en vieux turc (ouïghour). Cette diversité témoigne de la fabuleuse extension de la doctrine de Mani. Le manichéisme subsista en Orient jusqu'au XIVème siècle. Au Moyen-Âge, les cathares furent considérés comme des manichéens.

Manès, peintre, calligraphe et poète, se considérait comme le Paraclet annoncé par Jésus et porteur d'une nouvelle révélation. Son étude repose sur le témoignage de saint Augustin qui le réfuta dans ses Confessions, ainsi que sur des sources syriaques, arabes, persanes, pahlavies ou arméniennes.

Combinant des éléments chrétiens, zoroastriens et bouddhistes, la doctrine est fondée sur une conception dualiste du monde: celui-ci est gouverné par l'antagonisme radical du Bien (la Lumière, l'esprit) et du Mal (les ténèbres, la matière). L'homme, enfermé dans la matière, doit s'en libérer par la connaissance.

Priscillianisme, doctrine hérétique de Priscillien, mélange de sabellianisme (de Sabellius, héréiarque du IIIème siècle, partisan du monarchianisme, répandu en Asie Mineure, à Rome et à Carthage vers 200, qui niait la Trinité et affirmait l'unité - la "monarchie" - de l'essence divine, douée de trois "modalités"), de docétisme (du grec dokein, "paraître", doctrine hérétique du IIème siècle, niant la réalité sensible et humaine de Jésus-Christ), de panthéisme et de manichéisme, excommunié par Calixte Ier. Les priscillianistes disparurent après leur condamnation par le concile de Prague (563).

Si le dualisme qu'on attribue au mazdéisme n'a rien de fondamental, l'antagonisme du bien et du mal y apparaît, toutefois, avec un relief qu'on ne retrouve pas dans d'autres doctrines (à l'exception du manichéisme). Il est d'autant plus accusé qu'il commande une répartition minutieuse et sans nuance de tout ce qui existe, en êtres et choses purs et impurs, avec une masse de prescriptions rigoureuses à l'adresse des humains, pour la sauvegarde d'un état de pureté qui les associe à Ahura-Mazdâ, dans son combat incessant contre Ahriman. Il en résulte l'impression que la dogmatique mazdéenne n'envisage que l'action méritoire et ne tient aucun compte, au contraire de l'hindouisme, de la valeur salvatrice de la connaissance.

C'est là une appréciation qui appelle des réserves, car la morale prescrite par Zarathoustra se rattache à un ensemble aussi vaste que complexe de données théologiques, cosmologiques, liturgiques et autres. La pureté, sur laquelle il est tant insisté dans le mazdéisme, doit être entendue avec les multiples acceptions que comporte le mot dharma pour les hindous. Sous cet angle, la pureté mazdéenne signifie une participation au maintien de l'ordre cosmique, en collaboration avec les puissances intermédiaires, qui sont autant de degrés d'intelligence de plus en plus élevés, à partir du niveau humain jusqu'au plan divin.

Selon l'Avesta, il existe une hiérarchie d'archanges et d'anges qui constitue l'armature invisible de l'Univers. Au sommet, se placent les saints immortels, au nombre de sept, appelés Amshaspends, lesquels correspondent à la manifestation informelle. Viennent ensuite différentes catégories de Yazata les anges exécuteurs, qui correspondent aux entités du monde subtil parmi lesquelles figure le Feu, principe purificateur et véhicule de l'âme dans son ascension spirituelle. Parmi les catégories de Yazata on trouve notamment celle des Favrasis qui sont les mânes des défunts, auxquels il faut rendre un culte les dix derniers jours de l'année et qui, tout en restant cachés, sont des génies bienfaisants en communion réelle avec l'humanité. Ce sont également des anges tutélaires ayant pour mission de protéger toute âme humaine et de recueillir le fruit de ses actes vertueux, accomplis sous leur inspiration et dont dépend leur existence.

Dans ce panthéon angélique, on retrouve, réunies sous un même vocable et exprimées en termes théologiques, les conceptions hindoues du karman (ou karma) et des pitri.

On peut considérer que, à bien des égards, l'hindouisme, dans le prolongement syncrétique du védisme et du brahmanisme, est une continuité du mazdéisme, même si cette continuité fut de rupture.


_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2691
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum