Un yoga de lumière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un yoga de lumière

Message par Archange le Jeu 22 Jan - 20:59







UN YOGA DE LUMIÈRE


Par Geoffrey Hodson




La méditation de groupe est dirigée par un moniteur de la manière suivante et en observant des pauses adéquates.

PRÉPARATION

Le corps décontracté.


Les émotions harmonisées.
Le mental éveillé et stimulé par la volonté.
Le centre de conscience localisé dans le Soi supérieur, l’âme spirituelle, l’Ego immortel.

DISSOCIATION

Affirmer mentalement et prendre conscience que :


Je ne suis pas le corps physique. Je suis le Soi spirituel.
Je ne suis pas les émotions. Je suis le soi spirituel.
Je ne suis pas le mental. Je suis le Soi spirituel.

MÉDITATION


je suis le Soi divin (penser à la monade).
Immortel.
Éternel.
Rayonnant de Lumière spirituelle.
Je suis ce Soi de lumière, ce Soi, je le suis.
Le Soi en moi, l’Atma


L’essence spirituelle de l’homme ne fait qu’un avec le Soi en toute chose, le Paramatma.
L’essence spirituelle de l’univers, son intelligence suprême, le Logos solaire, Notre Seigneur le Soleil.

Je suis ce Soi en toute chose.
Ce Soi, je le suis.
L’Atma et le Paramatma sont un.
Je suis Cela. Cela je le suis.  

CLÔTURE


Que notre centre de conscience descende dans notre mental illuminé et réceptif à l’intuition.
Qu’il descende au niveau des émotions irradiées par la Lumière spirituelle.
Qu’il descende dans le corps physique fortifié par la Volonté spirituelle et intérieurement vitalisé.
Soyons conscients du Soi pendant toute la journée, souvenons-nous de la divine présence dans notre coeur de l’immortel Régent intérieur qui habite en tous les êtres.
Apaisons notre esprit pour que l’effet de cette méditation puisse s’étendre à toutes nos activités de la journée.

COMMENTAIRES SUR LA MÉDITATION  

Cette méditation poursuit deux buts :


I.  Atteindre la conscience de l’Ego  
II.  Prendre conscience de notre unité avec le Seigneur suprême et la Vie de l’univers.  

Si l’on veut atteindre ces buts et obtenir un plein succès, il faut observer certaines lois immuables.


1. Sur le plan physique, il faut ;


(I)  S’isoler et s’assurer que rien ni personne ne nous dérangera.  
(II)  Se détendre totalement, faute de quoi la conscience ne peut se dégager complètement ni du corps ni du cerveau. Ainsi il faut délibérément et régulièrement s’exercer à détendre complètement chaque nerf et chaque muscle, le corps étant à l’aise et confortablement assis. Ceci doit devenir une habitude et un art. Une fermeture-éclair ne fonctionne que lorsque ses deux premiers crochets s’engagent l’un dans l’autre. De même dans la méditation, la détente physique est essentielle pour que l’âme puisse prendre son envol.
(III)  Le rythme de la respiration devrait se ralentir jusqu’à ce qu’il atteigne le tiers ou la moitié du rythme normal. En général cela se produit automatiquement au fur et à mesure que l’on médite.  
(IV)  La posture durant la méditation devrait permettre au prana (1) et à kundalini(2) de circuler plus abondamment du sacrum au cerveau par la moelle épinière. L’épine dorsale devrait par conséquent être bien droite. Sauf si l’on prend la posture orientale du yoga, il ne faut croiser ni les jambes, ni les bras. La posture égyptienne convient très bien aux occidentaux.  

Si un mal de tête survient, considérez-le comme un avertissement que vous commettez une erreur technique, erreur qui doit être corrigée avant de continuer la méditation.


2. La nature astrale a besoin d’harmonie et de calme. Les désaccords entre personnes, les tensions, les émotions discordantes empêchent également l’envol de l’âme et inhibent le libre jeu de la conscience.

3. Le mental doit être en éveil et la volonté constructive, faute de quoi une sorte de rêvasserie pourrait être prise pour une expérience spirituelle, dont elle est l’antithèse.

Par ces moyens, la nature ternaire de l’homme atteint un état qui réduit à un minimum l’emprisonnement de la conscience. Cela ne suffit cependant pas et la conscience doit se libérer par elle-même.
Après avoir préparé ses corps, il faut s’en dissocier de la manière suivante :


LOCALISER LE CENTRE DE LA CONSCIENCE DANS LE SOI SUPÉRIEUR, L’ÂME SPIRITUELLE, L’EGO IMMORTEL.

AFFIRMER MENTALEMENT ET PRENDRE CONSCIENCE QUE :


JE NE SUIS PAS LE CORPS PHYSIQUE JE SUIS LE SOI SPIRITUEL.
JE NE SUIS PAS LES ÉMOTIONS. JE SUIS LE SOI SPIRITUEL.
JE NE SUIS PAS LE MENTAL. JE SUIS LE SOI SPIRITUEL.

À ce stade, par l’imagination créatrice, le centre d’observation, la conscience, le ‘je se retire du cerveau physique et se centre dans l’Ego (3). De même, la conscience se retire des corps émotionnel et mental et se centre dans le corps causal (4).

Ce procédé peut se révéler superflu par la suite.

La pratique régulière et la volonté d’aboutir permettront à l’imagination constructive de s’exercer pleinement et de transférer toute la concentration de la conscience et de l’existence de l’homme mortel à l’homme immortel, à l’Ego dans le corps causal.

Il s’ensuit alors un effort d’ascension vers la Monade, une aspiration vers la conscience atmique.

LE MONITEUR CONTINUE :

JE SUIS LE SOI DIVIN, (MANAS)

IMMORTEL, (BUDDHI) (5)

ÉTERNEL. (ATMA) (6)

L’objectif ici est de visualiser le Soi en tant que pure Volonté spirituelle (Atma).

RAYONNANT DE LUMIÈRE SPIRITUELLE.

[La Lumière du Logos. Daivi-Prakriti (7)].

on aura avantage à penser à soi comme à un foyer de pure lumière blanche, irradiant l’univers entier. S’identifiant lui-même totalement à cette lumière, le pratiquant affirmera :

JE SUIS CE SOI DE LUMIÈRE, CELA JE LE SUIS.

La pratique régulière de cette méthode permettra finalement de transférer la conscience des niveaux physique, émotionnel et mental au mental supérieur, à l’intuition et à la spiritualité pure.

Réaliser alors que le Soi est un centre rayonnant de Lumière spirituelle et universelle concentré en un point resplendissant, tout comme on peut avec une lentille focaliser les rayons du soleil en un point de lumière étincelante.

Passons au second objectif de la méditation. Il s’agit maintenant de prendre conscience de l’unité du Soi spirituel, (en tant que lumière), avec la Lumière unique, avec l’Esprit suprême, omniprésent de l’univers.

En se concentrant et en méditant sur l’Atma, on s’unit au Paramatma, l’Atma transcendant et immanent de toute chose.

LE MONITEUR POURSUIT EN DISANT :

LE SOI EN MOI, L’ATMA, NE FAIT QU’UN AVEC LE SOI EN TOUT, LE PARAMATMA.

Ici et selon son propre tempérament, on s’oriente vers une prise de conscience de l’identité de l’Atma, le Soi spirituel dans l’homme, avec le Paramatma, le Soi spirituel dans toute la nature. On peut alors penser à la suprême Déité manifestée de notre univers, le Logos solaire, en aspirant ardemment à réaliser l’unité avec Lui. On peut visualiser le Coeur spirituel du Soleil uni à soi-même.

Les mots « Atma » et « Paramatma » sont Un constituent une phrase qui a le caractère d’un mantram (formule ou mot de pouvoir), malgré le mélange de sanscrit et de franais. C’est une formule de pouvoir qui décrit l’apogée que la conscience de l’homme peut atteindre. C’est la réalisation totale de son unité et de son identité avec l’Un en toute chose.

C’est pourquoi on affirme finalement que :

JE SUIS CELA. CELA JE LE SUIS.

Le sentiment du moi séparé disparaît finalement. Seule subsiste la prise de conscience de l’identité avec Dieu, sans aucune idéation, pendant un temps prolongé.

Quand on a passé par des stades préliminaires du yoga, le mental inférieur discursif est calmé et est désormais maintenu dans cette fixité d’esprit o nulle brise ne peut apporter une pensée terrestre. On cesse de penser. La quiétude embrasse tout l’être qui baigne dans la paix, bien qu’aux niveaux les plus hauts et les plus spirituels de la conscience on fait l’expérience d’une immense expansion et un pouvoir dynamique.

Il faut alors consacrer tout le temps dont on dispose à la contemplation supramentale de l’unité avec Dieu et par Lui ou par Cela avec le Soi spirituel présent en tout ce qui vit.

LE RETOUR DANS LA CONSCIENCE PHYSIQUE

Quand finalement la méditation prend fin, il est important de revenir à la conscience cérébrale par le chemin suivi pour s’élever. Cela notamment parce que des canaux se sont ouverts entre le moi et le Soi grâce à un effort de concentration. Ces canaux doivent donc être utilisés aussi bien pour l’ascension de la conscience que pour la reprise de la conscience sensorielle. De cette faon, ils s’élargissent et restent ouverts.

Une autre raison de revenir par la voie du corps mental et du corps émotionnel est qu’il est hautement désirable de faire bénéficier les véhicules de la personnalité de toute l’expérience spirituelle et ainsi de les illuminer, de les purifier et d’accélérer leur évolution.

Le troisième but de la méditation est, en effet, d’accélérer l’évolution des corps mental, émotionnel et physique, grâce à une ‘descente [en schématisant seulement ; en fait, cela se produit de l'intérieur vers l'extérieur], de la force et de l’expérience spirituelles.

LE CENTRE DE CONSCIENCE

Il est important de découvrir son propre centre d’aperception et le niveau auquel il fonctionne et aussi d’être capable de le placer à volonté dans l’un quelconque des véhicules. Si une certaine tâche exige qu’on travaille au niveau du mental, on doit être capable de le faire. Si notre présence effective est requise sur le plan astral et dans le corps astral, alors on doit être capable de se concentrer sur ce plan. Du reste, en général, nous le faisons machinalement. Lorsque notre intérêt est intellectuel, alors le centre d’aperception est le mental et le cerveau. Si l’on vise des buts culturels et artistiques ou des buts qui apportent le plaisir, alors automatiquement le centre de conscience se place au niveau émotionnel et dans le coeur.

Pour réussir dans la méditation, il faut bien contrôler le mouvement de son propre centre de vie et de conscience. Ce que nous avons indiqué doit donc être délibérément pratiqué et faire partie intégrante de la méditation. Quand l’exercice de yoga prend fin, notre conscience est fortement centrée dans le corps mental, puissamment illuminé par la lumière des mondes supérieurs, si bien que le mental s’ouvre tout grand à l’intuition. Cela est possible parce que les pensées sont comme des objets. Nous accélérons grandement l’évolution de nos véhicules personnels en les fortifiant, en leur infusant la puissance spirituelle des niveaux que nous avons cherché à atteindre.

LE MONITEUR DIT :

AMENONS NOTRE CENTRE DE CONSCIENCE DANS LE MENTAL CONCRET ILLUMINÉ ET RÉCEPTIF? L’INTUITION.

(Pause)

DANS LES ÉMOTIONS IRRADIÉES PAR LA LUMIÈRE SPIRITUELLE.

Par un puissant effort de volonté, faisons descendre des plans supérieurs un faisceau de pur feu atmique blanc pour qu’il transperce le corps astral comme une lance.

Grâce à cette spiritualisation du corps astral, la matière grossière et les états émotionnels indésirables sont expulsés par des forces spirituelles plus puissantes. C’est là en partie le sens des fables comme celle de saint Georges, terrassant le dragon avec sa lance, comme celle de Shri Krishna, vainqueur de Kaliya, le serpent noir sur la tête duquel il danse, comme aussi celle de toutes les victoires remportées par des sauveurs et des héros sur les reptiles dont on parle dans d’autres écritures mondialement connues. Ces histories représentent partiellement des phases du yoga, décrites de faon imagée sous forme de drame.

Puis, finalement, on focalise la perception dans le corps physique. Cela doit se faire délibérément en plaant le centre de conscience au milieu de la tête où il réside normalement. Les pouvoirs du Triple Soi descendent alors dans le corps physique, tandis que le moniteur énonce :

DANS LE CORPS PHYSIQUE, FORTIFIÉ PAR LA VOLONTÉ SPIRITUELLE.

Le feu de l’Atma brûle ainsi dans le corps sous forme d’une irrésistible force de volonté, disponible dans la conscience de veille.

INTÉRIEUREMENT VITALISÉS

? ces mots, la Vie bouddhique, la Vie Une, le Prana spirituel, doit être visualisé comme inondant et occupant tout le corps physique, lequel apparaît comme chargé d’une vie et d’une lumière dorées, intensément vivantes. Cela influe souvent favorablement sur la santé.

Le mental supérieur exerce ensuite son contrôle sur le mental inférieur, sur les émotions, sur le corps physique.

CONSCIENTS DU SOI DURANT TOUTE CETTE JOURNÉE.

Cela signifie que l’on sera calme, équilibré, attentif, enraciné dans l’Éternel.

Pour y arriver, prononcer pour terminer les mots suivants :

SOUVENONS-NOUS DE LA DIVINE PRÉSENCE DANS NOTRE COEUR., DE L’IMMORTEL RÉGENT PRÉSENT DANS LE COEUR. DE TOUS LES TRES.

Cette présence est celle de l’Ego-Monade, le Soi spirituel, présent non seulement dans notre propre coeur., mais dans celui de tous les êtres. Cette pratique de prise en main est en elle-même calmante et apaisante ; elle maintient la conscience centrée sur la réalité intérieure, de telle manière qu’à aucun moment elle n’est complètement absorbée par le monde transitoire extérieur.

Il ne faut pas interrompre ou sortir brusquement de la méditation, de crainte de provoquer un choc au système nerveux et par-là même de perdre partiellement ou totalement le bénéfice de l’expérience intérieure. Il faut toujours éviter cela et ne reprendre que graduellement ses devoirs quotidiens après la méditation. En les accomplissant, il faut se conformer autant que possible aux idéaux spirituels que nous avons acceptés.



Geoffrey Hodson


1882 – 1961

_________________
Sois le changement que tu veux voir en ce monde
avatar
Archange

Messages : 2694
Date d'inscription : 01/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum